Navigation – Plan du site
IV. Lectures dans les communautés de l'Empire

Le rôle du livre imprimé dans la formation et le développement de la littérature en grec vulgaire (XVIe-XVIIe siècles)

Greek printing and the development of Greek vernacular literature (16-I7th centuries)
Michel Lassithiotakis
p. 187-208

Résumés

Cette étude définira le rôle joué par l'imprimerie dans l'essor que connaît la littérature grecque en langue populaire aux XVIe-XVIIe siècles – c'est-à-dire depuis la première édition d'Apocopos (1509) jusqu'à l'édition princeps d'Erotocritos (1713) – et précisera dans quelle mesure la destination des ouvrages, les conditions de leur diffusion, le lieu d'édition, la nature du public déterminèrent les orientations suivies par la littérature, consacrant le succès d'oeuvres antérieures ou suscitant l'apparition de genres nouveaux.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

Mvή Nικoλάoυ M. Παvαγιάκ, Kòς αvθ
Гααν αφάv

1Les liens qui unissent les origines des lettres néo-helléniques à l'histoire de l'édition sont assez évidents et étroits pour que quelques études récentes aient proposé de situer en 1509 – date de publication, à Venise, de l'Apocopos deBergadis, premier texte en langue commune à avoir été édité –, les véritables débuts de la littérature grecque moderne (G. Sawidis 1993, 39-41). Assurément simplificatrice, voire provocatrice, cette proposition soulève certes plus de problèmes qu'elle n'en résout : la fortune et la diffusion tardives – un siècle environ après sa composition – d'une œuvre que son genre, sa structure et sa thématique rattachent néanmoins encore à la littérature médiévale, occidentale et byzantine, suffisent-elles à la situer au seuil de l'époque moderne ; Doit-on d'autre part négliger tant de textes antérieurs – l'épopée acritique dans sa version E, les poèmes du « cycle troyen », les romans byzantins à l'exception d'Imbérios... – qui, sans accéder à l'impression, connurent cependant une large diffusion manuscrite, laquelle explique l'influence qu'ils exercèrent sur la littérature populaire des siècles suivants ; Il n'en demeure pas moins certain que, si l'apparition du livre imprimé vulgaire ne marque pas une véritable césure dans l'histoire des formes littéraires, elle reflète un changement profond dans l'attitude des lettrés face aux œuvres néo-helléniques, autant qu'une modification de la fonction que ces œuvres sont destinées à remplir dans le monde hellénophone : bien qu'elles obéissent aussi à des impératifs commerciaux qui conditionnent la nature des œuvres éditées, l'impression et la diffusion de textes vulgaires, assurées pour l'essentiel, en Italie, par des lettrés grecs ou philhellènes, s'expliquent aussi largement par la volonté de ces éditeurs-philologues d'élever le niveau culturel d'une population grecque soumise à domination étrangère, et donc par une préoccupation indissociablement patriotique et pédagogique. L'histoire du livre populaire atteste, à ses débuts, une prise de conscience nationale, qu'il contribue dans le même temps à susciter ou à entretenir. Dans cette perspective, la question de l'apport de l'imprimerie et de l'édition à la première littérature néo-hellénique intéresse sans doute l'évolution des formes littéraires, mais relève également de l'histoire politique et de l'étude des mentalités.

2Il serait aisé d'évaluer cet apport, si deux difficultés ne se présentaient d'emblée : le corpus même des œuvres « néo-helléniques » – et a fortiori celui des livres dits « populaires » – se laisse difficilement circonscrire ; loin d'autre part de cesser avec la multiplication des éditions qui marque la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe, la diffusion des œuvres sous forme manuscrite se poursuit jusqu'au terme de la période ici considérée, et même jusqu'à la fin de la domination ottomane.

3Comme sont opportunément venus le rappeler quelques travaux récents, les contours de cet ensemble que l'on nomme littérature post-byzantine (ou « proto-néohellénique ») « populaire »demeurent indécis (G. Kekhagioglou, 1991, 252-3). Entre livre « savant »et livre « populaire », point de frontière nettement tracée. S'il arrive que l'on retienne, à côté des œuvres profanes, des textes religieux tels que la Παλαιά  κα Nέα αθήκ (1536 : E. Kakoulidi, 1982,47-88), les Sermons de Rartouros (1560 : E. Layton, 1994, 170), le θαυòςde Damaskinos Stoudite (1557-1558 : E. Layton, 1994, 164-7), tous textes publiés à Venise (G. Kekhagioglou, 1993, 78-9), il n'est pas rare, à l'inverse, de voir rangés parmi les œuvres didactiques ou d'édification des textes qui, comme Apocopos ou le Πέvθoς θαvά(1524), appartiennent, au moins par leur langue et leur forme versifiée, à la littérature populaire (L. Politis, 1977, 480-2). De même hésite-t-on à inclure dans le corpus des œuvres populaires les traductions, et en particulier les textes traduits du grec ancien, eussent-elles l'importance historique et la qualité littéraire de la version grecque vulgaire du Pédagogue du pseudo-Plutarque procurée par Sophianos (1544) ou de la Batrachomyomachie publiée, sans doute en 1539, par Dimitrios Zinos (G. Kekhagioglou, 1993, 252).

4L'évaluation du rôle de l'imprimé est en outre rendue malaisée par l'existence ou la persistance, dans bien des cas, d'une riche tradition manuscrite à laquelle l'édition ne parvient pas à se substituer. Non seulement nombre d'œuvres médiévales vulgaires n'accèdent pas à l'impression, mais certaines d'entre elles, telles que les romans de Florios et Piatzafiore, de Callimachos et Chryssorrhoé, de Belthandros et Chrysantza, ou la Guerre de Troie (Πóλµo Tάo), n'apparaissent, en manuscrits, qu'aux XVe-XVIe siècles, pour certaines à l'époque même où d'autres textes dont l'origine est également médiévale, comme Spanos, l'Histoire de Bélisaire oula version rimée d'Imbérios, connaissent leurs premières éditions (H. Eideneier, 1993, 47-8). Il est donc fréquent que la diffusion d'une même œuvre s'opère parallèlement par l'édition et par la copie manuscrite (Ph. Iliou, 1975, 109) : la version rimée de Bélisaire, imprimée cinq fois au moins à partir de 1525, est également transmise par deux manuscrits du XVIe siècle (W. Bakker-A. van Gemert, 1988, 47-70) ; le Sacrifice d'Abraham, publié à Venise en 1696 et 1713, est également copié deux fois, vers 1700 et après 1755 (W. Bakker-A. van Gemert, 1996, 6 et 15-6), de même que la tragédie d'Erophile nous est conservée par trois manuscrits du XVIIe siècle, et qui sont donc contemporains de ses éditions de 1637, 1648 et 1676 (G. Chortatsis, 1988, 11-14) ; enfin certains ouvrages en langue populaire d'Agapios Landos, tels que le Salut des pécheurs ou le Гovκόv, fréquemment réédités à partir de 1641 et 1643, sont plusieurs fois copiés aux XVIIe et XVIIIe siècles (D. Kostoula, 1983, 283-91).

5Dans quelques cas sans doute, la transmission manuscrite paraît s'éteindre avec l'apparition des premières éditions : le manuscrit le plus récent d'Apocopos a été exécuté en 1540, alors que l'œuvre est rééditée de nombreuses fois après cette date ; les trois manuscrits qui conservent la version néo-hellénique rimée d'Apollonius de Tyr sont antérieurs à la première édition (1524) ; la Théséide néo-grecque cesse d'être copiée après son unique édition de 1529, pour la préparation de laquelle Dimitrios Zinos a utilisé l'un des deux manuscrits que nous connaissons (S. Kaklamanis, 1997,152-3) ; l'unique manuscrit d'Erotocritos est enfin de peu antérieur à la première édition de 1713.

  • 1  Voir M. Lassithiotakis, 1998, introduction, chapitre I, C : « L'Art de la Rhétorique », 63-4.

6Assez souvent pourtant, la diffusion des œuvres populaires sous forme manuscrite se poursuit – ou même commence – après les dernières éditions connues. Un Dialogue en forme d'alphabet entre l'homme et Charos est ainsi publié à Venise en 1586, mais nombre de manuscrits postérieurs, des XVIIe et XVIIIe siècles, continuent d'en reproduire le texte (E. Kakoulidi, 1964, 36-7). La version néohellénique rimée de la vie d'Alexandre le Grand (« µάα ») est transmise par un unique manuscrit, qui est la copie de l'une des premières éditions (D. Holton, 1974, 13-24). Le seul manuscrit de la « Lamentation »de Marinos Phaliéros, exécuté en Allemagne en 1585, reproduit l'édition de 1544, une édition non conservée dont il confirme l'existence (E. Layton, 1994, 201-2). À plus basse époque, 1'Art de la rhétorique de Scouphos commence, semble-t-il, à être copié au XVIIIe siècle, bien après son unique édition imprimée (1681)1. Enfin le « Débat de l'âme et du corps » (άvυέµo) de Marinos Tzanes Bounialis (1684) est conservé dans un manuscrit de l'Athos qui reproduit sa première édition (G. Paschalidou-Papadopoulou, 1981, 7).

7Tout au long de la période qui nous occupe ici, la transmission manuscrite des textes vulgaires continue donc de remplir un rôle déterminant dans leur conservation et leur diffusion. Mieux : alors que la popularité de certaines oeuvres s'appuie sur ce support secondaire, principal ou unique que constitue le manuscrit, d'autres textes, dont aucun manuscrit n'est conservé et qui n'ont été publiés qu'une seule fois – ainsi l'Iliade de Loucanis (1526), la Batrachomyomachie de Zinos (1539 ?), le Siège de Malte d'Achélis (1571), Egéna de Montselese (1646), Rodolinos de Troïlos (1647) – paraissent n'avoir dû à leur édition qu'une diffusion et un succès médiocres, de sorte que certains chercheurs hésitent, non sans de sérieuses raisons, à les inclure dans le corpus de la littérature dite « populaire »(G. Kekhagioglou, 1993, 80).

