Navigation – Plan du site
Lectures

Moreau Odile et El Moudden Abderrahmane (dir.), Réformes par le haut, réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux xixe et xxe siècles, Quaterni di Oriente Moderno, XXIII, n.s., 5-2004, 279 p.

Nadine Méouchy
p. 282-289

Texte intégral

1Oriente Moderno publie ici les actes d’un atelier qui s’est tenu sous les auspices de l’Université européenne de Florence, à l’initiative de deux historiens : Odile Moreau d’une part, dont nous connaissons les travaux innovants sur la dimension politique, sociale et économique des réformes militaires dans l’Empire ottoman, et Abderrahmane El-Moudden d’autre part, dont les analyses expertes du terrain marocain y ont éclairé les relations entre le centre et la périphérie, le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Ces deux historiens réunissent, dans ce numéro thématique, diverses contributions sur le Maghreb, le Moyen-Orient et l’Europe méditerranéenne dans  une approche à la fois comparative et critique, « décloisonnant les espaces » et s’inscrivant dans une véritable longue durée. Les articles concernent la réforme et la modernisation des forces militaires, une question qui sous-tend toute l’histoire de ces régions depuis la fin du xixe siècle parce qu’elle s’articule directement sur les renouvellements contemporains d’acteurs sociaux et politiques.

2Le cadre thématique, posé dans l’introduction des deux coordinateurs, fait d’emblée tomber quelques clichés et bouscule des temporalités généralement admises. En effet, les historiens  ignorent trop souvent encore, pour l’histoire des Tanzimat, la réforme qui, d’une certaine manière, allait commander toutes les autres : « la première réforme introduite au Maghreb et au Moyen-Orient est celle de l’armée »,  nous disent O. Moreau et A. El Moudden. D’ailleurs les prémisses de cette modernisation de l’armée remontent dans certains cas au xviiie siècle (Portugal, Empire ottoman) voire au xvie (royaume sikh du Penjab). Bien souvent, le choix du partenaire européen pourvoyeur d’officiers-experts et de technologie se porte sur le pays avec lequel des relations commerciales, ou autres, sont anciennement établies (ex : alliance entre la Grande-Bretagne et le Maroc depuis le xvie siècle). Ce partenaire est plutôt la France ou l’Angleterre, mais encore l’Allemagne et moins souvent l’Italie ou l’Espagne. Le choix du temps long, permet aussi, par exemple, d’éclairer la continuité d’un processus réformateur entamé dans l’Empire ottoman « depuis la fin du xviiie siècle qui déboucha sur les révolutions kémalistes au xxe siècle ».

3L’occidentalisation de l’armée se généralise à partir du début du xixe siècle dans un paradoxe croissant bien explicité dans cet ouvrage : la réforme instaurée dans le souci de protéger le territoire « national » ou celui de l’Empire, fait appel à des officiers européens à l’heure même de l’expansion coloniale et de la pression d’un système économique globalisant et dominé par l’Europe. La modernisation de l’armée crée, ainsi que le formule El Moudden (p.165),

« un cercle vicieux : pour faire face au défi étranger, il faut réformer (…) mais toute réforme accroit la présence étrangère sous forme d’expertise et de travail qualifié ou par le biais de prêts et de contrôle financier » : « L’ambivalence des puissances étrangères qui soutenaient la réforme tout en s’y opposant en fit une sorte de cheval de Troie » (Moreau, p.113).

4Pourtant, l’amélioration du potentiel militaire doit, dans l’esprit des gouvernants, renforcer le pouvoir central (ex : Penjab, p.18, Maroc, p.89 et 216, Iran, p.177) et améliorer son contrôle du territoire. On voit bien, dans le cas du Maroc au XIXe siècle, le Sultan se tourner vers l’aide militaire anglaise pour faire face aux Français parce que la modernisation de l’armée sous les Turcs n’est pas encore suffisante sur terre et sur mer (Ben Shrir, p. 86-88).

5À partir de là, force est de constater que l’Empire ottoman reçut les coups de boutoir, de façon continue et fatale, de ceux-là même dont la réforme devait le protéger : les puissances européennes d’une part et les forces centrifuges de l’Empire d’autre part.

