Navigation – Plan du site
Lectures

Laruelle Marlène, Peyrouse Sébastien, Asie centrale, la dérive autoritaire, cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, Ed. Autrement, 2006, 137 p.

Gérard Groc
p. 271-275

Texte intégral

1Le paradoxe des États de l’Asie centrale, c’est d’offrir aujourd’hui, après 15 ans d’indépendance, une diversité des évolutions et une variabilité des structures internes, lesquelles se combinent pourtant avec une étonnante similitude des trajectoires politiques. Et on ne saurait facilement dire si, aujourd’hui, ce sont les ressemblances ou les divergences qui l’emportent.

2D’un côté, une ressemblance des destins liée à priori à un substrat culturel et ethnique apparenté, à une proximité géographique dont la cohérence semblait renforcée par cette situation commune à tous ces pays d’avoir constitué la bordure méridionale et asiatique de l’empire soviétique (similitude fortement soulignée en son temps par H. Carrère d’Encausse), liée également à une simultanéité des processus et des schémas d’indépendance qui lancent après 1991 tous ces pays dans la recherche volontariste des éléments culturels, linguistiques, historiques propices à une individualisation des identités nationales et donc à l’affirmation de spécificités propres, restées longtemps inaperçues mais désormais également nécessaires à se démarquer positivement de la désintégration soviétique.

3Et cependant, on ne peut ignorer la distance qu’il y a entre la réussite kazakhe bâtie, au-delà des dérapages autoritaires, sur l’abondance du pétrole et sur l’ouverture précoce à la coopération internationale d’avec la stagnation d’un Turkmenistan riche pourtant, lui aussi, d’une ressource largement exploitable mais prisonnier de la dérive paranoïaque de son « Grand leader – Akbar Türkmenbasi » autant que des mécomptes de sa trop grande proximité des deux pays « maudits », l’Iran et l’Afganistan. Cette situation bloque toute exportation de ce gaz dont le pays est pourtant 2e ou 3e producteur mondial. Un autre cas de figure est celui de l’opprobre qui pèse aujourd’hui sur le riche Ouzbekistan auquel l’équilibre entre les ressources, la démographie et le marché intérieur promettait un bel avenir sur lequel la plupart des pays occidentaux avaient d’ailleurs misé au lendemain de l’indépendance, mais que les retournements et les brutalités d’une ligne politique répressive  a peu à peu conduit vers un isolement qui semblent le vider pour l’instant de toutes ses potentialités.

4Et pourtant, au-delà de ces différences, ou plutôt au cœur decelles-ci, on retrouve toute une série de mécanismes politiques communs, semblables ou simplement synchrones qui donnent à ces expériences d’indépendance un air de ressemblance frappante et parfois un même parfum de cheminement cahotant.

5C’est à la recherche et à l’exposition de ces mécanismes que se consacre la récente étude de Marlène Laruelle et de Sébastien Peyrouse, intitulé L’Asie centrale, la dérive autoritaire qui réalise sur ce sujet, une mise au point convaincante et ordonnée des fonctionnements politiques rencontrés dans ces pays.

6Précisons en aparté que l’Azerbaïdjan est absent de cette étude, mais beaucoup de considérations énoncées pourraient lui être appliquées.

7Un des fils conducteurs de cette analyse est l’idée d’une filiation très étroitede ces pays avec l’héritage soviétique, dont ils ont été nourris et dont les dirigeants sont en outre plus ou moins directement issus (« la grille de lecture russo-soviétique » p. 11). D’autre part, un des ressorts de cette présentation est la révolution des Tulipes qui a secoué le Kirghizstan au début de l’année 2005 jusqu’à précipiter un renversement de pouvoir et qui, regardée à l’aune de la révolution orange de l’Ukraine un peu plus lointaine mais aussi post-soviétique, est saisie ici comme une échéance ou un challenge politique inévitable auxquels ces pays seront tôt ou tard confrontés à la veille d’élections présidentielles ou législatives dans la presque totalité de ces pays pour les années 2006-2007. Celle-ci est proposée par les auteurs comme un modèle probable de coupure avec le passé soviétique, elle ne peut donc manquer d’infléchir les stratégies individuelles voire directement les événements.

