Navigation – Plan du site
III. 1990-2003 : entre terreur et chaos, un pays déchiré

Saddam Hussein et la débâcle triomphante. Les ressources insoupçonnées de Umm al-Ma‘ârik

Saddam Hussein’s Triumph in Defeat. The Unthought-of Resources and Regenerative Facet of Crisis.
Peter Harling
p. 157-178

Résumés

Les performances du régime irakien tout au long de la crise de 1991 ont suscité deux types de lectures opposées. Pour le sens commun, il s’agissait d’une défaite incontestable. Pourtant, Saddam Hussein, de son côté, l’a qualifiée de « Mère des Batailles » (Umm al-Ma‘ârik) et de triomphe absolu. Une telle exagération est plus que le simple produit de l’imagination d’un despote. Il le pensait en effet si bien qu’il a, en 2003, élaboré sa stratégie de défense sur le modèle de 1991. Plus significativement, la réponse du régime aux défis qu’il avait lui-même fabriqués en envahissant le Koweit suggère que la crise de 1991 était elle-même la voie de sortie d’une crise plus structurelle à laquelle Saddam Hussein aurait eu toutes les chances de succomber. Cet article explore plusieurs aspects méconnus de ce moment historique. Premièrement, il relie les évènements de 1991 à la banqueroute économique, institutionnelle et symbolique du régime. Deuxièmement, il attire l’attention sur sa réponse complexe à la situation. Troisièmement, il analyse en détail la métamorphose du régime grâce aux ressources offertes par la crise, qui l’ont incité à perpétuer un « régime de crise », devenu la condition paradoxale de la stabilité du régime.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article se propose de présenter la crise de 1990-1991 comme un moment historique riche en ressources pour le régime, ressources dont il a tiré profit pour muer vers une forme de pouvoir débarrassée des contraintes héritées de ses sources de légitimité initiales. Il s’agit donc de prendre le contre-pied d’une vision selon laquelle la crise n’aurait été que l’expression désastreuse d’un régime en faillite, qui n’y aurait survécu que par l’usage déchaîné d’une coercition réactionnaire au sens étymologique du terme, lui permettant justement de ne pas se réformer. On combinera ici les deux termes de la crise telle que définie par Hamit Bozarslan : si la crise traduit bien un « dysfonctionnement radical » d’un système politique donné, elle peut également permettre à un régime aux abois de se doter de nouveaux instruments de gestion, voire d’une nouvelle « ingénierie de pouvoir », mis au service d’une refondation politique et sociale (Bozarslan, 2005). Dans le cas étudié, l’originalité de cette ingénierie politique tient non pas au dépassement mais à la pérennisation de la crise, qui devient la condition paradoxale de la stabilité du pouvoir.

2Les évènements de 1990-1991 ont suscité une littérature riche et abondante mais lacunaire. La période d’entre-deux-guerres (août 1988-août 1990), dont l’importance est cruciale pour comprendre les ressorts de cette crise et des transformations ultérieures du régime, est particulièrement méconnue dans ses dimensions de politique intérieure – exceptions faites de l’infitâh économique et de l’opération anfâl. Les analyses de la guerre de 1991 en elle-même, décrivant en détails tous les aspects des opérations alliées, laissent largement dans l’ombre la stratégie de défense irakienne, apparemment considérée comme inepte et, à ce titre, indigne d’intérêt. Enfin, la reconquête du pays par le régime au lendemain des opérations alliées recèle une complexité occultée par l’horreur de la répression.

  • 1 Cette contre-partie de la rente est évoquée par Marion Farouk-Sluglett , 1991.
  • 2 Michel Joli (1998) décline différents aspects de ce qu’il appelle la « culture de pénurie », dans l (...)

3On insistera ici sur la transition d’un certain rapport du régime à la population – encore empreint des promesses dont il avait été porteur – à un nouveau rapport dont la nature n’est plus voilée. En effet, chacun fait alors l’expérience brutale de la détermination de Saddam Hussein à survivre coûte que coûte, quitte à renoncer à toute autre ambition. Le discours officiel évolue ainsi vers un registre de la survie, face à un vaste complot visant la destruction de l’Irak. Cette menace doit du reste être rendue tangible à chacun, à travers les effets désastreux de l’embargo, pour que le régime puisse prétendre incarner le dernier rempart contre le chaos. Une économie de la souffrance se substitue en quelque sorte à la redistribution de la rente pétrolière, source de légitimité contraignante puisqu’elle confère au pouvoir les moyens de réaliser ses objectifs proclamés1. Les attentes de la population se détournent de l’État pourvoyeur pour investir massivement d’autres modes de satisfaction, tels que la prédation, l’émigration, la religion, le repli sur une structure tribale, etc. (Rigaud)2. On verra que la forme originale revêtue par le pouvoir à l’issue de la crise existait déjà à l’état latent avant son déclenchement, mais que ce potentiel ne pouvait s’exprimer sans les ressources offertes par une nouvelle conflictualité.

D’un signe de faillite à une ressource politique

4La crise de 1990-1991 trouve ses racines dans la grave crise structurelle et de légitimité traversée par le régime à l’issue du conflit contre l’Iran. Banqueroute du modèle économique auquel le régime devait une part importante de sa légitimité initiale, faillite irrémédiable des fondements idéologiques du Baas, ébranlement des piliers institutionnels du pouvoir coïncident alors avec une exacerbation des attentes de la population, formulées en termes de normalisation politique et de confort matériel. La période de 1987 à 1990 se caractérise ainsi par une activité frénétique de la part du régime dans tous les domaines (industrialisation militaire, répression, diplomatie, architecture monumentale, infitâh, « démocratisation »), activité dont la dispersion et la stérilité trahissent et aggravent la crise en question.

5Les nombreux échecs et les seuls véritables succès enregistrés par le régime durant cette période sont en soi révélateurs à la fois d’un besoin urgent et d’une incapacité patente à se réformer. Au rang des succès on ne compte que l’extension décisive de l’emprise du pouvoir sur la population, notamment par l’opération anfâl au Kurdistan, et la construction d’une nouvelle conflictualité extérieure, dont le « péril perse » n’était au fond que l’avant-garde. Dans la confusion des initiatives multiples et contradictoires entreprises par le pouvoir émerge en effet un fil rouge, dont Saddam Hussein ne manque pas de se saisir : les efforts de l’Irak seraient sabotés par tous ceux qu’indisposeraient justement ses potentialités énormes ; la politique légitime de puissance poursuivie par Saddam Hussein, voie unique vers l’expression d’un génie national frustré par des siècles d’oppression, serait contrariée par l’hostilité grandissante d’une coalition d’ennemis réunis en un seul et même complot (la menace sioniste conjuguée à l’impérialisme américain et aux manigances réactionnaires des anciennes puissances coloniales, recrutant les bons services de l’Iran, mais surtout d’une cinquième colonne arabe représentée par les monarchies du Golfe).

  • 3 Il s’agit bien d’une construction néologique et non de « al-qâ’id al-arûra », forme plus juste d’u (...)

6L’hypothèse avancée ici, c’est que la crise de 1990-1991 est essentiellement le résultat ultime d’une impossible re-légitimation intra-irakienne du pouvoir de Saddam Hussein au lendemain de la guerre contre l’Iran. De fait, la résistance de ce pouvoir à toute transformation en profondeur génère durant cette période un déficit de ressources idoines en politique intérieure, conduisant le régime à surinvestir des problématiques extérieures (conflit israélo-palestinien, présence américaine dans la zone, sphère d’influence irakienne dans le Golfe, leadership du monde arabe, guerre du Liban, partage des eaux de l’Euphrate, etc.). Or la réinterprétation des enjeux régionaux dans le cadre de perception propre aux dirigeants irakiens offre des ressources symboliques considérables. La construction d’un nouvel ennemi autorise l’articulation d’une nouvelle mission universelle de défense du pays. Elle dégage le régime de la responsabilité d’une normalisation et d’une prospérité qui se font attendre. Elle justifie surtout le mythe du « leader-impératif » (al-qâ’id al-arûra)3, cache-sexe d’un pouvoir dont la nature triviale est déjà largement mise à nu.

  • 4 Il faut signaler ici un aspect important et pourtant passé sous silence de l’intransigeance koweïti (...)
  • 5 Les réactions de Saddam Hussein à un commentaire relativement anodin à la radio Voice of America so (...)
  • 6 C’est la thèse développée par Jerrold Post (1993). Le témoignage de Ala Bashir (2004) sur le compor (...)

7Elle se traduit cependant par un effet d’engrenage. Les prémices d’une politique irakienne de plus en plus agressive sur la scène internationale sont renforcées par la popularité du régime dans la rue arabe, palliatif d’une légitimité domestique en crise, et par les réactions fermes des « ennemis » de l’Irak, réactions qui semblent confirmer leur hostilité (remise en question des largesses financières et de la complaisance politique de l’Occident, « insolence » des monarchies du Golfe4, pressions internationales en faveur du désarmement, émergence de la question des Droits de l’Homme comprise à Bagdad comme une campagne de diffamation5, etc.). Cette dynamique atteint son paroxysme après l’invasion irakienne du Koweït. Présentée comme un acte d’autodéfense face à une « guerre économique » déjà engagée, celle-ci « révèle » et concrétise l’existence d’une coalition d’ennemis. Elle mobilise conjointement des alliés supposés, à travers ce qui est perçu à Bagdad comme un mouvement populaire de contestation de l’ordre régnant sur la scène internationale, mouvement composé de sympathisants arabes nationalistes ou religieux, de militants pacifistes occidentaux et d’anciens hommes d’État défilant dans la capitale irakienne pour des missions de conciliation (Andoni). En somme, cet acte imprudent fait de Saddam Hussein, fragilisé par le bilan médiocre de son règne, le héros impétueux qu’exige son propre mythe6.

