Navigation – Plan du site
II. Lectures

Dorronsoro Gilles (dir.), La Turquie conteste. Mobilisations sociales et régime sécuritaire, Paris, CNRS Editions, 2005.

Karam Karam
p. 257-261

Texte intégral

1Dans la lignée d’une série d’études universitaires traitant de la problématique de l’action collective et contestataire dans les pays arabes et musulmans (Bennani-Chraïbi, Fillieule, 2003 ; Vairel, 2005 ; Geisser, Karam, Vairel, 2006 ; Karam, 2006), La Turquie conteste vient élargir la géographie de l’analyse de la contestation dans le pourtour méditerranéen, en en développant les connaissances empiriques comme le débat théorique et conceptuel.

2Gilles Dorronsoro le précise dans son introduction : « une approche centrée sur les mouvements sociaux peut se révéler fructueuse pour comprendre certains aspects de la société turque », en faisant recours à des « concepts essentiels, le répertoire d’action et le cadrage, [qui] ne sont que rarement mis en œuvre » (p. 18). En s’interrogeant sur la pertinence de l’application « des concepts élaborés pour des sociétés démocratiques » à « des sociétés différentes », il cherche à s’affranchir de la spécificité des aires culturelles et à décloisonner l’étude des pays musulmans, sans négliger pour autant la singularité du régime politique turc. Pour comprendre les interactions entre l’État et les mobilisations de la société civileen Turquie, il organise deux sortes de critique, qui forment le cadre analytique de l’ensemble des études de cas traitées dans l’ouvrage. Tout d’abord, il démonte le paradigme « société civile – mobilisation - démocratisation », en contestant sa validité, et en soulignant que les mouvements contestataires en Turquie, sur lesquels on dispose de « peu de données empiriques » (p. 15), sont composites et n’ont jamais réussi à constituer une « unité intellectuelle » (p. 15). Il indique qu’au lieu d’un face à face avec l’État, les associations, malgré l’incontestable montée du phénomène associatif durant les vingt dernières années, « restent majoritairement très locales et non politiques » (p. 16) et impuissantes face à l’État. En somme, « la mobilisation n’est pas la démocratie » et « l’histoire récente indique plutôt la capacité de celles-ci [des institutions de l’État] à utiliser la "société civile" », et en particulier le mouvement associatif « d’orientation démocratique » (p. 17).

3Ensuite, il part des principales critiques adressées au concept de structure des opportunités politiques (SOP), plus particulièrement la critique de son caractère objectiviste et de son incapacité à tenir compte des perceptions des acteurs engagés dans les mobilisations, pour analyser les dynamiques entre le système turc et le développement de l’action contestataire. Il propose, pour combler les failles de ce concept tout en le dépassant, « une conception relationnelle des opportunités politiques », qu’il partage avec Olivier Fillieule (p. 209). Cette conception, dans laquelle Gilles Dorronsoro propose de « faire jouer le système politique comme variable » (p. 21), reste en somme largement inscrite et déterminée par les structures du système politique turc. Ainsi, le « "régime sécuritaire", terminologie qui suppose une différence à la fois par rapport aux systèmes démocratiques et aux régimes autoritaires » (p. 21), n’est affecté que par les pressions extérieures et les grands groupes industriels. « Quitte à aller contre une intuition fréquente, l’ouverture démocratique en Turquie semble donc plus tenir aux dynamiques internationales et aux lobbies économiques qu’aux mobilisations contestataires » (p. 30).

4Mais Gilles Dorronsoro ne fait qu’esquisser la critique concernant le concept de SOP. C’est Ollivier Fillieule qui se charge du « requiem » de ce concept, non seulement à partir des études de cas présentées dans cet ouvrage collectif, mais surtout des réflexions développées précédemment par l’auteur dans ses multiples travaux (Fillieule, 1997 ; Fillieule, Bennani-Chraïbi, 2003 ; Fillieule, 2005)). L’importance du débat conceptuel effectué à partir de l’étude des mobilisations en Turquie va au-delà du test de « l’applicabilité de concepts et de mécanismes forgés dans le cadre des démocraties occidentales à la réalité des régimes non démocratiques » (Fillieule : 212), pour discuter de la portée et des limites de certains concepts. Olivier Fillieule propose « d’analyser l’action protestataire comme un processus itératif d’adaptation tactique » (214), en tenant compte de « la capacité des mouvements à créer eux-mêmes des opportunités » dans « un champ multi-organisationnel » (214). Ceci amène à « penser l’espace des mobilisations de manière dynamique en situant un mouvement dans un champ d’alliance et de conflit » (Curtis et Zurcher, 1973, cité par Fillieule : 214) dans lequel « les opportunités sont à la fois le produit de conditions objectives et de perceptions subjectives » (Fillieule : 214).