8Cette persistance de la transmission manuscrite ne restreint pourtant qu'en apparence le rôle joué par l'édition dans la diffusion de la première littérature néo-hellénique, un rôle dont l'importance relative peut et doit aussi être jugée à la proportion que représente le livre populaire à l'intérieur de l'ensemble des œuvres grecques imprimées. Cette proportion varie sensiblement selon les éditeurs et la période considérée. Entre 1519 et 1549 par exemple, Linos Politis évalue à 1/3 du total la part du livre grec populaire (L. Politis, 1977, 480-2). Parmi les ouvrages édités par Nicolas Glykis entre 1670 et sa mort en 1693, la proportion de livres profanes n'est en revanche que de 13 % (C. Koumarianou et al., 1986, 136). La part du livre religieux, qui croît régulièrement, durant le XVIIe siècle, au détriment du livre populaire et plus largement du livre profane (Ph. Iliou, 1973, 29-30), explique que l'on ait pu évaluer à seulement 10 % la proportion de livres grecs « populaires »publiés depuis le début du XVIe siècle jusqu'à la fin de la domination ottomane (Ph. Iliou, 1975, 118). Encore cette moyenne dissimule-t-elle de notables disparités : ainsi 40 % des ouvrages publiés, au XVIIe siècle, par l'imprimeur-éditeur vénitien Giannantonio Giuliani, qui sur ce point fait exception, sont-ils des livres en grec vulgaire (Ph. Iliou, 1973, 90).

9Ces pourcentages ne rendent pourtant pas pleinement justice au rôle joué par le livre néo-hellénique. La proportion modeste d'éditions populaires ne doit en effet pas cacher que ces ouvrages sont les plus diffusés dans le monde grec, et que les tirages de ces éditions, qui dépassent largement ceux des livres religieux et « savants », sont égaux ou supérieurs à ceux des ouvrages scolaires : alors que les livres liturgiques sont, à la fin du XVIe siècle, tirés à 1000-1600 exemplaires, les textes populaires, souvent réédités au surplus, dépassent d'ordinaire, à la même période, les 3000, et, pour certaines œuvres telles qu'Apollonius, l'Histoire de l'âne, Apocopos, Imbérios, atteignent vraisemblablement les 4000 exemplaires (Ph. Iliou, 1975, 127-8, 133-40).

  • 2  Respectivement « poèmes rimés », « récits », « histoires », « livrets populaires », « livres simpl (...)
  • 3  Dans sa préface au έvθoς θvάτου (lre édition : 1524), Dimitrios Zinos déclare avoir publié ce te (...)

10L'ample diffusion dont témoignent les tirages évalués par Ph. Iliou s'explique par le genre d'exigences que ces éditions satisfont, et par la nature du public auquel s'adresse le livre « populaire » : un public sans doute moyen, plus souvent rural que citadin, et qui recherche essentiellement, à travers une lecture répétée et à haute voix, ou simplement par l'audition, un divertissement et une évasion (A. Politis, 1983, κβ'-α'). Telle est du moins la principale fonction que plusieurs éditeurs, dans leurs préfaces ou dans leurs catalogues, assignent à cette catégorie d'ouvrages. Ainsi Giuliani édite-t-il en 1646 la traduction grecque de Bertoldo en précisant qu'elle vise à procurer au lecteur « d'agréables distractions et surprises »(Ph. Iliou, 1975, 116-7), tandis que Bortoli, présentant en 1713 la première édition d'Erotocritos, la destine à ceux qui « pour se divertir et se distraire lisent quelque livre simple »(V. Comaros, 1986, 5). À une date plus tardive (1752), le même éditeur intitule « Catalogue de petits livres plaisants »la liste d'ouvrages qu'il fait figurer à la suite de la traduction des Fables d'Esope procurée par I. Patoussas (E. Legrand, 1918-1928, I, 403). Qu'elles reflètent la nature véritable du texte édité ou revêtent un caractère publicitaire, les diverses dénominations éditoriales du livre populaire imprimé (µά, γήσες, στoρίες, φυλλάδες, πλ λί, ηδovκες vγvες2, etc. : Kekhagioglou, 1991, 250) renvoient toutes à cette fonction de divertissement que l'œuvre littéraire vulgaire est supposée remplir. Destinée à la lecture, elle atteint en outre un plus large public qui l'aborde et l'utilise par l'audition et la mémorisation du texte (C. Koumarianou et al., 1986, 96). Cette diffusion orale qui a pour support le texte imprimé explique à son tour les indices ou vestiges d'oralité – vraisemblablement factices et convenus – que constituent les allusions et apostrophes à un public d'auditeurs, et que l'on rencontre en particulier dans la littérature narrative, par exemple dans l'Histoire de l'âne et dans Erotocritos (D. Holton, 1990).3

11La différence de nature et de destination qui oppose ainsi le livre populaire profane aux publications religieuses apparaît mieux encore à travers les attaques parfois violentes dont la littérature « de divertissement »en langue vulgaire fut la cible de la part de moines ou de prêtres (A. Politis 1983, -). Au XVIe siècle, Pacôme Roussanos (1508-1553) dénonce comme pernicieuses et sataniques ces lectures légères, confondant dans une même réprobation Apollonius, livre qui ne peut causer que la « perdition »des âmes, Imbérios, les histoires d'amour, et la satire parodique Spanos à laquelle il semble réserver ses critiques les plus dures, et déplorant également les illustrations qui ornent ces divers ouvrages (Sp. Lambros, 1905, 346-51). Un manuel de confession publié en 1622 range parmi les pécheurs « celui qui a lu des livres remplis de discours licencieux, ou des histoires pleines de propos érotiques, et qu'il ne convient pas que des oreilles pieuses et pudiques entendent » (Ph. Iliou, 1975, 117). La vigueur de ces réactions est à la mesure de l'ample diffusion que connaît la littérature ainsi condamnée.

12Si la publication de livres populaires n'est pas ébranlée ni ralentie par de semblables condamnations, qui se répéteront du reste au XVIIIe siècle (C. Koumarianou et al., 1986, 110-1), c'est que les choix opérés par les éditeurs, qui mêlent habilement les genres littéraires, les traductions, les adaptations et les œuvres « originales », leur permettent d'offrir une variété toujours plus grande d'ouvrages ; c'est d'autre part qu'à l'intérieur de la littérature dite « populaire », certains textes, dont telle n'était pas la destination initiale, en viendront à être utilisés comme manuels scolaires, fonction qui les éloigne de la littérature d'évasion et contribue à les ranger parmi les livres « sérieux ».

13Un premier corpus de livres de littérature vulgaire s'était constitué dans la première moitié du XVIe siècle. Fruit, pour l'essentiel, de la collaboration des frères Nicolini da Sabbio, imprimeurs, de l'éditeur Damiano di Santa Maria, d'André Kounadis et de Dimitrios Zinos, qui apporta son soin à la préparation d nombreux textes (E. Layton, 1994, 337-54, 402-20), il comporte des œuvres didactiques ou religieuses (έvθος θανάτου, ’΄Aνθος των χαρίτων, Пαλαιά τε και Nέα ιαήκη, Λóγοι διδακτικοί, Lamentation de Phaliéros, ‘Ιστορία τv αιde Vendramos), des « romans »(Apollonius, Théséide, Histoire du roi d'Ecosse, Imbérios), des récits historiques (Histoire de Bélisaire, Alexandre, Histoire de Tagapiera), un récit onirique (Apocopos), une fable satirique (Histoire de l'âne), et des traductions d'œuvres anciennes (Batrachomyomachie, Fables d'Esope, Iliade). Leurs modèles sont tantôt antiques, tantôt byzantins (Histoire de Bélisaire, Alexandre, óοι ιατιοί), ou italiens (Théséide, Histoire du roi d'Ecosse, ‘′Аνθος ταίτ, ααιά τε και Nέα Διαθήκη). Seul un petit nombre d'entre ces œuvres (Spanéas, Lamentation de Phaliéros, Apocopos) sont déjà anciennes à l'époque de leur édition. Dans la plupart des cas, lorsqu'une ou plusieurs rédactions grecques du même ouvrage existent déjà, c'est une adaptation moderne, par la langue et en particulier par l'introduction de la rime, qui est imprimée : cette règle vaut par exemple pour Apollonius, Imbérios, Bélisaire, Alexandre ou 1'Histoire de l'âne.

14En partie repris par d'autres éditeurs dans la seconde moitié du XVIe siècle – et notamment par Cristoforo Zanetti et Emmanuel Glyzounis (E. Layton, 1994, 303-15 et 522-35) –, ce corpus initial sera pour la première fois enrichi et largement renouvelé, au siècle suivant, par Giuliani. S'y ajoutent alors des œuvres dramatiques – Erophile, 1637 et 1648, Eυgéna, 1646, Rodolinos, 1647 –, romanesques – Bertoldo, 1646 –, religieuses – Salut des pécheurs de Landos, 1647, vies de saints traduites par Matthieu Kigalas, 1639 –, ainsi que des récits historiques – Exploits de Michel le Brave, 1638 – (Ph. Iliou, 1973, 90). Les textes qui viennent élargir le corpus sont donc récents ou même très récents à l'époque où ils sont édités. À la fin du siècle, l'imprimerie de Glykis reprendra, pour l'essentiel, la bibliothèque d'œuvres vulgaires que Giuliani avait contribué à constituer (C. Koumarianou et al., 1986, 136).

15Si la multiplication de ces ouvrages profanes pouvait aisément inquiéter des clercs qui voyaient dans leur lecture une occupation oiseuse ou pernicieuse, il n'en va pas de même des quelques traités pratiques qui, dès la seconde moitié du XVIe siècle, viennent s'ajouter aux textes littéraires : manuels d'arithmétique, tels que le ίον πρóχειρονpublié par Emmanuel Glyzounis à partir de 1568 (E. Layton, 1994, 211), tableaux des poids et mesures, portulans, traités d'agriculture (le Γεωπονικóνde Landos est publié à cinq reprises au moins au XVIIe siècle). Dans sa préface en vers au Portulan qui paraît à Venise en 1573 (E. Layton, 1994, 212), Dimitrios Tagias se flatte d'avoir eu le premier le souci de faire éditer, pour le plus grand profit des navigateurs, un ouvrage dont d'autres entendaient se réserver l'usage exclusif, et souligne l'utilité de l'imprimerie dans la diffusion des connaissances pratiques (E. Legrand, 1885-1906, II, 16-7). Une semblable préoccupation didactique et pratique avait conduit Zacharias Kalliergis à publier à Rome, dès 1523, le Lexique de Guarino de Favera (E. Layton, 1993, 324), que Bortoli rééditera en 1712, da Sabbio à faire paraître en 1527 sa Corona Preciosa (E. Layton, 1994, 404-405), et Pinelli, puis Bortoli, à éditer en 1659 et 1723 le Thesaurus quadrilingue de Gérasime Vlachos (Th. Papadopoulos, 1984, 102). Parallèlement enfin aux livres liturgiques qui, tels surtout l'Octoèque et le Psautier, servent de manuels scolaires (Ph. Iliou, 1975, 113), certains ouvrages profanes peuvent être eux aussi employés à des fins didactiques : les Jeux de l'imagination de Francesco Loredano, traduits en 1711 en grec moderne par Giakoumis Malakis (B. Knös, 1962, 372) en sont un exemple (C. Koumarianou et al, 1986, 159).

