Navigation – Plan du site
II. Lectures

Thobie Jacques, L’administration générale des phares de l’Empire ottoman et la société Collas et Michel (1860-1960) – Un siècle de coopération économique et financière entre la France, l’Empire ottoman et les États successeurs, Paris, L’Harmattan, 2004, 299 p.

Jacques Couland
p. 300-308

Texte intégral

1Ce livre reprend, sous un titre amendé, la thèse de troisième cycle de Jacques Thobie (1972). Il ne s’agit pas pour autant d’une simple reprise ; de nombreuses mises à jour permettent d’étendre l’information jusqu’aux années de la liquidation de la société, aux résurgences d’actions plus tardives entreprises par des héritiers pour faire valoir des droits. S’y ajoutent d’utiles mises au point sur l’état des archives et de la documentation, leur localisation.

2L’ouvrage est divisé en 9 chapitres, pour la plupart chronologiques. On y distinguera deux périodes : la première qui court de la création de la société à la Première Guerre mondiale, c’est celle de l’expansion ; la seconde qui intéresse la Turquie moderne et les pays successeurs de l’Empire ottoman, celle du déclin et de la liquidation.

3Origines et expansion : la tactique des avances

4C’est dans le contexte de la guerre de Crimée (1853-1856) que l’entreprise aura trouvé son tremplin ; auteur d’une étude sur le balisage, Marius Michel (1819-1907), commandant des Messageries impériales, est associé aux négociations qui débouchent sur l’accord franco-ottoman du 1er août 1855 et est nommé directeur des Phares de l’Empire ottoman. Mais la principale impulsion vient de sa rencontre avec Bernard-Camille Collas (1819-1898), chez leur ami commun, Ferdinand de Lesseps ; capitaine au long cours, ancien député, honorable de la loge des Carbonari à laquelle le futur Napoléon III adhère, et qui se réclame de l’utopie saint-simonienne (la paix par le développement industriel), auteur d’un livre sur la Turquie qui paraîtra en 1861. Ils proposent la création d’une société concessionnaire à substituer à la régie directe d’État. Le projet, appuyé par l’Empereur, négocié pendant plusieurs mois, fait l’objet d’un contrat, signé en septembre 1860, entre Mehmet Ali Pacha, ministre de la Marine et Collas et Michel, chacun à titre personnel.

5La Société Collas et Michel, créée au même moment, obtient la charge de porter le nombre des phares et feux de 22 à 96 dans un délai de trois ans (4 en fait), la concession prenant après effet pour une période de vingt ans (1884) ; cela comporte la construction, l’entretien, les approvisionnements, les dépenses de service à la charge des concessionnaires, qui disposent de 78 % des recettes sur les droits résultant de la rémunération des services, 22 % étant reversés au gouvernement ottoman. Dans cette première phase, les bénéfices sont répartis en fonction de l’apport proportionnel de chacun à l’entreprise, soit, après placement d’un pourcentage de 5 % en réserve, et d’une part prioritaire de 3 % à Michel, un solde allant pour les 4/9 à Collas, les 3/9 à Michel et 2/9 à un ami commun (directeur sur place) dont ils se répartiront la part à sa mort (1878). Les deux associés se complètent : Michel se charge des affaires intérieures et de la gestion, Collas, qui dispose de larges relations, des affaires extérieures et de la prospective. Ils bénéficient de l’appui de la diplomatie française et font d’une maison française de construction des phares de renommée mondiale (Barbier, Bernard et Turenne) le fournisseur privilégié de l’Administration des phares ottomans (ADP). Jacques Thobie souligne que « cette combinaison met en place un mélange des genres assez baroque : deux personnes privées, de nationalité étrangère, prennent la haute main et l’essentiel des profits d’une administration d’État dont les implications stratégiques sont évidentes » (p. 24).

