Navigation – Plan du site
IV. Lectures dans les communautés de l'Empire

Le livre français d'Istanbul (1730-1908)

The French book in Istanbul (1730-1908)
Johann Strauss
p. 277-301

Résumés

Si l'on commence à connaître relativement bien l'histoire de la presse francophone en Turquie, il n'en est pas de même en ce qui concerne l'édition en langue française. Le livre français dans l'Empire ottoman commence en 1730 avec l'édition de la Grammaire turque de J. B. Holderman, imprimée par Ibrahim Muteferrika. À la fin du siècle, un développement prometteur fut suivi d'une période de stagnation. Le nombre de livres en français augmente considérablement dans la deuxième moitié du XIXe siècle après la guerre de Crimée. En dehors des publications officielles, il s'agissait principalement de travaux sur la législation, la langue, l'histoire et la médecine. Les œuvres purement littéraires (romans, poésie) étaient rares. Les auteurs étaient des interprètes, des missionnaires, des enseignants, des journalistes, des officiels du gouvernement, des membres des minorités comme des Turcs de naissance.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

Je tiens à remercier MM. Frédéric Hitzel (Strasbourg), Wilfried Riesterer (Munich) et J. Molinès (Strasbourg) pour leur aide précieuse.

1En 1874, un écrivain et journaliste français résidant dans la capitale ottomane publia un livre intitulé Musulmans et Chrétiens. La Turquie en 1873. Il considérait alors son ouvrage, sans fausse modestie, comme « le plus important que l'on ait encore écrit sur la Turquie contemporaine, et imprimé à Constantinople » (A. Caston, 1874, 665). Même si l'on ne partage pas l'avis du vicomte Alfred de Caston (1821-1892), qui est d'ailleurs l'auteur d'un ouvrage du même genre publié à Paris quelques années auparavant (A. Caston, 1868), cet impressionnant volume de 667 pages sorti des presses de 1'« Imprimerie et lithographie centrales », montre que la capitale ottomane offrait, dès cette époque, des possibilités tout à fait remarquables, tant pour un auteur que pour un public-lecteur francophone.

2Istanbul possède déjà un bon nombre d'imprimeries, utilisant les caractères latins avec autant de facilité que d'autres (latins, arabes, grecs, arméniens, hébraïques, etc.), ne serait-ce que pour imprimer des affiches de théâtre ou des cartes de menu. Quant à 1'"Imprimerie et lithographie centrales", elle est surtout spécialisée dans l'impression de brochures, de livres, mais aussi de journaux et revues en langue française, dont le journal officieux La Turquie, et elle ne laisse aucun doute sur ses capacités comme le vante une publicité qui affirme : « Cet établissement est le mieux monté de tout l'Orient et est organisé de manière à pouvoir exécuter toute espèce de travaux avec la plus grande célérité » (Indicateur ottoman illustré, 1881, 397).

3Pour les lecteurs francophones désireux de s'informer ou de se distraire, il existe une foule de publications en langue française. Les lecteurs qui, à l'instar du vicomte de Caston, lisent « très difficilement le turc, fort mal le grec moderne et pas du tout l'arménien » (A. Caston, 1874, 510), ont la possibilité, dès cette époque, de choisir entre une dizaine de journaux et revues rédigés entièrement ou en partie en français. Il s'agit, pour l'essentiel, de quotidiens : La Turquie, le Levant-Herald, le Levant- Times (bilingue), Le Courrier d'Orient, le Phare du Bosphore, L'Orient illustré (français-italien), la Presse de Constantinople, le Journal des travaux publics de l'Empire ottoman, le Moniteur du Commerce, Minerve, Polichinelle (édité par Théodore Cassape), Annonces-journal (A. Caston, 1874, 507-510).

4Ce fait francophone dans l'histoire de la presse de Turquie est bien connu grâce aux recherches qui ont été faites au cours de ces dernières années (G. Groc et Ì. Çağlar, 1985). En revanche, il n'en est pas de même en ce qui concerne l'édition en langue française. Le livre français dans l'Empire ottoman reste encore, dans une large mesure, terra incognita. Mais bien qu'il s'agisse d'un nombre limité d'ouvrages, à l'heure actuelle, aucune bibliothèque ne semble posséder de collection complète. La recension se heurte à plusieurs difficultés : d'une part, il s'agit de livres qui, pour la plupart, sont devenus extrêmement rares, voire introuvables de nos jours ; d'autre part, cette production en langue française n'a pas été systématiquement envoyée sur le marché français. L'infatigable Otto Lorenz (1831-1895) n'en a enregistré qu'une partie dans son précieux Catalogue général de la librairie française, alors qu'il avait l'intention d'y inclure les publications françaises de « tous les autres pays étrangers".

5Dans la présente contribution, nous essayerons, à partir de la documentation qui nous est accessible et d'un certain nombre de livres que nous avons pu avoir entre les mains, de faire le point sur l'état des connaissances du livre français d'Istanbul à l'époque ottomane et de présenter les auteurs et les conditions de publication.

Les débuts de l'édition française en Turquie

6L'édition française commence en Turquie en même temps que l'imprimerie en caractères arabes, introduite par Ibrahim Miiteferrika (1674-1745) à Istanbul en 1729. En effet, dès l'année suivante, vraisemblablement sur la demande des résidents européens, Miiteferrika imprima la Grammaire turque du jésuite stras-bourgeois Jean-Baptiste Holderman (1694-1730), dédiée par l'auteur au cardinal de Fleury, ministre d'État de Louis XXV.

  • 1  James Redhouse (1811-1892), éminent spécialiste du turc-ottoman de l'époque, remarque au sujet de (...)
  • 2  Sur la version allemande, parue à Berlin en 1802, cf. K. Beydilli, 1995, 162. Selon Beydilli, qui (...)
  • 3  L'identité quelque peu obscure de l'auteur de cette diatribe a conduit à toutes sortes de spéculat (...)

7Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l'imprimerie ottomane ne connaît aucun progrès. Si le nom « Constantinople » figure parfois comme lieu d'édition dans les pages de garde, il s'agit de supercheries littéraires publiées en Europe. II faut attendre la dernière décennie du XVIIIe siècle pour voir réapparaître, grâce à l'installation d'une presse « françoise & turque » dans le Palais de France d'Istanbul, une publication en langue française. En 1790, paraissent les Eléments de grammaire turque du préfet apostolique Pierre-François Viguier (1745-1821).1 En 1798, la nouvelle imprimerie du génie (Mühendishane), fondée par le sultan Selim III (1789-1807), publie le premier ouvrage en français d'un auteur turc, le fameux Tableau des nouveaux règlemens de l'Empire ottoman de Mahmud Raif Efendi (m. en 1807). Ce livre, qui éveilla tout de suite la curiosité des Européens,2 fut suivi par un autre ouvrage, tout aussi remarquable, intitulé Diatribe de l'ingénieur Séid Moustapha sur l'état actuel de l'art militaire, du génie, et des sciences à Constantinople (Ûskudar, 1803). Il fit, lui aussi, une très forte impression lors de sa parution. Louis-Mathieu Langlès (1763-1824), professeur de persan et de malais à l'École spéciale des Langues orientales vivantes et conservateur des manuscrits orientaux de la Bibliothèque impériale, en fit faire deux nouvelles impressions à Paris, en 1807 et 1810.3

  • 4  Édouard Abramowitsch-Adelburg (1804-1856) fut un orientaliste distingué, auteur de plusieurs ouvra (...)
  • 5  « Votre Majesté [...] voulant manifester d'après sa magnanimité qu'elle sait encourager même les é (...)

8Quand ces réformes furent brutalement stoppées en 1807, non seulement l'édition en langue française, mais également l'imprimerie ottomane, entrèrent de nouveau dans une période difficile. En ce qui concerne le livre français, cette période est assez obscure. L'"Imprimerie Impériale", qui avait imprimé un Tarif de douane pour les marchands russes dans l'Empire ottoman en 1802, semble avoir cessé ses publications en français. Il faut attendre une trentaine d'années pour voir de nouveau un livre publié en français par cette imprimerie, le Recueil de fetvas ou décisions de la loi Musulmane, concernant les contrats de louage (1838), composé par un Européen, le premier drogman de l'internonciature d'Autriche, Édouard d'Adelbourg.4 Ce recueil de fetva-s est un remarquable essai pratique de jurisprudence ottomane qui se base sur des ouvrages classiques comme le Multaqà l-abhur d'brahim Halebî (1459-1549), et les recueils de fetvas des seyh ül-islâm Çatalcah Ali (1631-1692) et Abdurrahim Efendi (m. en 1717), tous imprimés sous le règne du sultan Mahmud II (1808-1839), auquel ce livre est dédié et qui en avait ordonné l'impression.5 Ce recueil est le premier de toute une série d'ouvrages du même type, souvent dus à des drogmans, qui se multiplieront après la codification de la législation ottomane sous les Tanzimât.

9À la même époque, l'Empire ottoman s'était tourné définitivement vers l'Occident, ce qui eut pour conséquence l'établissement de relations diplomatiques avec la plupart des pays européens. Ce changement transforma, à maints égards, la physionomie du pays et de la capitale. On assista à l'émergence, à Smyrne d'abord, puis à Istanbul, d'une presse francophone en Turquie. De nombreuses personnes, profitant des nouvelles conditions accordées aux ressortissants européens dans l'Empire ottoman, en profitèrent pour venir s'établir en Orient. Parmi elles figurent des hommes de talent, comme Henri Cayol (1805-1865), qui allait jouer un rôle pionnier dans le développement de l'imprimerie en Turquie.

Un pionnier de l'imprimerie : Henri Cayol (1805-1865)

  • 6  Il existe un exemplaire de ce catalogue conservé à la bibliothèque de l'Institut national des lang (...)

10Né à Aubagne près de Marseille, Henri Cayol, vint s'installer à Istanbul à l'âge de 26 ans. Dès son arrivée, il se mit à apprendre le turc, ce qui, probablement, lui permit de s'attirer les faveurs du seraskerHüsrev Pacha (1756?-1855). Ce dernier, suivant en cela les traces de son homologue égyptien, Mehmed Ali, avait un programme ambitieux d'édition. Pour les besoins exclusifs de l'armée, il fit installer dans un des départements du ministère de la Guerre un atelier lithographique, et en confia le fonctionnement au jeune français. En 1836, lorsque le serasker prit sa retraite, Henri Cayol alla s'établir à son propre compte au tekke de Péra, dans le quartier de Beyoglu (G. Zellich, 1895, 43-54; S. N. Gerçek, 1939). Mais Cayol se sentait en premier lieu une vocation d'orientaliste et l'âme d'un grand collectionneur de manuscrits orientaux comme en témoigne un catalogue lithographié de 78 pages imprimé après sa mort.6

  • 7  On lui doit aussi une des premières publications en langue allemande imprimées à Istanbul. En effe (...)

11Si Henri Cayol doit sa renommée surtout aux ouvrages turcs qu'il publia, il ne faut pas oublier de rappeler qu'il imprima aussi toutes sortes de livres en français, à une époque où le besoin s'en faisait sentir.7 On lui doit la grammaire française de Yorgaki Razizâde (1838), la première grammaire française imprimée à l'usage des Turcs, ainsi qu'une impression de la Nouvelle grammaire française de Noël et Chapsal (1844). Cet ouvrage connut un grand succès auprès du public ottoman et, encore en 1881, on en publia une édition bilingue de cette grammaire qui datait pourtant de 1826.

