Navigation – Plan du site
Première partie – La Syrie au quotidien : cultures et pratiques du changement

La Syrie au quotidien : cultures et pratiques du changement Présentation

Sylvia Chiffoleau, Sylvia Chiffoleau et Sylvia Chiffoleau

Texte intégral

1La Syrie subit depuis plus de 40 ans le poids d’un régime autoritaire. Géographiquement voisine de l’Europe, historiquement liée à la France, traditionnellement traversée de flux commerciaux, ayant produit une diaspora établie dans bien des pays du monde, attirant un tourisme, certes encore modeste, grâce à ses sites archéologiques et historiques, la Syrie est loin d’être coupée du monde. Elle reste cependant méconnue et suscite la méfiance. En effet, ses multiples atouts favorables à une intégration mondiale sont partiellement neutralisés par des pulsions d’exclusion dont le régime porte largement la responsabilité. Mais face à celui-ci, stigmatisé par la communauté internationale, se déploie une société aux multiples facettes qui use de compétences propres pour trouver sa place entre une obéissance forcée à un régime dont les choix politiques la prive de l’estime internationale et l’aspiration à répondre à l’appel du monde et de certaines de ses valeurs, notamment la consommation de masse, la démocratie ou encore les droits de l’homme.

  • 1 Il s’agit avant tout d’une plus grande tolérance aux recherches étrangères. En revanche, le champ d (...)
  • 2 Outre les auteurs ayant participé à ce volume, je tiens à remercier pour leur aide Hassan Abbas, Él (...)

2La complexité de la situation syrienne est pourtant trop souvent négligée au profit d’une attention quasi exclusive portée à son régime. L’état de la recherche sur la Syrie contemporaine présente ainsi un paradoxe étonnant : alors même que la question politique est jugée difficilement abordable en raison de la nature du régime, peu enclin à se voir analysé et critiqué, les travaux de recherche se focalisent presque exclusivement sur les analyses du système politique, sur le régime, le Ba‘th, la famille dirigeante et l’économie politique du pays. En outre, le volume global des travaux sur la Syrie demeure faible, notamment en langue française. La plus grande tolérance du régime à l’égard de la pratique de l’enquête de terrain, l’ouverture du pays au développement des sciences sociales1, qu’Élizabeth Picard remarquait dès 1997 (Picard, 1997 : 3), se sont confirmées depuis lors, favorisant l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes chercheurs qui portent l’investigation dans de multiples directions, en privilégiant les dimensions anthropologiques et sociologiques. Ce numéro entend avant tout leur donner la parole2 afin de mettre au jour, malgré l’incomplétude de tout exercice collectif, la diversité d’un pays qui n’est pas réductible à son régime, ainsi que les trajectoires sociales, les stratégies de survie, les expressions identitaires, les modes discrets de mobilisation d’une société qui n’est pas bloquée en dépit des nombreuses contraintes qui pèsent sur elle.

3Surgissant du chaos politique de la période libérale, le régime ba‘thiste s’est attaché à imposer un ordre social et politique garanti par le contrôle des services de sécurité, voire par la violence, en tout cas par l’absence de procédure démocratique qui pourrait permettre une alternance. La dureté de ces conditions est proposée en échange de la promesse du développement économique, du progrès, de la libération des allégeances traditionnelles et de l’émergence d’un homme nouveau. Une révolution sociale, en somme, d’où la société syrienne devait sortir unie, lissée de ses aspérités ethniques, confessionnelles, claniques et sociales. Or, malgré les effets de discours du pouvoir, les clivages qui traversent la société syrienne n’ont en rien disparu, même si le refus du confessionnalisme a sans doute créé une situation potentiellement moins conflictuelle que dans l’Irak et le Liban voisins. Le développement économique n’a pas non plus tenu toutes ses promesses. Certes il a entraîné d’évidentes évolutions sociales et bien des indicateurs ont enregistré de nets progrès au cours des dernières décennies. Néanmoins, les pesanteurs d’une économie dirigiste, aggravées par la crise des années 1980, oblitèrent le passage vers une économie moderne et performante. En outre, le coût social de cette modernisation, ajouté à une entrée sélective dans la mondialisation, ont contribué à polariser la société entre une minorité qui ne cesse de s’enrichir et la cohorte des gens modestes et pauvres qui connaissent des conditions de vie de plus en plus difficiles. Ici comme ailleurs, le rêve de l’égalité sociale a fait long feu.