6Un autre aspect novateur que cet ouvrage collectif met parfaitement en lumière est le lien intrinsèque entre la réforme de l’armée et la réforme d’autres secteurs de la société et de l’État : enseignement et  fiscalité en particulier mais aussi administration. Ainsi donc, les contributeurs pointent quasiment tous le fait que la réussite de la modernisation de l’armée passe par la réussite d’autres réformes dont les enjeux vont bien au-delà de la formation d’une nouvelle élite sociale, les officiers. Il n’est pas sans intérêt de préciser aussi que ces réformes déstabilisent évidemment les anciens groupes socio-militaires que sont les timariotes bosniaques (Moreau, p.117) ou les Janissaires, définitivement éliminés en 1826.

7La création d’écoles et d’académies militaires suppose un coût important, qui vient s’ajouter à celui de l’acquisition d’armes et de technologies, pour poser aux États et princes réformateurs la question du financement de cette réforme et donc celle de la fiscalité. Comme le note Angela Guimaraes dans sa conclusion (p. 269), c’est ainsi qu’une dépendance supplémentaire vis-à-vis de l’Europe vient peser sur les États réformateurs : l’endettement.

8Dans le monde musulman  méditerranéen, et bien qu’il faille différencier le cas de l’Empire de ceux de ses provinces ou du Maroc, Odile Moreau montre comment les relations entre État et société sont modifiées par cette réforme « par le haut »: dès l’origine la réussite de la réforme porte un « enjeu de société » ; le nizam-i cedid (1798-1802) de Sélim III est bien conçu comme un  projet de société (p. 113). D’ailleurs, précise l’auteur, si les « champs prioritaires de l’œuvre réformatrice » sont l’armée, la fiscalité et l’enseignement, elle a aussi pour conséquence une accélération de la modernisation et de l’occidentalisation dans tous les autres domaines civils : administration (loi sur les vilayets de 1864), politique (concepts de nationalisme, constitutionnalisme), etc. Ainsi, comme le souligne Anoushkeh Karvar, « le développement d’une armée moderne conduit donc à une réforme sociale (fiscalité, budget), modifie le rapport de l’individu à l’État (conscription), aboutit à la mise en place d’un système développé d’enseignement général et technique (écoles, édition, presse), favorise enfin l’essor de l’industrie (arsenaux, manufactures d’armées). Il constitue le premier acte de la modernisation de la société dans son ensemble » (p. 74).

9Le passage, grâce à la conscription, d’une armée de métier à une armée de masse impose non seulement une gestion différente de l’administration militaire mais aussi une nouvelle image du soldat et de la force militaire. Les cadres militaires, instruits généralement dans le culte de la patrie, intéressés donc par l’histoire, s’ouvrent pour la plupart à des formes séculières de nationalisme. En 1806, un officier portugais, Gomes Freire de Andrade, publie un essai proposant l’organisation « d’une armée nationale de citoyens en armes, inspirée du modèle français » (Guimaraes, p. 37-38). À propos de ces modèles importés destinés à remplir une fonction interne, on pourrait presque faire le parallèle avec le modèle de l’armée populaire, diffusée un siècle et demi plus tard par le général Giap, et qui trouva des chantres chez les marxistes-léninistes marocains des années 1970 (El Moudden, p. 168) ou encore en Syrie à l’heure où les civils marxistes dominaient à Damas entre 1966 et 1970.

10Du temps de l’Empire ou des armées de métier, « le facteur d’extranéité de la présence de ces soldats turcs rendait les populations locales peu concernées par la chose militaire » (Moreau, p. 123). La réforme de l’armée étant associée au recensement, à la conscription et au service militaire obligatoire, il n’est pas anodin de constater partout la résistance des populations (désertions, indiscipline, etc.). C’est un constat que faisait déjà Eric Wolf en 1974 quand il étudiait les registres de causalité dans les guerres de paysans au xxe siècle. Pourtant les réformateurs militaires avaient tenté, dans nombre de cas, de faire coexister une « organisation militaire sur le modèle occidental et le maintien du mobile de la guerre resté “traditionnel”, le djihad » (p. 2).  Dans l’Empire ottoman, la cohabitation des concepts d’armée moderne et de jihad est repérable jusque 1908 (Moreau, p.135). Les travaux récents ou en cours sur les résistances anti-coloniales du Proche-Orient permettent d’étendre cette constatation au moins jusqu’aux années vingt1. Il faut savoir cependant que l’armée moderne fait généralement cohabiter des régiments professionnels et des contingents tribaux ou des irréguliers, comme en Iran  ou au Maroc par exemple. On pense, pour l’Empire ottoman, aux célèbres régiments Hamidiye, constitués à la fin des années 1880 et qui recrutent des tribus kurdes pour faire rempart à une éventuelle offensive russe (p. 118-119). Mais d’autre cas  plus paradoxaux existent, dans le Maroc pré-colonial notamment, où une des punitions infligées par le Sultan aux tribus était le service militaire…(p. 215-216). Ainsi que le formule justement Angela Guimaraes, « la forme finale des nouvelles armées prend surtout en ligne de compte la réalité locale » (p. 270). De même, Wilfrid Rollman conclut pour l’exemple marocain que

