Navigation – Plan du site
I. Les défis du quotidien : vivre, s'organiser, inventer

La presse et la jeunesse en Syrie : la sortie du silence…mais pas encore le droit à la parole

Press and the youth in Syria: no longer silent but not yet allowed to speak
Rama Najmeh
Traduction de Nabil Ajan

Résumés

Dans un pays où plus de la moitié de la population a moins de 30 ans, la presse devrait jouer un rôle majeur de tribune de débat, de lieu d’émergence de projets innovants et de personnalités nouvelles, faisant le lien entre la jeunesse et le politique. Mais si la presse syrienne est née au début du xxe siècle grâce à l’initiative de jeunes intellectuels modernistes, elle s’est idéologisée et sclérosée dans le contexte politique de l’après indépendance, devenant à partir de 1963 un simple prolongement du régime ba‘thiste, un organe de propagande soumis à des procédures sévères de censure et d’auto-censure. Mais la mobilisation derrière des mots d’ordre figés ne s’est pas produite et la jeunesse ne se reconnaît pas dans cette presse. Tout au contraire, elle s’est retirée de toute action publique et éprouve une vive méfiance envers le politique. Le retour à l’autorisation de la presse privée en 2001, l’émergence d’une nouvelle génération de journalistes et le développement de la presse internet commencent à lui ouvrir de nouvelles opportunités.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’arabe

Texte intégral

1En Syrie, aucun régime ne s’est montré tolérant à l’égard de la presse et des journalistes. En un siècle d’existence, qui n’a connu qu’une brève période de démocratie, de 1954 à 1958, la presse n’a donné naissance à aucun titre durable, à l’exception des journaux officiels du parti Ba‘th. Aucun organe de presse n’a produit d’institution jouissant d’une réelle réputation journalistique, dotée d’une histoire rédactionnelle, d’une orientation intellectuelle et de traditions propres. Tous les titres sont restés au stade de l’essai, de l’expérience, confinant la presse dans un état permanent d’adolescence. À part la permanence de la censure, à laquelle elle a fini par s’adapter, elle a dû à chaque nouvelle ère politique repartir à zéro. Les conditions historiques imposées par les pouvoirs en place l’ont toujours empêchée de grandir, de se développer et de jeter les bases d’un métier qui se nourrit de savoir-faire et d’accumulation d’expériences. De telles conditions ont empêché la naissance d’une presse indépendante du pouvoir, capable d’affronter et de contredire le discours et les décisions de celui-ci.

2La population syrienne est jeune. Si cette jeunesse n’est bien sûr pas homogène, avec des intérêts et des objectifs communs à tous ses membres, elle forme néanmoins le groupe sur lequel pèse principalement le poids des crises et des conflits que vit le pays. Elle devrait donc participer activement aux dynamiques de changement, comme ce fut le cas au début du XXe siècle, époque où les pionniers de la presse étaient de jeunes intellectuels. La presse est en effet un outil qui devrait permettre de participer à la construction de l’avenir, à l’émergence de projets politiques et culturels, au choix de représentants et de porte-parole exprimant les aspirations de cette jeunesse. L’introduction récente de journaux privés en Syrie lui offre de nouvelles opportunités. La presse pourrait aisément inciter cette catégorie souvent courageuse et particulièrement sensible aux contradictions entre promesse et vérité, entre slogans et réalité, à inventer ses propres luttes et ses propres débats. L’étude de la relation des jeunes avec la presse syrienne permet de mieux connaître la jeunesse de ce pays. En effet, les étapes historiques que la presse a traversées revèlent certains facteurs constitutifs de cette jeunesse, sa conception de l’opinion, de l’expression de soi, sa relation avec la société et le pouvoir. De même, sa relation avec la presse actuelle dévoile son rapport au monde, notamment en ce qui concerne son investissement dans la vie publique, sa capacité de dialogue et son dynamisme social, politique et culturel.

1880-1946 : de la naissance de la presse à l’indépendance

« Nous autres journalistes, nous ne voulons pas que nos journaux soient à la merci de personnes, si équitables et libres soient-elles, même si elles comprennent la liberté de la critique, celle de la parole. Nous voulons que l’instance judiciaire seule punisse et récompense ».

Najîb Al-Rayyis, journal al-Muqtabas, 20 juin1927

3Najîb Al-Rayyis n’avait pas plus de 25 ans quand on lui confia la direction de la rédaction d’al-Muqtabas. Ses emplois dans les rédactions des journaux syriens et libanais ont alterné avec des séjours fréquents dans les prisons de Syrie et du Liban. Quant au journal al-Muqtabas, il forme à lui seul une synthèse de l’histoire de la presse syrienne. Fondé au Caire par le Syrien Muhammad Kurd ‘Ali en 1906, le journal est transféré à Damas après la révolution constitutionnelle de 1908. Interdit par les Unionistes en 1912, il reparait sous le nom d’al-Qabas, et sous la direction de Shukri al-‘Asali, jusqu’à la condamnation à mort de celui-ci en 1916. Il reparaîtra ensuite, sous divers titres, pour des périodes plus ou moins longues alternant avec des mesures de suspension, jusqu’à l’interdiction définitive de la presse libre suite à la révolution de mars 1963 (al-Mallûhî, 2002). En 2001, après la promulgation d’une loi autorisant à nouveau la presse privée, Riyâd Najîb Al-Rayyis a déposé auprès du ministère syrien de l’Information une demande pour la publication du quotidien politique al-Qabas, demande qui n’a toujours pas, à ce jour, été acceptée.

4Outre al-Muqtabas, 250 journaux syriens ont paru avant l’indépendance de la Syrie, à partir de la parution du journal al-Shahba en 1880, et 130 magazines depuis la publication du magazine al-Sharq en 1886 (‘Abd al-Rahmân, 2003 : 17). Ce chiffre ne traduit cependant pas la prospérité de la presse syrienne mais plutôt les contraintes qu’elle a dû subir. Aucune publication n’a échappé à la confiscation, à la suspension ou à l’annulation et l’on ne compte pas moins de 218 décrets d’interdiction publiés à l’encontre de la presse (‘Uthman, 1997). Aussitôt qu’un journal était fermé, un autre paraissait sous un nom différent. Les journaux que la faux du censeur moissonnait répandaient leurs graines dans un autre endroit, ce qui montre le désir impérieux des Syriens de s’exprimer et de défendre leurs opinions à travers ce medium qui constitue pour eux l’un des premiers contact avec la civilisation moderne qu’ils ont tenté de cultiver sur un sol arabe.

