Navigation – Plan du site
I. Ambiguïtés et paradoxes de l’héritage monarchique

Une mission sacrée pour qui ? Quelques réflexions sur l’Intégration Nationale et le Mandat britannique en Irak

Whose Sacred Trust? Some Thoughts on ‘National Integration’ and the British Mandate in Iraq
Peter Sluglett
Traduction de F. Gillepsie
p. 33-49

Résumés

L’idée d’un objectif moral était inhérente à la création des mandats au Proche-Orient au lendemain de la guerre. Il s’agissait en particulier pour les Grandes Puissances de préparer activement à l’indépendance dans un futur qui ne soit pas trop éloigné les pays dont ils avaient la charge. Pratiquement, à l’opposé des idéaux entourant leur création, les nouvelles structures qui émergèrent étaient largement le reflet du désir des grandes puissances de forger des institutions à travers lesquelles elles puissent exercer leur contrôle. En Irak, les considérations économiques dictèrent la formation d’une lourde armée nationale soutenue, si nécessaire, par la puissance de la Royal Air Force. Cela conduisit à l’emploi de la force dans des situations pour lesquelles des solutions administratives auraient été plus appropriées et, en fin de compte, à l’échec des efforts de création des structures institutionnelles qui auraient été capables de résister à la domination de petites cliques militaires. De même, la politique britannique a été de gouverner par l’intermédiaire de l’“aristocratie de service” arabe sunnite, en accordant un statut de minoritaire à la majorité chiite de la population. Si cela a été toléré tant que les chiites sont restés en bas de la hiérarchie socio-économique, l’élévation du niveau d’éducation et les progrès de la conscience politique ont représenté une menace pour le statu quo, d’abord sous la monarchie puis sous la république.

Haut de page

Notes de la rédaction

La version anglaise originale est accessible en texte intégral sur le site web de la Remmm à l’adresse : http://remmm.revues.org

Texte intégral

1L’un des traits les plus marquants du Moyen-Orient au lendemain de la première guerre mondiale est que le sentiment d’incertitude provoqué par l’effondrement soudain de l'empire Ottoman y a subsisté pendant un certain nombre d’années. Ainsi la Société des Nations ne mit pas en place les mandats avant avril 1920, presque vingt mois après la fin de la guerre, et les arrangements administratifs à propos des territoires sous mandat britannique d’Irak et de Palestine/Transjordanie ne furent établis qu’à la Conférence du Caire en mars 1921. De plus, les Irakiens durent attendre jusqu’à la fin du printemps 1925 pour savoir si Mossoul ferait ou non partie de l'Irak et il fallut deux ans de plus pour délimiter la frontière. C’est l’une des raisons pour lesquelles le coût humain et matériel du maintien de la présence britannique en Irak fit alors l’objet de critiques virulentes et de débats enflammés au parlement britannique et dans la presse britannique, particulièrement après le choc et l’ampleur du soulèvement national (désigné de manière quelque peu fantaisiste sous le nom d’al-Thawra al-‘Iraqiya al-Kubra) de l'été et de l'automne 1920.

  • 1 Dans certaines régions de l’Inde des institutions parlementaires ont été mises en place suite aux r (...)

2Dans tous les États sous mandat du Moyen-Orient, l’appareil administratif des nouveaux gouvernements nationaux fut bâti en grande partie selon un modèle importé de l’extérieur – même s’il ne faut minimiser l'importance des institutions ottomanes sur lesquelles ces nouvelles structures étaient basées - et tout un réseau d’interdépendances fut mis en place pour les maintenir. C’est un trait universel des régimes coloniaux : dans certains pays, et peut-être plus particulièrement en Inde, les institutions importées semblent avoir raisonnablement bien marché1, mais dans d'autres, probablement la majorité, elles n’ont pas bien fonctionné. Dans le cas des mandats, ceux-ci ont été établis sur une base explicitement éthique, et sur la notion de « mission sacrée de civilisation », impliquant un certain degré de devoir moral ou d’attente de la part des puissances, et aussi avec l’idée qu’à un certain moment non précisé mais pas forcément lointain, les État sous mandat devraient pouvoir devenir « autonomes ». Pour leur part, les gouvernements nationaux nouvellement installés devaient pouvoir présenter à leurs « publics » une image, sinon de maîtrise totale, du moins de parfaite intégration dans les nouvelles structures d'état, et de capacité à assumer les diverses responsabilités de la conduite des affaires.

3Pendant les premières années du Mandat, cette fiction s’est avérée particulièrement difficile à entretenir. Les forces irakiennes seules n’auraient pas pu matériellement tenir à l’écart, à la fois ou même séparément, les ikhwan du Najd et les forces turques potentiellement hostiles et le manque de moyens fut donc, par nécessité, comblé par la présence militaire britannique. De la même façon, après avoir créé le gouvernement irakien, les autorités britanniques s’attachèrent à maintenir et élargir sa zone d'influence. Pendant un moment ces tentatives de renforcement d pouvoir durent régulièrement faire face à la résistance de certains éléments de la population locale, en particulier dans la région de l’Euphrate et au Kurdistan, où beaucoup n’avait jamais vraiment connu la domination ottomane. Par conséquent, les avions de la Royal Air Force devinrent un élément indispensable au maintien (sinon à l'efficacité) du nouveau gouvernement, fait volontiers reconnu tant par le gouvernement que par ses opposants. Le gouvernement n’était en aucun cas « populaire » ou représentatif : il était presque entièrement composé de membres de communautés urbaines arabes sunnites qui, bien que plus sophistiqués et instruits que la plupart des chiites et des Kurdes, représentaient une minorité, probablement moins d'un quart du total de la population. L’appui du gouvernement venait surtout des cheikhs et des propriétaires terriens (qui étaient presque tous des chiites dans le sud de l’Irak) dont le pouvoir avait été considérablement accru pendant l’occupation britannique d’une part, et des autorités britanniques elles-mêmes d’autre part. Cette association a survécu au Mandat et n’a finalement été rompue qu’en 1958.