12Il est évident qu'à une époque où le marché du livre français était encore très limité, Henri Cayol répondait surtout à des commandes spécifiques. L'École Impériale de médecine (Mekteb-i übbiyye), par exemple, une des premières institutions modernes, installée jusqu'en 1838 sur l'emplacement de l'actuel lycée Galatasaray, avait besoin de manuels rédigés en français. Les cours y étaient dispensés dans cette langue. C'est ainsi que Cayol fit imprimer, en 1844, la Pharmacopée militaire ottomane, ouvrage rédigé par l'un des professeurs de l'établissement, le médecin autrichien Carl Ambros Bernard (1808-1848) (S. Unver et M. Belger, 1940). De manière générale, la littérature médicale, notamment après la fondation de la Gazette médicale de Constantinople (1849), continua à occuper une place importante dans le cadre des publications françaises qui verront le jour à Istanbul.

Vers la guerre de Crimée

13Les années qui suivirent la proclamation des Tanzimât en 1839 furent très prometteuses pour le développement de l'instruction publique dans l'Empire ottoman. Ceci se reflète dans la mise en place d'un Conseil supérieur (Meclis-i vâlâ), la réorganisation des écoles, l'établissement d'une École normale, la fondation d'une Université (Darülfunun, 1846) et la création de l'Académie ottomane (Encûmen-i Danis; 1851), les deux dernières institutions étant cependant de courte durée. De plus, au moment de la guerre de Crimée, les rapports avec la France et les autres puissances européennes atteignirent leur apogée, donnant un nouvel élan aux publications en langue française.

  • 8  En réalité, il s'agit d'une édition pirate du dictionnaire de Pierre-Julien Daviers (1767-1846), i (...)
  • 9  Il fut réédité, en 1864, par l'imprimerie de la Société scientifique ottomane (Cemiyet-i ilmiyye-i (...)

14Quant au livre français, il convient d'évoquer ici surtout les éditions de l'imprimerie des lazaristes de Saint-Benoît à Galata, où l'utilité pratique joint l'érudition. À l'origine, les lazaristes se sont principalement attachés à imprimer sur leurs propres presses des livres de propagande catholique dans les différentes langues parlées dans l'Empire ottoman (grec, arménien, arméno-turc, bulgare, etc.) ainsi que des ouvrages linguistiques. Certains jouirent d'ailleurs d'une grande popularité, comme le Dictionnaire français et grec moderne (1844) du père Achille Elluin (1809-1892), prêtre de la congrégation de la mission.8 Signalons aussi l'initiation à l'Alphabet turc (1850) et l'Abrégé de grammaire turque (1854) du père Pierre J. Sinan (1811-1888). Ce dernier, comme Eram Guzel Oghlou (Eram Guzelian), était d'origine arménienne. Guzel Oghlou, traducteur au Seraskiérat, est par ailleurs l'auteur d'un guide de conversation bilingue intitulé Nouveaux dialogues français-turcs précédés d'un vocabulaire (1852). Ce guide, « tiré des meilleurs ouvrages français », contient, entre autre, un dialogue sur le « Voyage en chemin de fer" (timouryol ilé siyahété dair mukialémé) et, en appendice, une version française du règlement de l'Académie ottomane (Encümen-i Danis) récemment fondée.9

15Le nouveau supérieur général des lazaristes, Eugène Bore (1809-1878), orientaliste et voyageur de renom, a également publié plusieurs ouvrages à Istanbul. Il est l'auteur d'un Almanach de l'Empire ottoman pour les années 1849 et 1850 (1850), qui incluait même quelques chiffres du recensement de 1844 (I. H. Akyol, 1940, 549). Cette publication est d'autant plus remarquable que le gouvernement ottoman n'allait jamais publier les annuaires officiels (salname) en français, alors que ceux-ci paraissaient depuis 1263 h./1847. Ce fut le même Eugène Bore qui, avec la parution de sa célèbre brochure La question des Lieux Saint (1850), suscita les premières controverses publiques à Istanbul, provoquant des ripostes de la part de l'ancien patriarche œcuménique et du médecin du sultan. Deux éditeurs grecs de la capitale, A. Koromilas et I. Lazarides publieront peu après les versions françaises de ces réponses (F. Bamberg, 1888, 30).

Les écoles et le livre français : Autour du lycée Galatasaray

16Deux facteurs allaient plus particulièrement contribuer à l'essor de la publication et de la diffusion du livre français d'Istanbul : d'une part, le développement prodigieux de la presse francophone dans l'Empire ottoman à partir des années 1860; d'autre part, la création d'établissements scolaires d'un type nouveau. Parmi ces écoles, le lycée Galatasaray, inauguré en 1868, dont la langue d'instruction est restée le français jusqu'à nos jours, a joué un rôle particulier dans le cadre de l'histoire du livre français d'Istanbul. Malheureusement, il existe encore peu d'études portant sur le livre scolaire ottoman. Il semble cependant qu'une bonne partie des manuels français destinés aux écoles du Levant était imprimée à Paris. Un « livre de lecture à l'usage des écoles et lycées de l'empire » comme l'Histoire abrégée de l'Empire ottoman, de Caroline Furet (1869) directrice de l'Institut Sainte Hripsimé à Ortakôy, apparaît comme une exception bien que ce livre fût bien accueilli par les milieux savants de la capitale ottomane, où parut même une version bulgare de ce livre (1871).

17Dans notre contexte, la création du lycée Galatasaray eut d'autant plus d'influence qu'un certain nombre de ses enseignants européens furent encouragés à publier leurs écrits en Turquie. Les conditions étaient alors très favorables : il existait des imprimeries relativement bien équipées, une presse francophone variée et vivante, un public lecteur curieux et avide de s'instruire, voire moins exigeant que celui de la métropole. Publier un livre, ou plus simplement un article dans un périodique, était une chose relativement facile à réaliser, d'où la tentation, pour certains, de se faire un nom.

  • 10  L'écrivain Alfred de Caston rapporte qu'il se distinguait par des « articles politiques, très hard (...)

18Il exista parfois des liens très étroits entre la première génération des professeurs du lycée Galatasaray et la presse francophone, alors en plein essor. Plusieurs d'entre eux prirent l'habitude d'écrire régulièrement des articles, voire même de diriger des revues ou des journaux. Le Genevois Emile Julliard (1837-1907), par exemple, professeur de littérature au lycée Galatasaray entre 1869-1875, a été pendant quelques mois directeur du quotidien La Turquie.10Malheureusement, ses nombreuses oeuvres, notamment celles publiées à Istanbul, sont de nos jours introuvables. Émile Julliard est pourtant l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, de recueils de poèmes, contes, comédies, manuels de littérature, ainsi que de plusieurs études sur les opéras de Wagner. Peut-être que quelques-uns, comme Chatouillements et piqûres ont été publiés à Istanbul. Ses Femmes d'Orient et femmes européennes (1896), traité peu original et fastidieux, ont cependant suscité de violentes protestations de femmes turques à l'époque. Parmi ses ouvrages inspirés par son expérience turque, citons Les Istambolines. Poésies constantinopolitaines (1879) et « un roman oriental », Bill Effèndi, qui était « en préparation » en 1896.

  • 11  Ce traité ne trouva pourtant pas grâce aux yeux du doyen des géographes de l'époque, Heinrich Kiep (...)

19Un autre enseignant du lycée Galatasaray, A. Synvet, ancien élève de l'École normale spéciale et professeur de géographie, publia plusieurs ouvrages et fut rédacteur de la « revue orientale, politique et littéraire » Univers (1874-1875), qui paraissait aussi dans une version turque sous le nom de Cihan. Ses travaux de géographie ne tardèrent pas à éveiller un certain intérêt à une époque où la question des nationalités faisait couler beaucoup d'encre dans des brochures — publiées souvent en français - traitant des questions bulgare, albanaise, koutzovalaque, etc. En 1872 parut son Traité de géographie générale de l'Empire ottoman, suivi peu après par la publication d'une étude statistique et ethnographique sur la population grecque de l'Empire ottoman, intitulée Les Grecs de l'Empire ottoman (1878).11

20La guerre russo-turque créa cependant une situation difficile pour le professeur Synvet. En 1877, Ali Suavi (1839-1878), le nouveau directeur du lycée Galatasaray, l'accusa de conspiration avec le drogman de l'ambassade russe lors de la déclaration de guerre à la Russie, et le renvoya aussitôt (H. Çelik, 1994, 322-323). Malgré le soutien de Münif Pacha (1828-1910), ministre de l'Instruction publique, connu pour ses convictions libérales et défenseur de A. Synvet, l'intransigeant Ali Suavi refusa de le réintégrer. L'imperturbable professeur de géographie n'abandonna cependant pas si facilement; dès qu'il apprit les accusations formulées à son encontre par le ministre de la Police, il alla aussitôt porter plainte contre lui (H. Çelik, 1994, 352); peu de temps après, Ali Suavi était contraint de démissionner.

21Un autre professeur français du lycée Galatasaray, qu'il convient d'évoquer ici, est Louis Charrel, professeur de mathématiques et de physique au lycée Galatasaray, et également professeur à l'École impériale des Ponts-et-Chaussées (Turuk ve Meabir Mektebi) et au collège arménien Nubarian-Chahnazarian (fondé à Haskôy en 1866). En 1873, il publia sur les presses de l'Orient illustré, un petit livre intitulé Études philologiques sur la langue turque, qu'il dédia au ministre de l'Instruction publique, Kemal Pacha (1808-1888). Charrel, qui participait également à la rédaction du Levant Times, avait l'habitude d'y proposer régulièrement des « biographies très aimables » ; de même, il signa quelques articles dans les périodiques de la capitale ottomane, notamment trois « variétés philologiques »qui parurent dans La Turquie sous le titre « Le turc et le sanscrit, étude sur la langue turque ». Il les fit ensuite publier en un seul volume. Soucieux de préserver ses droits d'auteur, il obtint même, en vertu d'une décision du Conseil supérieur de l'instruction publique, la propriété de cet ouvrage dans l'Empire ottoman, « toute reproduction ou traduction [étant] interdite »

22Ces Études philologiques sur la langue turque méritent d'être étudiées plus attentivement car Louis Charrel fut l'un des premiers auteurs à établir des analogies entre le turc et les autres langues indo-européennes, dites « ariennes ». La première partie de son ouvrage est consacrée aux noms des nombres et leurs dérivés; la deuxième traite de la déclinaison. Bien que Charrel se réfère dans son argumentation à certains grands noms de la linguistique comparative tels que Franz Bopp, Max Muller, Michel Bréal, etc., et qu'il ait connaissance des travaux de Pavet de Courteille, l'éminent spécialiste du turc oriental, ses théories sur la parenté des langues sont assez curieuses. Sa théorie selon laquelle les formes « ber, dki, utsr, cteurt, pes, chasta, yeptin, eskin, navoun, don sont antérieurs aux nombres turcs « bir, iki, üç, dort, bq, alü, yedi, sekiz, dokuz, on », risque de faire froncer les sourcils des turcologues actuels. Cependant, cet ouvrage peut être considéré comme l'un des premiers essais qui cherche à rapprocher la langue des Turcs de celle des peuples indo-européens. Cette théorie connut par la suite, comme on le sait, un succès remarquable dans le cadre de la révolution linguistique turque (Dil Devrimi).

