Navigation – Plan du site
II. Lectures

Larcher Pierre, Le système verbal de l’arabe classique, Publications de l’université de Provence (Collection « Didactilangue »), 2003, 191 p.

Joseph Dichy
p. 343-352

Texte intégral

1L’ouvrage de Pierre Larcher est, selon sa préface, un cours. Le choix de la collection « Didactilangue », la présence de nombreux schémas et d’un index très complet de sept pages, confirment la nature didactique du propos ; mais elle n’en infirme en aucun cas le caractère de synthèse scientifique. Pour l’auteur de ces lignes, l’orientation didactique impose des contraintes de clarté dans l’exposition et d’explicitation des contenus qui n’est, en tout état de cause, que l’étape ultime du travail scientifique, sa transmission. De fait, l’ouvrage présente la synthèse d’un grand nombre d’articles, dont le contenu, parfois résumé et parfois expansé, permet au lecteur une vision d’ensemble. Un très grand nombre d’exemples, souvent analysés dans le détail, illustrent cette description. Près de 10 pages de bibliographie viennent apporter un complément nécessaire à cette remarquable synthèse d’une réflexion et de travaux qui s’étendent sur une bonne vingtaine d’années. Toutes les discussions qui viennent à l’esprit et, à l’inverse, toutes les remarques qui eussent rendu justice à la richesse de cet ouvrage et du domaine morphologique, syntaxique, sémantique et lexical qu’il recouvre, ne pourront, par nécessité, trouver ici formulation.

2Le plan est parfaitement classique : une première partie, assez brève (p. 7-18), consacrée à des généralités sur les paradigmes verbaux de l’arabe et sur la relation entre « racine et forme », est suivie d’une importante deuxième partie portant sur le verbe « trilitère » (p. 19-126) et d’une troisième partie assez brève sur le verbe « quadrilitère » (p. 127-134). La quatrième partie (p. 135-166), intitulée « temps, aspect, mode et modalité », inclut en outre un chapitre consacré à la négation du verbe en arabe.

3Première partie de l’ouvrage

4Le choix, au demeurant traditionnel, de désigner les verbes comme respectivement « tri- » et « quadrilitères » n’est pas idéal : « tri- » ou « quadriconsonantique » eussent été préférables. Cet usage relève toutefois du parti-pris d’éviter dans la discussion toute référence à l’idée de racine, en l’absence d’une définition formelle de la dérivation, ou de la représentation d’un ensemble important des lexèmes de l’arabe comme « représentables en racine et en schème » (Dichy, Hassoun, 1989). Il s’agit en fait pour l’auteur de protéger son exposé contre tout retour de l’idée tenace que les « formes » (dans la terminologie orientaliste traditionnelle adoptée par lui) ou les « schèmes » (dans une autre terminologie, issue de Cantineau, 1950) s’actualiseraient en lexèmes qui trouveraient dans la « racine » leur source ou leur origine. Idée mythique que j’ai moi-même soumise à plusieurs reprises à un regard critique – mais qu’il conviendrait, comme l’indique l’auteur, de conserver sous une forme repensée (p. 16-18), en considérant, notamment, que la relation d’une forme donnée à une racine est d’abord une relation à un verbe ou un nom, voire une locution (Larcher, 1995 et 1999 ; Baggioni et Larcher, 2000). Cette conception, dont il faut souligner l’originalité, est effectivement mise en œuvre en plusieurs points de l’ouvrage (par ex., p. 34, p. 57), et notamment aux chapitres VII, consacré à des « phénomènes remarquables » de dérivation, VIII, qui porte sur « les verbes dénominatifs », et IX, sur « les verbes délocutifs ». J’ai moi-même proposé de repenser les relations entre schème et racine dans le cadre d’une représentation explicite et formalisée, qui permette de conserver la racine en tant que terme clairement défini, inscrit dans un système de définitions (au sens de Mel’cuk, 1982), dans lequel le « schème » (ou la « forme »), ainsi que les relations schème-racine et les liens dérivationnels entre lexèmes incluant un schème ou une racine donnés sont explicitement pris en charge (Dichy, 1998 et 2003). Il est très clair que la position de P. Larcher consiste (tout comme par ailleurs la mienne) non à éliminer la notion de racine, mais bien à la conserver, à condition de la débarrasser des « vues mythiques » dont on l’a encombrée, et de lui donner un contenu clairement défini.

