Navigation – Plan du site
I. Livres et lieux publics de lecture

Les lecteurs de Samokov au XIXe siècle

The Readers of Samokov during the 19th century
Stoyanka Kenderova
p. 61-75

Résumés

La bibliothèque de la ville de Samokov, créée en 1840 par le gouverneur Mehmed Husrev Pacha (m. en 1847), est l'une des plus riches bibliothèques-vakif fonctionnant en Bulgarie au XIXe siècle. En 1888, la Bibliothèque nationale de Sofia hérita de ce fonds. On y dénombre 2485 manuscrits et livres imprimés en langues arabe, turque et persane dont le registre des lecteurs de la bibliothèque de Samokov lors de ses premières années d'ouverture. Son étude minutieuse permet de se faire une idée sur les classements utilisés à l'époque (il y a 26 rubriques), d'appréhender le nombre de lecteurs, de connaître leurs noms, leur origine sociale et leurs lectures.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

  • 1  . (Hr. Semerdjiev, 1913, 195-221 ; El. Grozdanova, 1993, 17-28; A. Rochkovska, 1996, 17-30).

1Au cours de la période ottomane de son histoire, la ville bulgare de Samokov, située au sud-est de Sofia, se transforma progressivement en un grand centre industriel et artisanal. Elle doit ce développement tout d'abord à l'exploitation de gisements de fer qui encouragèrent la multiplication de petits métiers comme la ferronnerie, la taillanderie et la coutellerie, d'autre part à l'activité des abaci, c'est-à-dire des producteurs et vendeurs d'étoffes de laines grossières, les fameux abâ, dont les échoppes s'installèrent et se multiplièrent le long de la grande artère centrale de Samokov. La production du cuir (tabbakkk) joua enfin un rôle déterminant dans le développement économique de la ville.1

2Samokov était alors gouvernée par des fonctionnaires ottomans dont certains s'illustrèrent par leurs activités politiques, d'autres par leurs constructions. Parmi eux figure Mehmed Hüsrev Pasa, qui occupa successivement les postes de miralay (colonel) et de nazir (surveillant) de Samokov. En 1254 h./1838-39 il devint sancak bey (chef d'un sancak), puis gouverneur du sancak (mutasarnf) de Nich ; plus tard, on le retrouve au poste de commandant (muhafuz) de Belgrade, puis vali de Bosnie, d'Edirne, de Janina et enfin de Harpout où il meurt en 1263 h./1847. Hüsrev Pasa exerça, comme nous allons maintenant le voir, un rôle important et déterminant dans le développement économique et culturel de sa ville (M. Süreyya, II, 1311 h./1896, 275).

3En 1258 h./1842-43, il est probablement l'instigateur du projet qui, pour la première fois, aboutit à la réunion de toutes les petites bibliothèques de Samokov en une seule grande bibliothèque (M. Stajnova, 1982, 38-80). Il s'agit de l'une des bibliothèques les plus importantes des Balkans. En 1888, soit moins de cinquante ans plus tard, la Bibliothèque nationale Saints-Cyrille-et-Méthode de Sofia hérita de son fonds, on dénombrait alors 2 485 volumes de manuscrits et livres anciens imprimés en langue arabe, turque et persane (V. Yordanov, 1930, 50, 80, 101). Grâce à cette riche collection, conservée encore de nos jours en l'état, nous pouvons non seulement analyser, thème par thème, le contenu d'une bibliothèque provinciale ottomane de la première moitié du XIXe siècle, mais également étudier la circulation des livres dans la ville, connaître les possesseurs et donateurs de livres, ainsi que les auteurs et copistes locaux. Cette découverte nous a encouragé à dresser une liste, aussi exhaustive que possible, des lecteurs de Samokov. Celle-ci permet d'identifier les lecteurs et de situer leur position sociale. De cette manière, et grâce à d'autres sources, nous pouvons mieux cerner et appréhender le petit cercle des lettrés de Samokov.