16Ce souci pédagogique – ou ce détournement à des fins didactiques d'ouvrages qui n'étaient pas d'abord destinés à un tel usage –, réapparaît à toutes les étapes de l'histoire du livre grec vulgaire aux XVIe et XVIIe siècles. L'édition d'ouvrages populaires conçus pour être diffusés dans la Grèce soumise à domination étrangère est en effet, d'emblée et pour longtemps, une affaire de lettrés : elle est le fruit des efforts de savants grecs ou d'Italiens philhellènes qui, installés à Venise, Rome ou Florence, sont animés du double désir de promouvoir l'usage du grec vernaculaire qu'ils entendent élever à la dignité d'une langue littéraire, et dont ils s'efforcent parfois, conjointement, de fixer les règles par des grammaires et de recenser le lexique dans des dictionnaires ; et de susciter d'autre part au sein de la population hellénophone un réveil de la conscience nationale, en lui procurant des lectures appropriées, dont beaucoup, par leurs thèmes ou leurs modèles, rappellent à la Grèce asservie son glorieux passé antique ou byzantin. Le livre grec populaire est ainsi, à ses débuts au moins, le produit de la rencontre d'une préoccupation humaniste, d'une volonté d'ennoblir et d'enrichir le grec commun et d'une ambition patriotique.

  • 4  E. Legrand, 1885-1906, I, 217 : « Нδιστον ουν, ως εφην, και επωφελες διά ταυτα νενóμικα τò βιβλίον (...)

17Parmi les tout premiers éditeurs de textes grecs vulgaires, les plus marquants sont aussi connus pour leurs travaux de copistes. Zacharias Kalliergis, qui édita à Venise puis à Rome des œuvres anciennes et nombre d'ouvrages religieux, et dont le fils Nicolas fit imprimer pour la première fois, en 1509, un texte populaire, survécut notamment, lors de son séjour à Padoue qui suivit la fermeture de sa première imprimerie, en copiant des manuscrits pour divers employeurs italiens (E. Layton, 1994, 321, 331, n. 41). Le Corfiote Andronikos Noukios, à qui est due la traduction en grec vulgaire des Fables d'Esope parue à Venise en 1543, ainsi que l'édition de quelques livres liturgiques, et Nicolas Sophianos, traducteur du pseudo-Plutarque et auteur de la première grammaire du grec commun, travaillèrent pour le compte de Diego Hurtado de Mendoza, ambassadeur d'Espagne à Venise, qui confia en outre à Sophianos le soin de rechercher et d'acheter des manuscrits en Grèce (E. Layton, 1994, 421, 461 ; C. Carpinato, 1994, 108-9). Quant à Dimitrios Zinos, traducteur de la Batrachomyomachie, éditeur de la Théséide néo-grecque – qu'il remania dans une certaine mesure (S. Kakla-manis, 1997) –, du Пέvθος θανάτου,de la rédaction rimée de la vie d'Alexandre, il fut chargé de recueillir des manuscrits destinés à la bibliothèque de François Ier, et travailla pour le compte de Guillaume Pellicier, ambassadeur de France à Venise (E. Layton, 1994, 549-50 ; C. Carpinato, 1994, 121-3). Que, pour ces lettrés grecs, la copie de manuscrits est étroitement liée à leur activité éditoriale, c'est ce dont témoigne par exemple cette épître dédicatoire à Charles Quint qu'Arsène Apostolis place en tête de l'édition des œuvres poétiques de Manuel Philès publiée par les frères Nicolini da Sabbio en 1533 (E. Layton, 1994, 413), et dans laquelle il qualifie cette parution de « deuxième édition », considérant le manuscrit dont il s'est servi comme la première.4

18Copistes, correcteurs ou collecteurs de manuscrits, ces lettrés ont tous contribué de manière décisive à l'essor de l'édition d'ouvrages en grec vulgaire. Pour chacun d'entre eux cependant, la publication de textes populaires représente une part mineure, voire marginale, d'une activité éditoriale et philologique consacrée principalement à l'édition d'œuvres antiques ou de livres liturgiques. Cette règle vaut bien entendu pour Kalliergis, dont la production, si l'on met à part l'édition d'Apocopos, se partage entre ouvrages savants et religieux (E. Layton, 1994, 328-329), mais s'applique aussi bien à N. Sophianos, qui n'a publié aucun autre texte en grec vulgaire que sa traduction du pseudo-Plutarque (E. Layton, 1994, 468-469), à Andronikos Noukios, à qui sont dues, outre les Fables d'Esope, deux éditions de textes liturgiques (E. Layton, 1994, 422), ou à D. Zinos, qui, parallèlement aux livres vulgaires déjà mentionnés, édita, prépara pour l'impression ou corrigea neuf ouvrages religieux (E. Layton, 1994, 550-551).

19Ces éditeurs baignent au demeurant, pour la plupart d'entre eux, dans le climat humaniste et philhellène qui se crée à Rome au début du XVIe siècle autour de Janus Lascaris et du pape Léon X, fils de Laurent de Medicis et fondateur, en 1514, du premier Collège Grec (M. Manoussacas, 1963). Z. Kalliergis, professeur durant quelques années dans cet établissement, travailla en 1517-1520 pour l'imprimerie que le pape y avait fait installer (E. Layton, 1994, 325-6). Sophianos fut sans doute lui-même élève de ce Collège (C. Carpinato, 1994, 108-109). Quant à D. Zinos, il convient sans doute, pour comprendre sa décision de traduire la Batrachomyomachie, comme aussi ses choix éditoriaux qui font une large place à la littérature populaire, de réinscrire son activité dans l'histoire de l'édition au début du XVIe siècle, époque à laquelle l'intervention non seulement technique, mais philologique et littéraire de l'éditeur de textes devient prépondérante, et dans le climat intellectuel particulièrement favorable aux langues vulgaires qui règne à Venise à la même époque : des événements tels que la « réforme »de Bembo, la traduction en italien, par Trissino, du De vulgari eloquentia de Dante et les débats animés sur le vulgaire littéraire qui s'ensuivirent, ne sont peut-être pas étrangers à son souci affirmé de conférer à la langue et au livre grecs modernes leurs lettres de noblesse (C. Carpinato, 1994, 124-125).

  • 5  « [...] εκρινα με την συμβουλην λογίων ανθρωπων να πρωτοτυπωσω εις τουτες τες ημέρες τòν ’Eρωτóκρι (...)

20Sans doute serait-il excessif de prétendre que ces préoccupations humanistes continuent d'inspirer les éditeurs de livres grecs vulgaires tout au long du XVIe et du XVIIe siècle. Un climat pareillement favorable réapparaît pourtant au début du XVIIe siècle, lorsque le patriarche Cyrille Loucaris (B. Knös, 1962, 424-31), s'entourant d'un cercle de lettrés, clercs et laïques, s'efforce de faire revivre les lettres anciennes dans le monde grec et de donner un nouvel essor à la culture humaniste, fait installer à Constantinople une imprimerie (E. Layton, 1967), suscite la première traduction du Nouveau Testament en grec vulgaire (M. Manoussacas, 1986) et, comme Maxime Margounios, emploie lui-même cette langue dans divers traités ou sermons (C. Lucar, 1974). Près d'un siècle plus tard, ce sont encore des lettrés qui, à en croire le rédacteur de la préface à la première édition d'Erotocritos (1713), conseillent à l'éditeur philhellène italien Bortoli de se tourner vers la publication d'œuvres populaires : « j'ai jugé bon », lit-on dans cette préface, « sur le conseil d'hommes de culture, d'imprimer à présent pour la première fois Erotocritos, poème ancien ».5

21L'étroite collaboration des philologues, des éditeurs et des imprimeurs qui préside à la publication des premiers textes en grec vulgaire explique sans nul doute le souci de procurer un texte correct et établi à partir des sources les plus sûres qui, à en juger par plusieurs préfaces ou postfaces, anime certains lettrés.

  • 6  « Nικóλαος o Kαλλιέργης, ο υιòς του Zαχαρίου, / ο των γραμμάτων συνθετης τουτου του τυπαρίου, / [… (...)

22Dans les huit vers qui servent de colophon à l'édition princeps d'Apocopos (1509), Nicolas Kalliergis explique que le travail de préparation du texte pour l'impression lui est dû, et qu'il a voulu que son texte fût exempt d'erreurs, à la différence, ajoute-t-il, d'autres « rūmeq », criblées de fautes, et qui mériteraient d'être jetées au feu6. Que l'auteur de ces vers s'en prenne ici à la négligence de certains copistes ou à l'incurie supposée d'éditeurs concurrents, le fruit de son travail, comparé notamment aux manuscrits qui transmettent le texte du poème et aux nombreuses éditions vénitiennes postérieures, atteste que le premier éditeur d'Apocopos, qui avait appris son métier auprès de son père Zacharie (E. Layton, 1994, 323), a apporté une compétence et un soin de philologue à la préparation de son texte (N.M. Panaghiotakis, 1991, 95-7).

  • 7  E. Legrand, 1885-1906, I, 287, vv. 9-10 : « [...] σφαλτò και αδιόρθωτο, και κακογε γραμμένο, / κι (...)

