Navigation – Plan du site
III. Livres et lieux privés de lecture

Les livres des gens à Damas vers 1700

Books in Damascus in homes around 1700
Colette Establet et Jean-Paul Pascual
p. 143-175

Résumés

Les 450 inventaires après décès qui sont la base de ce travail sont consignés dans deux registres de Damas, qui étaient tenus par un juge, le qassâm ' arabi. Son rôle consistait à effectuer le partage légal des successions (mukhallafa, tarika) de civils, hommes et femmes, entre les divers héritiers, ou à attribuer l'ensemble de la fortune à l'État, au Trésor dans un certain nombre de cas (1686-1717). Ces actes sont construits selon un modèle relativement uniforme : un préambule donne, notamment, le nom du défunt, ses titres, quelquefois son métier (souvent deviné d'après la nature des biens possédés), son lieu de résidence ou de travail. Dans une deuxième partie, le cadi et ses scribes procèdent à l'énumération chiffrée de l'actif, biens meubles, immeubles, créances de la personne défunte. La troisième partie établit le passif de la succession ; enfin, dans une dernière partie, le montant net du patrimoine est partagé entre les héritiers.
Dans la minutieuse description de l'actif des défunts, le juge ne manque pas de mentionner la présence de livres, lorsqu'il les rencontre. Nous nous proposons donc d'évaluer le nombre de maisons damascènes qui contiennent des livres ; de savoir à qui ces ouvrages appartenaient ; de connaître quels types d'ouvrages étaient possédés, dans la mesure où les scribes en ont noté les titres et où nous arrivons à en identifier le contenu. On ne saura jamais, en revanche, si ces livres étaient lus.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

Cette étude n'aurait pu être réalisée sans l'accueil que nous a réservé Mme Da'd Hakim, directrice du Centre des archives historiques de Damas, et son personnel, qui nous ont facilité l'accès aux registres étudiés. Qu'ils en soient ici chaleureusement remerciés.

1Cette étude sur les lectures pratiquées à Damas à l'aube du XVIIIe siècle repose sur l'analyse de 450 inventaires après décès, tirés de deux registres de Damas tenus par un juge, dont le rôle consistait à effectuer le partage légal des successions de civils, hommes et femmes, entre les divers héritiers, ou à attribuer l'ensemble de la fortune au Trésor, dans quelques cas. Ces inventaires, qui ne concernent donc que la population civile de la ville, établis entre 1686 et 1717 (C. Establet et J.-P. Pascual, 1994), sont construits selon un modèle relativement uniforme : un préambule donne le nom du défunt, ses titres, quelquefois son métier (souvent deviné d'après la nature des biens possédés), son lieu de résidence ou de travail, les noms et qualités des ayants droit et des personnes qui les représentent et sollicitent l'intervention du juge. Dans une deuxième partie, le cadi et ses scribes procèdent de façon méticuleuse à la description chiffrée de l'actif, patrimoine composé de biens meubles, immeubles, et de créances. La troisième partie établit le passif de la succession : dépenses d'inhumation, frais divers d'enregistrement, de courtage, et différentes dettes. L'inventaire définit enfin, en une sorte de conclusion, le montant net de la succession et les modalités du partage entre les héritiers. C'est donc la deuxième partie du document qui fournira l'essentiel des informations sur les livres possédés dans cette ville arabe de l'Empire ottoman.

2Par les temps qui courent, et sur ce thème précis de la lecture, les inventaires après décès ont mauvaise presse, du moins pour l'Occident. Roger Chartier a fait à maintes reprises la critique de ce type de sources. Celle-ci porte d'abord sur la validité statistique de la source : « L'inventaire après décès n'est dressé que pour une partie seulement de la population, et la description des livres possédés y est souvent fort incomplète, s'attachant aux ouvrages de prix, mais estimant par lots ou paquets ceux de piètre valeur « (R. Chartier, 1987, 167). Ces deux objections n'ont pas la même pertinence à l'égard des données de l'Empire ottoman. D'une part, les inventaires y étaient pratiqués avant tout lorsque le défunt disparaissait laissant des enfants mineurs, ce qui devait souvent être le cas : nous l'avons montré ailleurs, les caractéristiques économiques et sociales de la population des inventaires s'apparentaient à celles de la population damascène à quelques nuances près. D'autre part, les cadis et leurs scribes donnent un titre précis et un prix à la grande majorité des livres répertoriés, même si ce travail méticuleux n'échappe pas toujours aux critiques de R. Chartier. Sur les 1110 ouvrages qui se trouvent dans nos maisons damasènes, 90 seulement n'ont pas mérité la description précise du juge qui se borne à mentionner la présence vague de « livres « (kitâb) ou de recueils (majmû') ; il s'agit souvent d'ouvrages abîmés (munkharim) dont le piètre état explique sans doute le trop rapide signalement. Il a été impossible de connaître le prix exact de 190 livres, soit que le scribe n'ait fait que donner une valeur d'ensemble à la bibliothèque du défunt, soit que plusieurs ouvrages aient été estimés ensemble ; mais, dans les deux cas, cette prisée imparfaite n'interdisait pas, cependant, d'estimer l'importance de la bibliothèque du défunt.

3Les sources ottomanes échappent largement aux objections statistiques de R. Chartier. Reste une critique plus profonde : les inventaires autorisent la connaissance des bibliothèques privées ; mais du « livre « au « lire », il y a un fossé que ce type de documents ne permet pas de franchir. « La signification du livre possédé reste incertaine : est-il lecture personnelle ou héritage conservé, instrument de travail ou objet jamais ouvert, compagnon d'intimité ou attribut du paraître social « ? La lecture déborde l'offre de la bibliothèque personnelle : « Il est clair que tous les livres lus ne sont point des livres possédés « (R. Chartier, 1987, 167). À Damas, depuis longtemps, les bibliothèques, tant publiques que privées, offraient aux lecteurs de grandes possibilités (Y. Eche, 1967). Les édifices religieux abritaient en général de petits fonds ; certaines madrasa (la Siyâghûsiyya ottomane dans la ville intra-muros, la Diyâ'iyya et la rUmariyya, deux des plus anciens édifices de l'agglomération de Sâlihiyya) conservaient des fonds plus conséquents, fruits de fondations en waqfd'ouvrages souvent précieux. Certes, les gestions critiquables de leurs conservateurs avaient sensiblement dégarni leurs armoires (Ibn Tûlûn, Qalâ'id 82-83), mais elles continuaient de jouer le rôle de « bibliothèques publiques ». La madrasa 'Umariyya possédait au début du XVIIIe siècle 2000 ouvrages selon un historien local (Ibn Kannân). Les conditions d'accès demeurent peu connues. Sans doute réservées en priorité aux enseignants et aux étudiants, les bibliothèques accueillaient également quelques notabilités : Ibn Kannân, par exemple, rapporte avoir emprunté quatre ouvrages. Enfin, assurant la présence et la circulation des livres dans l'espace public, il existait à Damas depuis longtemps une « bourse « aux livres sise à la madrasa al-Kallâsa, édifice situé au nord de la mosquée des Omeyyades, où un courtier spécialisé officiait ; c'est généralement en ce lieu qu'étaient prisés et mis en vente les ouvrages provenant d'inventaires après décès.

4Le travail du juge consiste à établir sans commentaire des listes permettant la connaissance de la valeur et de l'identité du patrimoine à transmettre. Cependant, certaines annotations viennent percer la sécheresse de son écriture : elles signalent parfois un mode de lecture, ou l'intérêt bien particulier que peut présenter la constitution d'une bibliothèque privée.

5— Les ouvrages « sortent « de la maison. Ibrâhîm b. Mustafâ b. 'Abdallâh, sans doute un munlâh, est propriétaire d'une petite bibliothèque de 8 livres, de faible valeur (15 piastres environ) : 5 d'entre eux, lorsqu'il meurt, ne se trouvent pas chez lui, mais ont été prêtés à l'exécuteur testamentaire ; faible information, certes, mais signe, qu'à travers le livre, se réalisent des échanges sociaux.

6— Les ouvrages, parfois, ne semblent pas destinés à la seule lecture, mais leur possession vient contenter la passion d'un collectionneur bibliophile. Dans son importante bibliothèque de 266 titres, Fadl Allâh al-Ustuwânî semble bien accumuler les ouvrages chers : alors que le prix moyen des livres présents dans les maisons damascènes (à l'exception de celle de Ustuwânî) est de 2,3 piastres, 39 de ses ouvrages dépassent les 6 piastres, et 10 les 20 piastres ; la valeur des 218 exemplaires qui portent un prix est de 926 piastres, soit 4,3 piastres par ouvrage, presque le double du prix moyen du livre. Les indications du scribe ne laissent pas deviner la cause de ces variations de prix : date de la copie, qualité du document ? La valeur élevée de certains ouvrages laisse supposer des « originaux « ou des copies effectuées par de célèbres copistes. De plus figurent dans la liste de ses biens des « doubles « dont la présence évoque la collection : deux ouvrages de grammaire, les Ashbâh wa al-nazâ'ir, de Suyûtî, Egyptien du XVIe siècle, estimés à 7 et 4 piastres ; deux volumes d'usûl al-fiqh, le Kashf al-asrâr Nasafî, qui valent 13 piastres ; deux musâmarâtd'lbn 'Arabî, à 5 et 10 piastres. Cet amour des livres est évoqué par l'historien Muhibbî (Khulâsa, I, 306) dans la biographie du célèbre poète, Darwîsh Muhammad al-Tâlawî : « quelques jours avant son décès, il construisit dans sa maison de la Mahallat al-Ta'dîl – quartier extra-muros, à l'ouest de la ville –, une petite maison qu'il dénommait « maison de la fatwâ », lieu de dépôt des ouvrages. L'étonnant était qu'il avait transporté ses ouvrages dans la maison en question, qu'il les avait rangés et classés, qu'il en prenait soin, voire les confrontait, déclamant un vers qui était, je crois, de sa composition :

« Les conservant et en prenant soin, je les feuillette
Plût à Dieu que je sache qui, après moi, les feuillettera ! »

7Cette bibliophilie ne révèle aucune spécificité orientale, à l'exception cependant d'une pratique liée à l'absence d'imprimerie, collectionner différentes copies des manuscrits : « Khayr al-Dîn al-Ramlî, mufti palestinien du XVIe siècle, raconte Muhibbî, se procura d'innombrables ouvrages, quelques 1200 volumes ; il possédait plusieurs copies [d'un même ouvrage] ». L'amateur encore plus enthousiaste va jusqu'à copier, de sa main, les manuscrits qui l'intéressent : « le shaykh Hasan al-Kurdî copia de nombreux ouvrages de sa main. « Et la copie d'un ouvrage, effectuée par un membre de sa propre famille, est sans doute encore plus recherchée : Fadl Allâh al-Ustuwânî, déjà évoqué, détient ainsi un recueil, « écrit de la main de Ibn Abî al-Safâ », probablement son grand-père maternel.