23D'autre part, les turcologues, notamment francophones, doivent savoir gré à ce savant professeur du lycée Galatasaray d'avoir collaboré à la composition du célèbre Dictionnaire turc-français (Kamus-i fransevî, Istanbul, 1885) de emsed-din Sami (1850-1904), dont les qualités sont, encore de nos jours, incontestées. Charrel s'occupait non seulement de relire les épreuves, mais il aidait aussi l'auteur à trouver les équivalents turcs des mots français dont beaucoup étaient mal traduits par les lexicographes.

Mustafa Celâleddin (1826-1876) et son œuvre

24La théorie de Charrel selon laquelle « les langues touraniennes sont des langues ariennes, dont la grammaire, les racines et les procédés de dérivation sont ariens » convenait en tout cas parfaitement aux idées en vogue dans certains milieux intellectuels ottomans de cette époque. D'ailleurs, dans une perspective plus globale, cette idée avait déjà été émise dans un autre ouvrage, également publié en français à Istanbul en 1869. Il s'agit du fameux livre de Mustafa Celâleddin (Moustapha Djelaleddin, Konstanty Borzecki, 1826-1876) intitulé Les Turcs anciens et modernes, livre dédié par l'auteur au sultan Abdiilaziz (J. Latka, 1993). Dans cet ouvrage Mustafa Celâleddin essaie de démontrer que non seulement les Turcs sont de même race que les peuples qui habitent l'Europe mais que ce sont aussi les « Touro-Ariens »qui ont créé la civilisation de l'Occident. Pour l'Empire ottoman, secoué par la question des nationalités, ces idées sont fort intéressantes. En effet, poursuit l'auteur, « pourquoi nier que l'intérêt du sang et de la race doit nous lier tous, chrétiens et musulmans, dans un corps compact et puissant (M. Djelaleddin, 1869, 29)! » Cet ouvrage, qui fut imprimé à Paris dès l'année suivante, eut une forte résonnance sur ses contemporains. Notons qu'un exemplaire de l'édition parisienne est même conservé dans la bibliothèque privée de Mustafa Kemal Atatürk.

25Mustafa Celâleddin Pacha est probablement aussi l'auteur d'autres ouvrages publiés à Istanbul. Dans son livre, il fait allusion à deux d'entre eux, l'un intitulé La guerre moderne (La tactique?), l'autre Les influences russes et occidentales en Orient. Quoiqu'il en soit, Mustafa Celâleddin Pacha figure sans aucun doute parmi les personnages les plus remarquables issus de la communauté polonaise, dont les membres avaient trouvé refuge dans l'Empire ottoman après les différentes révolutions survenues en Pologne au cours du XIXe siècle. Ces Polonais, tant convertis que non-convertis, jouèrent un rôle considérable dans l'histoire intellectuelle de la Turquie (R. Davison, 1973, 76-77). Comme leur langue de culture était le français, certains d'entre eux, comme Mustafa Celâleddin, prirent même une part active dans la fondation du lycée Galatasaray. C'est le cas aussi d'un autre converti, dont le nom d'origine semble avoir été Karski, mais qui fut connu par les Ottomans sous le nom de « Hayreddin Bey » (m. en 1914). On possède peu d'informations sur ce personnage excentrique, aux allures de clochard, qui, aux dires de certains, possédait une riche bibliothèque qui fut détruite dans un incendie. De même, on ne conserve aucun exemplaire de ses travaux, dont une histoire de la presse ottomane (M. S. Çapanoglu, 1962, 54-57).

26Le fait de ne pas connaître le turc, du moins la langue littéraire, n'empêcha pas certains de ces convertis de contribuer activement au développement de la presse turque. Hayreddin Bey, par exemple, rédigeait aussi bien des articles pour les journaux francophones comme le Levant Herald, le Phare du Bosphore, La Turquie, que pour les journaux turcs (Takvim-i Vekayi, Terakki, Medeniyet, Osmanh, Tercûman-i Hakikat). Mustafa Celâleddin était lui aussi un collaborateur très actif des journaux turcs Terakki ex. Basiret et il écrivait régulièrement dans le Courrier d'Orient, dont l'imprimerie se chargea de l'impression de son livre, Les Turcs anciens et modernes.

Le « baron d'Oksza »

27Un autre polonais, Tadeusz Orzechowski (1838-1902), plus connu sous le nom de « baron d'Oksza », est également l'auteur d'un livre français consacré à l'histoire turque.

28Fils d'un propriétaire foncier de Podolie, diplômé en médecine de l'université de Kiev, Orzechowski fut envoyé à Istanbul en 1863 en tant qu'agent du « Gouvernement national » (Rzad Narodowi) (S. Kieniewicz, 1979, 293-295) où il se présenta avec le titre de « baron d'Okcha » (ou Oksza). Au cours de son séjour, il bénéficia de la protection de personnages influents, comme Aleko Pacha, futur gouverneur de la Roumélie Orientale, et il administra pendant un moment la colonie polonaise d'Adampol (aujourd'hui Polonezköy), petit village installé sur la rive asiatique du Bosphore. En 1865, il se distingua pour son courage lors d'une épidémie de choléra, ce qui lui valut d'être décoré de l'ordre du mecidiye par le gouvernement ottoman. Deux ans plus tard, le grand vizir Âli Pacha le dépêcha à Paris pour préparer dans la presse la visite du sultan Abdülaziz. Grâce à ses correspondants dans toute l'Europe, Orzechowski se montra fort utile pour les intérêts de la Porte. Il créa à la même époque sa propre agence politique de correspondance qui fonctionna à partir du mois de novembre 1867, grâce à un budget annuel de 75 000 francs fourni par le ministère des Affaires étrangères ottoman. Mais l'agence dut fermer ses portes à la fin de l'année 1871.

29Avant de quitter la Turquie, Orzechowski qui séjournait à Bursa, eut le temps d'entreprendre la rédaction d'un ouvrage en français, qui parut à Istanbul en 1871 sous le titre Histoire de l'Empire ottoman depuis sa fondation jusqu'à la prise de Constantinople. Bien qu'à la fin, il mentionne que « les autres parties suivront prochainement celle-ci, si les temps et les circonstances me le permettent », il n'eut jamais le temps de l'achever. L'ouvrage s'arrête à la mort du sultan Murad Ier en 1389. C'est toutefois un beau livre, bien composé, qui contient également plusieurs cartes géographiques en couleurs exécutées avec soin à Istanbul par l'imprimerie et lithographie de Lœffer et Schmelzer.

30Pour l'histoire, cet ouvrage n'offre cependant guère d'intérêt. Il s'agit en grande partie d'une compilation faite à partir des travaux des historiens occidentaux (Hammer, Salaberry, Cantemir, d'Ohsson, Sédillot, de la Croix, Lebeau, etc.). Les auteurs turcs cités, en premier lieu Hayrullah (m. en 1866), auteur de la première histoire « moderne » de l'Empire ottoman, ainsi que Saadeddin, Neşri, Evliya Çelebi, Kâtib Çelebi, etc., ne sont utilisés, semble-t-il, que dans leurs traductions françaises. Par contre, cet ouvrage s'inscrit parfaitement dans le contexte des tentatives de rapprochement des Turcs avec le monde occidental, sans aller jusqu'à des positions extrêmes comme ce fut le cas chez Mustafa Celâ-leddin Pacha. « Contrairement à mes devanciers, écrit le baron d'Okcha, je n'isole pas l'histoire du peuple turc ; je la replace, pour ainsi dire, dans le grand courant de la civilisation universelle » (Histoire, 6).

31Notons enfin que, slavophile dans l'âme (il avait espéré obtenir l'appui des Turcs en faveur des « Jeunes Bulgares »alors que cette idée n'avait pas de revendications réelles), Orzechowski fait de fréquentes allusions dans son ouvrage à l'histoire des peuples slaves (Serbes, Bulgares), telle qu'elle était étudiée chez des auteurs comme Safarik, Mickiewicz et Hilferding, et aux chants populaires serbes collectionnés par Karadzic. Comme d'autres auteurs de son époque, il souligne la tolérance religieuse des Turcs. La tâche historique qu'il accorde aux Turcs n'est pas dépourvue d'originalité : « Si les nations ont réellement des missions spéciales à remplir dans ce bas monde, celle des Turcs ne serait-elle pas de servir un jour de transition à la civilisation, de l'Europe en Asie et de répandre à leur tour la lumière dans les pays lointains qui leur ont servi de berceau? » (Histoire, 74, n. 1).

Charles Mismer (1832-1904)

32Si le livre du « baron d'Oksza »semble être passé plus ou moins inaperçu par ses contemporains, on ne saurait en dire autant d'autres ouvrages publiés en français à Istanbul dans les années mouvementés qui précédèrent la première Constitution (1876). À cette époque, on comptait déjà de véritables best-sellers qui connaissaient de nombreuses rééditions. C'est le cas des Soirées de Constantinople (1870) de Charles Mismer (1832-1904), dont on connaît au moins six rééditions à Istanbul. Ce livre fut également diffusé à Paris, Bruxelles, Leipzig et Livourne.

  • 12  Cf. « Cause de l'immobilité orientale » (mémoire daté 2 mars 1869), in Soirées, 341-363. Un autre (...)

33Grâce aux recherches de François Georgeon (1992, 93-121), nous connaissons maintenant très bien cet Alsacien, dont les écrits ont fortement marqué des auteurs comme Ziya Gokalp (1875-1924), le père du nationalisme turc. Nous trouvons dans ce livre, qui défend les valeurs de l'islam et du monde musulman face à l'Occident, des points de similitude avec les auteurs cités plus haut. On aborde les mêmes thèmes faisant l'éloge de la tolérance des Turcs, on constate une volonté de les rapprocher de l'Occident, etc. Chez Charles Mismer, on note aussi un fort intérêt pour le progrès de la langue turque. Il est l'un des premiers Occidentaux à proposer, dans un mémoire adressé au grand vizir Âli Pacha, une réforme de l'alphabet arabe12

34Mismer, comme la plupart de ses contemporains, a d'abord fait du journalisme. Après Soirées de Constantinople (1870), il publie un recueil d'articles parus dans différents périodiques francophones de la capitale ottomane sous le titre Au jour le jour, 1867-1870. Mélanges politiques et philosophiques (1871).

