Navigation – Plan du site
II. Lectures

Atlani-Duault Laetitia, Au bonheur des autres, Anthropologie de l’aide humanitaire, Nanterre, Société d’ethnologie, 2005, 200 p.- Les ONG à l’heure de la « bonne gouvernance », Autrepart, Revue de sciences sociales au Sud, n°35, 2005 (Numéro coordonné par Laetitia Atlani-Duault)

Elisabeth Longuenesse
p. 245-248

Texte intégral

1La « bonne gouvernance » est à l’ordre du jour. Après l’effondrement de l’Union soviétique et l’échec du « socialisme réel », le modèle démocratique occidental semble désormais la voie universelle de développement valable pour toutes les sociétés, du Nord comme du Sud, de l’Est comme de l’Ouest. La nouvelle mission des organisations internationales de développement, ONG ou institutions interétatiques, est donc d’aider les pays pauvres ou ceux qui se sont récemment libérés de régimes totalitaires, à se donner les moyens qui leur permettront en même temps de sortir de la pauvreté et de marcher vers la démocratie, grâce à la participation de la « société civile ». Mais d’où a surgi ce nouveau discours, qui fait de la « gouvernance » et de la « société civile » les clefs d’une nouvelle conception du progrès social et humain ? Comment s’est-il imposé au point de devenir une évidence difficilement contestable ?

2Dans Au bonheur des autres, Laetitia Atlani-Duault tente de répondre à ces questions, à partir de l’observation minutieuse, pas à pas, de l’élaboration puis de la mise en œuvre d’un programme de prévention du Sida dans un pays d’Asie Centrale ex-soviétique. Mais ce travail s’inscrit aussi, plus largement, dans le cadre d’une réflexion critique, développée depuis plusieurs décennies par un courant important de l’anthropologie, sur les discours et les pratiques du « développement », les modèles et les valeurs qu’ils ont véhiculés, leurs renouvellements récents. Le numéro de la revue Autrepart qu’elle a coordonné sous le titre « Les ONG à l’heure de la Bonne gouvernance » donne un aperçu de quelques uns de ces travaux d’anthropologues, appliqués à des cas très divers.

3 Revenons au livre. Les organisations internationales de développement arrivent en Asie centrale quelques années après l’effondrement de l’URSS. À l’occasion d’un programme de soutien à la lutte contre le Sida, elles vont travailler à la promotion de la bonne gouvernance, à travers le soutien à la création d’ONG, acteurs d’une société civile émergente. L’auteure a suivi ce processus, d’abord à partir du siège d’une organisation internationale basée à New York (l’“OID”), puis sur le terrain en Asie centrale. Ce faisant, il s’agit pour elle non pas de dénoncer tel ou tel choix, mais de déconstruire les discours et de mettre en lumière les logiques des acteurs, qu’ils soient experts en développement ou partenaires locaux  de ces experts. Elle propose ainsi ce qu’elle appelle une « double ethnologie en réseau », incluant deux enquêtes, l’une au sein d’une agence de développement, l’autre parmi les « supposés bénéficiaires » des projets d’aide de cette agence. En réseau, car il ne s’agit pas d’opposer, ou mettre de mettre en regard les uns et les autres, mais de serrer au plus près les interactions entre des individus dont les positions sont d’autant moins figées, que certains circulent de l’une à l’autre, occupant successivement des positions dans l’administration locale, dans une ONG, et dans un bureau de l’agence de développement, et que cette dernière compte parmi ses agents des individus d’origines et de nationalités très diverses.

4À New York, elle observe la manière dont se construit un « savoir-faire spécifique à la région », comment le paradigme du développement et de la modernisation a été mis en question et remplacé, dans le contexte des politiques d’ajustement structurel, par celui de la « (bonne) gouvernance » désormais considérée comme la clef d’un « développement durable », grâce à la « participation », la « transparence », la « responsabilité », l’« efficacité », l’« équité », « la primauté du droit » (p. 53). Le retrait de l’État s’accompagne de l’émergence de nouveaux acteurs issus de la société, qui donneront corps à la « société civile », comme représentants des intérêts des différents secteurs et composantes du monde social.