À propos des sources

4La présente étude a pour origine la découverte de deux catalogues manuscrits de Samokov, jusqu'alors inédits, actuellement conservés au Département oriental de la Bibliothèque nationale de Sofia. Malheureusement, comme aucune date n'y figure, nous ne pouvons pas affirmer avec certitude la date de leur composition. On peut cependant la situer, sans prendre trop le risque de se tromper, entre 1829-1842.

5Le premier catalogue (D 487) est un registre (D efier) où sont consignés les descriptions de 461 manuscrits et livres imprimés, classés, selon les sujets, en 36 thèmes. Ces manuscrits et livres ont été donnés à titre de waqf parel-Hac Süleyman efendi. L'acte de donation, qui ne concerne que les livres, a été dressé après sa mort par son petit-fils Mehmed Raşid aga, le père de Mehmed Hüsrev Paşa, qui occupait le poste de ser-i bevvabin (premier portier) dans la cour supérieure de la capitale auprès de Son Excellence Ibn Mehmed Emin efendi, le premier chef des écuries du sultan (mirahor-i evvel) et nazir de Samokov.

6Nous ignorons à qui appartenait les ouvrages du second registre (OR 1121). Il donne les descriptions de 540 manuscrits, répartis en 28 thèmes.

7Ces registres se présentent de la manière suivante. Tout d'abord, ils dressent une liste de tous les livres et manuscrits ; puis, dans une deuxième partie, reportent avec précision les noms des lecteurs qui ont consultés ces ouvrages. En face de chacun, une personne a pris soin d'indiquer, dans la mesure où il le savait, la profession ou l'activité exercée par le lecteur et son titre honorifique. En outre, il indique à chaque fois le nombre de livres empruntés avec, parfois, mais c'est moins systématique, la date du prêt (tare). La date la plus ancienne indiquée dans le premier registre est le 29 gewal 1244 h./4 mai 1829. Dans le second registre, le lerşevval1253 h./31 janvier 1835, date à laquelle on note qu'un volume de la bibliothèque de Abdül Kerim a été emprunté par un certain Gulâm Hüseyin (OR 1121, f. 16r). Quant aux dates les plus récentes, on relève le 1ermuharrem 1 258 h./12 février 1842 dans le premier registre et le 19 zi'l-hicce 1 257 h./1er février 1842 dans le second. En résumé, ces deux registres consignent tous les livres empruntés sur une période de douze ans neuf mois et neuf jours. Notons enfin qu'ils sont antérieurs à la création de la grande bibliothèque de Mehmed Hüsrev Paşa, laquelle ne voit le jour qu'en 1842-43.

8À l'époque considérée, Samokov est encore une ville peu peuplée. Selon un registre (D 506) recensant la population musulmane masculine de Samokov (D efter-i nüfus-i müslim der kaza-yi Samako) et de cinq villages dépendant de sa circonscription (kaza), en 1 261 h./1845, on dénombre environ six cents foyers (hane) musulmans et sept cent quatre-vingts musulmans âgés de plus de 15 ans. Ces chiffres permettent ainsi de relativiser le nombre des lecteurs.

Les lecteurs

9Au total, on dénombre soixante-trois lecteurs dans le premier catalogue (D 487), quarante-sept dans le second (OR 1121), dont sept apparaissent également dans le premier. Il est bien sûr difficile de déterminer avec certitude si tel lecteur du premier registre est bien le même que celui qui est indiqué dans le deuxième ; de même, on peut parfois hésiter sur l'identité d'un lecteur lorsque son nom apparaît sous différentes orthographes ou avec des titres honorifiques variés, comme par exemple Hafiz Şakir et Hafiz Sakir efendi. On peut en effet supposer que celui qui a pris soin d'enregistrer le nom du lecteur ait parfois omis d'indiquer le titre. Au total, nous n'avons dénombré que sept lecteurs pour lesquels nous pouvons émettre quelques réserves. Le nombre de lecteurs se situe donc dans une fourchette comprise entre 96 et 103.

