Navigation – Plan du site
I. Livres et lieux publics de lecture

Les bibliothèques vakıf-s à Istanbul au XVIe siècle, prémices de grandes bibliothèques publiques

Vakıf Libraries of Istanbul in the 16th Century: Precursors of Institutional Libraries
Faruk Bilici
p. 39-59

Résumés

Vakıf Libraries of Istanbul in the 16th Century: Precursors of Institutional Libraries

Since the creation of the first vakıf library in Istanbul in 1459, this city saw die creation of many reading places thanks to the foundations. They were mainly small libraries created by leading royal families, eunuchs, pachas and ulema. Only seven out of the forty founders, studied here do not belong to these categories. Almost all of these libraries were dedicated to a religious establishment (medreses, Islamic schools, mosques, turbes, tekkes). These libraries were mosdy concentrated in Istanbul inner city, but also in Eyüb, Kasim Paşa, Zincirlikuyu and Uskiidar. Vakfiye also underline the religious character of these libraries: they contained Qurans, books ofhadith,fiqh and kalâm as well as language books. Even Cihangir (created by Mahmud b. Abdullah al-Mennan), the only library which offered popular novels, does not invalidate this rule. The main condition for lending a book in the 16th century is for it to stay in Istanbul. These small libraries are the precursors of institutional libraries which appeared in the 17th century.

Le XVIe siècle ottoman ne semble pas constituer encore une période faste pour la création de grandes bibliothèques, comme cela sera le cas au siècle suivant. Cependant, la lecture est une préoccupation importante surtout chez les hommes d'Etat et les oulémas : des bibliothèques vakıf-s privées sont installées jusque dans de petits quartiers. Il ne sera pas question d'étudier l'ensemble des bibliothèques mais celles qui ne sont pas constituées par le sultan lui-même. Ainsi, le processus de création de bibliothèques sous forme de vakıf-s dans différents quartiers d'Istanbul, soit en tant qu'annexes de medrese-s, de mosquées ou de tekkes, soit en tant qu'institution indépendante (assez rare) ou encore dans les demeures des particuliers est exposé dans cette étude ainsi que les dispositions concernant le fonctionnement des bibliothèques surtout en matière de personnel : type de fonction, attributions, salaires, etc.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Notes de la rédaction

Note pour la translittération : nous avons conservé tels qu'ils sont utilisés en turc moderne, autant que possible, les termes et les noms turcs dans le texte :
Hayreddin (sans aller jusqu'à dire Hayrettin) au lieu de Khayr al-dîn, ou Muslihiddin au lieu de Muslih al-dîn; Mehmed au lieu de Muhammad; Ahmed au lieu de Ahmad; Abdullah au lieu d'' Abd Allâh; Mevlana au lieu de Mawlânâ, etc. Il en est de même pour hâfiz-i kütüb au lieu de hâfiz al-kutub, seyh ül-islâm au lieu de shaykh al-isiâm, vakıf au lieu de waqf, etc

Texte intégral

Je remercie mon ami Stéphane Valter d'avoir lu et corrigé cet article.

  • 1  Mis à part naturellement la bibliothèque impériale, fondée au « Vieux palais », par le transfert d (...)

1Depuis la création de la première bibliothèque vakıf1en 1459 dans le complexe d'Eyüb, Istanbul s'est vue doter d'un certain nombre de lieux de lecture grâce aux fondations créées par les dignitaires ottomans mais également par les simples particuliers, quelquefois dans des quartiers reculés. Ces « bibliothèques» ne sont pas, loin de là, des lieux de lecture publique importants. Au contraire, la plupart du temps, il s'agit de legs d'un certain nombre d'ouvrages à des institutions créées par les fondateurs, constituant un fonds dans un lieu particulier, pouvant servir aux lecteurs. Nous sommes encore loin de la période où l'on construira des structures indépendantes avec une architecture particulière et des règles de fonctionnement spécifiques que des préposés salariés par le fondateur seront chargés de faire respecter.

2La difficulté d'une telle étude réside avant tout dans la rareté des sources et surtout dans leur éparpillement. La seule source recensant systématiquement, en 953 h./1546, l'ensemble des vakıfs d'Istanbul intra-muros est le registre publié par Ekrem Hakki Ayverdi et Orner Lütfi Barkan. Mais ce registre exclut les trois quartiers périphériques importants : Galata, Eyüb et Üsküdar. Quant à l'étude d'Ismail E. Erùnsal sur les bibliothèques vakıfs à l'époque ottomane jusqu'à la période des Tanzimât, elle nous donne de précieuses indications, mais pour Istanbul et surtout pour la période qui nous intéresse, elle reste dans un certain nombre de généralités, sans pouvoir se pencher par exemple sur le contenu de ces bibliothèques.

3Il n'est donc pas question d'étudier le phénomène du livre ou de la lecture dans Istanbul au XVIe siècle. Pour cela, il aurait fallu aller plus loin et mettre à contribution les inventaires après décès ainsi que les autres registres de cadi (pour notre période, plusieurs centaines). Notre travail est plus modeste. Il s'agit de voir comment les hommes ou femmes lèguent des livres, ou, mais c'est plus rare, des bibliothèques entières par le biais d'une vakıfiye (acte de création d'une fondation pieuse), d'abord pour l'usage des enseignants et étudiants des medrese-s, et ensuite, plus rarement, pour l'usage du public.

4Ici, une mise au point juridico-canonique s'impose à propos de la possibilité de constituer un vakıf avec des livres. Depuis longtemps, des 'ulamâ'ont débattu de la question, et le livre a été associé aux biens mobiliers, au même titre que les animaux, les armes, l'argent, les bateaux, les outils, etc. (A. Akgündüz, 1988,150-151), que l'on constituait en vakıf-s. Dans une bibliothèque, le but n'est pas le bâtiment lui-même mais plutôt l'utilisation du livre. Donc, ce qui est « utile », c'est le livre lui-même, objet véritable du vakıf En conséquence, même si le livre est un objet fragile et facilement destructible, son vakıf est licite. Il faut envisager deux possibilités pour constituer des vakıf-s avec des livres : leur dépôt dans un lieu précis avec ou sans possibilité de pouvoir les communiquer à l'extérieur; la construction d'un bâtiment d'où les livres ne peuvent pas sortir. Pour ce qui concerne notre étude, nous nous limiterons à la première possibilité car, comme nous l'avons déjà souligné, la construction d'une véritable bibliothèque publique ne sera mise en place à Istanbul qu'au siècle suivant avec la bibliothèque Köprülü en 1678.

  • 2  Il y aurait 800 volumes dans les armoires de la mosquée. En 1956, lors du transfert des ouvrages d (...)
  • 3  (AMI), Evkâf-i humâyûn muhasipligi (comptabilité des vakıfs impériaux), 102, 150-151.
  • 4  Cette bibliothèque se composait de 33 Corans «  parfaitement reliés  » et de 30 juz (parties du Co (...)

5Dans cette première catégorie pour laquelle il n'y a pas de bâtiment spécifique faisant office de bibliothèque, l'œuvre de Mehmed II est considérable. En inaugurant le complexe (külliye) de Fatih en 1470, lequel est doté de trois bibliothèques réunies par la suite en une seule au sein de la mosquée,2 le sultan donne l'impulsion à de nouvelles créations. Ainsi, Mahmud Paşa et Gedilc Ahmed Paşa, ses deux grands vizirs, constituent-ils des vakıfs importants dans Istanbul et ailleurs, dotant leurs medrese-s de bibliothèques et nommant des conservateurs (hâfiz-i kütüb). L'exemple le plus typique de bibliothèque créée à cette époque par des hommes n'appartenant pas à la classe dirigeante est celui du Şeyh Vefa (Musli-hiddin Mustafa b. Vefa-zâde). En 890 h./l485, il fonda sa bibliothèque dans son « monastère » (zâviye), lequel donna son nom au quartier : selon sa vakıfiye3cette bibliothèque, dotée d'un hâfiz-i kütüb, comptait 381 ouvrages, répartis en plusieurs domaines.4

6Conforme à sa politique de conciliation avec les 'ulamâ'et les milieux sou-fis, Bâyezid II (1481-1512), d'une part, restitua à leurs anciens détenteurs les biens des fondations saisis pour le mîrî par Mehmed II et, d'autre part, favorisa la création de nouvelles fondations. Non seulement la bibliothèque du palais de Topkapi fut considérablement enrichie, notamment grâce à des livres offerts au sultan sous forme de cadeaux (S. Ünver, 1952, 309-311), mais surtout il fonda une bibliothèque à l'école des pages de Galatasaray. De la même façon, nous connaissons l'existence d'une bibliothèque dans le complexe de Bayezid II à Istanbul, avec un conservateur payé trois aspres par jour.

  • 5  Après le décès de Miiyyed-zâde, ses livres furent partagés entre héritiers et certains furent vend (...)