23Éditant vingt ans plus tard la traduction néo-hellénique de la Théséide de Boccace à partir d'un manuscrit qu'il a lui-même copié (E. Layton, 1994, 193-195), Dimitrios Zinos apporte au texte, en vue de l'impression, des modifications d'ordre linguistique et stylistique qui s'apparentent, comme l'a récemment montré S. Kaklamanis (1997), à une véritable réécriture. Constaté dans certaines éditions d'ouvrages liturgiques (A. Raes, 1964), ce phénomène de remaniement ou de « modernisation »de la langue au moment de la publication, s'étend donc également aux textes en grec vulgaire. Cette même année 1529, Zinos, dans la postface qu'il adjoint à son édition de l'Alexandre rimé, se plaint de n'avoir pu utiliser qu'un manuscrit « fautif, impossible à corriger, fort mal copié et endommagé par le temps »7, parce que l'auteur du poème, qui réside à Zante, a négligé de lui envoyer une copie plus correcte.

  • 8  E. Legrand, 1885-1906, I, 269 : « ‘Hμεις γαρ πολλα τονήσαντες και δια πολλων αλλων αντιραφων συγκρ (...)

24Un souci philologique analogue paraît animer Andronikos Noukios, lorsqu'il édite, en 1545, un Typikon (E. Layton, 1994, 421-2). Dans son prologue, après avoir souligné l'importance de l'imprimerie pour l'éducation des populations grecques, Noukios explique aux lecteurs – le clergé orthodoxe, auquel l'ouvrage est dédié – qu'il a sélectionné avec soin et comparé entre elles diverses copies, afin de procurer un texte dépourvu d'erreurs.8

25Nicolas Kalliergis et Zinos ne sont pas seuls à déplorer les obstacles auxquels se heurte l'éditeur consciencieux. Vers la fin du siècle, Maxime Margounios, qui collabora avec Emmanuel Glyzounis à l'édition de livres liturgiques (E. Layton, 1994, 388-92), dénonce, dans un prologue destiné à l'Anthologion (1587), la négligence de nombreux imprimeurs et l'inculture des éditeurs (E. Legrand, 1885-1906, II, 49).

26De semblables préoccupations se retrouveront chez d'autres éditeurs à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Le prologue – probablement dû à Aloïsios Gradénigos – de l'édition d'Erophile que publie Glykis en 1676, insiste pour la première fois sur la nécessité de conserver aux œuvres en dialectes leur authenticité et leur saveur : l'éditeur se flatte de procurer un texte nouveau, dont la langue originelle n'est pas altérée, un texte corrigé et qui a retrouvé, affirme-t-il, la forme qu'avait voulu lui donner son auteur. Déplorant les efforts déployés par d'autres éditeurs pour falsifier la langue des œuvres qu'ils publient, il prévient qu'il a pour sa part respecté « l'idiome naturel et authentique »– « τò φυσικòν και γνήσιον ιδίωμα »– employé par le poète (G. Chortatsis, 1988, 86).

27Dans la dédicace au prélat Maxime Maras placée en tête de l'édition du Sacrifice d'Abraham qu'il procure en 1696 – et que nous connaissons seulement à travers une traduction turque parue à Constantinople en 1800 –, Nicolas Saros, qui destine l'ouvrage « aux étudiants, aux savants, jeunes et vieux, laïques ou clercs », affirme avoir voulu fournir une édition irréprochable, et avoir pour cela prié le dédicataire de vérifier et de corriger le texte d'un manuscrit découvert en Crète (W. Bakker-A. van Gemert, 1996, 4).

28Mais c'est Antoine Bortoli qui, dans sa préface à la première édition d'Erotocritos (1713) – un texte qui fut sans doute rédigé par l'un de ses collaborateurs crétois (V. Cornaros, 1986, ιε') – décrit avec le plus de détails la méthode de travail d'un éditeur de textes populaires et des érudits qui l'assistent dans sa tâche :

« Je ne sais – malgré tout le soin et la peine que j'ai employés à utiliser des manuscrits nombreux et variés d'Erotocritos, dans lesquels, du fait de l'ignorance de certains copistes, on rencontre d'innombrables erreurs, un texte altéré, modifié, corrompu jusqu'à devenir presque incompréhensible – si le présent texte aura été suffisamment corrigé. Comme cela était impossible dès la première édition, et que j'espère, avec l'aide de Dieu, en procurer une seconde, améliorée et mieux établie, je vous prie, nobles seigneurs grecs, s'il se trouve que vous déteniez quelque manuscrit de ce poème, et si vous pensez que le présent texte imprimé présente quelque lacune, ou que s'y est introduite quelque grave erreur ou altération du sens, de bien vouloir consentir à me le signaler, soit en recopiant à mon intention tout ce qui exige d'être corrigé, soit en ayant la grande amabilité de m'envoyer le manuscrit, que, je le promets, je m'empresserai de retourner à son envoyeur, lequel peut être absolument sûr qu'il contribuera, pour son honneur, au profit commun, autant qu'il fera de moi son éternel obligé. »(V. Cornaros 1986, 6).

29Dans l'avis dont il fait précéder la nouvelle édition du Trésor quadrilingue de Gérasime Vlachos qu'il procure dix ans plus tard, le même Bortoli prévient que, loin de se borner à reproduire le texte de l'édition précédente, il n'a pas hésité à ajouter, corriger, modifier, afin d'enrichir un dictionnaire dont il juge le texte initial pauvre. Dans cette nouvelle édition augmentée, les mots grecs vulgaires ajoutés sont signalés par une astérisque (E. Legrand, 1918-1928, I, 189).

30Dans toutes les préfaces ou postfaces d'éditions qui viennent d'être mentionnées se marque un même souci de procurer une édition soignée, de remonter à un archétype par delà les copies ou les éditions antérieures qui fournissent un texte peu sûr, dont elles dénaturent au surplus dans certains cas la langue. Cette attention prêtée à la qualité du texte traduit la volonté des éditeurs-philologues de promouvoir la littérature et la langue vulgaires, en leur conférant une dignité égale à celle des œuvres savantes ou religieuses.

  • 9  « ’Aπόκοπος του Mπεργαδη, ρίμα λογιωτάτη, /την εχουσιν οι φρόνιμοι πολλα ποθεινοτάτη | » : N.M. Pa (...)

31Cette préoccupation apparaît dès les origines du livre grec populaire. Nicolas Kalliergis fait en 1509 précéder le texte d'Apocopos d'un distique dans lequel l'œuvre de Bergadis est présentée comme un « poème rimé très savant »,9 termes qui paraissent constituer une alliance de mots – le grec « ρίμα »désigne sans ambiguïté une œuvre populaire, par sa forme et notamment par la présence de rimes –, mais qui pourraient aussi bien trahir le désir de l'éditeur d'égaler le texte vulgaire qu'il publie aux œuvres en langue ancienne, qui seules avaient eu jusque là accès à l'impression. Cette qualification à elle seule éloquente sera reprise dans les quatre éditions postérieures conservées (1534, 1543, 1553, 1627), avant d'être remplacée, à partir de 1648, par un nouveau distique introductif, fort différent, qui souligne cette fois le profit moral que le public pourra tirer de la lecture du poème (G. Kekhagioglou, 1984, 254).

  • 10  L'auteur s'adresse « massime a quelli che praticano in diversi paesi et region, o per causa di ess (...)
  • 11  « [...] η εδική μας ομιλία, η κοινη λέγω, οποχει τέτοιαν ευτξίαν και αρμονίαν και καλλωπισμόν, οπο (...)

32Moins de vingt ans plus tard, Stefano da Sabbio place en tête de son dictionnaire italien-grec vulgaire-latin-grec ancien intitulé Corona Preciosa (1527), une introduction dans laquelle il déclare avoir cherché, en publiant cet ouvrage, à faciliter la tâche des voyageurs et des négociants qui fréquentent la Grèce,10 tout comme Nicolas Sophianos, dans l'épître dédicatoire qui précède sa Grammaire, soulignera la nécessité pour les commerçants d'apprendre le grec moderne (N. Sophianos, 1874, 34). Dans l'un comme dans l'autre cas pourtant, l'ambition des auteurs ou compilateurs est plus vaste. Outre que la Corona Preciosa vise également à faciliter aux Grecs l'étude pratique des langues latine et italienne, S. da Sabbio insère, à la suite de sa dédicace, un sonnet où sont exaltées la beauté et l'utilité des langues vulgaires (E. Legrand, 1885-1906, I, 200-1). Dans la postface de sa Grammaire, Sophianos vante quant à lui les qualités du grec commun, une langue « qui possède tant d'équilibre, d'harmonie et d'élégance, qu'il n'en est aucune autre, à mon sens, qui puisse même s'en approcher »11. Partisan passionné de la langue et de la littérature populaires, Sophianos – dont les tentatives prolongent d'une certaine manière le projet ancien de Michel Apostolis, défenseur de l'enseignement du « grec en grec »(H. Noiret, 1889, 148-53 ; R. Pintaudi, 1977, XII) – ne se borne pas à cet effort pour fixer, dans cette première grammaire dont les principes paraissent s'inspirer de l'œuvre antérieure de Constantin Lascaris (G. Ilioudis, 1989), les règles du grec vulgaire : écrivain lui-même, il collabore avec Agostino Ricchi à la rédaction de la comédie I tre tiranni (1533), dont certains dialogues en grec lui sont dus (M. Vitti, 1966 ; C. Carpinato, 1994, 115-6).

33Un débat sur l'usage du grec vulgaire en littérature s'ouvre donc vraisemblablement au cours du deuxième quart du XVIe siècle, débat dont les acteurs principaux, N. Sophianos et D. Zinos, sont également tous deux éditeurs, copistes de manuscrits, et traducteurs de textes grecs anciens en grec moderne ; leur activité est en outre liée, plus ou moins directement, à l'œuvre et à la personnalité de Pietro Bembo, qui fut secrétaire du pape Léon X, lui-même fondateur du Collège Grec où Sophianos étudia sans doute (E. Layton, 1994, 323) : certaines œuvres de Bembo furent en effet imprimées par les frères da Sabbio, avec lesquels collaborait D. Zinos. Il est probable que c'est cette conjonction de circonstances propices – philhellénisme d'un pontife humaniste et de plusieurs éditeurs italiens, débats sur le vulgaire qui agitaient la critique italienne – qui explique l'émergence d'un courant favorable à l'apprentissage du grec commun et à l'édition de textes populaires (C. Carpinato, 1994, 123-4).

