Navigation – Plan du site
II. Le persan, langue de culture

Lecteurs ottomans de manuscrits persans du XVIe au XVIIIe siècle

Ottoman readers of Persian manuscripts, from the 16th to the 18th centuries
Francis Richard
p. 79-83

Résumés

Nombre de manuscrits persans du fonds de la Bibliothèque nationale de France (BnF) proviennent de l'Empire ottoman. Un examen des marques de possession et des cachets figurant sur ces volumes s'avère hautement instructif Certains noms se retrouvent dans les Sicill-i Osmânî, d'autres dans les listes d'historiographes ou d'auteurs ottomans des XVIe-XIXe siècles. Cette étude confirme en outre l'importance de la langue persane dans l'éducation des lettrés ottomans et le nombre élevé des personnages lisant, sinon écrivant, le persan au sein de l'administration de l'Empire.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1Les ex-libris, petites marques, notes mises sur les gardes ou dans les marges, cachets ou timbres que l'on trouve à l'intérieur des manuscrits, constituent une source privilégiée d'informations pour l'historien du livre. On n'a sans doute pas encore - pour le domaine ottoman - assez tiré parti de ces indications sur la circulation du patrimoine écrit. À partir de quelques exemples tirés des fonds de manuscrits persans de la Bibliothèque nationale de France, nous aimerions montrer la diffusion de la littérature en langue persane dans une couche assez large de la population lettrée de la société ottomane. À côté des sultans, qui possédaient, et faisaient copier - même avant l'époque de Mehmed II (1444-1481) - de nombreux livres manuscrits en persan dans leurs bibliothèques, d'autres personnages, ayant ensuite généralement fait carrière dans l'administration, jusqu'au XVIIIe siècle, et même après, possédaient et lisaient des textes en persan.

2Beaucoup de manuscrits, aujourd'hui conservés à Paris, à la Bibliothèque nationale de France (BnF), ont été copiés dans l'Empire ottoman. D'autres ont - aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles - transité pour une durée plus ou moins longue par cet Empire. On peut ainsi y glaner une multitude de renseignements sur les bibliothèques, l'enseignement, la lecture ou le prix des livres à Istanbul, au Caire, ou dans les provinces de l'Empire. Il faut rappeler que c'est au Caire, vers 1673, que le P. Vanslebe acquit nombre de manuscrits persans de valeur pour la Bibliothèque du roi de France et qu'il a soigneusement noté leurs prix. Peu avant, il en avait acquis à Alep, autre centre du commerce des livres. Et c'est à Istanbul, profitant de la mise en vente de bibliothèques de fonctionnaires ou de dignitaires ottomans que, par l'intermédiaire de libraires bien informés, nombre de collections ont été constituées. On citera celle de l'ambassadeur Harlay de Sancy entre 1609 et 1618, celle d'André du Ryer vers 1630-1632, les acquisitions de son successeur Denis de La Haye de Vantelet en 1653-1657, celles de Christian Raue en 1639 et 1640, celles de Laisné et Monceaux en 1669, Vaillant en 1671 et surtout du célèbre Antoine Galland - qui note souvent dans son Journal des détails sur ses acquisitions - en 1670-75, 1677 et 1685.

3Outre les acquisitions faites entre 1672 et 1676 sous la direction de l'ambassadeur Nointel, toujours à Istanbul, il faudrait aussi mentionner les quelques rares manuscrits trouvés dans cette même ville par Paul Lucas entre 1723 et 1724, mais surtout les 65 manuscrits persans qu'y acquit entre 1728 et 1729 - pour le compte du roi de France - l'abbé François Sevin, avec l'aide d'un lettré ottoman du nom de Orner efendi. Istanbul était donc un important marché du livre, beaucoup de savants y accomplissant une carrière brillante et leurs bibliothèques personnelles y étant de temps à autre mises en vente, dans la mesure où les livres qui les composaient n'étaient pas destinés à être déposés en waqf.

  • 1  Deux exemples parmi d'autres, le manuscrit Supplément persan 806, un Nasihat-nâmeh, a appartenu au (...)