Intégration Nationale

4Pour un certain nombre de raisons, il est difficile de parler en termes d'entités géopolitiques « naturelles » dans le Moyen-Orient arabe. En premier lieu, l'idée de politique établie sur une base ethnique ne fait pas partie de ce que l’on pourrait appeler la « pensée politique traditionnelle » dans une région où, au moins jusqu’à la première décennie du xxe siècle, l'affiliation religieuse (dans le sens de communauté religieuse où un individu est né) a toujours représenté la première source d’identité. Par conséquent il est aussi anachronique qu’inexact de considérer les Ottomans (disons pendant la période de la fin du xixe au début du xxe siècle) comme « une puissance impériale », et subséquemment d’avancer l’idée que, au lendemain de la Première Guerre mondiale, l'impérialisme britannique et français a simplement remplacé quatre siècles d’impérialisme, de division et de despotisme ottomans, et que la libération des Arabes, qui était le premier objectif de ce peuple depuis « plusieurs générations », a de ce fait forcément été remise à presque un demi-siècle plus tard. On peut certes postuler que la domination coloniale ou quasi-coloniale européenne a retardé, ou agi comme un frein sur, le « développement arabe » mais il est tout aussi inexact de considérer l'empire ottoman comme une « simple » variante de l'impérialisme que de faire remonter « la lutte nationale arabe » contre les Ottomans à beaucoup plus tôt que le tout début du xxe siècle. Dans Nations et Nationalisme depuis 1780, Eric Hobsbawm observe de façon remarquable que le « nationalisme exige une part trop importante de croyance en ce qui ne l'est pas véritablement » et poursuit avec une citation extraite du discours de Renan Qu’est-ce qu’une nation ? :

  • 2 Le texte de la conférence de Renan, donnée à la Sorbonne le 11 mars 1882, a été publié à Paris plus (...)

« L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d’une nation, et c’est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger. » (Hobsbawm, 1990 : 12)2.

5Bien sûr, certaines unités géopolitiques situées dans, ou à proximité de, l'empire ottoman, avaient une relative cohérence historique. Ainsi la Tunisie, l'Égypte et le Maroc – même après quelques retouches aux frontières - ont tous connu une transition relativement facile du statut de province ottomane (ou d’« empire chérifien » dans le cas du Maroc) à celui de colonie européenne puis d’État « moderne ». Ce qui n’est pas le cas pour la région de la Grande Syrie et de l’Irak qui, à l’exception de la mutasarrifiya du Liban, entité séparée et quasiment auto-gouvernée depuis 1861 - n'avaient pas eu d’existence en tant qu’entités géopolitiques, ni dans son ensemble ni dans ce qui devint ses éléments constitutifs depuis, voire même longtemps avant, la chute du califat abbaside en 1258.

6En outre, le processus de création des États sous mandat et des États limitrophes a été mené de façon complètement arbitraire sans vraiment tenir compte des réalités économiques, facteur plus banal que les mythes nationaux, mais tout de même important. Pour simplifier une réalité plus complexe, lors de la transition de l'empire ottoman (au Moyen-Orient) « à la Turquie républicaine et aux États sous mandat », on a morcelé ce qui était précédemment, à toutes fins pratiques, un Zollverein, ou une communauté économique englobant la totalité de la région. De plus, malgré l’intégration progressive de la région de Méditerranée orientale (au sens le plus large) dans le « système mondial » au cours du xixe siècle, il s’avère aussi que, jusqu’à la première guerre mondiale, à l'exception de quelques produits (pour la plupart) d’exportation comme la soie du Liban, certaines variétés de coton égyptien et les dattes irakiennes, la production agricole et industrielle de la région était axée principalement sur les besoins du marché local ou du marché ottoman en général (Sluglett, 2004). Un bref regard sur les livres de comptes et la correspondance commerciale des deux principales maisons de marchands européens à Alep à la fin du xixe siècle (les Marcopoli et les Poche) montre clairement que les échanges commerciaux dans l'hinterland de la ville (au sens le plus large) représentaient le plus gros, voire l’essentiel, de leur activité. Dans le cas d'Alep, cet hinterland s’étendait jusqu’à l’Anatolie centrale et orientale et jusqu’à Mossoul et, en des temps plus reculés, plus loin encore à l'est. Mossoul avait des liens comparables avec l’Anatolie et le nord de la Syrie ; une grande partie de la prospérité de Damas venait du commerce « trans-désert » (et du pèlerinage annuel à La Mecque) ; Bassora faisait partie d'un réseau commercial qui incluait l'Inde et le Golfe et ainsi de suite. Si l’on devait faire un schéma approximatif des zones marchandes situées dans les plus grandes villes en l’an - par exemple - 1900, elles ne coïncideraient que très rarement avec les entités politiques qui ont émergé après la première guerre mondiale.

7De ce fait, la création de l'Irak et des autres États sous mandat, ainsi que de la Turquie républicaine, a produit six entités où les forces « normales » d’intégration politique ne se sont pas bien développées et dans bien des cas se sont avérées problématiques. Bien sûr, la notion même d’« intégration nationale » et ce qu'elle implique concrètement est un sujet infiniment complexe. En premier lieu, son fonctionnement peut s’entendre de manières très diverses. L’une des façons de l’aborder, pour reprendre les mots de Benedict Anderson, est de « voir comment ces unités administratives pourraient, avec le temps, arriver à être perçues comme des patries » (Anderson, 1991 : 53) (ce qui implique également une étude de comment elles ne l’ont pas été). Comment alors peut-on essayer de retracer ce que l’on pourrait appeler les étapes de construction d’un sentiment national, ou comment peut-on essayer de définir ce que « être syrien » ou « être irakien » pouvait bien vouloir dire dans les années 1930 et 1940 ?

8En d’autres termes, juste avant la première guerre mondiale, les deux villes principales de ce qui allait devenir la « Syrie », Alep et Damas, étaient égales en rang, mais après 1920, Alep a cédé la première place à Damas. Dans l’Irak sous mandat, les anciennes capitales provinciales de Bassora et Mossoul sont devenues définitivement dépendantes de Bagdad, position qu'elles avaient tenue occasionnellement, mais certainement pas continûment. De quelle manière les notions de « Syrie » et d’«  Irak » se sont-elles progressivement installées dans l’esprit des populations et particulièrement des populations des villes dont le statut avait inévitablement décliné du même coup ? Comment en sont-elles venues à participer à la politique nationale ? Les élites se seraient-elles tout simplement emparé de ces « créations venues d’ailleurs » appelées la Syrie et l'Irak pour leur donner une réalité et un statut propres et arriver ainsi - mais pas de manière très adroite – à substituer l’autorité des autochtones à la domination étrangère ?

9Le cas de l'Irak est bien plus compliqué que celui de la Syrie, car les clivages étaient beaucoup plus flagrants. Les Français choisirent de favoriser les minorités en Syrie parce qu'ils craignaient qu’elles ne se laissent séduire par le mouvement nationaliste. En revanche, les Anglais en Irak ont réellement contribué à la construction du sentiment national, usant bien sûr des moyens les plus susceptibles d'assurer la continuité de leur influence. Toutefois, dans le cas de la Syrie et malgré sa création artificielle, il était relativement facile pour les nationalistes de stimuler le sentiment national et l'intégration nationale. Ainsi, malgré le débat persistant – le plus souvent mal renseigné – sur la fragmentation de l'Irak entre ses éléments Kurde, sunnite et chiite, personne ne parle de la Syrie en ces mêmes termes, malgré sa « création artificielle ».