5Les jeunes en révolte contre l’ordre établi et avides de changement se sont emparés de ce nouvel outil, notamment la génération formée à l’étranger qui, témoin des différences de développement, a essayé de rattraper le train du monde. La plupart des fondateurs de journaux syriens étaient de très jeunes intellectuels issus de la classe moyenne ou de la bourgeoisie naissante des grandes villes. Ils ne luttaient pas seulement contre l’occupation, ottomane ou française, mais aussi contre tout un héritage transmis par leurs pères et ils revendiquaient la nouveauté et le changement, comme en témoignent les titres de cette presse : La nouvelle construction, La nouvelle époque, La jeunesse, La génération, Le nouvel esprit, Le lendemain… La presse a ainsi formé le terreau sur lequel se sont développées les idées nouvelles, le mouvement nationaliste arabe, les premières idées socialistes et libérales, les appels à la libération, à la révolution et à l’indépendance, sans oublier les attaques contre la classe politique traditionnelle. Bien que cette presse ne soit pas parvenue à s’inscrire dans la permanence, elle défendait des opinions pluralistes et laïques. Elle a d’ailleurs payé un prix très élevé à sa liberté de ton ; les martyrs du 6 mai 1916, pendus par les autorités ottomanes, étaient en majorité des journalistes qui n’avaient pas dépassé 25 ans, comme Rafîq Sallûm et ‘Ali al-Amanâzî. De même, de nombreux journalistes ont été conduits dans les prisons du Mandat français et plus tard dans celles des autorités nationales. Tout au long de cette période, les voix des journalistes se sont élevées pour réclamer des garanties juridiques et la codification de la censure. Ces voix représentaient en majorité des courants de pensée modernes et pluralistes qui ne se livraient pas encore aux luttes intestines et aux dissensions idéologiques et politiques en raison de la priorité accordée à l’indépendance. Lorsque certaines de ces forces vont accéder au pouvoir, leur premier acte sera pourtant d’utiliser les ciseaux du censeur, sauf en de très rares cas où la presse a pu respirer l’air de la liberté et profiter d’un cadre juridique stable.

1946-1963 : la presse s’idéologise et participe aux luttes politiques

« Je sais que la presse chez nous n’aime pas la plaisanterie. Les journaux al-Nâsir, al-Ba‘th, al-Ayyâm, voire al-Kifâh, se ressemblent. C’est pourquoi al-Kalb est arrivé pour jouer son rôle de maître de l’aboiement. Il aboie seul alors que tout le monde s’accorde à crier ». Sidqî Isma‘îl, journal al-Kalb, numéro 1,1956

6Sidqî Isma‘îl a lancé son journal poétique satirique al-Kalb pour protester contre l’idéologisation de la presse. Il le rédigeait entièrement de sa main et le distribuait lui-même (al-Mallûhî, 2002 :187). Après l’indépendance de la Syrie, le 17 avril 1946, le pays a en effet connu un regain d’énergie à tous les niveaux, et le nombre des journaux a considérablement augmenté. Mais face aux conflits internes et externes, la presse s’est transformée en champ de bataille, opposant cette fois les idées nouvelles entre elles. Les partisans de l’indépendance, qui avaient été aussi ceux de la presse libre, ont vite adopté le style ancien. Le nombre des journaux fut limité sur une base purement mathématique (un journal pour 50 000 citoyens), entraînant de manière indirecte la fermeture de nombreux journaux. En outre, durant l’année qui a suivi l’indépendance, 24 décrets de fermeture ou de suspension ont été publiés pour diverses raisons (‘Uthman, 1997 : 177 et 182).

7Le premier coup d’État militaire de 1949 a annulé immédiatement l’autorisation de 67 quotidiens et magazines. Dès lors, et à l’exception de la période 1954-1958, la presse est tombée sous la coupe des militaires. Si, de l’indépendance jusqu’en 1963, 108 journaux et 68 magazines ont vu le jour, ils ont été soumis à maints aléas, fusions obligées, suspensions, accusations de partialité etc. (Khaddûr, 1998 : 486). Dans le même temps, la presse s’est transformée en caisse de raisonnance des idéologies partisanes. En pratiquant essentiellement la propagande politique, la plupart des journaux se sont éloignés de leur fonction de débat, dessinant le profil de la presse idéologique qui va s’épanouir ensuite et ruinant définitivement la vocation de celle-ci comme quatrième pouvoir.

  • 1 Muhammad Ali al-Atassi, Conférence sur les problèmes des jeunes, 12ème rencontre du forum al-Atassi (...)

8Dès l’indépendance, les mouvements d’étudiants et de jeunesse ont constitué un élément important de la vie politique et culturelle syrienne. Ces mouvements ont fourni aux partis naissants leurs cadres les plus dynamiques et leur a permis de jouer un rôle de plus en plus important dans la vie politique des années 1950. Le parti Ba‘th naissant est probablement celui qui était le plus lié au mouvement estudiantin, non seulement parce que ses fondateurs, Michel Aflaq et Salâh ad-Dîn al-Bitâr, étaient enseignants, mais parce que le noyau central du parti, à cette époque, était majoritairement constitué d’étudiants et de jeunes officiers, généralement issus de la province1. Le profil des rédacteurs de journaux s’est modifié en conséquence : affluant de petits villages et de zones rurales pauvres qui avait eu accès à l’enseignement de base depuis l’indépendance, ils travaillaient dans la presse non pas comme journalistes mais en tant que personnes chargées d’une mission de mobilisation par leur parti, que ce soit le Ba‘th ou les partis de gauche.

9À cette dérive idéologique s’est ajouté le désintérêt du capital syrien à l’égard d’un investissement effectif dans la presse. Ainsi il n’y a pas eu de grandes institutions de presse capables de faire paraître des journaux professionnels, sur des bases démocratiques et indépendantes. Quant aux petits journaux indépendants, ils ont commencé à disparaître en raison des difficultés à trouver des financements, d’autant qu’ils se trouvaient exposés aux accusations de toucher de l’argent de gouvernements ou d’agents étrangers. Ainsi la presse partisane a-t-elle envahi tout l’espace médiatique.

10En vertu d’une loi édictée après l’union avec l’Égypte, 36 journaux ont accepté de céder la concession de leur titre en échange d’une indemnisation. Vingt-deux autres, pour la plupart des journaux de partis ou des journaux religieux, qui ont refusé de céder leur concession, ont fait l’objet de rafle et de saisie et leurs journalistes ont été arrêtés sans chef d’accusation. Finalement, le régime d’union a décrété leur interdiction et a restreint la publication des journaux à l’Union Nationale, le seul rassemblement politique autorisé après la dissolution des partis. La propriété privée a ainsi été anéantie et seuls les journaux assurant la propagande du régime de l’union ont été préservés.

