Navigation – Plan du site
II. Lectures

Goeffrey KHAN (ed). Semitic Studies in Honour of Edward Ullendorff, coll. Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. XLVII, VI + 367 p. Brill: Leiden-Boston, 2005.

Pierre Larcher
p. 308-312

Texte intégral

1Ce volume rassemble vingt-six articles en l’honneur du grand sémitisant Edward Ullendorff, à l’occasion de son 85e anniversaire. Ils sont précédés d’une introduction (p. 1-3) de l’ « éditeur », qui retrace la brillante carrière d’Ullendorff, et d’une mise à jour (p. 4-6) de sa bibliographie qui, depuis 2000, passe de 596 à 639 items. Ils sont suivis d’index (p. 350-367), général (nominum et rerum), des mots grecs, des mots hébraïques et araméens, des manuscrits et des versets bibliques. Tous les articles sont en anglais, à l’exception de deux, l’un en italien et l’autre en allemand, ce qui est un peu triste si l’on songe qu’Ullendorff est l’archétype du grand érudit européen polyglotte. Ces articles relèvent pour moitié de la linguistique et pour moitié de la littérature et de l’histoire.

2Parmi les premiers, un certain nombre traitent de la morphologie dérivationnelle et, plus particulièrement, du système verbal des langues sémitiques, plus que jamais au centre de l’intérêt des sémitisants. C’est d’abord le cas de Gideon Goldenberg (« Semitic Triradicalism and the Biradical Question », p.7-25) qui, après bien d’autres, critique les regrettables confusions liées à l’emploi du terme de « racine » (root) en sémitologie. Pour sa part, il s’en tient à une conception de la racine, comme morphème dérivationnel, toujours et nécessairement triradicale (plutôt que triconsonantique, afin d’inclure les sonantes). Par suite, il rejette catégoriquement les parentés sémantiques depuis longtemps reconnues entre mots ayant deux radicales en commun et une variable comme indice d’un biradicalisme originel. Il observe qu’un tel phénomène se rencontre dans d’autres langues, non sémitiques, donnant en exemple une citation du Faust de Goethe, qui rapproche Greif (« griffon ») d’un grand nombre de mots commençant par gr (grau, grämlich, griesgram, greulich, Gräber, grimmig, sans oublier Greis et Grei), avant de conclure ironiquement (p. 22) : « What exactly a griffin’s etymology might be I do not pretend to know, but even such a creature, I presume, would not mean to reconstruct gr as the Urwurzel of those words »…

3C’est ensuite le cas d’Andrezj Zaborski, qui, dans « The Decay of qattala/qātala in Gɘ‘ɘz » (p. 37-50), montre une situation très différente dans cette langue de celle des formes II et III en arabe classique. Sur les 24 qātala recensés, la plupart sont isolés, c’est-à-dire ne forment pas une opposition avec qatala ou qattala. Par suite, il est difficile, pour ne pas dire impossible de leur attribuer une valeur sémantique particulière, telle que « conative » (Zielstamm). Sur les 164 qattala recensés, Zaborski ne trouve qu’un « intensif ». La plupart sont causatifs-factitifs, un certain nombre dénominatifs (avec valeur « faire »), quelques-uns dérivés régressivement de l’inaccompli géminé (trait archaïque présent en akkadien) de qatala. Quelques qattala et qātala sont des emprunts à l’arabe. Le déclin de ces deux formes en gɘ‘ɘz pourrait s’expliquer par le substrat couchitique.

