Navigation – Plan du site
Lectures

Chiffoleau Sylvia (dir.), Politique de santé sous influence, Editions du CNRS, Paris 2005.

Anne-Marie Moulin
p. 275-277

Texte intégral

1L'ouvrage collectif dirigé par l'historienne Sylvia Chiffoleau traite de l'internationalisation des politiques de santé.

2L'introduction de l'éditrice marque bien l'actualité du propos. Le contrôle sanitaire par-delà les frontières n'est certes pas une nouveauté. Sylvia Chifoleau rappelle les grandes lignes d'une préoccupation de longue date. Elle s'est exprimée dès le xvie siècle par l'établissement de lazarets autour de la Méditerranée, et l'organisation des quarantaines, terrestres et maritimes, pour lutter contre la peste. Elle s'est manifestée avec éclat pendant l'ére coloniale, en particulier dans la deuxième moitié du xixe  siècle, avec l'organisation de grandes conférences sanitaires, qui ont essentiellement concerné la nouvelle pandémie, le choléra. Elle s'est concrétisée de façon permanente au xxe siècle avec la création de l'Office international d'hygiène, celle de l'Organisation d'Hygiène de la Société des Nations, après la première guerre mondiale, et de l'OMS à la fin de la deuxième.

3Mais les trois dernières décennies ont vu l'intensification des interventions sanitaires internationales dans le domaine de la santé, justifiées matériellement par les risques liés à l'accélération continuelle des transports et la globalisation des échanges, et idéologiquement par le caractère universel du droit à la santé, affirmé par l'OMS à sa création en 1947. Cette intervention a été particulièrement marquée dans le Tiers-Monde, en dépit de l'accession des pays d'Afrique et d'Asie à la souveraineté, au cours de la deuxième moitié du xxe siècle.

4Des stratégies mondiales ont été élaborées, visant à réduire la mortalité, en particulier maternelle et infantile, et l'écart persistant entre les nations dans l'espérance de vie des populations. Ces stratégies ont affiché périodiquement des revirements spectaculaires dans le choix des objectifs et des moyens. Par exemple, en 1978, la conférence d'Alma-Ata a donné le pas à la prévention sur le traitement, et aux centres de soins de santé primaires sur les hôpitaux spécialisés, et en 1994, la conférence de Bamako, rompant avec l'idéal de gratuité des soins et des traitements, a préconisé le "recouvrement des coûts", en conformité avec les dogmes du libéralisme économique en faveur.

5L'intervention internationale dans le domaine de la santé a été aussi marquée par l'importance croissante de nouveaux types d'acteurs, dont les plus marquants sont les ONG, grandes organisations internationales comme Médecins Sans Frontières ou petites structures associatives, se manifestant comme de puissants lobbies sur la scène internationale ou s'installant discrètement dans les interstices laissés par les États et parfois sur leurs décombres. Elles sont considérées comme une manifestation de la société civile, une forme de "gouvernance" à distinguer du gouvernement au sens classique.

6Sur tous ces thèmes, l'ouvrage offre une large palette de chapitres bien documentés, permettant de mieux comprendre une histoire relativement peu connue. Mais son originalité maîtresse tient au rapprochement, rarement tenté, entre le monde arabe et l'Afrique subsaharienne, par des spécialistes des deux aires culturelles.

7Le poids des ONG, en matière de santé, est modulé par le niveau de force, de ressources, et de légitimité des gouvernements, le contexte de paix ou de guerre. Une comparaison qui aligne des cas aussi différents que ceux de la Syrie, l'Egypte, le Liban, le Yémen, le Congo, le Cameroun... promettait a priori une vision contrastée et stimulante de l'application des politiques internationales et de leurs effets bénéfiques, imprévus ou pervers, ainsi que des mécanismes de production de la santé publique.

8L'ouvrage est à la hauteur de ses promesses. D'un chapitre à l'autre, le récit tient en haleine le lecteur et les informations se recoupent. Qui plus est, la description, évidemment très diversifiée, suscite une foule d'interrogations convergentes sur la coordination d'acteurs aussi nombreux entre eux et avec les systèmes de santé nationaux, l'attribution des responsabilités et des ressources,  la formation des agents, la cohérence et la pérennité des programmes etc. Par exemple, le chapitre sur l'action de MSF au Yémen, simple carnet de route, est complété par la superbe contribution de Blandine Destremau, particulièrement éclairante sur le déséquilibre que peut induire dans une société  tradtionnelle aux ressources limitées l'intervention d'ONG qui déplacent les élites locales au profit de bureaucraties nouvelles dont la compétence et l'intégrité sont loin d'être indiscutables.

9La tonalité de l'ouvrage est incontestablement pessimiste. Les changements de politique ne sont pas toujours suivis des effets miraculeux attendus et les mots d'ordre comme l'intégration des tradipraticiens dans les systèmes de santé ou la meilleure utilisation des pharmacopées locales ne se traduisent pas nécessairement en des réalisations palpables. L'ouvrage s'efforce cependant de suggérer des perspectives d'amélioration et d'action concrète, notamment en ce qui concerne l'accès aux médicaments essentiels ou aux nouveaux médicaments associés à des percées thérapeutiques, comme les antirétroviraux. Bien que la question de la tarification, l'acheminement et la distribution des médicaments soit un sujet particulièrent mouvant, ne serait-ce qu'à cause des négociations en cours entre les pays et l'Organisation Mondiale du Commerce, et l'émergence de trafics de médicaments falsifiés et incontrôlés, l'ouvrage fournit des clés et des repères pour suivre les péripéties futures d'une histoire pluridimensionnelle, sociale, politique et scientifique à la fois. Le croisement des histoires africaine et arabe met en lumière l'ampleur des drames engendrés par les grandes endémies se superposant à la violence des guerres civiles et étrangères. Il a aussi permis d'affiner les instruments d'analyse des enjeux et des ambiguités du droit à l'ingérence au nom de la santé internationale.  

10,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Moulin, « Chiffoleau Sylvia (dir.), Politique de santé sous influence, Editions du CNRS, Paris 2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3611

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page