11Encore un fois, les journalistes ont fait les frais de cette situation, comme Farj-Allah al-Helou, assassiné alors qu’il assurait à Damas la publication du Journal communiste interdit, al-Nûr, dont il était le rédacteur en chef (al-Kilani, 2003 : 109). Cette phase ne s’est pas terminée avec la séparation de l’Égypte en 1961, même si la presse privée a fait une courte réapparition. Elle va de nouveau faire face à l’interdiction avec l’accession du parti Ba‘th au pouvoir le 8 mars 1963. Sera alors consacrée l’idée d’une presse officielle monopolaire, attachée au régime politique dont elle devient l’un des organes vitaux, et perdant ainsi la qualité qui faisait d’elle un reflet de la société.

1963-2001 : La presse devient un prolongement du pouvoir

« Avant le 8 mars, il y avait dans ce pays une presse qui s’est employée à défendre les clivages, les intérêts du capitalisme et la réaction, qui a comploté contre les acquis du peuple. Il était donc tout à fait naturel que la révolution brise de tels média car la presse est le visage véritable du peuple et elle doit être entre les mains du peuple ». Éditorial du journal al-Ba‘th, numéro 1, 8 mars 1965

  • 2 Hassan Abbas, “La réalité de la presse syrienne”, étude publiée sur internet, 2003.

12Quelques jours après le coup d’État militaire qui l’a porté au pouvoir, le régime issu de la révolution du 8 mars 1963 a émis un décret abrogeant la concession des journaux et des magazines, sans indemnisation compensatoire. Les imprimeries et tout le matériel appartenant aux propriétaires des journaux ont été confisqués et certains journalistes ont été privés de leurs droits civils « car ils ont trahi la foi du peuple arabe dans le nationalisme arabe, ou répandu des idées confessionnalistes » (‘Abd al-Rahmân, 2003 : 31). Le nouveau régime, d’origine provinciale et dominé par les militaires, a nourri une grande méfiance à l’égard de la presse et de son pouvoir potentiel et l’a confisqué pour en faire un moyen de mobilisation et d’endoctrinement, tout en maintenant la fiction de la propriété du peuple sur les médias2.

13C’est en fait la loi d’urgence, encore en vigueur aujourd’hui, qui régule pour l’essentiel le domaine de la presse, donnant pouvoir aux autorités de censurer, avant leur diffusion, les lettres, les communications téléphoniques, la presse, les imprimés, les livres, les publications, les radios et tous les moyens d’expression, de propagande et de publicité (‘Abd al-Rahmân, 2003 : 28). Cette loi est l’un des éléments fondamentaux du système établi par le parti Ba‘th, depuis 40 ans, pour fabriquer une société totalitaire.

14Le parti Ba‘th a voulu construire le réel sur les bases d’une vision monopolaire, appuyée sur sa conviction inébranlable de détenir la vérité intellectuelle et politique, disqualifiant ainsi toute idée de participation politique. C’était un parti jeune dans tous les sens du terme. En écartant progressivement ses grands fondateurs et théoriciens des rouages du pouvoir, il a donné place à la jeunesse montante, que ce soient les officiers du parti qui ont occupé progressivement des positions civiles ou les journalistes issus de la matrice de la pensée militaire révolutionnaire. Sâmi al-Jundî dépeint cette situation en ces termes :

« Nous nous amusions comme des enfants en jonglant avec les idées. Nous ne nous rendions pas compte que nous jouiions avec le feu. Nous ne pensions pas le jour où nous avons commencé que notre génération allait accéder si vite au pouvoir » (al-Jundî, 1969 : 9).

15Mais ces jeunes gens sont restés au pouvoir plus de quarante ans durant lesquels la dynamique politique et sociale est devenue inerte, y compris au sein du parti Ba‘th lui-même où l’alternance de l’élite politique a disparu au profit d’une minorité oligarchique qui a conservé ses positions traditionnelles. Les jeunes sont devenus vieux, comme a vieilli toute une société dont plus de la moitié est pourtant constituée de jeunes.

  • 3 On compte ainsi 34 journaux et magazines syriens locaux, tous publiés par des instances officielles (...)
  • 4 Hassan Abbas, étude citée.

16La machine de la presse officielle, formée de trois titres principaux et de nombreux titres publiés par les organisations populaires, les syndicats et les unions, ainsi que par certains ministères3, s’est hypertrophiée pendant que toute presse alternative était liquidée, condamnée à la clandestinité ou au mieux tolérée pour certains titres. Une telle presse officielle n’est bien sûr que le reflet des opinions et décisions du pouvoir qui en a fait un porte-parole pour expliquer ses réalisations, faire l’éloge de ses actions et dissimuler ses erreurs. Elle oeuvre ainsi à orienter l’opinion publique vers ce que souhaite et projette le parti4. Elle ne laisse aucune place à une pensée alternative, et jusqu’en 2001, les citoyens syriens n’ont eu aucune tribune où exercer le droit de communiquer et d’exprimer leur opinion.

Une presse mobilisatrice et ses jeunes recrues

« En commémoration du 35ème anniversaire du mouvement vénéré de Rectification, l’Union de la Jeunesse de la Révolution a accueilli le Docteur ‘Adnan ‘Arbash, Président de l’Union, qui a évoqué la situation politique assombrie par les multiples conspirations auxquelles fait face la Syrie. Il a par ailleurs confirmé le rôle de l’Union de la Jeunesse dans la consolidation de la confiance des jeunes en leur nation. Le Docteur ‘Arbash a également inauguré une exposition de magazines muraux qui traitent des thèmes inspirés par la rectification et la libération ». al-Masîra, 1er décembre 2005

17Commentant ce passage d’al-Masîra, un journaliste syrien a souligné que c’est toujours la même information que la jeunesse syrienne lit depuis vingt ans. Le programme transitoire de la Révolution de Mars avait donné pour mission aux médias de

  • 5 Programme permanent de l’Union de la jeunesse de la Révolution, Imprimerie al-Ba‘th, 1985.

18« liquider les idées de la vieille société et de mobiliser le peuple derrière les objectifs nationaux en l’incitant à produire davantage afin de contribuer à la réussite des programmes de croissance, loin des valeurs d’une société bourgeoise arriérée »5.

19Toutefois, ces mots d’ordre se sont figés, passant d’une année à l’autre et d’un plan quinquennal à l’autre, et ils se sont transformés en stéréotypes, en langue de bois inscrite dans un dictionnaire monolingue étroit. Ils ne se sont concrétisés ni en action, ni en actes, ni en innovation.

20Enrôlée dans des organisations inféodées au parti Ba‘th, la jeunesse entend toujours le même discours. Dans le programme permanent de l’Union de la Jeunesse de la Révolution, fondée en 1968, l’objectif est clairement annoncé de mobiliser une jeunesse encore malléable dans un moule unique :

  • 6 Ibid.

