Navigation – Plan du site
Lectures

Poèmes palestiniens d’hier et d’aujourd’hui, numéro double 98-99, revue Études Arabes, Pontificio Instituto di Studi Arabi e d’Islamistica (P.I.S.A.I.), Rome, 1994.

Jean-Pierre Dahdah
p. 307-308

Texte intégral

1Il s’agit d’une anthologie qui regroupe des poèmes composés par des Palestiniens dont la période s’étend de 1907 jusqu’à nos jours où se sont dessinés les traits majeurs du visage souffrant de la Palestine contemporaine. C’est la première fois que cette revue présente des traductions en français et en italien et d’ailleurs elle envisage d’utiliser également l’anglais et l’espagnol dans les prochains numéros. Cela est dû à la diversité linguistique des étudiants de l’Institut ainsi qu’à celle de ses collaborateurs.

2Ce florilège réunit plus de cent poèmes qui ont été composés par quatorze auteurs ;  chronologiquement ils se succèdent ainsi : Abû Salmâ (1907-1980, Fadwä Tûqân (1917-2003), Tawfîq Sâ’ig (1923-1971) Hannâ Abû Hannâ (1928), Salmä al-Khadrâ’ al-Gayyûsî (1928, Râshid Husayn (1936-1980), Samîh al-Qâsim (1939), Sâlim Gabrân (1941), Mahmûd Darwîsh (1942), Muhammad al-Qaysî (1944-2003), Antûn Shammâs (1950), Ibrâhîm Nasrallâh (1954), al-Mutawakkil Taha (1958), Husnî al-Khatîb Shahâda (contemporain).

3L’évolution de la poésie palestinienne se décompose en quatre étapes. La génération de 1936, point culminant de la révolte contre la politique britannique de l’établissement des juifs en Palestine, se caractérise par l’observation stricte de la métrique et par un très fort militantisme idéologique. La génération 1948, début de l’exode massif des palestiniens vers les pays arabes voisins, se particularise par la remise en cause de la forme classique et par des interrogations tourmentées sans réponses. La génération de 1967, promotrice de la « poésie de la résistance », se distingue par la compensation du retard esthétique par rapport à la modernité, en ce sens qu’elle a su édifier un univers poétique proprement palestinien. Enfin, la génération actuelle, depuis l’intifâda de 1987, se spécifie par une très grande diversité qui donne l’image d’une constellation toujours en mouvement.

4La thématique des textes présentés est peu ou prou en référence à une grande tradition poétique, en liaison avec une terre toujours présente, la Palestine, et relativement à des événements dramatiques que ce pays et son peuple vivent depuis presque un siècle. En premier lieu, nous rencontrons les thèmes de l’amitié et de l’amour qui forment le filigrane continu de cette expression poétique ; puis vient le chant de la terre et de la patrie ; ensuite celui de la captivité, de l’exil et du retour ; liée à ces thèmes, nous avons aussi l’expression lyrique des divers sentiments de tristesse, de nostalgie, etc. qui constituent les états d’âme du poète ; enfin, comme note tantôt radieuse, tantôt sombre, apparaît la pensée du futur soit individuel, soit collectif.

5Bien que les auteurs appartiennent à diverses confessions religieuses (druzes, sunnites et chrétiens), la plupart de ces poèmes sont franchement laïques, n’ayant que de rares références religieuses explicites tant au Coran, qu’à la Bible et à l’Evangile, lesquelles n’infirment en rien la teneur essentiellement séculière d’une telle poésie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Dahdah, « Poèmes palestiniens d’hier et d’aujourd’hui, numéro double 98-99, revue Études Arabes, Pontificio Instituto di Studi Arabi e d’Islamistica (P.I.S.A.I.), Rome, 1994. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3721

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page