8Les inventaires ne permettent guère d'accéder à la connaissance des « pratiques de la lecture », nous condamnant donc à rester à l'écart de la problématique actuelle sur l'histoire de la lecture et le rapport au livre. Notre contribution portera donc plus sur les livres que sur la lecture, sachant que les uns ne vont cependant pas sans l'autre. Et les inventaires après décès damascains sont riches d'enseignement sur la présence du livre à Damas en ce début du XVIIIe siècle et sur la qualité de ceux qui y possèdent des bibliothèques. Même si les possesseurs de livres ne se sont pas penchés sur chacun des ouvrages possédés, le contenu de leurs bibliothèques définit cependant un univers culturel encore mal connu et qu'il s'agit de déchiffrer.

Le livre dans les intérieurs damascains

9« Une majorité d'hommes et pratiquement toute la population féminine reste à l'écart du milieu des lettrés... Le livre ne pénètre pas profondément la vie des gens », affirme A. Marcus (1989,237) à propos de la ville d'Alep au XVIIIe siècle. Les inventaires damascains qui incitent à la quantification permettent de préciser, par quelques chiffres, les expressions utilisées par A. Marcus.

10Que les femmes soient éloignées de la propriété du livre, les documents le confirment. Seules deux femmes, sur les 174 que comprend notre échantillon, possèdent quelques ouvrages : l'une, 16 volumes, de faible valeur (3 piastres) ; l'autre, 13, qui valent 6 piastres. La première est veuve d'un shaykh, lui-même fils de shaykh ; la seconde se nomme Fâtima fille du shaykh Ahmad al-Tâlib et sans doute ont-elles hérité de leurs familles de lettrés ces petites bibliothèques. Est-ce à dire que les femmes ne lisent pas, et sont analphabètes? La propriété des biens de la maison est clairement sexuée : aux femmes, les bijoux, le linge, la vaisselle, le mobilier ; aux hommes, les livres, le matériel lourd de cuisine, les armes (C. Establet, 1994). Rien n'interdit aux épouses des messieurs qui possèdent des livres d'aller les consulter. Cette discrimination sexuelle dans la possession des livres est-elle propre au monde ottoman syrien ? Pour une période antérieure, et dans la Venise du XVIe siècle, Isabelle Palumbo-Fossati (1985, 482-513) remarquait que les livres étaient absents des inventaires de femmes de toutes les couches sociales, à l'exception du milieu patricien. Certes, au XVIIIe siècle, le tableau a changé : « les peintres français ont multiplié les scènes de lecture féminine, où l'héroïne, dans le secret de la solitude, laisse surprendre une émotion discrète ou désordonnée « (R. Chartier, 1987, 199). Mais il s'agit là d'une représentation de la lecture, « acte par excellence du for privé, de l'intimité soustraite au public », et nulle quantification ne permet de prouver, à notre connaissance, une féminisation conséquente dans l'appropriation du livre, propre à l'Occident chrétien : combien de « femmes savantes « ?

  • 1  Pour le XIXe siècle à Salonique, cf. infra l'article de Meropi Anastassiadou.

11À Damas, les inventaires masculins qui comprennent des livres donnent la mesure du nombre de foyers où la lecture était possible : 50 inventaires sur les 275 actes de notre échantillon mentionnent l'existence d'un ou de plusieurs livres, soit 18,2 %. Parmi ces lecteurs potentiels, deux chrétiens, un juif, 47 musulmans. Cette proportion de maisons à livres n'est guère différente de celle que constate Lorna Weatherill (1988, 26 ; l'étude concerne 2902 hommes et 430 femmes) pour l'Angleterre entre 1675 et 1725 : 19 %. La proportion est plus faible (12 %) pour la ville d'Amsterdam, entre 1701 et 1710 (Faber) ; un peu plus élevée pour Paris vers 1750 (M. Marion, 1978), 22,6 %, qui compte cependant moins de liseurs que les villes françaises de l'ouest, 25 % (J. Queniart, 1979). Au total, conclut D. Roche (R. Chartier, 1993, 224), « le taux provincial d'apparition du livre dans les inventaires se situe autour de 25 % ». La proportion damascène de maisons « à livres « est à peine inférieure à celle constatée en Occident (qui se trouve cependant à la veille d'un vigoureux mouvement d'expansion de la lecture dont on ignore, pour le moment, s'il a également concerné le Proche-Orient musulman). Faut-il étendre cette constatation aux autres villes ottomanes du XVIIIe siècle ?1L'absence de données interdit toute hypothèse : S. Faroqhi signale qu'à Brousse, vers 1730, on trouve parfois mentionnés dans les inventaires des « ouvrages en turc « ou des « recueils de poèmes en turc », sans plus de précison (S. Faroqhi, 210) et D. Ze'evi ( 1996,31 ) souligne qu'à Jérusalem, « ouvrages et manuscrits étaient relativement rares. Ils apparaissent dans plusieurs inventaires après décès, surtout dans les maisons des oulémas et des gouverneurs ». L'auteur ne cite toutefois que deux inventaires, datés de 1636 et 1680. Damas est peut-être une ville particulièrement lettrée : elle en a la réputation !

12Certes, toutes les maisons damascènes ne se ressemblent pas et, comme l'indique le tableau suivant, il y a bibliothèque et bibliothèque : beaucoup de petites (dont 7 ne comportant qu'un seul livre), peu de moyennes, et 3 grandes (l'une comprenant 111 titres, les deux autres 215 et 266).

Agrandir

13Ces bibliothèques syriennes sont, à première vue, moins étoffées que celles que nous connaissons en Occident pour une date antérieure ( 1576) : à Amiens (R Ariès et G. Duby, 1986, 130), les bibliothèques de moins de 6 volumes représentent 31 % du total (contre 48,7 % à Damas) ; entre 6 et 50 volumes, 47 % (contre 39 % à Damas) ; entre 51 et 100 ouvrages, 9 % (contre 2,4 % à Damas) ; entre 101 et 200 volumes, 8 % (contre 7,3 % à Damas). Les très grosses bibliothèques sont à peu près aussi nombreuses à Damas qu'en Occident, mais les foyers démunis de livres sont un peu plus fréquents ; et, dans l'ensemble, les bibliothèques moins fournies.

14Mais il est indispensable d'intensifier la collecte de ce type de sources pour aboutir à des conclusions pertinentes et étendues à d'autres parties de l'Empire ottoman. Au prix d'investigations supplémentaires, ces quelques données précisément chiffrées permettraient d'infirmer ou de confirmer les hypothèses de A. Marcus (1989, 237-238) qui fait de l'absence d'imprimerie la cause principale de la rareté du livre et de sa répartition dans la société d'Alep au XVIIIe siècle : « Copiés et illustrés à la main, les livres étaient chers et rares [...]. L'absence d'imprimerie n'a pas seulement rendu le livre cher et rare, mais elle a également aidé et préservé le maintien des monopoles traditionnels sur le savoir ». Il est temps d'examiner, dans la mesure où les sources l'autorisent, qui sont ces « gens du livre ».

Les gens du livre

15Les inventaires ne concernent que la population civile de la ville de Damas, le contenu de la maison des militaires et des agents de l'État (la classe des 'askar) — en livres pour ce qui nous intéresse – nous échappe pour l'instant. En revanche, ces actes qui donnent le nom (ism et nasab), le titre du défunt et des personnes qui interviennent dans la succession, sont assez riches de renseignements biographiques pour suggérer que la possession d'une bibliothèque suffit à elle seule à distinguer un groupe social bien défini dans la société damascène.

16Quand il y a livre dans la maison, il y a souvent titre devant le nom du défunt, celui de shaykh, ou de galabî. Quarante-sept musulmans (sur 259 damascains) possèdent des ouvrages : le tiers sont shaykh ou galabî. Dans la population globale de la ville de Damas étudiée, ces titres n'étaient portés que par 9 % des défunts hommes (C. Establet et J.-P. Pascual, 1994, 185) ; et cette importante proportion est inférieure à la réalité : les scribes ont tendance à oublier de mentionner un titre lorsqu'ils en signalent un autre, plus prestigieux, celui de sayyid (titre particulier s'attachant aux descendants du Prophète) par exemple, de khawâgâ ou d'« orgueil des négociants « (attribué aux grands négociants) ou encore d'efendî (qui marque le nom d'un membre de la judicature). C'est ainsi que le sayyid Fadl Allâh « efendî « al-Ustuwânî dont la maison renferme 285 ouvrages, et de Sâlih b. al-shaykh Muhammad al-Hilâlî, cadi chafiite, 215 livres, ne portant pas le titre de shaykh, doivent être rajoutés au groupe des titrés.

17Porter ces titres, c'est appartenir à un milieu dont les caractéristiques, comme quelquefois les bibliothèques, s'héritent : nos galabî sont tous fils de galabî ou de shaykh ; nos shaykh tous fils de shaykh. Le statut de lettré s'ancre dans les générations. Tel père, tel fils. Quant aux possesseurs de livres qui ne portent pas les titres de galabî ou de shaykh, ils sont entourés, lors de leur décès, de témoins et intervenants divers sur les noms desquels réapparaissent ces indicateurs sociaux. La maison du riche commerçant en tissus le sayyid Muhammad al-'Àtikî, abrite 37 ouvrages : interviennent dans la succession cinq personnes, toutes porteuses du titre de galabî ou de shaykh. Quant au hâgg 'Abd al-Rahmân b. al-hâgg Ragab, qui ne possède pourtant que trois livres, il est entouré de cinq personnes, dont quatre shaykh, professeur ou muezzin à la mosquée des Omeyyades. Les deux femmes exceptionnelles dont l'inventaire mentionne la présence de livres sont l'une épouse d'un shaykh décédé, l'autre fille de shaykh. Une seule exception, celle d'un modeste khurdagî, vendeur de « petites choses », « quincailler », propriétaire de 15 livres, dont ni le nom, ni le nom de ses proches ne signalent l'appartenance à ce milieu bien défini de lettrés.