5Tout au long de la deuxième partie, qui est la plus importante de l’ouvrage, l’auteur reprend le dossier des valeurs sémantiques associées aux formes de base (ou « forme I » de la tradition orientaliste) et aux formes augmentées (« formes II à X », pour l’essentiel, les formes XI à XV constituant des « formes rares ») du verbe arabe.

6Le chapitre II est consacré aux trois formes de la « forme I » traditionnellement distinguées par les sciences médiévales arabes du langage, fa‘ala, fa‘ila et fa‘ula. La thèse principale de l’auteur – résumée ici un peu abusivement par moi – consiste à considérer que, en diachronie (avec « bien des traces en synchronie ») : (1°) la valeur de verbe d’action se trouvait associée à fa‘ala, par opposition à celle de verbe d’état ou de qualité, associée à fa‘ula, et (2°) la valeur de verbe moyen correspondait à fa‘ila. Pour l’auteur, le verbe moyen en arabe est situé entre « action » et « état », et non entre actif et passif : il ne s’agit donc pas d’une « voix » ou d’une diathèse comme en grec ancien (par référence à Benveniste, 1966), mais bien d’une valeur sémantique. Le « dédoublement de fa‘ila en un verbe d’action et un verbe d’état » (p. 24, avec une citation d’al-Astarâbâdhî), dont il nous est rappelé qu’il avait été signalé et discuté par Fleisch, trouve ainsi une représentation. Cette explication, complétée par de nombreuses remarques sur les participes actifs et les formes adjectivales (notamment en fa‘îl) et par une discussion portant sur la forme « passive » fu‘ila (p. 26-27), est du premier intérêt. La dispersion de la forme fa‘ala pour laquelle on trouve des verbes d’état (exemples – donnés par moi : la†afa, « être subtil » ou « gentil », âqa, « être étroit »), ainsi qu’un grand nombre de verbes moyens (ex. : ’amana bi-, « avoir foi en », sakata, « se taire », jalasa, « s’asseoir »), à côté de verbes « externes » au sens de Benveniste ci-dessus (ex. ramâ, « lancer », rafa‘a, « lever », waa‘a, « poser »), est très bien illustrée en ce qui concerne le fonctionnement de cette forme en tant que verbe d’état, avec de beaux exemples montrant qu’« une réinterprétation sémantique (métonymique et/ou métaphorique) et la syntaxe peuvent parfaitement transformer un verbe d’action en verbe d’état » (p. 26). Ces exemples expliquent notamment la présence d’un double maÒdar en kha†âba (rapporté à un verbe d’état khauba) et kjiâba (nom « qui ne désigne plus une qualité, mais une fonction », celle « d’orateur de la tribu à l’époque préislamique, d’où prédicateur à l’époque islamique »). Mais l’explication des sens rencontrés avec forme fa‘ala n’englobe pas ici explicitement la question du passage d’un « verbe d’action » à un verbe moyen.

7Le chapitre III résume la conception du classement « rationnel » des formes augmentées de l’auteur. Il rappelle la distinction entre les « formes augmentées basiques » (chap. IV) et les « formes augmentées en t » (chap. V), sur laquelle je reviendrai plus loin. Mais il faut dire d’emblée un mot du classement proposé par l’auteur, qui dégage deux grands types généraux de formes augmentées : une première série de formes, à savoir II, III et IV, est dérivée de la forme de base (IX, qui est dénominative ; ainsi que VII, sont, comme on le verra, traitées à part). Une deuxième série est constituée de « formes dérivées en t ». Cette manière de présenter l’organisation des formes n’est pas totalement exempte d’objections. Mais il faut en souligner l’intérêt. Les formes V, VI et X sont en effet décrites comme des formes « surdérivées », c’est-à-dire, comme construites à partir d’une « forme augmentée basique ». Deux points, sur lesquels je reviendrai dans mon commentaire du chapitre correspondant, montrent l’intérêt de cette notion de « surdérivation ». Cette dernière permet :

8(a) de rapporter la forme X (’istaf‘ala) à la forme IV (’af‘ala), relation qui n’avait, malgré son opacité morphologique relative, échappé ni à un savant médiéval arabe du langage comme al-’Atarâbâ∂î, ni à un linguiste comme André Roman, et

9(b) de proposer des analyses sémantiques fines de la relation entre forme non-augmentée, forme augmentée « basique » et forme augmentée « surdérivée ». Ces relations, au demeurant complexes, de « surdérivation sémantique » constituent un apport original de l’auteur, et sans doute l’un des points les plus importants de son approche méthodologique.