  • 7 Le soin apporté par le régime à sa stratégie de communication laisse du reste de nombreux Irakiens (...)
  • 8 La réponse au vaste complot menaçant l’Irak se doit en effet d’être une mobilisation de tout un cha (...)
  • 9 Plusieurs observateurs militaires dans le camp allié ont tenté d’analyser cette singularité (McKill (...)
  • 10 L’argument selon lequel ces tirs de missiles, inaugurés le 18 janvier, visent à provoquer une répli (...)
  • 11 L’incursion des forces irakiennes en territoire saoudien, le 30 janvier 1991, commandée par l’illus (...)
  • 12 Pour la version irakienne du bombardement de cet abri antiaérien civil, cf. Ministère de la Culture (...)
  • 13 Le formidable arsenal irakien est alors un ensemble composite de matériels en partie hérités de l’e (...)

8L’hypothèse d’une place prépondérante occupée par la crise de légitimité du régime dans les évènements de 1990-1991 trouve une confirmation probante dans l’analyse du déroulement de ces évènements. Force est de constater que, face aux menaces très concrètes d’intervention militaire brandies par les États-Unis et leurs alliés, les réponses du régime explorent un registre essentiellement symbolique7 (redéfinition de l’agression irakienne et des réactions résultantes, « linkage » avec le conflit israélo-palestinien et l’occupation syrienne du Liban, recours aux hôtes/otages, etc.), laissant à penser que le sens de la crise l’emporte sur les préparatifs militaires8. Même après le déclenchement des hostilités, les contre-offensives irakiennes relèvent à l’évidence d’une rationalité politique faisant fi de considérations plus tactiques9 : ainsi de la salve de missiles Scud tirés sur Israël10, du baroud d’honneur de Khafji11 ou encore du déversement dans le Golfe de millions de barils de brut. De même, l’exploitation immédiate et efficace du drame d’al-‘Âmiriya12 présente un contraste saisissant avec l’inertie du régime devant la manœuvre d’encerclement – potentiellement fatale – réalisée par les forces alliées pendant la phase terrestre de la guerre. Certes, différents facteurs pratiques expliquent la débâcle irakienne : la suprématie écrasante de l’ennemi, la démoralisation des troupes, l’obsolescence et la diversité de l’armement irakien13, l’impotence de la défense aérienne, la rupture des chaînes de commandement et des lignes logistiques, la myopie en matière de renseignement, l’inadéquation de la doctrine, les prémices erronées de la stratégie de défense, etc. Cela dit, ce fiasco lui-même s’inscrit avec une aisance déconcertante dans la version mythique du conflit élaborée par le régime. Il s’intègre à la vision d’un Irak victime de puissances déchaînées mais incapables d’en venir à bout, par la grâce de son leader, armée de son seul courage et d’une volonté inébranlable.

9La signature opportune du cessez-le-feu (le 3 mars) et l’extension des insurrections déclenchent, de la part d’un régime a priori inepte et défait, une réaction complexe, fulgurante, imaginative et, d’un certain point de vue, « adaptée ». La répression des insurrections revêt en elle-même un caractère complexe, combinant entre autres la négociation tacite de ses modalités auprès des alliés, l’exploitation savante des ambiguïtés de l’« Intifada », la mise à l’épreuve des élites déployées en un réseau assurant la cohésion du pouvoir, la récupération d’initiatives zélées contribuant à l’effort de coercition… Surtout, Saddam Hussein met en branle, avec une vigueur comparable, des instruments non violents de gestion de la crise. Un spectaculaire « Djihad de la reconstruction » et des promesses initialement convaincantes de démocratisation parviennent à créer l’illusion de cette « normalisation » tant attendue… qu’elle engourdit les mécontentements. Le régime entame en outre sa propre réforme, retaillant ses forces armées et renouvelant ses élites. En somme, le pouvoir met à profit les ressources offertes par la crise (fluidité institutionnelle, multiplicité des acteurs de la violence, intensité de l’angoisse résultante, etc.) pour se recomposer.

  • 14 L’intoxication de Saddam Hussein par son propre mythe est loin d’être une supputation. Elle transpa (...)

10Le ressort de cette recomposition n’est autre que la crise structurelle et de légitimité à l’origine du conflit, qui en détermine les grands axes. Aussi assiste-t-on à la mise en conformité des structures et des pratiques du pouvoir avec l’impératif unique de la (double) survie de Saddam Hussein : l’enjeu est à la fois la survie de sa personne physique et de celle de son mythe, bien qu’il finisse, ironiquement, par être un des derniers à y croire14. Les évènements autorisent le régime à redéfinir ses rapports avec la population en cohérence avec cet impératif unique. L’expérience traumatique de 1991, puis l’instauration d’une conflictualité indéfiniment reproductible, c’est-à-dire d’un ennemi convocable à souhait, règle le problème de la légitimation, en subordonnant toutes choses aux impératifs d’une lutte mortelle. Un nouveau contrat est passé implicitement entre le pouvoir et ses sujets, fondé sur la légitimité minimale et négative que constitue le repoussoir du chaos. Légitimité « minimale » ou hobbesienne, puisqu’il ne s’agit plus de convaincre la population du bien-fondé du pouvoir mais de lui faire admettre sa nécessité. Légitimité « négative » parce qu’elle ne convoque, en lieu et place de la perspective de progrès attachée à tout programme politique, que le risque de voir se réaliser le dessein sinistre de l’ennemi. Ce contrat, comme le signale la perpétuation de la guerre conçue comme « éternelle » dans le discours officiel (umm al-ma‘ârik devient rapidement umm al-ma‘ârik al-khâlida), ne contient donc plus aucune promesse pour l’avenir, si ce n’est la gloire du martyre. Dans le » temps suspendu de l’embargo » (Rigaud, 2001), le pouvoir adopte une forme originale, débarrassée de toute norme attribuable à un projet, à une doctrine, à une base sociale.

  • 15 Ces listes de noms et celles qui suivent peuvent paraître rébarbatives à certains lecteurs. Il s’ag (...)
  • 16 Hanna Batatu (1974) offre une discussion nuancée du rôle de Mawlûd Mukhlis dans l’ascension des ori (...)

11Les années 1990 voient ainsi la violence se tourner avec une vigueur inconnue jusqu’alors vers les catégories de la population assimilées aux affidés de Saddam Hussein : marginalisation croissante des « révolutionnaires » de l’époque clandestine du Baas (al-thuwwâr), purge des échelons intermédiaires du Parti, exécution de généraux issus des tribus les plus proches du régime (Madhlûm al-Dulaymi, Kâmil al-Janâbi…), disgrâce de très hauts-responsables de l’appareil de sécurité (Fâḍil Salfîj, Ibrâhîm ‘Allâwi, Khalîl Ibrâhîm…), assassinat de proches parents du tyran (les frères Kâmil, Râfi‘ Daham…), élimination de membres éminents des grandes familles commerçantes (Mustafa et ‘Abdul Latîf al-Bunniya, Ra‘d Tabra, Sâlim Hamra…)15, sans parler du meurtre des descendants de Mawlûd Mukhlis, à qui les habitants de Tikrît doivent pourtant leur sur-représentation dans les forces armées depuis la Monarchie16. D’une façon générale, le pouvoir semble s’affranchir des contraintes de son propre discours. Le tribalisme, réfutation du « progressisme » baasiste, acquiert une visibilité inédite. L’introduction de châtiments corporels inspirés de la charia, dans le cadre du mouvement national de la foi (al-hamla al-îmâniya al-wataniya), bafoue toute prétention au modernisme et à la laïcité. L’« unité » du pays, jusque là défendue ou imposée à tout prix, est reniée par une évacuation de l’ensemble des institutions d’État présentes au Kurdistan.

12Cette fluidité nouvelle contraste avec les rigidités auxquelles le régime doit faire face à la fin des années 1980. Il convient ici d’expliquer l’avortement des efforts de « normalisation » ébauchés dans l’entre-deux-guerres, avant que la pérennisation de la crise devienne un instrument ordinaire de gestion de la population.

La crise structurelle du tournant des années 1990

13La notion d’un régime en crise à la fin des années 1980 mérite ici d’être détaillée. Chacune des grandes mutations du pouvoir au tournant de 1991 sont en effet annoncées avant l’invasion du Koweït. On distinguera les affaires économiques, le problème des institutions et les questions de légitimation, bien que ce découpage ne puisse rendre compte de l’interpénétration des différentes dimensions d’une même crise structurelle.

  • 17 Le PIB par habitant, qui passe de 1750 à plus de 4000 dollars entre 1970 et 1980, retombe à son niv (...)

14La politique économique du régime dans l’entre-deux-guerres se distingue de la rationalisation attendue dans une situation d’endettement massif, aggravée par les effets directs du conflit (obsolescente et dégradation des infrastructures) ainsi que par les transformations de la société (urbanisation, féminisation et militarisation créant une dépendance accrue vis-à-vis de l’État). Théoriquement, la conjoncture dans laquelle se trouve l’Irak invite alors une période d’austérité et de transparence budgétaire, une ouverture politique indispensable à la participation plus active des investisseurs et, enfin, une planification des priorités en faveur d’une meilleure rentabilité de l’activité (a contrario de l’économie de guerre, qui privilégie un réinvestissement des revenus pétroliers dans l’armement). Pourtant, les dépenses irakiennes restent dominées par une industrialisation militaire effrénée au service d’une politique de puissance, bridée par un accès de plus en plus difficile aux fonds et aux technologies (Murden). Les défaillances de l’État conduisent à une accélération expédiente des privatisations et une stimulation du secteur privé qui demeure ambivalente, dans la mesure où les effets pervers de cette politique économique induisent une réintervention étatique sous forme de subventions et de réglementations (Chaudhry). La campagne de « reconstruction » proclamée par Saddam Hussein pour effacer le souvenir des destructions prend vite une tournure cosmétique (Barakat), tandis que d’innombrables projets de développement lancés à grand bruit avortent en silence (Clawson a.). La contraction du trésor public amène le régime à rompre avec le modèle économique des années 1970 : la redistribution paternaliste des richesses à l’échelle nationale, au principe du « modèle de prospérité » auquel se réfèrent les attentes de la population17, évolue vers un système de privilèges – chèrement payés, du reste, par leurs bénéficiaires. Malgré tout, le discours officiel rechigne à tirer les conclusions de ces pratiques, en renonçant à promettre une prospérité future. D’où la rhétorique du « sabotage » imputable aux ennemis extérieurs de l’Irak, exportant la responsabilité des pénuries.