10En février 1919, les deux plus grands ayatollahs irakiens, Muhammad Taqi al-Shirazi et Shaykh al-Shari‘a al-Isfahani, ont adressé une lettre au Président Woodrow Wilson, alors qu’il participait à la Conférence de la Paix à Paris, pour solliciter son aide à la construction d'un futur État irakien :

« Le désir des Irakiens en tant que peuple dans son ensemble et en tant que nation musulmane, est de se voir accorder la liberté de choisir un nouvel État arabe et musulman indépendant, avec un roi musulman assisté par une assemblée nationale. Quant à la question d’un protectorat – wisâya [britannique] – le choix devrait être donné à l'assemblée nationale de l'accepter ou de le rejeter, après la Conférence de la Paix. »

  • 3 Shirazi (1853-1920) devint marja‘-i taqlid à la mort de Muhammad Kadhim Yazdi en 1919 ; il mourut l (...)

11Le mot « arabe » doit être pris au sens de milieu et non pas au sens exclusivement ethnique, puisque les auteurs étaient eux-mêmes persans (Luizard, 2004) ; une année plus tard, Shirazi était parmi les leaders des événements qui menèrent au soulèvement national de 19203. Il est également intéressant de souligner que le rattachement de Mossoul à l’Irak était attendu par tous les acteurs politiques de l’Irak d’alors, y compris les dirigeants religieux chiites, qui considérait les Kurdes comme des musulmans et ne voyait donc aucune raison pour que l’organisation de leur vie politique ou autre soit assurée dans un État indépendant irakien musulman. Bien sûr la plupart des Kurdes étaient sunnites, et la plupart de chiites arabes, mais il y avait également des Turkmènes sunnites et chiites, et des chiites kurdes et persans en Irak. L'élite arabe sunnite, pour sa part, vit son salut dans un transfert presque sans heurts aux Anglais de la loyauté dont elle avait jusque là fait preuve à l’égard des Ottomans, et put donc dormir plus tranquille avec l’idée d'un État arabe, plutôt qu'islamique. Pour être clair, il faut dire que le type d’État envisagé par les chiites en 1919 et 1920 était islamique au sens où l'État ottoman l’avait été, ou tel que décrit par la constitution persane de 1906, et en aucun cas comparable à la République Islamique d'Iran post-1979, par exemple.

12Les inlassables références faites par l'élite sunnite à l'identité « arabe » de l'Irak et aux liens de l'Irak avec la nation arabe (de même que les efforts de Nuri al-Sa‘id à encourager les divers projets pour « l'unité du Croissant Fertile » [Balfour-Paul, 1982]) servirent à masquer la réalité du statut minoritaire des sunnites et le vrai caractère religieux de l'État et cela aboutit curieusement à une situation où les chiites, qui représentaient et représentent toujours au moins 60 % de la population, furent relégués au rôle de minorité. La réticence des dirigeants chiites à accepter ce rôle, et bien évidemment la dépendance de l'élite sunnite à la Grande-Bretagne - élément indispensable à la poursuite de la mainmise sunnite – provoquèrent par la suite l'expulsion du pays de nombreux « ulama » en 1924 (Luizard, 2004 : 1991).

  • 4 Ayatullah Kashif al-Ghita’ avait fait part de son inquiétude à propos de la vague montante du commu (...)

13Dans une certaine mesure, ce que nous pourrions qualifier d’inversion de réalité est restée incontestée aussi longtemps que la majorité chiite a conservé sa position presque stéréotypée au bas de l'échelle socio-économique. Certains facteurs ont toutefois permis d’éviter que cette situation ne se prolonge éternellement – l’énorme développement de l'éducation entre la fin du Mandat et la deuxième guerre mondiale, qui a continué à un rythme rapide par la suite ; les vagues de migrations de la campagne vers la ville, en particulier en provenance du sud rural, qui ont amené beaucoup de chiites à Bagdad et leur a, de ce fait, permis d’avoir des possibilités d'emploi et d’éducation bien meilleures ; et bien évidemment l’immense croissance des richesses du pays avec l’arrivée des revenus pétroliers dans les années 1950. En outre, à l’instar de presque tous les Irakiens, les chiites se sont peu à peu impliqués davantage dans les affaires politiques et ont notamment pris conscience du fait que leur relative infériorité était façonnée par l’homme et non l’œuvre de Dieu. Ils étaient particulièrement attirés par le parti communiste irakien à son apogée dans les années 1940 et 1950, au risque de s’attirer la colère des dirigeants religieux chiites en s'y associant4. Il est cependant intéressant de souligner qu’après la disparition et la persécution des communistes dans les années 1960, leur principal cheval de bataille, à savoir les problèmes socio-économiques et la lutte pour une justice sociale, fut repris dans les années 1970 et 1980 par des penseurs chiites qui furent à leur tour emprisonnés, expulsés ou exécutés par les baasistes. Enfin, il est important de préciser que même si les baasistes étaient pratiquement tous sunnites, leur persécution du clergé chiite et des organismes politiques pendant les quatre dernières décennies n'avait pas grand chose à voir avec la religion mais était plutôt liée au fait que puisque le parti Baas avait éliminé toute opposition laïque, les ecclésiastiques et les organisations chiites étaient les seuls à avoir encore assez de pouvoir pour rassembler une large portion de la population contre l’oppression et la dictature du parti Baas.

14Abordons maintenant le rôle des forces armées en Irak sous le Mandat britannique et jusqu’à l'indépendance nationale comme encore un autre aspect de « l'intégration nationale ».

Les forces armées et l'État

  • 5 Il exista bien une mission militaire britannique à Bagdad pendant et après le Mandat, qui eut un rô (...)

15L'armée irakienne a été créée très tôt, le 6 janvier 1921, plusieurs mois avant l’arrivée de Faysal ibn Husayn dans le pays et elle a pu augmenter progressivement d'environ 3 500 hommes en 1921 à environ 12.000 hommes à l'heure de l'indépendance en 1932, effectif considéré comme bien insuffisant par Nuri al-Sa‘id et ses amis. L'armée irakienne était une institution entièrement irakienne, c’est à dire qu’elle était commandée par des officiers irakiens5 -contrairement à l'armée syrienne, où bien plus de la moitié des officiers étaient de nationalité française. À la conférence du Caire en mars 1921, des impératifs économiques ont poussé le gouvernement britannique à se contenter d'une présence militaire britannique en Irak bien plus réduite (essentiellement à des escadrons de la Royal Air Force) que celle qui avait été envisagée plus tôt. Autrement dit, la Grande-Bretagne devait continuer de soutenir la formation de l'armée irakienne, mais on jugeait souhaitable que cette contribution reste limitée. Etant donné les multiples problèmes auxquels le jeune État devait faire face à ses débuts, dont, entre autres, celui de trouver un accord sur le type de relation à entretenir avec la Grande-Bretagne, ou encore l’établissement d’une constitution irakienne et ainsi de suite, la question du rôle de l'armée a été laissée de côté un moment, mais elle a refait surface en 1926-27, particulièrement à propos de l'Accord Militaire de 1924, qui devait expirer en 1928. À ce moment-là, théoriquement, l'Irak devait assumer la pleine responsabilité de sa propre défense. Concrètement, comment cela pouvait-il se produire ?