Le « vicomte Alfred de Caston » (1821-1882)

35Un homologue moins illustre, mais dont la biographie pleine d'aventures ressemble à celle de Mismer, fut le « vicomte » Alfred de Caston, que nous avons déjà eu l'occasion de citer plusieurs fois. Une recherche biographique approfondie de ce personnage reste cependant encore à faire. Les données que l'on trouve dans certaines sources biographiques sont trompeuses puisqu'elles le présentent souvent comme un aventurier et un hâbleur (R. d'Amat, 1956 ; G. d'Heylli, 1887). Cependant, ce portrait cadre assez mal pour cet ancien élève de l'École Polytechnique, qui contribua à l' Annuaire encyclopédique de l'Encyclopédie du XIXe siècle par des articles sur la Crète et l'Egypte, et qui est reconnu, par certains, comme un « très bon écrivain ». Il est vrai, pourtant, qu'il n'est pas vicomte, pas plus qu'il ne s'appelle de Caston, mais Antoine Aurifeuille, né, selon son propre témoignage, en Amérique en 1821. Avant de venir s'établir en Turquie, il comptait parmi les prestidigitateurs les plus habiles et les plus célèbres de l'époque. Ses représentations à Paris et ailleurs étaient très prisées, car, comme l'affirme un témoin, « on sentait qu'avec lui on n'avait pas affaire à un simple prestidigitateur, mais à un homme instruit, qui ne cherchait pas à jeter de la poudre aux yeux des imbéciles, mais montrait que la dextérité et l'intelligence peuvent opérer toutes sortes de prétendus miracles » (Larousse, XVII, 748).

36Ses livres sur la Turquie constituent, malgré leur caractère quelque peu disparate, des sources précieuses pour l'époque des réformes. Chrétiens et Musulmans, par exemple — le titre ne convient d'ailleurs guère au contenu du livre - présente le développement des provinces périphériques de l'Empire (Égypte, Roumanie, Serbie, Tunis) et les grands changements intervenus dans les rapports entre l'Empire ottoman et la France. Il fourmille en effet de détails forts intéressants et utiles, présentés parfois sur un ton léger mais toujours courtois, sur les événements, les institutions, la presse, et les célébrités de l'époque, que l'auteur semble avoir toutes personnellement connues. À côté des ministres et des diplomates, il s'intéresse plus particulièrement aux journalistes de la capitale ottomane, ayant lui-même l'occasion de diriger la Revue de Constantinople en 1875-1876.

La publication officielle et commerciale en langue française

37Parmi les ouvrages français moins spectaculaires que ceux que nous venons de citer, mais qu'il ne faut cependant pas passer sous silence, figurent les publications officielles. Depuis les années 1850, celles-ci (actes judiciaires, communications officielles, rapports de différentes commissions, etc.) connaissent une forte croissance. De même, la plupart des nouvelles lois et codes ottomans paraissent désormais en version française. Une traduction officielle du code pénal ottoman de 1858 figure parmi les plus anciennes publications de ce genre (2e éd., Istanbul,. 1864) ; signalons également les sept volumes de la Législation ottomane (Istanbul, 1873-1888) de Grégoire Aristarchi (Aristarchi Bey), édités par Démétrius Nicolaïdès qui avait traduit ces codes en grec, directeur des journaux grecs Thraki et Kons-tantinoupolis. Le texte de la première constitution ottomane de 1876 (Kanun-i esasî) fut naturellement diffusé dans toutes les langues de l'Empire. Il existe aussi des versions françaises imprimées par l'"Imprimerie et lithographie centrales" et l'imprimerie Loeffler, une des plus anciennes d'Istanbul (fondée en 1857).

38Signalons enfin les publications au service de la propagande officielle. Parmi celles-ci figure un ouvrage remarquable, publié en 1877 sous le titre Les responsabilités. Il s'agit d'une collection de 49 documents fournis par l'ancien ambassadeur ottoman à Saint-Pétersbourg, Halil Serif Pacha, concernant les activités de l'ambassadeur russe Ignatieff et des agents russes dans les Balkans (F. Bamberg, 1888, 429-430). Ces documents furent édités par Georges Giacometti, un écrivain politique spécialisé dans les affaires d'Italie. Une version turque de cet ouvrage parut la même année sous le titre Mes 'uliyet, et Edgar Whitaker, éditeur du Levant Herald, fit paraître une version anglaise à Londres.

39Parmi d'autres brochures publiées anonymement la même année, signalons encore La Turquie après la conférence, probablement écrit par Midhat Pacha. En 1879 parut la traduction française par Georges Macridès en trois volumes du compte rendu officiel des débats de la cour martiale du Seraskiérat sur le procès de Süleyman Pacha (1838-1892), considéré comme l'un des principaux responsables de la débâcle militaire turque de 1877-1878.

40Comme nous l'avons déjà fait observer, le gouvernement ottoman, pour des raisons que nous ignorons, n'a jamais publié en français les annuaires statistiques (salname). Cependant, en 1872 paraît un Annuaire diplomatique de l'Empire ottoman (1872) qui, curieusement, ne figure pas dans le catalogue de G. Groc et İ. Çağlar et dont nous ne savons pas si la publication continua. Le premier salname an ministère des Affaires étrangères (Nezaret-i Hariciyye), par contre, ne fera son apparition que quatorze ans plus tard.

41Parmi les annuaires, il nous faut encore mentionner celui de l'Observatoire impérial (Rasadhane-i âmire), rédigé par son directeur, le météorologue Aristide Coumbary (m. en 1896), qui parut en deux langues (lre éd., 1873). Quant aux guides commerciaux, publiés en français, ils font leur apparition en 1868. Cette année-là paraît L'indicateur Constantinopolitain (Tarif-i Darüssaâde) fondé par Raphaël C. Cervaty, qui deviendra, quelques années plus tard, Y Annuaire Oriental Par leur volume et la foule de renseignements qu'ils renferment sur l'administration, la topographie urbaine, la vie économique et sociale, ces guides devinrent des ouvrages indispensables, capables de rivaliser avec les meilleurs salname.

Le livre érudit

  • 13  Alexandre Timoni est aussi l'auteur d'un Petit guide du voyageur dans l'intérieur de Constantinopl (...)

42Dans le domaine des lettres et de l'érudition, le nombre de livres français est assez décevant. Signalons toutefois, comme un singulier exemple d'érudition levantine, les Nouvelles promenades dans le Bosphore d'Alexandre Timoni (m. en 1856). Il s'agit d'un « ouvrage historique, archéologique, politique, descriptif et moral » écrit par un membre d'une des plus illustres familles levantines d'Istanbul. Dès 1844, cet ouvrage fut publié en deux volumes dans une imprimerie de Péra (Beyoglu), quartier qui, apparemment, pouvait déjà se vanter de posséder un cabinet littéraire français. Ce livre connaîtra une nouvelle édition en trois volumes à Paris en 1856.13 À peu près à la même époque, un éditeur grec, descendant du célèbre libraire athénien André Koromilas, qui avait établi une succursale à Istanbul en 1844, publia la Constantiniade ou description de Constantinople ancienne et moderne (1846), version française d'un savant ouvrage composé par le patriarche Konstantios Ier (1770-1859), dont l'original (en grec) datant de 1824 avait également été réédité à Istanbul. Cette littérature tournée vers le prestigieux passé byzantin, connaissait alors les faveurs du public ottoman. La Constantinade connut même une fortune singulière puisque, par la suite, elle fut traduite en karamanh et en turc-ottoman, puis en anglais par le drogman de la légation américaine à Istanbul qui la publia à Londres en 1868 (S. Eyice, 1953, 85-90).

43Quant au livre érudit en français, on aurait pu s'attendre à un changement de situation après la fondation des premières sociétés savantes, plus ou moins cosmopolites, qui rassemblaient les érudits, de plus en plus nombreux, de toutes les nations et communautés de la capitale ottomane. Ceci n'a pourtant pas été le cas. La plupart des travaux scientifiques furent publiés plutôt dans des périodiques, surtout dans les revues littéraires et savantes de cette époque, mais aussi dans les « gazettes de Péra », pourtant très critiquées. Les savants les plus actifs parmi les résidents occidentaux de la capitale ottomane, préféraient publier les résultats de leurs travaux en Europe plutôt qu'à Istanbul. C'est par exemple le cas du drogman autrichien Ottocar de Schlechta-Wssehrd (1825-1894) qui fit même paraître ses ouvrages turcs à Vienne dont le Kitab-i hukuk-i milel {Livre du droit des gens, Vienne, 1847; 2e éd, Istanbul, 1878) et le Manuel terminologique français-ottoman contenant les principales expressions et locutions techniques usitées dans les pièces diplomatiques, administratives et judiciaires [...] (Vienne, 1870). Notons que la situation paraît assez différente en ce qui concerne la production savante des communautés grecque et arménienne. Dans ces conditions, on ne peut que regretter l'échec de la « Société orientale » de Constantinople, fondée en janvier 1853. Ce projet, initié entre autres par Henri Cayol, semblait pourtant offrir des perspectives intéressantes si l'on en juge par le premier, et seul volume paru, du Journal asiatique de Constantinople, publié l'année précédente.

44Au total, peu d'oeuvres érudites publiées en français à Istanbul conservent encore un intérêt de nos jours. Parmi les plus intéressantes, signalons les remarquables Études sur les Tchinghianés ou bohémiens de l'Empire Ottoman (1870) du Dr Alexandre Paspati (1814-1891), un des savants stambouliores les plus renommés de l'époque, qui ont éveillé dès le début, grâce à un compte rendu élogieux d'Andréas David Mordtmann dans la Zeitschrift der Deutschen Morgenlàndi-schen Gesellschaft, l'intérêt des savants occidentaux. Cependant, il s'agit là d'un cas exceptionnel.

Une débâcle éditoriale : L'Histoire de Mehmed II de Critobule

45Les problèmes de l'édition érudite peuvent être illustrés par l'Histoire de Mehmed II de Critobule (Kritoboulos) d'Imbros, qui, comme nous allons le voir, compte parmi les cas les plus curieux de l'histoire du livre dans l'Empire ottoman.

46La publication de cette chronique, considérée comme un « monument unique de l'histoire de l'Empire byzantin » (G. Schlumberger) et une source de premier ordre pour l'histoire ottomane à l'époque de Mehmed II (1451-1481), aurait pu devenir un monument de gloire. Elle s'est cependant soldée par un échec retentissant.

47Chose remarquable, le manuscrit grec de l'histoire du conquérant de Constantinople avait été conservé dans la bibliothèque du sérail, dont les fonds - pratiquement inaccessibles - avaient intrigué des générations de savants européens. Ce n'est qu'après la guerre de Crimée que, grâce à l'ambassadeur de Russie, le comte Lobanoff, ce manuscrit fut « découvert ». La tâche d'éditer cette découverte, que se disputaient pendant un moment avec acharnement les savants allemands et français, avait été alors confiée par les autorités ottomanes au directeur du collège autrichien d'Istanbul, Philipp Anton Dethier (1803-1881), un Allemand originaire de Rhénanie (B. Höhner et B. Pfäffgen, 1981). Ce personnage très actif dans les cercles érudits de la capitale ottomane, se voyait confié, en 1872, la direction du Musée impérial (Müze-i humayun, fondé en 1869), dont les collections se trouvaient, à en croire les descriptions des contemporains, dans un état bien lamentable.

  • 14  Edwin Pears, un avocat anglais résidant à Istanbul, le décrit comme « an entirely honest man, but (...)