  • 18 C’est à cette époque que la notion d’armée idéologique cède en partie la place à des forces recruté (...)

15La deuxième dimension de cette crise structurelle est ce que l’on pourrait appeler le « malaise des institutions ». À cette époque, le pouvoir repose encore explicitement sur trois piliers, à savoir l’appareil baasiste (qui sous-entend un processus décisionnel collectif fondé sur une doctrine), l’État pourvoyeur et l’armée idéologique (al-jaysh al-‘aqâ’idi). Or ces trois piliers sont autant de facteurs de rigidité contribuant à la crise. L’appareil baasiste, contre lequel s’est construit le pouvoir personnel de Saddam Hussein après s’en être servi, oppose une résistance à l’absolutisme et à l’opportunisme politique de son chef : ses membres prétendent encore assumer certaine des prérogatives d’un parti, le Baas restant qui plus est un élément incontournable de la raison d’être du régime. L’État pourvoyeur, instrument primordial de légitimation devenu dysfonctionnel et prédateur, embarrasse le pouvoir : si celui-ci tend à faire de l’État un bouc-émissaire, en multipliant les mesures de réforme, les attaques verbales et les arrestations exemplaires, la bureaucratie n’en demeure pas moins inextricablement liée à l’irrévocable « modèle de prospérité ». Quant au concept d’armée idéologique, qui organise l’assujettissement de l’institution militaire au pouvoir civil, il apparaît à la fin des années 1980 totalement dépassé. Les exigences du conflit contre l’Iran induisent, en effet, tout au long de la décennie, l’expansion massive, la tribalisation accrue18 et l’émancipation relative des forces armées. La réorientation de leurs missions – d’une force prétorienne à un corps de défense nationale – constitue en soi un danger. La fin de la guerre laisse néanmoins Saddam Hussein sans argument pour refondre un dispositif né de ses propres ambitions.

  • 19 Le témoignage de Mish‘ân al-Jubûri, à quelques exagérations près, reflète fidèlement ce qui s’est p (...)
  • 20 L’analyse des connexions familiales du personnel du bureau local de al-amn al-‘amm à Arbil révèle a (...)
  • 21 Les grandes « alliances » du régime dans les années 1980 (avec les Jubûr, les Dulaym, les Shammar, (...)

16Dans l’ombre de cette façade institutionnelle immuable se développe tout au long de la décennie un quatrième pilier implicite, l’appareil occulte du régime, constitué d’un réseau de relations tribales et familiales investissant les organes les plus sensibles du pouvoir. La parentèle de Saddam Hussein s’organise ainsi en ce que l’on pourrait appeler les « structures parallèles du pouvoir » (Kutschera, 2003). L’expansion de la Garde républicaine et l’apparition de la Garde républicaine spéciale s’accompagnent d’une cooptation en masse de membres de certaines tribus du Nord-Ouest du pays. Des villages entiers sont recrutés dans ces forces ou rejoignent l’appareil de renseignement19. En outre, des personnalités proches de Saddam Hussein s’entourent eux-mêmes de leurs propres parents, népotisme familial qui réticule l’ensemble du dispositif de sécurité et renseignement20. S’articule un système d’« alliances tribales » faisant passer le contrôle du pouvoir central sous l’autorité d’une « élite » essentiellement rurale. Mais le déploiement de cette ‘asabiya présumée s’accompagne paradoxalement d’atteintes irréparables aux fondements de l’ordre tribal : les codes de conduite traditionnels sont bafoués dans un système où seule l’allégeance personnelle infaillible à Saddam Hussein est récompensée – et ce jusqu’à la prochaine mise à l’épreuve. La ‘asabiya, loin d’assurer la cohésion du pouvoir, n’est plus qu’un vestige faisant planer sur lui la menace des complots21.

  • 22 Si Saddam Hussein exerce, à la fin des années 1980, un pouvoir arbitraire dont l’étendue ne connaît (...)

17Troisième dimension de la crise, l’urgence d’une re-légitimation du régime met directement en jeu la survie de Saddam Hussein. Les années 1980 donnent lieu à une personnification outrancière du pouvoir, une constante surenchère dans le culte de la personnalité reflétant un accroissement semblable des prérogatives du Président22. Cette dynamique, accentuée à chaque nouvelle déconvenue, se traduit par un décalage béant entre la réalité perçue par la population irakienne et le discours officiel. Si les batailles de dimensions épiques livrées contre l’Iran dénotent malgré tout une forme d’héroïsme, l’entre-deux-guerres présente un contexte médiocre de « normalisation » tâtonnante, particulièrement peu propice au mythe du leader incarnant et transcendant à lui seul l’histoire du pays. Or devenir un tyran ordinaire n’est pas sans risques pour Saddam Hussein, face à une population remplie d’amertume à son égard et face à une « élite » n’ayant plus d’autre argument pour justifier sa position qu’une glorification du tyran. L’invasion du Koweït, ironiquement, le rapproche d’ailleurs de son personnage mythique, en le plaçant au cœur des préoccupations internationales, puis d’un combat contre une coalition inédite de 33 nations.

  • 23 C’est tout du moins ce qu’affirme le chef d’état major de l’époque, Nizâr al-Khazraji – qui prétend (...)

18Le recoupement de ces facteurs lève toute équivoque quant à la prépondérance du symbolique dans l’invasion du Koweït. Justement, on ne saurait sous-estimer l’ampleur de l’humiliation qu’entraîne pour le régime le désastre de 1991. Non seulement il est réduit à évacuer le Koweït et à capituler sans condition, mais il subit de graves outrages à sa souveraineté (contrôle des revenus pétroliers, vérification du désarmement, interdiction d’accès à certaines zones de l’espace aérien). Ses prétentions à assumer le leadership du monde arabe et, partant, du « Tiers monde » ressortent ridiculisées par une guerre fratricide consacrant l’ordre post-colonial contre lequel Saddam Hussein s’est élevé. Or les modalités arbitraires de l’invasion (décidée dit-on à l’insu du ministre de la Défense et du chef d’état-major23) et la personnification ultérieure du conflit engagent clairement la responsabilité de celui-ci dans une aventure démontrant finalement l’ineptie de son jugement, l’impotence de ses armes et la défiance d’une partie importante de son peuple. Il y trouve pourtant une source de rénovation et d’innovation sans laquelle son pouvoir n’aurait vraisemblablement pas survécu à la crise insoluble qu’il traverse à la fin des années 1980.

L’institutionalisation de la crise comme issue à la crise (d’un régime en crise à un régime de crise)

  • 24 La notion de targhîb est initialement attachée à la nature rentière de l’État irakien (Farouk-Slugl (...)

19En 1991, la densité et la fluidité des évènements qui s’enchaînent au lendemain des opérations militaires rendent difficile l’analyse des initiatives prises par le régime, qui explorent simultanément différents registres. Plutôt qu’une prédilection pour la coercition, cette gestion complexe de la crise illustre parfaitement la dualité du pouvoir, sa propension à combiner la terreur (al-tarhîb) avec d’autres instruments, parmi lesquels la « tentation » (al-targhîb), c’est-à-dire la promesse d’une satisfaction ultérieure, voit d’ailleurs sa nature changer24. Cette dualité trouve son expression la plus aboutie dans la mobilisation concomitante, face aux nombreux défis à relever dans l’immédiat après-guerre, de deux catégories distinctes de personnel, les « gens de confiance » (ahl al-thiqa) et les « gens d’expertise » (ahl al-khibra).

  • 25 La notion de loyauté ultime (al-walâ’ al-mutliq) est d’ailleurs un leitmotiv dans le renouvellement (...)
  • 26 Les cas les plus avérés de purges à très haut niveau, causées par une participation jugée insuffisa (...)

20La qualité des premiers est mise à l’épreuve dans une répression dont ils sont les acteurs, formant un réseau hétéroclite – y compris d’un point de vue sectaire – dans lequel la fidélité absolue à Saddam Hussein devient seule source de cohésion25. La reconquête des villes insoumises implique des personnalités politiques déployées hors de Bagdad (Husayn Rashîd à Karbala, ‘Ali Hasan al-Majîd à Bassora, Izzat Ibrahîm à Mahâwîl…), des membres de la garde rapprochées du Président (Arshad Yâsîn, Rukân Razzûqi, Kamâl Mustafa…), des commandants loyaux (Îyâd al-Râwi, Husayn al-Windâwi, ‘Abdul Wâhid al-Ribât …), des officiers rappelés de la retraite (Mâhir ‘Abdul Rashîd, Hishâm al-Fakhri…), des chefs de tribu zélés (Jawâd al-‘Anayfis, ‘Abdul Latîf al-Dârimi…) et des responsables locaux du Baas (‘Adnan Muhsin ‘Alwân, Yâsir Hasan Sultân…). La violence s’exerce au cœur du pouvoir, où la moindre hésitation ou défaillance est fatale, quels que soient le statut hiérarchique ou le profil sectaire des concernés26.

  • 27 La ville de Zubayr, enclave sunnite dans un Sud massivement chiite, serait d’ailleurs le foyer prim (...)
  • 28 L’utilisation d’armes chimiques lors de la répression des insurrections dans le Sud a été documenté (...)
  • 29 Divers témoignages recueillis par Human Rights Watch (1992) suggèrent l’utilisation de bombes incen (...)
  • 30 Cf. par exemple le commentaire vraisemblablement candide de l’ingénieur Imad Khadduri à ce sujet (K (...)