16Il semblait y avoir deux alternatives. D'abord, que l’Irak demande à la Grande-Bretagne de continuer à laisser la RAF et les « Assyrian Levies » (force « coloniale » sous commandement britannique recrutée parmi des réfugiés chrétiens dans l'ouest de l’Iran et le sud-est de la Turquie, dont la plupart étaient arrivés en Irak après la prise de Bagdad par les Anglais en mars 1917) venir en aide à l'armée irakienne en cas de besoin. En même temps, on mettrait la pression sur la Grande-Bretagne pour mener à bien la création d'une Armée de l'Air irakienne, promise lors de l'Accord Militaire de 1924 et dont la formation avait été résolument bloquée par le Ministère de l'Air à Londres. Dans ce cas, le rôle de l'armée irakienne aurait été limité au maintien de la sécurité intérieure : Sir Henry Dobbs, Haut Commissaire, n’a jamais envisagé la possibilité que l’Irak soit capable de se défendre seul contre une invasion de l'extérieur, vision qui ne semblait en rien augurer d’une fin prochaine de la présence militaire britannique ou du Mandat britannique. Dobbs semble avoir considéré la formation d’une armée d’environ 10 000 hommes.

  • 6 L’Armée de l’Air irakienne fut finalement créée en 1931, lorsque cinq pilotes furent envoyés à la b (...)

17La deuxième alternative était celle que préféraient le Roi Faysal et ses plus proches associés, particulièrement Nuri al-Sa‘id et Yasin al-Hashimi anciens officiers ottomans. Ils voulaient une armée beaucoup plus grande (mention fut faite d’un contingent de 15 à 20 000 hommes) ainsi qu'une Armée de l'Air irakienne6. Ils ne voyaient pas d’autre solution pour garantir l'indépendance du pays, puisque l'Irak ne pourrait se passer de l'aide militaire britannique qu’avec une grande armée. Cependant, une armée de cette taille ne pourrait être mise en place sans recourir à la conscription, ce dont les fonctionnaires britanniques en Irak se méfiaient beaucoup. La question de la conscription pesa lourd lors des nombreuses négociations anglo-irakiennes à la fin des années 1920.

  • 7 Conseiller, Ministre de l’Intérieur, au Secrétariat de S.E. le Haut Commissaire C/2341/8/3, 22 août (...)

18La plus grande faille dans le système du roi et de ses associés était que même si le projet de conscription pouvait plaire à certains anciens officiers de l'armée ottomane, il se heurterait à une forte opposition de la plus grande partie du reste de la population. Alors que les citadins sunnites et les fils des chefs de tribus sunnites commanderaient l'armée, consolidant du même coup la dominance sunnite, les tribus chiites du sud et les Kurdes et Yazidis du nord ne seraient pas du tout consentants, précisément pour cette raison. Le Haut Commissaire et le Conseiller au Ministère de l'Intérieur estimèrent tous deux qu’une proposition de conscription serait clairement rejetée. Son application renforcerait le pouvoir des cheikhs des tribus, qui pourraient ainsi, par exemple, régler de vieux comptes en choisissant les sections tribales dirigées par leurs rivaux pour le commandement et en les expédiant à l'armée7. Certaines régions de l'Irak, particulièrement celle de l’Euphrate au sud de Bagdad, devraient être exclues ; en fait, si la conscription était effectivement proposée il serait préférable de retirer les secteurs tribaux en général de son champ d’application. Outre cette limitation dans la conscription, il y avait une autre objection d’importance. Dans le même rapport du Haut Commissaire il était précisé ce qui suit :

  • 8 Haut Commissaire, Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Rapport, Secret, 1er septembre 19 (...)

« Il est à mon avis inadmissible que les avions britanniques soient amenés à bombarder des tribus irakiennes opposées à la conscription pour l'armée irakienne provoquant par là même à l’égard des Anglais en Irak un mécontentement qui résulterait inévitablement de cette tentative d'imposer aux tribus une politique que les Turcs ne leur ont jamais imposée. Si l'armée et la police irakiennes sont susceptibles d'être assez puissantes d'ici 1928 pour assurer une politique de conscription parmi les tribus, laissons-leur cette tâche. »8

19Le mois suivant, en octobre 1926, le gouvernement irakien proposa à Dobbs un projet de loi sur la conscription. En soumettant le projet, ainsi que ses propres commentaires, au Bureau Colonial, Dobbs ne laissa à Whitehall d’autre alternative que d’attaquer le problème de front et d’arriver à la même conclusion que lui. Au Bureau Colonial, Sir John Shuckburgh précisa que l'utilisation des troupes britanniques aux fins d’imposer la conscription en Irak rencontrerait une forte opposition de la part d'autres services gouvernementaux et même de la Grande-Bretagne en général. En outre, la conscription est :

  • 9 Minutes du Bureau Colonial, 18 novembre 1926. CO 730/96/19851.

« une politique qui va à l’encontre de toutes nos traditions et qui jamais n'a été imposée dans ce pays [ Grande-Bretagne ] sauf pendant une brève période... de détresse de la Grande Guerre. Sir Henry Dobbs ose espérer que le gouvernement de l'Irak, sachant qu'il ne peut pas compter sur notre soutien, prendra conscience du fait que la tâche dépasse ses compétences et laissera tomber le projet. Si c’est le cas, tant mieux, mais c’est une forme de pari et comme tout pari il peut ne pas réussir. Mais quoi qu’il en soit, je ne vois aucune autre alternative »9.

20La décision des Anglais de ne pas accorder leur soutien actif fut communiquée au gouvernement irakien en janvier 1927. Bien qu'il n'y ait eu aucune annonce officielle, l'attitude de la Résidence et, par extension, du Bureau Colonial, était bien connue dans les cercles politiques de Bagdad. Au mois de mai, Faysal confia quelque peu naïvement à Dobbs qu'il estimait à regret que la Loi sur la Conscription n’obtiendrait pas une majorité à la Chambre des Députés à moins qu'elle ne soit portée par l’enthousiasme populaire :

  • 10 Extrait d’une conversation avec le Roi Faysal, 13 mai 1927, inclus dans le rapport secret du Haut C (...)