7Parmi les bibliothèques privées exceptionnelles du début du XVIe siècle, il faut signaler celle de Miiyyed-zâde Abdurrahman Hatimi Çelebî (1456-1516), müder-ris et kadi-asker de Roumélie sous Bayezid II et Selim Ier : il aurait possédé, mis à part les doubles, pas moins de 7000 volumes (Tasköprü-zâde, 1975,179).5 Par ailleurs, nous possédons des témoignages montrant le souci de Selim Ier de constituer des bibliothèques et surtout d'enrichir celle du palais (i. Erünsal, 1991, 37-39).

  • 6  Sur une somme de 894 576 aspres, 35 % sont attribués au fonctionnement de la mosquée, 25 % aux med (...)
  • 7  On rencontre aux Archives de Topkapi les traces de ce type de transfert au cours du siècle, une fo (...)

8Quant à la bibliothèque Siileymaniye, elle ne figure pas dans le document de fondation établi en 1557. Autrement dit, Soliman le Magnifique (Sûleyman Ier) n'attribua au départ aucune somme destinée au fonctionnement d'une bibliothèque, permettant l'acquisition de collection de livres et, éventuellement, la nomination d'employés de bibliothèque {hâfiz-i kütüb et kâtib-i kütüb).6Tout au plus, peut-on parler de la mise en place d'un fonds d'ouvrages. Les étudiants des différentes medrese-s devaient satisfaire leur besoin en livres par les petits fonds d'ouvrages transférés du palais au kiilliye7et conservés dans les établissements d'enseignement s'y trouvant. La « vraie » bibliothèque Siileymaniye date seulement du règne de Mahmud Ier (1730-1754). Elle est alors située dans la mosquée; en 1751-1752, sur ordre du sultan, le grand vizir Mustafa Bâhir Pasa fit aménager la galerie droite de la mosquée, qui devait recevoir les ouvrages, et fit nommer dix personnes. La bibliothèque actuelle, ouverte depuis 1918, est installée dans les bâtiments qui servaient à l'origine de medrese de premier et second degré et d'école coranique (sibyân mektebi) (H. Koç, 1994, 104-105).

9Dans cet article, nous tenterons d'établir une classification des personnes qui ont constitué des bibliothèques sous forme de vakıf, de déterminer les lieux d'implantation de ces bibliothèques, et, sans aller jusqu'à dresser un catalogue exhaustif des lectures du XVIe siècle, d'analyser certains fonds d'ouvrages indiqués dans certaines vakfiye-s afin d'avoir une idée du type de lecture « en vogue » chez les grands comme chez les modestes lecteurs turcs d'Istanbul du siècle. Nous concluerons en indiquant certaines dispositions mises en place par les fondateurs pour le fonctionnement des bibliothèques.

Les fondateurs de bibliothèques vakıfs

10Il serait prétentieux de vouloir établir une liste complète des fondateurs de bibliothèques à Istanbul. Les vakfiye-s dont nous disposons peuvent cependant nous donner suffisamment d'informations pour appréhender la pratique qui consiste à laisser des livres à la disposition de certains publics, sinon de tout public, sachant lire.

  • 8  Il n'est pas sûr que son complexe religieux d'Istanbul (Şehzâdebaşi ou Saraçhâne) fut construit av (...)

11D'emblée, il faut relever que les «  bibliothèques » du XVIe siècle fondées sous forme de vakıfs sont très majoritairement l'œuvre de la classe dirigeante (voir tableau I) : le sultan et sa famille, les fonctionnaires militaires et civils ainsi que les 'ulamâ'. Aussi, sur les quarante «  bibliothèques » recensées, cinq sont fondées par la famille impériale : par le sultan lui-même (il s'agit en l'occurrence de la Süleymaniye avec toutes les réserves émises ci-dessus), par ou pour le prince Mehmed,8 fils de Soliman le Magnifique, et par les femmes ou filles des trois autres sultans : Mihrimâh, fille de Süleyman Ier et épouse de Riistem Paşa, Nurbânû, femme de Selim II, mère de Murad III, et Ismihân, fille de Selim II, épouse de Sokullu Mehmed Pasa. Deux bibliothèques sont l'œuvre des chefs des eunuques : Mehmed Aga et Gazanfer Aga. Vingt-six bibliothèques sont fondées par des pachas ou des 'ulamâ': sur les quatorze bibliothèques vakıfs des pachas, neuf sont les créations de grands vizirs dont certains sont associés étroitement au palais, soit par le harem (les eunuques), soit par des liens de mariage; douze bibliothèques sont fondées par des ' ulamâ'(şeyh'ül-islâm, kadî asker d'Anatolie, kadî, muderris, şeyh etc.). Enfin, sept autres sont des fondations créées par des personnages appartenant à diverses couches socio-professionnelles (encore que Kara Ali soit aussi un militaire) ou de métier inconnu.

12Sur un si petit nombre de bibliothèques, une statistique sur la périodisation n'a pas de sens. Cependant, on peut constater que sous Selim Ier (1512-1520), une seule bibliothèque est construite, alors que les règnes de Bâyezid II (1481-1512), Soliman le Magnifique (1520-1566), Selim II (1566-1574) et surtout Murad III (1574-1595) et Mehmed III (1595-1603) sont relativement riches en fondation de bibliothèques. Il ne faut cependant pas oublier que, parmi les personnages indiqués dans notre tableau, certains ont fait construire des medrese-s et des bibliothèques dans d'autres provinces de l'Empire.

Tableau I
Fondateurs de bibliothèques au XVIe siècle

  • 9  K. E. Kükçülu, 1962, 151-152.
  • 10  Je n'ai pas trouvé dans la vakfiye de Mihrimâh sultane (ADGW, 635/1), d'indications concernant la (...)
  • 11  ADGW, 572, 139-149.
  • 12  ADGW, Kasa n° 121.
  • 13  E. H. Ayverdi et Ö. Lütfi Barkan, 1970, 67.
  • 14  La construction du complexe religieux de Koca Mustafa Pa§a, dans le quartier portant son nom, date (...)
  • 15  ADGW, 635/2.
  • 16  ADGW, 585, 16-20.
  • 17  ADGW, 572, 27-63; ADGW, kasa n° 103.
  • 18  AOP, Suleymaniye, Haremeyn, dossier n° 1.
  • 19  ADGW, 746, 83; A. H. Demir, 1995, 263.
  • 20  Indication concernant son vakf: AOP, Muhimme n° 55, 48.
  • 21  İ. Erünsal, 1991,53.
  • 22  E. H. Ayverdi et 0. L. Barkan, 1970, 431-432.
  • 23  Sa vakfiye n'a pas été trouvée mais nous avons des indications concernant la bibliothèque dans la (...)
  • 24  İ. Eriinsal, 1991, 51 ; A. H. Demir, 1995, 262.
  • 25  ADGW, 570, 198.
  • 26  ADGW, 571, 185-186 et ADGW, 2225, 147.
  • 27  A. H. Demir, 1995, 263.
  • 28  ADGW, 571, 11-22; A. H. Demir, 1995, 262.
  • 29  E. H. Ayverdi et O. L. Barkan, 1970, 199.
  • 30  ADGW, 572, 9-14.
  • 31  A. H. Demir, 1995,265.
  • 32  ADGW, 624, 4-5.
  • 33  E. H. Ayverdi et Ô. L. Barkan, 1970, 338.
  • 34 Id, 242.
  • 35 Id, 172.
  • 36 Id, 341.
  • 37 Id, 439.
  • 38 AMI, Balat Mahkemesi, 2, P 5a-5b.
  • 39  AMI, Balat Mahkemesi, 2, P 81b-82a.
  • 40  A. H. Demir, 1995, 265 ; AMI, Rumeli Sadareti, 8, P 55a-55b.
  • 41  İ. Eriinsal, 1991,43
  • 42  AOP, Cevdet, Maarif, 5465, İ. Erünsal, 1991, 42.
  • 43  Littéralement : gardien de chien (du mot persan seg). Il s'agit d'un régiment du corps des janissa (...)
  • 44  ADGW, 570, p. 60. Ce Ferrûh était l'intendant du grand vizir Semiz (le gras) Ali Paşa.
  • 45  AMI, Galata Mahkemesi, 17, 187-188.
  • 46  AOP, Kepeci, Ruus, 217, 161.
  • 47  AMI, Evkâf-t Hümâyûn Muhasipligi, 7, P 23b.
  • 48  İ. Erünsal, 1991,47.

Fondateurs

Titre ou profession

Date de fondation

Sûleyman Ier9

sultan

1561

Mehmed

şeh-zâde (prince)

?

Mihrimâh10

sultane

1549

Ismihân11

sultane

1568

Nurbânû12

sultane

1570-1579

Atik Ali Paşa, eunuque13

grand vizir

1509

Koca Mustafa Paşa14

grand vizir

début du XVIe s.

