Navigation – Plan du site
Lectures

Guaaybess Tourya, Télévisions arabes sur orbite. Un système médiatique en mutation (1960-2004), CNRS Éditions, Paris, 2005, 264 p.

Larbi Chouikha
p. 249-252

Texte intégral

1Les ouvrages qui scrutent les mutations en cours du paysage audiovisuel arabe sont en nombre réduit et souvent épars. Celui de Tourya Guaaybess, rédigé à partir de sa thèse : La dynamique des médias audiovisuels arabes : Émergence d’un système télévisuel panarabe. Étude du cas égyptien. Université Lyon 2, 2000, ouvre des perspectives de réflexion intéressantes et fécondes. Son ouvrage s’articule autour de sept chapitres ordonnés selon une logique qu’elle explicite dans la partie introductive (p. 21). Elle remonte « aux théories développe mentalistes élaborées dans le contexte international des années 1960 » pour aboutir à ce qu’elle perçoit comme un « nouvel ordre régional de la communication » à travers l’étude de l’expérience d’Al Jazeera, et à la « modélisation de la libéralisation du secteur télévisuel égyptien ».

2La question qu’elle pose à l’issue de son introduction et qui s’applique aisément à l’ensemble des pays arabes me paraît d’une grande pertinence et aurait pu ainsi constituer la charpente de tout l’ouvrage. En effet, « la télévision peut-elle constituer un champ, ou ne serait-ce qu’une matrice analytique, à travers lequel il serait possible de s’interroger sur la mise en place de la démocratie en Égypte ? ». Ainsi posée, cette problématique renvoie aux paradoxes qui imprègnent la manière dont est conduite la « démonopolisation » de l’audiovisuel dans plusieurs pays arabes et l’ouverture de ce secteur au privé. Il s’ensuit que, d’une part, à l’heure de la mondialisation des activités de la communication, la décision de proclamer la fin du monopole de l’État est dictée par des impératifs d’ordre économique et politique. En effet, un certain nombre d’instances internationales économiques, telles que l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et surtout, technologiques, comme l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), insistent sur la nécessité pour les États de libéraliser totalement les technologies de communication et de permettre le libre accès aux télécommunications. D’autre part, « la multiplication des antennes paraboliques sur les toits des habitations est le premier signe d’insoumission » (p. 155). Plusieurs États arabes ont essayé dans un premier temps, par divers dispositifs juridiques, d’en limiter la diffusion (subordination à autorisation administrative et redevance forfaitaire annuelle). Cependant, l’importance du marché parallèle et les hiyâl (ruses) de toutes sortes auxquels recourent les individus pour se brancher ou pour se doter d’une antenne ont rendu le contrôle auprès des utilisateurs impossible à effectuer. Ce fut, entre autres, le cas de la Tunisie où la loi de juillet 1995 à propos de l’acquisition et l’installation d’une antenne parabolique est tombée aujourd’hui en désuétude. En Arabie Saoudite, bien que prohibées par des fatwas officielles, les antennes paraboliques sont entrées dans les mœurs. Mais dans le même temps, la privatisation de l’audiovisuel dans le monde arabe « n’augure pas l’existence d’un nouvel espace public à coup sûr mais bien la fin de l’État-émetteur » (p. 154). Toutefois, faut-il encore expliciter ce qu’il convient d’entendre par “espace public” et “société civile”, “privatisation” et “libéralisation”… dans des espaces autoritaires qui baignent pour la plupart d’entre eux, dans des logiques néo-patrimoniales ?

3Dans ce sillage, l’observation de l’auteur à propos de l’ouverture du champ télévisuel égyptien aux initiatives privées (p. 210-211) recèle des similitudes avec le cas tunisien. Une petite précision au passage : contrairement à ce qui est indiqué (p. 85), le Conseil supérieur tunisien de la communication n’a encore aucune compétence à statuer sur les demandes d’autorisation d’émission et de diffusion de chaînes ou de stations de radio. Créé par le décret du 30 janvier 1989, il ne dispose que d’un statut strictement consultatif.