18Ce milieu bien défini est en même temps un milieu ouvert. L'environnement du défunt « lettré », tel que le révèle l'analyse des intervenants montre que de multiples liens ont uni, pendant sa vie, l'homme à livres à des commerçants, et vice-versa. Citons le cas du shaykh cAlî al-Saf dî al-Gibâwî, qui a épousé une fille de négociants ; ou celui d'un commerçant en tissus, portant le titre de khawSgâ possédant lui-même une quinzaine de livres, et dont les deux fils sont shaykh ou galabî. Ouvert donc sur le monde des artisans et commerçants, ce milieu de lettrés est également lié aux militaires, cités comme parents ou comme témoins dans dix successions. Ces relations entre lettrés et militaires accréditeraient-elles les propositions émises par Fleischer pour le milieu du XVIe siècle? « Il y avait trois façons de pénétrer dans la classe des raskar [...]. La première était le deusirme [...], la seconde était de naître à l'intérieur de la classe des caskar [...]. Le troisième moyen d'entrer dans la classe des gouvernants était l'éducation, ouverte à tous les musulmans : on pouvait ainsi embrasser une carrière religieuse qui pouvait conduire à la justice ou à l'enseignement. C'était l'avenue la plus accessible aux enfants de parents musulmans re'âyâ. »

19Ce milieu des possesseurs de livres est un milieu varié, peu corrélé à la fortune, et qui ne se confine pas à celui des rulamâ 'exerçant une fonction d'enseignement et de justice. Les indications du cadi permettent en effet de préciser les occupations des défunts dans 38 cas. Douze seulement sont des ^uLtmâ', spécialistes de l'administration, de la justice et de l'enseignement, mais vingt-six sont commerçants, souvent en tissus, ou artisans (droguiste, barbier, tailleur, teinturier) et engagés dans la vie des souks et des métiers, ils possèdent boutiques et entrepôts.

Gens du souk

Agrandir
Agrandir

20Chez les lettrés engagés dans le monde du commerce et de l'artisanat (que présente le tableau ci-dessus), les bibliothèques ne sont pas très volumineuses (7 livres en moyenne), et la valeur des livres ne représente qu'une faible proportion de la fortune (0,7 %), avec quelques »pointes» à mettre en relation avec le titre du possesseur de livres, souvent shaykh ou galabî.

culamâ'

Agrandir

21Chez les 'ulamâ ', dont les fonctions exercées sont ici exposées, les bibliothèques sont mieux fournies (67 ouvrages en moyenne), leur valeur d'ensemble représente une part conséquente du patrimoine (plus de 9 %, avec des pourcentages souvent supérieurs à 20 %), et près du cinquième de la valeur de tous les biens meubles des défunts. Quatre personnages possèdent d'importantes bibliothèques, dont trois sont à la tête d'un patrimoine conséquent (la fortune n'est pas en soi une donnée qui suffise à expliquer la présence du livre dans la maison, mais elle a probablement rendu possible la constitution d'une riche bibliothèque, acquise ou héritée). Deux de ces lettrés nous sont à peu près inconnus : Khalîl b. al-shaykh Muhammad al-Hilâlî, dont les 215 livres représentent 56 % du patrimoine, est un obscur cadi chafiite qui n'a pas été retenu par les chroniqueurs damascènes ; seule observation possible, il est bien intégré dans son milieu de culamâ' : participent à sa successsion deux shaykhs, le frère et le représentant de l'épouse. Quant au riche 'Alî al-Sa'dî al-Gibâwî, il appartient, comme son nom l'indique, à la voie Sa'diyya ou Gibâwiyya, branche de la Rifa'iyya, d'origine irakienne, installée à Damas, et réputée pour guérir de la folie. En revanche, sur la position sociale de deux autres propriétaires des plus grosses bibliothèques damascènes, existent quelques données historiques, extérieures aux inventaires. La famille de Muhammad Amîn b. Khalîl (al-Sa'sa'ânî), riche de 80 ouvrages, est connue grâce à la biographie de son fils Sa'îd (Murâdî, Silk al-durar, II, 128-133) : le personnage est bien une importante notabilité damascene, décédé en 1688-89, issu d'une famille de 'ulamâ' ; l'arrière-grand-père a été imâm, laissant un fils Khalîl, cadi à Tripoli de Syrie puis mufti de Damas ; quant à Sa'îd, après la mort de son père Muhammad, il a obtenu le grade de mudarris (enseignant) de la Madrasa Qagmâsiyya à Damas. Il a des « relations « et des « biens », c'est un fin lettré (adîb). Muhammad Amîn n'apparaît donc dans la biographie qu'en tant que petit-fils et père. Cet environnement familial suffit cependant à le situer. Sur l'origine de cette bibliothèque particulière, Muhibbî (II, 78) apporte peut-être quelques indications, quand, décrivant la vie du shaykh Hasan al-Kurdî al-'lmâdî, il rapporte : « Il (le shaykh) donna en waqf tous ses ouvrages pour les étudiants et les entreposa chez les Banû al-Sa'sa'ânî, ses ouvrages et ceux d'al-Daftarî [...]. Ils comprenaient les plus précieux des ouvrages. »

22Enfin, le dictionnaire biographique de Muhibbî (III, 275-76) éclaire la position sociale de Fadl Allâh efendî al-Ustuwânî, à la tête de 285 ouvrages, qui appartient lui aussi à une famille de grands notables : selon la courte notice que lui consacre l'historien, son beau-frère, il est considéré comme l'un des meilleurs scribes de son époque, doté de connaissances étendues ; les deux hommes ont suivi les cours des mêmes enseignants ; Fadl Allâh « a enseigné dans deux madrasa-s à Damas, s'est rendu à Istanbul, a fait le pèlerinage, a collecté les plus précieux des ouvrages, ce qu'aucun de ses contemporains n'avait fait avant lui ; il a été nommé chef des greffiers (ra'îs al-kuttâb) au tribunal du grand cadi ; il meurt à 56 ans, en 1689 », date à laquelle sa bibliothèque est donc dispersée.

23La possession de livres, même peu nombreux, et la lecture, semblent donc bien définir un milieu dont les membres se distinguent ne serait-ce que par le titre porté. Qui dit milieu ne dit pas automatisme social : les shaykh et galabî faisant partie de notre échantillon damascène ne possèdent pas tous des livres. Auraient-ils détenu à l'extérieur de leurs maisons des ouvrages oubliés par les scribes? Leurs bibliothèques auraient-elles fait l'objet d'un inventaire à part ? Ou leurs moyens ne leur permettaient-ils pas d'acquérir des manuscrits ? Les « galab î"sans livre sont à peine moins riches que les « galab î» avec livres (413 piastres en moyenne contre 550) ; en revanche, les shaykh qui ont une bibliothèque, même humble, sont deux fois plus riches que les shaykh qui en sont dépourvus (438 et 223 piastres).

24Ce groupe de lettrés, dont les maisons sont marquées par la présence d'ouvrages, est à la fois fermé sur lui-même puisque les titres de shaykh et galabî se portent « en famille », mais en même temps ouvert sur la vie de la cité : la plupart exercent une occupation qui les plonge dans la vie artisanale et commerçante de Damas. Dans ce groupe, quelques individus se distinguent par l'importance de leurs bibliothèques : ils se consacrent à la justice et à l'enseignement. Ces fonctions asssurent souvent des revenus conséquents, une des conditions de l'enrichissement d'une bibliothèque transmise par héritage familial.

Les livres des gens

25Le compte exact des ouvrages répertoriés dans 52 foyers damascains est impossible à réaliser de façon précise, puisque le scripteur s'est par moment contenté d'indiquer que le défunt possédait « des « livres. Les comptes « faisables « aboutissent à recenser 1110 volumes, dont 953 portent soit un titre plus ou moins complet, soit un nom d'auteur, soit, dans le meilleur des cas, un titre et un nom d'auteur. De longues recherches dans les œuvres de C. Brockelmann (1898-1942) et Hâggî Khalîfa (Kashf al-zunûn), et dans l'Encyclopédie de l'Islam, étaient donc nécessaires pour identifier les livres et les auteurs présents dans les bibliothèques privées damascènes du XVIIIe siècle : même si l'on ignore la pratique de lecture des propriétaires, nulle, fréquente ou sporadique, le contenu d'une bibliothèque dessine les contours d'un univers culturel. Sur 863 titres relevés, 688 ont pu retrouver leurs auteurs, soit que le scribe en ait mentionné le nom, soit qu'à partir du titre, Brockelmann ou Hâggî Khalîfa aient autorisé l'identification. Certes, avec des errements, résolus avec plus ou moins de certitude. Dans le meilleur des cas, l'ouvrage était si célèbre que le greffier s'est contenté d'en indiquer le titre, et cette insuffisante description suggère à quel point certaines lectures étaient courantes : la Burda, Turgumân al-ashwâq, la Hidâya, la Manzûma (on suppose fî al-khilâf) par exemple, ont été pourvus par nous du nom de leurs auteurs, Busîrî, Ibn 'Arabî, Marghînânî et Nasafî. Parfois le même titre, choyé par différents auteurs, était plusieurs fois repris : il nous a fallu choisir et trancher. À qui attribuer, par exemple, Les bienveillantes subtilités des grâces divines (Latâ 'if al-minan)? Entre Ibn 'Atâ Allâh et Sha'rânî, nous avons opté pour le premier, parce que cette œuvre mystique se trouve en possession du shaykh de confrérie 'Alî al-Sa'dî al-Gibawî ; mais aucune certitude ne vient renforcer notre choix. Le même dilemme se pose pour l'ouvrage Al-hâwî, une fois attribué nettement par le scribe à Mâwardî, et il s'agit alors de Al-hâwî l-kabîr fi l-furû' ; mais qu'en est-il des autres Hâwî, cités sans nom d'auteur, dont le titre abrégé laisserait penser que l'œuvre est trop connue pour que le scribe en ait complètement développé le titre : Suyûtî, auteur du célèbre Hâwî lil-fatâwî n'en serait-il pas l'auteur ? Nous lui avons également attribué le titre al-Ashbâh tua al-naz.â ir (fi al-lugha), qui aurait pu être aussi l'œuvre d'Ibn Nugaym, al-Ashbâh tua al-nazâ'ir fi l-furû'. L'hésitation a été particulièrement fréquente lorsque l'ouvrage était un commentaire de livre célèbre, et que les commentateurs avaient été, au cours des âges, nombreux : un exemple parmi d'autres, le sharh Lâmiya al-'agam de Tughrâ'î possédé par Ustuwânî est-il le commentaire de Safadî, de Mahallî ou de Zakariyyâ al-Ansârî? Il était alors difficile de déterminer l'auteur du livre ou du commentaire.

26L'étude de ces sources, tout imparfaites, lacunaires, incertaines qu'elles soient, permet néanmoins d'analyser le contenu des bibliothèques damascènes et de dégager les grandes tendances des lectures possibles pratiquées dans la ville. Nos maisons damascènes, en ce début du XVIIIe siècle, abritaient quelques 266 auteurs différents. Sur la plupart d'entre eux, des éléments de biographie existent, contenus dans les dictionnaires mentionnés ou dans d'autres ouvrages cités chemin faisant. Nous nous en tiendrons pour chaque auteur à quelques faits établis, à quelques dates, bref à ce qui est indispensable à un premier panorama sociologique, à seule fin de circonscrire l'univers culturel offert par les bibliothèques (dont les œuvres les plus souvent présentes seront seules citées).

