Navigation – Plan du site
II. Lectures

Arnaud Jean-Luc, Damas. Urbanisme et architecture 1860-1925, Paris, Sindbad-Actes Sud, 2006, 357 p.

Eric Verdeil
p. 272-276

Texte intégral

1L'auteur poursuit avec cet ouvrage un travail comparatif sur la mise en place de la ville moderne dans le monde arabe à la fin de l'empire ottoman. Son étude sur Le Caire, parue en 1998 chez le même éditeur, en constituait un premier jalon. Jean-Luc Arnaud se situe ainsi dans un champ de recherche en plein renouvellement, celui de l'histoire urbaine durant la période des Tanzimat, âge d'occidentalisation ou encore d'ottomanisation selon les paradigmes retenus par les différents auteurs (Lafi, 2002 ; Hansen, 2005 ; Hansen et al., 2002). La ville de Damas elle-même a fait l'objet de plusieurs études récentes, dont la thèse de Stefan Weber, qui aborde des questions proches dans une perspective qui tient davantage de l'histoire de l'art ; et celle de F. Fries, soutenue en 2000 (Weber, 2001 ; Fries, 2000). Cette dernière, citée à plusieurs reprises dans le livre d'Arnaud, partage avec lui de nombreuses sources et questionnements. Mais elle s'en distingue dans sa temporalité, puisqu'elle englobe toute la période mandataire et par un intérêt plus appuyé pour les acteurs (municipalités et ingénieurs ottomans).

2À l'inverse, l'angle d'étude retenu par Arnaud, et qui fait l'originalité de l'ouvrage, consiste dans l'analyse de l'architecture et l'urbanisme dans leur dimension matérielle, approchés par la méthode de la morphologie urbaine, de manière beaucoup plus systématique que dans la thèse de Friès. La démarche aborde la grande ville syrienne à travers trois échelles d'analyse. A l'échelle régionale, Arnaud montre d'abord un réel talent dans la pratique de la géographie rétrospective en traçant un tableau des mutations du réseau de relations dans lequel s'inscrit l'économie de Damas durant le xixe siècle. Il met en évidence son déclin en tant que carrefour caravannier entre La Mecque, Bagdad et la Méditerranée à la faveur de l'ouvertude de nouvelles routes vers l'Asie, via la mer Noire au nord et le canal de Suez au sud. Damas connaît un reclassement en tant que capitale administrative et point important d'un réseau de relations d'échelle locale, structuré par les nouvelles routes et chemins de fer, qui la placent désormais dans la dépendance de Beyrouth. La deuxième partie est consacrée à l'étude de la croissance urbaine (et aucunement à la ville intra muros). La ville connaît pratiquement un doublement de sa surface entre 1860 et 1923, surtout vers l'ouest et vers le nord, en lien avec les routes internationales (notamment vers Beyrouth), avec les nouvelles gares de chemin de fer et avec les transports intérieurs, notamment le tramway. L’auteur montre la diversité de ces extensions, qui résultent d'opérations publiques et privées, et concernent des activités économiques, de nouveaux espaces et bâtiments publics ainsi que de l'habitat. Enfin, dans sa troisième partie, il examine à l'échelle de la parcelle et des édifices, les mutations de l'habitat ordinaire. La diversification des plans distributifs et notamment la cour intérieure, la densification des parcelles, l'ajout d'étages et, en fin de période, l'apparition d'immeubles collectifs, l'ouverture croissante des façades sur rue et leur ornementation constituent différents indices des changements en cours, lents et différenciés certes mais dont la mise bout à bout dessine une mutation de grande ampleur.