« l’histoire de la nouvelle armée et les carrières de ses officiers (…) suggèrent fortement une fluidité accentuée dans des catégories telles que “moderne” et “traditionnel”… » (p. 224).

11De ce tableau, à tout le moins nuancé, que les auteurs dressent de la réforme militaire et de ses principaux acteurs, il ressort que l’histoire des subalternes, des soldats de base, reste  globalement à faire. On commence avec Jean-Marie Lafont, pour le Penjab du XIXe siècle, qui s’interroge en conclusion sur la façon dont les acquis des soldats et officiers formés à la française, ont pu pénétrer le monde rural et si cette histoire pourra être faite un jour (p. 30). On termine avec Wilfrid Rollman qui inscrit les travaux sur la réforme militaire dans une déconstruction méthodologique initiée par Khaled Fahmy et qui délégitime l’approche nationaliste. Ce dernier appelle à contextualiser les différentes sources et les outils d’analyse, à recentrer le regard sur les acteurs de terrain, au premier rang desquels les soldats des nouvelles armées et ce, en dépit des carences documentaires (p. 208-209). Précisément, Abderrahmane El Moudden s’attache à un exemple de réforme « par le bas », en suggérant que « le rapport des populations locales aux réformes et au changement en général, est déterminé par la nature du pouvoir qui en détient les commandes » (p. 166). Pour valider son hypothèse il traite d’une action de réforme initiée par le bas, pour les besoins de la résistance à l’occupation, et dirigée localement (et non par le pouvoir central, ici le Makhzen). Ben Abd al-Karim, le chef historique de la guerre du Rif, prend ainsi sa place dans la recherche comme il vient de la reprendre dans le panthéon officiel marocain (p. 167). El Moudden démontre comment ce chef charismatique met en place une véritable guerre de résistance populaire. L’adhésion des populations à son objectif – le combat anti-colonial – lui permet deux pratiques innovantes : d’abord, dépasser les logiques des solidarités primaires au profit d’un intérêt commun supérieur, appuyé sur la guérilla et sur une justice commune rendue par les tribunaux islamiques ; ensuite, utiliser les potentialités locales, appliquées de façon méthodique et globale, pour combattre avec succès un ennemi beaucoup plus puissant (p. 172). L’esprit de réforme de  Ben Abd al-Karim s’applique aussi au domaine agricole, à l’introduction du téléphone, et le chef historique, attentif aux développements en Turquie kémaliste, projette aussi des réformes politiques et administratives (p. 173). En dépit de son échec final en 1926, le mouvement rifain a montré l’efficacité de « la nouvelle stratégie de guerre populaire », qui sera approfondie ensuite en Indochine, en Algérie puis au Vietnam (p. 174). On pourrait ajouter que la dynamique novatrice qui a porté Ben Abd al-Karim au Maroc est fille de son temps et qu’au Proche-Orient, des moujahidine se sont aussi levés contre la France, au début des années 1920, en tentant de conjuguer les acquis de la modernité militaire, les techniques de la guérilla et un effort d’unification de leur direction politique et militaire : le cas le plus probant est sans conteste la grande révolte syrienne de 1925-1926.