6Non que tout soit allé sans difficulté. Une des principales porte sur le tarif des droits à acquitter par la navigation, exigés en numéraire par la Porte depuis juin 1861, et sur la parité du medjidié-or. À la tête des contestations et exigences, on trouve dès le départ – et pour pratiquement toute la période qui nous concerne, la Grande-Bretagne. Cela peut entraîner des suspensions de travaux, faute de recettes, beaucoup de va-et-vient diplomatiques sont nécessaires pour obtenir des compromis. Enfin, les retombées de la « question d’Orient » ne vont pas manquer de compliquer la tâche, là encore, dans la variabilité des contextes, pendant toute la période.

7C’est déjà le cas, lors de cette première concession, de la guerre russo-turque (1875-1878) : destructions de phares, nouveaux frais, territoires perdus, ajoutons la banqueroute qui accroît d’autant les besoins de l’État. C’est dès ces difficultés que la Société engage des négociations pour l’obtention d’un second contrat de concession : depuis 1875, elle accorde à l’Empire ottoman des avances gagées sur sa part des recettes et pousse la construction de phares au-delà du programme convenu. Une convention additionnelle porte en juin 1879 un prolongement de la concession jusqu’à l’achèvement de nouveaux phares ; il est prévu de porter la part de l’État aux recettes des droits à 28 % à l’échéance de 1884. Non sans nouvelles négociations, où la Grande-Bretagne qui contrôle maintenant Chypre exige des contreparties, la concession est prolongée jusqu’en 1899. Ajoutons que la Grande-Bretagne occupe militairement l’Égypte (1882) et contrôle le débouché de la mer Rouge par le Canal de Suez.

8Sur demande de l’Amirauté impériale, Collas et Michel avaient été chargés en 1875 d’une étude sur l’éclairage de régions alors sous contrôle ottoman (Hedjaz, Yémen, golfe d’Arabie et golfe Persique)1. Leur projet avait été retenu contre celui d’un Britannique (avril 1881) : le contrat signé court sur une période de 40 ans, prévoit la construction de 32 phares et feux, dont 12 au Hedjaz et au Yémen au cours de la première tranche. Etant donné l’opposition britannique, le Gouvernement ottoman avait proposé la constitution d’une commission internationale pour « fixer les tarifs des droits et (…) examiner la question des phares à créer » (p. 44). Mais il faudra concéder (mars 1886) la construction de deux phares en dehors du contrat de 1881.

9De même, c’est dès 1893 que la Société aborde les négociations en vue d’une troisième concession avant l’échéance de 1899. Gabriel Collas, fils de Camille, obtient en octobre 1894 une prolongation de 25 ans, ce qui porte la nouvelle échéance à 1924. Il est prévu de porter la part des recettes du Gouvernement ottoman de 28 à 50 %. Il est mandaté pour négocier avec Londres. Un accord interviendra en octobre 1896, mais il entraîne une dissociation des phares de la mer Rouge et un calendrier de diminution des tarifs ; le besoin d’un prêt de 500 000 Livres turques pour faire face aux événements d’Arménie fait accepter une diminution du tarif perçu par l’Administration des Phares.

10Mais l’accord inquiète le Quai d’Orsay (acceptation par Gabriel Collas de négociations directes entre l’Empire ottoman et les Britanniques, sans consulter, ni informer le Quai). Quoi qu’il en soit, une convention, en mai 1999, prévoit la prise en charge par le Gouvernement de 4 feux de premier ordre à construire avant le 31 décembre 1905 (du nord au sud, au large du Yémen d’alors : Djebel Their, Zebayer, Abou Aïl et Moka). L’échéance en est aussi fixée à 1924. L’allumage est acquis en novembre 1903 ; plus tard un feu-flottant est installé à Fao (mai 1911) pour répondre à la construction d’un phare à Koweit par les Britanniques deux ans plus tôt. Le problème des tarifs continue de faire l’objet de divergences jusqu’en 1914. Le bilan financier présenté par l’Administration des Phares à la commission sous contrôle du ministère de la Marine fait d’autant plus l’objet de réticences que le système des avances sur la part aux recettes de l’État ottoman a toujours cours (frais de construction et surtout d’entretien sur lesquels il faudra en rabattre) ; le remboursement des avances et l’extinction du prêt de 1896 ne sont acquis qu’en 1909.