10Pour nous permettre d'identifier et d'analyser ces lecteurs, nous avons dressé ci-dessous la liste alphabétique des noms, indiquant pour chacun le nombre de livres empruntés.

Les lecteurs de Samokov [1829-1842]

Agrandir
Agrandir
Agrandir
Agrandir

11Selon leur composition sociale on peut distinguer six groupes de lecteurs. Nous n'oublierons cependant pas de remarquer que, parfois, un individu peut appartenir simultanément à plusieurs groupes, surtout lorsqu'il porte un ou plusieurs titres honorifiques.

Agrandir
Agrandir

12La répartition des lecteurs, selon leur situation sociale, montre que la majorité d'entre eux, 77 personnes, soit 78,6 % du nombre total des lecteurs, appartient à la catégorie des notables civils. Ce sont pour la plupart des efendi, 55 exactement, qui prédominent. De même, on remarque que les 326 volumes qu'ils ont empruntés constituent à eux seuls près de 90,5 % des livres. D'après le registre de la population musulmane masculine de Samokov cité au début de notre étude (D 506), en 1845, la ville ne rencense pourtant que 29 personnes portant le titre officiel d’efendi.

  • 2  el-Kes.fi efendî est l'un des plus grands érudits de Samokov à cette époque. D'après nos recherche (...)

13De même, parmi les dix lecteurs qui empruntent le plus de livres, on dénombre neuf efendi. Parmi ceux-ci figure en bonne place Ihtimani Ahmed efendi, dont le nom apparaît dans les deux catalogues. Nous ne possédons aucune information sur ses activités professionnelles mais nous savons, d'après d'autres sources, que c'est un grand collectionneur, et plus tard donateur, de hadis (traditions) (S. Kenderova, 1996, 419, 424). Ihtimani Ahmed efendi participe également à la vie intellectuelle de sa ville. Il est le copiste de l'un des deux commentaires (şerh) fait par le seyh local Ahmed bin Ebu Bekr bin Mohammed bin Rizvan el-Keşfi el-Samakovi (m. en 1 160 h./1747)2 (Hâjjî Khalife, II, 1943, 1112 ; I. Bâshâ al-Baghdâdî, I, 1951, 174 ; 'U.R. Kahhâla, I, 1 376 h./1957, 178) d'al-Tarîqa al-muhammadiyya, ouvrage arabe de dogmatique écrit au XVIe siècle par Muhammad Pîr 'Alî al-Birgiwî (ou al-Birgilî) (m. en 981 h./1573). La copie, réalisée par Ihtimani Ahmed efendi, semble être de facture correcte puisqu'elle est empruntée par l'imam du quartier Cami-i Cedid Edirnevi Mehmed efendi.

14Juste après les notables civils, viennent en seconde position les hommes de religion. Ils représentent 54 personnes, soit 52,4 % du nombre total des lecteurs. Les ulema sont les plus nombreux, 22 au total ; ils empruntent à eux seuls 141 volumes. Les noms de quatre müderris, portant également le titre d'efendi, apparaissent parmi les dix plus grands lecteurs de cette catégorie.

15Si maintenant nous nous intéressons au nombre d'ouvrages empruntés par une personne, nous nous apercevons que ce sont les fonctionnaires administratifs qui arrivent en tête. Le tableau montre que 14 d'entre eux ont emprunté un total de 94 volumes, soit une moyenne de 6,7 livres par personne. Cependant, ce chiffre est en partie faussé à cause d'un certain Kâtib Hakim efendi qui, à lui seul, emprunte 30 ouvrages ; d'autre part, par le fait que le même Hakim efendi est compté une fois en tant que hakim, une autre fois comme kâtib.

16Les militaires et les artisans forment les catégories les moins représentées dans nos deux catalogues, bien qu'ils soient très nombreux à Samokov comme l'atteste le registre D 506. Parmi les deux cents artisans, on recense : 46 forgerons (nalband), 60 corroyeurs (D abbag), 40 cochers (arabaci), 18 barbiers (berber), 15 commerçants (rencber), 13 épiciers (bakkal), 6 selliers (sarraç), 7 cafetiers (kahveci), 7 cardeurs de coton (hallaç), 3 exploitants de hammams (hammamci), 3 bouchers (kassab), etc. Ces quelques chiffres soulignent qu'au moins un quart des musulmans de cette ville exerçaient un métier. La présence d'un relieur (mücellid) parmi eux témoigne d'un certain intérêt des artisans pour le livre.