10Les chapitres IV et V comportent des sections, consacrées chacune à une forme augmentée. La structure de ces sections, volontairement répétitive, permet une présentation systématique des questions : un paragraphe consacré à la morphologie est suivi de paragraphes intitulés « syntaxe et sémantique », dans lequel sont présentées les principales valeurs des formes, accompagnées de nombreuses discussions et citations, et illustrées par des exemples. Sont notamment envisagées pour chaque forme, à partir de textes des sciences arabes médiévales, les structures syntaxiques de transitivité, et la relation de la forme augmentée à une forme de base (elle-même transitive ou non), lorsque celle-ci existe. Plusieurs passages, d’un très grand intérêt, de Ra∂iyy ad-Dîn al-’Atarâbâ∂î (SharÌ ash-Shâfiya) sont transcrits, traduits et analysés (p. 46, 54, 63, 69-70, 89). Le MufaÒÒal d’al-Zamakhsharî, dont le texte était, il y a deux ans, au programme de l’agrégation, est également abondamment cité, parmi plusieurs autres textes des sciences médiévales arabes du langage. Fleisch, Nöldeke, Wright, et de nombreux autres auteurs de la tradition orientaliste ou de la linguistique des xixe et xxe siècles sont également cités. Bien qu’il ne s’agisse pas ici d’un passage en revue de la littérature, les valeurs sémantiques et les structures syntaxiques associées à chaque forme augmentée sont envisagées dans les deux traditions, arabe médiévale et orientaliste. Il s’y ajoute, en note ou dans le texte, des références relevant en propre de la linguistique arabe contemporaine.

11Pour chaque forme augmentée, une valeur de base est dégagée, et des valeurs dérivées, recensées par l’une ou l’autre tradition sont présentées.

12Pour fa‘‘ala (forme II) on a ainsi, par rapport à la forme de base, soit une valeur intensive, soit une valeur factitive. La valeur associée à cette forme d’« itération du procès désigné par le verbe de base » est également mentionnée (p. 34, 41), et reprise ailleurs (notamment p. 47, 80, 137 n.). Le fait que l’itérativité n’apparaisse pas comme première (comme c’est très souvent le cas dans les descriptions de l’arabe, voir plus loin note 1), procède d’une réflexion à partir d’exemples empruntés à al-alâyînî (Jâmi‘ al-durûs..., II, 26), et reproduits ainsi : [1] jawwaltu, « j’ai fait beaucoup de tournées » (...), [2] mawwata l-’ibil, « beaucoup de chameaux sont morts » et [3] allaqtu l-’abwâba, « j’ai fermé beaucoup de portes ».

« C’est la singularité ou la pluralité du sujet (en cas de verbe intransitif) ou de l’objet (en cas de verbe transitif) qui entraînera une interprétation intensive ou extensive. Si dans la paraphrase, on peut faire apparaître ‘chaque’, on peut également parler d’interprétation distributive (vs. collective) au sens logico-grammatical. Ainsi, dansallaqtu l-’abwâba, le sujet ne ferme pas toutes les portes ensemble, mais chaque porte l’une après l’autre » (p. 34).

13Cette citation, outre son intérêt descriptif, illustre un aspect fondamental de la démarche méthodologique de l’auteur, qui ancre systématiquement les interprétations sémantiques qu’il propose dans une analyse syntaxique du verbe dérivé lui-même, mais également, on le verra ci-dessous, du verbe qui sert de base à la dérivation. Cette approche est directement inspirée des sciences médiévales arabes de la langue, et notamment d’Al-’Astarâbâdhî.