  • 12  Échelle du Paradis de Jean Climaque par Margounios (1590 : Layton, 1994, 171), Doctrine chrétienne (...)

34De ce double souci didactique et littéraire, que partagent la plupart des auteurs et éditeurs de livres populaires, témoigne aussi bien la place, d'emblée considérable, qu'occupent les traductions dans la production éditoriale en grec vulgaire. Entre l'Iliade de N. Loucanis (1526) et le Pédagogue du pseudo-Plutarque (1544) paraissent successivement ’'Aνθος των χαρίτων(1529), la Théséide (1529), l'Ancien et Nouveau Testament de Kartanos (1536), la Batrachomyomachie parZinos, les Fables d'Ésope traduites par Andronikos Noukios. Cette tendance se poursuit à la fin du siècle, mais essentiellement, cette fois, avec des traductions de textes religieux12.

35A ces derniers s'ajoutent, à partir du milieu du XVIIe siècle, plusieurs oeuvres profanes, Bertoldo deCesar della Croce (1646), le Pastor Fido parSoummakis (1658), les Jeux de l'imagination de Francesco Loredano (1711 : B. Knös, 1962, 372).

36Toutes les traductions mentionnées ne relèvent certes pas de la littérature. Le projet qui préside à la traduction d'œuvres religieuses est autre. Dans l'esprit de Margounios ou de Loucaris du côté oriental, de la Congrégation pour la Propagation de la Foi du côté catholique (Z. Tsirpanlis, 1974), il s'agit de rendre accessibles à un public de faible culture l'Écriture, les vies de saints, et divers autres textes édifiants. Une telle tentative apparaît pour la première fois, en ce qui regarde le grec vulgaire, avec Kartanos, qui, dans la préface de son Ancien et Nouveau Testament, explique pourquoi il a traduit en langue commune une matière qu'il dit avoir tirée d'ouvrages savants :

« (j'ai voulu) que chaque personne humble connaisse une partie de ce que dit l'Écriture. Aussi n'ai-je pas composé ce livre pour les maîtres, mais pour les ignorants dont je suis, afin que tous les travailleurs manuels et les ignorants comprennent l'Écriture sainte [...]. J'ai prié (le Christ) d'éclairer mon esprit et de m'aider à traduire l'Écriture en prose et en langue commune, afin que chacun des humbles puisse la comprendre et en tirer quelque profit »(E. Kakoulidi, 1982, 75).

37Cette intention sera celle aussi, à partir de 1590, de Maxime Margounios, comme l'attestent la préface de sa traduction de Jean Climaque (E. Legrand, 1885-1906, II, 66-70), et ses Vies de saints (édition de 1603), qu'il présente en souhaitant que le peuple puisse aborder les textes religieux sans l'obstacle que constitue la langue ancienne (E. Legrand, 1894-1903, I, 51). Trente-cinq ans plus tard, Loucaris souligne à nouveau, dans ce texte inspiré que constitue le long prologue du Nouveau Testament de Maxime Kallioupolitis, les bienfaits des traductions de textes sacrés en langues vernaculaires (E. Legrand, 1894-1903, I, 370-375). Au début du siècle suivant, Miniatis précise à son tour, dans l'un de ses Sermons (1720), qu'il a choisi la langue vulgaire parce qu'il importe qu'un prédicateur soit compris de tous (E. Miniatis, 1925, κδ').

38Le rôle essentiel que jouent les conflits religieux dans la multiplication des traductions depuis la fin du XVIe siècle jusqu'au début du XVIIIe ne doit cependant pas faire oublier que ces tentatives ont été précédées, au XVIe siècle, par un nombre non négligeable de textes profanes, dont les traducteurs – Loucanis, Zinos, Sophianos, et l'auteur inconnu de la Théséide – avaient assurément conscience de faire œuvre de pionniers. En tentant de rendre en vulgaire des œuvres antiques ou médiévales, ils entendaient faire accéder le grec vulgaire à la dignité d'une langue littéraire.

  • 13  « [...] καί θαρρω να λάβουσιν οι επίλοιποι χριστιανοι μεγάλην χαραν και ευχαριστίαν, οι οποιοι επι (...)

39Enrichir la langue vulgaire, tel est du reste encore, au XVIIe siècle, le souci de plusieurs traducteurs, poètes et prosateurs. Dédiant au cardinal Richelieu sa traduction en grec vulgaire de la Doctrine Chrétienne de Bellarmin (1633), Léonard Philaras déplore que la langue moderne, « à la suite des invasions de barbares et à cause du temps qui ruine toutes choses », n'ait plus la richesse et la beauté de « la noble langue de l'Antiquité »13. À ce constat fait écho, au milieu du siècle, une note que Laonicos Zamiris, auteur d'un médiocre poème historique consacré à la victoire remportée en 1651 sur la flotte turque par Léonard Louis Mocenigo entre Naxos et Paros, place à la suite de son texte :

« [...] nous avons utilisé, dans le présent récit, certains mots grecs anciens, car le vocabulaire dans notre langue est pauvre ; et plutôt que de les puiser dans des langues étrangères, nous avons cru mieux faire en les empruntant à notre langue ancienne, laquelle, puisqu'elle est la reine des langues et qu'elle a servi à embellir des langues étrangères, embellira aussi la nôtre, qui dérive d'elle. »(E. Legrand, 1894-1903, II, 54 ; B. Knös, 1962, 357).

40Un constat analogue se rencontre trente ans plus tard sous la plume de Scouphos qui, dans 1'« avertissement au lecteur »de son Art de la Rhétorique (1681), affirme avoir tenté d'enrichir une langue vulgaire au vocabulaire encore pauvre (« αγκαλα και η κοινή μας γλωσσα να ειναι απò λέξες [...] »), et assure avoir renoncé à exprimer certaines notions qu'il n'aurait pu rendre qu'en recourant à des mots anciens ou étrangers (F. Scouphos, 1681, ff. 7v-8r).

41Forger une langue commune apte à traduire des œuvres littéraires anciennes ou médiévales ne constitue cependant presque jamais, pour les prosateurs et poètes des XVIe et XVIIe siècles, une fin en soi. Rares sont les auteurs qui, dans leurs préfaces ou le corps même de leurs œuvres, n'assignent pas à leur travail une fonction qu'ils jugent plus haute encore : éduquer une population grecque que la situation historique contribue à isoler des foyers de culture occidentaux, voire susciter par là un réveil de la conscience nationale, et préparer la libération du pays.

42Cette préoccupation éducative et cette ambition patriotique ne sont certes pas l'apanage des auteurs qui font le choix du grec vulgaire : ces derniers ne font que poursuivre, en l'adaptant chaque fois aux exigences de leur époque, un projet dont l'origine remonte aux humanistes grecs installés en Italie. Dans son prologue à l'édition aldine d'Aristophane (1498), le Crétois Marc Mousouros s'interroge : la domination étrangère permettra-t-elle aux Grecs de tirer profit des ouvrages imprimés en Italie ? (E. Legrand, 1885-1906, I, 49). Dans la dédicace au pape Léon X de son édition des œuvres de Platon (1513) et dans son Ode à Platon, le même philologue supplie le souverain pontife d'intervenir en faveur de la Grèce (E. Legrand, 1885-1906, I, 100 ; M. Manoussacas, 1984, 201-2). Dédiant trois ans plus tard à Janus Lascaris l'édition de Pausanias, il déplore l'état d'ignorance où la domination étrangère tient la population grecque, et forme le vœu que, grâce à l'imprimerie, porteuse de tant de bienfaits, à la bienveillance de Léon X et à Lascaris, défenseur des droits des Grecs, le pays puisse bientôt se libérer des Infidèles (E. Legrand, 1885-1906, 144-150). D'autres textes semblables suivront, tout au long du XVIe siècle : appels d'Arsène de Monemvasie à Charles Quint et au pape, d'Antoine Eparchos, de Jacques Vassilikos (M. Manoussacas, 1984, 203-11), puis, au XVIIe siècle, des suppliques analogues, adressées au roi de France par Léon Allatius et Jean Cottounios (V. Rotolo, 1966 ; M. Manoussacas, 1984, 219-222). Rédigés en grec ancien ou en latin et dédiés à des souverains occidentaux ou à des humanistes grecs d'Italie, ces divers textes ne sont pourtant pas directement destinés à la Grèce. C'est seulement avec les premiers ouvrages religieux édités à l'intention des orthodoxes, puis, en un second temps, avec les textes en grec vulgaire imprimés dans la première moitié du XVIe siècle, que se concrétise ce désir de servir la cause nationale en fournissant la Grèce en livres.

  • 14  « τοις εν Eλλάδι Г ραικοις » : E. Legrand, 1885-1906, I, 24.

43Collaborateur d'Aide Manuce, Justin Décadyos (E. Layton, 1994, 272-275), qui déplore la rareté des ouvrages religieux imprimés, destine explicitement le Psautier édité en 1494 aux « Grecs de Grèce ».14 Le même souci de l'éducation du clergé et des fidèles orthodoxes se marque, quinze ans plus tard, dans le prologue de l'édition de l' Ωρολóγιον(1509), où Zacharias Kalliergis annonce qu'il a pris le parti de renoncer aux éditions de classiques pour se consacrer à la publication de textes liturgiques (E. Legrand, 1885-1906, I, 96-97). Les frères da Sabbio, avec la collaboration et le soutien financier d'André et de Pierre Kounadis (E. Follieri, 1969, 145 sq.), publient ou rééditent à leur tour, de 1521 à 1551, la série presque complète des livres liturgiques (E. Layton, 1994, 410-417), et en particulier l'Octoèque (1523, 1540), qui fut très tôt utilisé pour les besoins de l'enseignement (M. Crusius, 1584, 205).

44Qu'une telle volonté de favoriser l'acculturation des Grecs explique la multiplication des éditions de livres liturgiques, c'est ce que confirme la préface dont Andronikos Noukios fait en 1545 précéder son édition du Typikon, et dans laquelle cette préoccupation éducative est clairement exprimée :

« [...] nous avons jugé bon de faire de ce livre un bien commun et accessible à tous, comme nous y avaient souvent incité d'autres hommes de foi ; et c'est pourquoi nous avons confié aux imprimeurs le soin de le multiplier, afin qu'en sortent, comme d'un tronc productif, des milliers de branches [...] »(E. Legrand, 1885-1906, I, 269).