27Ce panorama, issu des fouilles dans les bibliothèques damascènes, est, dans ses grandes lignes, conforme aux conclusions établies par les historiens de la culture islamique : « cosmopolitisme », « héritage culturel », « encyclopédisme », et « polygraphie », selon les termes de E. Geoffroy dans son court chapitre de synthèse sur « les aspects de la culture islamique ».

Une pensée-monde

28Titres et auteurs présents sur les rayonnages des bibliothèques privées à Damas évoquent une « pensée-monde « dont l'élaboration s'est faite depuis le début de l'ère hégirienne dans l'espace islamique tout entier. Dans les maisons damascènes prennent place des livres issus d'auteurs nés d'un bout à l'autre du monde musulman : andalous, maghrébins, khurassaniens, persans et kurdes, palestiniens, syriens et égyptiens qui, de plus, dans leur quête de la science (talab al- ilm) ont voyagé de ville en ville, et de maître en maître.

29Si, comme l'indique le graphe suivant, les lettrés damascains ont une nette préférence pour les auteurs de la période mamelouke, cependant se retrouve dans leurs maisons la trace non négligeable d'une pensée ancienne apparue dès les premiers siècles de l'hégire.

Agrandir

30Cette pensée est puissamment cohérente même si elle s'exprime à travers des genres divers, sur lesquels on reviendra ; elle repose sur la charpente religieuse de l'Islam : n'y échappe peut-être qu'un unique ouvrage, « seul roman de chevalerie », la sîra de Dhû al-himma, épopée des guerres arabo-byzantines et geste de la tribu des Banû Kilâb, une œuvre apparemment « peu appréciée des milieux rigoristes « (EI2, II, 240-246). En était-il autrement pour d'autres villes musulmanes à la même époque? Pour Jérusalem, « tous les ouvrages mentionnés sont religieux « ! (D. Ze'evi).

31Cette pensée enfin ne traduit aucun intérêt pour ce qui n'est pas elle : le monde extérieur à l'Islam n'est pas sujet de réflexion en soi, pas même objet de curiosité. Une exception : les Murûg al-dhahab (Les Prairies d'or) de Mas'ûdî, peut-être chiite, sûrement grand voyageur, mort en 956, qui a utilisé les auteurs chrétiens et grecs, et à propos duquel A. Miquel concluait : « une œuvre conciliant en définitive, sur le plan strict de la foi, l'Islam et l'intérêt pour les doctrines étrangères « (A. Miquel, 1973-1988, I, 207-8).

32Ce n'est donc pas la proportion de lettrés dans la population qui singularise le Proche-Orient musulman en ce début de XVIIIe siècle, mais le fond même de sa culture : si la thématique religieuse restait dominante à la même époque en Occident chrétien, une littérature « laïque », historique, romanesque, commençait en effet à s'introduire dans les bibliothèques, tandis que l'intérêt porté au monde extérieur à l'Europe chrétienne suscitait également de nombreuses études.

Une culture très majoritairement arabophone

33Une constatation s'impose avec force sans que cela étonne : à Damas, ville à la profonde culture arabe et musulmane qui a produit nombre de savants célèbres, la quasi-totalité des livres possédés sont écrits en langue arabe. Sur les rayonnages privés de la capitale de la province ottomane de Shâm, bien peu de livres en langue turque ottomane (neuf mentions) : un Yasâ wa yakâ, probablement le code turco-mongol de Gengis Khan, et huit autres titres non précisés. Signe d'un dédain, d'un refus ou plus simplement d'une méconnaissance de la langue ? Un historien local, Muhammad Amîn al-Muhibbî décédé au début du XVIIIe, siècle notait que : « La plupart des copistes chez nous ne connaissent pas la langue turque « (Muhibbî, I, 197). Moins nombreux encore sont les livres en langue persane (4 occurrences sans mention également des titres) ; enfin une Tora et, selon le scribe, des « livres inconnus « (kutub maghûla), sans nul doute en hébreu, sont enregistrés dans l'inventaire après décès d'un membre de la communauté juive damascène.

Une culture encyclopédique dans laquelle fiqh et tasawwuf se taillent la part du lion

34Les catégories choisies pour classer nos ouvrages reprennent les définitions établies par les auteurs orientaux classiques (Y. Eche, 1967) : Coran, collections de traditions (hadîth) et leurs commentaires (tafsîr), livres relatifs à la vie du Prophète, ouvrages de jurisprudence (usûl al-fiqh, furû' et fiqh), de théologie (kalâm), de grammaire et syntaxe (nahw, balâgha), recueils de poésie (dîwân) et ouvrages en prose regroupés sous la dénomination générale d'adab, ouvrages d'histoire et dictionnaires biographiques, ouvrages de mysticisme, enfin ouvrages relatifs aux diverses sciences « de la nature « (médecine, astronomie, agriculture...). Ces classifications sont-elles absolument pertinentes en ce début de XVIIIe siècle ? G. Delanoue en doutait à propos de l'Egypte à une époque d'un siècle plus tardive : « Les études [dans les mosquées] tendent à mêler, dans le fatras des commentaires et des gloses, des disciplines qui, à l'âge classique, restaient distinctes [...] La théologie et les fondements du fiqh sont ainsi envahis par un mysticisme dans lequel tend à se développer le goût des manifestations surnaturelles « (G. Delanoue, 1980, 522). Ces catégories ont cependant le mérite, dans une première approche, de rendre compte à titre indicatif des différents genres de la production présents dans les bibliothèques étudiées, et de leurs poids respectifs, mais également de l'environnement culturel dans la ville de Damas au tournant du XVIIIe siècle.

35E. Geoffroy (1995, 83-84) constatait que « l'époque mamelouke se caractérise dès ses débuts par une grande production littéraire, concernant aussi bien la langue [...], le hadîth [...], le fiqh[...] l'histoire et la biographie, que des genres plus techniques comme les manuels de chancellerie, etc ... ». Plaçons-nous quelques 150 ans après, et du point de vue de la consommation plutôt que de la production, la constatation est la même, « l'anti-spécialisation ». Et cette anti-spécialisation complique encore la construction d'un catalogue matière de nos bibliothèques posthumes dont le tableau, sans doute lassant mais nécessaire, peut être ignoré par le lecteur. Naviguant dans toute la Méditerranée du savoir, la plupart des livres ont un port d'attache identifiable.

Agrandir

36Certains des domaines « classiques « ne sont plus que très peu représentés. De l'ancienne falsafa, il ne reste rien ou presque rien : la philosophie, les sciences, l'étude de la logique, et même la théologie (kalâm) ont presque disparu des bibliothèques. Le kalâm est représenté par une poignée d'ouvrages : deux 'Aqâ'id de Nasafî (Abû Hafs 'Umar) du XIIe siècle, « qui ont la forme d'un catéchisme... largement répandu et fort commenté », deux Umm al-barâhîn (La Mère des démonstrations) du Maghrébin al-Sanûsî (fin XVe siècle), doublé d'un commentaire, ainsi que Gawharat al-tawhîd (La perle de l'unicité divine) de l'Égyptien malékite al-Lâqânî (XVIIe), sous forme de commentaires de l'auteur ou de son fils. Ce sont les mêmes ouvrages, de Nasafî, Sanûsî et de Lâqânî, que G. Delanoue trouvait en Égypte, livres de base, transformés en matn, textes plus ou moins longs et difficiles appris par cœur, et enseignés dans les écoles, dans lesquelles, dit-il, le kalâm avait trouvé son seul refuge. Un recueil d'écrits philosophiques (Magmu' ta'lîf?) de Farâbî (m. en 950), « l'un des plus célèbres philosophes musulmans et qui avait entrepris d'expliquer comment la philosophie grecque pouvait fournir des explications valables de toutes les questions importantes soulevées dans des discussions des musulmans contemporains « (EI2, II, 787) s'est glissé sur les rayons.

37Aussi faible est la part des ouvrages scientifiques. Cinq ouvrages de logique, commentaires de la période mamelouke, Shark al-mu'gaz de Khûnagî et Shark al-Shamsiyya de Kâtibî Qazwînî (m. en 1276) commenté par Taftazânî (XIVe s.) et Gurgânî (XVe s.) ; quelques livres de sciences « naturelles », avant tout la très célèbre cosmographie de Zakariyyâ al-Qazwînî, 'Agâ 'ib al-makhlûqât... (Merveilles des choses créées), premier exposé systématique de la cosmographie dans la littérature musulmane « {EI2, II, 898) ; l'ouvrage de géographie et de cosmographie Kharîdat al-'agâib d'Ibn al-Wardî ; et le tout aussi célèbre Hayât al-hayawân al-kubrâ, de Damîrî, difficile à classer lui aussi « encyclopédie para-zoologique... non seulement un compendium de zoologie arabe mais aussi un recueil de folklore musulman [...] avec étude des points suivants : aspect philologique du nom de l'animal, description de l'animal et de ses habitudes, mention de l'animal dans la littérature du hadîth, etc. Comme il n'est pas naturaliste de profession, l'auteur conserve souvent des superstitions et des notions fabuleuses « {EI2, III, 10). Les sciences « appliquées « sont représentées par deux volumes sans nom d'auteur, un livre de médecine vétérinaire (Baytâr nâma), et un traité d'agronomie (kitâbfî l-zirâ'a) ; un peu plus nombreux les livres de médecine : un manuel classique du XIe siècle, sur l'œil, Tadhkirat al-kahhâliyya de 'Alî b. 'îsâ al-Kahhâl, et cinq autres dont deux Tibb al-nabawî qui ont autant de rapports avec la science du hadîth qu'avec la médecine.