4Cependant, notre intérêt pour les analyses et réflexions développées dans cet ouvrage nous amène à formuler quelques remarques : l’intitulé de l’ouvrage porte sur les télévisions arabes. Or, l’étude se focalise essentiellement sur l’audiovisuel égyptien, et accessoirement, sur l’avènement d’El Jazeera, tandis que l’auteur rappelle la position hégémonique de l’audiovisuel égyptien dans le monde arabe. Pourtant ce fait n’est plus démontré depuis les années 1990, avec l’émergence de nombreuses chaînes satellitaires en langue arabe. En conséquence, une présentation des chaînes arabes et arabophones les plus regardées et des raisons de leur succès aurait constitué un apport utile dans la réflexion encore embryonnaire sur ce thème. Plus précisément, l’auteur divise l’espace géographique arabe en deux sous-ensembles : l’Afrique du Nord et la zone du Moyen Orient (y compris les pays du Golfe) (p. 79). Or, cette division me semble discutable, car la capacité du téléspectateur à opérer des choix face à cette offre télévisuelle riche et variée lui permet ainsi de « voyager » à sa guise entre ce qu’il perçoit comme : chaînes « nationales », chaînes « arabes », chaînes « françaises » ou « occidentales »…, et parmi les télévisions « nationales », sa perception des télévisions « publiques » et « privées » demeure davantage tributaire de son appréciation subjective que du sens commun auxquelles ces notions renvoient.

5Pour ce qui est du contenu de la programmation, l’auteur observe deux grandes tendances : « la spécialisation des chaînes d’une part, et l’effectivité du mécanisme de l’offre et de la demande d’autre part » (p. 106). A propos de la spécialisation des chaînes et de la référence à la « concurrence monopolistique », cette classification me paraît problématique car aussi bien El Jazeera qu’Al-Arabiya et, dans une moindre mesure, ANN se définissent comme des chaînes qui font la part belle à l’information. Mais parallèlement, elles diffusent aussi des émissions et des reportages qui peuvent être appréciés différemment selon les publics qui les regardent et qui peuvent être qualifiés de « religieux », « politiques », « culturels », « de « divertissement », etc. De plus, l’auteur le souligne à juste titre : « …si l’audience est segmentée du point de vue des diffuseurs, dans les faits, cela revient à dire qu’elle est plus souvent sélective » (p. 107). 

6Sur la question de « l’effectivité du jeu de l’offre et de la demande » (p.108), l’auteur indique que « d’un point de vue strictement économique, cette évolution est inéluctable ; les programmes d’une télévision doivent désormais capter le maximum d’audience, il en va de la survie de cette télévision ». En théorie et sous d’autres cieux, cette affirmation serait irréfutable. Mais transposée dans le monde arabe qui se caractérise par une intrication entre public et privé, le rapport à l’État demeure surdéterminant. La relation d’Al Jazeera avec le pouvoir Qatari qui la finance est exemplaire et l’auteur souligne que « l’orientation politique de la télévision reflète celle de l’État » (p. 233). Le cas d’Al Arabiya, financée par des fonds privés saoudiens, en est un autre.

7Dans le même ordre d’idées, l’affirmation selon laquelle, « les grandes perdantes sont les chaînes de télévision publiques généralistes qui voient leurs recettes publicitaires s’effriter au bénéfice de quelques chaînes qui ont les plus grosses parts du marché » (p. 110) mériterait à mon sens d’être corroborée par des données factuelles objectivables. D’autant plus que des travaux de recherche et des observations empiriques montrent que plusieurs de ces chaînes - publiques généralistes, nationales - connaissent à chaque mois de ramadan un regain d’audience et subséquemment, un apport substantiel des recettes publicitaires (Chouikha, 1999, Menoret 2004)1. A propos d’« un ordre de l’information et de la communication dans l’espace  médiatique arabe » (p.112), le lecteur demeure sur sa faim en lisant autant d’affirmations - non corroborées - portant sur « le déséquilibre des moyens d’information et de communication au sein de l’espace médiatique arabe ». Encore une fois, les données chiffrées portant sur l’audience de ces chaînes font-elles à ce point défaut ? Pourtant, il existe des enquêtes de sondage, plus ou moins fiables certes, selon les pays (Maroc, Tunisie, Algérie, Égypte , Liban…), mais aussi, selon les chaînes de télévision, (à titre d’exemple, El-Jazeera recourt aux services d’un bureau étranger).

