Navigation – Plan du site
Lectures

Insaniyat, L’Algérie avant et après 1954. Approches historiographiques et représentations, Revue Algérienne d’Anthropologie et de Sciences Sociales n°25-26, juillet décembre 2004.

Karima Direche-Slimani
p. 279-282

Texte intégral

1L’année 2004 célèbre le cinquantième anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance algérienne avec l’insurrection du 1er novembre 1954, date fondatrice pour la naissance de l’État algérien.

2À l’occasion de cette célébration, ce numéro d’Insaniyat, revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, a l’ambition d’offrir un large panorama historiographique sur plusieurs périodes de l’histoire de l’Algérie. Ambition chronologique (période coloniale, période du mouvement national) ambition thématique (acteurs historiques, représentations culturelles et littéraires, enjeux mémoriels…) se côtoient dans une volonté d’offrir aux lecteurs un savoir historique innovant. Réflexions et travaux inédits sur des acteurs de la guerre de libération, sur la société coloniale, sur l’organisation et les pensées du mouvement national, sur la mémoire ; autant d’approches qui permettent de réactualiser et d’enrichir les productions historiographiques déjà existantes.

3Moment fondateur pour la nation algérienne, le 1er novembre 1954 a suscité l’intérêt et la curiosité d’un grand nombre d’auteurs et les ouvrages ne manquent pas. Mais paradoxalement, c’est celui qui demeure le plus opaque et qui a produit la connaissance la plus idéologisée. Traité de part et d’autre par des prismes réducteurs et idéologiques, le moment 1954, demeure l’épisode historique le moins transparent. Vision héroïque et martyrologique longtemps adoptée par les Algériens, vision militariste et statistique traitée par les Français, le traitement historiographique demeurait jusqu’à présent partisan et peu novateur.

4Depuis quelques années en Algérie, l’accessibilité de certaines archives, la publication de nombreux mémoires de militants, des témoignages inédits, la relative libération de la parole,  permettent de revisiter ce moment historique et de proposer une lecture moins partisane et plus rigoureuse

5Insaniyat se propose donc d’engager une réflexion critique et méthodologique qui ouvre le champ à un renouvellement des études historiques sur la guerre d’Algérie. Cette démarche s’inscrit dans un contexte algérien où l’histoire nationale, telle que l’a imposée l’État algérien depuis 1962 commence à être contestée. Le monopole d’État sur l’écriture de l’histoire est remis lentement en cause par des mutations sociales profondes et par des attentes de la société algérienne qui réclament plus de transparence. La nécessité d’écrire l’histoire algérienne indépendamment de la réactivité à l’histoire coloniale et de prendre la mesure des contre-vérités enseignées dans les écoles algériennes devient une exigence exprimée explicitement par certains historiens algériens.

6Le titre du numéro de la revue, L’Algérie avant et après 1954, est lui-même particulièrement évocateur de l’ampleur et la complexité de la réflexion historiographique sur le moment nationaliste : s’il évoque la ou les périodes d’avant 1954, ce sont surtout des thématiques autour de cette date qui sont mobilisées par l’analyse rhétorique. La grande majorité des contributions proposées ici s’ancre dans le contexte de l’insurrection algérienne et des événements qui l’ont suivie. Idées doctrinales, figures de militants, conflits internes au mouvement national, bibliographie sur la guerre, personnages mythiques sources d’inspiration militante sont traités dans un souci d’historiographie critique et distante. Quatre articles sur seize seulement concernent des périodes différentes (Respectivement, Kamel Kateb, Les séparations scolaires dans l’Algérie coloniale ; Didier Guignard, L’affaire Béni-Urjine : un cas de résistance à la mainmise foncière en Algérie coloniale ; Harmunt Elsenhas, Algérie-économie rentière : continuités et discontinuités. Perspectives ; Abdelnasser Djabi, Le mythe, la génération et les Mouvements sociaux en Algérie : ou le père « niais » et le fil « habile ». 1954 est avant tout un moment clé qui structure le temps et la mémoire historique et sert de référence absolue en matière de chronologie de l’histoire contemporaine de l’Algérie. Les adverbes avant et après démontrent l’importance de la date fondatrice dans la conscience historique. En cela, ce numéro d’Insaniyat n’échappe pas au paradigme de l’histoire nationale qui continue à marquer encore lourdement les études historiques et les jeunes historiens. S’il souhaite proposer un panorama significatif des travaux historiques récents, il n’en demeure pas moins que la lecture de l’histoire de l’Algérie contemporaine se fait encore au travers du prisme de la guerre de libération : une histoire politique, militante et événementielle.

7Qu’en est-il des hommes et des groupes sociaux au delà de ce prisme ?

8L’histoire sociale de la colonisation et de la guerre d’Algérie demeure encore peu explorée. On souhaiterait une histoire des Algériens dans leur quotidienneté : une histoire des pauvres, des marges, des femmes, des paysans… telle que les historiens indiens l’ont inaugurée dans le mouvement des subaltern studies. Ce mouvement de pensée interdisciplinaire mais où dominent les historiens, au départ d’origine indienne a critiqué et déconstruit les récits historiques reçus et propose de relire l’histoire indépendamment d’une lecture imposée par des modèles produits par l’occupation britannique et plus largement issus de l’Occident.

9Même si le champ de la recherche historique algérienne reste encore aujourd’hui monopolisé par le Mouvement national et la guerre d’indépendance, cette histoire politique et militante fondée, dans un premier temps, sur le postulat du consensus national s’essouffle et a du mal à convaincre les générations nouvelles évoluant dans une société qui se transforme rapidement et qui produit de nouvelles demandes sociales. Ce numéro 25-26 d’Insaniyat préfigure certainement les tendances historiographiques qui domineront à moyen terme dans la recherche historique algérienne.