11L’équipe dirigeante de la Société Collas et Michel a été largement transformée : Camille Collas est mort en février 1898, dix mois après le décès de son fils Gabriel, en charge de la direction des Phares depuis le début ; en janvier 1907, c’est au tour de Marius Michel de disparaître. La relève est assurée par des petits-fils, Pierre de Vauréal pour les Collas, Hubert Michel de Pierredon pour les Michel. Ce dernier se préoccupe très tôt (dès 1911) d’une nouvelle prolongation de la convention, en liant cette revendication, dont la diplomatie française est informée, aux avances que sollicite l’État ottoman. La série de crises subies par l’État ottoman (guerre italo-turque entraînant la perte du Dodécanèse et de la Tripolitaine, troubles d’Albanie), puis après une brève accalmie, des revers dans les Balkans, des défaites que le coup d’État d’Enver Pacha ne peut enrayer, retardent les pourparlers, tout en relançant l’urgence des besoins d’avance de l’État. Le niveau des demandes de prêt nécessite l’appel à des participations (les trois-quarts en provenance d’héritiers des familles des concessionnaires)2. Les pourparlers aboutissent en avril 1913 : contre le versement en deux fois ce même mois de 500 000 Livres turques, à 7 % d’intérêt, remboursables par retenue de la totalité de la part à revenir à l’État ottoman dans les recettes brutes des droits des phares, la concession est portée à 25 ans supplémentaires après l’échéance de 1924, soit jusqu’en septembre 1949.

12Selon Jacques Thobie, ce résultat fort avantageux aurait été permis par la « nécessaire complicité » entre deux partenaires : le besoin d’assurer le renouvellement d’une entreprise lucrative en instrumentalisant la technique des avances ; l’intérêt de confier le service public de sauvegarde de la navigation à une administration étrangère efficace et qui tout en défendant ses propres intérêts défend ceux de l’État. Une conjonction en tout cas unique dans l’Empire ottoman, aux prises par ailleurs avec les Capitulations et une situation générale critique.

13A la veille de la Grande guerre, l’ampleur des bénéfices de l’Administration des Phares en fait l’entreprise française la plus rentable de celles qui fonctionnent exclusivement dans l’Empire ottoman, en tenant compte qu’il n’y a pas de capital à rétribuer, mais des parts à rétribuer en fonction de l’apport proportionnel de chacun à l’entreprise : sur 52 ans (1862-1913), un bénéfice total de 73,08 % par rapport aux recettes totales, un bénéfice net, une fois déduits les frais de gestion, de 56,41 % pour Collas et Michel, par rapport à leur part dans les recettes.

14Un brève éclaircie, mais des difficultés cumulées : la recherche des indemnités

15Les quatre derniers chapitres sont consacrés au second versant, celui qui mène de 1914 à la liquidation de la société dans les années 1960.

