Navigation – Plan du site
II. Lectures

Séoudi Noureddine, La formation de l’Orient arabe contemporain 1916-1939, au miroir de la Revue des Deux Mondes, L’Harmattan, Coll. Comprendre le Moyen-Orient, 2004, 311 p.

Juliette Honvault
p. 289-292

Texte intégral

1L’histoire de la naissance de l’Orient arabe contemporain est une histoire complexe, tant dans le nombre de ses acteurs que dans celui des projets concurrents qui ont été élaborés depuis 1908, année de la révolution jeune-turque, jusqu’aux indépendances. Multiplier les angles de vue permet de mieux appréhender les courants politiques et intellectuels qui l’ont traversée, et de rendre à cette histoire sa vivante complexité.

2Eu égard au rôle essentiel que la France a eu, aux côtés de l’Angleterre, dans la mise en place des États-nations de cette région, le choix de la célèbre Revue des Deux Mondes constitue un prisme particulièrement original et pertinent pour revisiter cette histoire. Dans une intéressante première partie, N. Séoudi, l’auteur de cet ouvrage, présente un historique de cette tribune de référence en ce qui concerne les questions internationales, et notamment orientales. Il y rappelle son essor considérable depuis ses origines en 1829 jusqu’à son dernier numéro de 1940 – elle change alors momentanément de nom pour prendre celui de La politique, avant de reprendre son identité antérieure, sous laquelle elle parait encore aujourd’hui. Traversée, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, par de fortes tendances libérales, et chantre de la mission civilisatrice d’une France catholique et fière de son rôle de protectrice des chrétiens, la « Revue » a constitué un miroir particulier, mais néanmoins fort représentatif d’une certaine droite française de l’époque. Porte-voix de nombreuses personnalités politiques et littéraires issues d’une bourgeoisie préoccupée par la défense des intérêts et du prestige de la France à l’étranger, la Revue des Deux Mondes permet de montrer de quelle manière la politique de la France dans l’Orient arabe était présentée et justifiée auprès du grand public.

3Judicieux, le choix de la Revue des Deux Mondes l’est également en raison de l’éclectisme des méthodes d’enquête et de recherche d’information des rédacteurs. Noureddine Séoudi en relève la pertinence dans un sous-chapitre de sa première partie, consacré à différencier « l’Orient des enquêteurs » de « l’Orient des promeneurs » : la Revue publie sur un pied d’égalité souvenirs, récits de voyages, témoignages de protagonistes, analyses théoriques, tendant soit à apporter une meilleure connaissance politique de l’Orient arabe, soit à en traduire l’aspect « pittoresque » et romantique. Les 62 articles de la revue, qui ont été utilisés pour cette étude, et utilement répertoriés à la fin de l’ouvrage, illustrent cette intéressante diversité.

4Le projet est aussi stimulant qu’ambitieux, et l’auteur indique d’emblée, en introduction, les limites qu’il s’est imparties.  Il ne s’agit pas ici d’une histoire culturelle plaçant la Revue des Deux Mondes au centre des interrogations, « l’objet revue », ainsi que le fait remarquer N. Séoudi, ayant déjà été analysé par ailleurs. La démarche de l’auteur consiste donc à privilégier l’analyse de discours en le confrontant « à la réalité des événements et à la politique orientale française telle que la recherche historique l’a établie », l’un des objectifs majeurs de l’entreprise étant de déterminer si la revue « se voulait ou non un relais de la politique officielle du Quai d’Orsay » (p. 15). Et c’est bien un « miroir » qui est ici proposé, une réécriture de l’histoire de la « formation » de l’Orient contemporain en fonction des sujets abordés par les rédacteurs. Concrètement, des extraits d’articles de la Revue des Deux Mondes concernant l’Orient arabe sont choisis afin de retracer une histoire linéaire et factuelle de ce dernier, obligeant l’auteur à effectuer de nombreuses digressions pour détailler le contexte politique auquel les citations font référence, et pour lier ces dernières dans une perspective chronologique.