Riistem Paşa15

grand vizir

1547

Semiz Ali Paşa16

grand vizir

1565

Sokullu Mehmed Paşa17

grand vizir

.1574-1575

Koca Sinan Paşa18

grand vizir

1586

Mesih Paşa, eunuque19

grand vizir

1586 ou 1591

Ibrahim Paşa, beau-frère de Sûleyman Ier 20

grand vizir

avant 1549

Mehmed Paşa, cerrâh (chirurgien)21

grand vizir

1593-1594

Kâsim Paşa b. Abdulhay, Giizelce (beau-frère de Süleyman Ier)22

vizir

1544

Zal Mahmud Paşa23

vizir

1569-1570

Ahmed Paşa (eunuque)24

vizir

1595-1596

Feridun Paşa (bey)25

nişancı (chef de la chancellerie)

1559-1560

Hayreddin Paşa (Barberousse)26

kapudân-i deryâ (grand amiral)

1534-1535

Mehmed Aga27

grand amiral

1591

Gazanfer Aga28

chef des eunuques

1595-1596

Ahmed Çelebi, Efdal-zâde29

şeyh'ul-islâm

avant 1546

Hamid Mahmud Efendi30

şeyh'ùl-islâm

1564-1565

Zekeriya efendi31

şeyh'ùl-islâm

1593-1594

Mehmed efendi b. Abdullah, Molla Çelebi32

kadî-asker d'Anadolu

1584

Mevlana Muhiddin, Alayieli33

'âlim

1501

Mevlana Bâlî34

'âlim

1519

Muslihiddin Çelebî b. Ahmed Çelebî el-Yeganî35

'âlim

avant 1546

Mevlana Alaüddin b. haci Sinan36

'âlim

1545-1546

Mevlana şeyh îshak b. Abdiirrezzâk37

'âlim,seyh

avant 1546

Alaüddin b. Abdurrahman al-Thâbit38

kadî

1562

Kâsim b. Hâbil39

'âlim, mûderris

1563

Emir Mehmed dede, Yorgânî40

şeyh

1564-1565

Hayreddin41

çadırcı (fabricant de tentes)

?

KaraAli42

segbân43

?

Ferrûh Aga44

kethüda (intendant)

date de construction : 1562-1563

Mahmud Bey b. Abdullah al-Mennân45

kethuda des bateliers

1593

Yunus46

tercuman (traducteur)

?

Cihan Bey47

?

?

Şâh Ali48

?

avant 1553

Type de bibliothèques et implantation dans la ville

13Si l'on ne peut pas dégager une spécialisation très affirmée en ce qui concerne les types de bibliothèques vakıfs au XVIe siècle à Istanbul, certaines dégagent quelques spécificités. Sur les 40 « bibliothèques » recensées pour cette période - y compris celle de la Süleymaniye —, on constate que la quasi-totalité des fonds d'ouvrages sont dédiés aux établissements d'enseignement religieux : dix-sept medrese-s, deux dâr-s al-hadîth- (à Findikli, fondée par Mehmed Efendi b. Abdullah, kadî-asker d'Anatolie, et à Fâtih, fondée par Mehmed Aga, chef des eunuques), une école (celle de Feridûn Ahmed Paşaà Eyiib). Dix fondateurs lèguent leur patrimoine en livres aux mosquées. Une bibliothèque a pour destination un türbe et deux des couvents de derviches (tekke). Pour le reste, les fondateurs et surtout les 'ulemd détiennent un certain nombre d'ouvrages dans leurs bibliothèques privées qu'ils constituent en vakıfs. La gestion de celles-ci est assurée d'abord par eux-mêmes, tant qu'ils sont en vie, puis elles sont transférées à un établissement religieux ou à une bibliothèque plus importante, notamment celle de Mehmed II à Fatih et à la Süleymaniye. Parmi les bibliothèques de quartier, celle de Mahmud Bey b. Abdullah, paraît intéressante : elle est fondée à l'intérieur de la mosquée de Cihângîr et était utilisée par les habitants du quartier et les fidèles fréquentant la mosquée (Cf. le document en annexe).

14En dehors de ces bibliothèques vakıf-s, nous connaissons l'existence de deux bibliothèques spécialisées : celle confiée, en 1575-1576, à Molla Kâsim, médecin en chef, contenant des ouvrages de médecine ; l'autre est la bibliothèque de l'observatoire, fondée à l'époque de Murad III, par Takiyuddin (1525-1585), astrologue impérial (i. Eriinsal, 1991, 53).

15Ces bibliothèques sont implantées (Cf. la carte) majoritairement dans les quartiers intra-muros de la ville (30 sur 40), et sont concentrées surtout dans le quartier de Fatih ou dans la périphérie de ce quartier, comme Zeyrek Çarşamba, Hirka-i Şerîf, Kogaci Dede, Draman, Murad Paşa, et dans une moindre mesure autour de la mosquée Sainte-Sophie.

16Eyüb fait également partie des quartiers de prédilection pour ce type de vakıf: Ismihan Sultane, Zal Mahmud Paşa et sa femme, Şâh Sultane, et enfin Feridûn Ahmed Paş a ont légué leur bibliothèque respectivement à la türbe, à la mosquée et à l'école qu'ils ont fait construire dans ce quartier. Les quartiers allant de Sainte-Sophie à Bâyezid (Ishak Paşa, Çemberlitaş, Eminônù, Mercan) mais aussi dans la partie centrale de la presqu'île (Siileymaniye, Bayezid, Şehzadebaşi ou Saraçhane et Vefa, Laleli ou Aksaray), sont dotés également de bibliothèques. Sur la Corne d'Or, Balat, Ayakapi et au sud, sur la mer de Marmara, Kumkapi ou encore vers les murailles terrestres, Kocamustafapaşa et Cerrahpaşa en sont également pourvus. La rive droite de la Corne d'Or, Kasimpaşa, possède également une bibliothèque, de même que Beşiktaş et Zincirlikuyu. Enfin, deux medrese-s construites à Uskiidar, par Mihrimâh Sultane et Nurbânû Sultane, contiennent également des bibliothèques.

Contenu des bibliothèques : une prépondérance religieuse

17Il est difficile d'établir une liste exhaustive des ouvrages en circulation dans les établissements vakıf s du XVIe siècle à Istanbul. Tels qu'ils figurent dans les vakfiye-s ou dans certains catalogues, les ouvrages constitués sous forme de vakıf - en tout cas ceux que nous avons trouvés - sont loin de refléter la littérature qui circulait dans les milieux d'enseignement et d'éducation.

18C'est un lieu commun de dire que ces ouvrages sont en très grande partie à caractère religieux, et que leurs domaines sont donc assez classiques : outre des exemplaires du Coran cités dans de très nombreuses vakfiye-s (même lorsque celles-ci ne concernent pas une bibliothèque), les commentaires du Coran (tafsîr), les collections de hadîth-s, les traités de droit musulman (fiqh), de controverses théologiques (kalâm), mais également des ouvrages linguistiques, notamment les grammaires et les dictionnaires, de philosophie et de raisonnement (mantiq), d'astronomie et d'astrologie, mais aussi des « romans » (légendes, contes ou épopées) populaires.

19Sur les quarante vakfiye-s étudiées, dix-sept précisent le nombre de volumes et certaines d'entre elles donnent également soit les disciplines auxquelles ces ouvrages appartiennent soit les noms des ouvrages.

Implantation des bibliothèques vakıf-s à Istanbul au XVIe siècle

Agrandir
  • 49  Archives du palais de Topkapi, E. 2803, cité par M. Bilge, 1984, 63.
  • 50  À défaut de pouvoir établir une description succincte des ouvrages indiqués dans ce programme ains (...)

20D'abord un constat : au XVIe siècle, mis à part les quelques bibliothèques que nous avons citées, les fonds ne sont pas considérables, et paraissent même dérisoires compte tenu des fortunes - et probablement des livres à domicile - de certains des dignitaires ottomans qui les mettent en place. Cela s'explique surtout par l'attribution de ces fonds à des établissements religieux d'enseignement, et donc par la stricte observance des programmes de medrese-s établis par le sultan. En effet, les ouvrages que nous avons trouvés dans les statuts des vakıfs correspondent généralement aux consignes données par le sultan quant aux ouvrages à étudier dans les medrese-s de l'Empire. Selon un document d'archives, daté de 156549 le sultan dicte et fait distribuer aux müderris les ouvrages de tafsîr, de hadîth ,de fiqh et de langue arabe, qui doivent être suivis pendant les cours. On peut déduire les programmes d'enseignement des listes de livres cités dans ce document.50

  • 51  Connu également sous le nom de Tafsîr al-Qâdî.

21Pour le tafsîr : al-Kashshâf [Haqâ'iq al-tanzîl d'Abû al-Qâsim Jâr Allah Mahmûd b. 'Umar al-Zamakhsharî al-Khurazmî (m. en 538 h./1143-1144)], Quib al-dîn [de Mahmûd b. Mehmed al-Iznîqî (m. en 821 h./l4l8)], Sa'd al-dîn, al- Qâdî al- Baydâwî [Anwâr al-tanzîl wa asrâr al-ta'wîl de Nâsir al-dîn Abû Saîd Abd Allah b. 'Umar al-Baydâwî (m. en 692)]51, Qurtûbî Uâmî ahkâm al-Qur'ân... de l'imâm Abû 'Abd Allâh Muhammad b. Ahmad b. Abû Bakr b. al-Qurtûbî (m. en 668 h./1269], Kâshânî[Ta'tuîlât al-Qur'ân de Kamâl Abu al-Gha-nam 'Abd al-Razzâq b. Jamâl al-dîn al-Kâshî al-Samarqandî (m. en 887 h./l487-1488)], al-Isfahânî [Tafiîr al-Isfàhânî de Shams al-dîn Abû al-Thanâ' Mahmûd b. 'Abd al-Rahmân al-Shâfi'î (m. en 749 h./1348-1349)].