5Il aurait été encore plus intéressant que ce débat conceptuel ne s’arrête pas seulement à la question de l’applicabilité de certains concepts dans des contextes non démocratiques, et qu’il porte sur la capacité de cet exercice à révéler les caractéristiques des régimes autoritaires et la nature de leurs relations avec leurs sociétés. Autrement dit, les différentes études de cas présentées dans l’ouvrage auraient pu approfondir la discussion concernant l’apport de l’analyse des mobilisations en contextes non démocratiques dans le développement et l’évolution du débat théorique ou de querelles conceptuelles proprement dits.

6Dans ce sens, il est intéressant de noter que l'article traitant des mobilisations kurdes en Turquie comme dans certaines arènes européennes (Grojean : 167-182) fait recours à « l'étude des cadrages de justification et des répertoires d'action » pour analyser le conflit engendré par « la question kurde », sans pouvoir pour autant avoir recours à des concepts auxquels on aurait pu s’attendre tels que ceux de « mouvement social », « d’action collective », voire de « révolution », etc. Nulle part dans l’article les mots contestation, protestation, mobilisation ne sont interrogés conceptuellement et comparativement. Ceci traduit-il une difficulté qui relève de la singularité de « la question kurde » ? Ou bien de la difficulté à manier des notions qui sont à la fois partagées par le sens commun et modélisées par les sciences sociales ? De la même manière, plusieurs articles, plus précisément sur les mobilisations écologistes (Tourmakine : 69-88), kurdes (Grojean : 167-182) et syndicales (Öngün : 183-200), soulignent le développement des répertoires d'action, du cadrage, des opportunités et des stratégies contestataires transnationaux à travers « l’ouverture européenne de la Turquie (processus de boomerang patterns) » (Öngün : 199), qui auraient mérité une discussion conceptuelle et comparatiste avancée.

7Finalement et paradoxalement, force est de constater que c’est justement le débat, fondé sur des études empiriques, autour du concept du SOP et de sa capacité à tenir compte de tous les aspects de l’action collective, qui permet une analyse des mobilisations et des interactions entre l’État et la société civile.

8Il faut souligner que les études de cas traitées dans cet ouvrage présentent une dense cartographie de la contestation en Turquie actuelle. Et c’est là précisément que réside la valeur ajoutée de cet ouvrage. Même si la plupart des articles arrivent au même résultat et constat conceptuel avancé dans l’introduction et dans la conclusion de l’ouvrage, ils nous donnent à lire une réalité complexe et des dynamiques qui ne sont pas linéaires.

9La riche panoplie de l’action contestataire en Turquie se situe entre deux limites, celle du maintien de l’ordre et celle des risques liés aux mobilisations (Uysal : 31-49). Entre ces deux limites se jouent différents types de mobilisations, se renouvellent les répertoires d’action collective et se développent les cadres d’interprétation des protestations, non seulement chez leurs protagonistes, mais aussi au sein des médias et des journaux télévisés (Köker et DoÏanay : 51-68). Plusieurs identités militantes, écologistes (Tourmakine : 69-88), alévistes (Massicard : 89-107), micro-locales (Pérouse : 127-145), villageoises (Fliche : 147-165), intellectuelles (Monceau : 109-126), kurdes (Grojean : 167-182), syndicales (Öngün : 183-200), se forment, s’expriment et font recours à des formes de protestation pour défier l’État central, ses institutions et son administration. Elles déploient différentes stratégies, véhiculant des répertoires d’action variés et impliquant une multitude d’acteurs locaux, nationaux et internationaux.