5Sollicitée pour aider à la prévention du Sida, l’agence de développement répond positivement, en considérant que l’impact de l’épidémie sur la société pose en effet un problème plus large, exigeant un travail de mobilisation de tous les secteurs de la société. Le rôle majeur des ONG dans la lutte contre le Sida, tant aux États-Unis que dans de nombreux pays d’Afrique ou d’ailleurs, en fait un terrain de choix pour mettre en pratique la nouvelle philosophie du développement en cours d’élaboration. En Asie centrale, les membres de l’agence de développement vont donc partir à la recherche des ONG susceptibles de remplir le rôle qu’ils leur attribuent, comme représentantes de la société civile qu’ils appellent de leurs vœux pour promouvoir la bonne gouvernance. Le problème est qu’en l’absence de tradition associative dans des pays où l’État prenait totalement en charge les questions sociales et assurait à tous la sécurité de l’emploi, l’accès à l’éducation et à la santé, celles-ci sont rares. La part de la santé dans le budget ayant dramatiquement chuté depuis l’effondrement de l’URSS, la première demande des partenaires officiels, représentants de l’administration, ceux-là même qui ont adressé une demande d’assistance à l’agence, est une aide financière pour pouvoir faire face aux besoins de la prévention face aux risque d’expansion de l’épidémie. Premier malentendu. Car leur conception de l’action de prévention est radicalement opposée à celle de l’agence : la criminalisation de la prostitution, de l’homosexualité, et à plus forte raison de la drogue, explique que le dispositif de lutte, précocement mis en place, soit fondé sur une démarche quasi policière, de dépistage obligatoire, d’enquête sur l’entourage et les relations des personnes contaminées, et de mise en quarantaine. Convaincre ces partenaires de l’intérêt d’une démarche moins répressive, impliquant la mobilisation des intéressés, est d’autant plus difficile que les taux d’infection sont relativement faibles, même si la paupérisation accélérée de la population et la dégradation du système de santé laissent prévoir une explosion rapide de l’épidémie.

6Pour prévenir une épidémie à venir et contribuer au renforcement de la « gouvernance », les agents de l’OID doivent convaincre leurs interlocuteurs de l’importance de l’action des ONG, identifier les groupes et organisations susceptibles de développer une action « non gouvernementale », afin de leur apporter une assistance. De ces trois étapes de leur action, convaincre, identifier, assister, la seconde est sans doute la plus stratégique et la plus délicate, celle qui est source des malentendus les plus remarquables. Moment où les interlocuteurs de la société cible de l’action des développeurs internationaux sont amenés à interpréter l’attente de ces derniers, et à mettre en œuvre une stratégie leur permettant de s’inscrire dans le nouveau paysage social et politique local, comme candidats à l’aide. Car ces nouvelles ONG doivent négocier leur projet dans un contexte socioculturel où les tabous et les pratiques anciennes n’ont pas disparu du jour au lendemain. Anciennes structures reconverties, ayant à leur tête d’ex-fonctionnaires soviétiques passés dans le privé, ONG guidées par la recherche du profit plutôt que par une démarche solidaire, rivalisent avec les associations d’aide, parfois obligées de camoufler une identité qui susciterait la méfiance d’une population encore engluée de conservatisme moral. Mais toutes sont soumises aux aléas d’une assistance étrangère qui leur impose d’adopter les codes en vigueur pour obtenir ce qu’ils attendent.

7C’est ainsi que se construit un double mouvement d’adaptation des acteurs étrangers au contexte local et d’apprentissage des nouveaux codes par les acteurs locaux. Les premiers, confrontés aux résistances et aux blocages des seconds, y voient l’héritage de la société soviétique, et un argument supplémentaire en faveur du bien fondé de « l’idéologie institutionnelle qu’ils ont créée » (p. 141). Ce qu’ils mesurent moins, nous suggère l’auteur, c’est que loin de la dichotomie qu’ils tracent entre pratiques répondant au modèle qu’ils préconisent, et résistances dues à ce qu’ils identifient comme survivances de l’ère soviétique, tous les comportements incorporent un héritage (Didier Fassin parle d’« incorporation de l’histoire ») lui-même fait d’un mélange de soumission à un ordre politique imposé et de « liberté créatrice et fragmentée », « faisant feu de toute innovation possible ». Les acteurs, convaincus ou non par le discours produit par les partenaires internationaux, inventent de nouvelles manières de faire, en fonction d’une évaluation des possibles ancrée dans leur expérience pratique.