  • 3 Sur le printemps de Damas, voir le dossier « Un printemps syrien », Confluences Méditerranée, n° 44 (...)

4En ce début de siècle, la société syrienne traverse une période particulièrement critique. Confrontée à des recompositions aux niveaux national et international, elle est amenée à renégocier les fragiles consensus sociaux sur lesquels elle repose afin de se porter vers un avenir pour lors ouvert à tous les possibles. Elle semble en effet aussi apte au changement que tout autre société soumise au même type et au même degré de contraintes, dont le poids d’un régime autoritaire pesant sur elle depuis plus de 40 ans n’est pas la moindre. Celui-ci ne saurait cependant la contrôler de part en part. La façon dont certaines sociétés d’Amérique Latine, et plus récemment d’Europe de l’Est, ont réussi leur passage à la démocratie indique qu’elles étaient parvenues discrètement, dans les interstices laissés par les pouvoirs autoritaires, à faire vivre des idées, des espaces d’expression, de l’énergie, aptes à préparer une telle transition. En Syrie, la contestation elle-même n’occupe qu’un espace réduit, même si elle a obtenu une visibilité accrue depuis le « printemps de Damas » qui a fait suite à l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad3. Mais d’autres formes d’aspirations au changement se font jour, souvent anodines ou inscrites dans la quotidienneté, qui témoignent de la capacité d’invention des Syriens et de l’existence d’une dynamique propre à cette société. Ce sont ces modalités discrètes du changement qui font l’objet des analyses de ce volume.

5La première partie s’attache à décrire quelques aspects d’une fragmentation sociale de plus en plus évidente, et certains modes d’ajustement face aux défis du quotidien. Dans sa quête d’une illusoire unité sociale, le régime ne s’est pas contenté de disqualifier les appartenances ethniques et confessionnelles, il a aussi déployé un système d’emprise corporatiste qui englobe tous les secteurs de la vie sociale : de la petite enfance au monde du travail, les Syriens sont enrôlés dans des organisations populaires et des syndicats qui offrent un moyen d’encadrement et un canal de mobilisation pour le soutien au régime. Mais ce système ne saurait dissimuler plus longtemps que certaines de ces catégories étroitement encadrées, notamment les paysans et les employés du secteur public, considérés traditionnellement comme les principaux soutiens du régime, sont les premières à pâtir des évolutions économiques récentes. Derrière la mobilisation obligée se profile en réalité une société aux traits de plus en plus différenciés et dont les identités sociales et les liens de solidarité échappent en grande partie à ce schéma corporatiste. Dans un contexte où il apparaît évident que le régime n’est plus engagé dans une stratégie de réforme sociétale globale, la confiance s’effrite et le soutien au régime se fait de plus en plus conditionnel, ou du moins critique. Il est vrai que la plupart des Syriens sont engagés avant tout dans une lutte pour la survie, qui les renvoie au quotidien aux insuffisances et aux renoncements de l’État à leur égard. Les ressources disponibles pour aborder la période de changement actuelle sont inégalement réparties en fonction de lignes de clivages, qui ne sont certes jamais étanches, mais qui dessinent des profils et des trajectoires sociales différenciés.

  • 4 Selon une étude officielle de l’Office public de Planification, répercutée par la presse Internet, (...)