12Le temps long prend tout son sens quand les auteurs placent, au centre de la relation entre l’État et la société, le groupe social émergent des officiers et donc l’évolution du rapport entre le politique et le militaire. Plusieurs auteurs s’interrogent sur les conséquences de la réforme militaire dans chacun des pays étudiés : les officiers professionnels, dont la promotion sociale est fondée sur le mérite et les compétences, vont acquérir un pouvoir croissant, comme dans les États balkaniques (Karabélias, p. 143) et souvent s’investir dans le champ politique, parfois avec un mépris ouvert pour les autorités civiles (Cronin, p. 181). En effet, la réforme institutionnalise la séparation entre civils et militaires, non pas uniquement à cause de la professionnalisation de l’armée mais aussi parce que l’armée, dans nombre de cas, est dotée d’une véritable vocation nationale, elle apparaît comme « l’école de la nation » (p. 49) : dans l’Irak hachémite, la Turquie kémaliste et l’Iran pahlévi, « la constitution d’une armée nationale, fondée sur la conscription, était un élément essentiel de la construction de l’État et de la formation de la nation » (Cronin, p.181). Alors que les officiers grecs se contentent de se voir garantir leurs privilèges par les politiques, on voit bien dans d’autres cas, en contexte colonial ou dans celui de fortes pressions externes, comment les officiers réorientent leur loyauté, du Sultan vers l’État (Karabélias, p. 147), de l’appui au prince et de la collaboration avec les Européens à l’opposition armée au nom de la défense du territoire. Wilfrid Rollman détaille, pour le Maroc, plusieurs cas de ces officiers de carrière investis dans la résistance anti-coloniale (p. 220-222). L’armée est donc instrumentalisée en politique par des officiers (p. 224) qui prennent progressivement conscience de leur unité comme corps social d’élite (Guimaraes, p. 55) et des possibles qui s’ouvrent à eux : les officiers du Comité Union et Progrès, en s’inspirant de l’exemple allemand, voudraient construire une économie nationale et créer une classe d’entrepreneurs (Karabélias, p. 153). À l’inverse l’armée persane apparaît au xixe siècle, « comme  une extension du pouvoir du souverain » (Karvar, p. 78). Ensuite, c’est sans doute en Iran que le souverain réussira le mieux à éloigner l’armée du politique au prix d’une répression violente dans les années trente et de la rupture, au sein de l’armée, entre officiers de carrière enrichis et jeunes officiers conscrits (Cronin, p. 197). C’est parmi ces jeunes militaires, qui sont proches de la base de l’armée, que se recruteront les opposants radicaux, nationalistes et anti-monarchistes, de cette période.

13Article après article, l’ouvrage laisse voir non seulement les difficultés matérielles, les paradoxes et les faiblesses de la modernisation de ces nouvelles armées, leurs historiques différenciés mais aussi la situation cornélienne vécue par nombre d’officiers appelés  à surmonter le péché originel de l’association de l’armée avec l’adversaire européen et chrétien en portant un discours légitimant  de défense de la umma musulmane (Rollman, p. 213). L’ouvrage laisse entrevoir les oppositions à la réforme des milieux populaires, des notables d’Ancien régime et également des confréries et des ‘ulama comme de l’Église catholique au Portugal. Pour la majorité des opposants à la réforme, il s’agissait de freiner le mouvement de pénétration des puissances européennes (p. 165). Il faudra au Maroc, par exemple, tout « l’effet de la défaite marocaine devant les Espagnols » à Tétouan en 1859-1860, pour que le Sultan puisse passer outre l’opposition des ‘ulama et moderniser l’armée (Ben Srhir, p. 88).

14Dans les relations entre militaires et civils, entre villageois et citadins, entre groupes ethniques ou communautaires, tout l’éventail des postures se retrouve dans le cadre de la réforme : des militaires prédateurs de civils sans grandes ressources, aux villageois collaborateurs des puissances coloniales. C’est ici que Driss Maghraoui  apporte une contribution qui s’insère incontestablement dans les renouvellements récents de l’historiographie coloniale : il s’agit de la réintégration de tous les acteurs dans l’histoire, traités à égalité quel que soit leur rôle2 : puissance coloniale, État central et pouvoirs locaux, résistants et collaborateurs. Maghraoui analyse l’histoire des troupes supplétives coloniales, constituées par des berbères, en particulier les Goums marocains. Ils font partie intégrante de la machine coloniale de conquête et lui apportent une certaine légitimité. La politique coloniale se justifie par la pacification de l’anarchie tribale et la création de l’unité nationale. Les images et les univers culturels s’entrechoquent : si le guerrier tribal est généralement perçu par les Français comme un bandit instable et indiscipliné, lorsque ce combattant est sous le drapeau tricolore il devient « un excellent guerrier » (p. 230). Les troupes françaises reprennent à leur compte ce mode de combat fondé sur la discipline militaire moderne et une autorité patriarcale traditionnelle, sur la guérilla et les razzias. Là encore, à l’autre extrémité de la Méditerranée, dans la Syrie des années 1920, les Français feront de même, en particulier avec les redoutables escadrons tcherkesses du capitaine Collet. Au fond, à chaque fois, il s’agira pour les Français  de détourner à leur profit le lien solidaire qui unit généralement les guerriers d’une même tribu ou d’un même groupe pour en recueillir le bénéfice moral, politique et stratégique.

