Navigation – Plan du site
II. Identités, exils et retours

Les autres Irakiens : émigrés et exilés d’avant 2003 en Jordanie et leurs récits d’appartenance (Une recherche en cours)

The Other Iraqis: Pre-2003 Migrants and exiles in Jordan and their narratives of Belonging
Hala Fattah
Traduction de É. Longuenesse
p. 127-136

Résumés

Cet article s’intéresse à une importante minorité de la communauté irakienne exilée à Amman (Jordanie), à savoir la génération des années 1950. Après une brève présentation de l’histoire de l’émigration irakienne en Jordanie, l’auteur évoque les quelques travaux sociologiques sur les Irakiens à Amman et dans les autres villes jordaniennes. La seconde section de l’article est consacrée à l’analyse de la manière dont cette génération formule l’identité ou les identités irakiennes, la question communautaire, celle des droits des femmes et la notion de gouvernance. Bien qu’il s’agisse d’une étude à ses débuts, l’exploration par l’auteur de cette histoire orale introduit des nuances passionnantes à notre connaissance de l’histoire irakienne, qu’elle s’efforce de relier (de façon encore impressionniste) au récit plus large de la mémoire irakienne.

Haut de page

Texte intégral

1Avant la guerre de 2003, peu de journalistes trouvaient intéressant d’écrire sur l’importante et fluctuante communauté des migrants, exilés et réfugiés irakiens à Amman et dans les autres villes jordaniennes. Il semblait se produire toujours plus d’histoires sensationnelles en Palestine, en Syrie, au Liban ou en Égypte. Il est vrai que ce désintérêt ne troublait guère les jours de la plupart des membres de la communauté irakienne plutôt soucieux de se tenir éloignés des médias étrangers, de peur d’être pris en défaut et de devenir la cible d’espions zélés, aussi bien Irakiens que Jordaniens. Puis arriva la guerre de 2003 et la situation des Irakiens en Jordanie bascula du jour au lendemain. D’un seul coup, le manteau d’invisibilité et d’anonymat fut levé et une masse de reporters s’abattit sur la Jordanie pour interviewer le moindre Irakien qui acceptait de faire part de son opinion à la presse internationale. Il y avait un fort désir de la part des médias du monde de comprendre ce que les Irakiens pensaient du conflit imminent, du rôle de Saddam Hussein, de l’obsession américaine à l’égard des armes de destruction massive, et des questions de la démocratie et de la dictature. D’évidence, un tel intérêt était en phase avec la politique américaine, puisque tard dans la journée, le Président Bush et son administration commencèrent à insister sur le fait qu’après tout, la guerre était menée pour les Irakiens et qu’il était donc judicieux de les écouter.

2Mais quiconque a vécu en Jordanie pendant quelque temps sait que la communauté irakienne, aussi secrète et solidaire soit-elle, n’y est pas nouvelle et qu’elle a en fait une longue histoire dans ce pays. Avant la guerre de 2003, on pouvait dire que la Jordanie était – et en un sens elle est toujours – le plus important voisin de l’Irak. À Amman, la capitale et le centre nerveux de la Jordanie, des vagues successives d’exilés et de réfugiés irakiens sont arrivées et se sont installées, de même que dans d’autres villes jordaniennes, au moins depuis 1958. Bien que la plupart n’aient à l’origine été qu’en transit vers d’autres destinations, un certain nombre s’est installé à Amman, Irbid, Zarqa et Aqaba.