4On sait que la connaissance du persan était largement répandue1 et souvent indispensable à l'accomplissement d'une carrière de secrétaire ou de fonctionnaire de l'administration. Cette connaissance était plus ou moins approfondie mais certains ouvrages rendaient moins ardu l'apprentissage du persan - comme langue littéraire - par les jeunes Ottomans fréquentant les grandes medrese de. la capitale ou du Caire. Il s'agissait notamment des dictionnaires, comme ceux de Mehmed b. Hacci Eliyâs, de Halimi (actif sous Bayezid II et m. vers 1516), de Ne'mat-üllâh Rûmi Hanafi (m. en 1561-2), ou d'Ibrahim Şahidi (m. en 1550). Les copies en sont extrêmement nombreuses, souvent annotées par ceux qui les ont utilisées et les exemplaires n'en manquent pas dans les collections parisiennes.

5À côté de ces dictionnaires, on trouve des abrégés - très brefs - de quelques « classiques » de la littérature persane (Nezâmi, Sa'di, etc.), où les étudiants peuvent trouver réunis les vers les plus connus que tout lettré se doit de pouvoir citer. Il a par ailleurs existé toute une série de commentaires en arabe (pour les étudiants alépins, damascains ou égyptiens) ou, le plus souvent, en turc de textes persans comme le Gülestân de Sa'di, commenté par Sudi Bosnevi, Süruri, Şem'i ou Lame'i, ou les poèmes de Hâfez, commentés par Süruri. Les copies des XVIe et XVIIe siècles de ces commentaires, également très nombreuses dans les bibliothèques, montrent bien combien l'apprentissage du persan était répandu dans l'ancienne société ottomane et que certains auteurs étaient des modèles reconnus.

6On citera ici quelques noms de grands lettrés ottomans dont on trouve l'ex-libris sur des manuscrits persans de la BnF, ce qui fera connaître un peu mieux certains de ces collectionneurs. Mention pourra être faite d'un personnage à la collection exceptionnelle tant par sa qualité, la rareté des volumes qui s'y trouvaient, que par son importance, Abû Bakr b. Rüstem b. Ahmed b. Mahmûd al-Şirvâni, m. en 1 135 h./1722-23 (M. Süreyya, 1308 h/1897,I, 176 ; F. Richard, 1989, pl. V-G ; G. Schoeler, 1990, II, pl. 37, 47). Parmi les manuscrits lui ayant appartenu se trouvent les actuels volumes Persan 58, 67, 70, 90, 135, 167, 181, 234, 246, 375 ainsi que Supplément persan 205, 1 118, 1 562 ou 1 571. Bien d'autres manuscrits dispersés à travers le monde proviennent de la bibliothèque de ce collectionneur de premier plan encore insuffisamment étudié.

7On citera aussi volontiers le nom de 'Abd-üllâh Na'ili efendi (M. Süreyya, 1 311 h./1900, III, 372), possesseur en 1 162 h./1749 de Supplément persan 95, un précieux manuscrit du XIVe siècle, et 205, rarissime volume historique copié en 1 290 h. Ou encore celui de Çelebi zâde Ismâ'îl qui possédait avant lui, en 1153 h./1740, ce même Supplément persan 205 et un dictionnaire rare, le Qânûn al-Adab, dans une copie de 1 582 (Supplément persan 429). Ce dernier lui venait d'Ibrahim Serke zâde, dignitaire ottoman mort en 1092 h./1680 (A. Ugur, 1986, 514-515), qui est sans doute celui qui avait fait restaurer le manuscrit.

8Çelebi zâde Ismâ'îl'Asem, cadi de Yenişehir, le propriétaire de Supplément persan 205 est un des amateurs de livres réputés du milieu du XVIIIe siècle (ex-libris reproduit par D. Duda, 1983, fig. 50 et A. B. Halidov, 1985, pl. 4. On le retrouve à la BnF : Arabe 5859, 5860, 5864). Lui ont également jadis appartenu les actuels manuscrits Supplément persan 1357, 1359 et 1562.