4C’est encore le cas de Clive Holes dans « Form X of the Verb in the Arabic Dialects of Eastern Arabia » (p 115-125). Cet article s’ouvre par une énumération des cinq valeurs sémantiques principales de cette forme en arabe classique, qui montre le goût persistant des arabisants pour les listes plutôt que les systèmes. Si l’on se rappelle que dans X il y a deux affixes, t et s, respectivement marques de réflexivité et de factitivité, ces cinq valeurs sont prédictibles : elles dépendent de la construction du verbe (intransitif ou transitif) et de la nature de sa base (verbale ou nominale et, dans le premier cas, verbe d’action ou d’état). La valeur (a) « reflexive » est en fait un réfléchi direct d’un verbe IV ; la valeur (b) « benefactive » est en fait un réfléchi, direct ou indirect, d’un verbe IV, et dont le sujet, agentif ou non, est le bénéficiaire de l’action désignée par IV ; la valeur (c) « petal », terme emprunté à Ingham (mais Corriente avait déjà parlé de valeur petitiva, adaptation du ṭalab des grammairiens arabes), n’est jamais qu’une réinterprétation métalinguistique de (b) : comment se faire faire quelque chose par quelqu’un, sans lui demander de la faire ? La valeur (d) « ascriptive » est un réfléchi indirect d’un IV lié à un verbe d’état ; la valeur (e) « transformative » est un dénominatif intransitif de sens « se faire N[om] » : si les grammairiens arabes classaient comme tel (taḥawwul dans leur terminologie) istaḥjara « se pétrifier », ils auraient en revanche classé ista‘mala-hu « se faire de quelqu’un un gouverneur (‘āmil) » dans la catégorie ittiḫāḏ (benefactive/moyen) 1. Comparant ensuite arabe classique et arabe de Bahrein, Holes pose que l’innovation tient surtout à la différence des valeurs dominantes : (b)-(d) dans le premier selon Ibn Ya‘īš (m. 643/1245), mais (a) et (e) dans le second (ce dernier même de manière écrasante, puisque représentant 29 cas sur 60). Ce qui différencie l’arabe de Bahrein de celui du Nedj, où (c) et (d) sont les valeurs dominantes. La véritable innovation est en fait la disparition de IV : déjà opaque pour les grammairiens arabes du Moyen Age, la relation IV/X devient ainsi caduque. X est alors relié à la seule base disponible : soit un nom, lié lui-même à l’origine à un verbe d’état, disparu ou inusité, le verbe X étant alors senti comme dénominatif et de sens « transformatif » ou « ascriptif » selon qu’il est intransitif ou transitif ; soit un verbe de base d’action, le verbe X étant alors senti comme déverbatif et de sens « reflexive » ou « petal » selon qu’il est intransitif ou transitif 2. C’est également la disparition de IV qui fait de st un préfixe inanalysable, mais combinant les deux valeurs « se » et « faire », pouvant s’appliquer, outre I, à II et III : ista‘allam « to get oneself educated », istafāham (« to seek to reach an understanding (with someone) »).

5Et c’est enfin, quoique de manière indirecte, le cas de Joshua Blau dans “The dativus ethicus in Medieval Judaeo-Arabic” (p 109-114), où il étudie cinq cas rencontrés dans des textes en judéo-arabe de syntagme propositionnel en li + pronom affixe « that gives an emotional nuance to the whole statement, without being necessary for the understanding of the action » (p. 110). L’appellation de dativus ethicus fait référence au latin, où, dans la même situation, on trouverait un datif. Il n’est que le symétrique d’un SP en ‘alā, correspondant lui-même au dativus incommodi du latin. Une telle construction, qui marque qu’une action se fait à l’avantage ou au désavantage de quelqu’un, pourrait, me semble-t-il, être rapprochée des formes dérivées en t- de sens « moyen » (cf. ci-dessus), celles-ci le faisant de manière synthétique et celle-là de manière analytique.

6Entre ces quatre articles, que nous avons rapprochés, on trouve une étude de John Huehnergard sur la phonologie du gɘ‘ɘz («Reflexes of *qatl forms in « gɘ‘ɘz », p. 26-36) ; une de David L. Appleyard sur les « Definite markers in Modern Ethiopian Languages » (p. 51-61), une de Simon Hopkins au titre en forme de question « Is Neo-Aramaic a Semitic Language ? » (p. 62-83), allusion à un célèbre article de Ullendorff 3, et une de Geoffrey Khan sur « Some Parallels in Linguistic Development between Biblical Hebrew and Neo-Aramaic » (p. 84-108), strictement limitée au domaine de la morphophonologie.

7Les deux articles suivants sont particulièrement stimulants. Dans « A Christian Tradition of Hebrew Vocalisation in Medieval England » (p. 126-146), Judith Olszowy-Schlanger montre que l’Europe chrétienne n’a pas attendu l’époque de la Renaissance (qui est aussi celle de la Réforme) pour s’intéresser à la langue originelle de la Bible et à le faire sur la base de sources juives: elle présente un certain nombre de manuscrits anglais des XIIe et XIIIe siècle, copiés par des scribes chrétiens, et exhibant un système de vocalisation de l’hébreu, représentant tout à la fois une simplification et, d’une certaine manière, une rationalisation de celui de l’école de Tibériade. Dans « The script of Taiman » (p. 147-152), Giovanni Garbini rejette, pour des raisons chronologiques, l’identification de cette écriture, à laquelle fait allusion une inscription de Karkémish du viiie siècle av. JC, avec celle des inscriptions découvertes dans l’oasis de Taymâ’ au Hedjaz. Il s’agit, non d’un lieu, mais d’un peuple caravanier nord-arabique, les Taymanites, qui, ultérieurement, s’installera dans l’oasis du Hedjaz à laquelle il donnera son nom.