10Parallèlement à la réflexion conceptuelle, les différents articles reflètent un effort empirique. La principale question empirique qui traverse l’ensemble de ces contributions, c’est l’évaluation, à partir du terrain, de l’impact des mobilisations et des contestations sur le système politique turc. Ainsi, pour montrer en quoi la mobilisation écologiste en Turquie ne pourrait pas être considérée comme l'expression de la « société civile », Alexandre Tourmarkine avance trois raisons. Tout d'abord, les acteurs écologistes ne sont pas vraiment de nouveaux acteurs, parce que « le passé militant de la Turquie continue à nourrir la protestation ». Ensuite, les mobilisations écologistes « sont généralement induites par des acteurs nationaux et transnationaux » (p.70), et les associations locales ne trouvent de ressources suffisantes que par les relais mis à leur disposition par ces derniers acteurs (77). Enfin, le répertoire d'action collective auquel font appel les acteurs turcs dans leurs mobilisations écologistes « s'oriente vers le recours au judiciaire, à l'expertise et aux protestations orientées vers les médias ». La seule nouveauté, selon l'auteur, « semble être l'irruption de l'expert scientifique » (70). En même temps, l'observation et l'analyse des mobilisations écologistes en Turquie ont permis à l'auteur « de cerner en action trois traits du régime sécuritaire ». Premièrement, le cadrage nationaliste qui détermine « l'ennemi intérieur », forgé par le régime et largement repris par les mouvements écologistes eux-mêmes. D'ailleurs, les médias turcs sont partie prenante non seulement dans la construction sociale des groupes mais aussi dans le travail de cadrage « de la méta-idéologie sécuritaire », qui traite « certaines manifestations et certains acteurs sous l'angle dominant de la menace contre la nation, de l'ennemi intérieur » (Köker et DoÏanay : 54). Deuxièmement, la non application par le gouvernement turc des décisions de justice montre les dysfonctionnements du système, de sa corruption et de son clientélisme, en soulignant la collusion entre le milieu politique, des hautes sphères décisionnelles, et le milieu des affaires. Troisièmement, l'analyse des mobilisations écologistes met l'accent sur la répression employée par le régime sécuritaire contre les militants, qui touche en priorité « les acteurs locaux et les plus démunis de soutiens transnationaux » (83) en délégitimant et en criminalisant leur protestation, même si elle est strictement menée dans un cadre légal, juridique et pacifique. Alexandre Tourmakine conclut son étude en montrant que « les gains structurels » (84) des mouvements écologistes ne sont pas significatifs au niveau du régime sécuritaire. Le fait que les écologistes locaux n'aient pas réussi à s'imposer « comme interlocuteurs du gouvernement et ne participent pas à l'élaboration des politiques publiques » (84-85) – un rôle que l'ONG transnationale Greenpace à réussi dans certaines cas à assumer face au gouvernement turc –, relativise « leurs gains procéduraux ». Ce qui permet à l'auteur de relativiser et de minimiser la victoire des protestations écologistes et de confirmer que leurs « gains substantiels sont limités » (86).

11Les mobilisations écologistes en Turquie, telles qu’elles sont exposées dans cette étude, présentent des caractéristiques semblables à celles développées non seulement dans des sociétés sud méditerranéennes, mais aussi dans celles du Nord, qui vont au-delà des similitudes apparentes et qui auraient mérité une réflexion comparatiste. Notons cependant que s’il est affirmé en introduction que « la mobilisation n’est pas la démocratie », il reste difficile à plusieurs auteurs de ne pas donnerer implicitement ou explicitement aux mobilisations de la société civile turque un rôle démocratisant, qu’elles échoueraient à remplir face à l’État et à son régime sécuritaire.

Haut de page

Bibliographie

Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.), 2003 , Résistance et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences-Po.

Fillieule Olivier, 1997, Stratégie de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences-Po.

Fillieule Olivier, 2005 , « Au-delà de l’analyse structurale : vers une compréhension plus dynamique du recrutement et du désengagement dans les mouvements », dans Fillieule O. (dir.), Devenirs militants. Approches sociologiques du désengagements, Paris, Belin.

Fillieule Olivier, Bennani-Chraïbi Mounia, 2003, « Exit, voice, loyalty et bien d’autres choses encore… », dans Bennai-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmane, Paris, Presses de Sciences-Po.

Geisser Vincent, Karam Karam, Vairel Frédéric, 2006, « Espaces du politique. Mobilisations et protestations dans le monde arabe », dans Picard Elizabeth (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin.

Karam Karam, 2006, Le mouvement civil au Liban. Revendications, protestations et mobilisations associatives dans l’après-guerre, Paris, Aix-en-Provence, Karthala, IREMAM.

Vairel Frédéric, 2005, Espace protestataire et autoritarisme. Nouveaux contextes de mise à l’épreuve de la notion de fluidité politique : l’analyse des conjonctures de basculement dans le cas du Maroc, thèse de doctorat, Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karam Karam, « Dorronsoro Gilles (dir.), La Turquie conteste. Mobilisations sociales et régime sécuritaire, Paris, CNRS Editions, 2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3881

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page