16La Grande guerre entraîne des bouleversements importants. Expulsé en 1915 en tant que ressortissant d’une puissance ennemie, le directeur de l’Administration des Phares, Vilbert, peut être suppléé dans ces fonctions par un cadre ottoman, Saadeddine Bey, le transfert du siège à Salonique permettant une autonomie relative. Mais les résultats sont médiocres : 40 des 176 phares et feux de 1914 sont détruits ou endommagés ; sous prétexte de neutralité, la Grèce s’est saisie des phares sis sur les nouveaux territoires résultant des traités de 1913 mettant fin aux guerres balkaniques ; dès janvier 1915, la Grande-Bretagne s’est saisie des phares de la mer Rouge et du Golfe persique et en a expulsé les gardiens. L’appui recherché de la diplomatie française est soumis aux résultats du traité de Paris (28/06/1919), puis de celui de Lausanne (24/07/1923). Le démantèlement de l’Empire ottoman a pour conséquence que l’ADP est maintenant confrontée à plusieurs partenaires : la Turquie moderne (où se situe encore les 3⁄4 de ses intérêts) ; et pour les territoires détachés : la France (mandat du Levant sur la Syrie et le Liban) ; la Grande-Bretagne (Irak ainsi qu’ingérence en mer Rouge) ; la Nouvelle Grèce ; l’Italie (Dodécanèse).

17Le traité de Lausanne contient des stipulations favorables : les avances non amorties figurent au Tableau de la Dette publique ottomane antérieure au 1er novembre 1914 ; la subrogation des États successeurs dans les droits et charges de la Turquie est affirmée. Quelques-uns des problèmes en litige auxquels se consacre Pierre de Vauréal depuis 1918, semblent devoir trouver des solutions : remise en route de la perception des taxes de navigation, en tenant compte de l’étendue, à définir, des exemptions (navires réquisitionnés) ; un débat sur la devise à prendre en compte, et sur les taux de conversion, sur la part respective dans le règlement des frais de réparation. Le 11 juillet 1923, en prévision de la prolongation de 25 ans de la concession prenant fin en septembre 1924, un accord envisage des compromis pour régler ces questions.

18Mais un second document, ratifié par l’Assemblée Nationale en mars 1925 va dans le sens d’une remise en cause de l’ancien système des concessions, considéré comme une atteinte à la souveraineté nationale. L’augmentation de la part de l’État à 50 % des recettes sur les droits est avancée ; la turquisation de l’administration est prévue, ainsi que le choix du turc pour la correspondance générale, et un droit d’inspection. Une inspection des comptes a lieu au printemps 1929, l’État turc étant libre à compter de 1928 d’imposer aux sociétés étrangères un impôt sur les bénéfices, remplaçant la taxe sur la patente. L’ADP jusque-là n’était pas considérée comme relevant des capitulations, mais comme une société fermière percevant un des revenus publics de l’État – elle était donc dispensée de la taxe de patente. La diplomatie française essaie de temporiser, d’éviter un clash dans les relations économiques. Il faudra céder en 1930, consentir une ponction fiscale à effet rétroactif à compter de 1926 (30 % au départ puis jusqu’à 40 %). Au moins la question des avances peut elle être réglée en 1933. Les administrateurs-généraux peuvent donc penser que rien n’est à changer dans leur tactique, pas plus que sur la structure de la société Collas et Michel – société en nom collectif - qui ne comporte pas de capital social à la différence des sociétés anonymes. Un haut-responsable de la Société, en poste à Beyrouth, attire sur ce point leur attention, mais sans être entendu. Ils se trompent de période, écrit Jacques Thobie, n’ont pas pris la mesure de l’objectif stratégique (nationaliste) des Turcs, qu’ils cherchent comme précédemment à allécher par des concessions financières.

19La demande de rachat en décembre 1935 les surprend. Les négociations s’amorcent (nouvelle concession ou prix de rachat des années menant à 1949 ?). Les deux gouvernements s’impliquent. Les Turcs refusent toute procédure internationale d’arbitrage ; fixent le leur : 500 000 Livres turques, y compris les indemnités aux employés, des frais à partager à moitié (l’Assemblée Nationale turque vote les crédits de rachat en janvier 1938 ; le 15 la saisie est décidée). Ceci est loin des 3 millions réclamés par la Société. Une démarche vers la Cour internationale de La Haye est envisagée, mais la revendication est rabaissée d’un tiers. L’appui du Quai d’Orsay fait défaut : le traité d’amitié franco-turc arrive à échéance le 13 mai 1938 et il prépare le suivant (qui entraîne en juin 1939 la cession du Hatay à la Turquie). La saisie a porté sur 102 phares en service sur les côtes turques. Pour les autres États et territoires, les pourparlers auront été laborieux jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale : espoirs déçus pour les phares du Hedjaz, maintenant intégré dans le nouveau royaume d’Arabie saoudite qui, comme le Yémen, dénonce les conventions passées avec l’État ottoman ; contentieux avec la Grèce sur l’indemnité de rachat de la concession ; il ne reste plus à l’ADP, hors de Turquie, que 25 phares (sur 117), du Nord au Sud : 9 dans le Dodécanèse , 1 à Castellorizo, 10 au Levant syro-libanais ; 5 en Palestine.