48En 1865, Dethier, qui avait l'habitude de faire imprimer à Istanbul presque tous ses travaux scientifiques (notamment dans le domaine de l'archéologie), commença par publier quelques extraits de la chronique de Critobule. À l'exception de quelques articles en grec parus dans la revue du Syllogos, il écrivait toujours en français, surtout lorsqu'il préparait des articles pour les journaux et revues tels que la Presse d'Orient, La Turquie, L'Univers et le Levant Herald. S'il jouissait ainsi des avantages offerts alors par Istanbul à des individus à la vocation savante, qui pouvaient non seulement mener des recherches de terrain, mais également nouer des contacts avec les érudits de toutes les nationalités, il se heurtait par contre à un problème, rencontré même par ses homologues les plus réputés : le manque d'accès à la littérature scientifique publiée en Occident, dont l'utilisation était indispensable pour la recherche. Comme il le note lui-même avec amertume dans ses mémoires, plusieurs de ses travaux avaient été jugés « peu scientifiques et pleins d'erreurs » par des sociétés savantes européennes (E A. Dethier, 1881, 68). Il faut ajouter à cela un tempérament difficile et une tendance à vouloir afficher parfois ses opinions anticléricales dans ses écrits.14

  • 15  Signalons notamment les extraits de la chronique du phanariote Athanase Comnène-Hypsilantès (m. ap (...)

49La Vie de Mahomet II de Critobule, avec sa traduction française, tarda longtemps à paraître. Pour des raisons que nous ne développerons pas ici, l'ouvrage fut publié dans le vingt et unième volume des Monumenta Hungariae Historica, imprimé (sans date) par la « Typographie et lithographie centrales »d'Istanbul. Les quatre parties de l'ouvrage, qui comprennent aussi un corpus abondant de sources retraçant le siège de Constantinople en 1453,15 contenaient cependant, à en croire les spécialistes, tant d'inexactitudes et d'incorrections que, ni l'édition grecque, ni la version française n'ont pu être livrées, mais ont été, selon toute vraisemblance, mises au pilon (D. R. Reinsch, 1983, 92-93).

50Cette histoire assez mystérieuse se prête, naturellement, à toutes sortes de spéculations. Certains, comme l'avocat anglais Edwin Pears (E. Pears, 1916, 129), évoquèrent des problèmes politiques, d'autres des enjeux scientifiques. En effet, entre-temps, l'édition de C. Müller avait paru à Paris (1870), dans les Fragmenta Historicorum Graecorum. Toujours est-il que les quelques rares exemplaires épargnés ont été ensuite jalousement gardés par l'Académie de Budapest. Sir Edwin Pears eut finalement accès au texte grâce à l'intervention d'Arminius Vambéry. Gustave Schlumberger, plus chanceux, reçut un exemplaire en cadeau (G. Schlumberger, 1922, 366).

Le livre de présentation

51Malgré des échecs, comme celui que nous venons d'évoquer, les années 1870 peuvent être considérées, à bien des égards, comme l'âge d'or du livre français d'Istanbul. D'une part, c'est l'époque où il existe de véritables best-sellers, d'autre part celle où l'on publie les plus beaux livres en langue française. Il s'agit — pour l'essentiel - de livres de présentation destinés, il est vrai, à impressionner en premier lieu un public installé hors de l'Empire ottoman.

52L'occasion d'impressionner un public hors de l'Empire ottoman se présenta lors des expositions universelles, dont la première se déroula à Londres en 1851. En 1867, lorsque le sultan Abdiilaziz s'apprêta à voyager en Europe, son gouvernement forma des commissions spéciales, chargées de préparer la publication d'un volume. Pour l'exposition universelle de Vienne (1873), Dethier fut personnellement désigné par le ministre des travaux publics et président de la Commission impériale, pour élaborer l'ouvrage intitulé Le Bosphore et Constantinople. Cette « description topographique et historique » de la capitale ottomane, parue dans une version française et allemande, fut cependant imprimée en Autriche.

53En revanche, deux autres ouvrages publiés sous le patronage de la commission, sortirent des imprimeries d'Istanbul. Ils sont aussi plus intéressants. Le premier est un album photographique, Les Costumes populaires de la Turquie en 1873 [Bin ikiyüz doksan senesinde elbise-i osmaniyye], imprimé sur les presses du journal Levant Times; le second, un traité d'architecture trilingue (français-allemand-turc) intitulé L'architecture ottomane- Die ottomanische Baukunst [Usul-i mimarî-i osmanî], imprimé par l'"Imprimerie et lithographie centrales".

54Ces somptueux volumes témoignent non seulement du haut niveau atteint alors par l'édition ottomane, mais conservent également une précieuse documentation. Les costumes populaires de la Turquie en 1873, représentent, par exemple, avec des photographies d'une rare qualité, une source extraordinaire pour l'ethnographie de l'Empire ottoman. Dans la préface (p. 1), les auteurs soulignent que : « Pour les artistes, ce sera une mine importante de matériaux; pour les gens du monde une récréation intéressante et instructive ; tandis que le philosophe et le savant y trouveront de nombreux sujets de réflexions utiles et de fructueuses études. » L'autre ouvrage, L'architecture ottomane, avec ses nombreuses planches, permet pour la première fois de définir les projets et les objectifs, parfois contradictoires, de l'architecture ottomane depuis que le pays s'était tourné vers l'Occident.

55Le texte du premier livre fut rédigé par le célèbre ministre et peintre Osman Hamdi Bey (1842-1910), commissaire général depuis 1867, le deuxième volume est le produit de toute une équipe d'Européens, de Levantins et d'Arméniens ottomans. Notons en particulier la contribution de Marie de Launay, membre du bureau technique de la municipalité du VIe cercle (Galata-Péra-Pangalti). On lui doit, entre autres, une Notice sur les fortifications de Galata (1864), et une Notice sur le vieux Galata publiée dans l'Univers en 1874. Il avait déjà été membre de la Commission Impériale et du Jury International en 1867. Notons également la présence du célèbre photographe Pascal Sébah, qui reçut à cette occasion une médaille.

Bilan de l'édition française

56En résumant l'histoire du livre français d'Istanbul, depuis ses origines jusqu'à son apogée, on constate d'abord que le nombre total de livres publiés, malgré les possibilités offertes, fut assez limité. On aurait tort d'attribuer cela, en premier lieu, à l'absence d'un public lecteur étant donné que, parallèlement, il existait une presse périodique florissante. Il est cependant tout à fait légitime de supposer que ce même public avait, naturellement, la possibilité de s'approvisonner en livres, imprimés à Paris où ailleurs, chez les libraires de Péra. Ces derniers semblent d'ailleurs avoir fait de bonnes affaires à cette époque.

57Cependant, malgré l'originalité incontestable de certains ouvrages, qui peuvent toujours susciter l'intérêt d'un chercheur, il est évident que le milieu stambouliote favorisait un type particulier d'autodidactes et d'amateurs, qui s'y sentaient libres de certaines contraintes qu'ils auraient probablement rencontrées ailleurs. Pour des savants de renommée internationale, l'absence de grandes bibliothèques publiques à Istanbul, telles qu'elles existaient en Europe, présentait un grave obstacle. On comprend ainsi mieux la gêne d'un auteur comme Mustafa Celâleddin qui, à l'intérieur de la Turquie, se sentait « privé de la ressource des bibliothèques », et qui devait se contenter des quelques livres qu'il avait sous la main (M. Djelaleddin, 1869, 29).

58En revanche, on peut se demander pourquoi certains auteurs, écrivant en français, ont préféré imprimer leurs oeuvres à Paris plutôt qu'à Istanbul. Parmi les explications, il faut rappeler que la publication de livres en langues étrangères, même avant le « règlement sur la presse » de 1865, nécessitait une autorisation spéciale. Dès le début il existe des restrictions. Dans une réponse donnée par le Conseil supérieur (Meclis-i vâlâ) à une requête soumise par Henri Cayol en 1851 à ce même organisme, nous apprenons que, pour pouvoir imprimer un livre dans une langue étrangère (lisan-t ecnebî), il fallait obtenir une permission spéciale délivrée uniquement par la Sublime Porte (S. N. Gerçek, 1929, 27).

  • 16  L'Albanais catholique Wassa Efendi (plus tard Pacha, 1825-1892), originaire de Scutari d'Albanie ( (...)

59Les auteurs publiant leurs ouvrages à Paris sont donc assez nombreux, notamment les savants européens. Il existe cependant des exceptions. Ainsi, le polyglotte Wassa Pacha16 publia à Istanbul, du moins jusqu'en 1879, presque toutes ses œuvres, récits autobiographiques, recueils de poésies, études historiques, ethnographiques ou linguistiques (cf. la liste dans R. Elsie, 1995, 1011-1013). Alors qu'il était encore conseiller du gouverneur d'Edirne, Wassa Efendi avait pourtant publié à Paris son étude historique et critique, La vérité sur l'Albanie et les Albanais (1879). Celle-ci avait connu un succès remarquable et avait été traduite la même année en anglais, en allemand, et en grec. Toutefois, le texte albanais contenu dans le célèbre recueil intitulé Allfabetare e gluhësë shqip (Alphabet de la langue albanaise), fut publié à Istanbul en 1879, de même qu'une version turque (Arnavudluk ve Arnavudlar).

60Pour un auteur comme Mismer, l'intervention des autorités ne semble pas poser de problèmes. Après avoir parlé de l'inquiétude qu'il avait ressenti au début de sa carrière de journaliste en Turquie, il observe à ce sujet :

« Plusieurs s'étonneront de la hardiesse de certains aperçus, de l'âpreté de certaines conclusions. Se souvenant que ce livre a été écrit à Constantinople, peut-être rendront-ils hommage à la tolérance du gouvernement musulman. » Il va jusqu'à affirmer :

« qu'en aucun pays d'Europe il n'aurait pu exercer au même degré qu'en Turquie les droits souverains de la libre pensée » (Soirées de Constantinople, 8-9).

61Le « vicomte de Caston » ne va pas aussi loin. Il s'exprime sur un ton plus nuancé, non sans une certaine ironie :

« On peut écrire librement tout ce que l'on veut à Constantinople, à condition de ne méconter ni le grand vizir, ni les ministres, ni les chefs des communautés religieuses, ni les représentants des puissances étrangères, ni le Conseil d'État, ni les directeurs des grands services publics, ni les compagnies importantes, ni personne en contact avec le Palais, à la Sublime Porte, à l'administration, ou quoi que ce soit dans l'Empire. C'est de la justice distributive ; on frappe quelques fois Pierre pour attraper Paul. Maintenant, nous l'avons dit, les Turcs se laissent facilement fléchir ; et après avoir montré leur toute puissance, ils pardonnent volontiers au pécheur repentant, qui ignore le plus souvent quel est le véritable crime qui vient d'attirer sur lui les foudres du gouvernement » (A. Caston, 1874, 505).

62Mais pas plus que ceux de Mismer, les travaux de Caston ne semblent pas avoir fait l'objet d'une quelconque restriction :

« Nous avons souvent critiqué les abus et combattu les choses qui nous paraissent nuire à la prospérité ou à la gloire de l'Empire ottoman, mais nous ne pensons pas avoir laissé échapper une seule occasion de mettre le bien en évidence et, quand nous avons parlé des personnes, nous croyons être toujours resté dans les limites d'une discussion courtoise et avoir constamment conservé le respect que nous devons au public et à nous-mêmes » (A. Caston, 1874, 665-666).