« qui pourrait, selon lui, être généré par l'annonce tant attendue que le Gouvernement de Sa Majesté appuierait, à l'issue de la période de Protocole (c’est à dire en 1928) l'admission de l'Irak à la SDN... Sans cette annonce il devrait abandonner la loi sur la conscription. L’Irak serait alors dans l’impossibilité de fournir les troupes nécessaires au remplacement des forces britanniques et toutes les discussions concernant le nouvel Accord militaire deviendraient très difficiles »10.

  • 11 Haut Commissaire, Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Télégramme 229, 18 mai 1927. CO 7 (...)
  • 12 Voir Delhi, Haut Commissaire de Bagdad, Formation des Cabinets, Dossier 23/14/7, Crise gouvernement (...)
  • 13 Extrait des dossiers des Renseignements Généraux, 28 mai 1927.
  • 14 Le télégramme se termine ainsi : « Je regrette de vous annoncer que Faisal n’a pas paru convaincu . (...)
  • 15 Haut Commissaire, Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Télégramme 262, 10 juin 1927. CO (...)

21Comme le laisse entendre cette conversation, il n'avait pas été annoncé officiellement que les troupes britanniques n’aideraient pas à imposer la conscription. Craignant une crise ministérielle, Dobbs avait fait pression pour que l’on réponde aux désirs de Faysal et avait recommandé à Londres de ne pas insister sur une annonce officielle sauf en cas de questions directes à la Chambre des Députés à Bagdad11. Vers la mi-mai 1927, faute d’évolution sur le dossier de la conscription ou sur la révision des Accords, qui aurait pu – théoriquement - permettre à l'Irak d’entrer à la SDN en 1928, la démission du Cabinet était attendue d’un jour à l’autre12. Apparemment, Faysal promit à plusieurs leaders chiites qu'un nouveau cabinet comprendrait jusqu’à trois chiites, à condition qu’ils acceptent de soutenir la conscription, mais les dirigeants du Hizb al-Nahdha déclarèrent qu'aucun de ses membres n’était prêt à coopérer.13 En fait, tout cela n’était apparemment qu’une sorte de diversion, puisque Dobbs rapporta à Londres le 27 mai que toute cette affaire de menace de démission du Cabinet n’était autre qu’une mise en scène du roi, permettant au Cabinet de critiquer publiquement la lenteur de la Grande-Bretagne à aborder le sujet de la politique militaire et plus généralement la question de l'entrée de l'Irak dans la SDN. Faysal espérait sans doute que cela choquerait assez la Grande-Bretagne pour la pousser à entamer immédiatement les négociations. Dobbs « trouva difficile de s’opposer dans les limites de la bienséance à ce plan rebelle et enfantin » et conseilla au roi de refuser la démission du Cabinet, l'informant en même temps de ses propres efforts pour obtenir l'accord de Londres sur une politique de silence à propos de la nature exacte de la participation britannique à l'application de la conscription14. Quatre jours plus tard on rapporta que le Cabinet avait retiré sa demande de démission. Le 8 juin, dernier jour de la session parlementaire à Bagdad, le Projet de Loi sur la Conscription fut officiellement présenté en première lecture à la chambre des députés. Comme il fallait le prévoir, le Ministre de l'Education, Sayyid ‘Abd al-Mahdi, démissionna immédiatement, mais vers la fin de la session le projet fut délicatement relégué au second plan15.

22Bien que la situation politique à Bagdad se soit calmée momentanément, Dobbs était préoccupé par le comportement du roi et de son entourage immédiat. Dans une lettre personnelle à Amery, Secrétaire Colonial, le 14 juin, il évoqua la possibilité que le roi, Yasin al-Hashimi et Nuri al-Sa‘id essayaient délibérément de compliquer les choses : ils voulaient former « une grande armée libre du commandement britannique, et en même temps bénéficier de notre aide et de notre protection pendant la formation de cette armée ». De plus, ils insistaient qu'une telle armée ne pouvait être créée que par conscription. Pour sa part, Faysal avait conscience de la nécessité de la présence de la RAF en Irak, mais croyait que la Grande-Bretagne était tout autant disposée à y maintenir des escadrons de l’armée de l'air pour protéger ses intérêts pétroliers, ses communications impériales et autres intérêts britanniques. Par conséquent, selon le Haut Commissaire, Faysal arriverait à un compromis ; la Grande-Bretagne recommanderait l’entrée de l'Irak dans la SDN en 1928, et en retour, Faysal permettrait au RAF de rester en Irak pendant une période limitée. De plus, le roi et le gouvernement irakien exigeraient de commander totalement l'armée irakienne. Quoi qu’il en soit, la Grande-Bretagne ne laisserait pas l’Irak plonger dans le chaos, puisque cela serait autant contraire à ses intérêts qu’à ceux de l'Irak. D’un autre côté, si la Grande-Bretagne ne cédait pas, le roi et son entourage essaieraient probablement de soulever le pays en faveur de l'indépendance totale :

« L’objectif du roi, de Nuri et de Yasin est, d'une part, d’attiser suffisamment le sentiment ou les manifestations anti-Britanniques pour faire passer la loi sur la conscription et effrayer le gouvernement britannique pour qu’il assouplisse son commandement et, d'autre part, d’étouffer l'agitation lorsqu’ils auront atteint leurs objectifs pour revenir avec courbettes et sourires vers une alliance très détendue avec la Grande Bretagne. Le roi a adopté exactement la même attitude en 1922 lorsque Cox a été insulté au Palais. La crise appendiculaire très opportune du roi a alors sauvé la situation. Nous ne pouvons pas compter sur une deuxième appendicite ».

  • 16 Dobbs à Amery, DO/SO 1334, 14 juin 1927. CO 730/120/40229, Section II.

23Le Haut Commissaire considérait que si la RAF devait rester en Irak après 1928, il ne serait en aucun cas question d’assouplissement du contrôle britannique sur les forces armées irakiennes. Ainsi le Palais et la Résidence estimaient chacun de son côté qu’ils détenaient la carte maîtresse : Faysal pensait que les Anglais ne partiraient pas en raison de leurs intérêts pétroliers et Dobbs croyait que Faysal ne pourrait pas rester sur le trône sans la présence militaire britannique.16

  • 17 Cab 38(27) 4 juillet 1927 : Secrétaire d’État pour les Colonies au Haut Commissaire, Bagdad Télégra (...)