21Malgré la distribution géographique des insurrections, il ne s’agit pas d’une lutte entre une minorité numérique d’Arabes sunnites assiégés par les minorités politiques chiite et Kurde – voilà pourtant le mythe de l’Intifada qui non seulement perdure mais s’ancre toujours davantage : une forme de réécriture de l’histoire envisage les insurrections de 1991 à travers une lecture simpliste et naïve, voyant dans l’opposition entre des catégories prétendument homogènes de la population l’expression ultime d’une essence du pouvoir politique, réductible à un projet de perpétuation d’une domination arabe sunnite27. Ce qui frappe plutôt, c’est le nombre et la diversité des clivages qui surgissent alors au grand jour… et la capacité du régime à les exploiter. Aussi en appelle-t-il aux patriotes devant l’islamisme « khomeyniste » attribué aux uns et le « sécessionisme » imputé aux autres, puisant dans le répertoire de la perfidie et de la trahison (sufhat al-ghadr wal-khiyâna) ou encore du complot (al-mu’âmara). Il retient son personnel ambivalent en faisant valoir les exécutions sommaires et gratuites de Baasistes capturés et de soldats déserteurs. Il rallie les citadins éduqués en brandissant la menace d’une racaille portée aux pillages des richesses (al-ghawghâ’). Il convoque les préjugés répandus à l’égard des Ma‘dân, les habitants des marais, et des milieux issus de l’exode rural (al-shrûg ou al-sharâgawa). Il s’appuie sur les campagnes, qui ont vu leur sort s’améliorer relativement pendant les années 1980, pour écraser un mouvement essentiellement urbain (Human Rights Watch, Abd al-Jabbar, Baram, 1997). Il cultive l’isolement de la capitale pour employer en province des méthodes (armes chimiques28 et bombes incendiaires29, exécutions de masse, profanation des lieux saints, etc.) dont de nombreux Bagdadiens ignorent longtemps l’extrême brutalité et l’étendue30.

22Cette maîtrise intuitive du sens des insurrections transparaît dans la gestion séquentielle et spécifique des deux fronts auxquels le régime doit faire face.

  • 31 Si les insurrections se déclenchent au cœur des villes, les combats s’étendent ensuite à des zones (...)
  • 32 Les gouverneurs, traditionnellement des figures baasistes, changent brutalement de visage. L’ancien (...)
  • 33 Pour ce paragraphe, cf. notamment David Baran, 2004.

23Au Sud, l’offensive consiste en une réappropriation du territoire. La source de cohésion de la population chiite, à savoir l’institution en partie autonome de la Hawza, est assujettie (prise en otage de al-marja‘ al-a‘la Abû al-Qâsim al-Khû’i, arrestation, intimidation ou expulsion des disciples, autodafés des bibliothèques indispensables à la reproduction du savoir et de l’autorité, etc.). Les sanctuaires de la contestation (le tissu urbain serré entourant les mausolées, les marais, les anciens sarâyif tels qu’al-Thawra, les palmeraies31) sont pénétrés avec une vigueur nouvelle par l’appareil de coercition ou tout simplement détruits. Enfin, les grandes villes passent sous un ordre quasi-martial, qui se traduit par le profil des gouverneurs32, le réaménagement en périphérie des représentations du pouvoir, les mesures draconiennes de sécurité et les représailles économiques33.

  • 34 Des fausses attaques à l’arme chimique sont rapportées (Bengio, 1991).

24Au Nord, le régime prend acte de la présence plus sourcilleuse des alliés et du traumatisme de l’opération anfal dans sa répression de la rébellion. S’abstenant du recours aux armes chimiques, il en mobilise néanmoins le terrible souvenir34. Pressé de présenter les signes de « normalisation » nécessaires pour accélérer le départ des troupes étrangères, il se contente d’écraser les foyers rebelles puis, en réaction aux interférences occidentales, opte rapidement pour un désinvestissement spectaculaire du territoire couvert par les trois gouvernorats à majorité kurde. Les tensions internes au Kurdistan et la dépendance (notamment énergétique) de celui-ci à l’égard du pouvoir central, combinée à la menace latente d’interventions militaires ponctuelles, deviennent les instruments d’une gestion indirecte de cette zone difficilement maîtrisable, permettant un redéploiement du pouvoir.

  • 35 Dès le 30 janvier 1991, près d’un mois avant le déclenchement de l’offensive terrestre de la coalit (...)
  • 36 Le Lieutenant général (farîq) ‘Abdul Sattâr al-Mu‘îni, chef d’état-major adjoint chargé de l’admini (...)

25Parallèlement à la répression s’amorce ce que le régime décrit comme sa véritable « contre-attaque » (al-hujûm al-muâdd), une campagne sophistiquée et non violente conçue pour satisfaire les besoins essentiels de la population, qu’ils soient matériels ou psychologiques35. Le fer de lance de cette offensive est le gouvernement de techniciens (al-hukûma al-taknûqrâtiya) établi le 23 mars 1991 pour coordonner la reconstruction immédiate. Les « gens d’expertise » sont débauchés de l’industrialisation militaire (Ja‘far Ḍiyâ’ Ja‘far, ‘Âmir al-Sa‘di, ‘Adnân al-‘Âni, Fâ’iz ‘Abdallah…) ou de départements spécialisés (Mahmûd Dhiyâb al-Ahmad, Mâjid ‘Abd Ja‘far, Fâ’iq ‘Abdul Rasûl…), recrutés pour leur expérience dans l’entre-deux-guerres (Sa‘d al-Zubaydi, Usâma al-Hîti…), extraits de l’armée36 ou encore rappelés de placards dorés (Shabîb al-Mâliki, Hikmat al-Bazzâz…) avant d’être investis de missions ad hoc. Des proches de Saddam Hussein, à la fois bons gestionnaires et réputés pour leur loyauté, jouent également des rôles clé (notamment Husayn Kâmil et Taha Hmûd Mûsa). Les résultats ne se font pas attendre : ce dispositif enregistre des succès tangibles en matière de restauration des services élémentaires, de réactivation du système de ravitaillement, de production alimentaire, de rétablissement des ponts, de limitation du déficit public, de contrôle de l’inflation, etc. (Clawson, 1993b).

26Faire oublier le désastre passe également par des mesures plus abstraites. De nouvelles promesses de démocratisation faites au lendemain de la guerre suscitent des espoirs prudents parmi les Irakiens, qui voient dans la débâcle quelques perspectives de changement effectif (Bengio, 1991). Les déclarations officielles, la tonalité critique de la presse, la témérité inhabituelle de l’Assemblée nationale se conjuguent à une série d’amnisties, à la dissolution de l’impopulaire « armée populaire » (al-jaysh al-lâ sha‘bi), à la suppression du sinistre tribunal révolutionnaire, pour entretenir ce sentiment trompeur et anesthésiant. La « normalisation » est un trompe-l’œil, comme l’indiquent, avant-même la remise en cause des ouvertures ici citées, les ressources symboliques trouvées par le régime dans le maintien de sanctions commerciales draconiennes théoriquement conçues dans le seul objectif de libérer le Koweït. Dans le discours officiel, la « normalisation » devient alors un objectif poursuivi par le pouvoir mais rendu inaccessible par une coalition d’ennemis déterminés à mener contre l’Irak une guerre de siège indéfinie (al-hiâr). En découle une ambivalence fondamentale, qui est l’essence de cette temporalité figée de l’embargo : la puissance et la volonté de nuire de l’adversaire fondant l’héroïsme de la résistance – assimilée à de la ténacité (al-umûd) –, la dénonciation du blocus et sa reproduction vont de pair. Cette ténacité comme réponse à la puissance ennemie est en somme la justification de l’inertie. Saddam Hussein trouve du reste à Washington le partenaire indispensable à ce qu’il est tentant d’appeler le « jeu bien réglé des sanctions ». Reconductions périodiques, crises régulières, provocations quotidiennes, progrès continue dans le sens d’une érosion de l’embargo, tout concourt à la pérennisation d’une conflictualité érigée (d’un côté comme de l’autre) en principe de légitimation.

  • 37 On pourrait multiplier les exemples à cet égard. Les portefeuilles de la Défense et de l’Intérieur (...)
  • 38 Les listes de personnalités récompensées ouvertement pour leur prestation lors de la crise de 1991 (...)
  • 39 Toute forme d’autonomie disparaît dans une économie politique de la pénurie. Le fonctionnaire doit (...)
  • 40 Cette hypothèse ne peut d’ailleurs qu’être rejetée par les concernés tant la crise de 1990-1991 leu (...)

27La crise de 1990-1991 s’est donc soldée par un triple pacte implicite. Tout d’abord, la complicité de la communauté internationale dans la répression des insurrections et le maintien des sanctions, renforçant l’emprise de Saddam Hussein au détriment de la population, s’apparente à un blanc-seing accordé à Bagdad en politique intérieure. Ensuite, l’exposition décomplexée de la nature du pouvoir, débarrassée de certains faux-semblants37, scelle l’avenir du personnel politique dans une sorte de pacte de sang38. Enfin, la population, qui conçoit un sentiment d’isolement et d’abandon devant l’alliance qu’elle suppose entre le régime et ses « ennemis », comprend qu’il n’est d’issue que dans la compromission39, l’exil intérieur ou l’émigration. En d’autres termes, un nouveau « contrat » est signé sur la base d’une révision et d’une réorientation des attentes de la population. En cela, la crise de 1990-1991 marque peut-être avant tout une rupture dans les représentations subjectives des Irakiens, malgré l’existence de nombreux éléments de continuité objective entre l’entre-deux-guerres et les années 199040. La violence, attachée jusque là à des catégories faisant obstacle à la réalisation d’une vocation nationale, devient subitement le seul horizon de l’expérience collective : le régime n’offre plus que sa propre détermination à endiguer la menace d’une violence plus grande encore. D’ailleurs, le régime ne se prive pas, par la suite, d’exploiter savamment le caractère traumatique de la guerre et des insurrections, dans leurs différentes lectures (intifâa, mu’âmara ou ghawghâ’ selon les points de vue irakiens ; désordre stratégique aux yeux de la communauté internationale).