3Les transformations observées à ces trois échelles d'analyse sont manifestement corrélées, quand bien même l'auteur reconnaît la difficulté à établir entre elles des relations claires de causalité. Le rôle des Tanzimat et des réformes urbaines est loin d'être évident dans cette province éloignée du centre de l'Empire. Elles jouent un rôle, bien sûr, mais les mutations urbaines, pour une part, précèdent les réformes. Ainsi l'ouverture de de certaines voies d'entrée de ville paraît bien plus liées aux transformations économiques qu'aux nouvelles réglementations. Ces dernières sont, dans l'ensemble, appliquées tardivement. Une autre conclusion a trait aux sources et aux modèles de la modernisation de l'habitat, souvent recherchés vers le nord, à Istanbul ou directement en Europe. Jean-Luc Arnaud met en évidence un modèle de la maison turque (une maison au centre de la parcelle avec une disposition intérieure en lien avec cette organisation). Il souligne aussi l'influence indirecte d'un modèle beyrouthin (avec la couverture de la cour intérieure). Mais il montre aussi, en particulier pour l'habitat ordinaire, la continuité dans l'adaptation d'un type de plan et d'un mode constructif local, en fonction de la conjoncture du marché foncier et immobilier, ou de la mise en place des réseaux sanitaires qui conduisent au renversement de la place des pièces d'eau du fond de jardin vers la rue. À travers cette diversité de sources de modernisation, il conclut que l'innovation est davantage le résultat d'une sélection opérée par un travail conjoint des artisans et des clients que la transposition d'un modèle externe.

4La portée du livre réside autant dans ces conclusions sur les voies de la modernisation de Damas que dans la méthodologie retenue pour y parvenir, celle de la morphologie urbaine. Le corpus des sources se compose d'une série de cartes et de plans de la ville entre 1860 (plan de Rey) et 1921-24 (plans de Ahmed Rassem et de L. Vibert), ainsi que, à partir de cette date, les diverses productions cartographiques et cadastrales établies par les autorités mandataires. A cela s'ajoute l'examen des registres administratifs ottomans, les sâlnâma, utiles mais d'inégale qualité et celui de quelques chroniques locales comme celle de Nu'man Qasatli. De nombreux relevés de maisons dans tous les quartiers concernés par l'extension entre 1860 et les années 1920 (relativememt épargnés par le renouvellement du bâti, si l'on compare à Beyrouth par exemple) complètent la documentation disponible. Ces sources font l'objet d'une cartographie et d'un rendu graphique systématiques, restitués dans l'ouvrage par 45 figures inédites et très parlantes. Un travail fin et rigoureux, souvent appuyé sur des statistiques tirées des mesures effectuées sur les documents ainsi produits, permet d'établir des typologies des trames viaires et parcellaires ainsi que des plans et coupes de maisons. Ceci débouche sur des distinctions spatiales entre quartiers et formes d'extension et sur la restitution de la chronologie de ces extensions et de leur densification.

5Cette méthode est d'un grand apport car peu d'autres sources pourraient fournir une vision aussi globale de la croissance de Damas, de la formation de son tissu urbain et de ses mécanismes durant cette période. Elle comporte certainement des risques et des limites, surtout lorsque, comme pour cet « essai », le recours à d'autres sources d'information est limité – par choix (les archives cadastrales ou les registres de propriétés sont jugées inadéquats pour saisir les transformations spatiales), ou par absence de documentation (archives municipales ou de l'administration des travaux publics inexistantes ou détruites). L'auteur ne dit rien de la presse. Par ailleurs, les travaux de Hanssen sur Beryouth montrent l'apport des sources ottomanes elles-mêmes, ce qui impose d'autres contraintes et exigences ainsi que, sans doute, un élargissement du point de vue vers d'autres questions.