9En 1 196 h./1782, le mufti d'Istanbul Mehmed Amîn b. Vali el-Dîn avait dans sa bibliothèque l'actuel Supplément persan 1388 un Şaraf-nâmeh d'Ahmed Muniyari dont les nombreuses gloses montrent qu'il s'agit d'un manuscrit d'étude. Il était l'un de ces innombrables stambouliotes qui lisaient le persan et utilisaient volontiers les textes écrits dans cette langue.

  • 2  Voir aussi à la BnF : Arabe 5 891, 5 914, 5 970, 6 036, 6 710 ou Supplément turc 1 041, 1 071 et 1 (...)

10Dans certains cas, comme dans celui de Pîrî Pasa Ramazân zâde, m. en 970 h./1562-3 (M. Süreyya, 1 311 h./1900, II, 44), le propriétaire a seulement imprimé son timbre (mühür) au début du manuscrit : on trouve ainsi le timbre circulaire au nom de Pîrî b. Halîl au début d'une histoire ottomane en persan (Supplément persan 1 394), d'une histoire des Timourides (Persan 106) et d'une copie de poèmes mystiques (Supplément persan 704). Deux siècles plus tard, c'est de la même manière que sont marqués les nombreux manuscrits persans de la très belle bibliothèque de Hacci Mustafa Sedqi : à la Bibliothèque nationale de France on rencontre son timbre - qui porte la date de 1 179 h./1769 sur les volumes cotés Supplément persan 114, 727, 752, 795,1 093,1 314, 1 424, 1 438, 1 473, 1 474, 1 486, 1 521, 1 525, 1 530, 1 771 ou 2 173. Beaucoup sont des copies de très grande valeur de textes littéraires.2

11Plusieurs vizirs ont été lecteurs et possesseurs de manuscrits persans. Parmi eux, il est possible de mentionner vers 1517-1520, Mustafa, propriétaire du Divân de Câmi (Supplément persan 552), qu'il fit illustrer à Istanbul (F. Richard, 1997, 141, n° 89). Il faut aussi citer le nom d'Ibrahim, ministre de Soliman le Magnifique, qui semble avoir possédé le Divân de Hasan de Delhi actuellement coté Supplément persan 731. Plus tard ce sera encore le cas du grand vizir 'Ali Paşa Dâmâd Şahid, m. en 1 128 h/1716 (comparer à R. Sellheim, II, 86, pl. 24 (44) ; F. Richard, 1989, pi. V-B), dont le timbre est visible sur plusieurs manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : Persan 21, 121, 162, 276, Supplément persan 204, 1378 et 1758, des exemplaires choisis avec soin.

12D'autres érudits collectionneurs du XVIIe siècle pourraient s'ajouter à la liste, tels 'Effati (comp. A. B. Halidov, 1985, pl. VI), dont l'ex-libris se rencontre sur Persan 121, 133, Supplément persan 204,1370 ou 1643, ou le savant Abû'1-Fâzl Mahmüd b. M b. Hüseyin Kara Çelebi zâde (997 h.-1063 h./1588-l653) (A. Ugur, 1986, 149-151), dont plusieurs manuscrits ont été acquis par Denis de La Haye de Vantelet en 1653 pour Mazarin, parmi lesquels les actuels Persan 40 et Arabe 3 065, 3 417, 4 396 et 5 910. D'autres noms pourraient être ajoutés, tel celui de Mas'ûd b. Ibrahim b. Amr-üllah Sar'i, qui possédait en 1666 à Istanbul l'actuel Persan 368, mais aussi, outre Arabe 2 104 et 2 138, Persan 375 et Supplément persan 1470 et 1773.

13Bien des personnages ainsi mentionnés furent eux-mêmes auteurs et cela confirme combien les auteurs ottomans étaient familiers de la littérature persane, tel Ebüssu'ûd M. al-‘Emâdi efendi, grand mufti (seykh ül-islâm) de 1545 à 1574 (M. Süreyya, 1 308 h./1897,I, 169), qui a annoté le Selim-nâmeh Persan235 et peut-être aussi Persan 124. Tel, également, le grand biographe 'Aşiq Çelebi Natta’i de Prizren qui se procura le recueil Supplément persan 320 en 1569 à Istanbul.Un manuscrit rare, Persan 62, copie du Mucmal al-Tavârih ve al-Qisas datant de 1410, a été annoté par l'historiographe ottoman Mehmed b. M. Ta'liqi zâde, m. en 1599 (E Babinger, 1927, 167-168), et il a même donné au folio 349 de nombreuses informations sur sa propre carrière (E Richard, 1997, 93). Un autre manuscrit lui ayant appartenu, Persan 278, une copie du poème de Ferduwsi, est également annoté de sa main et indique que son fils Abu 1-Ma'âli Mehmed mourut durant l'été 1592 à Istanbul.