22Pour le hadîth : Bukhârî [Jâmî al-Sahîh, ou avec son titre plus connu Sahîh al-Bukhârî d'Abû Abd Allâh Muhammad b. Ismâ'îl al-Ja'fl al-Bukhârî (m. en 256 h./869-870], Kirmânî, 'Aynî [' Umdat al-qârî'fi sharh sahîh al-Bukhârî de Badr al-dîn Mahmûd b. Ahmad b. Mûsâ b. Ahmad al-Aynî (m. en 855 h./l451)], Ibn Hajar [Fath al-bârî fi sharh al-Bukhârî d'Abû al-Fadl Ahmad b. 'Alî b. Hajar al-'Asqa-lânî (m. en 852 h./l448)], Masâbîh [Masâbîh al-sunnade l'imâm al-Shâfiî, ou celui de Husayn b. Masfûd al-Farrâ' al-Baghawî (m. en 1122)], Sahîh de Muslim, Nawawî [Hilyat al-abrâr wa shi' âral-akhyâr fi talkhîs al-da'wât wa al-adhkâr de Muhyî al-dîn Abû Zakariyyâ Yahyâ b. Sharaf b. al-Nawawî (m. en 676 h./1277)].

  • 52  Il s'agit d'un commentaire fait par le même auteur sur le bidâyat al-Mubtadî. Par ailleurs, pour l (...)

23Pour lefiqh hanafite : al-Hidâya [de Burhân al-dîn 'Alî b. Abu Bakr al-Mar-jinânî (m. en 1196-1197)]52, Nihâya [Nihâyat al-Kifâya fi dirâyat al-hidâya de 'Umar b. Sadr al-Sharî'a 'Abd Allâh b. al-Mahbûbî (m. en 672 h./1273-1274)], Ghâyat al-bayân [un commentaire d'al-Hidâya], Pazdawî. Enfin, en dictionnaire, l'on demande d'étudier le Qâmûs [al-Qâmûs al-Muhîtwa al-qâmûs al-wasît al-jâmi limâ dhahab min kalâm al-arab shamâtît de Muhammad b. Ya'qûb al-Fayrûz-âbâdî al-Shîrâzî (m. en 817 h./l4l4-l4l7].

24Pour certaines bibliothèques, nous avons seulement le nombre de volumes composant le fonds sans autres indications : ils varient entre 20 (Hayreddin Pasa) et 620 (Mevlana Bâlî). C'est le cas de Mevlana Muslihiddin Çelebi b. Mevlana Ahmed Çelebi el-Yegânî, dans le quartier de Vefa (100 volumes) ; celui d'Ahmed Çelebî b. Mehmed Efdalûddin près de la mosquée Mehmed II à Fatih (42 vol. reliés), qui consacre également une somme de 200 000 aspres et nomme un conservateur (hâfiz-t kütüb) rémunéré un aspre par jour ; celui de Muhiddîn al-£ehîr bî-Alayeli Muhiddin (dans le quartier de Murad Paşa), qui constitue, en 907 h./l 501-1502, un vakıf avec 15 aspres et 71 « ouvrages de valeur » (kutùb-i mu'tebere) qui furent tranférés, avant le recensement, en 1546, à la bibliothèque de Mehmed II.

25Pour être plus concret, il serait utile de voir de plus près les listes d'ouvrages données par quelques vakfiye-s. Le grand vizir Ali Paşa constitue son vakıf en 915 h./1509 et fait construire, outre sa mosquée et son couvent (khânekâh) à Edirne, une mosquée, une medrese, un 'imaret (soupe populaire) et un khânekâh à Istanbul. Dans sa medrese d'Istanbul, près de sa mosquée à Çemberlitas, le pacha constitue une bibliothèque de 119 volumes et nomme un conservateur (hâfiz-i kütüb) rémunéré trois aspres par jour. Les ouvrages composant sa bibliothèque sont répartis selon le tableau suivant :

Tableau II

Agrandir

26La bibliothèque du şeyh İshak b. Abdürrezzak (probablement à Üsküdar), constituée avant 1546, compte 40 ouvrages en 48 volumes, qui couvrent certaines sciences religieuses, et également l'astronomie, les mathématiques, la médecine, la philosophie et les langues arabe et persane. L'inventaire de cette bibliothèque est établi ainsi :

  • 53  Ou Tuhfat al-ra'îs. Il s'agit du commentaire de Kadi-zâde-i Rûmî Ashqâlat al-ta'sîs de Shams al-dî (...)
  • 54  Nâsir al-dîn al-Tûsî de l'observatoire de Merâga.
  • 55  Les ouvrages sur l'astrolabe dans le monde ottoman du XVIe siècle ne sont pas rares. Dans le chapi (...)
  • 56  Là encore le nom de l'auteur n'étant pas précisé nous nous permettons de renvoyer au chapitre « 'i (...)
  • 57  Cet ouvrage d'Abû Bakr Muhammad b. Zakariyyâ al-Râzî (m. en 313 h./925) est, selon P. Kraus et S.  (...)

27Mushaf-i sherîf (Coran), Kitâb al-kashshâf (4 vol.), Kitâb al-tafsîr al-wasît (2 vol.), Kitâb al-tafiîr al-wajîz li-wâhid, Kitâb min sahîh al-imâm Muslim (3 vol), Kitâb mashâriq al-anwâr, Kitâb masâbih, al-hidâya, une partiedu Kitâb al-Qâdî-khân, Kitâb sharh al-jâmî al-saghîr de Sarakhsî, Kitâb usûl al-fiqh (du même auteur), Kitâb al-mabsût, Kitâb al-tawdib, Kitâb al-usûl de Pazdâwî, Kitâb al-kashf (du même auteur), Kitâb Sharh al-fiqh al-akbar, Kitâb minhâj al-abidîn, Kitâb mîzân al-'amal, Kitâb akhlâq al-Nâsirî, Kitâb mukhtasar min al-ma'ânî, Kitâb tal-khîs al-mijtâh avec Çarpurdî, Kitâb al-taysîr, Kitâb al-mukhtasar al-sahih, Kitâb ishâh al-Acemi, Kitâb td bîr al-Jârisî, Kitâb al-mabda' wa al-mî âd d'Ibn Sînâ, Kitâb al-hikma al-ilhâmiyya, Kitâb al-handasa, Kitâb al-muntahâ al-idrâk fî taqâsîm al- aflâk, Kitâb na't al-hayawân d'Aristote, Kitâb thamarat al-Bat lamyos min al-nujûm, Kitâb shark ashqât al-ta'sîs,53 Kitâb shark al-Çagminî li-Qâdi-zâde, shark-i sî fasl54 et Risâlat al-usturlâb55(les trois en un volume), Kitâb fi'ilm al-bisâb56et Risâlat al-usturlâb (en un seul volume), Kitâb 'uyûn al-anba' fi tabaqât al-atibbâ', Kitâb shark fis ûl ebukrat li-Qureshî, Kitâb minhâj al-bayyinât min al-tib, Kitâb al-fùsûs li-Muhyî al-dîn al-'Arabî, Kitâb al-hâwî min al- tîb57enfin al-Jam'iyyât.

  • 58  Nasi al-dîn ‘Abd Allâh b. 'Umar b. Muhammad el-Baydâwî (m. en 685 h./1286). Son commentaire du Cor (...)
  • 59  En l'absence d'auteur précis, nous devons faire des suppositions sur le titre exact de cet ouvrage (...)
  • 60  Manâr al-anwâr d'Abû al-Barakât 'Abd Allah b. Ahmad Hâfiz al-dîn al-Nasafî (m. en 710 h./1310-1311 (...)
  • 61  Ibrâhîm b. Muhammad al-Halabî (m. en 956 h./ 1160).
  • 62  C'est un commentaire fait par le même auteur sur le Ghurar al-ahkâm.
  • 63  De Sirâj al-dîn Muhammad b. Mahmûd b. 'Abd al-Rashîd al-Sajawandî. L'ouvrage a été commenté de nom (...)
  • 64  Ibn Mâlik b. 'Abd Allah (m. 672 h./ 1273-1274).
  • 65  Probablement celui intitulé Mushkilât al-Qur'ân d'Abû Muhammad al-Makkî b. Abu Tâlib al-Qaysî (m. (...)