8Une première qualité de ce travail est de faire une présentation transversale de ces mécanismes politiques, non seulement de les mettre à jour et de les énumérer mais aussi d’en souligner l’impact politique par la signalisation de leur simultanéité dans la plupart des pays centrasiatiques, ce qui donne au phénomène la force d’une généralisation. Alors que bien souvent, les analyses politiques sur ces pays sont plutôt des monographies, livres ou articles, les mécanismes politiques mis ainsi en perspective gagnent une plus grande lisibilité du fait de cette systématisation.

9La deuxième qualité est bien sûr la proximité de cette présentation avec le terrain lui-même, c’est-à-dire avec une chronologie et un détail qui ne sont pas facilement accessibles lorsqu’on examine ces pays de loin (ce qui est souvent le cas) et qui rendent cette étude plus concrète, lui donnant par là une dimension pédagogique appréciable. Ainsi, au premier chapitre, ce sont toutes les composantes de « l’autoritarisme persistant » qui sont passées en revue (confiscation du pouvoir, opposition muselée, culte de la personnalité…). Il est intéressant de voir que la revue des acteurs politiques se retrouve partout finalement relativement limitée car, faute d’ouverture, les enjeux politiques parfois violents et parfois même mortels, en viennent à se jouer dans un cercle de plus en plus restreint, entre des protagonistes très proches les uns des autres. Ce sont soit des présidents de plus en plus confirmés ou auto-confirmés dans leurs fonctions (le mimétisme entre tous ces pays dans la modification des données institutionnelles vers une présidentialisation de plus en plus marquée est étonnant), soit des anciens premiers ministres qui incarnent, souvent après une disgrâce arbitraire, l’essentiel de l’opposition et de la concurrence politique, soit, enfin, un népotisme établi sur une nébuleuse familiale rapprochée, fils ou plus souvent filles de présidents parfois accompagnées des gendres, qui finit par devenir une des catégories politiques communes de ces régimes et fonctionner par accaparement progressif des réseaux vifs de la détention du pouvoir, ou bien des entreprises de pointe ou des médias ou encore des circuits bancaires (Kazakhstan, Kirghizstan). Cette logique de resserrement a pour corollaire la dissolution de toute formation politique autre, parti, syndicat, mouvement jusqu’aux plates-formes civiles, lesquelles n’arrivent plus à émerger dans un périmètre politique si rétréci, autrement que dans un rôle de faire-valoir.

10On comprend donc aussi toute la mécanique de non reconnaissance des libertés, exposée dans le chapitre suivant, destinée à engourdir toute velléité d’expression des supports traditionnels d’une opinion publique qui n’existe finalement pas ou plus. À, toutefois, vouloir bâtir sur une caractéristique commune, un éveil collectif nécessaire à toute proclamation d’indépendance, on comprend encore l’importance des modes de construction de la symbolique identitaire et la mobilisation des instruments patrimoniaux : les musées, les lieux de mémoire, les célébrations ou la réécriture de l’histoire dans ses passages les plus glorieux, même si leur recomposition se fait au mépris de la vérité historique. Cette construction, peu à peu élaborée, culmine dans l’affirmation de la primauté du président qui se retrouve de fait le seul élément concret, par élimination progressive de tous les autres : « la nation en phase de ‘renaissance’ serait en attente d’une  explication de sa place dans l’histoire mondiale et demanderait au ‘père de la nation’ de lui montrer la voie vers l’avenir » (p. 70).