20La Seconde Guerre mondiale va accentuer encore ce déclin. Le cours forcé de l’or, l’abattement du taux de conversion de la Livre turque entraînent une baisse tendancielle des recettes. Après la reprise du contrôle du Levant par la France combattante (juillet 1941) tout contact est rompu avec le bureau de Paris de l’ADP. L’effort de redressement entraîne des réductions de dépenses de personnel, un délai pour le reversement de la quote-part de l’État, un relèvement du taux de conversion de la Livre turque. Mais l’intérêt des États du Liban et de Syrie, devenus indépendants en 1943, les pousse à revendiquer un abaissement de ce taux. La fin de la concession avait été prolongée de 4 ans (1953) ; à la demande d’indemnisation pour pertes dues à l’abaissement du taux de conversion, le Liban répond par un chantage au rachat. Mais à l’échéance, les installations sont remises à l’administration libanaise. La Syrie, sans avoir vécu ces problèmes, reçoit aussi sa part des installations. En Palestine, l’ADP subit un blocage d’une partie des fonds rapatriables en France en 1944, puis un blocage par Israël dès mai 1948 des comptes appartenant à des non-résidents ; les installations sont remises à la fin de l’échéance de septembre 1949. Des conversations amiables convenues avec la Grèce en 1951 ne débouchent sur aucune suite ; l’Albanie fait la sourde oreille ; pas plus de succès en mer Rouge (aux atermoiements britanniques, se combine un contre-projet des États-Unis en Arabie saoudite ; le refus du Yémen de se considérer lié par des concessions ottomanes). La société n’en est pas quitte pour autant avec la Turquie (procès d’impôts en cours ou réclamations d’anciens employés sur les indemnités de licenciement non versées ; procédures pour la révision de la décision du Conseil d’État sur les conditions du rachat).

21Il n’y a donc plus depuis septembre 1953 de revenus liés au fonctionnement des phares. La société négocie néanmoins une prolongation de 10 ans pour gérer les quatre ans supplémentaires obtenus sous le mandat français. Ce qui porte donc au 5 septembre 1959 le début de la liquidation juridique. La liquidation des contentieux occupera l’essentiel des années 1950, au cas par cas, à des conditions jugées parfois de « véritable spoliation ». La faiblesse, encore une fois, de P. de Vauréal et H. de Pierredon, c’est, selon J. Thobie, qu’ils n’ont pas compris ou compris tardivement « la nécessité d’une réadaptation de contrats ne répondant plus aux évolutions rapides de la configuration géopolitique, en Méditerranée orientale notamment ».