17La situation est totalement différente pour la catégorie « Autres ». Pour désigner l'esclave, nos registres utilisent le terme kul ou köle, ou bien encore gulâm, terme qui tend davantage à désigner un jeune homme (T.-X. Bianchi, I, 1850, 326; F. Devellioglu, 1992, 350 ; voir aussi EP, II, 1111-1117).

18Les ghulâm-ssemblent avoir été très répandus à Samokov comme en témoigne le registre de la population musulmane masculine de la ville. Curieusement, cette liste commence par mentionner deux eunuques (tavaşi) noirs (zenci'ül-asil). Le premier, Anbar ağa bin Abdullah, âgé de 21 ans, est employé dans le konak (auberge) de Hüsrev Paşa, Müsir (maréchal, commandant d'un corps d'armée) de Janina (D 506, fol. 1v). Le second, probablement frère du précédent, est âgé de 18 ans et s'appelle Yavur ağa bin Abdullah.

19Malgré leurs origines serviles, nos esclaves-lecteurs ont reçu une éducation très poussée, ce qui les autorise dans les catalogues à adjoindre à leur titre de gulâm, celui d'efendi. L'un et l'autre fréquentent les bibliothèques de Samokov, le premier allant jusqu'à emprunter 14 ouvrages.

20La position sociale particulière de six lecteurs de Samokov se reflète dans les épithètes employés à leur égard. Le gouverneur de la ville (hakim, hakim-i belde) est désigné comme faziletlü, c'est-à-dire « doué de qualité », « homme de mérite » (T. X. Bianchi, II, 1850, 388). Les hauts fonctionnaires sont parfois qualifiés d'« heureux bienfaiteurs » (D evletlü velî'ül niem) (T.-X. Bianchi, 1850, II, 1198). Dans nos catalogues, c'est le cas de Hamid ağa et Hamid ağa efendî. La même expression de haute considération accompagne le nom du seul paşa mentionné parmi les lecteurs, dont on sait seulement qu'il est à cette époque à Nich. On utilise enfin couramment le terme hazretleri, « Sa majesté, son excellence » (T. X. Bianchi, 1850,I, 1850). Toutes ces marques de respects et de déférences sont caractéristiques du style épistolaire ottoman. On les retrouve, par exemple, dans les elqab (inscriptio) des documents adressés par les gouverneurs de province ou les organes supérieurs du pouvoir central au sultan et au grand vizir (B. Nedkov, I,1966, 145-149 et 157-165).

21L'étude de la nisba d'un lecteur, c'est-à-dire le surnom du lieu de sa naissance ou de sa résidence, est par ailleurs fort intéressante. Elle montre que les lecteurs ne sont pas tous originaire de Samokov. Dupniçevi Mufti efendi est, par exemple, originaire de Dupnitsa, Ihtimani Ahmed efendi de Ihtiman, Ivraniyeli Molla Ahmed de la ville de Vranya en Serbie, Izladili Mustafa efendi de Zlatitsa, Küstendilli Hasan ağa de Küstendil, Sofyavi el-Hac Fettah efendi et Sofyavi Mahkemede Ser-i kâtiban Abdullah efendi de Sofia. Ils sont peu à peu venus s'installer à Samokov où ils habitent et travaillent au moment de leur enregistrement dans les deux catalogues. D'autres viennent de régions ou de villes plus lointaines. C'est le cas de Dupniçe Müftisi Emim efendi, Edirne Müderrisi Nazif efendi, Ihtiman Hakimi Ali efendi, Ivraca Müderrisi Hoca efendi et le Paşa efendi de Nich, mentionné plus haut. Nos sources ne nous permettent cependant pas de savoir s'il s'agit de résidents ou de gens de passage. Enfin, sept personnes sont enregistrées dans une écriture différente dans une rubrique surnommée « autres endroits » (Mahal-i saire iare olunan kütüb beyan olunur) (D 487, fol. 18v). Parmi eux, on trouve Biberqo (?) Dervis Ahmed, el-Hac Ibiş Alemdar, Molla Salman, el-Hac Şerif aga, Pambuq (?) efendi Küstendilli, Müfti Bekni Hüseyin ağa et Topai Ali. La même mention semble s'appliquer à 26 autres lecteurs qui sont eux aussi enregistrés par trois mains différentes dans les trois pages suivantes du catalogue.