38Présents, à peu près dans une même proportion, les ouvrages d'histoire et d'adab, 5 % chacun. Les livres d'histoire concernent avant tout la Syrie : l'époque médiévale avec trois exemplaires des Conquêtes de la Syrie (Futûh al-Shâm) de Wâqidî (Xe siècle), l'histoire ( Tâ 'rîkh, vraisemblablement le populaire Wafayât al-a'yân) d'Ibn Khallikân, Égyptien qui fut cadi à Damas au XIIIe siècle, les dictionnaires biographiques plus larges de Dhahabî {Tabaqât al-huffâz du XIVe siècle), du Damascain Subkî (XIVe) sur les chafiites (Tabaqât al-shâfî' iyya al-kubrâ), de Safadî (XIVe), Wâfi bi al-wafâyât, et l'histoire des califes (d'Abû Bakr au sultan mamelouk Qaytbay) de Suyûtî « ce qui s'est fait de mieux », d'après Hâggî Khalîfa. Mais la période ottomane est plus largement présente : une historiographie officielle de la dynastie avec l'ouvrage en arabe (Akhbâr al-duwal wa âthâr al-uwal) d'al-Qaramânî, d'origine anatolienne mais « damascénisé », deux exemplaires d'obituaires d'oulémas et de soufis {Al-shaqâ'iq al-nulmâniyya) de l'Ottoman Tâshkôpruzâde, avec son « Histoire des Compagnons du Prophète « (Nawâdir al-akhbâr fî manâqib al-akhyâr). À côté de cette histoire générale, l'histoire locale, damascène, est particulièrement représentée : la chronique mamelouke et ottomane de l'historien damascain Ibn Tûlûn (Mufâkahat al-khillân), les dictionnaires biographiques, œuvres également de Damascains, Ibn Ayyûb al-Ansârî (Nuzhat al-khâtir), sur les cadis de Damas et de Nagm al-Dîn al-Ghazzî (al-Kawâkib al-sâ'ira) qui couvrent le XVIe siècle.

39Histoire, ou plutôt adab? Deux exemplaires d'une littérature des « mérites supérieurs « de Damas, Fadâ'il Dimashq et Mahâsin al-Shâm (de 'Ulwân b. 'Alî al-Hamawî ?) et de Jérusalem (Ithâf al-akhissâ ' bifadâ 'il al-masgid al-aqsâ) d'un autre Suyûtî, Shams al-dîn (m. en 1475).

40On trouve dans les bibliothèques des livres d'adab, « littérature d'agrément, poésie, prose d'art, genres anecdotiques », fondée sur. des œuvres majoritairement anciennes (du IXe au XIIe siècle), avant tout les célèbres Séances de Harîrî (Maqâmât), le Kulistân du persan Sa'dî, deux ouvrages de Tha' âlibî (XIIe siècle) une compilation sur ce qui s'est dit sur les chiffres (Bard al-akbâd fî al-a' dâd), une anthologie des meilleurs poèmes de son temps (Yatîmat al-dahr), sa suite la Kharîdat al-qasr d'al-Kâtib al-Isfahânî sur les poètes du XIIIe siècle et d'autres encyclopédies regroupant des connaissances utiles à un homme instruit : « Le collier unique « (al- 'Iqd al-farîd) du Cordouan du Xe siècle Ibn 'Abd Rabbih, un choix de citations apparemment tirées du Rabî al-abrâr de Zamakhsharî (XIIe siècle) et trois exemplaires de l'une des plus fameuses compilations plus tardives de la littérature arabe, le Mustatraf de l'Égyptien du XVe siècle, al-Ibshîhî, qui se reconnaît comme le successeur des deux auteurs précédents. Adab signifiant également « connaissances nécessaires pour des offices et des fonctions sociales déterminées », des traités illustrent les devoirs du cadi (Adab al-qâdî) : l'un d'al-Khassâf (IXe siècle), l'autre d'un certain Muhammad b. 'Abd Allâh al-Ghazzî, Zahr al-kimâm fi ihkâm ahkâm al-hukkâm {Kashf, 960-61), et les deux exemplaires du Lisân al-hukkâm d'Ibn al-Shihna.

41Guère plus importante, la part des ouvrages appartenant au domaine des sciences religieuses : 27 Coran, 28 titres de tafiîr, 5 titres de lectures du Coran, Al-shâtibiyya fi al-qirâ'ât al-sab' de Shâtibî (m. en 1193), Sharh al-Gazariyyafi 'ilm al-qirâ'ât de Makkûdî (XVe siècle), en tout 8 % des ouvrages. L'œuvre de Baydâwî, savant chafiite du XIIIe siècle, Anwâr al-tanzîl wa asrâr al-ta'wîl, souvent qualifié de Tafiîr alqurân al-'azîm, ou simplement de tafiîr, possédé en entier (10 volumes) ou par volumes séparés, est de loin le plus répandu des tafiîr, « un ouvrage qui eut beaucoup de succès « (EI2, II, 1163). Al-Isfahânî Mahmûd (m. en 1348) en a fait un commentaire qui se trouve chez l'un de nos lettrés. Notons cependant la présence d'une œuvre plus ancienne, Ma'âlim al-tanzîl de Baghawî (début du XIIe siècle), et surtout, plus tardifs, les célèbres al-Galâlayn, commentaire des deux Galâl al-dîn, entrepris par Mahallî et achevé par son élève Suyûtî au XVe siècle, ainsi que deux tafiîr d'Abû al-Su'ûd, premier grand shaykh al-islâm ottoman au XVIe siècle.

42Environ 10 % des ouvrages possédés concernent la langue :

  • des dictionnaires de Gawharî (XIe siècle), le Sahâh de Fîrûzâbâdî (XIVe siècle), le célèbre Qâmûs, et d'al-Sayyid al-Gurgânî du XVe siècle, les Ta'rîfât.

  • des ouvrages de grammaire : l'Alfiyya d'Ibn Mâlik, damascain mort en 1273, (Matn al-alfiyya ou l'râb al-alfiyya), et ses commentaires, notamment par Murâdî, Ibn 'Aqîl et Makkûdî au XIVe siècle ; les œuvres de l'Égyptien Ibn Hishâm (XIVe siècle) cité 10 fois : Qawâ'id al-î râb, Mughnî al-labîb, Shudhûr al-dhahab, ainsi que des commentaires : sharh al-shudhûr, sharh al-labîb, et une glose sur son Qatr (al-nadâ tua ball al-sadâ), parfois attribués nommément à Ibn Hishâm ; celles d'Ibn al-Hâgib (XIIIe siècle) : 5 al-Kâfiya (Al-î râb fi al-nahuw) ; plusieurs Sharh al-azha-riyya ou Sharh Khâlid ou Sharh shaykh Khâlid, de Khâlid al-Azharî du XVe siècle ; plusieurs Agurrrumiyya d'Ibn Agurrûm (XIVe siècle) ou de commentaires de cette œuvre ; enfin trois exemplaires des Al-ashbâh wa al-naz.â'ir de. Suyûtî.

43Plus conséquente (environ 12 %) est la proportion d'ouvrages consacrés au Prophète, collections de traditions (hadîth), « vies « (sîra)de Muhammad, poèmes en son honneur, prières particulières et mawlid.

44On trouve dans les maisons les recueils de base des traditionnistes du IXe siècle, les deux collections particulièrement estimées et qui font autorité : al-Gâmî al-sahîh de Bukhârî et le Sabîb de Muslim, quelquefois groupés (Magmd al-sahîhayn de Bukhârî et de Muslim), mais également le musnad de l'imâm al-Shâfi'î, avec des commentaires plus récents de Nawawî ou du Qâdî fIyâd, XIIe siècle (Sharh Muslim) ; des XIIIe et XIVe siècles, de nombreuses œuvres de Nawawî (la collection des 40 plus importantes traditions, al-Arbd un hadîth, al-Taqrîb, Riyâd al-sâlihîn) et de Dhahabî (al-Mushtabih fî asmâ'al-rigâl), de Subkî (une partie des Al-hikam min hadîth) ; enfin, d'époque presque contemporaine, les commentaires sur les Shamâ 'il, traditions concernant la personne et le caractère du Prophète, de Tirmidhî (IXe) par Munâwî, les commentaires sur « Les quarante plus importantes traditions « par Ibn Hagar al-Haytamî et Zakariyyâ al-Ansârî qui apparaissent fort répandues, al-lâm (Bukhârî) ou (bi ahâdîth al-ahkâm). Le plus présent de ces « historiens « du hadîth est Suyûtî : Natîgat al-fikr (a), al-Dîbâga (Al-dîbâg 'alâ Sahîh Muslim ?) et surtout de très nombreux exemplaires d'Al-gâmî al-saghîr. Une exception à cet univers sunnite : le Nahg al-balâgha du sha-rîf al-Murtadâ (ou de son frère Radî al-Dîn) qui compile les dits supposés de 'Alî. La présence étrange de cet exemplaire suggèrerait que l'œuvre était avant tout étudiée pour la qualité de sa forme linguistique.

45Ajoutons à ces collections de traditions du Prophète, les récits de vie de Muhammad : Rawnaq al-tafâstr d'al-Qarâhisârî (IXe siècle), plusieurs exemplaires d'Al-shifâ du Qâdî 'Iyâd (XIIe), commenté au XVIIe siècle par Khafâgî, de la Sîrat d'Ibn Hishâm (XIVe siècle) ainsi que des œuvres plus récentes, comme la Badî iyya d'Ibn Higga du XVe siècle, à la fois éloge du Prophète et exemple de figure de rhétorique, ou les Sîra al-nabawiyya du shaykh Ibrâhîm al-Halabî (XVIe s.) et de son fils 'Alî.

46Parmi ces signes de la dévotion au Prophète, il faut ranger les œuvres poétiques consacrées à sa louange, celles de Ka'b b. Zuhayr, contemporain de Muhammad, (Dîwân Ibn Zuhayr et Bânat Su'âd), ainsi que les Burda de Sharaf al-dîn al-Bûsîrî (XIIIe) et ses commentaires au long des siècles. La liste de ces ouvrages serait incomplète si l'on n'y rajoutait pas les prières en l'honneur du Prophète, le populaire Dalâ'il al-khayrât du Maghrébin Gazûlî (XVe siècle), et des œuvres « anonymes », les nombreux Kitâb mawlid, ouvrages consacrés aux cérémonies religieuses commémorant l'anniversaire du Prophète ou d'un saint.

47Le classement a été difficile, et hasardeux, car la plupart de ces livres de dévotion au Prophète pourraient également être rangés parmi les œuvres de mystique.

48Ces difficultés reflètent une situation de fait, exprimée par E. Geoffroy ou G. Delanoue. Il existe une imbrication entre hadîth et soufisme, trouvant sa raison d'être dans le fait que les « chaînes d'appui des soufis et celles des muhaddithûn trouvent en la personne du Prophète leur ultime référence « (E. Geoffroy, 1995, 99). Les Mamelouks et les Ottomans ont affirmé la victoire du sunnisme : « Ce sunnisme est nourri de l'amour et de la dévotion portés au Prophète. Ceci se manifeste par l'importance donnée à l'étude du hadîth. Damas s'est spécialisée dans cette discipline... « (E. Geoffroy, 1995, 82). Et nos bibliothèques sont précisément damascènes.

49Les ouvrages de jurisprudence, écoles juridiques hanéfite et chafiite confondues, constituent de loin la part la plus importante (27 %) des fonds ; D. Ze'evi constatait le même phénomène à Jérusalem.