5Ce miroir ne laisse cependant apparaître qu’imparfaitement, et le regard qui le justifie (les rédacteurs de la revue), et le reflet qui s’y dessine (la formation de l’Orient arabe contemporain), et ceci à différents niveaux.

6L’organisation interne de l’ouvrage d’abord, strictement chronologique, ne met réellement en valeur aucun des côtés du miroir, et l’historien est en droit de se demander pour qui, du « regard » ou du « reflet », les limites de 1916 (la révolte arabe) et de 1939 (la Seconde Guerre mondiale) font sens. Incontestablement, l’Orient arabe politique émerge à la fin du xixe siècle avec les premières revendications identitaires arabes – ce que l’auteur n’ignore pas d’ailleurs ; à moins que l’on s’en tienne uniquement à une question d’ordre géopolitique, ce qui semble aussi être le cas de l’auteur qui affirme précisément s’intéresser à la genèse « du tracé des frontières actuelles » et à « l’internationalisation du conflit arabo-sioniste » : cette histoire débute donc, bien plutôt, en 1915, avec les négociations anglo-arabes et anglo-françaises, incontournables pour comprendre la révolte arabe et les décisions prises lors de la Conférence de la Paix (notons à ce propos que l’auteur accorde une place détaillée à ces éléments dans le corps du texte). Or, l’année 1916 ne se justifie pas non plus pour la Revue des Deux Mondes. Ainsi que l’auteur le relève dans la première partie de l’ouvrage, la revue vit un tournant avec la mort de son directeur, Gabriel Charmes, et sa reprise par l’entreprenant René Doumic, mais il ne fait plus référence à cet événement dans son analyse. De fait, il reste au lecteur le sentiment que l’auteur a choisi l’année 1916 uniquement parce que la révolte arabe est un sujet qui lui tient à cœur. Tout aussi problématique est le choix de l’année 1939. Car si elle ne se justifie pas du point de vue de la formation de l’Orient arabe (soit celui-ci est déjà formé, dans ses frontières et ses institutions étatiques, depuis les années 1920, soit il ne l’est pas encore, les indépendances de l’après-guerre marquant un terme à l’étape de formation politique), elle ne se justifie pas non plus du point de vue de la Revue des Deux Mondes, qui ne met momentanément un terme à ses activités qu’en 1940.

7Le souci de l’auteur de garder le cap chronologique domine aussi exagérément dans le corps même de l’ouvrage. En témoignent certaines conclusions en fin de sous-chapitres, où l’on peut lire des formules telles que « L’action suivra » (p. 157), ou encore, pour maintenir le lecteur en haleine et dans une formulation romancée : « Mais dans les déserts de l’Orient arabe, les belles aurores sont aussi communes que les mirages de la paix. Et au regard de l’évolution des jeunes États arabes, ce sentiment prédomine » (p. 180).

8Or, cette chronologie omniprésente semble être à l’origine de formulations maladroites, voire confuses. Ainsi, après une citation du diplomate Léon Krajewski justifiant la désobéissance de Hussein vis-à-vis du Sultan ottoman en 1914, et datée de 1931, l’auteur écrit, p. 73 : « Le prétexte que soulève le diplomate cache mal (sic) les ambitions que nourrit l’émir de se dégager de la tutelle de la Porte » ; dans la même page, on peut lire également : « Durant la guerre, la Grande–Bretagne est amenée à faire des promesses contradictoires, sinon mensongères, car rétrospectivement (sic), elles ne furent pas tenues » ; ou encore, p. 74, il commente ainsi un article écrit en 1924 par Claude Prost à propos de la correspondance Hussein-Mac-Mahon de 1915-1916 : « [Pour l’auteur, celle-ci] n’a aucune valeur propre et ne peut recevoir la caution de la France. D’ailleurs (sic), dans un premier temps, elle est gardée secrète entre Hussein et le gouvernement de Londres »…