« Bien loin de faire la preuve de l’universalité de l’idée de société civile et de sa libération après la chute de l’URSS (…) comme le soutient l’idéologie de l’OID, les attitudes des acteurs post-soviétiques ramènent à une prise de risque créatrice, non à l’universalité d’un principe politique »

8conclut l’auteur (p. 161).

9Et de s’interroger, en retour, non seulement sur l’aveuglement des acteurs de l’OID sur les « micro stratégies de résistance locale » (qui sont peut-être des stratégies de manipulation), mais sur la puissance de l’idéologie qui les guide. Cherchant les références sous-jacentes de cette idéologie, elle les trouve chez Tocqueville, dans son analyse de la démocratie en Amérique, et de l’étonnante capacité des Américains à s’associer. Deux influences majeures seraient à l’œuvre dans la construction de l’idéologie institutionnelle de l’OID sur la bonne gouvernance : d’une part la vision néo tocquevillienne de la société civile, d’autre part la vision de la société soviétique définie par les soviétologues américains du temps de la guerre froide. La disparition de l’URSS, marquant la victoire d’un point de vue, serait le signe de son universalité. La promotion de la société civile, loin de l’imposition d’un modèle occidental, serait ainsi un outil universel permettant justement l’expression de la spécificité culturelle d’une société. Les difficultés rencontrées ne sauraient donc être que le résultat des méfaits persistants de la bureaucratie soviétique. Quant aux risques induits par l’introduction de l’économie de marché, l’émergence des ONG locales doit précisément y répondre, marquant la victoire définitive du modèle libéral.

10Dans un style parfois proche de la politique fiction – ni le pays ni l’organisation où a été menée l’enquête ne sont nommés, et la restitution d’éléments de dialogues, réels ou reconstitués, rend la lecture particulièrement vivante – ce petit livre nous entraîne dans la voie d’une double réflexion politique et épistémologique : il ne s’agit pas en effet pour l’auteur de prendre parti. Et l’on réussit avec elle à se défaire progressivement d’une adhésion spontanée au discours des représentants de l’agence new-yorkaise, et à se placer dans la posture de neutralité qui permet de reconnaître, par hypothèse, une égale capacité des sociétés et des individus à l’inventivité et à la préservation d’une marge d’autonomie leur permettant de se jouer des normes imposées. Il ne s’agit plus de chercher un modèle, ni de savoir si telle société serait plus avancée que telle autre. Toute forme sociale, tout type de rapport de pouvoir, est un produit historique, inscrit dans un lieu et dans un temps, porteur et producteur de culture, de représentations, de pratiques, aucun n’étant intrinsèquement supérieur. Armée de ce postulat, l’anthropologue peut alors décrypter des stratégies, des comportements, des attitudes, chargés de sens, porteurs d’une rationalité. Partout les structures et les institutions sont contraignantes, même lorsqu’elles se drapent sous le voile de la liberté. Partout les hommes et les femmes sont potentiellement acteurs de leur existence. L’auteure investit ici merveilleusement la posture de distanciation que lui procure la double étrangeté de l’anthropologue de culture française, face d’un côté au monde pétri de culture anglo-saxonne et américaine de l’organisation new-yorkaise, de l’autre à la société post-communiste d’Asie centrale. Mais peut-être est-ce précisément parce que vu de France, d’un monde imprégné d’héritage jacobin, le modèle de la société civile ne paraît pas aussi « naturel » que vu d’Amérique du Nord, mais bien comme le produit d’une histoire singulière, que l’auteur est capable d’une telle double distanciation. Car si le concept de société civile est si prégnant dans la culture américaine, plus encore que l’effet de l’influence intellectuelle de Tocqueville, n’est-ce pas plutôt qu’il est précisément le produit de cette histoire si bien mise en lumière par l’auteur de « La démocratie en Amérique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Atlani-Duault Laetitia, Au bonheur des autres, Anthropologie de l’aide humanitaire, Nanterre, Société d’ethnologie, 2005, 200 p.- Les ONG à l’heure de la « bonne gouvernance », Autrepart, Revue de sciences sociales au Sud, n°35, 2005 (Numéro coordonné par Laetitia Atlani-Duault) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/3841

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page