Navigation – Plan du site
II. Lectures

Pliez Olivier (dir.), La nouvelle Libye, géopolitique, espaces et sociétés au lendemain de l’embargo, Karthala-Iremam, 2004, 240 p.

Robert Escallier
p. 311-312

Texte intégral

1Onze auteurs, parmi lesquels une majorité de géographes, se penchent sur La nouvelle Libye qui est, comme l’écrit dans l’introduction, O. Pliez, « encore un champ en friches, tant la connaissance que nous en avons reste parcellaire, événementielle parfois et surtout tributaire du difficile accès au terrain « . L’objectif assigné aux auteurs n’était pas de répéter ce qui a déjà été dit ailleurs – cent sept références utilisées par les auteurs composent une bibliographie sommaire en fin d’ouvrage – mais d’apporter de nouveaux éclairages permettant au lecteur de saisir les mutations profondes ayant traversé le pays, sans négliger pour autant les changements majeurs intervenus dans les domaines de l’économie, du sociétal et de la géopolitique.

2Le pari est-il réussi ? L’ouvrage comprend trois parties, « la recherche d’une nouvelle image sur la scène internationale » (pp.21-96), « l’Afrique, ambitions et limites  d’un projet unitaire » (pp.97-158) et enfin « les miroirs du changement, espaces et sociétés » (pp.159-228). Chacune des parties contient des articles de qualité qui sont l’équivalent de mises au point sérieuses et argumentées sur les différentes entrées retenues. Ainsi, dans la première partie, D. Perrin consacre à « la politique juridique extérieure de la Libye » des pages clairvoyantes et originales démontrant l’habileté de la diplomatie libyenne qui, à travers la “ juridicisation ” des rapports interétatiques, parvient à se faire entendre tout en revendiquant un nouvel ordre international et même en certaines circonstances, pourtant représentante d’un “ rogue state ” (état-voyou), à inverser les rôles. C. Graeff, auteur d’un long article consacré à « la vocation méditerranéenne de la Libye, au miroir du processus euro-méditerranéen » rappelle de façon lucide et plaisante, le caractère méditerranéen incontestable, mais longtemps oublié et ignoré de la Libye, ainsi que l’incongruité de la durée des sanctions et l’inefficacité de la politique européenne à cet égard. Il souligne combien dans cette histoire l’Union Européenne (U.E) s’est laissée piégée et observe aujourd’hui le rapprochement américano-libyen à forte odeur de pétrole.

3La deuxième partie traite de l’orientation de la diplomatie libyenne durant les années d’embargo, vers l’Afrique subsaharienne. Après celui d’E. Gregoire sur les relations (diplomatiques et économiques) nigéro-libyennes, l’article de Karine Bennafla s’attarde sur les liaisons dangereuses tchado-libyennes, témoin de la nouvelle politique du leader libyen. Etat rentier et faiblement peuplé, la Libye a une influence régionale, plus ou moins sensible selon les moments, tant son différentiel de richesse avec les pays du Sahel est grand. L’emprise économique et spéculative du capital libyen se manifeste avec ostentation dans la capitale tchadienne ; cependant, la Libye éprouve des difficultés à asseoir une hégémonie pérenne d’autant qu’entre les sociétés et les acteurs des deux rives sahariennes, les suspicions demeurent encombrantes. O. Pliez analyse le système migratoire libyen et ses évolutions récentes. L’installation de nombreux immigrés et les questions liées au transit des subsahariens vers l’U.E font de la question migratoire un problème de plus en plus sensible tant au plan intérieur qu’au plan extérieur. Les réactions européennes et les crispations de la société libyenne à l’égard de la présence étrangère détournent la pensée kadhafienne de son lit originel lorsque « la libre circulation  des personnes…la liberté de résider et de travailler » étaient souhaitées pour les Etats membres de la communauté des États sahélo-sahariens. L’ambitieux projet africain de la Jamahirya est en quelque sorte marginalisé.

4Dans une troisième partie, les géographes « sortent de leur poche leur drapeau ». Dans un chapitre argumenté, classique et nécessaire, J. Fontaine dresse un tableau des évolutions démo-géographiques et des changements sociaux d’un pays désormais hyper-urbanisé et tertiairisé qui n’a plus rien à voir avec la Libye des années cinquante même si la pérennisation de certains caractères anciens est incontestable. Les enquêtes de Marie Graeff-Wassink sur « le féminisme jamahiryen », les analyses de J. Bisson sur les paysages ou l’étude de M. Cote sur l’agriculture pionnière du Fezzan démontrent, s’il en était besoin, que la part la plus intéressante des travaux en sciences sociales vient du travail de terrain. J. Bisson donne dans une écriture simple et lumineuse, de belles descriptions des paysages ruraux que seule la connaissance savante et pratique du milieu transmet. Si la sensibilité paysagère de l’auteur n’a plus rien à voir avec le “ goût du paysagique ” que pointait méchamment Lucien Febvre, certains regretteront qu’il n’ait pas plus cerné le concept même de paysage.

5L’apport de l’ouvrage est incontestable, sa lecture agréable. Ce n’est pas rien. Néanmoins plusieurs points méritent d’être soulignés.  Le premier concerne les choix éditoriaux et la composition du volume ; le plan peut surprendre même si la justification méthodologique n’est pas négligeable. On regrettera que les enjeux géopolitiques et les questions économiques majeurs n’aient pas été traités avec autant d’attention que d’autres relations plus périphériques. Fallait-il aller chercher dans les confins les moteurs des changements sociétaux et spatiaux ? Était-il pertinent de présenter les sociétés et les espaces non comme les acteurs, mais comme les miroirs du changement ?  La question des échelles pourtant si familière aux géographes pouvait-elle être aussi peu prise en compte ?

6Autant de remarques qui n’estompent pas cependant l’intérêt de la lecture de La nouvelle Libye.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Escallier, « Pliez Olivier (dir.), La nouvelle Libye, géopolitique, espaces et sociétés au lendemain de l’embargo, Karthala-Iremam, 2004, 240 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2951

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page