  • 41 L’exemple souvent cité dans les années 1990 du salaire mensuel d’un fonctionnaire de base, équivale (...)
  • 42 Sarah Graham-Brown, 1999, a de bons exemples.
  • 43 David Baran, 2004, décrit en détail cette « économie parcimonieuse de distinctions minutieusement g (...)

28La véritable rupture serait donc d’ordre symbolique : si la rente pétrolière libère le pouvoir des contraintes socio-économiques liées à sa propre reproduction (en substituant des clientèles à la notion de base sociale), un nouveau type de rente l’affranchit cette fois de tous comptes à rendre à la population. Il s’agit de la rente de souffrances induite par cette conflictualité indéfinie, dont la manipulation tient lieu au régime de source de légitimité : le caractère inique de l’embargo accrédite sans cesse la réalité de l’ennemi, accusé de tous les maux. Cette rente révoque en partie l’ancienne ingénierie du pouvoir, remplaçant l’ancienne redistribution paternaliste des richesses par une savante « dictature des besoins » (Rigaud, 2001)41. La frustration des attentes de la population est une ressource dans la mesure où elle accentue l’impact de toute intervention du pouvoir, l’autorisant à une économie de moyens. De simples effets d’annonce se répercutent de façon spectaculaire sur le marché des changes, dont les taux sont d’excellents indicateurs des espoirs de normalisation qui animent épisodiquement les Irakiens42. Une distribution mesurée d’avantages relatifs et de signes distinctifs suffit à entretenir une politique clientéliste fondée sur l’illusion des « privilèges »43. Inversement, la perspective de la moindre sanction, telle que la suppression de la carte de rationnement ou, dans le cas des paysans, de l’accès aux services agricoles subventionnés, revêt une qualité dissuasive décuplée.

  • 44 Cette vision du régime comme étant « totalitaire » imprègne néanmoins une partie importante de la l (...)

29À la différence de la rente pétrolière, dont la fonction de légitimation dépend de la réalisation d’un programme auquel la population doit adhérer, cette nouvelle rente n’oblige le régime qu’à raviver constamment auprès de ses sujets la perception tangible de l’ennemi, à travers les effets dévastateurs de l’embargo. Saddam Hussein assimilant sa résilience et son opiniâtreté à une résistance héroïque et salvatrice, tout son programme est contenu dans la réaffirmation continuelle de sa simple survie. La fluidité résultante permet la mise en conformité des structures et des pratiques du pouvoir avec la nature patrimoniale de celui-ci. On assiste alors à une remise en cause des caractéristiques qui rapprochent le régime du modèle « totalitaire » aux yeux de certains observateurs de l’époque44.

30Concrètement, cette mise en conformité obéit aux lignes suivantes :

    • 45 Contrairement à la vision répandue d’un régime ayant fourni généreusement les tribus en armes, seul (...)
    • 46 La ville de Hilla en donne un parfait exemple. Le gouvernorat est déplacé des vieux quartiers vers (...)
    • 47 La notion d’une division du territoire en « partie utile » et « partie symbolique » est empruntée à (...)

    recomposition du territoire, divisé en « parties utiles » (les zones frontalières45, le pourtour des villes46, le sanctuaire de Bagdad, les infrastructures présidentielles) et en « parties symboliques », objets du discours plutôt que d’un investissement physique soutenu47 ;

    • 48 Saddam Hussein, qui fait preuve initialement de capacités remarquables d’organisation et de gestion (...)

    dissolution du centre du pouvoir (inaccessibilité de Saddam Hussein y compris à ses ministres, prescription des institutions et processus classiques de prise de décision, dispersion des initiatives prises au nom du Président mais à son insu) (Comprehensive Report) et démultiplication de ses canaux48 ;

  • redistribution des alliances, de plus en plus diverses, fluides et conditionnelles ;

  • réorganisation du dispositif militaire en direction de missions strictement prétoriennes ;

  • verrouillage et neutralisation du dispositif de sécurité, qui devient la principale menace que Saddam Hussein doit parer ;

  • réorientation de l’appareil du Parti vers des fonctions d’encadrement et de contrôle qui favorisent la démobilisation de la population ;

    • 49 David Baran, 2004, apporte de nombreux éléments étayant ce point et les points précédents. Voir aus (...)

    retournement du rôle de légitimation de l’État (de l’État pourvoyeur à l’État victime, incarnation d’une cruauté ennemie rendue tangible à chacun)49 ;

    • 50 Le mythe de Saddam Hussein ne disparaît pas pour autant. Il demeure le point d’ancrage d’un discour (...)

    délitement du discours et transition d’une « propagande » (qui présuppose une volonté de mobilisation) à une simple « syntaxe de domination » (Bozarslan, 2001 ; Baran, 2004)50.

31Cette évolution, cependant, n’est ni linéaire, ni pleinement objectivée. La crise de 1990-1991 a en effet inauguré une période éminemment instable, dans laquelle de nombreuses mesures prises consciemment par le régime ressemblent étrangement à celles des années 1980 (extension de la peine de mort face à la criminalité, libéralisation économique, instrumentalisation de la religion, etc.). Ces mesures, qui font preuve d’une même stérilité au regard de leurs objectifs explicites, s’avèrent néanmoins d’une efficacité remarquable pour ce qui est de la reproduction d’un système dont l’instabilité est devenue précisément la condition de sa pérennité. Car c’est en institutionnalisant l’incertitude dans laquelle vivent les Irakiens que le régime trouve le meilleur moyen de perpétuer leur assujettissement. Confrontés à un univers dont le caractère imprévisible et anxiogène est constamment renouvelé par la fluidité même du régime, la population s’efforce de réintroduire de l’ordre là où le pouvoir ne propose que son arbitraire. En découle une autonomisation de certaines fonctions décisives de l’appareil de pouvoir : à la faveur d’un phénomène foucaldien d’« intériorisation » des contraintes, l’autocensure se substitue largement à la coercition effective ; l’économie informelle soulage le régime de ses responsabilités dans la production et la redistribution des richesses ; le droit tribal et religieux suppléé la justice d’État ; l’humour politique, la rumeur et les « cercles de sociabilité subversive » (Darle, 2003), les « rituels de rébellion » et une inoffensive « culture de l’ombre » (Rigaud, 2001), ou encore les projets d’émigration, servent d’exutoires assurant une régulation spontanée des tensions engendrées par cet univers incertain.

32Se met en place un système de domination dont les Irakiens sont à la fois les acteurs ordinaires et les victimes, c’est-à-dire les sujets et les objets, le régime se cantonnant dans un rôle d’arbitrage… à l’économie des moyens à sa disposition. La résilience de ce système tient justement à la participation massive de la population à sa propre reproduction. Symptomatiquement, c’est une transformation du contexte international, après les attaques du 11 septembre, qui introduit la seule perturbation capable de remettre en cause le statu quo.

  • 51 Cette conception de l’ennemi comme instrument de politique intérieur explique en grande partie l’in (...)

33L’ironie des terribles desseins prêtés à Saddam Hussein par l’administration américaine, c’est que l’ennemi extérieur que le régime se construit n’est que le partenaire d’une lutte rhétorique. Sa vocation est d’éclipser et de neutraliser l’ennemi véritable du pouvoir, à savoir la population irakienne elle-même. A aucun moment il est question de l’affronter concrètement (Woods, 2006)51. Il faut trouver là une des clés de compréhension du paradoxe de Operation Iraqi Freedom, une guerre qui a révélé l’extrême fragilité d’un régime pourtant parfaitement maître de sa population jusqu’à l’instant même de sa chute.

Haut de page

Bibliographie

Abd al-Jabbar Faleh, 1992, « Why the Uprisings Failed », Middle East Report n° 176, mai-juin : 2-14.

Abdul Majid Saman, 2003, Les années Saddam. Révélations exclusives, Paris, Fayard. 

al-Bazzaz Saad, 1996, al-Jînîrâlât Âkhir Man Ya‘lam, ‘Ammân, Dâr al-Ahliya.

al-Khafaji Isam, 1992, « State Terror and the Degradation of Politics in Iraq », Middle East Report n° 176, mai-juin : 15-21.

Alnasrawi Abbas, 1994, The Economy of Iraq. Oil, Wars, Destruction of Development and Prospects, 1950-2010, Westpost, Greenwood Press.

Andoni Lamis, 1990, « Saddam Plays for Time », Middle East International n° 387, 9 novembre : 3-4.

Aziz Chaudhry Kiren, 1991, « On the Way to Market. Economic Liberalization and Iraq’s Invasion of Kuwait », Middle East Report n° 170, mai-juin : 14-23.

Barakat Sultan, 1993, Post-War Reconstruction in Iraq ; The Case Study of Basrah and Fao, York, University of York.

Baram Amatzia, 1998, Building Toward Crisis : Saddam Husayn’s Strategy for Survival. Washington, Washington Institute for Near East Policy.

Baram Amatzia, 1997, « Neo-tribalism in Iraq : Saddam Hussein’s tribal policies. 1991-1996 », International Journal of Middle East Studies 29 : 1-31.

Baran David, 2004, Vivre la tyrannie et lui survivre. L’Irak en transition, Paris, Mille et Une Nuits.

Bashir Ala, 2004, Le médecin de Saddam, Paris, Jean-Claude Lattès.

Batatu Hanna, 1974, The Old Social Classes and the Revolutionary Movements of Iraq. A Study of Iraq’s Old Landed and Commercial Classes and of its Communists Ba‘thists and Free Officers. Princeton : Princeton University Press.

Bengio Ofra, 2002, Saddam’s Word. Political Discourse in Iraq, Oxford/New York, Oxford University Press.

Bengio Ofra, 1992, « Iraq », in Bruce Maddy-Weitzman (dir.). Middle East Contemporary Survey, Volume XV, 1991, Boulder, Westview Press : 426.

