Navigation – Plan du site
Lectures

Études Rurales 173-174, janvier juin 2005, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « Palestine. Territoires et territorialité. Fragmentation et enfermement. Contraintes et solidarités. Espace public. Occupation », 294 p.

Elizabeth Picard
p. 257-263

Texte intégral

1Dans un des derniers chapitres de ce dossier, Vincent Romani explicite avec bonheur le parti pris des auteurs, dirigés et édités par Bernard Botiveau (politologue du CNRS à l’IREMAM) et Édouard Conte (professeur d’anthropologie à l’Université de Berne), de se départir de l’approche dominante de la question palestinienne : celle qui consiste à la considérer d’en haut, à travers des politiques d’État et des stratégies d’élites ; à rechercher prioritairement des causalités et des explications aux violences observées ; et à traiter symétriquement les sociétés et les polités palestinienne et israélienne alors que plus personne ne nie aujourd’hui que le conflit israélo-palestinien est profondément asymétrique. Aborder séparément et comme un objet d’étude en soi la société palestinienne est souvent le parti-pris des chercheurs autochtones en raison de leur accès direct (je n’écrirai pas « privilégié » tant le quotidien des Palestiniens des Territoires est physiquement et moralement misérable) à leur propre société ; c’est beaucoup plus rarement celui de chercheurs extérieurs, occidentaux ou palestiniens expatriés, même si Bernard Botiveau en 1998, et à nouveau en 2004 avec Aude Signoles, a déjà édité deux collectifs consacrés à la Palestine « au quotidien ». C’est dire le caractère et l’intérêt exceptionnels de ce numéro d’une revue publiée par l’EHESS et dont le contenu en effet n’a rien à voir avec un quelconque « retour nostalgique aux campagnes de jadis » (p. 3).

2Cet ensemble constitue un des produits des recherches menées dans le cadre d’un Programme international de coopération scientifique du CNRS entre 2002 et 2005, qui associait un Institut de sciences sociales de l’Université de Birzeit, une Commission d’anthropologie sociale à l’Académie autrichienne des sciences, l’IREMAM et le Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France. Le programme « Palestine : sociétés, normes et institutions » présentait le double avantage d’être interdisciplinaire (avec, nous le verrons, une forte dominante d’anthropologues et de politologues) et de faire dialoguer dans le cadre de réunions scientifiques annuelles des chercheurs extérieurs (dont la plupart ont effectué de longs séjours de recherche en Palestine) et des chercheurs locaux, emmenés par Roger Heacock et Majdi al-Malki, de l’Université de Birzeit, qui éditeront ces mêmes textes en arabe. Enfin, une autre qualité du programme, dont on mesure l’avantage à la lecture de cet excellent numéro d’Études rurales, est de faire intervenir de jeunes chercheurs dont la remarquable connaissance de leur terrain se combine avec une solide maîtrise de leurs outils disciplinaires.

3Treize contributions, donc, pour une approche des transformations sociales et politiques dans les territoires de Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) et de Gaza depuis les accords d’Oslo (1993) censés mettre fin au conflit et à l’occupation.

4Intitulée « Après Gaza » (soit après le désengagement unilatéral israélien de 2005), le texte liminaire de B. Botiveau et E. Conte est une véritable introduction au dossier : ils y abordent en premier lieu la question des conditions de la recherche dans une société prise dans un conflit, et de l’accès et de la vérification des données dans un contexte où l’accès aux sources est inégal et où l’information, en particulier en direction de l’international, est devenue une arme de guerre. Ensuite seulement, passent-ils à la question de la définition territoriale et identitaire de la Palestine, enjeu central du conflit dont ils montrent la nécessité d’en étudier les complexités contextuelles (les effets de la politique israélienne vis-à vis de, et dans, les Territoires ; la fortune croissante du Hamas...) mais aussi historiques (les articulations changeantes entre les notions de communauté, d’identité nationale et de citoyenneté). Dans une transition abrupte qui n’est pas sans refléter la dureté des conditions palestiniennes, ils adoptent alors une approche d’économie politique pour dessiner un tableau démographique et macro-économique auquel des réflexions historiques, anthropologiques et juridiques donnent tout son sens. On comprend que les négociations internationales et les manœuvres géopolitiques ont peu de prise sur les dynamiques d’une société principalement occupée à maintenir un minimum de solidarité et de cohésion sociale pour survivre à plusieurs décennies d’écrasement ; et que ce sont ces dynamiques qu’il est indispensable de connaître pour analyser le « conflit israélo-palestinien ».