14En ce qui concerne la forme fa‘‘ala, je continue, pour ma part, à préférer l’idée d’une position centrale ou ‘première’ de la valeur itérative, qui permet de proposer une explication de la valeur intensive associée à certains verbes de cette forme, ainsi : allaqati l-’abwâba (Coran, XII, 23) peut être compris comme « elle referma les portes [l’une après l’autre] » (répétition du procès) ou comme « elle referma [fébrilement] les portes » (intensivité), voire en combinant ces deux interprétations (« l’une après l’autre, fébrilement ») ; dans sawwafa, « remettre au lendemain », c’est sur autrui que la répétition des ajournements produit un effet d’intensivité1.

15Toutefois, la conception qui vient d’être formulée laisse dans l’ombre la question des raisons qui conduisent des verbes de la forme II à prendre une valeur factitive (« la seule question intéressante que pose cette forme », écrit l’auteur – p. 36). Un important développement (p. 36-42) est consacré par lui à une mise en relation des valeurs intensive et factitive. (La valeur intensive intègre pour lui l’itérativité – cf. la traduction et commentaire d’une citation d’Al-’Astarâbâdhî, p. 37-38 ; d’Ibn Yâ‘îsh, p. 39.) Plusieurs hypothèses sont envisagées, « morphologique », « syntaxique », « paradigmatique ». L’hypothèse retenue, fondée sur une analyse syntaxique, propose « de voir dans la valeur factitive de ces fa‘‘ala le simple résultat d’une réorganisation du système, due à une lacune paradigmatique » (p. 41). L’auteur signale que d’autres verbes factitifs de cette forme relèvent d’un « autre passage possible » (id.), qui est présenté p. 78-81 (voir aussi les p. 93-97, qui portent sur les formes augmentées en t et « un type de réflexivité inédit »). L’analyse, qu’il est difficile de résumer ici sans la reproduire, prend appui sur les schémas de valeurs sémantiques qui se dégagent de la dérivation de forme à forme (y compris lorsque, par exemple, un verbe de forme V dérive d’un verbe de forme II demeuré virtuel), dérivation qui est analysée en tenant compte à la fois de la valeur sémantique des verbes, et du régime syntaxique qui leur est associé.

16Pour fâ‘ala (forme III), la valeur de base retenue est intensive et expressive. Mais l’auteur ne parvient à cette proposition, qu’il désigne comme « une troisième voie » qu’à l’issue d’une discussion (p. 46-49) opposant, puis intégrant à un niveau plus abstrait deux conceptions : dans la première, surtout représentée chez des auteurs arabes, ces verbes auraient une valeur de réciprocité implicite (on a en arabe mushâraka, « participation ») ; dans la seconde ils prendraient une valeur « conative » (« chercher à... ») ou « afficiente (action sur) » (Fleisch). La valeur intensive et expressive permet à l’auteur de reprendre les propositions qu’il cite, et de les intégrer dans une chaîne de dérivation sémantique dont le parcours va de la valeur intensive à la réciprocité implicite, via la valeur de répétition dans la continuité (opposition continu/discontinu). Les exemples sont analysés, selon la méthode généralement suivie dans l’ouvrage, en fonction du régime syntaxique du verbe servant de base à la dérivation et de celui du verbe dérivé. C’est ainsi que le verbe Ìâkama, « faire un procès », qui dérive de Ìakama, « juger », est décrit non par la notion d’action afficiente proposée par Fleisch, mais comme découlant de la valeur d’intensité : les deux verbes étant transitifs, le second opèrerait « une insistance sur un objet, ce que l’on pourrait appeler une valeur de concentration-ciblage ».

17Pour ’af‘ala (forme IV), la valeur de base proposée est factitive (ou causative). Les valeurs sémantiques dont « les grammairiens arabes se contentent de donner ... une simple liste » apparaissent comme « toutes reliables, d’une manière  ou d’une autre » à cette dernière (p. 65 – cf. p. 54, les six valeurs données par Zamakhsharî, MufaÒÒal, p. 280-1). Or, un passage magistral d’Al-’Astarâbâdhî (SharÌ al-Shâfiya, I, 86), traduit et commenté, éclaire le sens de cette forme, en mettant en relation la transitivité, ou non, du verbe de base avec la simple, ou la double transitivité du verbe dérivé de forme ’af‘ala (p. 54-55).