22Pour pouvoir mener à bien une étude plus exhaustive sur les lecteurs de la ville de Samokov, méthode qui pourrait probablement s'appliquer à d'autres villes de l'Empire ottoman, il faut d'abord choisir les manuscrits ou livres originaires de cette ville, c'est-à-dire, qui ont été, dans la mesure du possible, composés, copiés ou bien imprimés. Il est également important de relever les notes rédigées par certains lecteurs dans les marges des ouvrages, parfois sur la page de garde ou sur la dernière page, d'autres fois encore sur la partie intérieure de la reliure. Ces notes infrapaginales concernent souvent le texte lui-même. Il s'agit, par exemple, de corrections, d'explications de mots, ou bien de citations. On peut aussi trouver des notes, remarques, commentaires personnels, etc. Un lecteur (ou possesseur de livre) peut ainsi prendre plaisir à indiquer des recettes posologiques, apporter des données historiques, préciser des dates sur la vie de tel ou tel auteur ou personnage. Il est probable que, si nous arrivions à relever, à recenser et à comprendre toutes ces notes, nous aurions la possibilité de mieux connaître certains de nos lecteurs. En attendant, nous ne désespérons pas de pouvoir apporter un jour un complément d'information sur ce sujet.

De la manière d'emprunter

23Dans le monde musulman, lorsque les bibliothèques publiques (bibliothèques de waqf) acquièrent des livres ou des collections entières destinées à alimenter leurs fonds, des actes juridiques sont délivrés. En effet, l'enregistrement d'un livre en waqf se fait devant le tribunal. Il entraîne l'inscription, dans la majorité des cas sur la page de titre, d'une dédicace exprimant le vœu du fondateur de la bibliothèque ou du donateur qui souhaite non seulement légaliser son waqf mais également le protéger contre toutes infractions. Cette dédicace stipule aussi les dernières volontés du fondateur, ou du donateur, quant à l'utilisation et à la conservation du livre (Eche, 1967, 307-308). Les formules sont, de manière générale, assez stéréotypées. Elles nous apportent cependant de précieuses informations sur le fonctionnement du prêt. Le livre devient un waqf valableet irrévocable et ne peut, par conséquent, faire l'objet de vente, ni d'hypothèque, ni de don, ni d'échange. D'autre part, l'ouvrage ne peut être lu ou consulté que dans la bibliothèque mentionnée. Si quelqu'un souhaite emprunter un manuscrit pour le lire à l'extérieur, il doit impérativement présenter un garant ou déposer une caution. Dans tous les cas, toute personne qui cherchera à modifier ou a enfreindre les clauses stipulées dans le waqf s attirera le péché éternel. (S. Kenderova, 1998, 18-19).

 « bi-shart an yuqra 'wa yutâla' fihâ wa lâyukhraj wa là yunqal minhâ tua lâyubâ' wa lâ yu'âr wa lâyurhan wa lâ yusta'âr fa-man baddalahu bddmâsamí abu fa-alayhi ithmuhu » (Shm R 71, f. lr).

« à la condition qu'il [le livre] soit lu ou consulté dans [la bibliothèque] et qu'il ne sorte pas et ne soit pas déplacé hors d'elle, ni vendu, ni prêté, ni hypothéqué, ni emprunté. Toute personne qui modifiera [ces clauses] après en avoir pris dûment connaissance aura commis un pêché ».