5Roger Heacock, témoin direct du quotidien palestinien et sociologue de la Palestine, s’attache ensuite à une relecture de l’histoire palestinienne contemporaine à travers le prisme des Subaltern studies en s’inscrivant dans la lignée des travaux de Spivak et de Chatterjee sur les étapes du nationalisme à l’époque de la colonisation et de la décolonisation afin de restituer la dimension sociale manquante à ses yeux de l’histoire palestinienne. Relevant le « paradoxe apparent d’une pauvreté croissante et d’une résistance persistante » (p. 60), il éclaire les difficultés (l’impossibilité ?) de la construction nationale palestinienne, si souvent ramenée à l’incurie et à la corruption de ses élites, en la replaçant dans sa généalogie – la durée exceptionnelle de la crise post-coloniale. En s’inspirant d’un ouvrage de Joseph Massad sur l’identité « nationale » dans la Jordanie post-coloniale, R. Heacock émet l’hypothèse que la conjugaison des pressions externes (israéliennes) et des tensions internes (le conflit entre les élites) mène la Palestine à l’implosion.

6« Effacer la Palestine pour construire Israël » est une synthèse de l’anthropologue Christine Pirinoli sur la construction sociale et politique de l’espace par les autorités israéliennes depuis 1948, afin de produire une culture et une identité nationale, et surtout de les substituer à la culture et à l’identité palestiniennes. Si la réflexion n’est pas nouvelle, elle est confondante par la richesse de sa documentation et par la limpidité de son propos. L’histoire, l’archéologie, la toponymie, la religion, les mythes et les symboles ont été tour à tour instrumentés, et même la « protection du paysage » confondue avec la « protection de l’État » israélien (p. 79). Ultime ironie, ce sont les Palestiniens mêmes qu’Israël s’emploie à effacer du paysage en les expulsant ou en les dissimulant derrière des murs, qui demeurent aujourd’hui les relais incontournables du rapport à la terre et à l’histoire locale.

7En se penchant sur le dossier de la planification urbaine (délivrance des permis de construire et réalisation des plans d’urbanisme) dans les Territoires entre 1993 et 2000, Aude Signoles, enseignante de science politique à l’Université de la Réunion, montre, dans une approche par les politiques publiques, la prééminence de l’État israélien dans l’aménagement des espaces urbains et la réorganisation du territoire en Palestine. En même temps que la préoccupation sécuritaire a pris un sens extensif, permettant de contrôler la propriété de la terre et des ressources ainsi que la (non) circulation des personnes entre les zones A, B et C créées à Oslo, l’exercice de la force brute a été relayé par le « transfert des pouvoirs », c’est-à-dire par une tutelle israélienne sur l’Autorité et l’administration palestiniennes qui font désormais fonction de truchement du pouvoir. Si le contrôle israélien est en certains domaines plus « policé », l’étude de l’attribution des permis de construire et de la réalisation des plans d’urbanisme dans les Territoires fait apparaître « l’incertitude » et « l’arbitraire » au cœur de la stratégie israélienne. On comprend d’autant mieux les dysfonctionnements du gouvernement palestinien et l’aliénation de la société locale à ses dirigeants à laquelle faisait référence R. Heacock.

8D’autant qu’au zonage d’Oslo est venu s’ajouter à partir de 2002 la construction du Mur (mur de béton ou clôture électrifiée suivant les endroits). Claudie Barrat présente une synthèse juridique aussi précise que possible (les informations israéliennes sont parcimonieuses et changeantes) des ordonnances militaires d’octobre 2003 et de l’avis consultatif rendu par la Cour internationale de Justice en juillet 2004 à la demande de l’AG de l’ONU. La « zone fermée » dont les habitants palestiniens sont pris aujourd’hui en tenaille entre le Mur et la Ligne Verte (d’armistice en 1949), quand ils ne sont pas expropriés avec des justifications sécuritaires (p. 112 sq.), condense un large répertoire d’infractions au droit international humanitaire, aux conventions de Genève de 1949 et même au Pacte international des droits civils et politiques.