15Ainsi, la réforme militaire et la modernisation de l’État, si elles « évoluent ensemble et interagissent » comme le constate Wilfrid Rollman dans sa conclusion (p. 275),  ne se seront pas développées avec la même rapidité partout, n’auront pas induit les mêmes relations entre les militaires et les politiques et n’auront certainement pas empêché la pénétration coloniale.  Mais dans leur impact global, elles auront profondément modifié les sociétés, tout autant dans leur rapport à l’État et au territoire national que dans leur vision du monde. Sule Toktas, par exemple, montre comment la conjonction du nationalisme et de la modernisation a lentement conduit les militaires turcs à laisser les femmes entrer dans les cadres professionnels de l’armée. La première d’entre elle fut, c’est à noter, la fille adoptive de Kémal Ataturk, Sabiha Gökçen qui devint pilote de chasse dans les années trente.

16Cet  ensemble de contributions traite, dans la nuance et dans la durée, de ce qui est sans doute la question centrale de l’histoire contemporaine de tous les États  ici étudiés, à savoir la réforme de l’armée et ses conséquences diverses. En ce sens, il me paraît d’un apport essentiel à la compréhension non seulement des événements en cause mais aussi du présent. Toutes les questions traitées ont in fine à voir avec les difficultés ou les problèmes de ces États, y compris évidemment les États issus du démembrement de l’Empire ottoman. Presque partout la relation entre la modernité, la culture islamique et le nationalisme, subséquemment entre l’État, la société et le territoire national, s’articule à deux historiques : celui des intrusions occidentales et celui du mode sur lequel les militaires ont géré leur relation au politique pendant et après la modernisation de l’armée. Le processus de réforme militaire, largement diffusé dès le xixe siècle, a élevé les officiers au rang d’acteurs incontournables de l’histoire du xxe siècle. Il donne aussi à voir les subalternes dans  une dynamique de passage, d’introduction de la modernité dans les milieux ruraux et populaires.

17Les auteurs ont ainsi le mérite de poser des problèmes de fond peu débattus et d’attirer l’attention des historiens sur des champs de la discipline peu valorisés dans l’histoire de la construction des États modernes méditerranéens, arabes et musulmans : l’histoire des militaires, officiers et subalternes, (tout comme l’histoire juridique, l’histoire des techniciens, etc.) permet de sortir du tropisme de l’histoire politique (qu’elle soit coloniale ou nationaliste) assortie d’un habillage économique et social et écrite par et pour des citadins. Ce recueil participe donc du renouvellement en cours de l’historiographie sur les États et les sociétés des mondes méditerranéen, arabe et musulman.

Haut de page

Bibliographie

Fahmy Khaled, 1997, All the Pasha’s Men : Mehemet Ali, his Army and the Making of Modern Egypt, Cambridge University Press, Cambridge.

Luizard Pierre-Jean, 1991, La formation de l’Irak contemporain, Editions du CNRS, Paris.

La vie de l’Ayatollah Mahdi al-Khalisi par son fils, texte traduit de l’arabe, introduit et annoté par Pierre-Jean Luizard, Editions de la Martinière, Paris, 2005.

Méouchy Nadine, 2004, « Rural resistance and the Introduction of Modern Forms of Consciousness in the Syrian Countryside, 1918-1926 », in Thomas Philipp and Christoph Schumann édit., From the Syrian Land to the States of Syria and Lebanon, Orient-Institut der DMG Beirut, Beiruter Texte und Studien 96, Beirut 2004, Ergon Verlag Würzburg in Kommission : 275-289.

Wolf Eric, 1974, Peasants Wars of the XXth century, Londres.

Haut de page

Notes

1 Se reporter par exemple aux travaux de Pierre-Jean Luizard sur le Jihâd de la Première guerre mondiale en Irak, et à ceux de Nadine Méouchy sur les résistances anti-coloniales des années  1920 en Syrie.
2 Par contre, les historiographies nationales ignorent encore, pour la plupart,  les troupes auxiliaires coloniales.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « Moreau Odile et El Moudden Abderrahmane (dir.), Réformes par le haut, réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux xixe et xxe siècles, Quaterni di Oriente Moderno, XXIII, n.s., 5-2004, 279 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/3691

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page