Le livre français sous Abdulhamid II

  • 17  La seule exception notable semble avoir été Régis Delbeuf (1854-1911), directeur du journal Stambo (...)

63Sous le règne d'Abdülhamid II (1876-1909), la situation changea radicalement. Désormais, il serait vain de chercher des publications ayant un retentissement comme Les Turcs anciens et modernes de Mustafa Celâleddin, les Soirées de Constantinople de Mismer ou des ouvrages dans le style du vicomte de Caston17. Sous le régime despotique d'Abdülhamid II, même les serviteurs les plus dévoués de la Porte sont contraints de publier leurs ouvrages en Europe : Wassa Pacha publie en Angleterre sa Grammaire albanaise (Anonyme Wassa E, 1887) ; son seul roman, Bardha de Témal, scènes de la vie albanaise, publié sous le pseudonyme « Albanus Albano »paraît à Paris en 1890, sans rencontrer d'ailleurs beaucoup d'écho en France. De même, l'Étude sur la théorie du droit musulman (2 vol., 1892-1898) de Sawas Pacha (1832-1902), autre haut fonctionnaire non-musulman, qui reçut un accueil favorable de la part des spécialistes, parut également à Paris, apparemment par crainte de la censure.

64En revanche, l'édition de grammaires, dictionnaires, méthodes, manuels de conversation, etc., se développèrent sous Abdulhamid II Parmi les auteurs particulièrement féconds citons Wilhelm Wiesenthal ("Vizental Efendi", 1845-1900), journaliste et professeur de langues renommé, qui était le fils d'un officier allemand, et Ali Nazima (1861-1937), professeur à l'École civile impériale (Mekteb-i mülkiyye). Notons cependant que le dictionnaire français-turc de Semseddin Sami (lre éd., 1882) connut quatre rééditions jusqu'en 1905, tandis que la première édition de son dictionnaire turc-français (Kamus-i fransevî, 1885) mettra vingt-six ans pour être épuisé ! À la même époque, on voit se multiplier des œuvres édifiantes destinées aux chrétiens catholiques du Levant, ainsi qu'un nombre considérable de brochures publiées en français par le Conseil Supérieur de la Santé. D'un point de vue quantitatif, les publications en français sous le règne d'Abdülhamid ne le cèdent nullement à la période précédente.

65Une bonne partie des livres imprimés en français ou bilingues sortent désormais de l'imprimerie appartenant à un favori du sultan, Osman Bey « Hakkâk-zade » (m. en 1890). Fils du calligraphe Mustafa Efendi, Osman Bey fut élevé au palais sous le règne d'Abdülmecid, et devint premier compagnon (ser-karîn) du prince héritier Abdülhamid (un quartier d'Istanbul, « Osmanbey », où se trouvait autrefois son konak, porte encore son nom). À cette époque, il n'existe plus d'établissement semi-officiel comme l'"Imprimerie et lithographie centrales" d'où sortait encore la plupart des publications en langue française sous le règne d'Abdülaziz. De son côté, l'"Imprimerie impériale" (Matbaa-i âmire), ne publie plus aucun livre français. Complètement délaissée, elle est définitivement fermée en 1902. C'est donc à la « Typographie et lithographie Osmanié » dirigée par Osman Bey, que sont confiées les travaux les plus lucratifs (catalogues de musées, textes de traités, etc.). Ce dernier imprime d'ailleurs toutes sortes d'ouvrages, dans toutes les langues orientales, et possède aussi le monopole d'impression de Corans. Parmi les ouvrages sortis de son imprimerie figure même un remarquable livre érudit, le Traité du quadrilatère (Sakl al-qattâc)de Nâsiruddîn Tûsî (1201-1274), publié en 1891 avec une version française réalisée par Alexandre Carathéodory Pacha (1833-1906).

Les lettres

66C'est aussi l'époque où, pour des raisons bien connues, le roman français populaire importé, ou sa version turque, fait fortune dans l'Empire ottoman. Mais existait-il aussi une production locale ? On a vu que, même avant l'ère d'Abdiilhamid II, les belles lettres - au sens propre du terme - étaient pratiquement absentes. Il semble que c'est là, l'une des grandes lacunes de l'histoire du livre français d'Istanbul à l'époque ottomane. Où est le roman français ? Où sont les recueils de poésies publiés dans la ville natale des deux Chénier ?

67On sait que la muse constantinopolitaine a inspiré de tous temps de nombreuses personnes, Européens aussi bien que minoritaires. Mais de leurs œuvres, nous ne conservons aucune trace, sauf celles conservées par quelques amateurs enthousiastes. C'est le cas, par exemple, de l'Arménien Gomidas Bey Minassian (1837-1903), éduqué au collège Moorat de Paris, qui finit sa carrière au service de l'État ottoman comme médecin légiste au ministère de la Police. Sa production poétique, bien que limitée, mais tout à fait respectable, ne nous est connue que grâce à une étude publiée à Paris plusieurs décennies après sa mort (J. Minassian, 1930).

68On peut ainsi se demander : comment peut-on être écrivain francophone à Istanbul au XIXe siècle ?

69Une nécrologie parue dans la Revue de Constantinople en 1875, peut nous apporter quelques réponses. Elle évoque l'activité littéraire tout à fait impressionnante du défunt Richard Pisani, membre d'une des grandes familles latines d'Istanbul, dont les oncles étaient drogmans des ambassades de Russie et d'Angleterre et qui avait des liens familiaux avec le peintre Amadeo Preziosi (1816-1882). Richard Pisani avait été collaborateur à L'Étoile d'Orient, au Levant Times, au  Phare du Bosphore, au Stamboul, et avait succédé à Emile Julliard à la direction du journal La Turquie. Selon l'auteur de la nécrologie, il écrivait « des romans sous le voile du pseudonyme — des études de métaphysique - ; familier avec maintes langues, il s'appliquait à des traductions ardues ». Malheureusement, poursuit l'auteur, qui se cache sous un pseudonyme, « des pages d'histoire d'une profondeur sereine, d'une perspicacité impartiale, sont restées à mi-alinéa, sous ses doigts glacés par la mort. »

70Dans la même nécrologie, on découvre quelques caractéristiques du public stam-bouliote qui explique le dilemme de l'homme de lettres dans ce milieu :

« Plus d'une fois - dans ses conférences publiques -, nous l'avons entendu jeter avec une éloquence persuasive le Sursum corda ! aux échos d'une ville, où les intérêts pratiques suffoquent un peu trop les intelligences. Il était beau de martiale indignation, quand il essayait de ramener ses jeunes concitoyens au culte déserté de la pensée pure ("Avia de Phrygie...", 1875, 398-399). »

71À l'époque d'Abdülhamid II, il ne manquait pas les auteurs à la plume alerte, dont les écrits meublaient les colonnes des journaux. Mais les livres semblent avoir été plutôt rares. À la fin du siècle, un observateur européen - peut-être le père Aurelio Palmieri - nous fournit une description fort intéressante de l'activité littéraire et les goûts du public stambouliote (Anonyme [A. Palmieri ?], 1898, 266-268). De grandes affiches dans les vitrines des librairies annonçaient alors la parution d'un roman intitulé Les mystères dePéra, ouvrage destiné, selon l'observateur, à un succès énorme, puisqu'il risquait « de secouer les fibres molles et flasques du levantinisme avec le récit d'événements tragiques, de crimes monstrueux, de scènes qui font frémir d'horreur ». Dans les groupes, dans les familles, au théâtre, sur les bateaux, et même dans les églises, on ne parlait que des Mystères de Péra.

72Le titre, réminiscence d'Eugène Sue, était pourtant déjà familier au public lecteur d'Istanbul : il existait un petit roman en grec avec le même titre, ainsi qu'un roman-feuilleton publié en allemand dans l'Osmanische Post. Comme le nom de l'auteur figurant sur le livre, Jacques Loria, semblait être un pseudonyme - en réalité, il s'agissait d'un professeur au service de l'Alliance israélite (M. Franco, 1897, 277) - les différentes communautés d'Istanbul n'hésitèrent pas à s'en approprier la paternité. Le journal grec Konstantinoupolis exhorta ses compatriotes à acheter les fascicules du brillant roman d'un jeune génie, de surcroît grec de religion et de naissance. Le journal italien Rassegna italiana protesta contre un tel mensonge car, selon lui, Loria était bel et bien Italien, un pur Italien dans les sentiments et le patriotisme, bien que Français dans ses idées, son style, et sa méthode littéraire. Mais, au grand mécontentement de l'auteur de l'article du Bessarione, Loria avait écrit ce roman en français, « en spéculant sur le caractère byzantin », simplement « pour enrichir la littérature levantine encore d'un volumineux bouquin (scartafaccio) ». Il précisait,

« Le français s'est imposé dans l'administration, aux écoles, dans les entretiens, aux affaires, aux banques, aux salons de l'aristocratie. L'italien végète au théâtre, dans quelques églises. Et si ce n'était pas par celles-là, on attendrait en vain la contribution des quatre misérables écoles laïques, soit au développement de la civilisation italique, soit pour éterniser les gloires des ancêtres dans ces régions qui préservent tant de mémoires de la patrie italienne (Anonyme [A. Palmieri ?], 1898, 267). »

73Et l'auteur de l'article ne cache pas son désappointement :

« Nous avons lu le livre de Loria. Nous espérions y trouver une analyse intéressante, une étude psychologique de la vie byzantine, un roman de mœurs qui exprime, dans une intrigue émouvante, les idéaux, les tendances et les traditions des nombreuses races qui s'y accôtent sans se heurter, du moins visiblement. Loria n'appartient pas à cette école. C'est en ligne directe un disciple des Dumas père et Montépin. Des répétitions fréquentes, des types d'un autre monde, des dialogues éreintés, des intrigues puériles, tout cela dilué dans bien 700 pages d'un style raboteux et vétillé, voilà l'ouvrage qui a tenu éveillé la curiosité byzantine pendant des mois. Les personnages de ce roman sont français et américains. L'unique chapitre avec une teinture locale, est celui portant le titre Péra, où est décrit le bas-fond de la société levantine, pervertie par l'or et l'immoralité. »

74Les perspectives paraissent donc très sombres :

« On ne peut rien attendre de littérateurs-romanciers levantins, qui s'adonnent à l'essai d'unir le vérisme de Zola à des intrigues à la Montépin ! Et pourtant peu de milieux au monde se prêtent, par leur contrastes violents de civilisation, de races, religions et intentions, d'une manière aussi merveilleuse à l'analyse par un romancier. Si bien que même un auteur médiocre, mais avec l'idéal d'un artiste et une âme de penseur, réussirait ici de composer des œuvres de réputation et de renom. Mais quel est l'idéal de notre menue littérature... soit le dilettantisme léger, soit la petite somme d'or de l'éditeur ! »

75Nous n'avons pas pu consulter les Mystères de Péra qui font partie des ouvrages devenus de nos jours introuvables. Une recherche approfondie sur le livre français d'Istanbul à l'époque ottomane, qui ne passerait pas sous silence de tels spécimens de la littérature levantine, permettrait pourtant de faire encore bien d'autres découvertes.

