Navigation – Plan du site
II. Lectures

Droit de réponse à propos du compte-rendu de L. Bonnefoy et P. Ménoret

David Rigoulet-Roze

Texte intégral

1Chercheur à l’Institut Français d’Analyse Stratégique (Collège Interarmées de la Défense), j’ai récemment pris connaissance d’un compte rendu mis en ligne en date du 21 février 2007 sur le site internet attitré de La Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, compte rendu relatif à mon ouvrage intitulé Géopolitique de l’Arabie saoudite. Des Ikhwans à Al-Qaïda et paru chez Armand Colin en juillet 2005. Il m’a interpellé par la vigueur hautement suspecte de la critique, tant sur la forme que sur le fond.

2Sur la forme tout d’abord je m’étonne qu’un tel compte rendu ait été réalisé à quatre mains (Laurent Bonnefoy et Pascal Ménoret), une procédure quelque peu hétérodoxe pour ce type d’exercice, sauf dans le cas, somme toute assez rare, où deux angles d’approche résolument différents se justifieraient, ce qui ne semble manifestement pas le cas en la circonstance. Est-ce à dire qu’aucun des deux intéressés ne se sentait de taille à en assumer seul les attendus, préférant ainsi diluer sa propre responsabilité ? Sans doute eût-il été utile pour les lecteurs de rappeler par stricte honnêteté intellectuelle que l’un de mes deux détracteurs, en l’occurrence Pascal Ménoret, s’était précédemment commis dans un ouvrage paru en 2003 sur le même sujet (L’énigme saoudienne. Les Saoudiens et le monde, 1744-2003, Paris, La Découverte) et que sa grille de lecture, embolisée par l’antienne culpabilisatrice d’une « domination occidentale », était précisément mise en question dans l’introduction de mon livre.

3Sur le fond en effet, on peut s’interroger là encore sur les mobiles supposément « scientifiques » sous-tendant cette critique. Sans faire preuve de byzantinisme excessif, j’en reprendrai brièvement quelques points. Ayant lu avec la plus grande attention l’ouvrage de Pascal Ménoret, lequel se positionne d’ailleurs plutôt sur le registre de la « sociologie » culturelle, je doute qu’il soit le plus qualifié pour évaluer la « pertinence géopolitique » de la méthode revendiquée. Paradoxale apparaît la remarque sur l’utilisation qui serait faite d’« un nombre réduit d’ouvrages, majoritairement récents et écrits en français », au nombre desquels précisément le sien. Peut-être ai-je donc surestimé l’intérêt de ce dernier que je cite à plusieurs reprises et, du reste, pas nécessairement en mauvaise part.

4 Il serait fastidieux de reprendre point par point les différents éléments avancés dans cette critique fonctionnant le plus souvent sur le mode singulièrement allusif quant à une prétendue « reconstitution fantaisiste du hanbalisme », voire plus grave encore sur celui d’allégations douteuses relatives à une « ignorance manifeste de la langue arabe ». Preuve s’il en est d’une lecture manifestement un peu rapide de mon livre, je mentionnerai à titre d’exemple cette citation erronée relative à ces « néologismes audacieux (qui) ne font pas avancer d’un pouce la compréhension du phénomène », à savoir celui d’ « ikhwahabi » qui m’est bien improprement attribué. Ce néologisme est en effet à porter au crédit d’un historien reconnu du djihadisme contemporain Assem Akram (Cf. Assem Akram, Histoire de la guerre d’Afghanistan, Paris, Balland, 1996). C’est tout dire.

5On pourrait encore retourner l’argument spécieux consistant à mettre en exergue les soi-disant poncifs occidentalo-centristes récurrents sur l’Arabie saoudite dont je me ferais - bien involontairement s’entend - le relais naïf. Je ne soulignerai pas de nouveau l’indulgence, sinon la complaisance convenue, d’une pensée relativiste fourron d’un politically correct encore très en vogue dans l’Hexagone et reflet d’un conformisme intellectuel dont elle prétend curieusement par ailleurs s’affranchir. Sans doute faut-il voir là le label de ce « déconstructionnisme » idéologique qui s’est fait depuis plusieurs décennies le contempteur ravageur des « limites de l’approche purement événementielle et chronologique » au point de rendre légitime la production d’ouvrages où le défaut de construction obère précisément toute lisibilité durable ; a fortiori sur des sujets tels que l’Arabie saoudite qui constituent le plus souvent et qui demeurent parfois, faute justement de trame chronologique et/ou de plan rigoureux, largement une « énigme » pour un public non averti.

6Enfin, concernant les coquilles présentes dans le texte, je me bornerai à signaler à destination de ceux qui ne seraient pas nécessairement familiers des pratiques éditoriales en vigueur que la relecture finale du manuscrit ne relève pas exclusivement de l’auteur mais revient toujours en dernier ressort à l’éditeur avec les contraintes qui peuvent être les siennes en termes de délais de publication. Cela n’a en tout cas pas empêché l’ouvrage d’être adopté comme Text-Book - en l’occurrence, comme lecture obligatoire pour l’année universitaire 2005-2006 - du cours de Géopolitique contemporaine de la Chaire Raoul-Dandurand en Etudes Stratégiques et Diplomatiques qui relève du Département de Science Politique de l’Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Rigoulet-Roze, « Droit de réponse à propos du compte-rendu de L. Bonnefoy et P. Ménoret », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 23 avril 2007, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/3076

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page