Bonsignore Ezio, 1991, « The War That Wasn’t », Military Technology vol. 15 n° 3 : 59-62.

Bozarslan Hamit 2005, 100 mots pour dire « violence » dans le monde musulman, Paris, Maisonneuve et Larose.

Bozarslan Hamit, 2001, « La pérennité du pouvoir de Saddam », Esprit n° 2, février : 10-21.

Clawson Patrick, 1993, « Iraq’s Economy and International Sanctions », in Amatzia Baram and Barry Rubin, Iraq’s Road to War, New York, St. Martin’s Press : 69-83.

Clawson Patrick, 1993b, How Has Saddam Hussein Survived ? Economic Sanction, 1990-1993, Washington, Institute for National Strategic Studies.

Comprehensive Report of the Special Advisor to the DCI on Iraq’s WMD, 30 septembre 2004.

Cremonesi Lorenzo, « Lost in Translation », Ha’aretz, 6 novembre 2003 (interview de Sa‘dûn al-Zubaydi).

Darle Pierre, 2003, Saddam Hussein maître des mots. Du langage de la tyrannie à la tyrannie du langage, Paris, L’Harmattan.

Draper Theodore H., 1992, « The Gulf War Reconsidered », The New York Review of Books, vol. 39, n° 1 et 2, 16 janvier.

Dunlap Charles J., 1993, « There Was Reason Behind Saddam’s Air Strategy », Air Force Times 54e année n° 5, 6 septembre : 33.

Eshel David, 1991, « The Iraqi Air Force – How Effective Is It ? », Military Technology vol. 15 n° 2, février : 72-76.

Farouk-Sluglett Marion, 1991, « Irak : rente pétrolière et concentration du pouvoir », Maghreb-Machrek 131, janvier-mars : 3-12.

Hernandez Nelson et Saad Al-Izzi, 2006, « Video Shows Mistreatment Of Hussein Official's Body », The Washington Post, 2 mai.

Glain Stephen, 2000, « Tribes of Iraq are Key Source of Loyalty and Rebellion », The Wall Street Journal, 20 mai.

Graham Helga, 1995, « Saddam’s Circle of Hatred », The Independent on Sunday, 20 août.

Graham-Brown Sarah, 1999, Sanctioning Saddam. The Politics of Intervention in Iraq, Londres et New York, I. B. Tauris.

Hammick Murray, 1991, « Iraqi Obstacles and Defensive Positions », International Defense Review vol. 24 n° 9, septembre : 989-991.

Holthus Michael D., 1991, « Myths and Lessons of Iraqi Artillery », Field Artillery, octobre : 7-9.

Human Rights Watch, 1992, Endless Torment. The 1991 Uprising in Iraq and its Aftermath, juin. 

International Crisis Group, 2006, In Their Own Words : Reading the Iraqi Insurgency. Middle East Report 50, 15 février.

Joli Michel, 1998, Les effets secondaires du régime des sanctions en Irak. Approche psycho-sociologique, juin (rapport d’expertise pour le ministère des Affaires étrangères).

Khadduri Imad, 2003, Iraq Nuclear Mirage. Memoirs and Delusions, Toronto, Springhead Publishers.

Kirk Donald, 1990, « Ministry of Peace – Iraqi Information Minister Latif Nasif Jassim », National Review, 17 décembre.

Kutschera Chris (dir.), 2005, Le livre noir de Saddam Hussein, Paris, Oh ! Editions.

Kutschera Chris (dir.), 2003, « Irak : étude sur les structures parallèles du Pouvoir. Les femmes et les alliances familiales » (extrait d’article publié sur le site www.chris-kutschera.com, consulté le 15 avril 2003).

Mallat Chibli, 1993, « Obstacles to Democratization in Iraq. A reading of Postrevolutionary Iraqi History through the Gulf War », in Ellis Goldberg, Resat Kasaba et Joel S. Migdal (dir.), Rules and Rights in the Middle East, Seattle, University of Washington : 224-247.

Matlak Regis W., 1999, « Inside Saddam’s Grip : An Open Source Memorandum », National Security Studies Quaterly vol. 5 n° 2, printemps : 1-28.

McKillip James D., 1993, « Iraqi Strategy During the Gulf War. An Alternative Viewpoint », Military Review vol. 75 n° 5, septembre-octobre : 46-51.

Murden Simon, 1995, Emergent Regional Powers and International Relations in the Gulf : 1988-1991, Reading, Ithaca Press.

Post Jerrold M, 1993, « The Defining Moment of Saddam’s Life : A Political Psychological Perspective on the Leadership and Decision Making of Saddam Hussein During the Gulf Crisis », in Renshon Stanley (dir.), The Political Psychology of the Gulf War, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press : 49-66.

Rigaud Françoise, 2001, « Irak : le temps suspendu de l’embargo », Critique Internationale 11, avril : 15-24.

Tripp Charles, 1996, « Symbol and Srategy : Iraq and the War for Kuwait » in Wolfgang F. Danspeckgruber et Charles R.H. Tripp (dir.). The Iraqi Aggression Against Kuwait. Strategic Lessons and Implications for Europe, Boulder, Westview Press : 21-38.

Woods, Kevin M. (et al.), 2006, Iraqi Perspectives Project. A View of Operation Iraqi Freedom from Saddam’s Senior Leadership, Joint Center for Operational Analysis and Lessons Learned, avril.

Haut de page

Notes

1 Cette contre-partie de la rente est évoquée par Marion Farouk-Sluglett , 1991.

2 Michel Joli (1998) décline différents aspects de ce qu’il appelle la « culture de pénurie », dans laquelle l’État ne fait plus que garantir le minimum vital de la survie biologique, laissant à chacun le soin de satisfaire ses besoins, en employant pour se faire des stratégies extrêmement variées. Pierre Darle (2003) développe le cas particulier des « légataires du modernisme », constituant après 1991 le « segment anomique de la société » .

3 Il s’agit bien d’une construction néologique et non de « al-qâ’id al-arûra », forme plus juste d’un point de vue grammatical (Bengio, 2002).

4 Il faut signaler ici un aspect important et pourtant passé sous silence de l’intransigeance koweïtienne face à l’Irak sur les questions pendantes que constituent alors l’annulation de la dette irakienne, la surproduction pétrolière du Koweït, le contentieux du champ pétrolier d’al-Rumayla, le rapprochement entre l’Iran et les membres du CCG, le différent frontalier et la cession des îles de Bubiyan et Warba. Le refus obstiné opposé par la petite Monarchie aux exigences de plus en plus pressantes formulées par Bagdad met directement en cause le mythe de Saddam Hussein, figure historique censée assumer un rôle de leadership décisif. Ce camouflet est d’autant plus vif que le comportement du Koweït, comme le souligne Theodore Draper (1992), apparaît incongru au sein du monde arabe, s’attendant à une forme de concession de la part de l’État de loin le plus riche et le plus faible.

5 Les réactions de Saddam Hussein à un commentaire relativement anodin à la radio Voice of America sont à cet égard révélatrices (Draper, 1992).

6 C’est la thèse développée par Jerrold Post (1993). Le témoignage de Ala Bashir (2004) sur le comportement de Saddam Hussein pendant les évènements critiques de 1991 révèle d’ailleurs un homme dégageant une impression de maîtrise et de sang-froid, visiblement à la hauteur de son personnage.

7 Le soin apporté par le régime à sa stratégie de communication laisse du reste de nombreux Irakiens convaincus que la guerre ne peut avoir lieu (Kirk, 1990).

8 La réponse au vaste complot menaçant l’Irak se doit en effet d’être une mobilisation de tout un chacun, une défense populaire exprimant justement ce « génie national » à l’origine d’un tel complot. Cette vision contraste avec l’état de démoralisation de la population en général et de l’armée en particulier à la veille de la guerre. Ce décalage s’explique en partie par la désinformation dont Saddam Hussein fait l’objet. Des échantillons de correspondance militaire irakienne capturés dans le courant du conflit confirment la tendance au sein des forces armées à privilégier la conformité au discours officiel au détriment de toute efficacité. Ainsi une étude des causes des désertions de plus en plus nombreuses qui affectent le dispositif militaire irakien tout au long de l’hiver 1990-1991 énumère soigneusement tous les facteurs imaginables, à l’exception de ceux qui reflètent le mieux le climat d’incompréhension, de rancœur et de méfiance à l’égard du commandement qui règne au sein des troupes après l’invasion du Koweït. Cf. al-Majalla du 11 juin 1991. Il est aussi frappant de constater les insuffisances du système de défense érigé par les forces irakiennes aux frontières du Koweït, malgré le temps laissé à l’Irak pour se préparer et l’expérience indéniable acquise par le pays face aux offensives iraniennes. Tout se passe en effet comme si l’érection de ces positions défensives répondait en grande partie à une simulation rituelle de la combativité, par laquelle chacun se protège d’éventuelles accusations de trahison, plutôt qu’à des impératifs de protection collective. Murray Hammick (1991) offre une description édifiante de ce système .

9 Plusieurs observateurs militaires dans le camp allié ont tenté d’analyser cette singularité (McKillip, 1993 ; Bonsignore, 1991 ; Dunlap, 1993).

10 L’argument selon lequel ces tirs de missiles, inaugurés le 18 janvier, visent à provoquer une réplique israélienne susceptible d’embraser la région est invalidée de façon convaincante par Charles Tripp (1996). Celui-ci remarque pertinemment que le déploiement de troupes irakiennes en Jordanie serait beaucoup plus efficace pour atteindre un tel objectif. L’objet de ces attaques semble être de redéfinir le conflit comme une confrontation à laquelle Israël est directement partie prenante .