6Malgré la priorité accordée à la modernisation du monde rural, qui a certes produit des effets évidents, le fossé qui existe entre celui-ci et le monde urbain demeure immense, bien que l’exode rural, qui a conduit vers les villes des individus qui y vivent dans des conditions d’inconfort et de dénuement proches de celles qu’ils connaissaient à la campagne, tend à le combler en partie. L’intrusion de la nouvelle consommation, analysée ici par Leïla Vignal, contribue à repolariser les deux univers, le monde rural, et plus encore les régions pastorales, en étant quasi exclus. Les modes de consommation constituent en effet l’un des principaux marqueurs d’une différenciation sociale de plus en plus accusée, entre rural et urbain d’une part, et au sein même de ce dernier monde, d’autre part. La physionomie de la ville s’en trouve elle-même affectée, offrant un contraste profond entre les quartiers centraux où s’implantent les boutiques chics et où les nouvelles banques privées rivalisent dans le modernisme de leur architecture, et les zones informelles, dépourvues d’équipements urbains, de services et de commerces, dont la réhabilitation n’a pas franchi encore le stade des bonnes intentions de la part de l’État4. Mais si seuls les plus aisés d’entre les Syriens peuvent consommer les produits importés d’Occident ou fabriqués sous licence, on assiste néanmoins à un phénomène d’imitation, d’aspiration des milieux défavorisés à un univers de consommation, qu’ils peuvent en partie assouvir dans la multitude des produits bon marché, et souvent de piètre qualité, disponibles dans les souks et dans les magasins de ville, issus du commerce Sud-Sud et singulièrement de la Chine. Une analyse de l’évolution des modes de consommation de loisirs confirmerait sans aucun doute cette tendance.

7Un autre type de clivage, aux frontières floues, se dessine à la faveur d’une intégration, certes encore limitée, à la mondialisation. L’identification à une identité orientale (charqî) en constituerait un pôle et la référence aux valeurs de l’Occident (afranjî) un autre. Si certains adoptent résolument des modes de vie spécifiques, replis sur l’univers familial, choix du mariage arrangé pour les uns, voyages à l’étranger, consommation frénétique, libre fréquentation entre les sexes pour les autres, les positions ne sont souvent pas si tranchées. La notion d’« authentique », liée par exemple à l’habitat damascène traditionnel, peut être mobilisée pour construire un présent moderne et des formes de distinction sociale (Salamandra, 2004). Les maisons anciennes se transforment ainsi, à un rythme rapide, en hôtels et restaurants fréquentés par une clientèle très variée, tant conservatrice que moderne et occidentalisée. Les commerçants du souk d’Alep, décrits par Annika Rabo, témoignent de ces appartenances mouvantes et de la cohabitation de valeurs empruntées de part et d’autre. Le paysage du souk d’Alep est radicalement différent de celui des quartiers centraux de Damas mais ses structures anciennes n’excluent pas pour autant l’ouverture au changement, notamment à l’intensification des flux commerciaux. Les commerçants du souk sont les entrepreneurs de ces changements et comme tels s’inscrivent de façon évidente dans certains courants de la mondialisation, y compris très physiquement en raison des nombreux voyages qu’ils entreprennent, et même s’ils préservent par ailleurs bien des valeurs jugées traditionnelles. Leur univers ouvert sur le monde s’accommode d’ailleurs parfaitement d’un espace plus local et particulariste où se déploient les liens de parenté et les valeurs de proximité telles que la réputation.

8L’accès au travail ou le fait d’en être privé constitue bien sûr une ligne de fracture claire dans la société syrienne et la cause des inégalités sociales les plus criantes. Malgré les initiatives récentes de l’État, notamment la création d’un programme national de lutte contre le chômage (Marzouk, 2004), celui-ci touche, selon les estimations, entre 12 et 20 % de la population active et sans doute plus si on prend en considération les formes précaires ou temporaires de travail. Cette précarisation de l’emploi suscite l’émergence ou la réactivation de stratégies de requalification qui, outre la pluriactivité, mobilisent très largement les réseaux d’entraides familiaux, sociaux et confessionnels (Boissière, 2005). Les associations de femmes au foyer qui constituent des tontines, analysées par Friederike Stolleis, en sont un exemple. Selon diverses modalités, elles mobilisent et redistribuent l’épargne des foyers modestes, destinée à faire face aux dépenses importantes du ménage et aux imprévus, notamment à l’accident médical, tout en entretenant les sociabilités traditionnelles. Face au désengagement de l’État et à la dégradation des conditions de vie, les individus gèrent le quotidien à grand renfort de solidarités reposant sur les allégeances primaires, selon un modèle en contradiction flagrante avec le système de mobilisation corporatiste imposé par le régime et qui, réfugié dans la sphère privée, échappe en grande partie au contrôle de celui-ci.

