Navigation – Plan du site
II. Lectures

Afifi Mohammad, Chih Rachida, Marino Brigitte, Michel Nicolas et Tamdogan Isik (ed.), Sociétés rurales ottomanes, Ottoman Rural Societies, Institut français d’archéologie orientale, 2005, Le Caire, Cahier des Annales islamologiques 25-2005.

Colette Establet

Texte intégral

1Dans l’introduction, Nicolas Michel part d’une constatation : dans la seconde moitié du xxe siècle, l’éloignement des problématiques marxistes (stade féodal, mode de production asiatique) a entraîné un reflux sensible des études rurales dans le domaine ottoman.  Cette évolution est propre à l’histoire ottomane : depuis quelques années, en effet, des historiens britanniques, français, allemands, se sont penchés sur l’étude des campagnes en tant que telles, non pas pour en intégrer l’histoire dans des perspectives globales problématisées, mais pour en étudier patiemment, village par village, les réalités matérielles (techniques agraires, paysage rural), et les réalités humaines (paysans dans leurs diversités et leurs comportements quotidiens et évolutifs).

2Cet ouvrage propose donc une nouvelle approche de l’histoire rurale ottomane, qui placerait au centre des préoccupations l’étude des campagnes, non pas dans leur relation à l’Etat ou à la ville, mais dans leurs spécificités (techniques et pratiques agricoles, statut foncier, paysage rural) et dans leurs variations liées au temps et à l’espace.  

3Ces deux derniers facteurs ne rendent pas la tâche facile : l’Empire couvre sept siècles, s’étend sur un large monde géographique, européen, africain, asiatique, marqué par la variété des langues pratiquées. Il a fallu choisir. En 1999, l’IFAO, au Caire, dans le cadre d’un projet quadriennal, a lancé un projet d’étude sur la société rurale égyptienne, à l’initiative de Rachida Chih, Mohammad Afifi et Nicolas Michel. Très rapidement, les directeurs et les chercheurs de l’IFEA de Damas et l’IFEA d’Istanbul (Brigitte Marino pour Damas et Ihik TamdoÏan pour Istanbul) ont rejoint le projet complètement réalisé en mai 2005 : premier objectif la réunion en 2002 d’un colloque international, au Caire, sur La société rurale ottomane en Égypte, dans le bilâd al-Shâm et en Anatolie ; deuxième objectif : publier les actes du colloque.

4L’ouvrage s’étale donc sur la longue période de l’Empire, dont ont été exclues les premières années (1300-1453), et couvre un domaine géographique se limitant à trois zones de l’Empire, de langue turque et arabe : l’ Égypte, le Liban et la Syrie, la Turquie.

5Le livre ne se veut pas un ouvrage général sur l’histoire des campagnes ottomanes, impossible à réaliser à l’heure actuelle. Il rassemble les contributions rédigées en  langue française, anglaise et arabe de 22 chercheurs traitant de sujets variés sur trois régions de l’Empire, à des dates différentes. L’ouvrage ne suit pas un plan chronologique, ni géographique, mais s’articule autour de trois thèmes, à l’intérieur desquels nous allons replacer, en énumérant simplement titres et auteurs, les différents articles qui présentent, malgré leur diversité, plusieurs points communs : ils reposent sur l’étude de documents précis et soigneusement analysés, souvent tirés des riches archives ottomanes, et parfois présentés in extenso au lecteur ; ils s’appuient sur d’importantes notes et citent des bibliographies fournies. Le lecteur dispose ainsi, en plus du texte lui-même, de documents et de repères bibliographiques indispensables. Il est impossible ici de s’attarder sur chacune des contributions, résumées en anglais à la fin de l’ouvrage.

6Une première partie présente les modes de structuration des sociétés rurales : statut des personnes,  statut des terres, importance et rôle des waqf en milieu rural, composition  et évolution de la famille.

7Nicolas Michel : les « services communaux » dans les campagnes égyptiennes au début de l’époque ottomane.