24Par la suite il fut convenu que la Grande-Bretagne maintiendrait la RAF en Irak, formerait et équiperait une Armée de l'Air irakienne et maintiendrait deux bataillons d’Assyrian Levies comme troupes impériales assurant la surveillance de l’aérodrome (pour la RAF). Après que le gouvernement britannique ait accepté ces arrangements le 6 juillet 1927, Dobbs fut désigné pour les communiquer au cabinet irakien, avec l'assurance que la Grande-Bretagne soutiendrait la candidature de l'Irak à la SDN en 1932, « à condition que le rythme actuel de développement soit maintenu ». Il est possible qu’on ait alors conclu que Faysal et son entourage avaient obtenu l’essentiel de ce qu'ils voulaient17 mais, comme les événements qui suivirent le prouvèrent, on dut se résigner à apaiser la colère d’un roi qui considérait n’avoir été entendu qu’à moitié. Les échanges continuèrent d’être déplaisants pendant deux ans jusqu'à ce que le gouvernement britannique décide que seul son soutien inconditionnel à l'entrée de l'Irak dans la SDN débloquerait la situation. Une citation intéressante illustre à la fois le dilemme de la Grande-Bretagne et la complexité de la réalité du Mandat :

  • 18 « Irak : Proposition de Révision de Traité » loc. cit.

« Pour le meilleur ou pour le pire nous avons choisi le Roi Faisal comme instrument de notre politique. Aux yeux du monde nous nous identifions à son régime. Il a certes ses défauts comme le reste d’entre nous, mais dans l’ensemble il nous a bien servis et nous sommes fermement opposés à toute action qui pourrait le contrarier sérieusement ou le placer dans une position qu'il considérerait comme insupportable. Sans sa bonne volonté et sa coopération (pour ne pas parler du risque de provoquer son hostilité sournoise) notre position deviendrait insupportable. Nous ne pouvons pas, en effet, obtenir que l'Irak soit satisfait sans que Faisal soit raisonnablement satisfait »18 .

25Il est également intéressant de souligner que Dobbs a écrit à Londres en octobre 1927, quelques jours après la première grande découverte d’un gisement de pétrole (à Baba Gurgur, près de Kirkuk) :

  • 19 Mémo de Sir Henry Dobbs, 18 octobre 1927. CO 730/123/40465. La grande découverte d’un gisement de p (...)

« les énormes engagements récents du T.P.C. et de l'A.P.O.C. en Irak et les découvertes d'immenses quantités de pétrole dans leurs concessions rendent maintenant impossible l’abandon du contrôle de l'Irak sans préjudices importants aux intérêts britanniques et étrangers. La situation était très différente quand l'existence du pétrole était incertaine, comme c’était le cas lors des dernières discussions sur le traité anglo-irakien »19.

26Pour conclure, en septembre 1929, la Grande-Bretagne avait accepté de recommander sans réserve l'adhésion de l’Irak à la Société des Nations en 1932. La Grande-Bretagne continua à maintenir la RAF en Irak pour assurer la sécurité des communications impériales (et aussi, indirectement, pour s'assurer qu'aucun gouvernement irakien ne ferait un pas de trop dans une mauvaise direction) et pour s’assurer que tous les fonctionnaires étrangers seraient britanniques. La question de la conscription pour l'armée irakienne fut discrètement mise de côté, pour être par la suite imposée en 1934. Un an plus tard – et ce n’était pas une coïncidence même s’il n’y avait pas rapport direct de cause à effet – un très grand soulèvement des tribus méridionales se produisit, qui menaça de renverser le gouvernement et on dut recourir à l'aide de la RAF pour l’enrayer.

  • 20 Sluglett, 1976 : 259-272. Pour une étude approfondie du rôle de la RAF dans la politique impériale, (...)

27Ce qui ressort essentiellement de cet épisode c’est que la Grande-Bretagne souhaitait, de manière générale mais aussi certainement quelque peu confuse, se débarrasser des problèmes posés par le manque d'intégration de l'État irakien et qu’elle en arriva donc à adopter, dès le début, une politique qui, bien que peu coûteuse à mettre en place, fut une source de pression sur l’« administration ». J'ai évoqué ailleurs comment la RAF s’employait à maintenir l'ordre parmi les Kurdes et les tribus méridionales, et comment les tribus qui ne se soumettaient pas au gouvernement, c’est à dire les tribus qui refusaient de payer leurs impôts, étaient bombardées pour non-paiement20. De la même manière, l'administration de l’occupation britannique, et plus tard le gouvernement de l'Irak, accordèrent d’importantes exonérations d'impôt aux cheikhs tribaux en échange de leur prise en charge administrative des secteurs qu'ils contrôlaient. Et donc le maintien de l'ordre par les airs, d'une part, et l’octroi des responsabilités juridiques et administratives aux cheiks et à leurs armées privées, de l'autre, eurent inévitablement pour conséquence de séparer, et souvent d’aliéner le « peuple » de « l'État. »

28Le cours des événements fut complètement différent en Syrie, même si sur de nombreux points importants on en arriva aux mêmes résultats. En bref, les Français en Syrie n’eurent pas à faire face à une opposition largement mobilisée contre l'intrusion du gouvernement, comme les Anglais dans plusieurs des régions retirées de l'Irak rural ou montagneux ou comme leurs propres compatriotes par exemple au Maroc, où l'imposition de l'ordre, dite pacification, ne s’acheva qu'au milieu des années 1930. Nous ne faisons pas référence ici aux « mouvements nationalistes » mais plutôt aux diverses formes de résistance de la part de grandes régions des pays en question à toute exigence de soumission au gouvernement central, généralement pour la première fois - les régions Kurdes et les marais du sud de l'Irak et les régions plus isolées du Haut Atlas et du Rif marocain étant des exemples notoires. De telles conditions n’existaient pas en Syrie et, qui plus est, la Syrie n’était pas entourée de voisins potentiellement hostiles – comme par exemple, la Turquie qui attaquait occasionnellement la frontière nord de l'Irak et les ikhwan du Najd actifs à la frontière saoudi-irakienne jusqu'à leur défaite face à la RAF et aux Saoudiens à la fin des années 1920.

Certaines caractéristiques de la politique Moyen-Orientale pendant la période du Mandat et immédiatement après

29En conclusion, permettez-moi quelques généralisations à propos de « l’héritage colonial ». Sur le plan positif, la France et la Grande-Bretagne se sont efforcées d’introduire dans les États sous mandat une administration publique à caractère méritocratique qui fonda, ou parfois perpétua, une tradition de service public durable. Des services techniques ou administratifs liés aux travaux publics, à l'agriculture, à l'éducation, à la médecine et à la santé publique, au cadastre et au recensement des terrains, furent créés pendant le Mandat ou conservés depuis l’époque ottomane. Bien sûr, le processus connut aussi un certain nombre d'aspects très négatifs. L'État responsable du territoire sous mandat était censé agir in loco parentis jusqu'à ce que le territoire puisse « marcher tout seul » mais ni les structures politiques ni les institutions de la société civile, en Irak et en Syrie, ne furent développées d’une façon qui aurait indiqué que l'une comme l'autre puissance mandataire ne s’était vraiment préparée à cette éventualité. L’histoire post-coloniale de l'Irak et de la Syrie est, sans même rentrer dans trop de détails, pour le moins assez morose ; il y a un manque évident de stabilité et d’institutions compétentes de la société civile.

