Navigation – Plan du site
Lectures

Hincker Catherine, Le style touareg ou la fonction sociale des techniques. Paris Méditerranée/IREMAM, Paris, 2005, 186 p.

Marceau Gast
p. 270-271

Texte intégral

1Catherine Hincker a réalisé son enquête entre 1996 et 2002 chez des nomades touaregs, sur les techniques de fabrication d'objets, d'ustensiles et de mobilier à partir de quatre matières : la peau, le bois, le métal et les fibres végétales.  L'aire de ses recherches s'est située dans la région de l'Udalen, au Burkina-Faso, et dans l'Arabanda (appelé aussi Gourma), l'Awza (Haoussa) et l'Azawagh, au Mali, au sein de deux confédérations liées entre elles : les Imédédaghen  et les Iwellemeden  Kel Ekummed. Les études ethnologiques sur les techniques chez les nomades touaregs sont plutôt rares ou fragmentaires à ce jour ;  ce livre vient combler judicieusement une lacune dans une civilisation fortement perturbée par des guerres et des sécheresses et en pleine mutation.

2Nous avons apprécié la finesse des observations tant techniques que culturelles grâce à la connaissance des langages locaux et du vécu de l'ethnologue qui a déjà à son actif une dizaine d'articles sur les techniques et l'esthétique de ces populations. Toutes les notions propres à ces nomades sont toujours exprimées en termes vernaculaires, ainsi que les noms d'outils, les gestes techniques, les attitudes, etc.  L'auteur remarque que « les techniques, les conceptions esthétiques et le style sont trois notions interdépendantes », et qu'il y a « une adéquation entre les valeurs sociales, l'éthique et les valeurs esthétiques ». Ainsi, les qualités esthétiques d'un objet sont en rapport avec la supériorité de la valeur morale d'un individu. L'appréciation de la qualité technique et esthétique d'un objet est  parfois si aiguë qu'un connaisseur arrive à désigner par son nom propre l'auteur d'une paire de sandales d'Agadez (comme il en fut pour Gajamo) ou d'une belle selle de méhari comme la tamzaq.  Il en va de même pour les bijoux dont les pièces réalisées par une même famille d'artisans sont souvent reconnaissables par la finesse et la qualité du travail.  Mais ce que ne dit pas l'auteur, c'est l'engouement international pour ces bijoux touaregs dont le succès dépasse l'Afrique. La firme Hermès avait créé un atelier de bijoux d'argent "haut de gamme" à Agadez, mais cette expérience n'a pas duré car d'une part les artisans n'appréciaient pas de travailler en atelier dirigé par un Occidental ignorant tout de la société locale, et que d'autre part tous les facteurs traditionnels conditionnant cette production y était abolis. Cependant, la production de ces bijoux d'argent depuis que ce métal s'achète librement,  s'est diversifiée et intensifiée ces dernières années par la création de motifs nouveaux incorporant des perles précieuses (cornaline,  malakite,  lapis lazuli, etc.) que les artisans ou leurs envoyés viennent vendre eux-mêmes dans les villes françaises et plus largement européennes, chaque année.  À ces créations nouvelles s'ajoutent des motifs en pierre ollaire ou serpentine, patinés en noir et polis (animaux, personnages, porte-couteaux, etc.).

3Alors que sont abondantes les citations et parentés grammaticales comparatives avec les autres parlers berbères, la tamazight et la tachelhit marocaine, la langue kabyle ou la tamajaq parlée dans l’Aïr, dans les dictionnaires existants, curieusement  aucune référence n’est faite au dictionnaire si riche du Père de Foucauld et à l'Ahaggar.  

4En fait, ce sujet est loin d'être épuisé et nous espérons que  des études complémentaires seront menées sur ces aspects. Nous constatons avec beaucoup de sympathie et d'espoir que cet artisanat touareg résiste encore, pour le moment, au pillage opéré par les imitateurs occidentaux et asiatiques, qu'il représente  vaille que vaille un marché local mais aussi d'exportation qui fait vivre dans leur terroir des centaines de familles participant ainsi à la sauvegarde de leur culture et de leur choix de vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marceau Gast, « Hincker Catherine, Le style touareg ou la fonction sociale des techniques. Paris Méditerranée/IREMAM, Paris, 2005, 186 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3661

Haut de page

Auteur

Marceau Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page