45Mais produire des ouvrages « accessibles à tous », c'est aussi employer la langue que tous connaissent et utilisent, en fixer les règles, la doter d'une littérature. Le dialogue – publicitaire – en vers que D. Zinos place en tête de sa Batrochomyomachie, met en présence un jeune homme effrayé à l'idée de devoir lire un ouvrage en langue ancienne, et un libraire qui le rassure en précisant que « le texte en est simple, parce qu'il a été traduit, et transposé en vers rimés » (E. Legrand, 1885-1906, I, 236 ; C. Carpinato, 1994, 169). Quelques années plus tard, Sophianos assure que s'il a traduit Plutarque, c'est parce qu'il partage avec d'autres Grecs le désir d'élever le niveau culturel du peuple (N. Sophianos, 1874, 91-2) ; dans la préface et la postface de sa Grammaire, il déplore au surplus que la situation actuelle de la Grèce prive les jeunes gens désireux d'apprendre de maîtres de grammaire, de rhétorique et d'autres sciences, et les exhorte « à étudier avec application et ardeur [...] sa Grammaire, et, avec méthode, toutes les autres disciplines »(N. Sophianos, 1874, 34, 84-86).

  • 15  E. Legrand, 1885-1906, II, 121 : « Tανυν δ΄ επειδη τò παν της σοφίας ζημιωθέντες ες τoσoυτoν απαιδ (...)

46Utilisation de l'imprimerie à des fins éducatives et recours à la langue commune vont dès lors de pair. Dans le prologue de l'Anthologion de 1587, qu'Emmanuel Glyzounis dédie à Gabriel Séviros, Margounios, qui en est le véritable rédacteur, déplore le manque de livres à envoyer en Grèce (E. Legrand, 1885-1906, II, 49-50 ; E. Layton, 1994, 304), avant d'insister, trois ans plus tard, dans la dédicace de sa traduction de Jean Climaque, sur la nécessité de rendre accessibles au peuple les textes religieux essentiels, et de vanter le dévouement de Glyzounis à la cause grecque (E. Legrand, 1885-1906, II, 68-69). En publiant à partir de 1568 son manuel d'arithmétique (Bιβλίον πρόχειρον...), qui sera de nombreuses fois réédité (E. Layton, 1994, 211), le même Glyzounis déclare vouloir porter remède à l'inculture et au dénuement dont souffrent les Grecs,15 tandis que dans un manuel analogue édité par G. A. Giuliani en 1645, l'avant-propos de l'imprimeur précise que la publication n'a d'autre but que d'améliorer leur sort (E. Legrand, 1894-1903, II, 25 ; C. Koumarianou et al., 1986, 217).

47Cette double visée pédagogique et patriotique se retrouve chez plusieurs auteurs, traducteurs ou éditeurs du XVIIe siècle. En 1630, le Chypriote Néophyte Rodinos assure ainsi, dans le prologue de sa Пανοπλία Пνευματική, qu'il emploie le grec vulgaire pour permettre à ceux des Grecs qui ignorent la langue savante d'avoir accès à la culture (G. Valétas, 1979, 25 et 220). La traduction, procurée par Léonard Philaras, de la Doctrine Chrétienne de Bellarmin comporte, dans son édition de 1633, une épître dédicatoire adressée à Richelieu, qu'il invite à aider « l'Église d'Orient à se redresser »et la « noble nation »grecque, « qui était autrefois le sel et le soleil de la terre », à retrouver sa liberté. Philaras y assure ne servir qu'un seul but : « être utile aux Grecs, chez qui il y a de nos jours une telle soif de connaissances », et faire « que l'Église du Christ parvienne enfin à cette union et à cette concorde tant désirées » (E. Legrand, 1894-1903, I, 310-1 ; M. Manoussacas, 1984, 218).

48À Richelieu sont également dédiés, à la même époque, deux ouvrages d'un élève de Philaras, protégé lui aussi du cardinal, Simon Portius (Z. Tsirpanlis, 1980, 437-9 ; M. Manoussacas, 1984, 218-9). Le premier, un Dictionnaire latin, grec moderne et grec ancien, publié à Paris en 1635, comporte une dédicace qui reprend certaines formules déjà utilisées par Philaras :

« La Grèce elle-même, jadis le sel et la lumière la plus éclatante de l'Univers, maîtresse des arts et des sciences, reconnaît qu'elle est fertilisée et se flatte d'être enrichie par la source intarissable de ta magnificence. »(E. Legrand, 1894-1903, I, 333-334).

49Dans l'épître dédicatoire du second (Grammaire de la langue grecque moderne, 1638), Portius oppose à nouveau la gloire passée de la Grèce à sa détresse présente, tout en espérant que la diffusion de la culture par le livre amènera un jour à sa libération :

« Ne sois donc pas étonné de voir la Grèce se prosterner à tes pieds, non pas cette Grèce ancienne qu'ont illustrée les écrits de tant d'hommes de savoir, mais la Grèce malheureuse d'aujourd'hui, cette Grèce mal dégrossie et pour ainsi dire mal ficelée dans ses langes ; cette Grèce, dis-je, qui a plus d'une fois bénéficié des sublimes bienfaits de ta largesse : [...] tout à sa joie de se trouver sous la protection d'un si grand seigneur, elle vient revivre, elle secoue la tête pour se débarrasser des cendres sous lesquelles les outrages des barbares l'avaient enfouie, et respirer l'air d'un ciel plus vivifiant et plus pur. [...] Aie pitié, je t'en prie, de ta Grèce qui te sert et se prosterne devant toi avec tant d'ardeur : fais seulement que, tout comme, par la gloire que lui confère ton éclat, elle jouit grâce à l'imprimerie de ce bien commun qu'est la lumière du soleil, de même, s'en remettant à toi, elle recouvre son lustre et sa liberté d'antan. »(E. Legrand, 1894-1903, I, 393-394).

  • 16  F. Scouphos, 1681, f. 5v : « [...] […] ευχαριστω και εγω τòν πλάσαντά με θεόν, […] διατι μου εδωκε (...)

50Vers la fin du siècle, Scouphos présente quant à lui son Art de la rhétorique en remerciant Dieu de lui avoir donné assez de savoir pour qu'il puisse « être utile à son pays [...] que la cruauté du destin a réduit à un état de dénuement et de privation »,16  et déclare avoir choisi la langue commune pour pouvoir être entendu non seulement des gens instruits, « mais aussi des hommes les plus simples ».

  • 17  « Пαρακινημένος απò την διάπυρον αγάπην και ευλάβειαν, οπου παιδιόθεν εχω πρòς τò ενδοξον γένος τω (...)

51L'avenir de la Grèce et sa renaissance intellectuelle paraissent préoccuper également certains éditeurs : ainsi Antoine Bortoli, qui justifie en 1713 sa décision de procurer la première édition d'Erotocritos, et d'en soigner particulièrement la préparation, par « l'ardente affection et la dévotion qu'il nourrit, depuis l'enfance, pour la glorieuse nation grecque »,17 avant de rappeler longuement les malheurs subis par la Crète, et s'adresser pour finir aux « αρχοντες Pωμαιοι ».

52L'apparition et le rapide essor, dans la première moitié du XVIe siècle, du livre grec populaire, apparaissent donc comme la résultante de trois facteurs principaux : la présence en Italie, à Rome et à Venise surtout, d'humanistes grecs et de lettrés italiens philhellènes, qui, sous l'effet d'un climat favorable à la promotion des littératures en langues vulgaires, ajoutent à leurs éditions de textes classiques ou religieux un nombre croissant, à partir de 1524, d'œuvres populaires ; la nécessité qui s'impose à nombre d'éditeurs de s'adresser à une clientèle plus large que les cercles restreints de lettrés (C. Koumarianou et al., 1986, 75) ; le souci enfin d'éveiller ou d'entretenir, chez les populations hellénophones, une conscience nationale et le sentiment de l'unité culturelle de l'hellénisme. S'il ne représente qu'un pourcentage modeste dans l'ensemble de l'édition grecque, le livre en grec vulgaire occupe, dès la deuxième moitié du XVIe siècle au moins, une place considérable par ses tirages et sa diffusion. Son essor accompagne, en même temps qu'il le favorise, le développement de la littérature en « langue simple » : rares sont les œuvres byzantines vulgaires qui accèdent à la publication, et celles qui sont éditées paraissent le plus souvent dans des rédactions nouvelles, dont la forme est « modernisée »(Alexandre, Bélisaire, Imbérios). Il contribue enfin à modifier, dans une certaine mesure, le regard que les lettrés portent sur la littérature en langue vulgaire : quelques éditions soignées – Apocopos de Nicolas Kalliergis, Erophile de Gradénigos, Erotocritos de 1713 —, dont la qualité reflète cette dignité nouvelle qu'ont désormais conquise l'œuvre et la langue populaires, marquent les véritables débuts de la philologie néo-hellénique.

Haut de page

Bibliographie

BAKKER W. F. et VAN GEMERT A. F. (éd.), 1988, ‘Іστορία του Bελισαρίου. Kριτικη εκδοση[...], [Histoire de Bélisaire, édition critique [...]], Athènes, Fondation culturelle de la Banque de Grèce.

1996, 'H θυσία του ‘Аβραάμ. Kριτικη εκδοση, [Le Sacrifice d'Abraham, édition critique], Héraklion, Пανεπιστημιακες εκδόσεις Kρήτης.

CARPINATO C., 1994, Stampe veneziane in greco demotico (1509-1549). Proposte per la riedizione della Batrachomyomachia e del Teseida, Dottorato di Ricerca in Filologia greca e latina V ciclo, Università di Catania, exemplaire dactylographié.

CHORTATSIS G., 1988, ’Eρωφίλη, τραγωδία Γεωργίου Xορτάτση, επιμέλεια : τυλιανòς ’Aλεξίου- Mάρθα ’Aποσκίτη, Athènes, Hermis.