Une brève histoire des Irakiens en Jordanie

3Il est utile de comprendre le contexte de la migration continuelle vers la Jordanie en provenance d’Irak. En 1958, quand la monarchie irakienne fut renversée, plusieurs familles de notables proches du roi s’installèrent à Amman. Bien que finalement la plupart soient finalement reparties vers Beyrouth ou Londres, certaines restèrent et d’autres individus ou familles irakiennes les rejoignirent dans les années 1970, quand le pouvoir des baassistes se durcit en Irak. Ces premiers arrivants furent accueillis à bras ouverts. Ils étaient monarchistes, souvent arabes sunnites, et représentaient les familles dominantes de l’Irak Hachémite ayant des liens familiaux, idéologiques et politiques avec les Hachémites de Jordanie. Deux exemples suffiront : le premier est celui de Taymûr Ghâzî al-Daghistânî, fils du général Ghâzi al-Daghistânî, bras droit de la monarchie à l’époque du Pacte de Bagdad. Taymûr Ghâzî al-Daghistânî épousa la soeur du roi Hussein, la princesse Basma bint Talal. Le second exemple est celui du Général Abbûd Salîm Hasan, qui s’enfuit avec son avion de chasse vers la Jordanie lors de la révolution de 1958 et plus tard prit le commandement de l’aviation militaire jordanienne dans les années 1970.

  • 1 Conversation avec un médecin irakien.

4La seconde phase de l’émigration jordanienne vers la Jordanie se produisit durant la guerre Irak-Iran de 1980-88. Durant ces huit longues années, les Irakiens n’avaient pas le droit de sortir de leur pays, mais nombre d’entre eux réussirent à partir malgré tout, par les routes détournées du nord de l’est ou de l’ouest. Les frontières de la Jordanie ont toujours été ouvertes aux Irakiens durant cette période et elle était, avec le Yémen, l’un des deux pays arabes qui « accueillaient » les Irakiens sans poser de questions. Mais la démographie irakienne se transforma durant cette période ; les Irakiens qui arrivaient étaient désormais le plus souvent issus des classes moyennes inférieures, chiites et parfois déserteurs. Il vaut la peine de noter que ces années sont celles où l’on assiste à un mouvement massif de départ d’Irakiens qualifiés, à partir de la fin des années 1970, jusque dans les années 1990. L’installation de médecins irakiens fut particulièrement notable à Irbid, où leur talent et leurs compétences furent accueillies avec enthousiasme par les universités locales. On disait que les chirurgiens irakiens avaient acquis une expérience remarquable dans le traitement des blessures et traumatismes durant la guerre Irak-Iran et pouvaient enseigner aux étudiants en médecine jordaniens ce qu’ils avaient appris durant ces années1.

5La troisième phase de l’immigration irakienne en Jordanie commence dans les années 1990, pendant la période des sanctions. En 13 ans (1990-2003), la Jordanie a été submergée par les Irakiens fuyant leur pays. Parce que l’une des clauses imposées par les accords négociés entre négociateurs irakiens et américains à la fin de la guerre 1990-91 était la liberté de passage pour les Irakiens souhaitant quitter leur pays, la Jordanie (et la Turquie) devinrent les principales destinations des Irakiens fuyant la pauvreté, l’absence d’avenir et la répression croissante en Irak. Les années 1990 furent les pires années pour les relations entre la Jordanie et l’Irak. D’un côté, le gouvernement jordanien dut appliquer le régime des sanctions qui non seulement entraînait d’énormes souffrances pour le peuple irakien (et un fort ressentiment chez les Jordaniens ordinaires), mais en outre empêchait les entrepreneurs jordaniens de traiter avec un marché autrefois florissant (ultérieurement transformé en économie captive dans le cadre de l’accord pétrole contre nourriture de 1996). De l’autre, ce gouvernement dut faire face à la pression suscitée par l’énorme flux d’Irakiens quittant leur pays et arrivant en Jordanie. Alors qu’ils avaient déjà été historiquement les principaux soutiens pour des milliers de réfugiés palestiniens et de déplacés palestiniens entre 1948 et 1991, les Jordaniens furent résolus à empêcher que les Irakiens leur posent à nouveau un problème équivalent à celui que leur avait posé l’exode des Palestiniens.