Haut de page

Bibliographie

AKYOL Ibrahim Hakki, 1940, « Tanzimat devrinde bizde Cografya ve Jeoloji », in Tanzimat. Yùzüncù yildönïümu münasebetile. I, Istanbul, Maarif Matbaasi, 511-571.

AMAT (d') Roman, 1956, « Alfred de Caston »in Dictionnaire de biographie française, t. 7, 1395. Anonyme, (Aurelio Palmieri ?), 1898, « Giacomo Loria - I misteri di Pera », in Bessarione, 2eannée, n° 21-22 (janvier-février), 266-268.

« Avia de Phrygi »", 1875, « Supremum Vale », in Revue de Constantinople, XLVIe livraison, 12 décembre 1875, 398-399.

BAMBERG Felix, 1888, Geschichte der orientalischen Angelegenhei tim Zeitraume des Pariser und des Berliner Friedens, Berlin.

BEYDÏLLÎ Kemal et HATEMI Hüsrev (éds, 1986, Sutluce Matematik Okulu Ög retim Üyesi Seyyid Mustafa : İstanbul'da Askerlik Sanü, Yeteneklerin ve Bilimlerin Durumu Üzerine Risale, Istanbul, Tiiyap.

BEYDÏLLÎ Kemal, 1974-1981, Biographisches Lexikon zur Geschichte Südosteuropas, Munich, R. Oldenbourg, 4 vol.

1995, Türk Bilim ve Matbaaakk Tarihinde Miihendishâne, Mûhendishâne Matbaas ve Kiitiiphânesi (1776-1826), Istanbul, Eren.

BiUPSKI Ludwik, 1954, « Historique de l'imprimerie du collège des Lazaristes de Saint-Benoît à Istanbul », in Bulletin de la Section d'Histoire moderne et contemporaine, 225-245.

ÇAPANOGLU Miinir Siileyman, 1962, Basin tarihine dair bilgiler ve hattralar, Istanbul.

CASTON de Alfred, 1868, Constantinople en 1869. Histoire des hommes et des choses, Paris, Kugelmann. 1874, Musulmans et chrétiens. La Turquie en 1873 [...] Constantinople-Bucarest-Belgrade. Le Caire-Tunis, Constantinople, Imprimerie et lithographie centrales.

ÇELIK Hüseyin, 1994, Ali Suavî ve Dönemi, Istanbul, İleti§im.

CLAYER Nathalie et al. (éd.), 1992, Presse turque et presse de Turquie, Istanbul-Paris, Editions Isis.

CONSTANTINIDI Alexandre, 1869, Dialogues franco-turco-grecs, Istanbul.

DAVISON Roderic, 1973, Reform in the Ottoman Empire, 1856-1876, New York, 2"d éd.

DETHIER Philipp Anton, 1881, Études archéologiques. Œuvre posthume, [Istanbul]. 1933, Dictionnaire de biographie française, Paris.

DJELALEDDIN Moustapha, 1869, Les Turcs anciens et modernes, Istanbul, Imprimerie du « Courrier d'Orient ».

E[LLUIN] A[chille], 1844, Dictionnaire français et grec moderne, Constantinople.

ELSIE Robert, 1995, History of Albanian Literature, New York, Boulder, 2 vol.

EYICE Semavi, 1953, « İstanbul'un fetihten önceki devre ait eski eserlerine dair bir kitap hakkinda », in Istanbul Universitesi Edebiyat Fakültesi Türk Dili ve Edebiyaa Dergisi, V, 85-90. 1989, « Istanbul'un İlk Turistik Rehberlerinden :Timoni'nin Rehberi »in Tarih ve Toplum, Temmuz 1989, n° 67, 13-17.

FRANCO Moïse, 1897, Essai sur l'histoire des Israélites de lEmpire ottoman depuis les origines jusqu 'à nos jours, Paris, Durlacher.

FURET Caroline, 1869, Histoire abrégée de l'Empire ottoman, Istanbul.

GEORGEON François, 1992, « Un journaliste français en Turquie à l'époque des Tanzimât : Charles Mismer », in N. Clayer (éd.), 93-121.

GERÇEK Selim Nüzhet, 1939, Turk Tasbasmaaltgi, Istanbul, Devlet Basimevi.

GROC Gérard et ÇAĞLAR Ibrahim, 1985, La presse française de Turquie de 1795 à nos jours. Histoire et catalogue, Varia Turcica, II, Istanbul, Editions Isis.

HEYLLI d' Georges, 1887, Dictionnaire de pseudonymes, Paris.

HÔHNER B. et PFÀFFGEN B., (éds.), 1981, Philipp Anton Detliier. DerBosphor und Constanti-nopel. Forschungsgeschichtlicher Nachdruck der ersten Ausgabe Wien 1873, mit Biographie und Schriftenverzeichnis, Kerpen. Indicateur ottoman illustré. Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de l'administration et de la magistrature, 1881, Constantinople, Cervati Frères et D. Fatzea.

JULLIARD Émile, 1879, Les Istambolines. Poésies constantinopolitaines, Genève.

1896, Femmes d'Orient et femmes européennes, Genève-Paris.

KALESHI Hasan, 1981, « Vasa Pashko »in Biographisches Lexikon zur Geschichte Südosteuropas, t.  IV, 387-389.

KIENIEWICZ Stefan, 1979, « Orzechowski, Tadeusz »in Polski Siownik Biograficzny, t.  XXIV, 293-295.

KIEPERT Heinrich, 1878, « Zur Ethnographie von Epirus », in Zeitschrift der Gesellschaft fur Erdkunde zu Berlin, t.  XIII, 250-263.

KUT Turgut et TORE Fatma, 1996, Yazmadan Basmaya : Muteferrika, Miihendishane, Üskiidar, Istanbul, Yapi Kredi Kiiltiir Merkezi.

LAROUSSE Pierre, 1866-1875, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 15 vol.

LATKA Jerzy S., 1993, Pasza z Lechistanu. Mustafa Dzelaleddin (Konstanty Borzçcki), Cracovie, Spoleczny Instytut historii i kultury Turcji (version turque Lehistan 'dan gelen şehit, Istanbul, 1987).

LETELLIER Victor (éd.), 1826, Choix de fables traduites en turk par un effendi de Constantinople et publiées avec une version française et un glossaire, Paris, Librairie de Dondey-Dupré Père et Fils.

MALLOUF N., 1854, Dialogues turcs-français par M. Viguier [...] mis en caractères orientaux, Smyrne, Imprimerie Daveroui et Sougiolli.

MlNASSIAN Jean, 1930, Un poète. (Gomidas bey), Paris, Editions p. Balenz.

PEARS Edwin, 1916, Forty Years in Constantinople,Londres, Herbert J.

Polski Sbwnik Biograficzny, 1935, Cracovie et al.

RAZIZÂDE Yorgaki, (Rhasis Georges), 1838, Gramer fransez yâni sarf-i fransevî, 2e éd. 1845.

REDHOUSE James W., 1846, Grammaire raisonnée de la langue ottomane,Paris, Gide et Cie.

REINSCH Diether Roderich (éd.), 1983, Critobuli Imbriotae historiae, Berlin.

SAMI Şemseddin, 1885, Dictionnaire turc-français (Kamus-i fransevî), Istanbul.

SA WAS Pacha, 1892-1898, Etude sur la théorie du droit musulman, Paris, Marchai et Billard, 2 vol.

SCHLUMBERGER Gustave, 1922, Le siège, la prise et le sac de Constantinople par les Turcsen 1453, 5e éd., Paris, Pion.

TERZlOĞLU Arslan et HATEMİ Hüsrev (éds.), 1988, Osmanlx Ïmparatorlugu'nda YeniNizamlann Cedveli. îngiltere Kralliği nezdindeki, Osmanli ïmparatorluğu Sefâreti Başkâtibi Mahmud Raif Efendi tarafindan tértip edilmistir [...], Istanbul, Tùrkiye Turing ve Otomobil Kurumu.

ÛNVER Suheyl et BELGER Metine, 1940, « Dr C.A. Bernard (1806-1844), professeur à l'École de Médecine d'Istanbul il y a exactement un siècle » in Tip Fakûltesi Mecmuast, III, 1491-1496.

YORULMAZ Hiiseyin, 1995, Tanzimattan Cumhuriyete Alfabe Tartşmalan, Istanbul, Kitabevi.

ZELLICH Grégoire, 1895, Notice historique sur la lithographie et sur les origines de son introduction en Turquie, Constantinople, A. Zellich fils.

Haut de page

Annexe

Glossaire

ag a : titre donné à des personnalités de haut rang, notamment au commandant des janissaires ou aux chefs des eunuques du palais.

akçe/akça: aspre; « petit blanc », pièce d'argent ottomane utilisée dans le commerce quotidien.

alim : voir ouléma.

arzuhala : écrivain public.

asker l'askar : militaire ; personne appartenant à la classe militaire.

aspre : voir akçe.

ayan : notables.

bedesten : partie essentielle du grand bazar.

beg/ bey : titre honorifique signifiant seigneur, maître, chef. S'applique principalement aux chefs militaires et plus particulièrement à des gouverneurs de province.

beglerbegI beylerbey : « le begdes beg » ; titre du gouverneur et chef militaire à la tête d'une province appelée beglerbegilik ou eyalet.

cadi : voir kadi.

cami : mosquée.

catholicossat : siège du chef de l'Église arménienne.

defter : registre, inventaire, livre de comptes.

déliai : crieur public.

divan I dîwân : recueil de poèmes ou ministère.

esnaf: corporation de marchands ou d'artisans.

evkaf: pluriel de vakf: fondation pieuse.

eyalet: province.

fikh : jurisprudence.

gulâm : esclave.

hadis lhadîth : récit des paroles et des actes du Prophète transmis par la tradition.

han Ikervansaray : « Caravansérail' » ; construction de pierres ou de briques, plus ou moins monumentale, servant de gîte d'étape pour les marchands ou les voyageurs, ou bien de magasin d'entrepôt ou de lieu de commerce en gros.

hanekah : couvent.

hattat : calligraphie.

hoca : maître.

idadiye I idadi : école préparatoire à l'époque des tanzimât.

ilmihal : cathéchisme.

ilmiye : corps des gens instruits dans les écoles théologiques supérieures appelées medrese. Kadi, müfti, miiderris en font partie.

imam : prédicateur musulman, chef religieux d'une communauté rattachée à une mosquée.

janissaire : voir yeniçeri.

kadi : juge musulman, appliquant les stipulations de la loi canonique (şeria) ou séculière (kanun).

kaé asker : « juge de l'armée ». Haut dignitaire de la hiérarchie juridico-religieuse. Il y en avait deux, un pour la Roumélie et un pour l'AnatoIie, siégeant au divan du sultan.

katib : scribe, secrétaire.

kaymakam : lieutenant, délégué.

hraathane: litt. « maison de lecture ».

kitabevi : librairie.

kitab : livre.

konak : grandes demeures des hauts personnages de l'État.

külliye : complexe architectural religieux souvent géré par un vakf.

kuruş : pièce d'argent, piastre, multiple de l'akçe.

kütüphane : bibliothèque.

mecmua / majmu' : recueils, périodiques, revues.

medrese / madrasa : école supérieure musulmane.

mekhitariste : ordre religieux arménien dont le siège est à Venise, sur l'île de San Lorenzo.

mekteb : école.

mescidI mascid': petite mosquée.

millet: terme désignant particulièrement une communauté ethnique ou religieuse (grecque, juive ou arménienne).

mücellid: relieur.

müdarris I muderris : enseignant d'une école musulmane supérieure (medrese).

müfti / müfti : jurisconsulte de la loi islamique.

munlah I mola : en fr. « mollah »docteur en théologie et en jurisprudence.

mütevelli : administrateur d'une fondation pieuse, ou vakf.

ouléma : ulema, plur. de alim; savants formés dans les disciplines du cursus traditionnel islamique, enseigné dans les medrese, constituant à l'époque ottomane un corps influent d'agents juridico-religieux de l'État.

padşsah : titre d'origine persane donné au sultan ottoman.

para : pièce de monnaie dont la valeur, variable, est supérieure à celle de Vakçe (aspre).

piastre : voir kuruş.

rabunapet : maître en théologie chrétienne. re'âyâ : sujets civils du sultan, plus particulièrement ceux qui sont assujetis aux imôts, les producteurs (paysans, artisans, etc.) rets ül-küttab : chef des secrétaires, plus communément appelé reis efendi.

sancak : gouvernorat; circonscription militaire et administrative.

sancak bey : chef d'un sancak.

scriptoria : mot latin désignant des ateliers de copistes.

seri a / şaria : loi canonique de l'islam, fondée sur le Coran et les hadis.