  • 21 Chancellerie, Bagdad, au Département des Affaires Orientales, Foreign Office, le 16 juillet 1946, F (...)

30La Grande-Bretagne a quitté l'Irak en 1932, mais l'influence (pour ne pas dire l'interférence) britannique a continué jusqu'au renversement de l’ancien régime en 1958. Pour preuve, la célèbre remarque d’un fonctionnaire en poste à Bagdad en 1946, qui disait : « tant que la vieille clique reste au pouvoir, ce pays ne peut espérer progresser bien loin »21 mais, comme en Égypte, la « vieille clique » était si solidement en place qu’il s’est avéré très difficile de l’en faire bouger. Et tout cela parce que la machine politico-administrative qui avait été mise en place n'a pas pris en compte, ou n’a pu s’adapter au transfert pacifique du pouvoir du « gouvernement » à l’« opposition » (comme ce fut le cas, dans une certaine mesure, dans la Turquie d'après-guerre). En Irak, ce qu'on pourrait appeler « l'arène politique autorisée » était très étroite, si bien que la « politique » s’avéra presque marginale et de manière générale non-représentative des intérêts de la classe moyenne croissante de bureaucrates, enseignants, petits fonctionnaires et « petits bourgeois » qui a émergé dans les années 1950. La montée en puissance de Nasser et l'accroissement des inégalités sociales motivèrent un nouveau calendrier politique que les mécanismes existants pouvaient réprimer mais non pas satisfaire. Les partis communiste, nationaliste arabe et islamique n’étant pas autorisés, ils existaient dans la clandestinité et dans un climat de conspiration. Les forces armées relativement efficaces que la Grande-Bretagne avait formées en Irak facilitèrent les coups d’état plutôt que les transitions démocratiques, et la monarchie, ainsi que les quelques traditions de « démocratie bourgeoise » qui pouvaient exister, s’effondrèrent rapidement face au défi militaire du 14 juillet 1958.

  • 22 « Aucun des trois partis (Radical Socialiste, Socialiste et Communiste) qui constituaient le Front (...)

31Bien que les Français soient restés plus longtemps en Syrie, l'évacuation des troupes françaises en 1946 a marqué une coupure plus définitive que le départ de la Grande-Bretagne d’Irak en 1932, en partie, peut-être, en raison de l’escalade de violence et du sentiment de malaise profond des dix-huit derniers mois de la présence française. La France n'avait jamais réussi à rallier une base importante au delà de ses « traditionnels défenseurs », mais elle avait été obligée d’autoriser des élections relativement libres dès le début des années 30. Le Bloc National, qui représentait une forme modérée de nationalisme syrien, avait été au pouvoir à diverses reprises depuis l'offre faite par le gouvernement de Blum de négocier un traité en 193622. Il avait réussi à survivre à l'échec de ces négociations ainsi qu’à la perte du Sandjak d'Alexandrette et lors des élections de juillet 1943 il reprit en quelque sorte un nouveau souffle sous la direction de Shukri al-Quwwatli.

  • 23 Voir, par exemple, Guillermo O’Donnell, The State, Democratization, and some Conceptual Problems (a (...)

32Bien que dans des conditions très différentes de celles de l’Irak, « la démocratie bourgeoise » échoua de façon aussi spectaculaire en Syrie. Les coups d’état militaires se succédèrent à intervalle régulier vers la fin des années 1940 et 1950, malgré le retour au pouvoir à diverses reprises des « anciennes classes sociales », notamment entre 1961 et 1963. L'Irak et la Syrie sont entrés dans une période de régime militaire et de dictature d’un parti (ou d’une famille) dont aucun des deux n’est entièrement sorti, et dont ils ressentent toujours les conséquences. Ce qui est apparu en Irak et en Syrie est une structure qui nous est familière pour avoir été celle d'autres territoires autrefois colonisés, c’est à dire un « État à l’autonomie relative ». En tant qu'institution, l'État n'est pas profondément ancré dans la société, et sa nature généralement répressive signale que l’opinion publique ne lui est pas vraiment favorable., Ses citoyens tournent tant qu’ils le peuvent le dos à l’État et essaient de s’en passer, s’appuyant plutôt sur les réseaux de leur famille, proches, tribu, village, appartenance ethnique et ainsi de suite. En outre, bien que solides et relativement diversifiées, les classes moyennes restent économiquement faibles et ne peuvent ni développer ni appliquer leurs propres idéologie et aspirations (en termes de capitalisme) à l’ensemble de la nation. D'autres institutions de la société civile (parlements, syndicats, partis politiques « authentiques », associations professionnelles et civiques) sont pour la plupart inexistantes ou existent seulement de manière symbolique ou complice. Peu importe la durée de leur domination dans ces deux pays, les gouvernements ou régimes sont fondamentalement instables car leurs racines sont peu profondes ; longévité ne doit pas être confondue avec stabilité. Comme nous n’en sommes que trop tristement conscient, « les États post-révolutionnaires » du Moyen-Orient ont encore du chemin à parcourir pour atteindre le niveau plus élevé de démocratie post-dictature qu’ont atteint, même de façon précaire, plusieurs États d'Amérique latine lors des dernières années du xxe siècle23.

Haut de page

Bibliographie

Anderson Benedict, 1991, Imagined Communities ; Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, 2nd edition, London, Verso.

Balfour-Paul H.G., 1982, « Iraq : the Fertile Crescent Dimension », in Tim Niblock (ed.), Iraq : the Contemporary State, London, Croom Helm : 7-26.

Batatu Hanna, 1981, « Iraq’s Underground Shi‘a Movements : Characteristics, Causes and Prospects », Middle East Journal, 35 : 578-594.

Cohen William B., 1972, « The Colonial Policy of the Popular Front », French Historical Studies, 7: 368-93.

Hobsbawm Eric, 1990, Nations and Nationalism since 1780: Programme, Myth, Reality, Cambridge, Cambridge University Press.

Khoury Philip S., 1987, Syria and the French Mandate: The Politics of Arab Nationalism, 1920-1946, Princeton, NJ, Princeton University Press.

Louis Wm. Roger, 1984, The British Empire in the Middle East 1945-1951: Arab Nationalism, The United States and Postwar Imperialism, London, Oxford University Press.

Luizard Pierre-Jean, 1991, La formation de l'Irak contemporain : le rôle politique des ulémas chiites a la fin de la domination ottomane et au moment de la construction de l'État irakien, Paris, Editions du CNRS.

Luizard Pierre-Jean, 2004, « Le mandat britannique en Irak : une rencontre entre plusieurs projets politiques » in Peter Sluglett and Nadine Méouchy (eds.), The British and French mandates in comparative perspectives/Les mandats français et anglais dans une perspective comparative, Leiden, Brill : 361-384.