8Sur un tout autre registre portant sur « l’exploitation d’Internet » (p.177), au vu des observations recueillies dans certains pays arabes qui indiqueraient l’existence de mécanismes de contrôle et de blocage des sites visant à limiter l’usage et l’accès2, peut-on affirmer de manière péremptoire, même pour l’Égypte , que « la censure qu’exerce l’État est impuissante face à l’exploitation des nouveaux médias » ? (p. 178)

9Malgré l’ambition de l’auteur de traiter tous les aspects se rapportant aux télévisions arabes signalons deux lacunes : la première concerne la place insuffisante consacrée aux chaînes à connotation religieuse de type « télé évangéliste ». Pourtant, il existe une multitude de télévisions « religieuses » à l’instar d’El Majd (L’honneur), El Fajr (L’aube)…, et surtout, la chaîne à capitaux saoudiens Iqra (Lit) qui a fait connaître ‘Amr Khâlid, le jeune prédicateur le plus populaire dans le monde arabo-musulman et jusqu’en Occident. Force est de constater aujourd’hui, que ces chaînes suscitent de plus en plus d’intérêt, tant par leur audience que par les influences qu’elles exercent sur les publics, y compris ceux qui vivent en Occident : le débat autour de la question du voile en France en est une parfaite illustration (Lorcerie, 2005). La seconde insuffisance porte sur les rapports des télévisions arabes avec les télévisions et les pouvoirs politiques et économiques du reste du monde – quoique l’auteur ait pris soin de souligner l’importance de cette question dans la conclusion finale de son ouvrage (p. 46).

10Toutefois, ces quelques remarques ne diminuent en rien l’intérêt que le lecteur avide d’informations sur l’audiovisuel arabe trouvera à la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Chouikha L., 1999, « La modernité au miroir du ramadan télévisuel. Le cas des familles et des citadins de Tunis », in Ossman S. (dir.), Miroirs maghrébins. Itinéraires de soi et paysages de rencontre, CNRS Éditions, Communication, Paris

Lorcerie F. (dir.), 2005, La politisation du voile en France, en Europe et dans le monde arabe, Ed. L’Harmattan, Paris.

Menoret P., 2004, « Un peuple rit à proportion de ses malheurs. Le feuilleton qui bouscule la société saoudienne », Le Monde Diplomatique, Septembre 2004.

Haut de page

Notes

1 Pascal Menoret (2004) cite l’exemple d’un feuilleton saoudien à grand succès Tash ma tash (que l’on pourrait traduire : ça rate ou ça passe), diffusé tous les soirs de ramadan depuis onze ans sur la chaîne publique saoudienne. A l’heure de sa diffusion : « Tous les foyers délaissent les chaînes du satellite, en dépit de leur inventivité pendant le ramadan, et se pressent autour de notre télévision nationale en guettant l’heure de Tash ma tash », propos cités par l’auteur.
2 Voir False Freedom. Online Censorship in the Middle East and North Africa. Human Rights Watch., November 2005. www.hrw.org et Les ennemis d’Internet. Reporters sans Frontières, Rapport 2001 http://www.rsf.fr.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Guaaybess Tourya, Télévisions arabes sur orbite. Un système médiatique en mutation (1960-2004), CNRS Éditions, Paris, 2005, 264 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 24 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/3651

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page