9Enfin des clivages générationnels sont perceptibles, mais là encore, ils sont loin d’être réductibles à une différence entre traditionnel et moderne. La jeunesse, majoritaire dans le pays, porte une très lourde part du fardeau des difficultés économiques présentes. Celles-ci ont un impact direct sur la qualité du système d’enseignement déjà considérablement bloqué par une ba‘thisation profonde. Au sortir de l’université, les jeunes sont confrontés au chômage ou à l’insuffisance et à l’inadéquation de leur formation, dans un pays ou tout ou presque est à construire et à inventer et qui aurait particulièrement besoin de compétences réelles. Dans ce contexte, la tentation du départ vers l’étranger est très généralement partagée mais la réalisation n’en est accessible qu’à un petit nombre. La plupart inscrivent donc leur destin à l’intérieur du pays et cherchent à y bâtir une position stable malgré les contraintes politiques et économiques. Les plus chanceux, souvent ceux qui possèdent déjà un capital social et économique, s’engouffrent dans les opportunités ouvertes par l’extension récente du secteur privé et des services qui offre un niveau de vie supérieur à celui de l’emploi dans le secteur public, désormais déprécié bien que la stabilité qui y est attachée demeure une valeur sûre. Mais une part de cette jeunesse ne se contente pas de rêver d’une vie meilleure, elle aspire aussi à une participation citoyenne. Rama Najmeh rappelle le rôle de la jeunesse éduquée tout au long du xxe siècle et sa participation pionnière dans le développement de la presse. Aujourd’hui, à la faveur du retour à l’autorisation d’une certaine presse privée, une nouvelle génération de journalistes émerge, secouant les cadres de pensée imposés, sans pour autant obtenir véritablement un accès à la parole politique.

10La seconde partie s’attache à analyser certains modes de mobilisation et d’expression à caractère religieux et communautaire. En proposant cette entrée, on ne voudrait cependant pas donner une importance exagérée au facteur communautaire en Syrie mais plutôt rendre compte de la situation de certaines minorités discrètes, peu connues, et de pratiques généralement négligées, comme le soufisme et les fêtes religieuses. On l’a vu, les appartenances communautaires n’ont en rien disparu sous la chape d’un unanimisme de façade imposé par le régime. Depuis 2000, le contexte national et international a favorisé leur visibilité et l’émergence de débats longtemps occultés et c’est désormais l’ensemble des confessions et des groupes ethniques qui sont amenés à se redéployer dans un espace, sinon plus libre, du moins plus permissif, et à renégocier leur position dans le quotidien.

11Les événements internationaux de ces dernières années, et singulièrement la guerre en Irak, ont contribué, de façon ambiguë, à la réémergence de la question communautaire en Syrie. En plaçant certaines communautés au devant de l’actualité, notamment les Kurdes et dans une moindre mesure les chrétiens, ils ont favorisé leur visibilité mais ont aussi, d’une certaine façon, renforcé la suspicion à leur égard. Les Kurdes se voient parfois exposés à l’accusation de vouloir briser l’unité nationale ; les chrétiens dans leur ensemble, et plus seulement les catholiques, sont occasionnellement perçus comme les suppôts d’une politique américaine (occidentale) honnie. Mais ces tendances coexistent avec des attitudes qui, à l’inverse, puisent dans les exemples libanais et irakien les arguments de la défense d’un statu quo qui, bien qu’imposé par l’État, est largement relayé et approuvé par les Syriens. La peur du chaos est omniprésente.

  • 5 En mars 2006, le ministère des Waqf interdit les leçons religieuses données dans les mosquées de Da (...)

12Face aux tendances qui permettent une présence plus marquée des minorités dans l’espace public, se manifeste également un resserrement autour du noyau central musulman. La minorité alaouite au pouvoir s’attache à se construire une image respectable en se rapprochant du chiisme duodécimain. Dans le même temps, le pouvoir donne des gages, de façon il est vrai hésitante, à la majorité sunnite. Partagé entre sa volonté de désamorcer toute velléité d’autonomie de la part de celle-ci, toute tentation de conquérir trop ouvertement l’espace public et politique, et son désir de la séduire, le pouvoir envoie des signes contradictoires, comme ce fut le cas récemment autour de la question de l’enseignement religieux dans les mosquées, d’abord interdit puis réintroduit5. Mais ce qui apparaît le plus évident dans le paysage syrien reste la poursuite des tendances à la réislamisation de la société. La généralisation du voile, l’affluence à la prière du vendredi, l’observance de ramadan, accompagné d’ailleurs de sa marchandisation, sont autant de signes d’une conquête des comportements par le référent religieux. Pour autant, l’islam sunnite ne se présente pas comme un bloc homogène, loin s’en faut. Dans ce paysage réislamisé, la tolérance et la cohabitation pacifique demeurent encore la règle générale, perceptible dans l’espace public. C’est bien souvent lorsque les enjeux sociaux croisent les identités communautaires que les tensions se manifestent : les lieux de travail apparaissent par exemple beaucoup plus favorables à l’expression de telles tensions que la rue ou l’immeuble.