28La bibliothèque que Hayreddin Paşa, dit Barberousse, grand amiral de la flotte ottomane (m. en 1546), fonda dans son dâr'ül-hadîth à Beşiktaş contient seulement 20 volumes. Il s'agit, outre d'un Coran « calligraphié », des ouvrages suivants : Bukharî, Tafsîr al-Baydâwî,58 Tafsîr al-Ghâzî, al-Masâbîh al-sharîfa, Mishkât al-anwâr,59un commentaire du Manâr,60 Kitâb al-anwâr, un commentaire de 'Isa fait à Kenz, Multaqâ al-abhur fi furû' al-hanafiyya,61un commentaire de Shar'a (sic), Durar al-hukkâm de Molla Hüsrev (m. en 885 h./l480),62 Lughat al-mirqât, Khulâsat al-fatâwâ, un autre ouvrage d'Ibrâhîm Halabî, 'Alî Qâdî, al-Farâ'id,63 Sadr al-sharîa, al-Kâfiya wa al-shâfiya fi al-nahw,64 Mushkilâ65 et Molla Jâmî.

  • 66  Cela ne veut pas dire que Riistem Paşa possédait seulement ces ouvrages. Au contraire, d'après son (...)
  • 67  Le nom de l'ouvrage est en réalité Mafâtih al-ghayb. Son auteur est Fakhr al-dîn Muhammad b.'Umar (...)
  • 68  Kâtib Çelebî présente deux ibn 'Atiyya, l'ancien (al-qadîm) et le tardif (al-muta'akhkhir). L'ouvr (...)
  • 69  Le commentaire d'al-Hâfid Abu al-Fidâ' Ismâ'îl b. 'Umar al-Qurashî al-Dimashqî (m. en 774 h./1372)
  • 70  Plus exactement, Tâj al-tarâjim fi tafiîr al-Qur'ân al-'azim de Abû-Mudaffar Tâhir b. Muhammad al- (...)
  • 71  Shams al-dîn Abû al-Muzaffar Yûsuf b. Qazaghlî al-Hanafî (m. en 654 h./1256).
  • 72  Le document de fondation ne donne pas plus de précisions sur cet ouvrage. Il serait donc hasardeux (...)
  • 73  Le fameux traité d'Abû al-Sa'adât Mubârak b. Muhammad al-ma'rûf bi-Ibn al-Athîr al-Jazarî al-Shâfi (...)
  • 74  L'autre ouvrage célèbre de collection de hadîth-s de Bukhârî.
  • 75  Aydin Yüksel a également publié cette vakfiye de façon succincte mais elle contient quelques erreu (...)

29Dans cette série de bibliothèques, fondées par les pachas, il serait intéressant d'analyser brièvement la bibliothèque concédée en vakıfa au profit de sa medrese par Riistem Paşa. Sa vakfiye n'est pas parmi les plus instructives sur le plan de la variété des livres mis à la disposition des étudiants de medrese-s ou lus dans les bibliothèques vakıfis du XVIe siècle à Istanbul, mais il est le seul à donner des indications techniques sur les livres. Homme richissime et apparemment d'un goût exquis, Riistem Paşa fait détailler les quelque 130 volumes de manuscrits, dont les titres de plusieurs ne sont pas précisés, dédiés à sa medrese à. Istanbul.66 D'abord, les rares titres indiqués dans sa vakfiye: Kitâb al-tafsîr al-kabîr (2 exemplaires),67 Tafiîr al-Qâdî(6 exemplaires), Tafiîr al-madârik (1 vol.), Tafsîr la-shaykh (2 vol.), Tafsîr Ibn'Atiyya (5 vol.),68 Tafsîr al-Wasî(4 vol.), Tafsîr Ibn Kathîr (6 vol.),69 Tafi-sîr al-Isfahânî (8 vol.), Tafsîr al-Tâj al-tarâjim (1 vol.),70 Tafsîr Husayn Wâ'id (1 vol.), Tafsîr al-Masîrd' Ibn al-Jawzî71 (incomplet, 2 vol.), Kashf al-asrâr (1 vol.),72Bukhârî (30 fascicules = qit'a), deux autres Bukhârî (1 et 2 vol.), Muslim (1 vol), Jàmi al-usûlfi ahâdîth al-rasûl (1 vol.),73 Kitâb al-jàmî al-kabîr (7 vol),74 un ouvrage d'Ibn Hajar (9 vol.), un ouvrage de Aynî (13 vol.). Les deux ouvrages d'al-Ghazâlî, Kitâb ihyâ''ulûm al-dîn, Minhâj al-âbidîn, l'ouvrage d'al-Nawawî, Riyâd al-şâlihîn, l'ouvrage d'Abû al-Layth al-Samarqandî, Tanbîh al-gbâfilîn, et enfin l'ouvrage de l'imâm al-Qurtûbî, Tadhkirat al-ahwâlal-akhîra (en un seul vol.). Enfin 62 volumes dont les noms ne sont pas indiqués.75

30Lorsque les vakfiye-s établissent l'inventaire des ouvrages mis à la disposition des medrese-s ou du public, elles indiquent très souvent leur état de couverture, reliée ou non. Nous n'avons pratiquement pas de description sur la nature de l'écriture ni sur le papier utilisé. En revanche, le document de fondation de Rüstem Paşa donne des indications précieuses quant à la nature du papier utilisé dans les manuscrits.

  • 76  Publié par İbnülemin Mahmud Kemal, Istanbul 1926.

31D'abord, il faut remarquer que la totalité du papier utilisé pour ces manuscrits est d'origine orientale, en tout cas porte le nom d'oriental. Or, selon Mustafa Ali (1541-1599), l'auteur du Menâktb-i Hùnerverân76les papiers d'origine orientale sont de qualité inférieure en comparaison avec les papiers occidentaux, et il déconseille d'utiliser ce type de papier, notamment celui fabriqué et appelé dirmşkî où dimtşkî (damascain). Il se trouve que, sur 115 volumes pour lesquels la qualité du papier est indiquée, 94 sont calligraphiés sur le papier dirmşkîet ses variantes (ancien dtmşkî, imitation dirmşkî, grand dirmşkî, petit dwuşkî). Les papiers dits devlet-iâbâdîtt naturellement hindi ont pour origine des villes indiennes, notamment Haydarâbâd et Ahmadâbâd. Quant au papier dit samarqandî, il est décrit comme étant de «  couleur foncé, grossier mais résistant » (M. Kùtükoglu, 1994, 24). Ce papier dit abâdî fabriqué dans la ville indienne de Devlet-Abâd et dont la matière première est de la soie, est le meilleur papier des papiers orientaux. Par ailleurs, nous savons que malgré la mauvaise qualité de certains papiers, ils subissent un traitement assez laborieux pour les rendre lisses et aptes à recevoir le calame du calligraphe (M. Kütükoġlu, 1994, 18-23).

Tableau III
Les papiers utilisés dans les manuscrits de Rüstem Paşa

  • 77  Les types de papier correspondent à leur provenance, dimtşkî : de Damas; samarqandî : de Samarkand (...)
  • 78  Ce papier dispose de plusieurs qualités et dimensions. Aussi, pour trente et un volumes, le papier (...)

Types de papiers77

Volumes

%

dimşkî et ses variantes78

94

81,73

samarqandî

7

6,08

hindî

5

3,34

devlet-i âbâdî

5

3,34

hamevî

4

3,34

total

115

100

Quelques dispositions sur le fonctionnement des bibliothèques

32Nous l'avons dit, les bibliothèques du XVIe siècle n'étant pas en général des institutions indépendantes du complexe religieux dans lequel elles se trouvent, il serait vain de chercher des budgets de fonctionnement et des employés spécifiques nommés pour leur entretien et leur gestion : les dépenses, surtout pour restaurer les ouvrages ou remplacer les pertes, sont prises en charge par le budget de l'institution. Par contre, les fondateurs fortunés (quelques-uns des plus modestes aussi) prévoient, en général, un hâfiz-i kütüb parmi le personnel de l'établissement fondation (nous en avons douze sur quarante bibliothèques), en lui allouant un salaire, qui varie souvent entre un et trois aspres par jour.

33Quant aux conditions de prêt des livres aux lecteurs, elles varient d'une bibliothèque à une autre, mais la règle générale pour cette époque est dans le sens de la possibilité de prêt à condition de ne pas sortir les livres en dehors d'Istanbul et que, systématiquement, l'on verse une caution (ou désigne une personne de confiance). La durée de prêt à l'extérieur varie de la même façon : elle est d'un an chez Hamid Mahmud Efendi, şeyh'ül-islam (1574-1577), mais de seulement un mois chez Mahmud b. 'Abdullah al-Mennan. Cette pratique, héritée du passé, sera aux siècles suivants sinon supprimée du moins limitée, compte tenu des pertes constatées dans les collections.

34Si l'institution du vakıf ne constitue pas un véritable observatoire pour la lecture au XVIe siècle à Istanbul, elle nous indique par contre le chemin pris par la suite avec la construction des bâtiments publics de lecture. Les listes données par certaines vakfiye-s nous renseignent également sur l'univers intellectuel, notamment des 'ulamâ' et des étudiants de medrese-s et, dans une moindre mesure, des populations des quartiers.