Réfugiés et migrants irakiens en Jordanie : la dernière sortie

6Deux études très intéressantes expliquent le contexte dans lequel s’inscrit l’expansion continue de la communauté irakienne dans les années 1990. En 2002, Géraldine Chatelard a rédigé une remarquable étude sur les immigrants irakiens en Jordanie, les réseaux religieux qui les soutiennent et les cercles de contrebande qui offrent leurs « services » aux Irakiens cherchant à émigrer vers l’Europe. Observant qu’en 2001 « les Irakiens représentaient le principal dossier de réfugiés dans le monde » (Chatelard, 2002 : 3), l’auteur affirme que les Irakiens ont quitté leur pays en masse, poussés à la fois par les persécutions et les difficultés économiques. À partir de 1991, des vagues de réfugiés chiites sont arrivées en Jordanie, suite à la répression qui s’est abattue sur les régions sud de l’Irak, après l’explosion de la révolte contre Saddam Hussein. Bien que nombre de ces réfugiés ne soient entrés en Jordanie qu’à titre temporaire, dans l’espoir d’obtenir l’asile dans d’autres pays, le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies rapporta que de 1 à 2 millions d’Irakiens étaient arrivés en Jordanie dans les années 1990. Toujours selon Chatelard, alors que la frontière avec l’Irak était restée ouverte tout au long de la période

Jordan has adopted a set of discriminatory social measures against Iraqi forced migrants, including those registered as asylum seekers: they cannot work legally, schooling for children has been made extremely difficult, almost no aid and relief is provided, and access to medical facilities is more expensive than for Jordanian nationals (Ibid: 5)

7Ainsi qu’il a été expliqué ci-dessus, le poids supporté par la Jordanie pour l’installation des réfugiés et déplacés palestiniens était totalement disproportionné au regard de ses ressources naturelles et de ses revenus, ce qui faisait qu’il lui était quasiment impossible de s’occuper d’un autre groupe d’immigrants, en lui apportant le même niveau d’assistance. Pourtant, la négligence du gouvernement jordanien et la gestion apparemment désastreuse du problème irakien par le HCR ont suscité une réaction violente dans la population des réfugiés. Principalement parce qu’ils avaient besoin de se serrer les coudes (band together) pour survivre, les chrétiens et les chiites irakiens se sont tournées vers leurs réseaux religieux pour alléger leur malheur et ont eu recours aux passeurs clandestins (illegal smugglers) pour fuir vers l’Europe.

8La seconde étude (Womens' Commission, 2003) porte sur la crise des réfugiés irakiens à la veille de la guerre de 2003. Encore une fois, les facteurs d’attraction-répulsion ayant conduit au départ des Irakiens sont analysés, ainsi que le poids numérique des réfugiés irakiens en Jordanie. Dans cette étude, l’auteur a estimé à environ un million le nombre de déplacés internes en Irak, tandis que 305 000 Irakiens sont légalement enregistrés auprès des services de l’ONU en Jordanie. Ici aussi, est souligné le fait que le gouvernement jordanien n’offre qu’une assistance et une protection très réduites aux Irakiens, et bien expliquée la réticence des Irakiens à se faire connaître auprès de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, le HCR, réputé pour sa lenteur à réagir. Finalement, ce rapport conclut que du fait du ralentissement des procédures américaines en matière de traitement des dossiers de réfugiés depuis les évènements du 11 septembre 2002, les États-Unis ne sont pas le meilleur modèle de paradis pour réfugiés.