13L’ensemble de ces facteurs crée un champ nouveau, instable, à la fois favorable à des formes discrètes mais autonomes d’expression communautaire et aux polarisations et à la manifestation d’attitudes de méfiance réciproque. Pour saisir les conditions d’intégration des communautés religieuses et ethniques, qui déterminent leur capacité à gérer aujourd’hui leur destin, il convient cependant de revenir à l’histoire. C’est ce que proposent les textes de Nicola Migliorino sur les Arméniens, de Jordi Tejel sur les Kurdes et de Cyril Roussel sur les Druzes. Ces trois cas manifestent clairement le fait que la société syrienne est perméable, absorbant sans heurt excessif les nouveaux venus et les populations des marges. Ils montrent aussi à quel point l’intégration de ces communautés dépend d’une négociation constante avec les pouvoirs politiques, lesquels déterminent en grande partie les règles du jeu. Ils confirment enfin le fait que le régime ba‘thiste, en optant pour une politique niant le confessionnalisme, a offert une stabilisation inédite à ces communautés, qui fait désormais de la Syrie une exception dans la région, ce qu’il faut bien compter comme une réussite d’un régime par ailleurs fort peu recommandable. Réussite fragile, peut-être aujourd’hui menacée, comme en témoigne la montée des tensions dans la communauté kurde.

14En changeant d’échelle et en pénétrant au sein des réseaux soufis, qui sont l’une des formes actuelles de la réislamisation, Paulo Pinto montre que ceux-ci sont également engagés dans un processus constant de relation, de négociation, voire de confrontation avec les diverses instances du pouvoir à propos de la délimitation du discours religieux dans l'espace public. Pratiques religieuses et identités se construisent ainsi dans des espaces qui échappent, au moins en partie, à l'intervention directe de l'État, comme les zawiyas. Dans de tels espaces sont mis en œuvre des liens interpersonnels forts, selon des modalités diverses, qui montrent combien les identités religieuses traversent et guident l’existence des individus, au point de transformer ceux-ci. Pour voir pratiquement disparaître la figure tutélaire du pouvoir, il faut encore changer d’échelle et se porter sur l’observation des pratiques quotidiennes, comme dans le cas des fêtes chrétiennes de Maaloula, analysées par Sylvia Chiffoleau. Dans l’espace de liberté ménagé par ces événements festifs, l’identité chrétienne, si ouvertement affichée, s’associe étroitement à d’autres référents identitaires, notamment l’attachement à une identité nationale syrienne dont se réclament d’ailleurs toutes les communautés présentes dans le pays.

15La troisième partie observe quelques signes par lesquels la société syrienne manifeste certaines formes d’autonomie et les limites de son adhésion au régime et aux choix politiques et économiques de celui-ci. Certes ces mouvements de mobilisation, sinon de contestation, se jouent à la marge ; la puissance du contrôle sécuritaire et la fragilité de la mouvance de l’opposition ne permettent guère encore d’expression ouverte dans l’espace public (Picard, 2005). Pourtant, si bien des inconnues pèsent sur l’avenir de l’opposition en Syrie, elle réapprend peu à peu, dans le contexte actuel, les règles du jeu politique. La Syrie a un passé politique, étouffé depuis 40 ans sous le contrôle étroit des services de sécurité et la menace diffuse des délateurs. Après 2000, la pression s’est partiellement relâchée, favorisant la réémergence d’une parole qui tente de définir les contours d’un futur espéré. Une parole certes encore hésitante et qui prend souvent des chemins détournés pour ne pas s’avouer politique.