18Suit une discussion de la distinction entre les verbes factitifs des formes II et IV, et des propositions faites par Leemhuis et Fleisch. L’auteur préfère une approche « plutôt empirique » de la question, et  observe, en considérant celle-ci en synchronie et en arabe moderne, que

 « chaque fois que les deux formes coexistent, une différenciation se produit entre les deux, telle que c’est la forme IV qui garde le sens général de la forme de base et la forme II qui prend un sens spécial » (p. 56).

19De nombreux exemples sont donnés, parmi lesquels apparaissent des verbes de forme II dont « le sens ... est relu au travers de celui d’un nom (ainsi ‘allama-hu, au travers de ‘ilm, « science(s) » ; kharraghâ au travers de khirrigh, « diplômé » etc.) » (p. 57).

20Les « valeurs dérivables de la forme factitive » sont ensuite très soigneusement passées en revue (p. 57-65). L’ouvrage identifie une valeur « expositive » (d’après al-Astarâbâdhî), ex. ’aqtalahu, au sens de « exposer qqun à être tué » ; une valeur « privative » (d’après Nöldeke et plusieurs auteurs arabes médiévaux), ex. ’a‘taba, « accepter le blâme », ?a†laba, « satisfaire à une demande », valeur qui est réinterprétée par l’auteur comme « laxive » (au sens de laisser faire) ; une valeur « tropative » (d’après al-Zamakhsharî, Ibn Mâlik, al-Astarâbâdhî), ex ; ’aÌmadtu-hu, « je l’ai trouvé louable » ; des verbes « factitifs implicitement réfléchis », ex. ’aslama, « devenir musulman » ; une valeur « méritative » (d’après Sîbawayhi), ex. ’aÌÒada z-zar‘u, « la culture est digne d’être moissonnée, litt. ‘mérite qu’on en fasse la moisson’ » ; une valeur « deventive » (d’après al- Zamakhsharî, al-Astarâbâdhî), correspondant à l’acquisition d’une qualité, ex. ’a?falat, au sens de Òârat dhât iflin, « litt. ‘elle devient ayant un enfant’ »... La manière dont ces valeurs sont dérivées de la valeur de base est présentée en détail. Je me conterai ici d’évoquer ce processus dans le cas de la valeur expositive : le factitif s’y trouve lié au passif du verbe de base, ce que montre bien la traduction ci-dessus de ’aqtalahu.

21Le chapitre V regroupe les « formes augmentées en » : il s’agit des formes VIII, V, VI, X. Les trois dernières sont identifiées comme étant l’objet d’une « surdérivation » : l’adjonction de t donne la forme V à partir de II,  la forme VI à partir de III et la forme X à partir de IV. Le dernier point ne va de soi ni dans la tradition arabe médiévale, ni dans la tradition orientaliste, et constitue la reprise ici d’une contribution importante de l’auteur (Larcher, 1994), qui rappelle que

« si en synchronie ’istaf‘ala n’est pas la forme augmentée en t d’un *saf‘ala, la linguistique historique et comparée permet de voir dans l’élément s (en arabe mais sh dans d’autres langues sémitiques), une variante, avec et h, du préfixe causatif (ou factitif) » (p. 31).

22L’absence de rappel de la description effectuée, en diachronie et en sémitique comparé par A. Roman (1983 : 924-931), de la relation entre les différentes réalisations phonétiques de ce préfixe factitif ou causatif, surprend ici, d’autant que l’auteur cite cet ouvrage dans une note de la p. 26. Mais il ne s’agit là que d’un point de détail. L’apport le plus important de cet ouvrage et des articles qui l’ont précédé est dans les aspects sémantiques de la surdérivation qu’il met en lumière. Outre les développements propres à chaque forme « en t », il faut lire en regard (Larcher, 1999) :

23- le « prologue » du chapitre V (p. 69-72), consacré à l’analyse de la notion de muâwa‘a chez plusieurs des grands auteurs arabes médiévaux (Sîbawayhi, Al-Mubarrad, al-‘Astarâbâdhî à la lumière de la notion moderne de réciprocité, et dont le dernier paragraphe propose un schéma de la dérivation sémantique des verbes « en t »;

24- l’« épilogue » des sections 1 à 5 ( section 6, p. 94-97), qui reprend en la développant la notion de réflexivité, et propose, afin de préserver l’unité de cette dernière

« comme terme générique », de « distinguer entre deux types de réflexivité, en reconnaissant à côté des formes réfléchies directes ou indirectes, syntaxiquement conditionnées, des formes intransitives (ou construites avec un syntagme prépositionnel) réfléchies de formes elles-mêmes intransitives (ou construites avec un SP), et par suite sémantiquement (et non syntaxiquement conditionnées) » (p. 95-96).