Momen Moojan, 1985, An Introduction to Shi‘i Islam; the History and Doctrines of Twelver Shi‘ism, New Haven, Yale University Press.

Naef Silvia, 1996, « Un réformiste chiite - Muhammad Husayn Āl Kasif al-Gita », Welt des Orients, 27 : 51-86.

Omissi David, 1990, Air Power and Colonial Control: the Royal Air Force 1919-1939, Manchester, Manchester University Press.

Peter Frank, 2004, « Dismemberment of empire and reconstitution of regional space: the industries of Damascus between 1918 and 1946 », in Peter Sluglett and Nadine Méouchy (eds.), The British and French mandates in comparative perspectives/Les mandats français et anglais dans une perspective comparative, Leiden, Brill: 415-446.

Sluglett Peter, 1976, Britain in Iraq 1914-1932, London, Ithaca Press.

Sluglett Peter, 2002, « Aspects of Economy and Society in the Syrian Provinces: Aleppo in Transition, 1880-1925 », in Leila Tarazi Fawaz and C. A. Bayly (eds.), Modernity and Culture from the Mediterranean to the Indian Ocean, New York, Columbia University Press: 144-157.

Haut de page

Notes

1 Dans certaines régions de l’Inde des institutions parlementaires ont été mises en place suite aux réformes Montagu-Chelmsford de 1919.

2 Le texte de la conférence de Renan, donnée à la Sorbonne le 11 mars 1882, a été publié à Paris plus tard la même année.

3 Shirazi (1853-1920) devint marja‘-i taqlid à la mort de Muhammad Kadhim Yazdi en 1919 ; il mourut le 28 août 1920 au tout début de la révolte. Isfahani (1849-1920) succéda à Shirazi comme marja‘ pendant quelques mois (jusqu’à sa mort le 20 décembre 1920). Voir Momen, 1985 : 321-322.

4 Ayatullah Kashif al-Ghita’ avait fait part de son inquiétude à propos de la vague montante du communisme dès 1953 ; voir Batatu, 1991, et Naef, 1996.

5 Il exista bien une mission militaire britannique à Bagdad pendant et après le Mandat, qui eut un rôle épisodique de supervision mais qui ne s’intégra jamais dans l’armée irakienne. D’autre part, de nombreux officiers irakiens furent formés en Grande-Bretagne.

6 L’Armée de l’Air irakienne fut finalement créée en 1931, lorsque cinq pilotes furent envoyés à la base RAF de Cranwell pour être formés. Dans les années 30, il y eut de nombreuses plaintes à propos de l’incapacité de la Grande-Bretagne à fournir des avions et tout autre équipement.

7 Conseiller, Ministre de l’Intérieur, au Secrétariat de S.E. le Haut Commissaire C/2341/8/3, 22 août 1926. Delhi, Haut Commissariat de Bagdad, Affaires Militaires, Dossier 4/69 vol. I, Conscription.

8 Haut Commissaire, Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Rapport, Secret, 1er septembre 1926. CO 730/95/17572.

9 Minutes du Bureau Colonial, 18 novembre 1926. CO 730/96/19851.

10 Extrait d’une conversation avec le Roi Faysal, 13 mai 1927, inclus dans le rapport secret du Haut Commissaire de Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, le 3 mai 1927. Delhi, Haut Commissaire de Bagdad, Affaires Militaires, Dossier 4/69 Vol I, Conscription.

11 Haut Commissaire, Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Télégramme 229, 18 mai 1927. CO 730/108/40008.

12 Voir Delhi, Haut Commissaire de Bagdad, Formation des Cabinets, Dossier 23/14/7, Crise gouvernementale mai-juin 1927.

13 Extrait des dossiers des Renseignements Généraux, 28 mai 1927.

14 Le télégramme se termine ainsi : « Je regrette de vous annoncer que Faisal n’a pas paru convaincu ... Le portrait élogieux de lui paru dans le livre de Lawrence lui est « monté à la tête » et il semble avoir décidé de se rendre à Londres plus tôt » Haut Commissaire Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Télégramme 241, 27 mai 1927. CO 730/108/40008.

15 Haut Commissaire, Bagdad, au Secrétaire d’État pour les Colonies, Télégramme 262, 10 juin 1927. CO 730/108/40004.

16 Dobbs à Amery, DO/SO 1334, 14 juin 1927. CO 730/120/40229, Section II.

17 Cab 38(27) 4 juillet 1927 : Secrétaire d’État pour les Colonies au Haut Commissaire, Bagdad Télégramme 232, 6 juillet 1927. CO 730/120/40299 Section II.. Vers la fin du mois de septembre, aucune déclaration publique n'avait été faite à Bagdad : on pensait encore généralement en Irak que les changements les plus importants, voire même l’admission à la SDN, étaient encore en phase de négociation. Voir « Iraq : Proposition de Révision de Traité » Bureau Colonial, Affaires du Moyen-Orient, 28 septembre 1927. CO 730/120/40299 A Section I.

18 « Irak : Proposition de Révision de Traité » loc. cit.

19 Mémo de Sir Henry Dobbs, 18 octobre 1927. CO 730/123/40465. La grande découverte d’un gisement de pétrole s’était produite le 15 octobre.

20 Sluglett, 1976 : 259-272. Pour une étude approfondie du rôle de la RAF dans la politique impériale, voir Omissi, 1990 : 18-38.

21 Chancellerie, Bagdad, au Département des Affaires Orientales, Foreign Office, le 16 juillet 1946, FO 371/52315/E 7045 ; cité par Louis, 1984 : 309.

22 « Aucun des trois partis (Radical Socialiste, Socialiste et Communiste) qui constituaient le Front n’était inconditionnellement anti-colonial et… même leur dévouement à la réforme était au mieux équivoque ». Cohen, 1972 : 368-93, cite par Philip Khoury, 1987 : 485.

23 Voir, par exemple, Guillermo O’Donnell, The State, Democratization, and some Conceptual Problems (a Latin American view with glances at some Post-Communist Countries)”, et Luiz Carlos Bresser Pereira, José María Maravall et Adam Przeworski, Economic Reforms in New Democracies: a Social-Democratic Approach, tous deux publiés par William C. Smith, Carlos H. Acuña et Eduardo H. Gamarra (eds.), Latin American Political Economy in the Age of Neoliberal Reform: Theoretical and Comparative Perspectives for the 1990s (New Brunswick, NJ, et Londres: Transaction Publishers, 1994) : 157-79, 181-205.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Sluglett, « Une mission sacrée pour qui ? Quelques réflexions sur l’Intégration Nationale et le Mandat britannique en Irak », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3271

Haut de page

Auteur

Peter Sluglett

Département d’Histoire, Université de Salt Lake City, Utah

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page