Navigation – Plan du site
Lectures

Benkirane Réda, Le désarroi identitaire, Jeunesse, islamité et arabité contemporaines, Paris : Cerf, Collection « L’histoire à vif », 2005, 334p.

Karine Tourné
p. 277-278

Texte intégral

1L’ouvrage de Réda Benkirane est déroutant. Au sens premier du terme, il s’engage et nous engage à le suivre sur des chemins multiples qui transforment la lecture en un jeu de piste. La thématique, qui n’est pas nouvelle s’agissant de l’identité, est abordée ici dans une démarche interactive tant la participation du lecteur est suscitée et son attention par ailleurs nécessaire pour assembler le puzzle.

2La question de l’altérité et de l’identité est traitée sous une multitude de facettes. On ne peut que remercier l’auteur du travail exploratoire gigantesque qu’il met à disposition du lecteur. La richesse et la diversité des matériaux mobilisés rejoignent par ailleurs un foisonnement des pistes et l’amplitude du champ des interrogations. Il s’agit en effet pour Reda Benkirane de restituer une complexité permettant de « (…) saisir la nature de l’islamisme, cet « islam politique » qui a tant occupé le devant de la scène politique internationale et tant frappé les imaginaires depuis un quart de siècle ». Pour ce faire, la figure du jeune migrant est invoquée comme un récapitulateur des générations, des histoires, des individualités, de tout ce qui fut et sera. Cet impératif d’une fidélité à la complexité du réel, qui diverge des mots, s’apparente à une profession de foi : ne pas réduire la réalité à un mot qui la trahirait mais être attentif au dé/re/tournement des mots, à leur géométrie variable ; ne pas se satisfaire des lignes droites mais privilégier les détours, les digressions et donc appréhender la pluralité et « énoncer non pas une, mais deux, trois, cent vérités provisoires. »

3« Le parti pris des gens » anime cet ouvrage qui suscite dans l’esprit du lecteur l’idée d’une lettre ouverte dont on ne peut s’empêcher de se poser la question du destinataire. Cette intention s’accompagne logiquement d’une démarche assumée, revendiquée par l’auteur tant du point du vue du style que de la démonstration. On observe ainsi une porosité entre la forme et le fond, entre l’écriture - son rythme, les images invoquées - et l’argumentation qui se construit, parfois en filigrane, sur les motifs et les tempos de l’écriture, sur des glissements de terrain et de lecture, tel le récit du naufrage, par le recours à des métaphores et des analogies. La subjectivité est affichée, utilisée même. JE devient une focale, TU un interlocuteur interpellé. On est dans l’accusation. Elle se double d’un lyrisme assumé par l’auteur. Cette sociologie poétique se fonde sur une position revendiquée, celle de l’implication. Il s’agit d’énoncer en dénonçant.

4Nombreux sont cependant les soucis du lecteur. Dans cette richesse, ce foisonnement de pistes, il lui arrive de se perdre. L’originalité de l’ouvrage réside principalement dans sa construction. La démonstration se déploie comme un scénario mettant en scène sa propre écriture, l’assemblage des arguments est opéré par le lecteur. Mais on est surtout étonné par un paradoxe, comme si l’auteur était aveuglé par sa propre découverte. Le plaidoyer de l’auteur pour une généalogie de l’avenir, l’importance des liens et des continuités ne transparaissent pas s’agissant d’autres travaux, d’autres terrains.

5On ne peut que constater les limites du lyrisme. Dire, déclamer, dédouane ici d’expliquer, de donner au lecteur des modalités de compréhension plus articulées, plus claires sur le terrain. « J’ai pu entendre la voix sourde de ceux qui se racontent sans détour ni mise en scène. Offrande de l’âge au premier venu, venu à l’essentiel. Dans la nudité mutuelle et consentie, il y a pudeur et respect véritables. La ville, le pays contemporains se donnent à voir par les plus humbles, ces habitants parqués en marge, dans des parties honteuses. Cette lecture est moins facile, moins conventionnelle, mais elle offre certains avantages : inesthétique, le cliché d’une ville, d’un peuple en négatif révèle néanmoins une profondeur de champ insoupçonnée….. ». On pense alors à la multitude de travaux d’anthropologues, de sociologues, peut-être moins poétiques mais tout aussi novateurs, présents sur les mêmes terrains, auprès des individus dont ils portent la parole.

6Enfin, on est saisi par le décalage entre la volonté affichée, celle d’un parti pris des gens, et la réalité restituée ici. On regrette le peu de place accordé in fine aux individus de chair, dans leur chair, leur histoire et leur récit. On ne peut que constater la prédominance d’illustres figures, Abdelkader, Ben Bella, Ibn Rushd face aux quelques détours par ces individus, ceux du plus grand nombre. Mais peut-être l’ouvrage est-il trahi par son sous-titre. Où sont donc les jeunes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Tourné, « Benkirane Réda, Le désarroi identitaire, Jeunesse, islamité et arabité contemporaines, Paris : Cerf, Collection « L’histoire à vif », 2005, 334p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3561

Haut de page

Auteur

Karine Tourné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page