Haut de page

Bibliographie

Documents d'archives

Direction générale des vakıf-s à Ankara (ADGW) :
Defier: 570, 60 et 198; 571, 11-22, 185-186; 572, 9-14, 139-149; 585, 16-20 ; 624, 4-5 ; 635/1 ; 635/2 ; 746, 83 ; 2225, 147.
Kasa: n° 121.

Archives ottomanes de la Présidence du Conseil (AOP) :
Kepeci, Haremeyn Muhasebesi, vol. 3304, 9.
Kepeci, Ruus, vol. 217, 161.
Süleymâniye, Haremeyn, dossier n° 1.
Mühimme, vol. 55, 48.
Cevdet, Maarif, 5465.

Archives du Müftülük d'Istanbul (AMI) :
Evkâf-i Humâyùn Muhasipligi (comptabilité des vakıfi impériaux) : vol. 7, P 23b; vol. 102, p. 150-151.
Balat Mahkemesi, vol. 2, P 5a-5b; P 81b-82a.
Galata Mahkemesi, vol. 17, 187-188.
Rumeli Sadareti, 8, P 55a-55b.

Archives du Palais de Topkapi, D. 9291, E 8611/1 et E 2803/1.

Bibliothèque de Topkapi, EH 3003, f 100b - f 106b.

Bibliothèque de la Süleymaniye, Esat Efendi, 3752/2.

Bibliographie

AYVERDI Ekrem Hakki et BARKAN Ömer Lütfî, 1970, İstanbul Vakıflan Tahrir Defteri, 953 (1546) Tarihli, Istanbul, Baha Matbaasi.

BILGE Mustafa, 1984, İlk Osmanh Medreseleri, Istanbul, Edebiyat Fakultesi Basimevi.

DEMIR A. Hâki (dir.), 1995, Fâtih Câmileri ve diger Târihî Eserler, Istanbul, Turkiye Diyanet Vakfi Fatih şubesi.

ERÜNSAL İsmail, 1991, Kurulustan Tanzimat'a Kadar Osmanlt Vahf Kütùphaneleri, Türk Kütù-phaneleri Tarihi, II, Ankara, Tiirk Tarih Kurumu.

KATIB ÇELEBI Haci Halife, 1971, Kashf al-zunûn 'an asâmî al-kutub wa al-funûn, 2 vol. Istanbul, Milli Egitim Basimevi.

KOÇ Havva, 1994, «  Süleymaniye Külliyesi », in Dünden Bugüne Istanbul Ansiklopedisi, VII, Istanbul, Kültür Bakanllgi ve Tarih Vakfi, 104-105.

KRAUS P. et PINS S., 1988, İslâm Ansiklopedisi, Istanbul, Milli Egitim Basimevi, 642-645.

KUBAN Doğan, 1994, «  Süleymaniye Külliyesi », in Dünden Bugüne Istanbul Ansiklopedisi, VII, Istanbul, Kiiltiir Bakanhgi ve Tarih Vakfi, 96-104.

KÜTÜKOGLU Mübahat, 1994, Osmank Belgelerinin Dili (diplomatika), Istanbul, Kubbe Ala.

TASKÖPRÜ-ZÂDE, 1975, al-Shaqâ'iq al-nu'mâniyya fi1ulamâ'al-dawlat al- uthmâniyya, Beyrouth.

ÜNVER Süheyl, 1952, «  İkinci Selim'e kadar Osmanh Hükümdarlannin Hususî Kütüphaneleri Hakkinda », in IV. Tiirk tarih Kongresi, Ankara.

UZUNÇARŞILI İsmail Hakki, 1984, Osmanlt DevUtinin Merkez ve Bahriye Teskilâu, Ankara, Tiirk Tarih Kurumu.

YÜKSEL Aydin, 1995, «  Sadrazam Rüstem Paşanin Vakıflan », in Ekrem Hakkt Ayverdi Hâtira Kitabt, Istanbul, Istanbul Fetih Cemiyeti, 219-281.

Haut de page

Annexe

Une bibliothèque vakıf « populaire » à Istanbul au XVIe siècle (le vakıf de Mahmûd b. 'Abdullah al-Mennân)

[Après les éloges d'usage à Dieu et au Prophète Muhammad...] Après cela, ce qui a appelé à écrire ce texte et ce qui a nécessité de mettre en lignes ce discours est le suivant : le bienfaiteur et le propriétaire de la bonté, alignant les dons et les aumônes, Mahmûd b. 'Abdullah al-Mennân, estimé parmi ses comparables et doyen des nobles, intendant des bateliers, habitant le quartier de Sultan Cihangir — que Dieu lui soit miséricordieux - à l'extérieur de Galata, se présentant devant l'assemblée de la sharî a, aux piliers très hauts, fierté de la religion et aux colonnes très solidement ancrées, nomme comme administrateur [...]79 afin de faire enregistrer le vakıf indiqué ci-dessous. Devant l'assemblée, il a déclaré, conformément à la sharî a vraie, et il a avoué tel que cela est en vigueur [ce qui suit] : en l'extrayant de ma propriété, j'ai mis en vakıf conformément à l'usage en cours, immobilisé et mis à la disposition [du public], gratuitement, suivant les règles du jugement, un abri de bateau en bois que j'ai construit, en dehors du quartier évoqué. Faisant partie de ma fortune et inclus dans ma propriété se trouvant sous ma main propre, dans mon bien et en ma possession propre, [cet abri] est bordé d'un côté par la propriété de Süleymân b. 'Abdullah, d'un autre côté par le vakıf du sultan Bayezid - que la miséricorde et le pardon de Dieu soient sur lui - , d'un côté par la mer, et enfin, d'un côté, par la route.

Archives du Müftiiluk d'Istanbul, Galata Mahkemesi, vol. 17, pp. 187-188

Agrandir

Par ailleurs, et toujours de mon bien principal et de ma propriété propre, [j'ai mis en vakıf] un parfait Muhammediyye,80un Anwâr al-Ashkîn, un Tewârikh-i Taberî, les quatrième et cinquième tomes en un seul volume, le tout faisant six volumes, un parfait (Inâye, un Sadr al-sharî a, un Ahî Çelebî, un Sharh-i Miftâh Seyyîd al-sharîf trois versions différentes de Mawlid al-Nabî, un Wafâ'ik al-ahbâr, une traduction du Jawhar, un Miftâh al-janna avec un Munâjât'i- Mûsâ 'alayhi al-salâm, un recueil (majmû'a) contenant les vertus des mois de Sha'bân et de Ramadân, du brossage des dents, des ablutions ainsi que certains conseils, un volume contenant des hadîth-s prophétiques, relatifs au glorieux 'Alî - que Dieu soit satisfait de lui - ainsi que certains conseils, deux Dâstâns (épopée) de Muhammed Hanafî avec l'épopée de Kurî Baş , un Mihr-i Vefâ avec Firâqnâme-i Vefâ, un recueil de Mawa'iz vefurûd (conseils et obligations) et Dhikr-i ahwâl al-qîymat, un Qissa-i temmîm al-dârî avec Hikâye-i Kesik Baş , un Maqtal-i Hùseyin, un Seyyîd Battâl Gâzî, Jâriye-nâme, un Risâla-i mahabbat Allah avec Ayyuhâ al-walad, un Tawârikh-i'Alî'Osman, un Ta'bîr-iRu'yâ avec des prières, un Mansûr-nâme, un Kitâb-i felekiyyât, un volume de Awrâd avec un Tofsîr-i sûret al-nâzî at, Sharh-i du'a-i Yûsuf alayhi al-selâm avec quelques prières, un Dânisten, un Sha-râ'i al-îmân, un Yûsufve Zuleyhâ, un volume en turc de Muqaddime-i Abû al-Leyth-i Ebleh (?), un Iskender-nâme, un Ca'fer-i Ilyâs Ktssasi et un Inshâ (recueil), le tout en 39 volumes. Mes livres susmentionnés sont également extraits et séparés de mes biens [...] pour les constituer en vakıf, cherchant ainsi la direction de Dieu, le Généreux, et l'exonération de toute punition pour le jour où les richesses et les enfants ne seront d'aucune utilité, si ce n'est pour lui qui viendra à Dieu avec un cœur droit81, et le tout est livré pour l'enregistrement à l'administrateur [...] susmentionné que j'ai nommé, et celui-ci aussi a saisi [le vakıf] et en a pris possession.

Et il fie fondateur] a émis les conditions suivantes : que l'abri en bois déjà mentionné, conformément à la volonté divine, soit loué et que du produit annuel dû à cette location, on paie dix aspres par mois au conservateur des livres vakıf- s et que tous les mois, quatre aspres soient versés pour la muqât a'a’i-zemîn (taxe foncière) et que le reste soit possédé et gardé dans les mains de l'administrateur du vakıf afin que celui-ci les dépense lorsque le besoin viendra pour le changement et la restauration des reliures des livres susmentionnés que j'ai constitués en vakıf.