16En l’absence de lieux dédiés au débat, cette parole se réfugie bien souvent dans l’espace privé. Le printemps de Damas, qui a multiplié les forums de discussion dans les maisons privées, l’a bien montré. C’est désormais au croisement du culturel et du politique que cette parole nouvelle s’établit préférentiellement, le culturel apparaissant comme une sorte de métaphore du politique. C’est ce contexte de rencontre que décrit Cécile Boëx qui montre que le cinéma, et plus largement la création artistique, peuvent donner l’occasion d’échapper aux cadres de pensée imposés par le régime et à une conception culturelle mise au service de ceux-ci, parvenant ainsi à faire émerger des sujets autonomes. Myriam Ababsa, en portant son regard sur un monde rural discret et peu connu, met au jour d’autres formes de contestation, entre pétitions et quasi-jacquerie, qui dénoncent directement les conséquences sociales de la liquidation en cours de la réforme agraire ainsi que les modalités de sa réalisation, empreintes comme à l’accoutumée de népotisme et de corruption. C’est sans doute en partie pour tenter de désamorcer ce potentiel de contestation que le régime ba‘thiste a entrepris une libéralisation sous contrôle étroit du mouvement associatif, décrit ici par Mathieu Le Saux. Sortant du cadre caritatif et confessionnel dans lequel il était confiné jusqu’alors, ce mouvement commence à s’étendre à de nouveaux secteurs, sociaux ou de plaidoyer. Dans le premier cas, les associations, qui visent à compenser les effets négatifs de la libéralisation économique, demeurent étroitement dépendantes de l’État et souvent placées sous la tutelle directe de l’épouse de Bachar al-Assad. Par ce biais l’État se livre à l’une des formes de sa privatisation. Dans le second cas, l’intrusion des associations dans des domaines aux contours plus nettement politiques, ceux des droits de l’homme et de la défense de l’environnement, se fait aux conditions restrictives du maintien de leur illégalité mais d’une tolérance élastique de leurs activités. Contrairement aux premières, celles-ci ne peuvent bénéficier de la manne des financements étrangers. Là encore, malgré les progrès réalisés dans le cadre des mobilisations autonomes, c’est encore l’État qui, pour l’essentiel, définit les règles du jeu.

  • 6 Il s’agit d’un problème de grande ampleur compte tenu du nombre de prisonniers politiques. Ils étai (...)

17Malgré l’étroitesse de ses canaux d’expression, la mobilisation de l’opposition recommence à inquiéter le régime. Dans le contexte actuel de crispation de celui-ci face aux pressions internationales, l’opposition s’est vue de nouveau soumise, au cours des premiers mois de l’année 2006, à de fortes contraintes. Celles-ci n’ont toutefois plus la radicalité d’autrefois et la terreur a laissé place à une crainte d’autant plus diffuse que, fragilisé et lui-même fragmenté, le régime ne tient plus vraiment une posture claire. La façon dont le régime joue sur le thème de la prison est révélatrice de ces fluctuations et des incertitudes auxquelles sont confrontés l’opposition et les individus qui s’autorisent une prise de parole. D’un côté, la noria des conduites en prison a repris, touchant cependant un nombre plus limité d’individus que lors des grands mouvements des années 1970 et 1980, et souvent pour des périodes relativement courtes. D’un autre côté, le pouvoir autorise la libération de la parole sur la prison, comme s’il s’agissait d’un temps révolu, d’une pratique du passé. À l’occasion d’une série sur la littérature de prison dans le monde arabe, la chaîne de télévision qatarie al-Jazeera a tourné deux émissions en Syrie, avec l’autorisation des autorités locales, au cours desquelles sont interviewés plusieurs intellectuels et artistes ayant passé de nombreuses années en prison, qui font un récit sans concession de leurs conditions d’incarcération. Le texte de Yassine al-Haj Saleh présenté ici s’inscrit dans cette même veine. Avec une étonnante liberté de ton, celui-ci rappelle la dureté, l’inhumanité de la prison, sans jamais oublier de mentionner que la situation réservée aux islamistes était bien plus cruelle encore que celle faite aux communistes, groupe auquel il appartenait lui-même, et insiste surtout sur les difficultés d’une réinsertion dans un pays qui a certes changé mais qui vit toujours sous le joug du même régime. Il souligne enfin la nécessité de trouver un règlement politique à la question des ex-prisonniers afin qu’ils retrouvent leurs droits, leur dignité, et qu’ils soient dédommagés des préjudices subis6. Un apprentissage de la réconciliation qui pourrait servir un jour, si le destin de la Syrie s’inscrit dans la sortie de l’autoritarisme, à absorber dans le courant de l’histoire, en faisant l’économie d’un conflit civil, ceux qui furent les geôliers et les tortionnaires de ces ex-prisonniers.