9L’article qui suit immédiatement s’intitule « l’autre mur ». Edouard Conte y conduit une minutieuse étude d’anthropologie juridique sur les effets complexes d’une législation israélienne de 2003 interdisant expressément le mariage des Palestiniens israéliens avec des Palestiniens des Territoires, et implicitement avec d’autres Arabes. Cette loi, provisoire pour ne pas être examinée par la Cour Suprême, accentue encore le caractère extraordinaire du droit de la citoyenneté en Israël : ouvert à l’extrême sur le seul critère de la judéité, le voici désormais restrictif à l’extrême sur le seul critère de l’arabité. Si les convenances économiques n’avaient pas favorisé l’entrée de dizaines de milliers de travailleurs d’Asie du Sud Est et d’Europe orientale (bouddhistes pour les uns et chrétiens pour les autres) depuis l’intifada de 2000, on en conclurait qu’Israël est l’État dont les lois raciales sont les plus strictes au monde. Edouard Conte s’attache plutôt à déceler les logiques contradictoires des arguments sécuritaires polymorphes (lutte antiterroriste ou compétition démographique) développés par les autorités israéliennes dans le traitement de cas individuels. Il en ressort la toute puissance du Shin Bet (la DST israélienne) sur les constructions identitaires – celle de l’État israélien, bien sûr, et celles des Palestiniens des Territoires, désormais divisés en quatre catégories. La construction du mur physique s’accompagne ainsi de celle d’un mur juridique et mine toute prétention à l’égalité devant la loi qui est le caractère basique d’une démocratie.

10Cette réglementation compliquée dont on doute qu’elle résisterait à l’examen juridique apparaît comme une politique « par défaut » : faute de pouvoir interdire tout bonnement aux Palestiniens le mariage, la loi israélienne en restreint drastiquement les conditions. La riche enquête ethnographique de Nahda Shehada à Gaza, basée à la fois sur des rapports de tribunaux religieux et sur des entretiens, fait ressortir à rebours que c’est l’enfermement même des Palestiniens lors de l’intifâda de 1987-1993 et depuis l’intifâda d’al-Aqsa (2000), et plus généralement depuis l’occupation en 1967 (p. 167), qui explique la conjonction des facteurs d’augmentation de la fécondité : dévalorisation de l’enseignement et des diplômes, confinement des couples en raison de longs couvre-feu, recherche de ressources financières alternatives (le douaire payé à la famille de la mariée), substitution des groupes socialement conservateurs aux élites révolutionnaires et, enfin, nécessité d’assurer aussitôt que possible une protection (morale et financière) aux jeunes adolescentes. Constatant ses effets paradoxaux sur la démographie palestinienne, N. Shehada s’interroge sur le caractère intentionnel de la politique israélienne, d’autant qu’elle conclut à une baisse continuelle de l’âge du mariage dans les conditions de domination militaire qui prévalent.

11L’étude que Daniel Meier consacre aux mariages libano-palestiniens, si elle ne permet pas de conclure en raison de son caractère non-représentatif, met en exergue le type d’obstacles que rencontre ce qu’il appelle de façon peut-être normative « l’intégration » des Palestiniens dans un pays arabe d’accueil. Si la spécificité du droit personnel libanais, géré par les communautés confessionnelles, explique la précocité des mariages entre chrétiens palestiniens et libanais (dès les années 1950), l’approfondissement de la différence entre sunnites et chiites par la guerre des Camps (1985-1988) qui opposa les Palestiniens (majoritairement sunnites) et le mouvement (chiite) Amal, permet de comprendre la difficulté des unions mixtes encore aujourd’hui. Mais en définitive, c’est une barrière économique dressée par des interdits d’activité professionnelle toujours plus nombreux et par la crise latente dans laquelle vit le Liban depuis 1990, qui constitue l’obstacle majeur à ces unions. Souvent contraints à l’émigration par le rejet de leur communauté réciproque, les couples mixtes ne s’intègrent donc pas. En revanche, ils restent porteurs de l’identité palestinienne.