24Voyons maintenant quelle était la situation dans la ville de Samokov. Ces méthodes avaient-elles cours et étaient-elles bien appliquées ?

  • 3  Le même catalogue nous précise encore que deux autres lecteurs ont emprunté des livres de ce fonds (...)

25En général, nos documents montrent que tout livre emprunté faisait l'objet d'un enregistrement qui mentionne de manière précise le nom de l'auteur, le titre de l'ouvrage, le nombre de volumes et le type d'écriture (neshi, rika, etc.). Cette précision laisse supposer que le fonds de la bibliothèque fait l'objet de contrôles réguliers. Lorsque les livres sont empruntés, les rédacteurs de nos deux catalogues prennent soin d'indiquer : efendi'ye iare olunan kütüb (livres prêté à l'efendi) ou bien Mahal-i saire iare olunan kütüb (livres prêtés aux autres endroits). Chez seulement trois lecteurs, nous trouvons la mention supplémentaire suivante : ba sened iare olunan kütüb (livres prêtés avec certificat). Parmi ceux-ci figure Müderris el-Seyyid Ali efendi qui emprunte 27 volumes. Curieusement, ces ouvrages ne sont pas mentionnés en première partie du catalogue mais apparaissent un peu plus loin avec la mention : Keşfi efendi merhum kütüphane-yi vakfiyesinden ba sened iare olunan kütüb (livres prêtés avec certificat de la vekfiye de la bibliothèque du défunt Keşfi efendi) (OR 1121, f. 18r). Il s'agit probablement de la bibliothèque privée du défunt Keşfi efendi, offerte en waqfà. la bibliothèque de Samokov dont le fonds est décrit dans le catalogue OR 1121.3

26Les deux autres cas mentionnant un sened, n'ont apparemment, rien de particulier. Il s'agit de Merhum Subaşi Ibrahim ağa zade Molla Şerif et de l'Imam du quartier Cami-i Atik Hafiz Mahmud efendi qui empruntent des livres de la bibliothèque dont le fonds est décrit dans le registre (OR 1121, f. 21 r).

27Dans l'état actuel de nos recherches, nous ne comprenons pas pourquoi un certificat (sened) n'est exigé que dans trois cas. Étaient-ce des personnes peu fiables ou bien des lecteurs non résidant à Samokov ? Une explication, peut-être moins convaincante mais plus simple, est de supposer qu'un certificat était systématiquement exigé à tout emprunteur mais que la personne chargée d'enregistrer le prêt ne mentionnait pas toujours ba sened.

28Une autre façon d'emprunter était de présenter un garant. C'est ainsi qu'un volume d'al-Jâmi' al-saghîr est emprunté par un certain Arab Haci efendi par l'entremise (vasatiyla) de Haci Tahir efendi (OR 1121, f. 15v) ou que Ihtiman

29Bien qu'il s'agisse de livres empruntés à une collection particulière, il n'est aucunement fait allusion à un certificat (sened). hakimi Ali efendi, qui a été présenté par Hafiz Sakir efendi (marifetiyle), est autorisé à emprunter un recueil de fetva-s(D 487, f. 19v).

30L'autre catalogue (D 487, f. 22v) nous apprend qu'en 1838-1839 Molla Ibrahim servait personnellement d'intermédiaire pour présenter des livres aux gens provenant de différents lieux : 1254 senesi Müdür-i Muavin Molla Ibrahim marifetiyle bazi mahallere emanet verilen kitab beyan olunur.

31À partir du 19 zi'l-hicce 1 257 h./1er février 1842 pour le catalogue manuscrit OR 1121 (f. 22r), et du 1er(gurre) muharrem 1 258 h./12 février 1842 pour D 487 (f. 30r), le nom d'un bibliothécaire (hafiz-i kütüb), Ahmed efendi, apparaît désormais comme intermédiaire. On trouve alors les expressions suivantes : Bazi mahallere verilen emanet-i kütüb bi-marifet-i hafiz-t kütüb Ahmed efendi (Livres entreposés à certains endroits par l'intermédiaire du bibliothécaire Ahmed Efendi) ou bien Hafiz-i kütüb Ahmed efendi marifetiyle bazi mahallere iare olunan kütüb (Livres empruntés par quelques endroits par l'intermédiaire du bibliothécaire Ahmed efendi).