8Ghada Toussoun :  le tombeau du sayyid A/hmad al-Badawî à Tanta, effets économiques et sociaux.

9‘Abd al-Karîm Râfeq : la location des terres waqf dans le Bilâd al-Shâm suivant les différentes écoles de fiqh et les groupes sociaux.

10Astrid Meier : le plus avantageux pour le waqf, Villages, fondations et agents fiscaux aux environs de Damas dans la première moitié du xviie siècle.

11Nafez al-Ahmar : aperçu d’histoire économique et administrative des  régions d’ Akkar et de Zawyeh  au xviiie siècle.

12Rachida Chih : mosquées et zâwiya de girÏâ (Haute Égypte, d’après un document de waqf du xviiie siècle).

13Kenneth M. Cuno : Demography, Household Formation and Marriage in three Egyptian Villages during the Mid-Nineteenth Century.

14Une deuxième partie est consacrée à l’animation, à la dynamique de ces sociétés rurales : déplacements obligatoires de population, circuits des dévotions et des pèlerinages, enjeux des échanges autour des principaux marchés, circulation du capital par le biais de l’emprunt.

15Stéphane Yérasimos : formation d’un territoire rural dans l’arrière-pays de la capitale ottomane.

16Catherine Mayeur-Jaouen et Nicolas Michel : cheikhs, zâwiyas et confréries du Delta central : un paysage religieux autour du xvie siècle.

17Chicko Shindo : les campagnes du liva de Hama au xvie siècle.

18Brigitte Marino : le Hawrân et la Bekaa, deux régions céréalières du bilâd al-Shâm au XVIIIe siécle.

19Suraiya Faroqhi : Indebtedness in the Bursa Area,1730-1740.

20Meltem Toksöz : Trading in 19th Century çukurova : New Roles, Traditional Merchants ?

21Mustafa Erdem Kabadayi : Mobility and Resistance in the Light of the Ottoman Settlements policies in the Second Half of the Nineteenth Century : The transfer of Agricultural Labourers from Syria to Dobrudja.

22Une troisième partie, plus politique, expose les différentes manifestations du pouvoir d’un État qui doit s’adapter, souvent par une négociation menée par des relais locaux, à l’immensité territoriale de l’Empire, à sa variété de peuplement, et qui doit faire face, à partir des Tanzimat, aux effets souvent contradictoires de la modernisation.

23Farouq Hoblos : le système de l’iltizâm et les groupes politiques.  

24Stefan H. Winter : les Kurdes du nord-ouest syrien et l’État ottoman, 1690-1750

25Isik Tamdogan : le nezir ou les relations des bandits et des nomades avec l’État dans la çukurova du xviiie siècle.

26Mohammad Afifi :  famille et pouvoir dans le Sa’id, étude sur les sayyid de l‘Anqawiyya à Qina.

27Nasser Ibrahim : les cadres français et leur rôle sur le contrôle des comptes fiscaux dans le Sa’id égyptien.

28Alp Yücel Kaya : l’économie politique des tanzimat : la réforme fiscale et la résistance antifiscale dans la région de Bayindir (Izmir) au milieu du xixe siècle.

29Yücel TerzibasoÏlu : Struggles over Land and population Movements in North-Western Anatolia, 1877-1914.

30Sabri Yetkin : The relationships between State, Bandits and Villagers in the Aegean region from the 2nd Half of the 19th into the 20th Century.

31L’ouvrage, qui se veut travail de défrichage, rassemble donc des contributions diverses, où l’on glane, pas à pas, des données indispensables à tout travail de synthèse ultérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Establet, « Afifi Mohammad, Chih Rachida, Marino Brigitte, Michel Nicolas et Tamdogan Isik (ed.), Sociétés rurales ottomanes, Ottoman Rural Societies, Institut français d’archéologie orientale, 2005, Le Caire, Cahier des Annales islamologiques 25-2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 10 juin 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3781

Haut de page

Auteur

Colette Establet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page