11Élément important de cette présentation, l’évocation de la diversité ethnique, linguistique, clanique qui paraît un écueil possible à cette dynamique unificatrice, mais que le mode soviétique a su dompter de longue date, surtout dans sa gestion des nationalités du sud. Il est en effet important de dire combien cette gestion de pluralité au sein même d’une nation en devenir sert à ces régimes de gage d’un respect démocratique de gouvernement, surtout dans leurs ouvertures à des relations extérieures, même si les arguments ethniques sont une des bases forcées de l’équilibre intérieur ou, dans le cas de l’Ouzbekistan, un des moyens de pression sur les voisins : néanmoins, cet argument sert parfois de sauf conduit à l’établissement d’alliances plus ou moins concrètes, dans le cas du Kazakhstan (et de l’Azerbaïdjan) ou dans celui du revirement de l’Ouzbekistan vers une soudaine alliance avec les Etats-Unis au lendemain du 11 septembre 2001.

12Nous formulerons toutefois quelques critiques. La première est que ce procédé d’explicitation transversale, s’il a les avantages que nous avons énoncés plus haut, masque des différences de degré de coercition, ce qui n’est pas une simple clause de style. Car la différence est quand même immense entre la répression sauvage du régime ouzbek et la plus grande libéralité observée au Kirghizstan, qui y rend la vie plus supportable et l’activité politique plus diversifiée, même si ce pays (mais peut-être en est-ce précisément la raison) a vu son régime, crédité au départ de beaucoup d’originalité, renversé par une rébellion populaire.

13La deuxième remarque, plus une réserve qu’une critique, est que l’analyse ne répond pas à la question de savoir si on a affaire là à une tendance politique lourde et à un héritage inéluctable et presque fatal, ou s’il s’agit plutôt du résultat d’une précarisation de la légitimité politique. Laquelle, fonctionnant bien au départ sur des schémas diversifiés et adaptés à des conditions particulières, a favorisé, comme réponse à des crises imprévues mais sévères (par exemple les deux crises économiques de la Russie en 1993 et en 1995, le retour opéré sans imagination et dans l’urgence, à des modalités totalitarisantes de recentralisation politique, de restriction des libertés, pour se ressaisir d’un enjeu qui manquait sinon de se dissoudre dans la crise. En effet, les histoires nationales débouchent, à partir de 1995, y compris dans le libéral Kirghizstan d’Akaiev, vers une chronologie très similaire de révision institutionnelle et d’accélération de la présidentialisation, bientôt communes à tous ces pays : alors oui, il s’agit d’un retour à une même culture politique héritée de la période soviétique, mais peut-être plus comme un réflexe-refuge temporaire que par un déterminisme politique. En effet, il est très intéressant de voir par exemple comment le régime du kazakh Nazarbaiev oscille sans arrêt entre une réaffirmation apparemment constante de son lien à la Russie – bien compréhensible autant par sa proximité géographique et économique que par sa composition démographique – et une recherche d’une plus grande visibilité internationale, affichant par là sa certitude que son indépendance future viendra plutôt d’un Occident dont il cherche à emprunter les articulations politiques que de son voisin du nord, cette politique des deux fers au feu infirme, à mon avis, l’idée d’une culture politique inexorablement héritée de l’ancien grand frère.

14Une troisième remarque peut être faite à partir de cette étude, ou ce serait plutôt une interrogation formulée à partir d’elle. L’expérience de ces pays de l’Asie centrale (nous pensons ici surtout au Kirghizstan) incite à reposer la question du passage à la démocratie représentative au vu des détournements qui ont pu en être faits par des partis ou des lobbies pourtant légalement élus. Ceux-ci ont semblé plus occupés à utiliser toutes les ressources de la tribune parlementaire pour affaiblir un pouvoir en place parce qu’il ne s’accordait pas à leurs intérêts particuliers, qu’à travailler à l’émergence d’un consensus national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « Laruelle Marlène, Peyrouse Sébastien, Asie centrale, la dérive autoritaire, cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, Ed. Autrement, 2006, 137 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/3681

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page