50G. Delanoue (1980, 128 et 132), à propos de l'Égypte du début du XIXe siècle, avait suggéré des explications – disons pratiques — à cette domination :

« Ce n'est pas tous les jours qu'on va devant le tribunal. Au contraire chaque jour, et aussi de façon plus intense à certains moments de leurs vies... tels que mariages, répudiations, testament, héritage, pèlerinage, ils doivent recourir au fiqh qu'ils ont appris ou que peut leur dire un savant plus croyant qu'eux ».

51Les différentes écoles de jurisprudence sont présentes, mais dans des proportions très inégales : la production issue des écoles hanbalite et malékite est pratiquement inexistante. Les écoles chafiite, à laquelle adhère la majorité de la population locale, et hanéfite, dominante dans les parties centrales de l'Empire, sont donc presque seules représentées. Dans quelle proportion ? Notre étude a porté sur les auteurs les plus souvent rencontrés dans les bibliothèques (plus de quatre occurrences), et quel que soit le genre des ouvrages qu'ils aient écrits. Sur 29 auteurs dont on connaît l'école d'appartenance, huit sont hanafites (auteurs de 58 ouvrages), 21 chafiites (275 livres) ; mais, si l'on se limite à la seule littérature de jurisprudence (148 ouvrages dont les écoles des auteurs sont à peu près sûres), hanéfisme et chafiisme se trouvent à égalité représentés, avec une légère prépondérance hanéfite. L'école hanéfite, école officielle de l'État ottoman, a pénétré le milieu syrien sans pour autant effacer les traditions chafiites locales.

52Les plus « lus « de ces fuqahâ 'chafiites sont al-Nawawî et Suyûtî. Nawawî (m. en 1277), savant chafiite damascène, a toute sa vie enseigné dans la ville, désireux de « faire oeuvre de simplification et de vulgarisation [...] en vue d'un enseignement simplifié », remarque L. Pouzet (1986, 35) ; E. Geoffroy (1995, 83) notait que « son Minhâg, ouvrage de référence pour le rite chafiite, était couramment appris par cœur », tout en soulignant que « le prestige dont jouit alors l'imam ne nous semble pas étranger à l'ouverture qu'il manifestait à la mystique, comme en témoignent les bio-hagiographies que lui consacrent Sakhâwî et Suyûtî ». Et nombreux sont les commentaires de Mahallî (XIIIe siècle), de Zarkashî (m. en 1392) et du mufti chafiite damascain Badr al-Dîn al-Ghazzî (XVIe siècle). Plus tardif, mais tout aussi présent sur les rayonnages, tout aussi lié au tasaivwuf, Suyûtî (1445-1505), Cairote qui enseignait et dirigeait également la Khanqâh Baybarsiyya, a écrit sur les sujets les plus divers. Sa principale œuvre defiqh ici présente est le Hâwî al-saghîr fi l-furû' accompagnée de nombreux commentaires.

53Entourant ces deux piliers de bibliothèques, et des plus anciens aux plus récents, Abu Shuga' al-Isfahânî du XIIe siècle ou le Ghây at al-ikhtisâr ; Ibn al-Wardî (m. en 1349), (Bahgat fî nazm al-hâwî al-saghîr fï furû' al-shâfi'iyya) et ses commentaires du cairote Shattanawfî ; Zarkashî (1392, avec un Matn al-tawdih et un Sharh al-tawdîh ; Zakariyyâ al-Ansârî, juriste et soufi, maître de Sha'rânî (m. en 1520), avec un Sharh al-minhâg intitulé Fath al-wahhâb, et un recueil de fatwâ ; Ibn Hagar al-Haytamî (m. en 1565) avec son ouvrage al-Zawâgîr ; enfin, Sha'rânî (Al-mîzân), soufî égyptien, savant, historien du soufisme, et auteur prolifique mort en 1565. Son contemporain, Shihâb al-dîn al-Ramlî (m. en 1595), Cairote ici présent par son recueil de fatwâ, « enseignait à al-Azhar [et était] le plus grand mufti chafîite de son temps, favorablement disposé à l'égard des soufîs ».

54Les plus anciens ouvrages de fiqh hanéfite mentionnés sont : le Kitâb al-siyar al-kabîr, de Muhammad b. al-Hasan al-Shaybânî (m. vers 800), « disciple immédiat d'Abû Hanifa « ; il « aurait couché sur papier le fiqhdes premiers hanéfites [...] et ainsi aurait joué un rôle déterminant dans le développement des doctrines de l'école hanéfite », puis le Khizânat al-fiqh, un manuel de droit hanéfite d'Abû al-Layth al-Samarqandî, de la fin du Xe siècle ; deux célèbres résumés (mukhtasar) du faqïh hanéfite Qudûrî jouissant « d'un renom de science et de sainteté », ainsi que le Magma' al-bahrayn, « adaptation du mukhtasar de Qudûrî « du Bagdadien Ibn al-Sâ'âtî (m. en 1295). Enfin, les Fatâwâ àe. Qâdî Khân, homme du Farghanâ (m. vers 1196) et dont l'ouvrage était « célèbre et courant chez les 'ulamâ'».

55C'est Nasafî, Hâfiz al-Dîn (1244-1310), « important jurisconsulte et théologien hanéfite », qui est de loin le plus présent des savants hanéfites (une quinzaine d'ouvrages) : Al-manâr (« Exposé condensé des principes du droit ») et son résumé, Kashf al-asrâr, le Kanz al-daqâ'ïq, résumé de son Wâfi, lui-même commentaire de la Hidâya de Marghînânî. Aux œuvres originales s'ajoutent deux commentaires du cadi al-'Aynî, homme d'Etat, cadi suprême des hanéfites en 1442, et initié aux doctrines mystiques ainsi que le commentaire (al-Bahr al-râ'iq) d'Ibn Nugaym du Kanz de Nasafî. La Hidâya de Marghînânî (m. vers 1197), elle-même commentaire ou résumé de son œuvre principale (al-Bidâya), long compendium de droit, se trouve dans trois bibliothèques, accompagnée de plusieurs gloses de Burhân al-sharf a b. Sadr al-sharf a et d'al-Bistâmî Musannifek (m. en 1470). Des XIIIe et XIVe siècles, Sadr al-sharf a al-awwal (m. vers 1232), (Talqîh al-'uqûl fi al-furûq), et Sadr al-sharî'a al-thânî al-Mahbûbî, vers 1346, (Al-nuqâya, sur la Wiqâya de Sadr al-sharî'a al-awwal). Guère plus tardif, Al-durar, un traité d'un célèbre juriste ottoman, Munlâ Khusraw (m. en 1480) sur les principes de la pratique juridique.

56La plupart des autres ouvrages hanéfites, apparaissant en 4, 5, 6 exemplaires, datent du XVIe siècle et ont inspiré des commentaires presque immédiatement contemporains de nos défunts : Ibn Nugaym (avec ses Fatâwâ ou ses Rasâ'il al-zayniyya réunies par son fils) ; Ibn al-Timirtâshî al-Ghazzî (Tanwîr al-absâr) avec son commentaire du shaykh damascain 'Alâ al-Dîn al-Tarâbulusî (imam de la mosquée des Omeyyades, m. en 1623) ; Ibrahim al-Halabî dont le Multaqâ al-abhur était le manuel enseigné dans les madrasa de l'Empire, commenté dans la plus célèbre des œuvres du même 'Alâ al-dîn Tarabulusî (Sabk al-anhur) relève Muhibbî (III, 186) ; on note aussi l'existence des Fatâwâ al-khayriyya du mufti hanéfite palestinien Khayr al-dîn al-Ramlî (m. en 1671).

57Au moins deux petits ouvrages paraissent plus engagés dans le siècle, dans ses problèmes et ses conflits : l'épître d'al-Gazîrî (XVIe siècle) faisant l'historique de la diffusion du café dans le monde ottoman et des conflits soulevés par cette introduction ; et celle d'al-Biqâ'î, écrite au milieu du XVIIe siècle, s'élevant violemment contre une disposition du qânûn ottoman qui imposait une forte taxe, dite « rupture de l'attelage », aux paysans ayant fui leurs terres (J.-P. Pascual, 1984).

58Enfin, les ouvrages relevant du domaine de la mystique musulmane (près d'un sur cinq, 18,2 %) marquent également fortement de leur présence les rayonnages des bibliothèques : ils sont les signes les plus apparents de l'ambiance culturelle dans laquelle sont baignés non seulement les lettrés mais également une bonne partie de la population damascène, adhérents de diverses confréries soufies. Cette proportion doit être majorée : chemin faisant, et en particulier dans le paragraphe précédent, nous avons noté les liens existant entre la science du hadîh et la mystique et souligné l'appartenance des fiiqahâ ' à des confréries, ou le soutien qu'ils leur apportaient.

59Commençons par le commencement. Plusieurs ouvrages (Minhâg al-âbidîn, al-Md' ârif al-ilâhiyya, et le Shark Asmâ'Allâh al-husnâ') de Ghazâlî (1058-1111), présenté par E. Geoffroy (1996, 45) comme « ayant réussi en partie à effacer le clivage existant entre les lectures littéraliste et spirituelle de la Loi, entre le milieu des juristes et celui des soufis « ; les Targamattt le Magmû' ghunya du shaykh 'Abd al-Qâdir al-Gîlânî (m. en 1166), fondateur de la voie Qâdiriyya, influente en Irak, puis au Yémen et en Syrie, et dans l'ensemble du monde musulman dès le XVe siècle ; une biographie d'al-Gîlânî, (Manâqibal-Shaykh'Abd al-Qâdir, de Yûnînî) du XIVe siècle, le Takhmîs al-burda de Suhrawardî al-maqtûl, ayant vécu en Perse, puis à Alep, « fondateur d'une école de spiritualité faite d'équilibre entre la Voie et la Loi », inspiré de la philosophie antique et exécuté en 1234 pour ses idées hétérodoxes ; la Risâlat al-tawhîd du shaykh Arslân (m. vers 1160), le saint patron de Damas, actif dans les guerres contre les Croisés. Mais ce qui marque les bibliothèques damascènes, c'est le nombre important de volumes d'Ibn 'Arabî (m. en 1240). Ses œuvres sont citées 14 fois {al-Musâmarât, al-Wasâyâ, Turgumân al-Ashwâq, al-Muhâdarât, Fusûs al-hikam, et un ensemble d'épîtres, Magmûc rasâ'il). Or, sous les Mamelouks, le peuple damascain et les ulamâ', dans leur majorité, comme le prouve la négligence qui présidait à l'entretien de sa tombe, n'avaient pas accueilli avec enthousiasme « le Grand Maître ». Il est en revanche vénéré par les Ottomans et, vers 1700, les œuvres du Shaykh al-akbaret de ses partisans sont bien présentes dans les maisons damascènes, comme les poèmes d'Ibn al-Fârid (m. au XIIIe siècle), six fois cités.