12L’ambition de Majdi al-Malki dans son article « Surmonter l’intifâda d’al-Aqsâ. Entraide sociale et clientélisme en Palestine », est de renouveler l’utilisation d’un paradigme majeur de l’analyse du politique au Proche-Orient arabe – reformulé à la lumière des réflexions d’Eisenstadt sur le néo-patrimonialisme. La dégradation des réseaux institutionnels de protection sociale, celui du ministère palestinien des Affaires sociales, celui de l’UNRWA et celui des Comités de zakât (l’aumône religieuse), a été partiellement compensée par la multiplication des organisations étrangères et des ONG palestiniennes. Pour observer la propagation des relations clientélaires à travers ces nouveaux réseaux de solidarité, M. al-Malki a mené ses observations à l’échelle locale. En référence à Putnam, il s’attache à la résistance des normes collectives et à la persistance d’une culture de la solidarité, mais aussi à leur transformation en réaction aux conditions politiques et économiques de l’intifâda. Il est alors amené à mettre en valeur la force des liens familiaux et claniques et leur capacité à gagner la protection de partis politiques centraux (comme le Fath) et de soutiens financiers dans l’émigration. Deux milieux sont particulièrement efficaces pour activer cette protection et obtenir ces soutiens : le camp de réfugiés et la ville, où les cadres politiques et les hiérarchies notabiliaires restent puissants et constituent des supports privilégiés du renforcement, voire de l’extension de la relation clientélaire. On est cependant là en présence d’une définition du clientélisme à la fois extensive (comme échange de protection contre une loyauté, qui peut s’appliquer à des formes variées de domination sociale) et restrictive, puisque artificiellement opposée aux relations « modernes », rationnelles et égalitaires, des individus à la bureaucratie d’État. Tout en éclairant la compréhension de la relation entre la société locale et les institutions nationales palestiniennes dans un contexte de crise, l’utilisation du paradigme clientélaire par M. al-Malki montre ses limites : celles de sa confusion avec l’échange politique inégal tel qu’on peut l’observer dans une grande variété de systèmes politiques, y compris des systèmes qualifiés de « démocratiques » (Médard).

13À son tour, May Maalouf pose une intrigante question de sociologie politique dans son chapitre consacré à la résistance que la Maison de l’Orient, et plus précisément son « Centre d’études des droits civiques et sociaux », opposèrent de 1995 à 2000 à la politique israélienne visant à priver nombre de Hiérosolymites de leur droit de résident à Jérusalem Est. Se référant à Giddens, elle met en lumière la capacité de l’acteur dominé, le Palestinien, à opposer un « contre-système » au système de pouvoir dominant : recours juridique, aide médicale, offre d’assurance, et publicisation des problèmes – le CEDCS réussit à encourager près de 30 000 Palestiniens à revenir résider à Jérusalem. Cependant, la marge d’autonomie qu’il s’est ménagée tant par rapport au pouvoir israélien que par rapport à la nouvelle autorité palestinienne (que les accords d’Oslo empêchent de s’exercer à Jérusalem) tient en grande partie à la personnalité et au charisme de son leader, Faysal Husayni. Dans quelle mesure sa disparition en mai 2001 a-t-elle accéléré la mainmise israélienne sur la ville ? Dans un contexte où la légalité n’est qu’une référence lointaine, la personnalisation du pouvoir n’apparaît comme un atout qu’à court terme.

14Caroline Abu-Sada, qui a soutenu en 2006 une thèse sur les ONG dans les Territoires, s’attache ici au rôle de substitution joué de façon croissante par certaines d’entre elles – elle prend en particulier l’exemple des Palestinian Agricultural Relief Committees – à mesure de la destruction des structures étatiques de l’Autorité par l’armée israélienne. L’obstination israélienne à paralyser les composantes d’une bureaucratie nationale (ici, le ministère de l’Agriculture) rejoint l’inclination des institutions multilatérales à privilégier les acteurs locaux plutôt que l’État central, et la nécessité pour les ONG de se consacrer à l’aide d’urgence. Du coup, la « bonne gouvernance » onusienne fragilise l’Autorité palestinienne en la plaçant à la merci des diktats israéliens en matière d’irrigation, de choix de cultures et de commercialisation des produits. On retrouve là une thématique déjà explorée par Aude Signoles dans sa thèse (2004), qui fait du cas palestinien un exemple emblématique des nouvelles distorsions des rapports Nord-Sud.