8Les trois articles suivants ont en commun de traiter de relations entre langues sémitiques et non sémitiques. Dans « Venezia e Livorno nella toponomastica araba » (p. 153-159), Fabrizio A. Pennacchietti revient sur les noms arabes, al-Bunduqiyyah et al-Qurnah, des deux cités maritimes italiennes. Il propose de comprendre al-Bunduqiyyah comme « la (cité) vénitienne », singulier tiré d’un hypothétique *Banādiq, représentant l’arabisation du latin Venetic(um,i) à l’origine du nom de Venise dans mainte autre langue (e.g. allemand Venedig et surtout turc Venedik), et coïncidant avec le pluriel de bunduq « noisette », lui-même tiré du grec [κάρυον] ποντικόν (latin [nux] pontica « noix du Pont »). Quant à Livourne (aujourd’hui Livorno), c’est la forme ancienne Livorna, qui, via l’espagnol Liorna, aurait donné l’arabe al-Qurnah (el-Gornah), à l’origine, à son tour, de la forme anglaise Leghorn. De son côté (« The Etymology of ἄνθρωπος. A Suggestion », p. 160-164), James Barr suggère de rapprocher le grec ἄνθρωπος de ἄνθρ-αξ (anthrax) sur le modèle de l’hébreu ’adam, faussement rapproché de la terre (’adama), mais à rapprocher en fait de la couleur brune (’adom), le terme pour homme signifiant dans les deux cas « de couleur brune » (en parlant précisément de la face pour le grec). Enfin dans « Eheu, fugaces » (début d’une ode d’Horace) p. 160-180, Raphael Loewe examine les quinze occurrences du grec ἀβάλε et variantes. Il y voit l’araméen abāl ou abel (« hélas »), sens que conserve le grec, mais auquel il en ajoute un nouveau, optatif et conditionnel irréel, peut-être par croisement avec l’araméen ha-lewai (« si seulement… ! »), cf. variante ἀβάλαι.

9Les deux articles suivants traitent du thème récurrent des éventuelles influences exercées par une civilisation sur une autre. Dans « More than Marginal Ugarit in its Eastern Mediterranean Setting » (p. 181-187), John F. Healey pointe ainsi certaines convergences entre civilisations du Proche-Orient ancien, notamment celle d’Ougarit, et civilisation grecque archaïque, notamment dans le domaine de la mythographie. A l’inverse, dans « A Questionable Theory of Egyptian Influence of Hebrew Literature » (p. 189-202), J.A. Emerton met en doute la thèse selon laquelle les sēper dibrê hayyāmîm (« the acts (or, deeds ; literally : words ) of the days »), c’est-à-dire les chroniques des rois d’Israël et de Juda, auxquelles font allusion les livres des Rois de la Bible auraient pour origine les « daybooks » bien connus en Egypte.

10Les quatre articles suivants concernent le texte biblique ou sa postérité. Dans « Isaiah, Micah and Qumran » (p. 203-211), Hugh G.M. Williamson compare des fragments d’Isaïe, provenant des grottes 1 et 4 de Qumrân, avec la version massorétique de ces textes et de leurs parallèles dans Michée. Sa conclusion invite à l’humilité en matière de critique textuelle, les versions chronologiquement les plus anciennes n’étant pas nécessairement les plus consistantes : il faut compter avec le laxisme et la liberté des scribes… Dans « Psalm 135(136):25 in a Jewish Greek Inscription from Nicaea » (p. 212-221), Alison Salvesen réexamine une inscription judéo-grecque de Nicée (aujourd’hui Iznik, dans l’actuelle Turquie), qui est une citation des Psaumes, mais ne correspondant pas aux traductions grecques que nous en connaissons (Septante, Aquila, Symmaque), ce qui conduit l’auteur à l’hypothèse soit d’une autre version, soit d’une traduction littérale et ponctuelle d’une formule de bénédiction courante. Dans « Dinah in a Syriac Poem on Joseph » (p. 222-235), Sebastian Brock évoque l’amplification que subit la figure, marginale dans la Bible, de Dinah, fille de Jacob et Léa, dans la quatrième des homélies versifiées sur son demi-frère Joseph, fils de Jacob et Rachel, faussement attribuées à Narsai (Ps Narsai IV). Enfin dans « Two Notes on the Ethiopic Text of Ezechiel » (p. 236-244), Michael A. Knibb, après avoir identifié deux manuscrits du livre d’Ezéchiel comme étant un seul et même, pointe le fait que si la traduction est basée sur la version grecque des Septante, sa révision révèle l’influence de la version syro-arabe.