60La « seconde vague « de soufisme, fin XIIIe-XVe siècle, s'incarne d'abord dans les Latâ 'if al-minan, (Les bienveillantes subtilités des grâces divines), et les Hikam, Sagesses, d'Ibn 'Atâ Allâh al-Iskandarî (1259-1309) ; Ibn 'Atâ Allâh, disciple du maître chadhili al-Mursî, enseigna à al-Azhar le droit musulman tout en diffusant la pensée de ses maîtres chadhilis, enracinant ainsi en Égypte la voie chadhilie. Nombreuses également les œuvres attribuées à Nawawî (m. en 1277) (ouvrages d'invocations, Kitâb adhkâr, Ad'iyâ, Risâlât et Al-ishârâf). Il était personnellement engagé dans les mouvements mystiques de son époque, souligne L. Pouzet (1986, 39 sq.), qui remarque cependant peu d'originalité dans ses ouvrages de spiritualité, mais plutôt la volonté de diffuser auprès de ses étudiants et de ses lecteurs des recueils de prières « traditionnelles ». Son Riyâd al-sâlihîn, déjà cité parmi les livres de hadîth, également centré autour de la personne de Muhammad, témoigne des liens qui unissent dès lors tasawtuuf, hadîth et dévotion au Prophète. De cette tarîqa al-muhammadiyya témoigne la présence des quatre Dalâ'il al-khayrât, prières en l'honneur du Prophète déjà citées de Gazûlî, plusieurs exemplaires de al-Insân al-kâmil (L'homme parfait ou universel) d'al-Gîlî, mystique du XVe siècle, redécouvert au XVIIe siècle à Damas. Citons encore neuf ouvrages de Sha'rânî (1497-1565), « disciple des 'ulamâ' les plus connus de tous les madhâhib du Caire et l'adepte de soufis orthodoxes distingués « : Tanbîh al-mughtarrîn, les Tabaqât, Al-uhûd (al-muhammadiyya) al-kubrâ, Al-gawâhir wa al-durar, Irshâd al-tâlibîn. Et immédiatement contemporains de nos défunts enfin, une épître, sans titre, du shaykh 'Abd al-Ghanî al-Nâbulusî, célèbre mystique né à Damas en 1641, mort en 1731.

61Plusieurs ouvrages attestent l'importance que présentent les rêves, porteurs de visions, « un moyen privilégié par lequel communiquer avec le monde des réalités invisibles « (G. Delanoue, 1980, 222) : le célèbre Ta'bîr al-ruyâ d'Ibn Sîrîn (VIIIe siècle), le Ta'bîr al-manâm d'al-Dînâwârî (XIe siècle), témoignent de l'intérêt porté à l'oniromancie. D'autres livres de « sciences occultes », voire de magie, sont consacrés à la connaissance des signes secrets (lettres, noms, chiffres et figures mathématiques) permettant d'atteindre le divin : Shams al-ma'ârif (wa lat â'if al- awârif) d'al-Bûnî (m. en 1225), et 'Urf al-tasrîf de Fath al-sûfî al-shâfi'î al-Misrî (XVIe).

62L'estimation de la part des livres mystiques dans les maisons damascènes serait inexacte, si l'on ne mentionnait pas que, parmi les nombreux livres de poésie présents (6 % des ouvrages) la plupart des textes sont fortement empreints de soufisme : plusieurs fois cités en effet, reviennent les noms des poètes Ibn 'Arabî, Ibn Abî Hagala al-Tilimsânî, 'Umar Ibn al-Fârid, Muhammad Wafâ al-Iskandarî al-shâdhilî.

Différents types de lecteurs ?

63Ne soyons pas présomptueux : les inventaires dressent l'état des bibliothèques privées à Damas en ce début de XVIIIe siècle mais ils ne permettent pas de savoir si les livres sont lus, et encore moins d'aborder la problématique récente des modalités de la lecture.

641/ Quatre grandes bibliothèques sont connues, dont trois possesseurs appartiennent au monde des fuqahâ' : Sâlîh b. al-shaykh Muhammad al-Hilâlî, un obscur cadi chafiite, Muhammad Arnîn b. Khalîl al-Sa'sa'ânî, issu d'une famille de 'ulamâ', et Fadl Allâh efendî al-Ustuwânî, d'une famille de grands notables lettrés. Un autre lettré appartient au monde confrérique, 'Alî al-Sa'dî al-Gibâwî. Cet échantillon, trop étroit pour autoriser des affirmations générales sur la composition des bibliothèques suivant les fonctions exercées par son propriétaire, permet cependant d'observer que seule la bibliothèque du shaykh 'Alî al-Gibâwî présente une réelle particularité : les ouvrages de fiqh, certes présents sur ses rayonnages, sont peu nombreux (8 %) ; les textes de tasawwuf et la poésie mystique composent presque la moitié de sa bibliothèque (43 %). Les bibliothèques des trois lettrés témoignent d'une nette préférence pour les ouvrages de jurisprudence (Hilâlî : 24 % ; Ustuwânî : 29,7 % ; Sa'sa'ânî, 34,3 %), mais abritent une importante proportion d'ouvrages soufis (prose et poésie), composant environ le quart ou le cinquième de la bibliothèque.

65Si la spécificité de la bibliothèque Gibâwî nuance un peu les conclusions d'Eric Geoffroy (1995, 89-90), relevant que « la plupart des hommes du tasaunvuf partagent une appartenance au milieu des 'ulamâ'», en revanche, le contenu des bibliothèques des trois lettrés confirme la seconde partie de sa conclusion : « La quasi-totalité des 'ulamâ' agrée la dimension mystique de l'Islam ». Non seulement, il y a « intégration du tasawwuf à la culture islamique « (E. Geoffroy, 1995, 85), mais plus encore complémentarité, comme l'analyse G. Delanoue (1997,95-111).

662/ Les livres peu nombreux sont présents dans bien des foyers. Un petit sondage portera sur 22 personnages propriétaires de moins de 8 livres. Quand on ne possède pas une grande bibliothèque, on lit des « bouquins », qui, dans leur majorité (47 sur 78) ne valent pas la peine, aux yeux du scribe, d'être soigneusement décrits. Ce sont de vagues « kitâb », des recueils, (magmû'), des poèmes, (safîna), et de nombreux livres « abîmés ». Si tous les genres se reconnaissent dans les 31 ouvrages portant un titre, avec une majorité de fiqh et de tasawwuf poésie, les Corans jouent ici un rôle privilégié : 13 Corans chez les petits lecteurs, plus du tiers des ouvrages reconnus, alors que les quatre grandes bibliothèques totalisant 523 livres n'en abritaient que quatre. En Occident, la Bible était aussi le livre de la toute petite bibliothèque : en 1727, dans l'ouest français, « ces livres solitaires sont dans dix cas une vie de saint, dans neuf un livre d'heures, dans six une Bible « (R. Charrier, 1987, 179). Même constatation chez A. Pardailhé-Galabrun (1988, 417) :

67« Quand le nombre de volumes possédés est faible [...], point d'ouvrages de théologie, ni de controverse, ni d'histoire de l'Eglise : les Saintes Écritures, et plus souvent le Nouveau Testament... »

683/ Nombre de ces ouvrages étaient destinés à être enseignés dans les cercles autour des maîtres dans les mosquées, les madrasa-s ou même des maisons, et faisaient partie des textes de base à partir desquels travaillaient les étudiants.

69Rien, dans nos documents, n'indique avec certitude que les propriétaires des quatre grandes bibliothèques, aient joué un rôle dans l'enseignement ; mais rien ne l'interdit : des sources extérieures révèlent qu'au moins Ustuwânî avait enseigné dans deux madrasa. Nos hommes appartenaient à des familles de 'ulamâ' dont les membres pouvaient exercer tour à tour plusieurs types de fonctions, dont celle d'enseignant ; G. Veinstein (1997, 81) souligne « l'alternance chez un même individu entre les fonctions de cadi, de muderris et même dans une certaine mesure de mufti. »

70De plus, une brève incursion dans ce qui composa les cursus d'études de Nagm al-Dîn al-Ghazzî (1981, Introduction) et de Muhammad Amîn al-Muhibbî (L. Sabbâgh, 1986, Introduction), deux proéminentes figures damascènes des XVIe et XVIIe siècles, confirme l'impression de cet enseignement reçu et donné.

71Nagm al-Dîn al-Ghazzî, naît en 1570 dans une famille de notables chafiites damascains ; son père Badr al-Dîn lui enseigne les rudiments de la lecture, de l'écriture, l'encourage à apprendre le Coran. Dès l'âge de 5 ans il suit également ses cours en tafsîr sur la Sûrat al-Nisâ'. Sous la direction d'autres shaykh faisant autorité, il mémorise le Coran, puis lit l'Agurrûmiyya, la Gazariyya, la Shâtibiyya et l'Alfiyya (p. 27). Il reprend la lecture chez d'autres enseignants de l'Agurrûmiyya et de son commentaire par le shaykh Khâlid al-Azharî, du Minhâg {al-tâlibîn de Nawawî), de son « petit commentaire « de la main de son père Badr, le commentaire de la Gazariyya de Makkûdî, les débuts du sharh al-Bahga du cadi Zakariyyâ al-Ansârî, en hadîth le début de Bukhârî, le sharh al-Irshâd d'Ibn Hagar al-Haytamî, la 'Aqîda de Shaybânî (m. en 936) et bien d'autres œuvres (p. 32). Il suit également des enseignements en rhétorique en entreprenant, entre autres, la lecture du début du commentaire de Taftazânî sur le manuel alors fort répandu de cette discipline d'al-Qazwînî (Talkhîs al-mifiâh fi al-ma' ânî wa al-bayân). Il lira chez un autre enseignant les Shudhûr al-dhahab d'Ibn Hishâm. Plus tard, il se plonge dans les sciences « arabes « et de hadîth : lecture du Coran, de la Alfiyya, et pour le tafsîr, celui de Baydâwî et celui du mufti Abû al-Su'ûd al-'Imâdî, le shaykh al-Islâm. Il semble avoir été initié à la Qâdiriyya, puis à la Ahmadiyya et à la Rifâ'iyya et manifeste dans ses œuvres un attachement au soufisme, hérité de son père ou de son grand-père, tous deux proches des mystiques de leur temps.