32Ces informations laissent ainsi supposer que, dès le début de l'année 1842, la bibliothèque de Mehmed Hüsrev Paşa fonctionnait et qu'un bibliothécaire était nommé pour veiller à son bon fonctionnement. Une autre note, transcrite sur la même page du catalogue D 487 (f. 30r) et rédigée par la même main que celle qui avait indiqué les livres délivrés au merhum Müderris Ali efendi, paraît renforcer notre hypothèse. Il s'agit d'un des volumes empruntés : Hoca zade Mustafa efendi yedinde olup tarafimiza teslim ve Cedid Kütüphaneye vaz şod ([Lelivre] se trouvant chez Hoca zade Mustafa efendi, nous a été transmis et a été déposé à la nouvelle bibliothèque).

33La nouvelle bibliothèque est, sans doute, celle fondée par Mehmed Husrev Paşa qui rassemblait les bibliothèques de la ville.

34Nos informations sur le fonctionnement des petites bibliothèques de Samokov, tant privées que waqf avant leur unification, proviennent de deux catalogues manuscrits. Ceux-ci attestent que les lecteurs, certes peu nombreux, pouvaient emprunter des livres et les sortir de la bibliothèque à condition, toutefois, de pouvoir présenter un certificat (sened) ou de présenter un garant. C'est probablement la méthode utilisée dans toutes ces petites bibliothèques. Mais à partir de l'année 1842, avec la naissance de la grande bibliothèque de waqf Husrev Paşa de Samokov, le bibliothécaire ne semble plus exiger de certificat. C'est désormais lui qui sert d'intermédiaire.

35La ville de Samokov est devenue, au cours du XIXe siècle, un centre industriel et artisanal important. Sa prospérité économique contribua à la bonne harmonie entre populations chrétienne et musulmane. Grâce au développement de l'enseignement, le livre devint de plus en plus un objet recherché. Pour répondre à ces nouveaux besoins, le gouverneur Mehmed Husrev Pasa encouragea le rassemblement des petites bibliothèques existantes et créa, en 1842-1843, la grande bibliothèque de Samokov qui devint l'une des plus importantes bibliothèques de la région. Grâce à deux catalogues manuscrits, de nos jours conservés à la Bibliothèque nationale Saints-Cyrille-et-Méthode de Sofia, nous avons pu étudier le cas de 103 lecteurs sur une période s'étendant sur douze ans et neuf mois.

36Si la majorité de ces lecteurs, au total 77, portent les titres honorifiques de efendi, de aga et de bey, on constate que ce sont surtout les hommes de religion, les ulema et les müderris, qui empruntent le plus de livres. En revanche, la lecture chez les militaires et les artisans paraît, c'est bien naturel, très faible. Enfin, les registres des bibliothèques de Samokov nous ont montré que les livres étaient empruntés non seulement par les habitants de la ville, mais également, et c'est le plus étonnant, par des personnes venues de villes voisines, voire de régions plus lointaines.

Haut de page

Bibliographie

AL-BAGHDADII. Basha, 1951, Hadiyat al-'ârifîn. Asmâ' al-mu'allifîn wa-âthâr al-musannafin, al-mujallad al-awwal, Istanbul, I.

BIANCHI T. X. et al., 1850, Dictionnaire turc-francais a l'usage des agents diplomatiques et consulaires, des commerçants, des navigateurs, et autres voyageurs dans le Levant, Paris, 2e éd., 2 vol.

DEVELLIOGLU F., 1992, Osmanltca-Türkçe Ansiklopedik Lügat. Eski ve yeni harflerle, Ankara, Aydin Kitapevi.