14Ce rapide survol montre bien que nombre d'Ottomans, fonctionnaires, lettrés ou écrivains, possédaient des livres en persan dans leurs bibliothèques. Souvent, ils n'hésitaient pas à les annoter, les glosant à l'aide de dictionnaires persan-turc ou en vocalisaient certains mots difficiles. Ces livres changeaient de mains fréquemment et, à l'occasion de leur vente, un prix était généralement noté sur l'un des feuillets de garde. Les reliures étaient parfois refaites, étant donné l'usage visiblement important qui en était fait. Bref, le manuscrit persan était un objet recherché dans l'Empire ottoman jusqu'à la fin du XIXe siècle. Et cela, le plus souvent, bien plus à cause du texte qu'il renfermait que pour des motifs de simple bibliophilie. Ainsi s'explique d'ailleurs la qualité de beaucoup des copies qui nous ont été transmises par les Ottomans.

Haut de page

Bibliographie

BABINGER Franz, 1927, Die Geschichtsshreiber der Osmanen und ibre Werke, Leipzig, Otto Har-rassowitz.

DUDA D., 1983, Islamische Handschriften. I. Persische Handschriften, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften.

HALIDOV A. B., 1985, Arabskie rukopisi i arabskaïa rukopisnaïa tradicia, Moscou.

RICHARD Francis, 1997, Splendeurs persanes, manuscrits du XIIe au XVIIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France.

1989, Catalogue des manuscrits persans. I. Ancien fonds, Paris, Bibliothèque nationale de France.

SCHOELER G., 1990, Arabische Handschriften, Teil II, Stuttgart.

SELLHEIM R., 1987, Materialen zur Arabischen Literatur Geschichte, Stuttgart, Steiner, vol. II.

SÜREYYA Mehmed, 1 308 h.-l 311 h./1897-1900, Sicill-i 'Osmânî, Istanbul, 4 vol. UĜUR Ali, 1986, The Ottoman 'Ulema in the mid-17th. Century, Berlin.

Haut de page

Notes

1  Deux exemples parmi d'autres, le manuscrit Supplément persan 806, un Nasihat-nâmeh, a appartenu au XVIIIe siècle à Tâleb-'Omar, cadi de Uzice et Supplément persan 1749, un Vasilat al-Maqâsed, à 'Ali Musâ zâde dit Dürüs 'Ali, cadi de Mostar, en 1184 h./1770-1. Ou encore, Supplément persan 629, copie des cinq masnavi de Khosrow de Delhi, qui a successivement appartenu à Mehmed al-Qazi Kobrâ efendi, à 'Omar b. 'Osman habitant du « quartier de l'architecte Sinan » et, en 1 058 h./1648, à Ahmed, mü’ezzin de la mosquée de Sinan. Les exemples sont innombrables de personnages dont les noms sont inconnus des Sicill-i'Osmânî, et parmi eux les müderris sont nombreux (Supplément persan 1774 avec l'ex-libris daté de 1176 h./1762-63 de Mehmed 'Aref, müderris à Alep).

2  Voir aussi à la BnF : Arabe 5 891, 5 914, 5 970, 6 036, 6 710 ou Supplément turc 1 041, 1 071 et 1 112, ou encore un manuscrit reproduit dans le tome X du catalogue de la Bibliothèque de YAstân-e Qods à Mashhad (n° 12 086, p. 60-63 et pl.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Richard, « Lecteurs ottomans de manuscrits persans du XVIe au XVIIIe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/298

Haut de page

Auteur

Francis Richard

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page