CORNAROS V., 1986, ’Eρωτόκριτος, κριτικη εκδοση, εισαγωγή, σημειωσεις, γλωσσάριο : τυλιανòς ’Aλεξίου, [Erotocritos, édition critique, introduction, notes, glossaire par Stylianos Alexiou], Athènes, Hermis, 2e édition.

CRUSIUS M., 1584, Turcograeciae libri octo, Basilae, per Leonardum Ostenium (et reproduction, Modène, Editrice Memor, 1972).

ELDENEIER H., 1993, « ’Aναζητωντας τις αρχες της νεοελληνικης γραμματείας », [À la recherche des origines de la littérature néohellénique], in ’Aρχες της νεοελληνικης λογοτεχνίας. Пρακτικα του δευτερου διεθνους συνεδρίου [Origines de la littérature néohellénique. Actes du IIe Congrès International « Neograeca Medii Aevi »], Venise, Institut Hellénique d'Études Byzantines et Post-Byzantines, t. I, 42-49.

FOLLIERI E., 1969, « Su alcuni libri greci stampati a Venezia nella prima metà del Cinquecento », in Contributi alla storia del libra italiano, Miscellanea in onore di Lamberto Donati, Florence, Olschki, 119-164.

HOLTON D., 1974, Διήγησις του ’Aλεξάνδρου. The Tale of Alexander, the Rhymed Version, éd. critique de David Holton, Thessalonique, Bυζαντινηκαι Nεοελληνικη Bιβλιοθήκη.

1990, « Orality in Cretan narrative poetry », Byzantine and Modern Greek Studies, n° 14, 186-198.

ILIOU Ph., 1973, Пροσθηκεςστην ’Eλληνικη Bιβλιογραφία. A’ : Tα κατάλοιπα του E. Legrand και του H. Pernot (1515-1799), [Compléments à la Bibliographie Hellénique. I : Les documents laissés par E. Legrand et H. Pernot (1515-1799)], Athènes, Diogénis.

1975, « Σημειωσεις Για τα ΄τραβήγματα΄ των ελληνικων βιβλίων τòν 16ο αιωνα », [« Notes sur les tirages des livres grecs au XVIe siècle »], ’Eλληνικά, n° 28, 102-141.

ILIOUDIS G. N., 1989, « ‘H γραμματικη του Kωνσταντίνου Aασκάρεως πρότυπο της γραμματικης του Nικολάου Σοφιανου », [La grammaire de Constantin Lascaris, modèle de la grammaire de Nicolas Sophianos], 'Eλληνικά, n° 40, 413-417.

KAKLAMANIS S., 1997, « ’Aπò τò χειρόγραφο στò εντυπο : ΄Θησέος και γάμοι της Aιμιλίας΄ (1529) », [Du manuscrit à l'imprimé : la « Théséide »(1529)], Θησαυρίσματα, n° 27, 147-223.

KAKOULIDI E. D., 1964, Nεοελληνικα θρησκευτικα αλφαβητάρια, [Alphabets religieux néohelléniques], Thessalonique, Université Aristote.

1982, Συμβολές. Nεοελληνικα μελετήματα, [Contributions. Etudes néohelléniques], Ioannina, Université de Ioannina.

KEKHAGIOGLOU G. (éd.), 1982, Λαικα λογοτεχνικα εντυπα : ’Aπόκοπος- ’Aπολωνιος- ’Iστορία της Σωσάννης,, [Livres imprimés de littérature populaire : Apocopos, Apollonios, Histoire de Suzanne], Athènes, Hermis.
1984, « Zητήμτα ρητορικης, λογικης και θεματικης δομης στòν ’Aπόκοπο του Mπεργαδη », [« Questions de structure rhétorique, logique et thématique dans l'Apocopos de Bergadis »] in ’Aντίχαρη. ’Aφιέρωμα στòν καθηγητη Σταμάτη Kαρατζά, [Reconnaissance. Hommage au professeur Stamatis Karatzas], Athènes, E.A.I.A., 239-56.
1991, « Nεοελληνικα λογοτεχνικα λαικα βιβλία : προκαταρκτικα γραμματολογικα-ειδολογικα και βιβλιογραφικα ζητήματα », [Livres de littérature populaire néohellénique, questions préliminaires : genres littéraires et bibliographie], ’Eπιοτημονικη ’Eπετηρίδα της Θιλοσοφικς Σχολης, ’Aριστοτέλειο Пανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης, Tευχος Tμήματος Φιλολογίας, n° 1, 249-60.
1993, « Eιδολογικες και εκδοτικες προτάσεις για τα νεοελληνικα λογοτεχνικα λαικα βιβλία », [Livres de littérature populaire néohellénique : propositions concernant leur classement en genres et leur édition], in ’Aρχες της νεοελληνικης λογοτεχνίας. Пρακτικα του δευτερου διεθνους συνεδρίου « Neograeca Medii Aevi », [Origines de la littérature néohellénique. Actes du II' Congrès International « Neograeca Medii Aevi »], Venise, Institut Hellénique d'Études Byzantines et Post-Byzantines, t. I, 74-99.

KOSTOULA D., 1983, ’Aγάπιος Λάνδος ο Kρής : συμβολη στη μελέτη του εργου του, [Agapios Landos le Cretois : contribution à l'étude de son œuvre], Ioannina, Université de Ioannina.

KOUMARIANOU C. et al, 1986, Tò ’Eλληνικò Bιβλίο, 1476-1830, [Le Livre grec, 1476-1830], Athènes, Banque Nationale de Grèce.

KNOS B., 1962, L'histoire de la littérature néo-grecque. La période jusqu 'en 1821, Stockholm, Almqvist & Wiksell.

LAMBROS Sp., 1905, « Aι κατα των τυπογράφων της Bενετίας αιτιάσεις του KαισαρίουΔαπόντε και του Пαχωμίου Pουσάνου », [« Les griefs de Césaire Dapontes et de Pacôme Roussanos contre les imprimeurs de Venise »], Nέος ’Eλληνομνήμων, n° 2, 337-51.

LASSITHIOTAKIS M., 1998, « Les œuvres publiées de Scouphos », in F. Scouphos, Le Grammatophoros, éd. critique de M. Manoussacas, avec la collaboration de M. Lassithiotakis, Athènes, Académie d'Athènes, 21-83.

LAYTON E., 1967, « Nikodemos Metaxas, the first Greek Printer in the Eastern World », Harvard Library Bulletin, n° 15, 140-168.
1981, « Notes on some printers and publishers of 16thcentury modern Greek books in Venice, θησαυρίσματα, n° 18, 119-144.
1994, The sixteenth century greek book in Italy. Printers and publishers for the Greek world, Venise [Library of the Hellenic Institute of Byzantine and Post-byzantine Studies, n° 16].

LEGRAND E., 1885-1906, Bibliographie Hellénique ou Description raisonnée des ouvrages publiés en grec par des Grecs aux XVe et XVIe siècles, Paris, 4 vol., E. Leroux (vol. 1-2), J. Maisonneuve (vol. 3), E. Guilmoto (vol. 4).

1894-1903, Bibliographie Hellénique ou Description raisonnée des ouvrages publiés par des Grecs au XVIIe siècle, Paris, 5 vol., A. Picard et fils (vol. 1-4), J. Maisonneuve et E. Guilmoto (vol. 5).

1918-1928, Bibliographie Hellénique ou Description raisonnée des ouvrages publiés par des Grecs au XVIIIe siècle (œuvre posthume complétée par L. Petit et Hubert Pernot), Paris, 2 vol., Garnier Frères (vol. 1), Les Belles Lettres (vol. 2).

LUCAR C., 1974, Sermons, 1598-1602, éd. de Keetje Rozemond, Leyde, Brill.

MANOUSSACAS M. I, 1963, « ’H παρουσίαση απò τòν ’Iανò Λάσκαρη των πρωτων μαθητων του ελληνικου Γυμνασίου της Pωμης στòν Пάπα Λέοντα I’ (15 Φεβρουαρίου 1514) », [« La présentation par Janus Lascaris au pape Léon X des premiers élèves du Collège Grec de Rome »] ΄O ’Eρανιστής, n° 1, 161-172.
1984, « ’Eκκλήσεις των ‘Eλλήνων λογίων πρòς τους ηγεμόνες της Eυρωπης για την απελευθέρωση της ‘Eλλάδας », [« Appels en faveur de la libération de la Grèce adressés par des lettrés grecs aux souverains européens »], Пρακτικα της Aκαδημίας ’Aθηνων, n° 59,194-249. 1986, « Nέα στοιχεια για την πρωτη μετάφραση της Kαινης Διαθήκης στη δημοτικη γλωσσα απò τò Mάξιμο Kαλλιουπολίτη », [« Eléments nouveaux concernant la première traduction du Nouveau Testament en langue démotique par Maxime de Gallipoli »] Mεσαιωνικα και Nέα ‘Eλληνικα, n° 2, 7-70.

MLNIATIS E., 1925, Διδαχαι και Λόγοt, [Sermons et Discours], Athènes, éd. Пρομηθευς.

NOIRET H., 1889, Lettres inédites de Michel Apostolis [...]publiées [...] par H. N., Paris [Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, fasc. 54].

PANAGHIOTAKIS N. M., 1991, « Tò κείμενο της πρωτης εκδοσης του ΄’Aπόκοπου. Tυπογραφικη και φιλολογικη διερευνηση [« Le texte de la première édition d'Apocopos : recherche typographique et philologique »], θησαυρίσματα, n° 21, 89-209.

PAPADOPOULOS Th., 1984, '‘Eλληνικη Вιβλιογραφία (l466 ci. -1800). Tóμος πρωτος : ’Aλφαβητικη και χρονολογικη ανακατάταξις, [Bibliographie hellénique (1466 env. – 1800). Tome premier : classement alphabétique et chronologique], Athènes, Académie d'Athènes.

PASCHALIDOU-PAPADOPOULOU G., 1981, « ‘H Kατάνυξις ωφέλιμος του Μαρίνου Tζάνε Mπουνιαλη », [L'« Utile componction »de Marinos Tzanes Bounialis], Kρητολογία, n° 12-13, 5-46.

PETTA M., 1992, « Δυο στιχουργήματα του ’Eμμανουηλ Tζάνε Mπουνιαλη », [Deux textes en vers d'Emmanuel Tzanes Bounialis], θησαυρίοματα, n° 22, 258-288.