ECHE Y., 1967, Les bibliothèques arabes publiques et semi publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Egypte au Moyen Age, Damas, Institut français de Damas. El2, Encyclopédie de l'Islam, nouvelle édition, Leyde.

GAFUROV A., 1987, Imya i istoriya. Ob imenah arabov, persov, tadjikov i tyurkov. Slovar, Moskva, Nauka.

GROZDANOVA El. et al., 1993, Iz istoriyata na rudarstvoto i metalurgiyata v balgarskite zemi prez XV-XIX vek po dokumenti ot nachi i tchujdi arhivi, Sofia, NBKM.

HAJJI Khalifa, 1943, Kashf az.-z.unûn 'an asâmî al-kutub wa'l-funûn, al-mujallid al-thânî, Istanbul, II.

KAHHALA ‘U. R., 1 376 h./1957, Mu'jam al-mu'allifin. Tarâjim musannafî al-kutub al-'ara-biyya, al-juz'al-awwal, Dimashq, Dâr ihya' al-turâth al-'arabî bi-Bayrūt, I.

KENDEROVA S., 1995, Catalogue of Arabic Manuscripts in SS Cyril and Methodius National Library, Sofia, Bulgaria, Hadîth Sciences,London, al-Furqan Islamic Heritage Foundation. 1998, « De la bibliothèque privée à la bibliothèque publique - les inscriptions de donation du livre en titre de waqf », in Union Européenne des Arabisants et Islamisants. Change and Transition, Halle (Saale), August 30-September 3, 1998. Abstracts (actes du congrès à paraître).

NEDKOV B., 1966, Osmanska diplomatika i paleografiya, I, Sofia, Nauka i Izkustvo.

PAKALIN M. Z., 1946, Osmanli Tarih Deyimleri ve Terimleri Sözlüğü, Istanbul, Milli Eğitim Basimevi.

ROCHKOVSKA A, 1996, « Evreite i vazrojdenskata gradska kultura v Samokov (pomateriali ot « Hronikata na semeystvo Arie ») », in Balgarska Etnologiya, n° 2, god. XXII, Sofia, BAN, 17-30.

SEMERDJIEV Hr., 1913, Samokov i okolnostta mu. Prinos kam minaloto im ot turskoto zavoevanie do Osvobojdenieto, Sofia.

STAJNOVA, 1982, Osmanskite biblioteki v balgarskite zemi XV-XIX vek. Studü, Sofia, NBKM.

SÛREYYA M., 1 311 h./1896, Sicill-i 'osmânî yahud Tezkere-yi mesahir-i 'osmaniyye, Istanbul, Matba'a-yi 'amire, 2 vol.

YORDANOV V., 1980, Istoriya na Narodnata biblioteka v Sofia po slutchay 50 godishninata i. 1879-1929, Sofia.

Haut de page

Notes

1  . (Hr. Semerdjiev, 1913, 195-221 ; El. Grozdanova, 1993, 17-28; A. Rochkovska, 1996, 17-30).

2  el-Kes.fi efendî est l'un des plus grands érudits de Samokov à cette époque. D'après nos recherches en cours, il est l'auteur d'au moins dix ouvrages et copiste de 76 volumes représentant plus d'une centaine d'ouvrages. Il fut également un grand collectionneur et donateur de hadis-s(S. Kenderova, 1995, 404, 414, 422 et 426).

3  Le même catalogue nous précise encore que deux autres lecteurs ont emprunté des livres de ce fonds particulier. Le premier, Müderris Derviş efendi, emprunte 28 volumes provenant du waqf du même Keşfi efendi (merhum Keşfi efendi evkafindan) (f. 17v); le second, Mücellid Monla Abdül Selâm, seulement 2 volumes du même fonds (Keşfi efendi merhumun kütüphane-sinden iare olunan kütüb) (f. 18v).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stoyanka Kenderova, « Les lecteurs de Samokov au XIXe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/297

Haut de page

Auteur

Stoyanka Kenderova

Bibliothèque nationale SS.-Cyrille-et-Méthode, Sofia

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page