Haut de page

Bibliographie

Boissière Thierry, 2005, « Précarité économique, instabilité de l’emploi et pratiques sociales en Syrie », in É. Longuenesse, M. Catusse et B. Destremau (dir.), Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient, REMMM n° 105-106, Aix-en-Provence, Édisud : 135-151.

Dimashki Mohammed Issam, « The Social and Psychological Effects on the Détente and the Deprivation of Civil Rights », in Violette Daguerre (dir.), Democracy and Human Rights in Syria, Malakoff, Arab Commission for Human Rights : 237-271.

Marzouk Nabil, 2004, La pauvreté et le chômage en Syrie, Damas, Centre arabe pour les études stratégiques, 40 p. (en arabe).

Picard Élizabeth, 1997, « La Syrie de l’après-guerre froide : permanences et changements. Présentation », Monde Arabe. Maghreb-Machrek, n° 158, Paris, La Documentation française : 3-4.

2005, « Syrie : la coalition autoritaire fait de la résistance », Politique étrangère n° 4, Paris : 757-768.

Salamandra Christa, 2004, A new old Damascus. Authenticity and Distinction in Urban Syria, Bloomington, Indiana University Press, 199 p.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit avant tout d’une plus grande tolérance aux recherches étrangères. En revanche, le champ des sciences sociales demeure fort peu développé (et encouragé) dans le système académique syrien. Il n’existe pas de faculté d’anthropologie et les travaux de la faculté de sociologie sont essentiellement orientés sur des aspects quantitatifs. Cette situation explique en partie la discrétion de la participation syrienne dans ce numéro. Les analystes du pays se trouvent plutôt dans le milieu des intellectuels indépendants, journalistes ou écrivains, en tout cas hors du système universitaire. Rama Najmeh et Yassine al-Haj Saleh sont représentatifs de ce type de profil.

2 Outre les auteurs ayant participé à ce volume, je tiens à remercier pour leur aide Hassan Abbas, Élisabeth Longuenesse, Élizabeth Picard, Abdulhay al-Said et Katia Zakharia.

3 Sur le printemps de Damas, voir le dossier « Un printemps syrien », Confluences Méditerranée, n° 44, hiver 2002-2003 ; Ph. Droz-Vincent, Moyen-Orient : pouvoirs autoritaires, sociétés bloquées, Paris, PUF, 2004, p. 227-233 et Alan George, Syria, neither Bread nor Freedom, London and New York, Zed Books, 2003.

4 Selon une étude officielle de l’Office public de Planification, répercutée par la presse Internet, 30 % des habitants de Damas vivent dans des zones informelles (www.champress.net, 15/04/2006).

5 En mars 2006, le ministère des Waqf interdit les leçons religieuses données dans les mosquées de Damas, lesquelles sont invitées à fermer leurs portes entre les prières. Après une mobilisation des élites religieuses, l’interdiction est levée. Sur cet épisode, voir les commentaires du blog de Joshua Landis, « Syria Rescinds Ban on Religous Lessons in Mosques » (http://faculty-staff.ou.edu/L/Joshua.M.Landis-1/syriablog/index.html, 30 mars 2006).

6 Il s’agit d’un problème de grande ampleur compte tenu du nombre de prisonniers politiques. Ils étaient 17 000 dans les années 1990 (Dimashki, 2002), soit plus d’1 individu sur 1 000 Syriens, et plus encore si l’on ne prend en considération que la classe d’âge susceptible d’être emprisonnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Chiffoleau, Sylvia Chiffoleau et Sylvia Chiffoleau, « La Syrie au quotidien : cultures et pratiques du changement Présentation », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/3008

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page