22La Société entre en liquidation juridique en avril 1960 et ne mettra fin à son existence qu’en 1967. Ces délais, dus pour une part aux procédures en cours en Turquie, le sont surtout aux différends opposant les héritiers Michel d’un premier et d’un second mariages et les héritiers Collas soucieux d’éviter que cela ne les lèse. La descendance des hautes personnalités inventrices de cette aventure est fort nombreuse et diverse. Les initiateurs eux-mêmes, s’ils se complétaient, n’étaient pas d’intérêts et de goûts comparables, encore qu’ils ne furent attirés qu’exceptionnellement par des investissements, au demeurant modestes, dans l’Empire ottoman : Marius Michel, fier de son titre de Pacha3, employa sa « fortune » à doter son village natal (Saint-Nazaire, devenu Sanary en 1880) d’un port, à entreprendre des travaux d’urbanisme et de viabilité, et à édifier dans sa vicinité, une station de villégiature et de cure (Tamaris) ; ses goûts de luxe entraînèrent l’acquisition d’un yacht et de plusieurs résidences, en France comme en Orient. Camille Collas, plus « modeste », acquiert le château de Morsang-sur-Orge et son parc que ses héritiers revendront en 1899.

23C’est dans la lignée Michel du premier lit que s’était trouvé un noyau qui contestait les clauses du testament concernant le legs en faveur de la seconde épouse de Marius Michel : ses petits-fils Thierry Michel de Pierredon et Hubert Michel de Pierredon. C’est dans cette lignée qu’on trouve encore les plus entêtés à faire valoir des droits, bien après la liquidation de la société. Cela concerne, encore, les phares de la mer Rouge sous la responsabilité de la Grande-Bretagne, en fin de période pour deux d’entre eux. En 1961, une demande d’indemnisation est présentée pour privation de bénéfices de janvier 1915 à septembre 1949 ; une conférence diplomatique internationale dont la France refuse de signer les conclusions, confirme le rôle gestionnaire britannique pour les deux phares, à charge d’en désigner un agent (domicilié à Aden) ; lors de l’accession à l’indépendance du Yémen du Sud en 1967, la gestion est transférée à une société domiciliée à Djibouti ; mais l’implantation d’une succursale à Asmara entretient les doutes de l’Ethiopie (rébellion érythréenne) ; une filiale anglo-pakistanaise d’une société française domiciliée à Djibouti reprend le contrat en 1981.

24Géraud de Pierredon, fils de Thierry, épaulé par son frère Yves et une de ses sœurs, les seuls héritiers à refuser encore d’abandonner des droits, décide de reprendre l’affaire en recherchant l’appui de la diplomatie française. Claude Cheysson et F. Scheer confirment que la France n’entend pas se prononcer sur la souveraineté des îles, mais que le rachat des droits de la société Collas et Michel peut faire l’objet de négociations privées avec les États concernés. Après traduction du dossier en anglais et en arabe, Géraud de Pierredon se rend à Sanaa où il rencontre, en décembre 1983, un conseiller du Président4. Mais tout dépend du règlement de la souveraineté sur les îles, lui répond-on. Les Britanniques consultés répondent que cela pose des problèmes juridiques puisque la société n’existe plus. En décembre 1995 et février 1996, à la veille de l’arrivée à Paris des ministres des Affaires étrangères du Yémen et de l’Erythrée en vue d’un arbitrage sur la souveraineté des îles Hanish, l’entremise de la Présidence de la République et du ministre des Affaires étrangères est sollicitée ; réponse : attendre le règlement. La souveraineté ayant été accordée au Yémen, les frères de Pierredon songent, en 1999, à traduire ce pays devant la Cour de La Haye, mais, dans la crainte de ne pouvoir bénéficier d’un appui diplomatique, ils se replient sur une proposition de partage des indemnités avec une banque arabe installée au Yémen. Elle restera sans suite.

25On appréciera ces mises à jour d’un ouvrage publié en 1972. À l’évidence son auteur a trouvé plaisir à fréquenter cette « saga » et à en poursuivre les suites les plus actuelles.