21« Nous voulons assimiler la totalité des élèves de sixième, tous les ans, car l’Union de la Jeunesse de la Révolution est la véritable entrée pour comprendre cette génération, laquelle se trouve dans un état objectivement assimilable. La porte se referme alors politiquement sur cette génération face aux forces politiques hostiles. Le jeune à ce stade ne s’est pas encore forgé une opinion ou choisi un engagement politique. Il constitue une matière disponible et disposée à suivre la direction politique vers laquelle on l’attire. En l’assimilant dans l’organisation, nous accomplissons cette disposition et barrons le chemin aux autres forces politiques »6.

22Le Ba‘th entend d’ailleurs exercer le monopole de l’emprise sur la jeunesse, comme en témoigne l’interdiction faite aux autres partis du Front National d’avoir des activités dans les secteurs de l’université et de l’armée.

  • 7 Ce concours a été supprimé depuis le milieu des années 1990.

23La mobilisation dans les organisations est relayée par une presse destinée à la jeunesse qui diffuse auprès d’elle le discours unique du parti. Le magazine Jîl al-Thawra et le journal al-Ghad sont publiés par l’Union des étudiants. Le magazine al-Masîra est publié par l’Union de la jeunesse de la Révolution. Les trois quotidiens officiels consacrent en outre une page hebdomadaire aux jeunes et à leurs organisations. Ce dispositif médiatique, formé de dizaines de périodiques mobilisateurs, a besoin de journalistes obéissants et aptes à pratiquer l’auto-censure qui découle de l’adoption de principes idéologiques sacrés. Pour former de tels journalistes, une faculté de journalisme a été créée au milieu des années 1980. On pouvait s’y inscrire après avoir passé avec succès un concours où la condition sine qua non de la réussite consistait à répondre aux questions concernant le Ba‘th et son histoire afin d’assurer la formation d’une génération de journalistes programmés à partager la vision des autorités, à écarter ce qui peut déplaire, à vénérer les hommes du pouvoir, à exagérer les réalisations de celui-ci, à applaudir à ses slogans, à répéter les mêmes mots et à utiliser l’éternel lexique de la langue de bois7. Il s’est avéré toutefois impossible de fabriquer des individus à cette image et si de nombreux journaux sont apprivoisés et dociles, il y a aussi beaucoup de journalistes qui ont, soit baissé la tête en attendant que la tempête passe, soit été évincés pour avoir outrepassé ce cadre d’expression.

24De nombreux jeunes ont cédé à la pression des organisations et du discours unique et sont allés se jeter dans ce brasier totalitaire pour devenir à leur tour une excroissance organique ou un appui à l’autorité. Masse humaine malléable, ils sont mobilisés dans les festivals et les défilés (masîra) pour exprimer les rituels d’obéissance, d’allégeance et de soutien au régime. Mais là encore, cette confiscation de la jeunesse ne peut être totale et la prégnance du discours unique n’a pas abouti à la formation d’une génération homogène, apprivoisée et contrôlée qui se meut sous l’action d’une télécommande, au gré des gouvernements. Elle a plutôt poussé les jeunes à se retirer de la vie publique, de la politique, de la presse et de toutes les formes de discours engagé. Le cordon ombilical avec la patrie a ainsi été coupé et la relation est devenue une relation de répulsion et de défiance, ce à quoi condamne toute tentative d’apprivoisement et d’aliénation.

Ici et maintenant …ou bien un peu plus tôt et ailleurs

« Il serait peut-être nécessaire de porter encore une fois à la connaissance de certains que le printemps de Damas n’en est qu’à ses débuts et que l’aspiration à réaliser le consensus et l’unité nationale n’appartient pas à la société des perroquets et au discours officiel unilatéral, mais plutôt au monde du pluralisme politique et économique et à la multiplicité des visions culturelles ». Mahmûd Salameh, Éditorial du quotidien al-Thawra, 3 mars 2001

  • 8 En réalité, très peu d’entre eux ont vu le jour. Certains ont paru très brièvement mais n’ont pu po (...)

25Mahmûd Salameh appartenait au nouveau personnel promu par l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad, qui promettait une ère de changement pour la Syrie. Mais le soufflé du printemps de Damas est vite retombé et Mahmûd Salameh a été démis de ses fonctions. La période de transition a néanmoins entraîné un changement visible dans le paysage médiatique. Le parti Ba‘th a en effet autorisé certains de ses partenaires du Front National à faire paraître des journaux et leur a permis d’agir dans les milieux estudiantins. Le caricaturiste syrien ‘Ali Ferzat a été autorisé à publier un hebdomadaire satirique, al-Dumarî, et un hebdomadaire économique, al-Iqtisâdiyya, a vu le jour. Ces deux journaux ont pu paraître grâce à des autorisations présidentielles spéciales avant que ne soit promulguée, en 2001, la loi sur les imprimés autorisant la parution de journaux privés. Dans les trois mois suivant la promulgation de celle-ci, il y aurait eu plus de 70 demandes. Cependant, les autorisations n’ont été accordées que pour un nombre très limité de magazines. Sur les 120 périodiques autorisés en cinq ans8, ne figure aucun journal politique, à l’exception du magazine Abyad wa Aswad, qui appartient au fils du ministre de la Défense syrien. Les magazines d’art, de sport et de publicité, ainsi qu’une presse économique appuyant le virage vers “l’économie sociale de marché”, prônée par le dernier congrès du Ba‘th en 2005, ont eu la plus grande part de ce nouveau marché médiatique. Un seul magazine consacré aux jeunes a paru au cours de cette période, ce qui pose de façon aiguë la question de la relation de la jeunesse à la presse.

Des média sur un sol instable et un message brouillé…

26« Tant que les structures et les institutions de la presse sont dépendantes pour leur création, leur existence et leur permanence, du pouvoir établi, elles resteront prisonnières des décisions et des lignes rouges de ce pouvoir. Le peuple continuera à chercher au-delà des frontières pour entendre un discours médiatique différent. Il est désormais indispensable et urgent que ce discours puisse trouver sa place légitime à l’intérieur des frontières de sa patrie ». Muhammad ‘Ali al-Atassi, al-Hayât, 2002

  • 9 Annuaire statistique 2004, Présidence du Conseil des ministres, Bureau central des statistiques.

27Dans le nouveau paysage médiatique syrien, quels sont les moyens d’informations disponibles qui forment la conscience des jeunes ou reflètent leurs idées, leurs appréhensions et leurs problèmes ? Les trois journaux officiels consacrent des pages spéciales aux jeunes, vouées surtout à des rubriques sur la littérature, ou à des conseils pédagogiques et éthiques. Forts de leur monopole, ces journaux ne manifestent aucune inventivité. Ces trois journaux réunis vendent 50 000 exemplaires, dont une grande partie est constituée des abonnements des institutions de l’État. Les sommes consacrées annuellement par le ministère de l’Information aux grandes institutions de presse atteignent 80 000 dollars9, sans parvenir à satisfaire le lecteur. Le plus souvent, les rédacteurs en chef de ces journaux, désignés suivant des considérations politiques et partisanes et non professionnelles, sont étrangers au métier lui-même. Après 2000, certains rédacteurs en chefs “historiques” ont été remplacés par des hommes nouveaux. Ce fut notamment le cas de la rédaction du journal al-Thawra, confiée pour la première fois à un journaliste, Abd al-Fattâh ‘Awad, qui s’est attaché à professionnaliser cette publication et à attribuer une place plus importante aux enquêtes et aux reportages. Pour autant, ces changements ne sont pas parvenus à rapprocher la jeunesse de la presse officielle.

