Navigation – Plan du site
Lectures

Ünsaldi Levent, Le militaire et la politique en Turquie, Paris, l’Harmattan, 2005, 354 p.

Elizabeth Picard
p. 267-268

Texte intégral

1 Le thème de cet ouvrage tiré d’une thèse de doctorat en sociologie (Paris 1) n’est pas neuf : Semih Vaner et Jean-François Bayart, Mevlüt Bozdemir, pour ne citer que les plus connus en France, se sont essayés avec succès à étudier l’armée turque en politique. Gerassimos Karabelias et Ismet Akca ont publié ces dernières années en anglais des recherches et des hypothèses nouvelles, le premier sur les nouvelles contraintes internationales et le second sur l’économie politique, du secteur militaire turc. De même, les références en langue turque ne manquent pas, si l’on en croit la bibliographie et les riches références de bas de page.

2Le livre de Levent Ünsaldi est ambitieux en ce qu’il adopte une approche englobante du fait militaire en Turquie. Centré sur une sociologie de l’institution militaire, il développe deux autres thématiques : en première partie, une histoire détaillée de la Turquie (et même des dernières années de l’Empire ottoman) à travers l’histoire de son institution militaire. Cette partie n’occupe pas moins du tiers du livre (p. 25 à 133). Elle est par moments si événementielle, voire anecdotique (p. 43), que l’objet « militaire » perd de sa pertinence. Les changements d’échelle, en particulier, du détail de certains coups d’État dans lesquels on voit passer furtivement une profusion d’acteurs à la narration à grands traits des événements politiques au cours d’une décennie (la décennie 1970, en l’occurence, qu’on peut qualifier de période de guerre civile endémique), rendent peu heuristique cette traversée de l’histoire. S’ajoute que ce traitement historique n’évite pas à l’auteur de revenir ensuite sur les faits présentés. Ainsi, l’évolution économique de la Turquie durant plusieurs décennies, présentée dans le chapitre 2, est-elle posée comme un cadre général. L’auteur y revient avec une série de statistiques dans la première partie du chapitre 3 (p. 139-45) et à nouveau plus loin, dans le chapitre 5 (p. 287 s.), en traitant du «rôle de l’armée dans l’économie globale ».

3Il tarde alors au lecteur d’aborder en deuxième partie l’analyse du «phénomène militaire en Turquie », construite suivant une logique thématique. Sous le titre « Les racines du pouvoir militaire en Turquie », le chapitre 3 brasse des généralités sur la notion de parti politique ou celle de clientélisme, qui ne seraient pas sans pertinence pour le sujet si elles étaient mises à l’épreuve des faits et des processus observés. La partie la plus importante du chapitre offre des informations statistiques sur les forces armées en Turquie (p. 162-72) et surtout une analyse des valeurs, de l’éthique et des modes de fonctionnement de l’institution militaire. Des références documentaires, en particulier aux héritages historiques complémentaires de la culture militaire nationale ainsi qu’à l’expérience personnelle de l’auteur (fils de militaire ayant lui-même passé 4 ans dans l’armée) font l’intérêt de cette partie en même temps qu’elles exposent la dimension problématique de la thèse.

4Pour Levent Ünsaldi, l’armée est la colonne vertébrale de la société turque en même temps que la force d’équilibre qui ramène après chaque crise (1960, 1970, 1982, 1997) la vie politique à la légalité et à la modération qui témoignent de la fragilité de l’enracinement de la démocratie. L’originalité de sa démonstration consiste à écarter l’idéologie kémaliste « dont tous les acteurs politiques se réclament en [la] chargeant de contenus contradictoires » (p. 221) pour expliquer ce rôle «primordial » de l’armée en politique. Il se réfère plutôt à l’extrême sensibilité à la paix sociale (on pourrait dire, à l’ordre social) ainsi qu’aux intérêts propres de l’institution. Cependant, son riche chapitre 4 va à l’encontre d’une analyse en termes de corporatisme puisqu’il s’attache à une démonstration du pluralisme - politique, social, idéologique, générationnel, et finalement organisationnel - des forces armées. À la suite d’Alain Rouquié dans ses travaux sur l’Amérique latine, L. Ünsaldi conclut que c’est l’accumulation des clivages « qui prépare l’armée à être l’enjeu ou le moyen des luttes civiles ».

5Cet ouvrage, présentant de fines analyses et basé sur une riche documentation, aurait gagné à être élagué et ordonné. S’ajoute qu’il souffre de deux lacunes. D’abord, le cinquième et dernier chapitre consacré aux intérêts corporatifs institutionnels de l’armée reste bizarrement inachevé alors qu’il traite d’enjeux décisifs pour l’avenir des rapports entre militaires et civils dans le pays, en particulier depuis l’instauration du gouvernement de l’AKP en 2002. Ensuite, la question de la politique sécuritaire conduite par le MGK, le fameux Conseil de Sécurité Nationale, est pratiquement passée sous silence. Le déroulement du sigle apparaît pour la première fois à la note 518 dans l’épilogue ! La place et le rôle des officiers supérieurs en son sein, l’influence prépondérante de ce « parti-État » comme l’écrit Hamit Bozarslan, sur tous les aspects de la vie politique mais aussi sociale du pays, sont à peine évoqués. La question kurde fait l’objet de rares mentions et encore moins la répression et les violations des droits de l’Homme durant des décennies.

6Sans minimiser la fragilité de la démocratie en Turquie et le fameux rôle de balancier que jouerait l’armée dans les crises, il faudrait ne pas oublier qu’ils sont le revers d’une culture de la violence et d’une pratique de la terreur qui ont nourri les extrémismes et les dysfonctionnements politiques. À cet égard, la fonction critique de cette intéressante thèse de science politique a été malheureusement négligée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Ünsaldi Levent, Le militaire et la politique en Turquie, Paris, l’Harmattan, 2005, 354 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/3731

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page