Navigation – Plan du site
II. Lectures

Aigle Denise, Le Fârs sous la domination mongole. Politique et fiscalité (xiiie-xive s.), Cahiers de Studia iranica, 31, Paris, 2005, 246 p.

Marie Favereau-Doumenjou
p. 304-307

Texte intégral

1Cet ouvrage aborde le thème de la domination mongole en Iran, en mêlant deux approches : l’une, « locale », est centrée sur le Fârs et l’autre, « globale », intègre cette province dans l’ensemble du système administratif et financier mis en place par les ilkhans. Cette double lecture permet à l’auteur d’analyser les processus politique et économique qui touchent une région assujettie aux Mongols sans la déconnecter pour autant de la réalité étatique. Ainsi, tout en suivant, en filigrane, ce qui se passe à l’Ordo (la cour de l’ilkhan et, par extension, le régime ilkhanide), cette étude met en lumière l’originalité du système gengis-khanide qui réussit à combiner des politiques économiques, financières et administratives adaptées aux exigences locales. D’autre part, D.A., qui s’inscrit dans la lignée de J. Aubin, contribue à enrichir tout un courant de l’historiographie qui ne cherche pas à faire de vastes synthèses sur l’empire mongol, lesquelles tombent facilement dans la généralité et la simplification, mais se penche sur la disparité, réelle, des États issus de la conquête.

2En mettant l’accent sur les particularismes, les ruptures ou les divergences locales, l’auteur pose également la question de l’existence d’une entité politique iranienne. Si elle a choisi de se concentrer sur le Fârs, l’une des trois grandes régions de l’Iran médiéval avec le Khorasan et l’Azerbaïdjan (la zone caspienne, sans être exclue de cet espace, doit être mise à part), c’est que ce secteur, relativement épargné lors de la conquête, est demeuré l’un des mieux préservés sur les plans culturel et ethnique. Une telle étude met en lumière la souplesse de l’organisation ilkhanide dont la domination ne s’est pas exercée de manière uniforme : éloignée de l’Ordo, sise en Azerbaïdjan, le Fârs échappa à une emprise directe. La région bénéficia d’une relative autonomie et les structures administratives originelles, dominées par les élites locales et organisées autour de la ville de Chiraz, purent se maintenir. Ayant conservé son caractère islamique et anté-ilkhanide, le Fârs joua un rôle tant dans l’islamisation des Mongols que dans la cristallisation d’un foyer identitaire spécifiquement iranien. D.A., qui sonde les raisons de la prospérité et du déclin progressif de cette province, rappelle que les Gengis-khanides ne cessèrent de se préoccuper du sort des négociants et des grands financiers et s’attachèrent à protéger les voies marchandes. Ils réussirent à relancer le commerce de longue distance, lequel passait par Chiraz et fut clairement l’une des principales sources des richesses économiques de la région.

3Par ailleurs, si cet ouvrage est centré sur l’histoire du Fârs, c’est également parce que les chroniques médiévales rendent matériellement possible une telle reconstitution. Ces textes, souligne l’auteur, sont d’un abord complexe : la majorité provient des peuples conquis et témoigne d’une conception des événements extérieure au monde mongol ; ils sont souvent issus de personnalités dotées de hautes fonctions politiques qui mettent leur plume au service de l’histoire officielle ; enfin, on constate un décalage entre les premiers temps de « l’ilkhanat », où les sources sont abondantes, et la fin de la période où les lacunes historiographiques sont importantes. D.A. s’est concentrée sur les « sources narratives », parmi lesquelles elle distingue celles de l’Ordo et celles du Fârs, tout en ayant conscience qu’une stricte délimitation entre « histoire locale » (en principe fondée sur des biographies) et « histoire générale » (construite autour d’une chronologie des faits) est souvent difficile.

4Le fait qu’elle ait choisi de se fonder en priorité sur les « sources narratives » a induit la composition de son étude où l’histoire du Fârs est présentée de manière événementielle. Pour autant, le récit ne tombe pas dans l’écueil d’une temporalité construite sur des ruptures artificielles, car l’auteur veut montrer à quel point il est important d’intégrer la période mongole dans un plus large contexte historique. Elle choisit donc de suivre le fil chronologique depuis l’apparition des Gengis-khanides en Iran oriental jusqu’aux deux décennies qui suivent la mort d’Abû Sa‘îd, période qui scelle la fin des ilkhanides. Deux parties sont consacrées au Fârs et à Chiraz avant l’arrivée des Mongols : « Le Fârs, une région riche et prospère » et « Chiraz dans le Fârs avant l’époque ilkhanide ». L’auteur aborde la question de l’irruption gengis-khanide dans la sphère iranienne avec prudence : l’invasion fut, à n’en pas douter, un véritable traumatisme (la prise de Bagdad en 1258 et la mise à mal du califat abbasside eurent un retentissement réel dans le Dâr al-islâm), mais il ne s’agit pas d’une rupture comparable à celle de la conquête arabe. En effet, les Mongols, sans chercher à imposer leur langue, leur religion ou leur mode de vie, s’ouvrirent à la culture persane et la majorité d’entre eux finit par se convertir à l’islam. D’un autre côté, certains lettrés persans, tel Rashîd ad-Dîn, se sont particulièrement investis dans l’historiographie gengis-khanide. D.A. dépeint, sans l’exagérer, cette interaction entre les cultures mongole et persane et montre comment, dans le Fârs, les dissensions au sein de l’élite iranienne purent avoir un effet plus dévastateur que les exactions des conquérants. Le déséquilibre économique de la région serait largement dû à des conflits au sein du pouvoir local que les administrateurs mongols (baskak, elči, darugha) n’auraient pas su contrôler. Une partie de l’élite a d’ailleurs clairement « instrumentalisé », voire favorisé la présence mongole pour servir des intérêts partisans.