10L’interrogation heuristique sur les notions de guerre, de révolution, de mouvement national, de guerre de libération nationale, est passionnante et lance de nouvelles pistes de travail dans l’univers sémantique de la décolonisation et de la guerre d’Algérie (article de G. Meynier, La « Révolution » du FLN (1954-1962)) et de H. Remaoun, Les historiens algériens issus du Mouvement national, est particulièrement convaincant dans l’analyse sociologique d’une élite militante et intellectuelle (des années 1920 à 1930) d’historiens et de leur rôle clé dans l’élaboration de la doctrine de l’État national. L’histoire des idées soulève également quelques tabous. Ainsi D. Djerbal s’interroge sur l’articulation entre mouvement de libération et représentation démocratique au sein des formations politiques nationalistes (La question démocratique dans le Mouvement national algérien (1945-1962)). Et R. Lounissi rappelle les modalités d’oubli de certains conflits et clivages qui ont opposé les militants au sein de ce qu’on a appelé la Révolution, produisant ainsi une histoire officielle héroïque et lisse (Les conflits internes à la Révolution algérienne dans le discours historique algérien). Ces analyses stimulantes contribueront à alimenter une réflexion dense et critique ouverte déjà par A. Sayad en 2001dans un ouvrage qui n’a malheureusement bénéficié que d’un succès d’estime et d’une faible audience. Fondamental sur cette problématique1, il montre les relations intrinsèques entre écriture de l’histoire nationale et écriture de l’histoire de la colonisation.

11Insaniyat s’inscrit dans le contexte de l’ouverture des débats historiques2 qui s’est lentement mise en place après 1988 avec la fin du monopartisme politique et les insurrections de la jeunesse algérienne violemment réprimées. La revue aborde des thématiques jusque là politiquement incorrectes3. En 2003, elle avait publié un numéro intitulé « Historiographie maghrébine : champs et pratiques »  et la revue Naqd (autre revue algérienne critique en sciences sociales) proposait, en 2001, un numéro consacré à « Histoire et politique » avec une relecture des mythes politiques fondateurs de la nation algérienne qui limitent ou réduisent la conscience historique. Les débats historiques sortent d’ailleurs de l’Académie pour investir les espaces d’expression publique (associations, forums organisés par des grands hebdomadaires…) et les colloques universitaires osent développer des thématiques jusque là abordées frileusement4.

12La situation de l’enseignement de l’histoire reste cependant paradoxale : les avancées dans la réflexion historiographique constatée dans le milieu de la recherche algérienne ne bénéficient malheureusement pas encore des résonnances attendues auprès des publics scolaires et universitaires.

13En cela la revue Insaniyat s’est engagée dans un travail de longue haleine d’explicitation critique et méthodologique mais également de conscience citoyenne.

Haut de page

Bibliographie

Sayad A., Histoire et recherche identitaire, Editions Bouchêne, Paris, 2001.

Haut de page

Notes

1 « Un nationalisme qui s’est crée uniquement par référence à la colonisation (…), qui n’a jamais pu se constituer en lui-même. Il s’est donné une mythologie, prise à la France et apprise de la France-le mythe de la Nation-qui continue à fonctionner. De ce point de vue, le nationalisme est le bon élève, mais bien tardivement, du nationalisme français, à l’école duquel il s’est constitué, même en le combattant et en cherchant à s’en émanciper… » (Sayad, 2001, quatrième de couverture).
2 En 1992, le centre de Recherche en anthropologie Sociale et Culturelle (laboratoire en sciences sociales qui publie Insaniyat) organisait un colloque sur « L’enseignement de l’histoire » et en publiait, en 1995, les actes sous le titre « Comment on enseigne l’histoire en Algérie ».  Dans ce numéro, publié dans les années noires de la guerre civile, émerge une réflexion sur le statut de la discipline historique même si cette réflexion se limite à une sociologie du corps enseignant, à l’analyse des modalités d’élaboration des instructions officielles d’enseignement (manuels pédagogiques, programmes, outils didactiques), aux formes de la recherche historiographique, à la documentation et à la gestion défectueuse des archives…Le constat est clair et la parole plutôt libérée. Tout le monde s’accordait à dire que « l’État algérien a élaboré et imposé un dispositif de légitimation de son propre appareil avec une histoire instrumentalisée » et que ce ne sont pas des impératifs de connaissance qui déterminent la structure des programmes, leurs choix et contenus, mais des stratégies mises en œuvre par des courants idéologico-politiques se référant à l’islamisme » (CRASC, 1995, p. 11).
3 Nous sommes loin du premier colloque sur l’écriture de l’histoire, tenu en 1981, qui exerçait une surveillance suspicieuse  à l’égard des historiens : « l’histoire ne peut être écrite que par ceux qui ont fait la révolution » (Siari-Tangour et Soufi, 2004).
4Ainsi le colloque des 25 et 26 septembre 2005 organisé à Alger et inauguré par le président de la République intitulé La pensée politique en Algérie : 1830-1962, autour des thématiques comme penser l’État ou alors les notions d’algérianité ou encore la nation en débat
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karima Direche-Slimani, « Insaniyat, L’Algérie avant et après 1954. Approches historiographiques et représentations, Revue Algérienne d’Anthropologie et de Sciences Sociales n°25-26, juillet décembre 2004. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3671

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page