25L’auteur donne des exemples de ce « type de réflexivité inédit », notamment celui de basama/ibtasama. Il souligne également l’existence en liaison avec ce type de réflexivité, de phénomènes de surdérivation mettant en jeu des verbes moyens (au sens de Benveniste déjà cité), et dont la principale caractéristique, dans le cadre de cette analyse, est d’être de nature fondamentalement sémantique (voir aussi le chap. VII et Larcher, 1994).

26En marge de ce travail d’exploration, il eût sans doute été utile de discuter ou tout au moins de rappeler, pour l’analyse des « formes en t », et notamment pour les sections 1 et 6 du chap. V consacrées à la notion de réflexivité, l’identification de cet augment comme « morphème-écho », due à A. Roman :

« La consonne /t/ est la racine, monoconsonantique, du morphème de personne ; elle réfléchit le morphème de personne... Exemple : yatasilu, « il se lave »2.

27Cela, d’autant plus que t constitue pour l’auteur la marque (univoque) de la réflexivité. Mais revenons aux apports de l’ouvrage. Le chapitre V dans son ensemble et le chapitre VIII (consacré à « la surdérivation sémantique » et à « la dérivation-pivot ») mettent en jeu les notions de réfléchi direct et indirect ; de réfléchi passif et de réfléchi moyen (dont le sujet, conformément à ce que l’on peut déduire d’une lecture attentive de Benveniste peut être soit agentif, soit non agentif). Si l’on applique les analyses de notre ouvrage (cf. la section 6 du chap. V et la citation ci-dessus), l’exemple – dont il faut rappeler le caractère pédagogique –  de yatasilu « il se lave », correspond au cas le plus simple de réflexivité : sur le plan syntaxique c’est un réfléchi direct, et,  sur le plan sémantique, un verbe moyen à sujet agentif. Je souscris parfaitement à cette analyse.

28Au chapitre VI, (p. 99-101), la forme VII ’infa‘ala est traitée séparément des « formes augmentées en t ». Or l’augment n de la forme VII a été considéré, dans une perspective diachronique, comme une nasalisation de t (Roman 1983 : 936-938 ; 1990 : 51 ; 1999 : 108). Cette hypothèse, qui n’est pas celle de l’auteur, aurait sans doute mérité mention. Toutefois, dans la perspective synchronique (relative à l’arabe classique, avec des incursions, signalées plus haut, en arabe moderne) de cet ouvrage, la question qui se pose est celle de savoir si une « concurrence » entre formes VII et VIII existe. Les p. 100-101 apportent à ce propos une réponse suggestive. Comme dans le chapitre portant sur les « formes augmentées basiques », de nombreuses observations et notations émaillent l’analyse des différentes valeurs associées à la réflexivité et à la réciprocité par le système morphologique de l’arabe, d’autant que la surdérivation permet l’adjonction à ces valeurs de l’intensivité (ainsi, p. 79-81, à propos de tafa‘‘ala), de la factitivité (88-90, à propos de ’istaf‘ala), etc.

29Le chapitre IX sur « les verbes délocutifs » apporte, sur cette notion due à Benveniste (1966, note 6, chap. XXIII), que l’auteur a contribué à préciser à partir des données de l’arabe,  un éclairage élargi. Les chap. X et XI présentent en quelques pages (123-125 et 129-133) les formes augmentées rares (XI à XV) et le « verbe quadrilitère ».

30La quatrième partie comporte un chapitre, assez bref, sur le temps et l’aspect en arabe (p. 137-141), suivi de discussions sur le statut de kâna (chap. XIII, p. 143-145), où il est clairement montré que ce verbe ne peut être considéré comme un « auxiliaire » ; et d’une proposition de réinterprétation des paradigmes traditionnellement désignés par les termes d’accompli et d’inaccompli :

« L’opposition fa‘ala/yaf‘alu, écrit l’auteur, se réalise donc d’au moins trois manières, temporelle (passé vs non passé), aspectuelle (accompli vs inaccompli dans n’importe quel temps) et modale (nécessaire vs pos

Haut de page

Bibliographie

Ammar S. et Dichy J., 1999, Les verbes arabes, Paris, Hatier (coll. Bescherelle) : 26.