26On peut certes regretter quelques maladresses, matérielles pour l’essentiel : un ouvrage de Edhem Eldem, cité p. 28 en note 81, A history of the Ottoman Bank, Istanbul, 1999, est oublié dans l’index comme dans la bibliographie ; p. 138, cinq notes consécutives sont numérotées (9), mais seule la première renvoie au texte – sans que toutefois les quatre autres apparaissent comme hors contexte ; à la page suivante, une note (12) renvoie à une annexe XXI inexistante ; p. 209, note 11, le mandat de Charles Hélou, président de la République libanaise est daté de 1864 à 1870 (un siècle de moins que la date réelle). Enfin, la carte des phares de la mer Rouge (Annexe XVII, p. 289) est illisible sous ce mode de reprographie ; la surcharge manuelle a pour conséquence de décaler vers l’Ouest la position du phare d’Abou-Aïl (en fait Abû `Alî/Abû `Ayl). C’est la seule carte reproduite, sans doute parce qu’un CD-ROM, maintenant déposé au Centre des Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence, reprend les planches numérisées de l’Atlas des Phares de l’Empire ottoman.

27Mais outre les qualités d’écriture déjà signalées de l’auteur, on appréciera la richesse des annexes, notamment les figures qui permettent de retracer pour la plupart des périodes l’évolution des bilans financiers de l’Administration des Phares et des parts aux bénéfices de la Société Collas et Michel.

Haut de page

Bibliographie

Al-Hubayshî Husayn `Alî, 1992, al-Yaman wa al-Bahr al-Ahmar [Le Yémen et la mer Rouge], Bayrût, Dâr al-Fikr al-Mu`âsir, 512 p.

Veillon Claudine, 1983, Les relations entre la France et le Oman (1840-1920), maîtrise Histoire, Paris 8.

Veillon Claudine, 1991, « L'affaire de Cheikh Saïd (1868-1914) - une tentative d'implantation française au Yémen », in J. Couland et B. Destremau (coord.), Arabie du Sud: le commerce comme facteur dynamisant des changements économiques et sociaux, Paris, Gremamo (CNRS/Paris 7).

Thobie Jacques, 1972, Phares ottomans et emprunts turcs, un type de règlement financier dans le cadre des traités 1904-1961, Paris, Editions Richelieu, Publications de la Sorbonne, 218 p.

Thobie Jacques, 1977, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman 1895-1914, Publications de la Sorbonne, Imprimerie Nationale, 817 p.

Haut de page

Notes

1 Le golfe Arabique, à part la région d’Aden (1839), n’est pas encore sous contrôle britannique ; le golfe Persique ne l’est pas non plus (à part quelques émirats de la « Côte de la Trêve », depuis 1820) ; la partie septentrionale est encore ottomane (le Hasa compris, jusqu’au Qatar) ; la France s’installe à Djibouti et rêve parfois d’une implantation à Cheikh Saïd ; le contrôle de Masqat fait l’objet de concurrences entre la France et l’Angleterre, qui va supplanter les Ottomans au Somaliland (1885). On renverra à deux contributions de Claudine Veillon (1983, 1991).
2 76,35 % dont 37,525 % pour les héritiers Collas, 39,675 % pour les héritiers Michel, le reste (23,65 %) à des souscripteurs.
3 Une émission de Thalassa sur la mer Noire (FR3, 29/04/2005), porte témoignage du souvenir du Pacha constructeur lors de la visite du phare de Kérempeh (ou du Cap Krembé, livré en mai 1885, d’après le « Bilan des Phares (…) », annexe VII. p. 276).
4 Al-Hubaishi, selon la transcription de la p. 232. Il n’est pas indifférent qu’il soit l’auteur d’un livre en rapport avec ce thème : Al-Hubayshî, Husayn `Alî, al-Yaman wa al-Bahr al-Ahmar [Le Yémen et la mer Rouge], Bayrût, Dâr al-Fikr al-Mu`âsir, 1992, 512 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Couland, « Thobie Jacques, L’administration générale des phares de l’Empire ottoman et la société Collas et Michel (1860-1960) – Un siècle de coopération économique et financière entre la France, l’Empire ottoman et les États successeurs, Paris, L’Harmattan, 2004, 299 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2957

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page