 şeyh / shaykb : chef spirituel, généralement âgé, d'une confrérie mystique musulmane, şeyh ül-islam I shaykh al-islâm : titre donné au jurisconsulte de la capitale, le Müfti d'Istanbul, qui devient au XVIe siècle le chef de toute la hiérarchie juridico-religieuse de l'Empire.

seyyid/sayyid: seigneur, chef. Également titre particulier s'attachant aux descendants du Prophète.

sicill-i 'osmânî : tables biographiques recensant les principaux d'entre eux du XVIe à la fin du XIXe siècle. tefsir I tafsîr : commentaire du Coran. tanbur I tambur : instrument de musique, ancêtre du luth.

taşawwuf: mot arabe correspondant à la quête mystique.

tekke I tekkiye : couvent de derviches musulmans, trivium / quadrivium : mots d'origine latine; cycles d'études au Moyen-âge en milieu monastique universitaire. turbe : mausolée ; petit édifice funéraire consacré à des personnages importants : membres de la famille impériale, hauts dignitaires, chefs spirituels. ulema : voir ouléma.

usûlal-fiqh : fondements juridiques du droit musulman

vakflwaqf: fondation pieuse; institution musulmane où l'usufruit d'un bien est concédé à perpétuité au profit d'une œuvre religieuse, charitable ou d'utilité publique.

vakfiyye/vakfname : texte officiel et solennel stipulant de façon détaillé l'objet et les modalités de fonctionnement d'un legs pieux (vakflwaqf).

vali : gouverneur de province.

yak : maison de plaisance située au bord de la mer.

yana : copiste.

yeniçeri : « nouvelles troupes » - janissaires recrutés par le devşirme.

zâviye : établissement religieux musulman.

zimmi : sujets chrétiens ou juifs d'un souverain musulman.

Haut de page

Notes

1  James Redhouse (1811-1892), éminent spécialiste du turc-ottoman de l'époque, remarque au sujet de la grammaire de Viguier qu'elle « est remplie de règles justes et profondes, et qu'on y encontre fort peu d'erreurs ». Malgré certaines observations critiques, il regrette notamment que Viguier « ne se soit pas occupé de la rédaction d'une autre grammaire spécialement destinée à la langue écrite, pour laquelle il a montré des capacités rares et vraiment remarquables » (J. Redhouse, 1846, i-ii). Les savoureux dialogues turc-français contenus dans les Élémens ont été réimprimés dans un manuel de conversation publié à Izmir un demi-siècle plus tard (N. Mallouf, 1854, 1-74). Signalons aussi qu'une collection de vingt-deux fables traduites en turc, dont Viguier avait trouvé le manuscrit à Istanbul, a été publiée de façon posthume à Paris pour servir d'initiation à l'étude de la langue turque (V. Letellier, 1826)

2  Sur la version allemande, parue à Berlin en 1802, cf. K. Beydilli, 1995, 162. Selon Beydilli, qui a découvert l'original en turc des Tableaux (Nizamat-i mulkiyye), la version française n'est pas due à Mahmud Raif Efendi, mais doit avoir été faite par un non-musulman. Il s'agit peut-être du drogman phanariote Yakovaki Efendi (Jacques Argyropoulo, 1776-1850), traducteur en turc d'un « Précis de géographie », composé en français par Mahmud Raif Efendi, mais dont seulement la version turque a été imprimée sous le titre El-lcaletù l-corağfiyye en 1804.

3  L'identité quelque peu obscure de l'auteur de cette diatribe a conduit à toutes sortes de spéculations. Pour des raisons que nous ignorons, l'historien autrichien Joseph von Hammer l'attribue à deux érudits phanariotes, les frères Luc et Jacques Argyropoulo.

4  Édouard Abramowitsch-Adelburg (1804-1856) fut un orientaliste distingué, auteur de plusieurs ouvrages destinés aux élèves de l'Académie orientale de Vienne. Certaines sources lui attribuent aussi une traduction française de la chronique de Es'ad Efendi sur la destruction des Janissaires (Üss-i zafer, 1827), ainsi que d'un manuel de phraséologie diplomatique turc-français.

5  « Votre Majesté [...] voulant manifester d'après sa magnanimité qu'elle sait encourager même les étrangers lorsqu'ils s'occupent d'une science si importante, a daigné non seulement ordonner l'impression d'un des essais du soussigné dans son imprimerie, mais a même permis gracieusement qu'il paraisse sous les auspices de son nom impérial » (Recueil, dédicace, p. II).

6  Il existe un exemplaire de ce catalogue conservé à la bibliothèque de l'Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (Mel. 8 1086 (6)). La fiche de cet ouvrage nous apprend que cette superbe collection a été malheureusement détruite lors d'un grand incendie qui ravagea le quartier de Péra en 1871.

7  On lui doit aussi une des premières publications en langue allemande imprimées à Istanbul. En effet, en 1862, la légation de Prusse lui confia l'impression d'un texte allemand, accompagné de ses versions françaises et turques, portant sur le Tarif des droits à percevoir par les douanes de l'Empire ottoman sur les marchandises d'importation provenant des États du Zollverein ainsi que sur les articles d'exportation de la Turquie.

8  En réalité, il s'agit d'une édition pirate du dictionnaire de Pierre-Julien Daviers (1767-1846), imprimé en 1830 à Paris par l'Imprimerie Royale (L. Biskupski, 1954, 237).

9  Il fut réédité, en 1864, par l'imprimerie de la Société scientifique ottomane (Cemiyet-i ilmiyye-i osmaniyye) et servit de base aux Dialogues franco-turco-grecs d'Alexandre Constantinidi (1869). Il en existe aussi une version arméno-turque, dont la deuxième édition, imprimée par les lazaristes, date de 1856 {Franstz ve ermeni hurufatile ikinci defa basma olunan mükyaleme kitabt, Galata, Surp Penetigdos Basmakhanesi, 1856).

10  L'écrivain Alfred de Caston rapporte qu'il se distinguait par des « articles politiques, très hardis dans le fond et suffisamment mesurés dans la forme » et qu'il était un « excellent critique musical » (A. Caston, 1874, 508).

11  Ce traité ne trouva pourtant pas grâce aux yeux du doyen des géographes de l'époque, Heinrich Kiepert (1818-1898), dont la carte ethnographique de la Turquie d'Europe avait eu un retentissement considérable aussi chez les différentes communautés de la capitale ottomane lors de sa publication en 1875. Dans son article, il précise : « Ueberdies ist, was er in der Vorbemerkung über die in Ermangelung einer officiellen Statistik auf kirchliche Verzeichnisse und private, im giinstigsten Falle durch patriotische Vereine bewerkstelligte Erhebungen beschränkten Quellen seiner Information mittheilt.ebensowenig geeignet, unser Vertrauen zu erhôhen, wie die am Schlusse beigefügten Berichtigungen ganz unglaublicher Druckfehler in seinen Ziffern, die wohl nicht die einzigen sein werden » (H. Kiepert, 1878, 258-259).

12  Cf. « Cause de l'immobilité orientale » (mémoire daté 2 mars 1869), in Soirées, 341-363. Un autre a été « Hayreddin Bey ». Son article « Maarif-i Umumiyye », publié dans le journal Terakki (Progrès) le 31 juillet 1869, suscita pourtant une violente riposte de la pan de l'écrivain et journaliste Ebuzziya Tevfik (1849-1913) (H. Yorulmaz, 1995, 29-40).

13  Alexandre Timoni est aussi l'auteur d'un Petit guide du voyageur dans l'intérieur de Constantinople, Istanbul, 1841) [S. Eyice, 1989, 13-17], d'un Guide de la conversation français-turc [Fransizca ve türkçe tekellüm risalesi\ (Paris, 1854) et d'un article paru dans le Journal asiatique (5e série, vol VII (1856), 147-163) sous le titre : « Des anges, des esprits et des génies d'après les Musulmans ». Il passa les dernières années de sa vie à Paris où il semble avoir étudié les manuscrits orientaux de la Bibliothèque impériale.

14  Edwin Pears, un avocat anglais résidant à Istanbul, le décrit comme « an entirely honest man, but somewhat of a crank » (E. Pears, 1916, 128).

15  Signalons notamment les extraits de la chronique du phanariote Athanase Comnène-Hypsilantès (m. après 1789) intitulé Les affaires ecclésiastiques et civiles après la prise de Constantinople (Ta meta ton Halôsin). Cet ouvrage, édité par l'archimandrite Germanos Aphthonidès en 1870, figure parmi les réalisations érudites les plus importantes d'Istanbul au XIXesiècle.

16  L'Albanais catholique Wassa Efendi (plus tard Pacha, 1825-1892), originaire de Scutari d'Albanie (Shkodra), participa en 1849 activement à l'insurrection des Vénitiens contre le régime autrichien (il en rédigea des souvenirs en italien qui furent imprimés à Istanbul en 1850). Après la répression de la révolte, il se réfugia en Turquie, où il allait faire carrière au service de l'Etat. Il administra pendant plus de neuf années le Liban (1883-1892), où il décéda avant la fin de son mandat décennal. Sur la vie et les œuvres de Wassa Pacha (aussi connu comme Pashko Vasa, Vasa Pacha Scodrani), voir H. Kaleshi, 1981, IV, 387-389.

17  La seule exception notable semble avoir été Régis Delbeuf (1854-1911), directeur du journal Stamboul, écrivain assez actif, auteur de La Turquie et l'Orient (1900), Deux excursions en Anatolie (1902) et d'Une excursion à Brousse et à Nicée (1906), tous les trois publiés à Istanbul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johann Strauss, « Le livre français d'Istanbul (1730-1908) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/307

Haut de page

Auteur

Johann Strauss

Université Marc-Bloch, Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page