6Le principal risque inhérent à la pratique de la morphologie est probablement de surinterpréter les formes et leur évolution en induisant une relation de détermination entre un agencement spatial et des pratiques sociales. Pour l'essentiel, ce travers est évité et l'auteur, très prudent, explicite ses hypothèses, argumente précisement ses conclusions et signale les points où il ne peut trancher. C'est là justement qu'une confrontation à une autre documentation serait parfois utile. Divers exemples montrent comment il établit des ponts fragiles entre des structures et des tendances spatiales et les mutations sociales. Arnaud repère, notamment dans les quartiers situés au nord de la rue Mukhtabiyya et au sud de l'actuelle avenue de Bagdad, une tendance à la régularisation des parcellaires qui traduit selon lui la hausse des valeurs foncières. Si de nombreux indices matériels plaident en ce sens, il reste que sur ce point, d'autres témoignages seraient souhaitables pour confirmer et préciser le lien de causalité entre l'ordre matériel et l'ordre économique. Arnaud repère une autre tendance très intéressante : la diminution de la taille des unités d'habitations (et des parcelles qui les supportent), notamment dans ce même secteur. Il émet ici l'hypothèse d'une tendance précoce à une décohabitation familiale, une forme de passage à la famille nucléaire. Il reviendra à d'autres travaux de le confirmer. L'établissement de liens entre les transformations spatiales et le changement des pratiques sociales ne va pas sans difficultés du même ordre. Arnaud suggère que l'élargisement des rues et la raréfaction des impasses modifient la perception visuelle des façades et transforment les modes de coexistence dans l'espace ouvert (p.159-160). Probablement, mais qu'en dire de plus en se limitant à ces sources ? Il postule aussi (p.287) que les percements plus nombreux des façades servaient à surveiller l'espace extérieur, que son élargissement et sa fluidification rendait moins contrôlable. Ce point mériterait aussi de s'appuyer sur des documents plus évocateurs.

7Plusieurs thèmes et questions restent hors du propos de l'ouvrage. Ainsi, nous l'avons dit mais on le regrette parfois, la mise en place des politiques urbaines ainsi que les acteurs politiques, économiques et techniques de ces changements restent dans l'ombre ou ne sont évoqués qu'indirectement, et par le biais d'autres travaux. Cela manque pour faire du livre une synthèse vraiment englobante sur le sujet alors qu'il renouvelle par ailleurs profondément la connaissance de la ville. On s'étonne aussi de la moindre attention portée à deux thèmes que l'on s’attendait davantage à voir traiter en raison de leurs liens plus directs avec les sources et les questions abordées ici. Au delà des grandes divisions socio-spatiales et fonctionnelles, peu d'éléments de l'organisation sociale apparaissent, alors que l'étude de la structuration sociale, appuyée notamment sur des annuaires professionnels, constituaient l'un des points d'intérêt de son étude sur Le Caire. La question de la différenciation de l'espace confessionnel demeure également peu étudiée, au delà d'une répartition d'ensemble. Pourtant, il semble que la question des conséquences du massacre de 1860 (même compte-tenu du fait que le livre se consacre uniquement aux extensions extra muros) ou celle de l'évolution socio-économique et démographique contrastée des chrétiens et musulmans dans le Bilâd al-Shâm auraient pu recevoir un éclairage original à travers la méthode et les sources employées.

8Enfin, un dernier regret en refermant ce livre agréable à lire, commode à consulter, nouveau et à bien des égards passionnant : que son auteur ne se soit pas davantage livré à l'exercice de la mise en perspective et en correspondance de Damas, Alep et Beyrouth alors que les travaux et les sources disponibles semblent le permettre et que l'auteur, qui les connaît fort bien, paraît de taille à s'y livrer.

Haut de page

Bibliographie

Lafi Nora, 2002, Une ville du Maghreb : Tripoli entre Ancien régime et réformes ottomanes. Genèse des institutions municipales à Tripoli de Barbarie (1795-1911)(1795-1911), Paris, L'Harmattan, 305 p.

Hansen Jens, 2005, Fin de siècle Beirut. The making of an ottoman provincial capital, Oxford University Press, 320 p.

Hansen Jens, Weber Stefan et Philipp Thomas, 2002, Empire in the City; Arab Provincial Capitals in the Late Ottoman Empire, Beirut, German Orient Institute, 374 p.

Weber Stefan, 2001, Zeugnisse Kulturellen Wandels. Stadt, Architektur und Gesellschaft des osmanischen Damaskus im 19. und frühen 20. Jahrhundert Damascus 1900, Freie Universität Berlin, Disponible en ligne : http://www.diss.fu-berlin.de/2006/441/indexe.html;

Fries Franck, 2000, Damas (1860-1946). La mise en place de la ville moderne. Des règlements au plan, thèse de doctorat Université de Paris 8, 293 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Arnaud Jean-Luc, Damas. Urbanisme et architecture 1860-1925, Paris, Sindbad-Actes Sud, 2006, 357 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3831

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page