11 L’incursion des forces irakiennes en territoire saoudien, le 30 janvier 1991, commandée par l’illustre général Salâh ‘Abbûd al-Jubûri, se solde par une débâcle prévisible. Mais elle n’en permet pas moins au régime de « reprendre l’iniative » au plan symbolique, alors que la paralysie engendrée par la phase aérienne de la guerre, ainsi que l’échec des salves de missiles irakiens, contraignent Saddam Hussein à donner au moins l’illusion de l’action. D’ailleurs, cette glorieuse défaite donne lieu par la suite à des commémorations. Cf. par exemple l’article des généraux Sabâh Nûri al-‘Ajîli et Yâsîn Fulayyih al-Ma‘îni dans al-Jumhûriya du 30 janvier 2000.

12 Pour la version irakienne du bombardement de cet abri antiaérien civil, cf. Ministère de la Culture et de l’Information. Malja’ al-‘Âmiriya. Jarîmat al-‘Asr al-Amrîkî al-Mutawahhash. Bagdad : Dâr al-Ma’mûn, 1996.

13 Le formidable arsenal irakien est alors un ensemble composite de matériels en partie hérités de l’expansion du dispositif militaire irakien dans les années 1970, puis complétés précipitamment dans les années 1980 pour compenser l’écrasante supériorité numérique des forces iraniennes. Pendant la guerre Iran-Irak, les achats d’armes du régime répondent aussi bien aux impératifs du conflit qu’aux aléas des alliances et aux opportunités du marché, sans considération pour les questions de maintenance, d’intégration des systèmes d’armement, de logistique, etc. David Eshel (1991) analyse le cas de la force aérienne. L’artillerie offre un autre exemple particulièrement édifiant (Holthus, 1991).

14 L’intoxication de Saddam Hussein par son propre mythe est loin d’être une supputation. Elle transparaît des différents témoignages dont on dispose aujourd’hui de la part des membres de son entourage (Bashir, 2004 ; Abdul Majid, 2003 ; Cremonesi, 2003 Comprehensive Report, 2004). Contrairement à l’hypothèse de la préparation d’un dauphin dans une perspective dynastique, Saddam Hussein donne l’impression, durant les dernières années de son règne, d’être préoccupé davantage de sa postérité que de sa succession. Les promotions successives de son fils Qusay peuvent s’expliquer par la nécessité éprouvée par Saddam Hussein de rassurer son entourage sur ses perspectives futures, en offrant les gages de continuité du pouvoir sans lesquels la cohésion de son dispositif se verrait fragilisée. De fait, à la veille de Operation Iraqi Freedom, il s’inquiète bien moins de la question d’une éventuelle transmission du pouvoir que de la transmission du message contenu dans son dernier livre en préparation. Symptomatiquement, ‘Uday et Qusay ne font preuve après la chute du régime d’aucune capacité de leadership, préférant se terrer dans le confort relatif d’une maison de Mossoul.

15 Ces listes de noms et celles qui suivent peuvent paraître rébarbatives à certains lecteurs. Il s’agit cependant de personnalités éminentes de ce régime et généralement familières des Irakiens. Il convient aujourd’hui d’élargir le champ d’investigation au-delà des individus auxquels ce régime est trop souvent réduit, tels que « ‘Ali le chimique » ou Târiq ‘Azîz. Ces listes ont du reste vocation à souligner que les points évoqués ne sont ni des idées reçus, ni des intuitions, mais des conclusions solides fondées sur un travail empirique rigoureux. L’opacité de ce régime a en effet autorisé, pour reprendre l’expression de Bourdieu, la « circulation circulaire » de nombreuses idées fausses répétées jusqu’à devenir des faits établis.

16 Hanna Batatu (1974) offre une discussion nuancée du rôle de Mawlûd Mukhlis dans l’ascension des originaires de Tikrît au sein de l’armée .

17 Le PIB par habitant, qui passe de 1750 à plus de 4000 dollars entre 1970 et 1980, retombe à son niveau de 1970 à la fin de la guerre contre l’Iran, puis tombe sous le niveau de 1950 au début des années 1990 (Alnasrawi, 1994).

18 C’est à cette époque que la notion d’armée idéologique cède en partie la place à des forces recrutées essentiellement en fonction d’une politique de cooptation tribale, comme l’illustre le cas de la Garde républicaine (Baran, 2004).

19 Le témoignage de Mish‘ân al-Jubûri, à quelques exagérations près, reflète fidèlement ce qui s’est produit dans les environs de Shargât, Bayji, Huwayja et ailleurs (Graham, 1995 ; Glain, 2000). Un autre bon exemple est celui des Âlbû ‘Îtha du village du même nom (Baran).

20 L’analyse des connexions familiales du personnel du bureau local de al-amn al-‘amm à Arbil révèle ainsi des résultats édifiants (al-Khafaji, 1992).

21 Les grandes « alliances » du régime dans les années 1980 (avec les Jubûr, les Dulaym, les Shammar, les ‘Ubayd, les ‘Azza, les Mashâhada…) montrent alors leurs limites avec les efforts de Saddam Hussein pour fragiliser ces tribus (notamment en les expropriant de certaines terres) et les risques bien réels que leur pouvoir représente (illustrés par le coup d’État de janvier 1989 – souvent décrit à tort comme datant de janvier 1990 –, reposant sur des solidarités de nature tribale) (Matlak, 1999 ; Baram, 1998). Symptomatiquement, l’un des principaux cheikhs des Shammar, Muhsin Faysal al-Yâwir, s’est exilé à la fin des années 1980.

22 Si Saddam Hussein exerce, à la fin des années 1980, un pouvoir arbitraire dont l’étendue ne connaît plus guère de limites, il n’en cherche pas moins à légaliser son autorité despotique en renforçant le caractère présidentiel du régime. Ainsi, pas moins de 69 des 179 articles de la nouvelle constitution introduite en 1990 (mais jamais ratifiée) définissent les attributions du Président de la République (Mallat,1993).

23 C’est tout du moins ce qu’affirme le chef d’état major de l’époque, Nizâr al-Khazraji – qui prétend également n’avoir jamais rien su de l’opération anfâl, qui a mobilisé l’ensemble du dispositif de coercition irakien au Kurdistan à un moment où il occupe ces mêmes fonctions. Sa version s’est largement imposée auprès des observateurs de l’Irak et de la population irakienne elle-même. ‘Abdul Rahmân ‘Ârif, dans une analyse détaillée de l’invasion irakienne du Koweït, le décrit néanmoins comme le commandant du centre avancé des opérations dans le théâtre koweïtien (cf. al-‘irâq wal-kuwayt, al-judhûr… al-ghazû… al-tahrîr sur le site www.moqatel.com). Cela dit, la décision d’envahir le Koweït semble bel et bien être prise par Saddam Hussein subitement et sans consultations. Les opérations décisives sont menées principalement par des forces de la Garde républicaine (les divisions tawakkalnâ ‘alâ allâh et hâmûrâbi appuyées par la division al-madîna al-munawwara), laissant l’armée dans un rôle secondaire et dégradant. Saad al-Bazzaz (1996) relève à ce propos le contraste saisissant qui oppose la libération de Fâû, en 1988, dont il souligne la planification et l’exécution collégiales, et l’initiative d’ordre « privé » que constitue l’invasion du Koweït.

24 La notion de targhîb est initialement attachée à la nature rentière de l’État irakien (Farouk-Sluglett, 1991). Elle s’en détache progressivement pendant les années 1980 et de façon décisive après 1991 pour ne devenir que la contrepartie révocable d’une subordination coûteuse au pouvoir. Elle cesse en outre de prendre la forme exclusive d’une redistribution des richesses, dans un système où la prédation – elle-même une concession provisoire du pouvoir – joue un rôle croissant.

25 La notion de loyauté ultime (al-walâ’ al-mutliq) est d’ailleurs un leitmotiv dans le renouvellement rituel du « serment de fidélité » (tajdîd ‘ahd al-wafâ’) sous forme de télégrammes publiés par les tribus dans la presse officielle, en réaction aux insurrections.

26 Les cas les plus avérés de purges à très haut niveau, causées par une participation jugée insuffisante à la répression, sont ceux de ‘Abdul Hasan al-Fir‘awn, membre du Commandement régional du Baas chargé de la zone dite moyen-Euphrate (al-furât al-awsat), et du Major général (liwâ’) Bâriq al-Hâjj Hunta. Pour d’autres personnalités, telles que le Major général Ismat Sâbir ‘Umar, il est difficile de démêler la vérité des nombreuses rumeurs contradictoires circulant à leur sujet.

27 La ville de Zubayr, enclave sunnite dans un Sud massivement chiite, serait d’ailleurs le foyer primordial des insurrections. Par la suite, la rapidité avec laquelle le régime reconquiert le Sud reste inexplicable si l’on fait abstraction des soutiens passifs et actifs dont il a bénéficié. Les acteurs de la répression ne représentent en rien une simple minorité Arabe Sunnite – on pensera parmi les innombrables contres-exemples à Muhsin Khudhir al-Khafâji, Muhammad Hamza al-Zubaydi, Karîm Hasan al-Tamîmi, ‘Azîz Sâlih al-Khafâji, Mizbân Khudhir Hâdi, Qâ‘id al-‘Awâdi, Hasan ‘Ali al-‘Âmiri, etc. Tous ces hauts responsables sont chiites. Le traitement infligé à la dépouille de Muhammad Hamza, après-guerre, donne la mesure des crimes que ces individus ont commis (Hernandez et Al-Izzi, 2006).

28 L’utilisation d’armes chimiques lors de la répression des insurrections dans le Sud a été documentée après la chute du régime (Comprehensive Report).

29 Divers témoignages recueillis par Human Rights Watch (1992) suggèrent l’utilisation de bombes incendiaires, aussi bien au Kurdistan que dans le Sud.

30 Cf. par exemple le commentaire vraisemblablement candide de l’ingénieur Imad Khadduri à ce sujet (Khadduri, 2003 : 126). Faleh Abd al-Jabbar (1992) donne une excellente description de la manipulation adroite par le régime des ambiguïtés de l’« Intifada » .