PINTAUDI R., 1977, Marsilio Ficino, Lessico greco-latino, Laur. Ashb. 1439, Rome, Ed. dell' Ateneo.

POLITIS A., 1983, Νέα ιστορία ’Aθέσθη Kυθηρέου […] εισαγωγη και επιμέλεια : ’Aλέξης Пολίτης, [Nouvelle histoire d'Athesthe de Cythère, présentée et éditée par Alexis Politis], Athènes, Fondation Nationale pour la Recherche, Centre de Recherches Néo-helléniques.

POLITIS L., 1977, « Venezia come centra della stampa e della diffusione della prima letteratura neoellenica », in Venezia, centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli XV-XVI). Aspetti e problemi t. II, Florence, Olschki, 443-82.

RAES A., 1964, « Les livres liturgiques grecs publiés à Venise », in Mélanges E. Tisserant, Cité du Vatican [Studi e Testi, 233], t. III, 209-22.

ROTOLO V., 1966, Il carme 'Hellas' di Leone Alacci, Palerme [Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici, Quaderni, n° 3).

SAVVIDIS G., 1993, « Пότε αραγες αρχίζει η νεότερη ελληνικη λογοτεχνία ; », [« Quand commence la littérature grecque moderne ? »], in ’Aρχες της νεοελληνικης λογοτεχνίας. Пρακτικα του δευτερου διεθνους συνεδρίου« Neograeca Medii Aevi », [Origines de la littérature néohellénique. Actes du IIe Congrès International « Neograeca Medii Aevi »], Venise, Institut Hellénique d'Etudes Byzantines et Post-Byzantines, t. I, 37-41.

SCOUPHOS F., 1681, Tέχνη Pητορικης[...], [Art de la Rhétorique [...]], Venise, Michelangelo Barboni.

SOPHIANOS N., 1874, Grammaire du grec vulgaire et traduction en grec vulgaire du Traité de Plutarque sur l'éducation des enfants, publiés par Emile Legrand, 2e édition, Paris, Maisonneuve et Cie.

TSIRPANLIS Z., 1974, « I libri greci pubblicati dalla 'Sacra Congregatio de propaganda Fide' « Balkan Studies, n° 15 /2, 204-224.

1980, Tò ‘Eλληνικò Kολλέγιο της Pωμης και οι μαθητές του (1576-1700), [Le Collège grec de Rome et ses élèves (1576-1700)], Thessalonique, Пατριαρχικòν ‘΄Iδρυμα Пατερικων Mελετων.

VALETAS G., 1979, Nεóφυτος Pοδινός. Kυπριακη δημοτικη πεζογραφία : λόγοι, δοκίμια, συναζάρια, [Néophyte Rodinos. Prose chypriote en langue populaire : discours, essais, synaxaires], Athènes, Pigi.

VELOUDIS G., s.d., Tò ελληνικò τυπογραφειο των Гλυκήδων στη Bενετία (1670-1854). Συμβολη στη μελέτη του έλληνικου βιβλίου κατα την εποχη της Tουρκοκρατίας, [L'imprimerie grecque des Glykis à Venise (1670-1854). Contribution à l'étude du livre grec à l'époque de la domination turque], Athènes, Bouras.

VITTI M., 1966, Nicola Sophianos e la Commedia dei Tre Tiranni di A. Ricchi, Naples, Istituto Universitario Orientale.

Haut de page

Notes

1  Voir M. Lassithiotakis, 1998, introduction, chapitre I, C : « L'Art de la Rhétorique », 63-4.

2  Respectivement « poèmes rimés », « récits », « histoires », « livrets populaires », « livres simples », « lectures plaisantes ».

3  Dans sa préface au έvθoς θvάτου (lre édition : 1524), Dimitrios Zinos déclare avoir publié ce texte non seulement pour qu'il soit lu, mais pour que les lecteurs et auditeurs prennent ensuite plaisir à raconter l'histoire à d'autres personnes (Legrand, 1885-1906, I, 240, v. 4).

4  E. Legrand, 1885-1906, I, 217 : « Нδιστον ουν, ως εφην, και επωφελες διά ταυτα νενóμικα τò βιβλίον γενέσθαι τη βασιλεία σου Пέπεισμαι δε τήνδε την δευτέραν εκδοσιν τουτου της προτέρας την ευδαιμονίαν υπερακοντίσασθαι [...] ».

5  « [...] εκρινα με την συμβουλην λογίων ανθρωπων να πρωτοτυπωσω εις τουτες τες ημέρες τòν ’Eρωτóκριτον, ποίημα παλαίον » : Cornaros, 1986, 5.

6  « Nικóλαος o Kαλλιέργης, ο υιòς του Zαχαρίου, / ο των γραμμάτων συνθετης τουτου του τυπαρίου, / […] εκóπιασεν γι’ αυτην του Mπεργαδη την ρίμα / vά μην της ευρη ουδε εις, διαβάζοντά την, κριμα, / ωσαν ευρίσκουνται τινες πολλα κατεσφαλμένες, / οι οποιες τò δίκαιοv ηθελεν νά ’σαν κατακαημένες » (Panaghiotakis, 1991, 209).

7  E. Legrand, 1885-1906, I, 287, vv. 9-10 : « [...] σφαλτò και αδιόρθωτο, και κακογε γραμμένο, / κι απò την παλαιóτητα ητον διεφθαρμένο. »

8  E. Legrand, 1885-1906, I, 269 : « ‘Hμεις γαρ πολλα τονήσαντες και δια πολλων αλλων αντιραφων συγκρουσαντες διωρθωσαμεν. »

9  « ’Aπόκοπος του Mπεργαδη, ρίμα λογιωτάτη, /την εχουσιν οι φρόνιμοι πολλα ποθεινοτάτη | » : N.M. Panaghiotakis, 1991, 171.

10  L'auteur s'adresse « massime a quelli che praticano in diversi paesi et region, o per causa di esser actio de armi, o per l'industria mercantile, o per peregrinaggi, o per haver pratica e cognitione di varie genti e costumi. » (C. Carpinato, 1994, 40-41 ; Layton, 1994, 209, 404-405).

11  « [...] η εδική μας ομιλία, η κοινη λέγω, οποχει τέτοιαν ευτξίαν και αρμονίαν και καλλωπισμόν, οπου, ως εγω νομίζω, αλλη να μηδεν εναι οπου καν να της σιμωνει « (N. Sophianos, 1874, 85).

12  Échelle du Paradis de Jean Climaque par Margounios (1590 : Layton, 1994, 171), Doctrine chrétienne du jésuite Diego de Ledesma, traduite en grec moderne par Vincent Castagnola (1595 : E. Legrand, 1885-1906, II, 226), traductions de vies de saints par Margounios à partir de 1601 (E. Legrand, 1885-1906, III, 563), Doctrine Chrétienne de Bellarmin traduite par Léonard Philaras (1616), Manuel de saint Augustin par Néophyte Rodinos (1637), Nouveau Testament par Maxime Kallioupolitis (1638), choix de vies de saints par A. Landos à partir de 1641 (Пαράδεισος), Exégèse des Psaumes de Théodoret de Cyr par Landos (1644), discours de Jean Chrysostome traduits en 1675 par le moine Pacôme (B. Knös, 1962, 438), Catéchèse de Théodore Stoudite par A. Gradénigos (B. Knös, 1962, 352), traité dogmatique de Manni par Georges Scouphos (1677), nouvelle traduction de l'Échelle du Paradis par A. Varouchas (1690 : Th. Papadopoulos, 1984, 215).

La liste ci-dessus, non exhaustive, ne vise qu'à donner une idée approximative du nombre et de la variété des traductions ; elle ne distingue pas les ouvrages traduits par des orthodoxes de ceux, également nombreux, dont la publication est liée aux efforts déployés par l'Église romaine pour s'étendre en pays hellénophone.

13  « [...] καί θαρρω να λάβουσιν οι επίλοιποι χριστιανοι μεγάλην χαραν και ευχαριστίαν, οι οποιοι επιθυμουσιν η να μάθουσι την φυσικήν μας γλωσσαν η να γνωρίσουσι μονάχα την διαφοραν εις την οποίαν εξέπεσεν η σημερνή μας διάλεκτος απò κείνην την παλαιαν και ευγενεστάτην, υστερα απò τις καταδρομες των βαρβάρων και τòν πολυν καιρόν οπου κατατρωγει ολα τα πράγματα » : E. Legrand, 1894-1903, I, 310 ; cf. B. Knos, 1962, 329.

14  « τοις εν Eλλάδι Г ραικοις » : E. Legrand, 1885-1906, I, 24.

15  E. Legrand, 1885-1906, II, 121 : « Tανυν δ΄ επειδη τò παν της σοφίας ζημιωθέντες ες τoσoυτoν απαιδευσίας προήχθημεν, αμα μεν της βασιλείας στερηθέντες, αμα δε πάσης σοφίας τε και επιστήμης γυμνωθέντες (οις κρίμασι κυριος οιδε), δειν εγνων μη παριδειν, αλλα καν εκείνων απερ των αναγκαίων εστι και επι ταις ημων εμπορίαις χρωμεθα, πασι δωρόν τι κοινòν και επωφελες εντυπωσας χαρίσασθαι [...] ».

16  F. Scouphos, 1681, f. 5v : « [...] […] ευχαριστω και εγω τòν πλάσαντά με θεόν, […] διατι μου εδωκε ολίγην μάθησιν, να ωφελήσω τò Γένος μου, πρότερα πλουσιον απò κάθε αρετην και σοφίαν, και τωρα δια την σκληροκαρδίαν της τυχης γυμνòν και εστερημένον. »

17  « Пαρακινημένος απò την διάπυρον αγάπην και ευλάβειαν, οπου παιδιόθεν εχω πρòς τò ενδοξον γένος των Ρωμαίων « (V. Cornaros, 1986, 5-6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Lassithiotakis, « Le rôle du livre imprimé dans la formation et le développement de la littérature en grec vulgaire (XVIe-XVIIe siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/303

Haut de page

Auteur

Michel Lassithiotakis

Institut néo-hellénique, Université Paris-IV

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page