Les « anciennes classes sociales » regardent en arrière

9Alors que les conditions de l’immigration, de l’exil forcé et de la réinstallation des Irakiens nouvellement arrivés en Jordanie a déjà été relativement bien étudié, même si l’on pourrait souhaiter qu’elles le soient de façon plus complète encore, il est un groupe qui a échappé à l’attention des statisticiens et des démographes. Parce qu’il s’agit d’un groupe aisé, qui a quitté l’Irak il y a longtemps et s’est assimilé à la société jordanienne plus rapidement que les nouveaux venus, la bourgeoisie irakienne s’est débrouillée par ses propres moyens et elle n’a pas suscité l’attention qu’elle méritait. Mon sentiment est que cette communauté irakienne, exilée de longue date, divisée par l’appartenance communautaire et ethnique et par les opinions politiques, offre les plus fascinants témoignages de déplacements et d’appartenances parmi les Irakiens de la grande diaspora. En même temps, du fait de leur âge, de leur éducation, de leur culture et de leur expérience, ce groupe nous fournit une représentation passionnante de la société irakienne, des années 1940 aux années 1980, ses membres peuvent encore parler à une nouvelle génération d’Irakiens, à l’étranger comme dans le pays, avec la même passion et le même espoir qu’ils expriment entre eux.

10Comment les bouleversements économiques, politiques et militaires des années qui précèdent 2003 se sont-ils répercutés sur la conscience que les Irakiens avaient d’eux-mêmes, et de leurs appartenances ? Les politiques identitaires, aujourd’hui considérées comme l’un des principaux problèmes de l’Irak d’après-guerre ont-elles aussi émergé des vicissitudes de la migration forcée et de la distance imposée par l’exil ? Finalement, comment la guerre et l’occupation ont-elles affecté les représentations et les opinions des milliers d’Irakiens vivant à Amman ?

  • 2 Je remercie le TAARII de m’avoir autorisé à exploiter certains résultats de ces entretiens pour cet (...)

11En 2005, l’Institut Américain de Recherche Universitaire en Irak (The American Academic Research Institute in Iraq, désormais TAARII), aujourd’hui basé à Amman, a réalisé la première phase d’un projet de recherche d’histoire orale, auprès de 20 Irakiens résidant dans la ville d’Amman, en se focalisant essentiellement sur la génération des plus de 60 ans2. Cette première série d’entretiens a depuis été complétée par d’autres rencontres avec 26 autres personnes, l’effectif de l’échantillon arrivant donc à 46 sujets.

Milieu et composition de la bourgeoisie irakienne en Jordanie : une vue d’ensemble

12Les 46 personnes interrogées pour le projet d’histoire orale des chercheurs du TAARII venaient de régions et d’horizons ethniques et religieux divers, appartenaient à des milieux économiques ou à des spécialisations professionnelles différents. Tous n’étaient pas riches. Ma collègue Lucine Tamimian rencontra plusieurs Irakiens vivant dans des conditions difficiles. Pourtant, 12 se sont présentés comme appartenant à la classe moyenne supérieure et 10 à la classe moyenne. 15 autres étaient plutôt de classe moyenne inférieure. Parce que je connais mieux les histoires des 31 parmi nos interlocuteurs appartenant aux catégories supérieures ou moyennes, c’est d’eux que je vais principalement parler.

13La majorité de nos interlocuteurs se considèrent comme arabes, trois s’étant identifiés comme kurdes, bien que deux d’entre eux ne connaissent pas le kurde et aient facilement admis qu’ils étaient « arabisés ». Trois étaient d’origine turque, et une avait une origine indienne (sa famille ayant des racines hindi), mais s’était convertie à l’islam en se mariant. Cinq seulement des personnes interviewées, sur les 31, étaient chrétiennes, les musulmans représentaient donc une écrasante majorité, les sunnites étant plus nombreux que les chiites. 14 sur les 31 avaient plus de 60 ans, 6 plus de 80 ans. Enfin, les professions étaient diverses : on trouvait une géomorphologue, cinq médecins, trois ambassadeurs, un architecte, une archéologue, un juge, une dessinatrice de mode, un documentaliste, un officier, un sculpteur, une propriétaire de galerie, plusieurs hommes d’affaires, deux épouses sans profession et un parlementaire en activité.

