Navigation – Plan du site
II. Lectures

Prince Osman Ibrahim, Kurhan Caroline et Ali, Méhémet Ali le grand, Mémoires intimes d’une dynastie (1805-2005), Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, 127 p.

Elisabeth Longuenesse
p. 296-297

Texte intégral

1À l’occasion du bicentenaire de l’arrivée au pouvoir de Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne et d’une dynastie qui régnera durant un siècle et demi (1805-1952), quelques-uns de ses descendants ont eu l’idée d’ouvrir les albums de famille et de publier ces images inédites, photos et gravures originales, témoins de deux siècles d’histoire. Œuvre de piété familiale, ces « mémoires intimes d’une dynastie » associent à de précieux documents iconographiques un récit très largement hagiographique.

2Les décennies passant, le souvenir des exactions coloniales s’estompe dans les nouvelles générations et la nostalgie à l’égard des anciens régimes a eu tendance à faire tache d’huile dans de nombreux pays du Moyen-orient. Aux regrets des héritiers déchus des monarchies arabes se conjuguent les critiques amères des peuples déçus par l’échec des projets nationalistes et l’autoritarisme de plus en plus insupportable des régimes en place. Dans ce contexte, la commémoration des rois et grands personnages un temps oubliés redevient de mode. Les auteurs remarquent eux-mêmes à propos de l’Égypte que ces dernières années ont vu un mouvement de rénovation de palais, la réapparition de portraits, et même « la réappropriation par le pouvoir en place des images de Méhémet Ali et Ismail ».

3Des trois auteurs de cet ouvrage, deux sont les descendants de Méhémet Ali. L’un, le Prince Osman Ibrahim, est l’arrière petit-fils d’Ibrahim, fils aîné du sultan et gouverneur de Syrie de 1831 à 1841. Le second, Ali Kurhan, professeur à l’Université de Helwan, près du Caire, descend de Halim, dernier fils du fondateur, par sa mère. La troisième, Caroline Kurhan est directrice du département des politiques culturelles à l’Université Senghor. Elle a signé plusieurs ouvrages sur le patrimoine culturel marocain ou africain et vient de publier un ouvrage historique sur Mehemet Ali et la France que nous n’avons pas encore vu (il vient de sortir en librairie au moment ou cette note est rédigée). Ella a cosigné avec Ali Kurhan une brève introduction à l’Égypte moderne.

4Avec ce recueil, les auteurs ont voulu contribuer à « rétablir la vérité » sur ces « 150 ans qui ont permis de construire l’Égypte moderne », durant lesquels l’Égypte traitait à égalité avec les puissances occidentales et que le coup d’État de 1952 a voulu « jeter dans la trappe de l’histoire ». Ils nous présentent des monarques respectés, soucieux de l’intérêt de leur peuple, des princes et princesses mécènes et patriotes : on apprend par exemple que la princesse Fatma, épouse du prince Toussoun (neveu du khédive Ismail et petit-fils de Méhémet Ali), vendit ses bijoux pour faire construire l’Université du Caire, ou que le Khédive Tawfiq guettait les malheureux de sa fenêtre et leur faisait parvenir une bourse par ses serviteurs sans dévoiler son nom. On y glane une multitude d’anecdotes, dont on devine qu’elles ont dû circuler dans les familles d’une génération à l’autre… à propos de Said Pacha qui aimait trop les pâtes, ce qui explique son embonpoint… ou des invités de la princesse Emina Halim à Paris, parmi lesquels E. Herriot, qui se tient si mal à table et ne connaît pas l’usage des couverts (sic !). On apprend que les esclaves font partie des cadeaux de mariage : l’esclavage n’est officiellement aboli qu’en 1877, mais perdure bien au delà… Tous ces princes sont de parfaits francophones et des francophiles convaincus : « Je n’ai d’ami sincère que la France » aurait dit Méhémet Ali. Mais le roi Fouad, officier de l’Académie royale de Turin, aide de camp du roi d’Italie, est aussi pétri de culture italienne… et favorisera la venue en Égypte de techniciens, négociants, artisans italiens.Tandis que le prince Abbas Halim, petit-fils de Halim Pacha, diplômé de l’école militaire de Potsdam, participe à la 1e guerre mondiale dans les rangs de l’armée allemande avant de fonder le parti ouvrier d’Égypte et… de se rallier aux allemands en 1940 par nationalisme anti britannique. Si le propos des auteurs est celui d’une histoire familiale plus que la grande histoire, ils ne s’interdisent pas de proposer ici ou là une lecture des événements un peu à l’emporte pièce : c’est l’Angleterre qui, faute d’avoir résolu le problème de Palestine, aurait poussé l’Égypte à l’envahir…

5Les historiens apprécieront probablement la richesse de l’iconographie de ce petit livre, même si celle-ci n’apporte pas de surprise, mais ils y trouveront surtout matière à réfléchir sur la manière dont se construit une mythologie familiale dynastique. Ils regretteront cependant qu’aucune de ces images ne soit datée et que les auteurs des gravures reproduites ne soient jamais indiqués. Il est dommage, enfin, que la « généalogie simplifiée » donnée en fin d’ouvrage soit présentée de telle manière qu’elle n’est pas toujours très lisible : un ou deux véritables arbres généalogiques en aurait facilité la lecture. Le lecteur qui souhaiterait s’informer sérieusement sur cette période de l’histoire égyptienne ne trouvera pas foule de références en français. On lui signalera le récit romancé mais honnête et très suggestif de Gilbert Sinoué sur Méhémet Ali. Dans un esprit un peu différent, l’ouvrage récent de Robert Solé sur les relations de la France et de l’Égypte depuis le début du xixe siècle, rappelle la force de l’influence française à l’époque des khédives et de la francophilie des élites égyptiennes jusqu’au xxe siècle. Il inclut en outre une bibliographie, une chronologie et un index fort utiles, ainsi que de précieuses annexes documentaires sur la francophonie en Égypte et l’Égypte en France.

Haut de page

Bibliographie

Gauthier Kurhan C., 100 mots pour comprendre l’Égypte moderne, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004

Sinoué G., Le dernier pharaon, Méhémet Ali, 1770-1849, Paris, Pygmalion, 1997, 508 p.

Solé R., L’Égypte, passion française, Paris, Seuil, 1997 (415 p.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Prince Osman Ibrahim, Kurhan Caroline et Ali, Méhémet Ali le grand, Mémoires intimes d’une dynastie (1805-2005), Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, 127 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 23 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2953

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page