28S’il n’existe aucun chiffre concernant leur vente ou leur distribution, il est néanmoins assuré que les magazines associés aux organisations populaires et aux corporations professionnelles sont entrés dans une phase de mort clinique depuis longtemps. Ils sont plus médiocres encore que la presse officielle du point de vue du savoir, de la technique et du professionnalisme ; ceux qui y travaillent ne sont même pas des journalistes. En tête de ce désastre journalistique arrivent les magazines des organisations de jeunesse. Malgré le volume potentiel du lectorat, lié à la mobilisation quasi-obligatoire de la jeunesse, ils ne reçoivent pratiquement aucun écho parmi celle-ci et ne constituent en rien un média propre aux jeunes. L’âge avancé de leurs responsables suffit à convaincre que le système perdure au profit de quelques-uns qui se nourrissent des miettes de ce qui reste de ces organisations, devenues des carcasses vides. Quant aux nouveaux journaux partisans des partenaires du Ba‘th au sein du Front National, ils manient un langage très idéologique qui les coupe largement de la jeunesse.

  • 10 En l’absence de statistiques récentes, j’ai calculé moi-même le nombre d’autorisations accordées et (...)

29Trente-deux magazines privés paraissent aujourd’hui en Syrie10, mais les espoirs placés en eux n’ont pas été réalisés, ou du moins ces publications n’ont pas été capables de créer une atmosphère médiatique différente. La plupart des propriétaires de ces nouveaux journaux privés sont pourtant des jeunes, dont beaucoup n’ont pas dépassé 35 ans. La presse demeure une expérience séduisante pour les jeunes, plus que pour leurs aînés, peut-être parce que les anciennes générations se sont habituées à son absence ou bien parce que les jeunes comprennent mieux l’importance de la presse en tant qu’outil pour forger l’opinion publique, et non seulement pour la transmettre. Cependant, et bien que ces journaux soient qualifiés d’indépendants, leurs propriétaires sont issus de familles proches du pouvoir et aucun d’entre eux ne s’inscrit dans un discours d’opposition. Celle-ci s’exprime toujours à travers des tracts clandestins, plus ou moins tolérés et toujours à la merci de la loi d’ugence. À l’image des slogans portés par le nouveau pouvoir de Bachar al-Assad, ces journaux se sont attachés à dénoncer la corruption, à encourager l’orientation vers une économie de marché social et à demander une réforme administrative, économique et politique. Journaux publics et privés apparaissent dans le paysage médiatique syrien tels des hommes portant le même costume et qui, jusqu’à maintenant, n’ont changé que la couleur de leur cravate.

  • 11 Voir Abdel Sallam Haykal, Magazine de l’Économie et du Transport, n° 23, mars 2005.
  • 12 Voir Ilyad Chabatji, Chabablek, n° 8, décembre 2005.

30Le pluralisme médiatique demeure donc très relatif bien que certains titres aient osé aborder, ces trois dernières années, des thèmes jusqu’alors proscrits, comme le service militaire et l’achat d’exemptions11 ou la critique de l’Organisation des pionniers du Ba‘th12. Le débat sur les politiques économiques du gouvernement, la critique de ses plans ou programmes de travail se sont faits plus libres. En outre, de nombreuses affaires de corruption et de pots-de-vin ont été révélées par l’intermédiaire de la presse bien que la culture de la peur demeure lorsqu’il s’agit de mettre en cause les personnes haut placées. Les tabous sur la politique extérieure et la personne du chef de l’État subsistent.

31Les nouveaux magazines privés s’attachent à cibler les jeunes. Le seul magazine politique en Syrie, Abyad wa Aswad, consacre chaque semaine deux pages spéciales à la jeunesse, rédigées par de jeunes journalistes. Il n’a cependant jamais abordé de front les problèmes politiques des jeunes, comme leur désintérêt pour l’action publique, leur refus d’adhérer aux partis politiques, ou bien la réalité de leur représentation dans les organisations qui parlent en leur nom. En revanche, il s’est aventuré à violer certains interdits sociaux sur les thèmes du mariage civil, du concubinage, de la prostitution ou sur certains problèmes essentiels pour les jeunes syriens comme le chômage, le travail et l’enseignement. Mais pas plus que d’autres ce magazine n’a réussi à toucher une part importante des jeunes. Quant au magazine Shabablik, qui cible exclusivement les jeunes, il est l’un des rares magazines en Syrie derrière lequel ne se trouve pas le fils d’un homme d’affaires célèbre ou le fils d’un ex ou d’un actuel responsable. Selon son propriétaire et rédacteur en chef, c’est « un projet jeune à cent pour cent » qui repose exclusivement sur les efforts de ses rédacteurs et sur la volonté des jeunes de s’exprimer. Mais le magazine fait l’objet de nombreuses critiques de la part des jeunes qui l’accusent d’aborder superficiellement leurs problèmes, de les présenter comme de simples réclamations, sans prendre réellement en compte leurs aspirations.

32Les six journaux de sport privés et les deux magazines d’art sont les plus vendus, les plus répandus et les plus célèbres. Les cinq magazines d’économie, pourtant professionnalisés, ont une diffusion qui reste faible. Les magazines culturels sont quasi inexistants. Ce profil des ventes confirme le retrait du politique, considéré comme un champ de mines traversé de mensonges. On se méfie de tout ce qui relève du politique ou du gouvernement. La conviction inébranlable que le gouvernement fait ce qu’il veut, quant il veut, ôte à la presse économique et culturelle son efficience. En revanche, le sport et l’art sont plus distanciés du politique, même s’ils ne s’en détachent pas totalement.

33En dehors de la presse locale, 436 publications variées, politiques, économiques et artistiques, entrent aujourd’hui en Syrie, dont 54 quotidiens et 25 hebdomadaires politiques (‘Abd al-Rahmân, 2003 : 38). Ces publications sont les plus lues dans le pays, surtout les quotidiens politiques panarabes. On peut y trouver des enquêtes de journalistes syriens concernant la situation des jeunes Syriens, leurs problèmes, et même leurs préoccupations politiques. Mais la liberté de ton adoptée par les journalistes syriens dans ces journaux ne se retrouvent jamais lorsqu’ils s’expriment dans les publications syriennes. Cette duplicité n’est pas seulement liée à l’auto-censure, elle relève aussi de la volonté des propriétaires de magazines privés qui n’ont pas pu se débarasser de leur subordination au régime, qu’elle soit spontanée ou programmée. Sans un sens aigu de la responsabilité, du défi, sans compréhension de l’époque et d’appréciation de la différence, les jeunes continueront à lire sur leur pays et sur eux-mêmes dans la presse des autres, au lieu de trouver ces informations dans leurs média nationaux. Il faudra encore bien des années pour rétablir la confiance perdue avec le lecteur.