14La notion de « classe pour soi », rendue célèbre par Marx mais largement utilisée par le professeur Hanna Batatu, ne semblait pas s’appliquer à beaucoup des personnes issues des classes moyennes ou supérieures interrogées dans le cadre de l’étude. Elles ne savaient pas très bien comment se définir. La plupart se contentaient d’une proposition générale du type « nous appartenons à la classe éduquée » (nahnu min al-tabaqa al-muthaqqafa) pour expliquer ce qui les liait. Un seul a accordé de l’importance à la richesse, comme indicateur d’appartenance de classe ; mais la plupart des individus de l’échantillon pensait que c’était leur éducation et leur expérience, et leur appréciation de la musique, de l’art et de la littérature qui les plaçait à un niveau différent de la moyenne des Irakiens. Il est important de noter que si les propos des personnes interrogées lors des phases I et II du projet d’histoire orale sont sans conteste plutôt impressionnistes, ils sont aussi auto-légitimant pour la majorité des Irakiens interviewés, nombre d’entre eux étant sécularisés, jouissant d’un haut niveau d’éducation, ayant beaucoup voyagé, et venant de milieux favorisés. Dans la représentation du monde de cette génération, comme dans l’esprit de nombreux Irakiens qui les ont suivis, les hommes et les femmes actifs dans les années 1950 et 1960 étaient considérés comme la génération la plus cultivée, politiquement sophistiquée et ouverte au monde. Il était d’autant plus important de recueillir leurs récits de cette époque aussi bien que leurs opinions sur les principaux évènements qui ont suivi la guerre de 2003.

Opinions

15Tout d’abord, la politique communautaire qui a émergé après la guerre était déplorée par les Irakiens de notre échantillon de toutes origines communautaires et ethniques. La plupart des interviewés convergeaient dans l’idée que « nous ne savions jamais qu’elle était la religion ou l’origine ethnique des autres et ne posions jamais la question ». Mais en fouillant un peu, une vérité irakienne générale se dévoile : c’est que les différences de nom ou d’affiliation tribale, les professions, ou plus significativement encore, les villes d’où ils sont originaires, tout cela révèle les identités des gens aussi sûrement qu’un registre de police. La question devient alors : comment les gens réagissaient-ils à ces identités « masquées » ? Certains des interviewés furent soumis à un test. Il portait sur l’album des photographies de famille : la plupart contenait des photos de parents ou d’amis et de relations du même groupe social. Ceci bien sûr ne permet pas de tirer une conclusion définitive sur les interactions sociales en Irak, mais cela suggère tout de même un premier résultat : que les Irakiens de 1950 et de 1960 étaient socialisés à l’intérieur d’un groupe, alors qu’ils interagissaient professionnellement avec un ensemble plus large issu de la société irakienne tout entière.

  • 3 « Zakariyya » est une fête irakienne typique. Zakariyya (Zachary) était le père de Saint Jean-Bapti (...)

16Ensuite, tandis que tous les Irakiens interviewés se décrivaient comme sécularisés, les définitions du sécularisme variaient considérablement. Par exemple, un grand nombre d’entre eux affirmait qu’ils n’étaient pas religieux, mais qu’ils se soumettaient à la tradition, comme les socialistes purs et durs qui refusaient de boire durant le mois de ramadan. D’autres priaient chaque jour, mais considéraient cela comme le signe d’une éducation conservatrice, non comme une pratique religieuse. L’un d’entre eux, critiqua le fait pour les femmes de se couvrir la tête d’un foulard, considérant cela comme rétrograde, même si par ailleurs elle-même pratique d’autres rites religieux comme la célébration de la zakariyya3 à la maison. Plus intéressant encore est l’exemple d’une chiite qui tout en affirmant qu’elle était profondément non religieuse et croyait dans la validité de toutes les religions du monde, était séduite par le programme politique du chiisme. De fait, c’est dans la bouche de cette même interlocutrice que nous avons entendu exposées le mieux les doléances de la communauté chiite. Elle affirmait que, bien que tous les Irakiens d’une certaine génération donnaient l’impression qu’ils adhéraient à l’idéologie selon laquelle il n’y avait pas de différence entre sunnites et chiites dans la société irakienne, en réalité, même dans la période la plus libérale des années 1950 et 1960, les chiites ne s’y conformaient que par un sens inné de la vigilance. Même pour elle, une femme manifestement laïque, les aspects profondément politiques de la tradition chiite auraient dû être ouvertement célébrés, et non cachés par peur de rompre le fragile équilibre communautaire de l’Irak.