72Muhammad Amîn al-Muhibbî est né en 1651 dans une famille de savants et juristes. C'est à Damas qu'il effectue ses études de base. Comme Ghazzî, il y suit les enseignements des professeurs damascains les plus renommés dans plusieurs disciplines, et de maîtres de passage dans la ville : sur le Mughnî al-labîb d'Ibn Hishâm en grammaire, les commentaires des Tawâlf d'al-Isfahânî et des Quarante traditions d'Ibn Hagar, le Tafsîr de. Baydâwî, le Sahîh de Bukhârî en hadîth et la Hidâya de Marghînânî en fiqh et « un peu de tasawumfct d'adab « (Muhibbî, I, 53). Il poursuit son éducation jusqu'à l'âge de 20 ans en suivant des cours sur l'Agurrûmiyya et le commentaire du shaykh Khâlid (al-Azharî), puis le commentaire de l'Azhariyya ; il entreprend d'étudier le commentaire des Qawâ'id du (même) shaykh Khâlid et le Sharh tasrîf al- Uzzî (en sarf) de Taftazânî. Puis les Shark shudhûr al-dhahab du cadi Zakariyyâ Al-Ansârî qu'il lira dans sa totalité tout en s'engageant dans la voie Khalwatiyya.

73Il fait un long séjour à Istanbul en 1675-1681 où, tout en se familiarisant avec les langues turque et persane, il rencontre de nombreux personnages, étudiants, poètes et enseignants, d'origine arabe ou turque, recevant un diplôme d'un savant algérien pour avoir lu le Shifâ du Qâdî' lyad et le Gâmi al-sahîh de Muslim.

74On voit donc que les formations de Ghazzî et de Muhibbî à deux générations de distance présentent, comme le remarquait G. Vajda (1983, 298) pour un savant d'Uskùdar, « chose assez banale pour l'époque et le milieu, deux aspects complémentaires : initiation soufie et forte instruction dans les disciplines du 'âlim musulman ». Mais plus encore, on constate que les ouvrages enseignés et lus se retrouvent majoritairement dans les bibliothèques damascènes.

75La part importante des commentaires reflète peut-être le rôle que jouait la préoccupation de l'enseignement dans la constitution d'une grande bibliothèque. Sur 863 titres, 169 sont des hâshiya (113) et des sharh (56), un ouvrage sur cinq ; et encore faut-il majorer cette proportion de tous les ouvrages qui portent un titre, tout en étant commentaires d'oeuvres plus anciennes. Cette importance des commentaires a parfois été interprétée comme un signe du « déclin culturel ». Il n'est pas en notre pouvoir d'émettre un jugement sur cet aspect conservateur de la vie intellectuelle. Cette abondance des commentaires est peut-être à mettre en relation avec l'usage qui était fait du livre, comme l'indique G. Delanoue (1997, 101) : « L'habitude est prise de partir d'un texte de base (matn) assez bref, rédigé en prose ou en vers [...] que les étudiants sont supposés savoir par cœur. Le cheikh le lit et l'explique (sharh). S'il part d'un sharh d'un prédécesseur, il le développe encore en une glose (hâshiya) ». Ce sont les oeuvres de tasawwuf qui sont les moins commentées (13 %) ; le fiqh, on s'y attendait, remplit près de 40 % des commentaires ; la grammaire et la langue sont surreprésentées (23 % des sharh) : doit-on y déceler une manifestation de l'attachement profond que portent les Damascains à la langue arabe dans un Empire où l'osmanli est la langue officielle ?

76À Damas, au début du XVIIIe siècle, près d'une maison sur cinq abrite quelques livres, mais dans des proportions inégales : les très grandes bibliothèques, comportant une centaine ou plus de volumes, ne concernent qu'une faible partie de la population. La présence de livres dans la maison suffit à cerner un milieu de spécialistes du savoir, héritiers de leurs titres de shaykh et de galabî, et de parents qui leur ont sans doute transmis une bonne partie des ouvrages possédés. Seules les très grandes bibliothèques définissent la fonction de leurs possesseurs, engagés dans l'administration de la ville, « jugeant ou dirigeant la cité », enseignant « les âmes « (R. Chartier, 1987, 225). Mais le cercle des possesseurs de livres dépasse cette étroite société, débordant largement sur le monde des souks et de l'artisanat.

77Vingt-huit Corans, très souvent propriété des petits lecteurs, figurent sur les rayonnages. Arrivent en tête des auteurs les plus « lus », ou des plus présents, classés en ordre décroissant : Suyûtî (32 fois cité), Baydâwî (24), Nawawî (23), Nasafï (17), Ibn Hishâm (14), Ibn 'Arabî (14), Sha'rânî (12), Ibn Hagar al-Haytamî (10), Mahallî (10) : souvent polygraphes, chafiites plus qu'hanéfites, ils constituent un milieu où se mêlent et se complètent fuqahâ'et fuqarâ'{sou£is), témoignant de « la nécessaire harmonie entre la formation juridique complétée par l'étude du hadîth, et la connaissance mystique, entre la shari'a et la haqîqa » (J.-C. Garcin, 1965, 78).

Haut de page

Bibliographie

Archives

Registres des tribunaux de Damas, n° 15 et 19.

Bibliographie

ARIES Philippe et DUBY Georges (dir), 1986, Histoire de la vie privée, Paris, Seuil.

BROCKELMANN C, 1898-1942, Geschichte der arabischen Litteratur, 2 vol. et 3 suppléments, Weimar-Leyde.

CHARTIER Roger (dir.), 1985, Pratiques de la lecture, Paris, Payot et Rivages. 1987, Lectures et lecteurs dans la France d'ancien régime, Paris, Seuil.

1996, Culture écrite et société, L'ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècle),Paris, Albin Michel.

DELANOUE Gilbert, 1980, Moralistes et politiques musulmans dans l'Égypte du XIXe siècle, 1982, 2 vol. Le Caire, Institut français d'archéologie orientale du Caire.
1997, « L'enseignement religieux musulman en Égypte du XIXe au XXe siècle », in N. Grandin et M. Gaborieau (dir.), Madrasa, la transmission du savoir dans le monde musulman, éd Arguments.

ECHE Y., 1967, Les bibliothèques arabes publiques et semi publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Égypte au Moyen Age, Damas, Institut français de Damas.

EI2, Encyclopédie de l'Islam (2e éd.)

ESTABLET C. et PASCUAL J.-P., 1994, Familles et fortunes à Damas, Damas, Institut français de Damas.

ESTABLET C, 1994, « Les intérieurs damascains au début du XVIIIe siècle », in Les villes dans l'Empire ottoman : activités et sociétés, vol. II, D. Panzac éd., CNRS éd., 15-46.

FLEISCHER C, 1986, Bureaucrat and Intellectual in the Ottoman Empire- The Historian Mustafa Ali (1541-1600), Princeton, Princeton University Press.

FAROQHI Surreya, 1995, Kultur und Alltag im Osmanischen Reich, vom Mittelalter bis Anfang des 20 Jahrhunderts, Munich.

GARCIN Jean-Claude, 1967, « Histoire, opposition politique et piétisme traditionaliste dans le Husn al-muhâdarat de Suyûtî », in Annales islamologiques, t. VII, 6-88.

GEOFFROY Éric, 1995, Le soufisme en Égypte et en Syrie sous les derniers Mamelouks et Us premiers Ottomans, Damas, Institut français de Damas.
1996, « L'apparition des voies, les khirqa primitives » ; « La seconde vague fin XIIIe-XVe siècle », in A. Popovic et G. Veinstein (dir), Les voies d'Allah, Paris, Fayard. « al-Suyûtî », EI2, (sous presse).
La sagesse des maîtres soufis, présentation et traduction des Latâ'if al-minan, d'Ibn 'Atâ 'Allâh al-Iskandarî, Paris, Grasset (sous presse). « Soufisme », in Dictionnaire de l'ésotérisme, Paris, PUF (sous presse).

HAGGI Khalîfa, 1947, Kashf al-Zunûn 'an asâmi al-kutub wa al-funûn, 2 vol. rep. offset, 3e éd., Téhéran.

IBN TÛLÛN M., 1949, al-Qalâ'id al-gawhariyyafi tâ'rikhal-Sâlihiyya, éd. MA Dahmân, Damas.

IBN KANNÂN M., (s. d.), Yawmiyyât shâmiyya (1111-1153 H/1699-1740), éd. A. 'Ulabî, [Damas].

MARCUS A., 1989, The Middle East on the eve of modernity, Columbia Univers. Press.

MARION M., 1978, Recherches sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIII' siècle, Paris, Bibliothèque nationale.

MlQUEL André, 1973-1988, 2e édition, Géographie du monde musulman jusqu 'au milieu du XI' siècle, 4 vol., Paris.

MUHIBBÎ M. A., (s.d.), Khulâsat al-atharfi a'yân al-qam al-hâdî 'ashar, 4 vol., Beyrouth.

MURÂDÎ M. Kh., 1988, Silk al-durar fi a'yân al-qam al-thânî'ashar, 4 vol., (3e éd.), Beyrouth.

PALUMBO-FOSSATI Isabella, 1985, « Livres et lecteurs dans la Venise du XVIe siècle », in Revue française d'histoire du livre, Société des bibliophiles de Guyenne, n° 49, 482-513.

PARDAILHIÉ-GALABRUN A., 1988, La naissance de l'intime, 3000 foyers parisiens, Paris, PUF.

PASCUAL Jean-Paul, 1984, « The Janissaries and the Damascus contryside in the seventheenth century according to the Archives of the City's Military tribunal « in T. Khalidi, Land tenure and Social Transformation in the Middle East, Beyrouth, 357-369.

POUZET L., 1986, Une herméneutique de la tradition islamique, le commentaire des Arba'ûn, Beyrouth, Librairie orientale »

QUENIART J., 1979, Cultures et sociétés urbaines dans la France de l'Ouest, Paris, Klincksieck.

SABBÂGH (al-), L., 1986, Min a'iâm al-fikr al-'arabi fi l- asr al-uthmânî al-awwal, Muhammad al-Amîn al-Muhibbî l-mu arrikh, Damas.

VAJDA George, 1983, La transmission du savoir en Islam (VIIe-XVIIIe siècles), Londres, Variorum Reprints.

VEINSTEIN Gilles, 1997, « Le modèle ottoman » in N. Grandin, M. Gaborieau (dir.), Madrasa. La transmission du savoir dans le monde musulman, Paris, Arguments.

WEATHERIL L., 1988, Consumer behaviour and material culture in Britain (1660-1760), Roudedge, London.

ZE'EVI D., 1996 An ottoman century, the district of Jerusalem in the 1600 c, State University of New York Press Albany.

Haut de page

Notes

1  Pour le XIXe siècle à Salonique, cf. infra l'article de Meropi Anastassiadou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Establet et Jean-Paul Pascual, « Les livres des gens à Damas vers 1700 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/301

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page