9En outre, cette omniprésence chronologique dessert la problématique elle-même. Les digressions qui la servent font souvent perdre à l’auteur son objectif initial, et N. Séoudi donne alors l’impression de n’avoir pas su choisir entre deux sujets, « la Revue des Deux Mondes  et l’Orient » d’une part, et « l’histoire de l’Orient arabe dans l’entre-deux-guerres » d’autre part. Notons cependant que ce dernier thème occupe une place de taille, les citations tirées de la Revue des Deux Mondes servant bien souvent à rendre compte du contexte ou de l’évolution chronologique de l’Orient arabe durant la période ; à contresens de la démarche historique, elles vont même parfois jusqu’à confirmer le récit de l’auteur, ainsi lorsque celui-ci s’attache à démontrer, en s’appuyant sur les observations d’un rédacteur, Léon Krajewski, et d’un rapport de Louis Massignon, que l’argument religieux invoqué par Hussein pour déclencher la révolte arabe est illégitime, et qu’il cache en réalité un dessein strictement politique (pp. 93-94).

10La désorientation du lecteur est enfin complète devant les interventions de l’auteur, qui marque ci et là la surprise, la découverte ou l’indignation (à propos du « diktat » de Versailles : « Mais une chose est sûre, pour faire la paix, il faut être deux : le vainqueur et le vaincu ! », p. 120), et qui n’hésite pas à discuter personnellement les points de vue des rédacteurs de la Revue : ainsi celui du Général Niessel, qui conteste la légitimité d’un royaume arabe en arguant que les « Arabes purs » ne forment qu’une minorité parmi la population de la région, et à propos duquel il écrit que le « prétexte invoqué par le général est quelque peu fragile », avant de donner sa propre version « des bases suffisantes pour l’organisation d’une nation » (p. 76).

11Ces défauts – auxquels on pourrait ajouter quelques erreurs de vocabulaire (« le réveil du monde arabe », p. 49, alors qu’il n’est question que de l’Orient arabe), des interprétations outrancières ou erronées (p. 25, l’auteur affirme que la Revue considère l’antisémitisme comme un « danger public », en faisant référence à un extrait de chronique dans lequel, au contraire, le rédacteur écrit de l’antisémitisme qu’il « n’y a rien là que de très naturel, et même, en un certain sens, il n’y a rien là que de très légitime »), et, surtout, l’absence trop fréquente de références aux sources - soulèvent des questions de méthode. N’aurait-il pas mieux valu partir des textes, de leurs auteurs, et de ce cadre d’énonciation que N. Séoudi a écarté d’emblée ? Privilégier, par exemple, l’ordre chronologique de parution des articles sélectionnés, et rendre plus évident le vis-à-vis entre le contexte d’énonciation et l’Orient arabe tel qu’il paraît alors, déformé par les silences ou les exagérations des rédacteurs ? L’auteur ne manque pas de regrouper, en conclusion de l’ouvrage, les éléments caractéristiques du « miroir » qu’il s’est proposé de reconstruire : sous le regard culturel et religieux des rédacteurs de la Revue des Deux Mondes, l’échec de la mission civilisatrice française ne mérite pas d’être détaillé. D’où les silences de la revue sur la Syrie et le Liban après 1927, sur la Palestine après 1924, qui dissimulent à peine un aveu d’impuissance face à la position britannique dans ces trois États. Selon N. Séoudi, la nécessité de ménager la Grande-Bretagne n’est plus de mise, par contre, en ce qui concerne l’Égypte ou l’Irak, qui font l’objet de longs développements dans la revue. Ces observations ne constitueraient-elles pas un point de départ stimulant à l’analyse ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Honvault, « Séoudi Noureddine, La formation de l’Orient arabe contemporain 1916-1939, au miroir de la Revue des Deux Mondes, L’Harmattan, Coll. Comprendre le Moyen-Orient, 2004, 311 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 04 décembre 2006, consulté le 23 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2954

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page