Navigation – Plan du site
Lectures

Boissière Thierry, Le jardinier et le citadin. Ethnologie d’un espace agricole urbain dans la vallée de l’Oronte en Syrie, Damas, IFPO-GREMMO, 2005, 453 p.

Gaëlle Gillot
p. 268-270

Texte intégral

1Résultat d’un travail de recherche minutieux et sensible, Le jardinier et le citadin nous permet de pénétrer dans l’univers peu connu – et pourtant riche et éclairant – des jardins productifs, maraîchers et vergers, de Homs et de Hama, deux villes voisines de la vallée de l’Oronte à l’ouest de la Syrie. Les jardiniers y occupent une place particulière car s’ils sont intégrés à la ville par leur mode d’habiter et leur vie quotidienne, ils passent leur journée dans un espace agricole, en périphérie de la ville, à travailler la terre. Les jardins eux-mêmes constituent des espaces de l’entre deux, entre la ville et la campagne, et se révèlent être parmi les marqueurs identitaires les plus forts des villes étudiées.

2Ces espaces pas vraiment urbains, pas complètement ruraux, ont su résister et s’adapter aux évolutions techniques, aux modifications de l’organisation professionnelle, aux réformes du système agraire syrien, aux mutations économiques et politiques du pays et ils constituent probablement un des éléments les plus stables dans les deux villes étudiées tant sur le plan du paysage que dans la structure sociale. Cette permanence méritait d’être interrogée. Tout en nuances, l’auteur décrit et analyse l’évolution de l’intégration des jardiniers dans la société citadine, l’évolution des techniques utilisées, les dynamiques sociales du groupe professionnel et l’évolution de leur statut. En quelques décennies, ils sont passés du bas de l’échelle sociale à un mode de vie envié car alliant la vie saine de la campagne aux avantages de la ville, réalisant le vieux rêve de la « ville à la campagne » des utopistes du xixe siècle.

3L’ouvrage, tiré d’une thèse soutenue en 1999, est composé de quatre parties agrémentées de belles cartes et photos. Les deux premières parties (les années 1930-1940, et les années 1950 à nos jours) retracent une mutation décisive du statut des jardins et des jardiniers. Les jardins appartenaient d’abord à des notables, des propriétaires qui ne cultivaient pas leur terre, mais employaient des jardiniers. Par leur statut de journaliers, de travailleurs de la terre, ceux-ci appartenaient au bas de l’échelle sociale. Perçus comme les pauvres des pauvres urbains, ils vivaient et travaillaient en marge de la ville. Mais l’évolution du foncier agricole, les réformes agraires, la désintégration du système d’irrigation traditionnel avec l’introduction des motopompes, la diminution de l’importance relative des jardins urbains dans l’économie agricole, l’apparition des coopératives puis leur relative disparition, et la croissance urbaine, ont bouleversé les rapports des jardiniers à la terre et leur place sociale dans la ville.

4Les techniques agricoles, les pratiques sociales et le rapport à la ville (troisième et quatrième parties) ont évolué. Si les outils utilisés sont pratiquement restés les mêmes que dans les années 1930, les cultures et l’élevage se sont modifiés pour répondre à une demande urbaine de proximité et à la fixation des jardiniers dans leur exploitation, où ont poussé les constructions, notamment depuis les années 1960. Les activités des lignages de jardiniers se sont diversifiées alors que les jardins devenaient des patrimoines familiaux, des biens affectifs, cultivés par des jardiniers professionnels ou « à temps partiel », exerçant un autre métier, et des espaces de sociabilité familiale et de lien, bien au-delà de simples espaces de production. Malgré une politique visant à protéger les jardins de l’urbanisation, l’installation des jardiniers, voire celle plus récente des propriétaires dans des maisons secondaires construites au milieu du jardin (les fermes-villas), le grignotage illégal à leurs marges, leur transformation en parcs publics, font reculer la surface cultivée, diminuent encore la place relative de la production des jardins dans l’économie agricole locale et modifient profondément leur nature et leurs pratiques traditionnelles. Parmi celles-ci, la célébration des fêtes de printemps et des pèlerinages donnaient l’occasion aux citadins de respirer, de se retrouver, d’y échanger des nouvelles et de se promener, pique-niquer et se baigner dans le fleuve.

5Mais espaces fermés, les jardins étaient aussi perçus comme des lieux propices pour se cacher ou échapper à l’autorité quelle qu’elle soit, rendant ambigu le rapport de cet espace à la ville, d’autant plus que ceux qui en profitent sont de moins en moins nombreux. Ainsi, leur transformation en parc public semble une possibilité d’évolution, pour des villes à la recherche de modernité.

6Au total, jardins et jardiniers offrent une porte d’entrée unique aux recherches urbaines, en complétant des approches soit trop urbaines soit trop rurales des territoires, et trop peu associées, alors que leurs relations sont pourtant totalement complémentaires, voire stratégiques. A Hama et à Homs, la ville est un centre de production agricole, et cette activité a un poids économique, culturel, social et environnemental important. Les jardins sont des traits d’union, des charnières entre la ville et la campagne, qui permettent d’articuler et d’analyser les évolutions d’une société. A en croire l’étude de Thierry Boissière, il semble que les jardins et les jardiniers soient aujourd’hui devenus la mémoire et les témoins d’une culture citadine en pleine évolution et en voie de disparition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Gillot, « Boissière Thierry, Le jardinier et le citadin. Ethnologie d’un espace agricole urbain dans la vallée de l’Oronte en Syrie, Damas, IFPO-GREMMO, 2005, 453 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 26 juin 2016. URL : http://remmm.revues.org/3581

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page