Le jeune lecteur ne lit pas et quand il lit il ne croit pas ce qu’il lit

« Les chiffres de distribution des journaux confirment sans conteste la situation déplorable dans laquelle se trouve la presse syrienne. Ce sont en effet des chiffres alarmants, quelle que soit l’échelle adoptée, dans un pays dont le nombre d’habitants atteint les 18 millions d’âmes. Ici je dois signaler que les journaux syriens sont publiés en arabe, langue maternelle des habitants, pour que personne n’ait à l’idée que ces journaux paraissent dans d’autres langues que les habitants du pays ne maîtriseraient pas ». Hakam al-Bâba, magazine al-Mahâwir, 2003

34Al-Mahâwir fut une expérience initiée par des jeunes visant à s’émanciper du joug de la presse officielle. Ce magazine a essayé de détourner la loi en obtenant une autorisation du Liban pour pouvoir entrer en Syrie. Mais la tentative a échoué et ce numéro, qui comportait un dossier complet sur la crise des médias syriens, a été confisqué et n’a pu parvenir au lecteur...

  • 13 Annuaire statistique 2004.
  • 14 Le taux de chômage officiel déclaré est de 12 % mais certains économistes syriens, comme Nabil Sukk (...)

35Si les problèmes de la jeunesse sont comparables à bien des égards à ceux de la société dans son ensemble, son poids démographique l’expose à supporter une grande part des conséquenses, positives ou négatives, des changements sociaux. 12 des 18 millions d’habitants de la Syrie ont moins de 30 ans, soit près de 70 % de la population totale. La tranche d’âge des 10-24 ans forme plus de la moitié de la main-d’œuvre dans le pays13. La plupart des statistiques indiquent que le taux de chômage a atteint 20 % de la population active. Le chômage se concentre principalement chez les jeunes où les chômeurs âgés de 15 à 24 ans représente environ 72,3 % du total14.

  • 15 Annuaire statistique 2004.
  • 16 Conférence sur les problèmes des jeunes, Muhammad Ali Al-Atassi.

36Bien que le nombre des élèves ait doublé au cours des deux dernières décennies, le taux d’inscription en cycle secondaire, qui ne dépasse pas les 42,3 %, est considéré comme faible. Seuls 20 % des élèves atteignent l’université15. 60 % des habitants de la Syrie sont nés après 1980 et 80 % des citoyens n’ont connu d’autre régime que celui du parti Ba‘th. La Constitution de 1973 donnant le droit de vote à 18 ans, la moitié de la population en âge de voter a moins de 30 ans16. La présence de la jeunesse est massive en Syrie et son poids politique potentiel est particulièrement important.

  • 17 Le poids de papier par individu est extrait de l’Annuaire statistique mais les dépenses des Syriens (...)
  • 18 Mayssoun Al-Oulabi, “La presse et les mass-média sous le règne du Ba‘th en Syrie”, étude publiée su (...)
  • 19 Étude du rapport des jeunes à la culture, réalisée par l’Union de la Jeunesse de la Révolution en c (...)
  • 20 Sondage réalisé sur internet, sur le site électronique du Comité arabe des Droits de l’Homme.

37Cependant, cette population jeune manifeste un net désintérêt pour la presse. En Syrie, chaque individu consomme 5,5 kg de papier par an et consacre moins d’un demi dollar à l’achat de journaux17. Une étude réalisée en 1994 a montré qu’en Syrie il n’y a pas plus de deux journaux pour 100 personnes, contre 5 en Jordanie, 6 en Égypte, 17 au Liban, et 28 en Palestine occupée. Cette même année, la Syrie a consommé 2,6 tonnes de papiers d’impression et d’écriture pour mille personnes, contre 5 tonnes en Égypte, 7 tonnes en Jordanie, 17 tonnes au Liban et environ 49 tonnes en Palestine occupée18. Il y a donc très peu de lecteurs de journaux en Syrie. Une étude réalisée par l’Unesco, en collaboration avec l’Union de la Jeunesse de la Révolution, a montré que seulement 17 % des jeunes Syriens lisent les journaux19 et 64 % des personnes interrogées lors d’un sondage effectué par le Comité arabe des Droits de l’Homme considérent que la presse syrienne ne remplit pas sa mission envers les lecteurs20.

38Les responsables des médias n’ignorent bien sûr pas cette situation. Le public, quant à lui, ne se reconnaît aucunement dans une presse qui l’oblige à se regarder dans le miroir du pouvoir et il se défie des journalistes qui le considèrent comme ignorant. À l’heure où l’on assiste à un certain renouveau de la presse, il convient de chercher les moyens de récupérer ce lectorat, notamment parmi les jeunes, de même qu’il convient de réintégrer les citoyens dans le jeu politique, les deux questions étant bien sûr étroitement liées. Cela ne peut se réaliser que dans un contexte pluraliste où la presse reflète les différents groupes constitutifs de la société. En se détournant d’une presse au discours unique, les jeunes manifestent leur refus de voir leurs cerveaux formatés sur mesure. La presse ne pourra les capter à nouveau qu’à condition de les réhabiliter comme êtres participatifs, pensants et critiques.

Le jeune journaliste : fonctionnaire ou free-lance

« Les journalistes sont choisis selon des critères en tête desquels ne viennent pas le talent ou les compétences, à ce que je crois. Dans beaucoup de cas ces deux critères ne figurent même pas sur la liste. Ces journaux ne cherchent pas des journalistes, qui pourraient créer des problèmes, mais plutôt des “scribes”, fonctionnaires qui exécutent les ordres et sont toujours disponibles ». Usâma Yûnis, Magazine al-Mahâwir, 2003

39L’accusation de Yûnis pourrait sembler sévère ; elle reflète néanmoins une réalité. Les institutions médiatiques officielles comptent 5000 employés dont plus de 30 % ne sont pas allés au-delà du cycle complémentaire. Seuls 50 % sont titulaires du baccalauréat ou diplômés des Instituts techniques alors que la proportion des diplômés universitaires ne dépasse pas 20 %. Ceux qui occupent les postes administratifs et de “scribes” comptent pour 40 % des emplois environ et les spécialistes dans les domaines scientifiques et techniques atteignent environ 25 %. Enfin ceux qui travaillent dans les services sont 20 % (‘Abd al-Rahmân, 2003 : 44 et 55). Beaucoup de ceux qui ont reçu, d’une manière ou d’une autre, le titre de journaliste, le doivent à un piston. Face à cette pléthore, les journaux officiels doivent désormais envisager des réformes pour lutter contre le relâchement, la bureaucratie, le chômage masqué.