5Ainsi, D.A. remet en cause bien des idées reçues sur la question du déclin de l’Iran et tente d’en analyser les causes profondes : en rejetant une vision de l’histoire de trop courte durée, largement inspirée par les sources – lesquelles imputent systématiquement cette décadence à l’invasion mongole – elle réintroduit pleinement la période ilkhanide dans l’histoire des régions iraniennes et rappelle que leur déclin a débuté bien avant l’invasion : le Fârs est déjà en crise depuis presque deux cents ans quand les Mongols arrivent au pouvoir.

6La suite de l’ouvrage montre comment le prélèvement des impôts opéré par l’Ordo et les élites locales a accéléré le processus de déclin en affaiblissant les populations paysannes. Dans le Fârs, tant que le pouvoir local était fort, unifié et capable de prélever les taxes exigées par les Mongols (soit jusqu’à la mort de l’atabek salghuride Abû Bakr en 658/1260), la situation est demeurée stable, voire prospère. Mais, dès l’instant où le gouvernement local se fissura, les Mongols se mirent à intervenir directement dans les affaires de la région et la situation se dégrada. L’auteur insiste sur le fait que certains administrateurs envoyés par l’Ordo avaient de réelles compétences administratives et une véritable conscience professionnelle. Mais, peu soutenus par les notables locaux et en proie à la jalousie de certains des leurs, ils ne purent rester en place suffisamment longtemps pour rétablir la situation en profondeur. Sur ce point, les ilkhans, trop influencés par les querelles de cour, ne furent pas capables de soutenir une politique administrative à long terme.

7En retraçant l’histoire du Fârs durant toute la période mongole, D.A. rend les aléas de cette domination particulièrement perceptibles. À partir des deux dernières décennies du xiiie s., le pouvoir ilkhanide s’iranise et s’islamise (la conversion officielle de Ghazan à l’islam date de 694/1295). Cela entraîne une évolution du statut des terres, des taxes et de la fiscalité en général. D.A. s’attache, d’une part, à relativiser le bilan négatif que les sources musulmanes prêtent au pouvoir ilkhanide avant Ghazan et, d’autre part, à minimiser la portée des réformes de ce dernier mises en exergue par l’historiographie officielle (des réformes ayant, en effet, déjà été entamées avant le règne de Ghazan).

8L’auteur note que plus les carrières se raccourcissent et plus la situation administrative se désagrège. Reprenant J. Aubin, elle rappelle à quel point cette société était traversée par la violence et que les élites persanes, soumises à des revers de situation et à la mauvaise humeur du souverain au même titre que les émirs mongols, risquaient leur vie et celle des personnes influentes de leurs réseaux de clientélisme. L’Ordo tenta de pallier les défaillances de sa mauvaise gestion locale par la mise en place d’un système d’affermage et en confia la charge à de grands négociants dont les fortunes personnelles étaient censées combler les manques de bénéfice. En réalité, cela contribua au dépérissement économique de la région : ces marchands internationaux virent leur fortune considérablement réduite sans que, pour autant, l’Ordo réussisse à obtenir les sommes qu’elle exigeait. L’auteur signale qu’à partir de 1335 (mort de l’ilkhan Abû Sa‘îd), la situation fiscale devient confuse et que les sources ne permettent plus de suivre l’histoire administrative du Fârs. La région, encore riche, donc convoitée, est déchirée par des conflits incessants entre les nouveaux potentats. D.A. relève que le prestige gengis-khanide sera encore efficient de nombreuses années après la mort d’Abû Sa‘îd et que les nouvelles dynasties qui cherchent à s’imposer (muzaffaride, injuide, jalayride et chupanide) ne parviennent pas à se maintenir au pouvoir.

9L’objectif de cet ouvrage n’est pas de nous offrir une réflexion sur l’État ilkhanide en tant que tel, mais de nous éclairer sur le mode de gouvernance des Mongols qui surent utiliser les ressources des pays conquis en se fondant non sur un réseau de domination militaire mais sur un système administratif performant adapté à un ensemble complexe de territoires à l’histoire disparate et aux identités multiples. Les Mongols, qui eurent une conscience accrue des revenus qu’ils pouvaient tirer des domaines agricoles et des villes, développèrent un système de domination qui s’imposait presque uniquement par le biais de la fiscalité. C’est donc, comme le démontre l’auteur, en matière de pratiques politiques que l’on peut parler d’un « bouleversement ilkhanide ».

10L’ouvrage de D.A., en offrant une description parfois chirurgicale des événements, est un excellent outil de travail pour les historiens qui s’intéressent à la période ilkhanide. Il serait souhaitable que ce type d’étude se multiplie pour que l’on puisse aborder l’ensemble du système complexe et dynamique mis en place par les Mongols, dont nous n’avons pas encore de perspective globale. Aussi, l’auteur appelle les chercheurs à se lancer dans une prospection historiographique tournée vers d’autres régions pour pallier le manque d’études sur les « Iran-s » à l’époque mongole, études qui seraient à compléter par une analyse de la documentation issue de l’administration ilkhanide aujourd’hui facilement accessible [G. Herrmann, Persische Urkunden der Mongolenzeit. Text-und Bildteil, Wiesbaden Harrasowitz, 2004] mais encore peu exploitée par les chercheurs français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Favereau-Doumenjou, « Aigle Denise, Le Fârs sous la domination mongole. Politique et fiscalité (xiiie-xive s.), Cahiers de Studia iranica, 31, Paris, 2005, 246 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/3791

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page