31 Si les insurrections se déclenchent au cœur des villes, les combats s’étendent ensuite à des zones non-urbaines, notamment les marais et les palmeraies du Sud, qui offrent un certain avantage aux insurgés.

32 Les gouverneurs, traditionnellement des figures baasistes, changent brutalement de visage. L’ancien directeur de la police, ‘Abdul Khâliq ‘Abdul ‘Azîz, est nommé à Karbala, tandis que le chef de la police politique (al-amn al-‘amm) prend les commandes à Najaf. Cinq officiers de haut-rang (Latîf al-Sab‘âwi, Muhammad Yûnis al-Ahmad, ‘Abdallah Ahmad al-Jabûri, Tâli‘al-Dûri et Kâmil al-Janâbi) sont postés dans les gouvernorats de Bassora, al-Muthanna, al-Qâdisiya, Bâbil et Maysân.

33 Pour ce paragraphe, cf. notamment David Baran, 2004.

34 Des fausses attaques à l’arme chimique sont rapportées (Bengio, 1991).

35 Dès le 30 janvier 1991, près d’un mois avant le déclenchement de l’offensive terrestre de la coalition, un comité interministériel pour la reconstruction est mis en place, doté d’un personnel et de prérogatives exceptionnels, alors que les huit longues années de guerre contre l’Iran ne donnent lieu à aucune forme notable de planification préalable de la reconstruction (Barakat, 1993). Sur les résultats spectaculaires annoncés rapidement par ce comité, cf. Middle East Economic Digest du 17 mai 1991.

36 Le Lieutenant général (farîq) ‘Abdul Sattâr al-Mu‘îni, chef d’état-major adjoint chargé de l’administration et de la logistique pendant la guerre, est promu ministre du Transport et des Communications.

37 On pourrait multiplier les exemples à cet égard. Les portefeuilles de la Défense et de l’Intérieur passent en 1991 sous la coupe de membres de la famille proche de Saddam Hussein dépourvus de qualifications particulières. La composition du Commandement régional du Baas devient presque exclusivement sunnite. Les pires atrocités sont récompensées ouvertement et de manière systématique. Pour des officiers se prévalant de leurs contributions à l’« assainissement » (tathîr) de telles ou telles zones en 1991, lire al-Qâdisiya des 2, 3, 4 et 6 janvier 2000.

38 Les listes de personnalités récompensées ouvertement pour leur prestation lors de la crise de 1991 se retrouvent ainsi dans l’organigramme des fonctions sensibles de l’appareil du pouvoir jusqu’à la chute du régime. Par exemple, 11 des 15 gouverneurs en poste en juin 2002 (pour la liste des gouverneurs, cf. Baran) figurent parmi les officiers récompensés durant l’hiver 1991-1992. Cf. al-‘Irâq des 22, 23, 24 et 30 octobre 1991, du 15 décembre 1991, du 27 janvier 1992, des 10 et 18 mars 1992. À la veille de l’invasion américaine, le Secrétaire général du Commandement en chef des forces armées, le Ministre de la Défense, le Chef d’état-major de la Garde républicaine et celui de l’armée, le commandant de la Défense aérienne et le commandant de la Force frontalière sont tous dans le même cas.

39 Toute forme d’autonomie disparaît dans une économie politique de la pénurie. Le fonctionnaire doit se compromettre à travers toutes sortes de rituels de soumission dont il dépend pour conserver ses fonctions. L’homme d’affaire est racketté dès qu’il gagne de l’argent. Le chef de tribu fonde son « pouvoir » sur la redistribution des ressources consenties par le pouvoir central. Le paysan est assujetti au Baas à travers les organisations qui dispensent les soins vétérinaires, les semences et les engrais, etc.

40 Cette hypothèse ne peut d’ailleurs qu’être rejetée par les concernés tant la crise de 1990-1991 leur apparaît comme un moment de bascule, correspondant souvent, de fait, à un tournant abrupt dans leurs trajectoires individuelles.

41 L’exemple souvent cité dans les années 1990 du salaire mensuel d’un fonctionnaire de base, équivalent au prix d’un seul et unique poulet, pose la question des indispensables revenus complémentaires, qui tous impliquent une forme de cautionnement tacite et révocable de la part du pouvoir : les emplois secondaires empiètent généralement sur le temps de travail réglementaire ; les primes ou « incitations » (hawâfiz) payées aux fonctionnaires par les administrations et entreprises d’État génératrices de bénéfices sont conditionnées à une « bonne conduite » (notamment la participation à tous les rituels de soumission) ; les dons présidentiels (makârim al-ra’îs) récompensent un zèle irréprochable ; la prévarication généralisée reste assujettie à des campagnes irrégulières de répression de la corruption.

42 Sarah Graham-Brown, 1999, a de bons exemples.

43 David Baran, 2004, décrit en détail cette « économie parcimonieuse de distinctions minutieusement graduées » .

44 Cette vision du régime comme étant « totalitaire » imprègne néanmoins une partie importante de la littérature sur l’Irak jusqu’à ce jour. Lire notamment Chris Kutschera , 2005.

45 Contrairement à la vision répandue d’un régime ayant fourni généreusement les tribus en armes, seules les tribus contrôlant effectivement des territoires frontaliers reçoivent un armement significatif, tels que des « pick-up » équipés de mitrailleuses lourdes (Baran, 2004).

46 La ville de Hilla en donne un parfait exemple. Le gouvernorat est déplacé des vieux quartiers vers une sorte de bunker aménagé à l’entrée de la ville, sur la route de Bagdad et du côté du fleuve le plus accessible à d’éventuels renforts dépêchés depuis la capitale. Partout dans le Sud, l’archipel des institutions incarnant l’autorité du régime tend à se réorganiser le long des axes stratégiques, notamment sur les rocades.

47 La notion d’une division du territoire en « partie utile » et « partie symbolique » est empruntée à Hamit Bozarslan, 2001. Le reformatage de la « souveraineté » en fonction du seul critère de la sécurité du régime illustre parfaitement ce point : la présence de la CIA au Kurdistan ne déclenche une réaction décisive, en 1996, que lorsque le régime y voit un intérêt pratique (et non une question de principe comme il se doit en matière de souveraineté) ; les activités de l’UNSCOM ne sont interrompues, en 1998, qu’après le virage de l’organisation vers davantage de renseignement (sur le « concealment apparatus », indissociable des organes les plus sensibles du pouvoir) ; diverses formes d’insubordination dont les tribus se rendent coupables (banditisme sur l’axe Bagdad-Amman, recel d’armes non déclarées voire pillage de dépôts de l’armée, assassinats de petits fonctionnaires du type « abu al-ray », etc.) sont tolérées dans la mesure où elles ne représentent pas une menace aux yeux du régime (sur ce dernier point, cf. Baran, 2004).

48 Saddam Hussein, qui fait preuve initialement de capacités remarquables d’organisation et de gestion, adopte dans le courant des années 1990 un style de gouvernement de plus en plus informel, s’appuyant sur des instructions verbales, des comités aux prérogatives imprécises et un rôle croissant d’intermédiation de son réseau de relations personnelles (Comprehensive Report). Les fawâtih d’importantes figures tribales, auxquelles il dépêche ses murâfiqîn (expression qui désigne son entourage de gardes du corps/mandataires), ainsi que la célébration des a‘yâd à Tikrit, deviennent des temps forts de la vie politique (Baran, 2004). Ces canaux informels s’ajoutent aux canaux existants (hiérarchies entrelacées de l’État , du Baas et de l’appareil de sécurité) sans nécessairement les supplanter. En l’absence de tout effort de rationalisation de ce dispositif, ils ne font que dématérialiser le pouvoir en brouillant les modalités de son interaction avec la population.

49 David Baran, 2004, apporte de nombreux éléments étayant ce point et les points précédents. Voir aussi Françoise Rigaud, 2001, sur la transformation de l’État.

50 Le mythe de Saddam Hussein ne disparaît pas pour autant. Il demeure le point d’ancrage d’un discours accumulant les références les plus diverses et les plus contradictoires, reliées entre elles par la seule capacité de Saddam Hussein à incarner toutes les facettes de ce répertoire hétéroclite, assimilé à une identité et une vocation nationales.

51 Cette conception de l’ennemi comme instrument de politique intérieur explique en grande partie l’ineptie de certains préparatifs militaires irakiens pendant l’hiver 2002-2003. En dépit de la qualité et de l’expérience des officiers impliqués, ces préparatifs, à l’instar de 1991, répondent largement à la mise en scène d’un combat rituel. Du reste, l’hypothèse selon laquelle l’opposition armée qui se développe sous l’occupation américaine est née d’une stratégie formulée avant-guerre est une vue de l’esprit. Elle ne permet pas de rendre compte de la phase de calme de plusieurs semaines qui s’amorce après l’effondrement du régime, malgré la relative vulnérabilité de la coalition. Depuis, les innombrables arrestations d’opposants présumés ne semblent livrer aucune preuve convaincante (Woods, 2006). À l’inverse, les hauts-responsables du renseignement interrogés dans le cadre de la quête des armes de destruction massive avouent la surprise et la désorientation qui sont les leurs le 9 avril 2003. (Comprehensive Report, 2004). Plusieurs opposants armés interviewés en juin 2003, dont deux neveux de Tâhir ‘Abdul Jalîl Habbûsh (ancien directeur général des mukhâbarât), démentent sans équivoque cette hypothèse, tout en admettant concevoir comme une bénédiction (nu‘ma) certains éléments de la stratégie de défense retenue par le régime avant-guerre, notamment la dissémination des stocks d’armes en prévision d’une guerre de guérilla conçue pour endiguer l’adversaire et prévenir la chute de Bagdad (International Crisis Group, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Harling, « Saddam Hussein et la débâcle triomphante. Les ressources insoupçonnées de Umm al-Ma‘ârik », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3401

Haut de page

Auteur

Peter Harling

Centre de Recherches Internationales de la Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page