Navigation – Plan du site
II. Lectures

Jaber Hana et Métral France (dir.), Mondes en mouvements, Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du xxie siècle, Institut Français du Proche Orient IFPO, Beyrouth, 2005, 407 p.

Fabienne Le Houérou
p. 249-251

Texte intégral

1L’ouvrage se présente comme la publication des résultats d’un programme de recherche, le fruit d’un travail collectif et le texte qui en résulte s’en ressent fortement. Seize auteurs publient les contributions d’un colloque de 2003. L’éventail des migrations qui sont étudiées traduit une grande ambition théorique et empirique. Le livre examine des migrations aussi diverses que les mobilités sous la contrainte du politique, les travailleurs migrants volontaires (avec une insistance particulière sur le cas jordanien) pour enfin s’intéresser aux mobilités complexes et paradoxales du Golfe qui cumulent les circulations plurielles de marchandises, capitaux, travailleurs volontaires et migrants forcés.

2La mondialisation fait converger les phénomènes marchands et migratoires et les différents articles répondent largement à l’objectif annoncé de « rendre compte de la complexité des phénomènes migratoires » (12). Il s’agit là d’un constat largement développé par d’autres travaux qui n’étonnera donc pas le lecteur.

3L’intérêt de l’ouvrage est de donner une approche multisituée et de nombreux articles reposent sur des enquêtes de terrain originales. Les micro-observations sur les différents espaces explorés donnent à cet ouvrage sa vraie qualité scientifique.

4L’article d’Henry Laurens ouvre la problématique sur une forme de constat historique nous rappelant, à raison, que la mondialisation n’est pas une donnée nouvelle et que les gens circulaient à l’époque ottomane. Cette mise en perspective historique souligne que la mise en chronologie est un exercice qui s’impose pour toute étude des phénomènes migratoires et que sur cet enchaînement événementiel il y a une convergence de vues. Les guerres du Moyen-Orient sont des causes majeures de migrations, que celles-ci soient forcées ou volontaires. Cette corrélation entre conflit et exodes est un paradigme théorique qui n’a cependant pas été suffisamment exploré alors même que les articles renvoient continument aux crises régionales : Guerre Iran-Irak de 1982-1989 ; guerre civile libanaise 75-1991 ; guerre du Golfe 1990-1991 ; deuxième guerre du Golfe de 2003.

5Cette enfilade de conflits est évaluée dans son rôle de déterminant mais n’est pas explorée d’un point de vue historique explicite dans une analyse de relations internationales, malgré la tentative d’inventaire des différentes crises régionales enchâssées dans un schéma international plus large. Les articles de l’ouvrage s’ancrent dans une périodisation homogène, ce qui donne à l’ouvrage une cohérence chronologique qui aurait pu être davantage exploitée. 

6L’autre mérite de l’ouvrage est de montrer - dans des situations extrêmement diversifiées -que le rôle des États n’est pas en train de se dissoudre. Pour les migrants forcés, réfugiés politiques ou demandeurs d’asile traités dans les articles de Ruben Zaiotti, Mohammed Kamel Dorai, Géraldine Chatelard, les politiques d’immigration sont la traduction même de l’intérêt national d’un État. L’idée vaut également pour ces cadres supérieurs issus du Moyen-Orient dans les firmes internationales. E. Longuenesse démontre avec finesse que dans un « monde où les États cherchent à contrôler plus que jamais les frontières la mobilité est un atout » (189). La difficulté de passer d’un pays à l’autre est ici partagée par plusieurs catégories de migrants dans le monde « connexioniste » du capitalisme, seuls les « grands » sont réellement mobiles. Les « petits » sont contraints à l’immobilisme dans des camps. Géraldine Chatelard insiste sur les conséquences que peuvent avoir sur les communautés de migrants des obstacles comme l’ethnicisation et la confessionalisation des trajectoires (155).

7Différents papiers révèlent également l’imbrication des déterminants économiques et politiques dans la migration. Géraldine Chatelard est convaincante dans sa description de la déliquescence du système socioéconomique conjugué avec la violence politique dans l’Irak de Saddam Hussein.