  • 21 Cette loi est actuellement en cours d’amendement.
  • 22 Loi syrienne sur les imprimés promulguée en 2001 par le ministère de l’Information, chapitre 4 conc (...)

40Dans un tel contexte, il est difficile pour les jeunes journalistes de se faire une place dans la presse officielle, d’autant qu’ils ne peuvent s’y exprimer librement. La censure pratiquée par les rédacteurs en chef, comme l’auto-censure que s’impose le journaliste lui-même, sont pratiques courantes. Celui-ci doit se diriger au mieux à travers des lignes rouges à ne pas franchir, mystérieuses et élastiques, que la loi de 2001 a contribué à renforcer21. La menace de “crime de publication” hante les journalistes, exposés en ce cas à des sanctions dures pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement22.

  • 23 Voir le décret n° 58 de 1974 et la loi n° 1 de 1990 concernant l’organisation de la profession de j (...)

41L’écriture journalistique s’apparente ainsi à un parcours dans un champ de mines qui rend le journaliste prudent, hésitant. Cette posture héritée de la presse officielle se retrouve aujourd’hui dans le cadre de la presse privée, d’autant que la plupart des journalistes sont contraints au double emploi en raison des faibles salaires du public. Seule une nouvelle génération de journalistes, qui n’est pas passée par les institutions de presse gouvernementales, peut échapper à ces contraintes. Mais en contre-partie, elle travaille dans la précarité, privée de contrat de travail et de sécurité sociale. En outre, l’Union des journalistes ne reconnaît pas le statut de journaliste indépendant auquel il ne délivre pas de carte professionnelle. Mais le code de l’Union impose par ailleurs à tout journaliste d’y adhérer, le syndicat étant habilité à octroyer ou retirer le droit au travail, d’une part, et d’autre part à veiller à ce que les journalistes réalisent les objectifs du parti Ba‘th, “l’unité, la liberté et le socialisme“, et diffusent la pensée nationaliste socialiste du parti !23

  • 24 Entretien avec le Docteur Adib Khadour.

42Outre la question de l’emploi, le métier de journaliste souffre du manque de savoir-faire et d’expérience sur le terrain. Un professeur du département de journalisme à l’université de Damas dit à ce propos : « la presse syrienne n’a pas su créer de code, et en conséquence elle n’a pas pu bâtir des savoir-faire ou des méthodes de travail et ne s’est pas constitué des critères d’évaluation et des traditions professionnelles »24. On retrouve ici le déficit de continuité dont la presse syrienne a toujours souffert. En ce début de XXIe siècle, elle repart à zéro, sans institutions stables ni traditions.

La presse électronique : l’univers de la liberté virtuelle

« La censure syrienne a songé à occulter les sites avant même de penser à fournir le service internet en Syrie. Mais elle n’a pas réussi sa mission car contrôler les mots est une tâche difficile, voire impossible. C’est ce que prouvent les sites de substitution aux sites occultés ou les bulletins d’information envoyés par courriel ». Karîm Yûsif, site électronique Alef, 1er avril 2006

43« Nous demandons au gouvernement d’arrêter de censurer les sites électroniques ». Cette phrase figurait en exergue du site internet syrien Miroir de Syrie. Mais aujourd’hui, lorsqu’on tape l’adresse du site, on ne voit apparaître qu’une tête baissée dans un tableau de l’artiste syrien Walîd Kârisly. Le site s’est arrêté volontairement, sous la pression des convocations adressées à certains de ses rédacteurs par les services de sécurité. C’est ainsi qu’a disparu un site qui constituait pourtant une tentative originale, initiée et alimentée par une dizaine de jeunes rédacteurs, sans aucun soutien officiel ou privé. Le site attirait 5000 visiteurs par jour et ses archives comptent des centaines d’articles qui n’avaient pas été soumis à l’auto-censure.

44Malgré le poids de la censure, les Syriens ont trouvé dans cette petite fenêtre électronique un siège dans un avion et un passeport leur permettant de voler dans de nouveaux cieux et d’atterrir dans des aéroports interdits. De même que la presse imprimée formait le contact avec le XXe siècle, Internet constitue aujourd’hui le lien avec le XXIe siècle. Étroitement lié à la technologie, il a séduit particulièrement les jeunes, plus réceptifs, plus compétents, plus audacieux et donc plus aptes à s’y investir.

45À l’opposé des contraintes de la presse écrite, la presse életronique a offert un espace de liberté où fleurissent le désir de s’exprimer, l’impétuosité, la colère. L’ironie et la controverse sont les traits dominants de la jeune presse sur Internet. C’est un lieu où peuvent enfin s’exprimer les opinions plurielles, les pensées antagonistes, demeurées longtemps enterrées sous la calme surface politique syrienne. Les idées alternatives ont surgi des abysses et même si elles ont revêtu parfois la forme du conflit et de l’accusation, elles ont le plus souvent pris celle du dialogue et du débat.

46En l’absence de régulation, mue par une véritable soif de mots, la presse électronique se présente sous un aspect quelque peu improvisé, voire anarchique. Néanmoins, certains sites syriens se sont imposés comme des institutions dotées d’un nom, d’une réputation et d’un cadre de rédaction, alors que la presse écrite est toujours à la recherche d’un lectorat. Parmi les plus fréquentés, citons Syria News, Cham Press, al-Gamal, Alef, et Gidar. D’autre sont censurés, c’est-à-dire interdit d’accès en Syrie par le serveur proxy du fournisseur d’accès, que ce soient des sites rédigés en Syrie comme al-Ra’y, ou à l’étranger comme le site du Shark al-‘Arabi, ou encore des sites non syriens comme Ilaf.

47L’utilisation d’internet a été portée dès le départ par l’idée de transgresser les interdits. Au moment où certains journaux arabes, comme an-Nahâr, étaient interdits d’entrer en Syrie, internet s’est présenté comme une alternative pour atteindre les idées interdites. Par la suite, le concept a évolué pour servir aussi de moyen de communication entre les Syriens eux-mêmes, à travers les forums de discussion, pour communiquer avec des sites animés par des Syriens de l’étranger, pour aboutir enfin à la conception de sites électroniques de presse en Syrie même, dont certains se sont transformés en de véritables quotidiens électroniques. Cette presse se pose en alternative à la presse écrite, transgressant les lignes rouges et proposant au contraire de celle-ci la liberté absolue, l’absence de censeur, la multiplicité des opinions et la possibilité de réagir sur le vif.

  • 25 Renseignements sur le nombre d’abonnés et la tarification obtenus auprès du ministère syrien des Té (...)