11Dans l’article suivant (« Die Äthiopischen Handschriften der Sammlung Bongarsiana Codices », p. 245-254), Veronika Six présente les manuscrits éthiopiens de la collection du calviniste français Jacques Bongars (1554-1612), qui  fut au service d’Henri IV, et qui, depuis le xviie siècle (1628 ou 1632) appartient à la bibliothèque de Berne. Le sous-titre de cet article (« Ein Spiegel des Interesses Schweizer Orientalisten an Äthiopischen Handschriften und deren Sammeltätigkeit ») est trop modeste : ceux qui connaissent la Suisse et l’histoire de l’orientalisme savent la part qu’y a prise et que continue d’y prendre ce pays, tous domaines confondus.

12Dans « An Archaic Amharic Poem on condemning Wealth and Glory » (p. 255-275), Getatchew Haile propose l’édition (fondée sur deux manuscrits divergents) et la traduction d’un poème sur le kɘbr (le même mot amaharique devant selon l’auteur être rendu alternativement par l’un ou l’autre mot anglais). Aucune hypothèse n’est proposée ni sur la date ni sur l’auteur du poème.

13Les trois articles suivants traitent de l’histoire moderne de l’Ethiopie (Richard Pankhurst « Innovation and Misoneism during the Reign of Emperor Yohannes IV of Ehiopia (1872-1889), p. 276-298 : le terme misonéisme est peu employé en français où l’on préfère celui de résistance au changement) ; de l’histoire islamique médiévale (C. Edmund Bosworth « Towards a Biography of Niẓām al-Mulk : Three sources from Ibn al-‘Adīm », p. 299-308 : Niẓām al-Mulk, m. 485/1092, est le vizir seljoukide et Ibn al-‘Adīm, m. 660/1262, l’auteur bien connu de la Bughya ou Histoire d’Alep) ; de l’historiographie du judaïsme (Martin Goodman « Jean Juster and the Study of Jews under Roman Rule », p. 309-322 : l’auteur suggère que la thèse de l’avocat français Jean Juster, né en Roumanie en 1881 et mort au champ d’honneur en 1915, « Les Juifs dans l’Empire romain : leur condition juridique, économique et sociale » (1914) s’explique au premier chef par la biographie de son auteur. Dans cet article, les accents du français passent le plus souvent à la trappe).

14Les deux derniers articles concernent la littérature hébraïque médiévale et moderne, avec « Dante and the Modern Hebrew Literature » (p. 323-337) de Glenda Abramson et « Humor in the Novels of Peretz Smolenskin » (p. 338-349) de David Patterson (Peretz Smolenskin né en Russie en 1842 et mort en 1885 est un des promoteurs de la renaissance de l’hébreu et un des précurseurs du sionisme politique).

15Le genre Festschrift nous vient d’Allemagne. Que le mot soit passé en anglais même vient rappeler que ce sont les universitaires allemands contraints de s’expatrier qui l’ont répandu dans le monde anglo-saxon. En français on parle de « Mélanges », ce qui souligne l’heureuse hétérogénéité du genre. Heureuse en ce qu’elle permet au lecteur, généralement  spécialiste d’un petit domaine, d’élargir son horizon. Sous ce rapport, ce volume, par la richesse et la diversité de ses contributions, l’érudition, mais aussi la culture de ses auteurs, fait honneur au genre.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Ibn Mālik (m. 672/1274), dans Šarḥ al-Tashīl (t. III, p. 458, Le Caire, 1990) avec les exemples de ista’bâhu, istaˁbadahu, ista’mâ-hā « se faire de quelqu’un un père (’ab), un esclave (‘abd), une servante (’amah) ».
2 Pour un même verbe, Holes oppose emplois classique et dialectal, e.g. arabe classique istamarra-[hu] « to find something bitter » et istaḥmala-[hu -hā] « to ask someone to carry something » vs arabe de Bahrein istamarr « to go bitter » et istaḥmal «to take care of oneself ». En arabe classique, un même verbe peut avoir, selon sa construction, les deux emplois, e.g. istakbara-(hu) « trouver quelque chose kabīr » ou « se montrer kabīr » ; ista‘jala-(hu) « presser quelqu’un (pour soi) » ou « se presser (soi-même) ». 
3 Edward Ullendorff, “What is a Semitic language ?”, Orientalia, new series, 27, pp. 66-75, 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Larcher, « Goeffrey KHAN (ed). Semitic Studies in Honour of Edward Ullendorff, coll. Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. XLVII, VI + 367 p. Brill: Leiden-Boston, 2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 22 novembre 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/3961

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page