Il a encore émis les conditions suivantes : que les livres indiqués soient gardés et conservés dans l'armoire que j'ai déposée dans la mosquée sacrée du Sultan Cihangir, et que le müezzin en chef de cette mosquée soit le conservateur et que celui-ci les donne [prête] pour utilisation et profit, en échange d'une hypothèque solide [caution] à ceux qui sont capables de les étudier et de les lire et que celui-ci enregistre les noms des livres et des emprunteurs ainsi que la description de ceux-ci, en collant au-dessous les reçus de leurs cautions, ainsi que la date du prêt, mais que l'on ne prête à personne au-delà d'un mois ; et que tous ceux qui sont employés dans cette mosquée soient les superviseurs (nâzir) sur ces livres et qu'au début de chaque année, on fasse un recensement afin de faire rembourser [les lecteurs] qui doivent des indemnisations, selon les règles de la sharî'a, et s'il n'est pas possible de récupérer les indemnisations, qu'elles soient directement prélevées sur le surplus des revenus du vakıf afin de remplacer les livres.

Et après que l'administrateur en question eut pris possession de la totalité du vakıf devant l'assemblée de la sharî'a et qu'il l'eut déclaré ouvertement, et après que le fondateur eut confirmé les clauses [du vakıf], terminant et complétant ainsi ce vakıf selon les règles en vigueur, celui-ci déclare que, selon la plupart des docteurs de loi (mujtahid) et la majorité des imams de la religion, le vakıf des biens meubles82 n'est pas licite, et que cela étant également confirmé par les ouvrages réputés, il s'apprête à renoncer à ce vakıf de livres et à les restituer à sa propriété initiale. À ce moment, l'administrateur susmentionné [...], guide de la voie de l'islam et défenseur du Prophète — que la paix soit sur lui - réplique que selon un des trois imams, Muhammad b. Hasan al-Shaybânî - que Dieu lui soit miséricordieux - ces types de biens meubles peuvent être constitués comme vakıf et que leur vakıf est licite et irrévocable, et que ce point de vue a été accepté par les grands şeyh-s postérieurs ; cela fait ainsi obstacle au renoncement du fondateur au vakıf et à la restitution à sa propriété. Puis, ils [le fondateur et l'administrateur] s'adressent au juge - que Dieu fasse sa vie une vie satisfaisante —, qui a dessiné l'acte au sein du livre et le consultent ; et après cela, comme il n'est pas possible de revenir sur le premier et meilleur vakıf et de donner une contre-fatwâ, le juge - que son grade soit élevé et que Dieu lui donne la récompense -décide devant témoins, avec toute la justice couvrant l'univers, conformément à ce qui s'est passé, à la validité et à l'irrévocabilité du vakıf susdit. Ainsi, avec l'obligation de la décision, le jugement est devenu complet et sa construction est entièrement achevée ; le vakıf devenant ainsi irrévocable et définitif, il est enregistré et tout le monde est tombé d'accord. Personne, après cela, ne pourra le changer, le modifier ou le dénaturer, et sa transformation étant entièrement interdite, celui qui, après avoir entendu les dispositions du [testateur] au moment de sa mort, les aura dénaturées, commettra un crime. Dieu voit et entend tout.83Et que la récompense pour le fondateur soit par Dieu, le plus grand. Écrit au milieu du mois de jumâdâ al-ûlâ, an 1002 de l'hégire du Prophète (janvier 1593).

Témoins présents [suivent les noms de huit personnes]
Archives du Müftülük d'Istanbul, Galata Mahkemesi, vol, 17, 187-188
(Note : le soulignement, les italiques et les paragraphes sont mis par nous).

Haut de page

Notes

1  Mis à part naturellement la bibliothèque impériale, fondée au « Vieux palais », par le transfert des livres conservés à Manisa et au palais d'Edirne.

2  Il y aurait 800 volumes dans les armoires de la mosquée. En 1956, lors du transfert des ouvrages de la bibliothèque Millet à la bibliothèque Suleymaniye, on comptait 6614 ouvrages (A. H. Demir, 1995, 261).

3  (AMI), Evkâf-i humâyûn muhasipligi (comptabilité des vakıfs impériaux), 102, 150-151.

4  Cette bibliothèque se composait de 33 Corans «  parfaitement reliés  » et de 30 juz (parties du Coran), de 59 tafsîtr (commentaires du Coran), usûl al-tafisîr tt al-tajwîd « reliés et non reliés », de 50 collections de hadîth-s, de 12 volumes relatifs aux usûlal-fiqh (fondements du droit), de 100 volumes de tasawwûf(littérature mystique), de 21 volumes de littérature et de grammaire, de 14 volumes de médecine, de 5 volumes de kalâm (théologie), de 3 ouvrages de raisonnement (mantiq), de 6 volumes d'astronomie, 21 recueils de poèmes (dîwân) en turc et en arabe, et de 14 dictionnaires.

5  Après le décès de Miiyyed-zâde, ses livres furent partagés entre héritiers et certains furent vendus. Sur l'ordre du sultan, la bibliothèque fut reconstituée mais en définitive, seulement 2 112 ouvrages purent être récupérés et ajoutés à la bibliothèque du palais (Cf. le catalogue de cette bibliothèque, Archives du palais de Topkapi, D. 9291).

6  Sur une somme de 894 576 aspres, 35 % sont attribués au fonctionnement de la mosquée, 25 % aux medreses et dâr'ùl-hadîth, 15 % au türbe, 13 % à l'hôpital, 5 % au imaret, 2 % à l'ensemble des services communs et une petite somme pour le fonctionnement de l'école coranique (D. Kuban, 1994, VII, 97). La seule mention dans l'acte de fondation de la Süleymaniye concernant la « bibliothèque » est conçue ainsi : «  lorsqu'on se procurera des livres pour les medrese-s sus mentionnées, le grand-vizir nommera des hâfiz-i kutub et kâtib-i kutub et précisera leurs fonctions  » (î. Eriinsal, 1991, 45).

7  On rencontre aux Archives de Topkapi les traces de ce type de transfert au cours du siècle, une fois en 1561 et une autre fois en 1566 (E 8611/1 et E 2803/1). Le document d'archives le plus ancien que l'on ait trouvé, indiquant la nomination des employés de bibliothèque pour la Siileymaniye, date de 1583 (î. Eriinsal, 1991, 46).

8  Il n'est pas sûr que son complexe religieux d'Istanbul (Şehzâdebaşi ou Saraçhâne) fut construit avant sa mort (D. Kuban, 1994, VII, 152). Les cérémonies funéraires du prince Mehmed eurent lieu, le 16 octobre 1543, alors que le külliye fut terminé en 1548. Dans ce cas, et eu égard à sa vakfiye (Bibliothèque de Topkapi, EH 3003, f 100b - 106b), la construction commença avant sa mort et fut achevée par son père.

9  K. E. Kükçülu, 1962, 151-152.

10  Je n'ai pas trouvé dans la vakfiye de Mihrimâh sultane (ADGW, 635/1), d'indications concernant la bibliothèque ou les ouvrages dédiés à la medrese d'Uskiidar. Mais H. Eriinsal indique bien que «  dans les medrese-s fondées par Sûleyman le Législateur (Kânûnî) pour Çehzâ-de Mehmed et Mihrimâh Sultane, il consacra une bibliothèque  » (I. Eriinsal, 1991, 45). Un exemplaire de sa vakfiye se trouve à la bibliothèque Suleymaniye, Esat Efendi, 3752 / 2.

11  ADGW, 572, 139-149.

12  ADGW, Kasa n° 121.

13  E. H. Ayverdi et Ö. Lütfi Barkan, 1970, 67.

14  La construction du complexe religieux de Koca Mustafa Pa§a, dans le quartier portant son nom, date de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. Sa vakfiye (E. H. Ayverdi et O. L. Barkan, 1970, 366-369) n'est pas datée et il ne contient pas d'indications concernant une bibliothèque. Nous savons seulement qu'entre 1602 et 1606, un hâfiz-t kütüb y était salarié 2 aspres par jour (AOP, Kepeci, Haremeyn Muhasebesi, 3304, 9).

15  ADGW, 635/2.

16  ADGW, 585, 16-20.

17  ADGW, 572, 27-63; ADGW, kasa n° 103.

18  AOP, Suleymaniye, Haremeyn, dossier n° 1.

19  ADGW, 746, 83; A. H. Demir, 1995, 263.

20  Indication concernant son vakf: AOP, Muhimme n° 55, 48.

21  İ. Erünsal, 1991,53.

22  E. H. Ayverdi et 0. L. Barkan, 1970, 431-432.

23  Sa vakfiye n'a pas été trouvée mais nous avons des indications concernant la bibliothèque dans la medrese (AOP, Runs, 14).

24  İ. Eriinsal, 1991, 51 ; A. H. Demir, 1995, 262.