17Il y avait un « non-sujet », dans les entretiens, qui faisait régulièrement surface : l’appartenance à l’État irakien comme État unitaire. Si très peu de Kurdes irakiens ont été interrogés dans la première phase du projet, ce qui aurait probablement modifié les résultats, les autres parlaient tous de l’Irak comme d’un État -nation né dans les années 1920. Quand on leur demandait de donner leur première appartenance, tous répondaient « irakien ». Contrairement à l’imagination fertile d’une large proportion des medias du monde, aucun ne se référait à des étiquettes comme « sunnite », « chiite », ou « turkmène ». Ceci fut le seul non-sujet dans les entretiens et mérite clairement d’être mentionné.

18D’autres marqueurs d’identité tels que la question des femmes ou la représentation de ce qu’un gouvernement acceptable signifie, ont aussi été explorés. La plupart des interviewés réagirent avec indignation à la détérioration progressive du statut de la femme après la guerre, certains dénonçant l’interférence des voisins de l’Irak (i.e. l’Iran) dans cette évolution négative. Mais il s’agissait plus que d’une condamnation normale, car la situation des femmes était considérée par beaucoup comme un indice de l’émancipation et du progrès de l’Irak ; tandis que son déclin était une catastrophe pour la nation tout entière. Un ancien communiste se lamentait de la perte du statut des femmes en ces termes : « Nous nous sommes battus pour les droits des femmes irakiennes à l’éducation et à l’accès à l’espace public, et en tant que mouvement, nous sommes tous perdants lorsque les droits des femmes sont supprimés ». Un autre attribua cette évolution à l’émergence d’une conscience de classe différente. Selon cet interlocuteur, les libertés des femmes ont été sévèrement amputées quand des hommes « de la campagne (comprendre des baassistes originaires des régions rurales) » se sont emparés du pouvoir. Pour les hommes et les femmes qui ont grandi dans les années 1950 et 1960, ont été à l’école et ont participé à des meetings et des manifestations ensemble, l’«  innocence » d’une autre époque a cédé la place à la rapacité du présent. Et pourtant, ils exprimaient leur espoir que ce ne soit qu’une phase transitoire. Un artiste irakien affirmait que la société irakienne était « très profondément laïque » et que ce retour à la morale religieuse et à des oripeaux conservateurs n’était qu’un phénomène temporaire, qui serait bientôt dépassé avec le départ de l’armée américaine.

19Finalement, étaient évoquées la nature du régime de Saddam Hussein et l’idée de gouvernement représentatif. Sans surprise, le gouvernement baassiste était attaqué de façon virulente par certains de nos interlocuteurs. Au moins trois d’entre eux avaient été emprisonnés et torturés par les hommes de Saddam et leurs récits offraient des témoignages bouleversants de la brutalité du régime. Mais deux autres étaient eux-mêmes des baassistes ; comme anciens ambassadeurs, ils étaient des témoins fascinants des erreurs du gouvernement aussi bien que de ses éphémères succès. Ces deux derniers participants du projet d’histoire orale de TAATII proposèrent une épitaphe voilée mais non moins tragique pour le régime de Saddam Hussein : « C’est un gouvernement qui avait commencé sous les meilleurs auspices pour les intérêts de l’Irak mais qui le transforma rapidement en fête criminelle d’un seul homme ». Cependant, les 31 personnes interrogées convergeaient sur une idée, qui refaisait systématiquement surface dans les entretiens, à savoir l’idée d’un gouvernement représentatif, démocratique et égalitaire, se conformant aux idéaux de la justice sociale et du service de la nation. Un participant irakien la résuma ainsi : « Je me fiche de savoir qui vient d’où, je veux la meilleure personne pour l’emploi ». L’idée que les Irakiens méritaient mieux que ce qu’ils ont reçu tout au long de leur histoire était aussi présente. Un participant, après avoir décrit avec un luxe de détails amoureux chaque région du pays conclut que la grâce de la liberté, de la justice et du gouvernement représentatif devraient être accordée à tout l’Irak et non à des régions, des villes, des tribus ou des communautés privilégiées seulement.