8L’ensemble des articles sur le cas jordanien nous donne un aperçu assez complet des différentes mobilités à l’oeuvre dans ce pays et les articles d’Hana Jaber sur l’emploi domestique des Philippins illustre un phénomène peu étudié chez les spécialistes de la migration. Ce papier très original souligne un aspect assez méconnu de cette migration de femmes qui alternent dans des statuts formalité et informalité, légalité et illégalité (197) en donnant toute la mesure de la complexité des situations individuelles de cette catégorie. Ces mouvements des migrantes d’origine philippine auraient pu être l’objet de comparaisons avec d’autres migrations analogues comme c’est le cas pour d’autres capitales du monde arabe (Beyrouth, le Caire, Ryad, etc..) où une classe relativement aisée emploie des femmes de ménages en provenance de l’Asie du sud. Le phénomène tend à se généraliser et traduit des besoins de nouvelles classes dirigeantes qui auraient pu être sociologiquement et culturellement explorés. En effet l’emploi de femmes migrantes d’origine étrangère répond également à de nouveaux critères de visibilité sociale.

9L’article de Mauro Van Aken sur la hiérarchie des migrations des Égyptiens dans la vallée du Jourdain est également informative mais manque d’éléments de comparaison ; il donne une interprÉtation rituelle de la migration égyptienne et, en citant van Gennep, tente de démontrer que migrer peut, dans ce contexte, être également compris comme un rite de passage. Les hommes migrent pour se marier et accumuler un capital pendant le temps de travail à l’étranger. Cet aspect rituel de la migration est également observable dans d’autres contextes comme la migration comorienne à Marseille ; les migrants comoriens expliquent leur départ pour la France comme un sacrifice économique passager en vue de capitaliser de l’honneur social afin de financer leurs mariages aux Comores (Le Houérou, 2002).

10Dans le fond, ce qui est retenu pour les mondes moyen-orientaux est mutatis mutandis observable dans d’autres mondes. Il y a autant de motifs de migrations que de groupes et de catégories de migrants.

11Les derniers articles de l’ouvrage s’intéressent surtout au Golfe dans sa fonction de carrefour des mobilités avec une insistance particulière sur Dubai, ville monde, ville entrepôt, ville relais ou encore ville émirat pour Alain Battegay (271), qui brosse un portrait complet de la ville en mutation rapide mais qui confond un peu toutes les typologies de migrants. L’architecture sociale qui est décrite met côte à côte la main d’œuvre en provenance de l’Asie du Sud (migrants volontaires) avec les Somaliens qui ne peuvent certes pas être appréciés tels des « fourmis » de la mondialisation comme l’a théorisé un sociologue du mouvement. Le commerce à la valise n’est pas propre à Dubai et manifeste surtout les tendances du monde supermarché où l’acheteur comme le vendeur se retrouvent dans des espaces marchands circonstanciellement rentables.

12Jean François Rycx évoque le sponsorship qui structure la relation entre national et étranger en Arabie Saoudite, outil central de la gestion des flux. Ici, l’auteur fait un effort de catégorisation en insistant sur la distinction entre migrants forcés ou « infra nomades » avec les « hyper-nomades » ou méga-nomades qui sont accueillis en Arabie Saoudite et qui, à bien des égards, peuvent être considérés comme les enfants sur-adaptés de la mondialisation (249). Un effort qui aurait pu conduire à une réflexion théorique sur les  différentes définitions, tant dans ce jeu complexe de migrations, à variantes aléatoires, le tout fusionne dans un maelström qui met côte à côte des situations et des configurations migratoires trop opposées pour être réunies dans un même ouvrage.

13Toutefois ces miscellanées, quelques peu IFPO centrées, négligent l’immense chantier exploré par différents chercheurs autour des Forced Migrations and Refugee Studies mis en place au Caire depuis 2000 dont les nombreux travaux ont portés sur les réfugiés subsahariens en Égypte et au Soudan si bien que l’ambition moyen-orientale de l’ouvrage, si légitime soit-elle, ne débouche en réalité que sur des études parcellaires qui ne donnent pas réellement une vision dominante du champ en négligeant des travaux importants sur ces questions.

14Il n’en demeure pas moins que ce livre donnera aux lecteurs la mesure de l’immensité d’un chantier nouveau et fécond et qu’ainsi l’ouvrage a le mérite d’avoir les qualités et les défauts des objets en construction : innovant mais encore confus.

15Dirèche Slimani K., Le Houerou F. (dir.), 2002,  Les Comoriens à Marseille, Paris, Autrement, 184 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Le Houérou, « Jaber Hana et Métral France (dir.), Mondes en mouvements, Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du xxie siècle, Institut Français du Proche Orient IFPO, Beyrouth, 2005, 407 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3941

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page