25  ADGW, 570, 198.

26  ADGW, 571, 185-186 et ADGW, 2225, 147.

27  A. H. Demir, 1995, 263.

28  ADGW, 571, 11-22; A. H. Demir, 1995, 262.

29  E. H. Ayverdi et O. L. Barkan, 1970, 199.

30  ADGW, 572, 9-14.

31  A. H. Demir, 1995,265.

32  ADGW, 624, 4-5.

33  E. H. Ayverdi et Ô. L. Barkan, 1970, 338.

34 Id, 242.

35 Id, 172.

36 Id, 341.

37 Id, 439.

38 AMI, Balat Mahkemesi, 2, P 5a-5b.

39  AMI, Balat Mahkemesi, 2, P 81b-82a.

40  A. H. Demir, 1995, 265 ; AMI, Rumeli Sadareti, 8, P 55a-55b.

41  İ. Eriinsal, 1991,43

42  AOP, Cevdet, Maarif, 5465, İ. Erünsal, 1991, 42.

43  Littéralement : gardien de chien (du mot persan seg). Il s'agit d'un régiment du corps des janissaires.

44  ADGW, 570, p. 60. Ce Ferrûh était l'intendant du grand vizir Semiz (le gras) Ali Paşa.

45  AMI, Galata Mahkemesi, 17, 187-188.

46  AOP, Kepeci, Ruus, 217, 161.

47  AMI, Evkâf-t Hümâyûn Muhasipligi, 7, P 23b.

48  İ. Erünsal, 1991,47.

49  Archives du palais de Topkapi, E. 2803, cité par M. Bilge, 1984, 63.

50  À défaut de pouvoir établir une description succincte des ouvrages indiqués dans ce programme ainsi que de ceux mentionnés dans les vakfiye-s étudiées, nous avons essayé, à partir de Kashf al-zunûn de Kâtib Çelebî, de trouver autant que possible leurs intitulés complets ainsi que leurs auteurs, travail, il faut le dire, particulièrement fastidieux.

51  Connu également sous le nom de Tafsîr al-Qâdî.

52  Il s'agit d'un commentaire fait par le même auteur sur le bidâyat al-Mubtadî. Par ailleurs, pour les nombreux autres commentaires de cet ouvrage (cf. K. Çelebî, II, 2031-2040).

53  Ou Tuhfat al-ra'îs. Il s'agit du commentaire de Kadi-zâde-i Rûmî Ashqâlat al-ta'sîs de Shams al-dîn Muhammad b. Ashraf al-Samarqandî al-Husaynî (m. en 683 h./1284). Cet ouvrage de géométrie d'Euclide était le manuel incontournable des medrese-s ottomanes.

54  Nâsir al-dîn al-Tûsî de l'observatoire de Merâga.

55  Les ouvrages sur l'astrolabe dans le monde ottoman du XVIe siècle ne sont pas rares. Dans le chapitre correspondant, Kâtib Çelebî en cite plusieurs aussi bien en arabe qu'en persan (K. Çelebî, 1941,845-845).

56  Là encore le nom de l'auteur n'étant pas précisé nous nous permettons de renvoyer au chapitre « 'ilm al-èisâb » (K. Çelebî, 1941, 661-665).

57  Cet ouvrage d'Abû Bakr Muhammad b. Zakariyyâ al-Râzî (m. en 313 h./925) est, selon P. Kraus et S. Pines (1988, 642-645) «  la plus grande encyclopédie médicale écrite en langue arabe.  »

58  Nasi al-dîn ‘Abd Allâh b. 'Umar b. Muhammad el-Baydâwî (m. en 685 h./1286). Son commentaire du Coran est intitulé en réalité Anwâr al-tenzîl wa asrâr al-ta'wîl.

59  En l'absence d'auteur précis, nous devons faire des suppositions sur le titre exact de cet ouvrage. Il s'agit probablement de celui attribué à Abû Hâmid Muhammad b. Muhammad al-Ghazâlî (m. en 505 h./l 111). Dans ce cas il serait intitulé : Mishkât al-anwâr wa masafât al-asrâr. Par ailleurs, Kâtib Çelebî recense cinq autres ouvrages commençant par les mots « Mishkât al-anwâr » : Mishkât al-anwâr fi lat â'if al-akhbâr (attribution douteuse à Muhammad al-Ghazâlî), Mishkât al-anwâr fi-mâ ruwiya 'an Allâh subhânahu min al-akhbàr de Muhyî al-dîn Muhammad b. al-Andalusî (m. en 638 h./ 1240-1241), Mishkât al-anwâr fi riyâd al-azhâr de Muhammad al-Ghazâlî, enfin le dernier porte le même titre que celui de al-Ghazâlî mais attribué, selon Kâtib Çelebî, à un « ahl al-tasawwuf » (K. Çelebî, 1941,1, 1693-1694).

60  Manâr al-anwâr d'Abû al-Barakât 'Abd Allah b. Ahmad Hâfiz al-dîn al-Nasafî (m. en 710 h./1310-1311). Il est bien entendu impossible de savoir de quel commentaire il s'agit, car jusqu'à la fin du XVIe siècle, on en compte une vingtaine plus ou moins importants (K. Çelebî, II, 1823-1827).

61  Ibrâhîm b. Muhammad al-Halabî (m. en 956 h./ 1160).

62  C'est un commentaire fait par le même auteur sur le Ghurar al-ahkâm.

63  De Sirâj al-dîn Muhammad b. Mahmûd b. 'Abd al-Rashîd al-Sajawandî. L'ouvrage a été commenté de nombreuses fois par les auteurs ottomans (M. Bilge, 1984, 49).

64  Ibn Mâlik b. 'Abd Allah (m. 672 h./ 1273-1274).

65  Probablement celui intitulé Mushkilât al-Qur'ân d'Abû Muhammad al-Makkî b. Abu Tâlib al-Qaysî (m. en 437).

66  Cela ne veut pas dire que Riistem Paşa possédait seulement ces ouvrages. Au contraire, d'après son inventaire après décès, il aurait une collection composée de 8000 exemplaires calligraphiés du Coran et de 5000 autres volumes de livres divers (I. H. Uzunçarşih, 1984, 166).

67  Le nom de l'ouvrage est en réalité Mafâtih al-ghayb. Son auteur est Fakhr al-dîn Muhammad b.'Umar al-Râzî (m. en 606 h./1209).

68  Kâtib Çelebî présente deux ibn 'Atiyya, l'ancien (al-qadîm) et le tardif (al-muta'akhkhir). L'ouvrage consacré comme vakıf par Rüstem Paşa doit être probablement celui de Muhammad 'Abd Allâh b. 'Atiyya al-Dimashqî (m. en 383 h./993). Le second auteur se nomme Abu Muhammad 'Abd Allâh b. 'Abd al-Haqq.

69  Le commentaire d'al-Hâfid Abu al-Fidâ' Ismâ'îl b. 'Umar al-Qurashî al-Dimashqî (m. en 774 h./1372).

70  Plus exactement, Tâj al-tarâjim fi tafiîr al-Qur'ân al-'azim de Abû-Mudaffar Tâhir b. Muhammad al-Asfarânî.

71  Shams al-dîn Abû al-Muzaffar Yûsuf b. Qazaghlî al-Hanafî (m. en 654 h./1256).

72  Le document de fondation ne donne pas plus de précisions sur cet ouvrage. Il serait donc hasardeux d'indiquer un auteur, car sous le nom de Kashf al-asrâr, Kâtib Çelebî recense six ouvrages. Par ailleurs, les titres de six autres ouvrages commencent par Kashf al-asrâr (K. Çelebî, 1971, II, 1485-1486).

73  Le fameux traité d'Abû al-Sa'adât Mubârak b. Muhammad al-ma'rûf bi-Ibn al-Athîr al-Jazarî al-Shâfi'î (m. en 606).

74  L'autre ouvrage célèbre de collection de hadîth-s de Bukhârî.

75  Aydin Yüksel a également publié cette vakfiye de façon succincte mais elle contient quelques erreurs (A. Yüksel, 1995, 219-281).

76  Publié par İbnülemin Mahmud Kemal, Istanbul 1926.

77  Les types de papier correspondent à leur provenance, dimtşkî : de Damas; samarqandî : de Samarkand; hindi: d'Inde; devlet-i âbâdî : autre ville indienne; hamevî: de Hama en Syrie.

78  Ce papier dispose de plusieurs qualités et dimensions. Aussi, pour trente et un volumes, le papier est de type dirmşkî, mais pour cinquante-quatre volumes, il est « grand dirmşkî », pour trois volumes, eskî dirmşkî, pour quatre, geçerek dtmşkî, pour deux, « petit dirmşkî ».

79  Le nom de l'administrateur n'est pas indiqué.

80  Pour la translittération des ouvrages dans cette vakfiye la prononciation et l'orthographe ottomanes sont maintenues autant que possible.

81  Coran, XVI/88 et 89.

82  En l'occurence les livres.

83  Coran, II/177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faruk Bilici, « Les bibliothèques vakıf-s à Istanbul au XVIe siècle, prémices de grandes bibliothèques publiques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 10 octobre 2004, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://remmm.revues.org/296

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

INALCO, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page