Conclusion

20En conclusion, il est clair que la collecte des témoignages oraux des Irakiens n’en est encore qu’à ses débuts et que d’autres doivent être recueillis, qui croisent l’appartenance sociale et nationale ethnique, la classe d’âge, le milieu socioprofessionnel, le sentiment religieux. S’il est tentant de penser que les changements dans le pays sont si grands que la voix des plus de 60 ans entre probablement fort peu en résonance avec celle des jeunes de l’Irak d’aujourd’hui, ce n’est pourtant pas forcément vrai de toutes les questions. Il est probable que, au moins en ce qui concerne la religion et la croyance, les anciennes classes sociales sont totalement déconcertées par le zèle religieux affiché par tous les grands partis religieux. Mais du point de vue du nationalisme laïque, de l’identité, de l’appartenance, de toutes les grandes questions qui étaient l’éthos d’un pays, il n’y a peut-être pas tant de différences entre les vieux et les jeunes Irakiens. Ce sont plutôt les nuances et les interprétations de la nation, de l’État et de la communauté qui doivent être déchiffrées et analysées, parce qu’elles reflètent un héritage post-Saddam toujours solide jusqu’à aujourd’hui et qui affectait la plupart des anciens Irakiens très différemment de ce que ressentent les jeunes. De ce point de vue, il est urgent de lancer des projets de recherche plus exhaustifs, traitant d’un ensemble large de variables et visant toutes les catégories d’Irakiens, en Irak et dans la diaspora. C’est seulement lorsque l’on aura réalisé de telles études que l’on pourra commencer à écrire la véritable histoire des Irakiens et par extension, de l’Irak.

Haut de page

Bibliographie

Chatelard Géraldine, 2002, « Iraqi Forced Migrants in Jordan: Conditions, Religious networks and the Smuggling Process », paper presented at the WIDER conference on Poverty, International Migraiton and Asylum, 27-28 september 2002, Helsinki, Finland.

Womens' Commission for Refugee Women and Children, 2003, "Living in Fear : Protection and Assistance Needs of Iraqi Civilians in Iraq and Jordan", February.

Haut de page

Notes

1 Conversation avec un médecin irakien.

2 Je remercie le TAARII de m’avoir autorisé à exploiter certains résultats de ces entretiens pour cet article. La première phase des entretiens a été réalisée par moi, la seconde par le Dr Lucine Tamimian et moi-même.

3 « Zakariyya » est une fête irakienne typique. Zakariyya (Zachary) était le père de Saint Jean-Baptiste. Un ange lui annonça qu'il aurait un fils alors que lui et sa femme étaient déjà très vieux. Et en effet, peu de temps après naquit Jean le Baptiste (Yahia pour les Irakiens, Yohanna ailleurs). Une fois par an est fêtée sa naissance, en général avec de grands plateaux de cuivre remplis de verdure, de bougies et de petites cruches. C'est aussi une célébration dédiée à ceux qui ont attendu longtemps avant d'avoir un enfant, mais elle est très populaire chez tous les Irakiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hala Fattah, « Les autres Irakiens : émigrés et exilés d’avant 2003 en Jordanie et leurs récits d’appartenance (Une recherche en cours) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3351

Haut de page

Auteur

Hala Fattah

Independent scholar, Amman, Jordan.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page