48Internet s’est répandu rapidement en Syrie et on peut compter aujourd’hui environ un million et demi d’abonnés, abstraction faite des milliers de cybercafés et de clubs qui mettent à disposition ce service, même si le tarif de l’abonnement demeure élevé par rapport au revenu moyen des Syriens (un quart de dollar par heure alors que le salaire mensuel moyen est de 150 dollars environ)25.

49En dépit de l’indéniable liberté qu’il offre, l’usage d’internet renvoie cependant à des comportements fondés sur le secret, la démarche individuelle, l’anonymat qui tendent à renchérir sur la culture de la peur, non à l’exorciser. On ne peut ignorer le masque porté parfois quand on communique via le réseau international, notamment dans l’usage des pseudonymes. En somme, ce qui se dit ne se dit pas toujours ouvertement. Internet permet ainsi de trier entre l’interdit, qui se dit entre l’individu et son ordinateur, et le permis qui s’exprime dans l’espace public syrien. Confiné à la lecture, à l’espace virtuel, l’interdit ne trouve pas la possibilité de se constituer en opinion, en prise de position dans l’espace public.

50La relation qu’entretiennent les jeunes et la presse est indissociable de celle de la presse avec le régime, et ne saurait non plus être dissociée du rapport des jeunes à ce régime politique. Un changement de rapport de l’un à l’autre pourrait avoir un effet boule de neige. L’investissement des jeunes dans la sphère publique, dont la politique est l’un des constituants, régit en partie leur rapport à la presse. S’ils sont tenus éloignés ou exclus des affaires publiques, ils seront de la même façon écartés de la presse. C’est cette interaction entre les deux domaines de la presse et du politique qu’on a voulu traiter dans ce papier. À travers l’étude du rapport des jeunes à la presse, on peut saisir la relation de ceux-ci avec leur société, l’autorité qui les gouverne, avec le régime politique. On peut en outre percevoir leur compréhension des notions d’opinion, de prise de parole, de droit d’expression et de responsabilités dans l’action publique. Le rapport hésitant entre la presse et les jeunes en Syrie reflète l’aliénation de ces derniers vis-à-vis de leur société. Les traces discrètes que cette jeunesse laisse dans les pages des magazines syriens montrent son manque de confiance en l’intérêt de l’opinion, de la prise de position, et reflète sa mise à l’écart des centres de décision. Les récentes initiatives de jeunes journalistes vers plus d’autonomie, le nouveau champ ouvert par l’internet révèlent néanmoins un désir intarissable de dialoguer, de s’exprimer et de refuser les idées toutes faites.

Haut de page

Bibliographie

‘ABD AL-RAHMAN Samîr, 2003, Les médias syriens après les années de fermeture et d’interdiction, Dâr al-Ridâ pour les Sciences, Damas.

AL-JUNDI Sâmî, al-Ba‘th, 1969, Dar an-Nahâr, Beyrouth.

AL-KILANI Shams ad-Dîn, Le parti communiste syrien, Dâr al-Ahâli, Damas.

AL-MALLUHI Mihyâr ‘Adnân, 2002, Dictionnaire des journaux syriens (1865-1965), al-‘Ula pour la Publication et la Distribution, Damas, 613 pages.

Annuaire Statistique 2004, Présidence du Conseil des ministres, Bureau Central des Statistiques, Damas.

KHADDUR Adîb, 1998, La presse syrienne, sa naissance et son évolution, Dâr Al-Talî‘a, Damas.

‘UTHMAN Hâshim, 1997, La presse syrienne, son passé et son présent (1877-1970), Ministère de la Culture, Damas.

Haut de page

Notes

1 Muhammad Ali al-Atassi, Conférence sur les problèmes des jeunes, 12ème rencontre du forum al-Atassi, le 2 décembre 2001.

2 Hassan Abbas, “La réalité de la presse syrienne”, étude publiée sur internet, 2003.

3 On compte ainsi 34 journaux et magazines syriens locaux, tous publiés par des instances officielles (Abdelrahman, 2003 : 28).

4 Hassan Abbas, étude citée.

5 Programme permanent de l’Union de la jeunesse de la Révolution, Imprimerie al-Ba‘th, 1985.

6 Ibid.

7 Ce concours a été supprimé depuis le milieu des années 1990.

8 En réalité, très peu d’entre eux ont vu le jour. Certains ont paru très brièvement mais n’ont pu poursuivre leurs activités pour des raisons matérielles et financières. Trois journaux ont en outre été fermés par les autorités syriennes pour avoir transgressé la loi sur les imprimés.

9 Annuaire statistique 2004, Présidence du Conseil des ministres, Bureau central des statistiques.

10 En l’absence de statistiques récentes, j’ai calculé moi-même le nombre d’autorisations accordées et celui des magazines privés qui paraissent en Syrie, ce qui laisse place à une marge d’erreur.

11 Voir Abdel Sallam Haykal, Magazine de l’Économie et du Transport, n° 23, mars 2005.

12 Voir Ilyad Chabatji, Chabablek, n° 8, décembre 2005.

13 Annuaire statistique 2004.

14 Le taux de chômage officiel déclaré est de 12 % mais certains économistes syriens, comme Nabil Sukkar et Aref Dalilé, affirment qu’il dépasse les 20 %, ce qui concorde avec les estimations de la Banque Mondiale.

15 Annuaire statistique 2004.

16 Conférence sur les problèmes des jeunes, Muhammad Ali Al-Atassi.

17 Le poids de papier par individu est extrait de l’Annuaire statistique mais les dépenses des Syriens pour l’achat de journaux est une opération arithmétique complexe que j’ai effectuée en me fondant sur les ventes de l’Organisme Arabe de Distribution, seul organisme autorisé à vendre les périodiques en Syrie.

18 Mayssoun Al-Oulabi, “La presse et les mass-média sous le règne du Ba‘th en Syrie”, étude publiée sur internet.

19 Étude du rapport des jeunes à la culture, réalisée par l’Union de la Jeunesse de la Révolution en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour les populations, publication du Bureau Central des Statistiques, Syrie 2002.

20 Sondage réalisé sur internet, sur le site électronique du Comité arabe des Droits de l’Homme.

21 Cette loi est actuellement en cours d’amendement.

22 Loi syrienne sur les imprimés promulguée en 2001 par le ministère de l’Information, chapitre 4 concernant les peines.

23 Voir le décret n° 58 de 1974 et la loi n° 1 de 1990 concernant l’organisation de la profession de journaliste.

24 Entretien avec le Docteur Adib Khadour.

25 Renseignements sur le nombre d’abonnés et la tarification obtenus auprès du ministère syrien des Télécommunications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rama Najmeh, « La presse et la jeunesse en Syrie : la sortie du silence…mais pas encore le droit à la parole », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/3017

Haut de page

Auteur

Rama Najmeh

Journaliste indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page