Baggioni et Larcher, 2000, « Note sur la racine en indo-européen et en sémitique », in Ph. Cassuto et P. Larcher, (dir.), La sémitologie, aujourd’hui, Publications de l’université de Provence : 121-31.

Belot P., 1922, Cours pratique de langue arabe, Beyrouth, Imprimerie catholique.

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale, vol. 1, Paris, Gallimard, ch. XIV.

Blachère R. et Godefroy-Demombynes M. , 1952, Grammaire de l’arabe classique, Paris, Maisonneuve et Larose.

Cantineau J., 1950, « Racines et schèmes »,  Mélanges William Marçais, Paris, Maisonneuve.

Dichy J. et Hassoun M. (dir.), 1989, Simulation de modèles linguistiques et Enseignement Assisté par Ordinateur de l’arabe - Travaux SAMIA I, Paris, Conseil International de la Langue Française, « Vers un modèle d’analyse automatique du mot graphique non-vocalisé en arabe » : 92-158, et index des termes et notions.

Dichy J. ,1998, « Mémoire des racines et mémoire des mots : le lexique stratifié de l’arabe », in Baccouche T., Clas A. et Mejri S. (dir.), La Mémoire des mots, Revue Tunisienne de Sciences Sociales 117, 35ème année : 93-107.

Dichy J. , 2003, « Sens des schèmes et sens des racines en arabe : le principe de figement lexical (PFL) et ses effets sur le lexique d’une langue sémitique », in S. Rémi-Giraud et L. Panier (dir.), La polysémie ou l’empire des sens. Lyon, Presses universitaires de Lyon : 189-211.

Larcher P., 1994, « Un phénomène de ‘surdérivation’ en arabe classique : à propos de la Xe forme verbale ’istaf‘ala », Annales islamologiques, tome 28, Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale : 215-30.

— 1995, « Où il est montré qu’en arabe classique la racine n’a pas de sens et qu’il n’y a pas de sens à dériver d’elle »,  Arabica, vol. XLII : 291-314 .

—1995, « Vues ‘nouvelles’ sur la dérivation lexicale en arabe classique », in L. Edzard et M. Nekroumi (dir.), Tradition and Innovation. Norm and deviation in Arabic and Semitic Linguistics, Vienne, Otto Harrassowitz : 103-23.

— 1999, « Syntaxe et sémantique des formes verbales dérivées de l’arabe classique : vues “nouvelles” et questions en suspens », Quaderni di Studi Arabi 17 : 3-27.

Mel’cuk I., 1982, Towards a Language of Linguistics, A System of Formal Notions for Theoretical Morphology, München, Wilhem Fink Verlag.

Roman A., 1983, Étude de la phonologie et de la morphologie de la Koinè arabe, Publications de l’Université de Provence.

— 1990, Grammaire de l’arabe, Paris : P.U.F. (coll. “Que sais-je »).

— 1999, La création lexicale en arabe, ressources et limites de la nomination dans une langue humaine naturelle, Presses Universitaires de Lyon (collection “Études arabes”).

Haut de page

Notes

1 Exemples et analyse repris de la partie introductive (« Les formes verbales de l’arabe ») de Ammar et Dichy (1999 : 26). allaqati l-’abwâba est présenté et analysé comme à la fois itératif et intensif par Blachère et Godefroy-Demombynes (1952 : § 25). P. Belot (1922 :§ 16) associe également, à propos de cette forme, « intensité » et « fréquence ». A. Roman (1983 : 923) cite le verset ci-dessus, ainsi que Coran, XVIII, 4 et XII, 31, comme exemples du fait que la forme fa‘‘ala est associée à « l’expression du pluriel du procès », ce qui constitue une formulation élégante de l’idée d’itération.
2 Roman, 1990 : 50-51 et 1999 : 107. L’exemple ci-dessus est pédagogique, il en existe naturellement de plus complexes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Dichy, « Larcher Pierre, Le système verbal de l’arabe classique, Publications de l’université de Provence (Collection « Didactilangue »), 2003, 191 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 15 novembre 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2996

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page