15Dans ce dossier consacré à la question palestinienne vue de l’intérieur, l’article de Vincent Romani aborde courageusement et à partir d’une réflexion méthodologique exigeante, la question de la violence à travers l’expérience quotidienne des acteurs. Sa démarche d’anthropologie politique appuyée sur des entretiens particulièrement éloquents avec des universitaires de Cisjordanie, fait apparaître une situation dans laquelle la coercition s’est transformée en crise endémique et où les acteurs se retrouvent privés de temporalité et d’espace tout à la fois. Les Palestiniens qui restituent leur expérience de la violence dans ces entretiens montrent à la fois ses effets sur leur psychisme individuel et la portée sociale de son expérience collective quotidienne. En dépit de ses limites, cette approche permet infiniment mieux de comprendre l’état de la société palestinienne et de la relation israélo-palestinienne que le repérage macroscopique par la géopolitique des lieux et des moments de la violence.

16Enfin Bernard Botiveau s’essaie à une lecture de la situation palestinienne entre Oslo (1993) et la deuxième intifâda (2000) à la lumière de la notion d’espace public. Plusieurs thématiques importantes sont ainsi abordées : la distinction controversée entre « public » et « privé » dans le monde musulman proche-oriental, la transformation de l’espace public du fait de son investissement par des collectifs de femmes, le contrôle étatique de l’espace public par la réglementation, ou encore la contribution des lieux privés (religieux, culturels, artistiques) à l’élargissement de l’espace public. Reste que cette notion ne laisse pas d’être discutable, par exemple lorsqu’elle est appliquée au Parlement palestinien, à ses débats (dont certains sont d’ailleurs secrets) et au rôle d’un gouvernement autoritaire comme l’Autorité palestinienne dans le développement de cet espace. B. Botiveau souligne à juste titre la nécessite d’observer le phénomène dans sa transformation diachronique ainsi que dans une perspective comparatiste avec d’autres régimes arabes. Le sujet est loin d’être clos.

17On aura compris l’intérêt suscité par ce numéro d’Études Rurales, l’originalité de sa démarche et la qualité de ses analyses. L’approche anthropologique, en particulier, adoptée par une partie des auteurs, met en valeur les dynamiques d’une société écrasée par les mesures sécuritaires, sous le poids de ses difficultés économiques quotidiennes, et aussi par les stéréotypes stigmatisants d’observateurs en surplomb. L’approche de sociologie politique utilisée par les autres substitue à une vision immobiliste d’une société enfermée, accrochée à son passé, voire fanatisée, des regards attentifs aux changements et aux dynamiques paradoxales d’une population plurielle. Menées dans une période où la réalité même de la Palestine est mise en péril, ces recherches montrent des Palestiniens bien réels, eux. À bons décideurs, salut !

Haut de page

Bibliographie

Botiveau B. (dir.), 1998, Maghreb-Machrek 161, juillet-septembre, « La Palestine d’Oslo : les avatars d’une construction nationale ».

Botiveau B., Signoles A., (dir.), 2004, D’une intifâda l’autre. La Palestine au quotidien, Bruxelles, Complexe / Le Caire, CEDEJ.

Chatterjee P., 1986, Nationalist Thought and the Colonial World. A Derivative Discourse? Minneapolis, University of Minnesota Press.

Eisenstadt S.N., 1973, Traditional Patrimonialism and Modern Neopatrimonialism, Londres, Sage Publications.

Massad J., 2001, Colonial Effects. The Making of National Identity in Jordan, New York, Columbia University Press

Médard J.-F., 1998, « Postface », in Briquet J.-L., Sawicki F. (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF : 307-16.

Spivak G., 1988, « Subaltern Studies : Deconstructing Historiography », in Guha R., Spivak G. (dirs.), Selected Subaltern Studies : 3-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Études Rurales 173-174, janvier juin 2005, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « Palestine. Territoires et territorialité. Fragmentation et enfermement. Contraintes et solidarités. Espace public. Occupation », 294 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/3641

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page