Navigation – Plan du site
II. Lectures

Latte-Abdallah Stéphanie, Femmes réfugiées palestiniennes. Paris, PUF/Le Monde, 2006, 236 p.

Abir Kréfa
p. 269-272

Texte intégral

1Les traitements médiatiques de la question palestinienne font des réfugié-e-s un enjeu des négociations de paix, les réduisant souvent à une abstraction. Le premier mérite de cet ouvrage, issu de la thèse de l’auteure, est de leur redonner une épaisseur sociale. Le second est de sortir les femmes des camps de l’invisibilité. Les choix méthodologiques sont explicités dans l’introduction : refus, en s’appuyant sur les analyses de J. Rancière, d’une distinction entre une histoire de groupes de femmes appartenant aux couches privilégiées et où s’opérerait le changement social, et des groupes dominés tenus pour réfractaires à celui-ci ; rejet de la division entre une histoire des hommes associée à celle de la sphère publique et politique, et une histoire des femmes qui se confondrait avec celle du quotidien et de la sphère domestique, la famille étant dans une société à lignage « un espace de circulation entre le domestique, le social et le politique » (p.6). Il s’agit d’interroger les images de fixité projetées sur les femmes et les familles des camps, les premières étant présentées dans la mémoire nationale palestinienne comme dans celles des exilé-e-s comme le pilier du maintien des traditions. Les principaux axes portent sur le nouveau partage des valeurs et la redistribution des rôles sexuels induits par l’exil au sein des familles, la ligne directrice étant de savoir si l’histoire de l’exil, le politique et les divers protagonistes ayant influé sur la famille ont abouti à une reproduction ou à la contestation du pouvoir patriarcal. L’étude est centrée sur deux camps de Jordanie choisis dans une finalité comparatiste, en raison de la différence des itinéraires de leurs habitant-e-s et de leur degré d’insertion dans la société jordanienne : celui de Jabal Hussein, situé à Amman et formé en 1952, a accueilli des urbains comme des ruraux. Ses habitant-e-s sont titulaires de la nationalité jordanienne et ont un niveau de vie moyen supérieur à celui des réfugié-e-s du second camp. Celui-ci, le camp de Gaza construit à Jérash, est beaucoup plus précaire. Ses habitant-e-s, réfugié-e-s en 1948 dans la bande de Gaza puis en Jordanie en 1967, sont originaires du Néguev et ne jouissent pas de la nationalité jordanienne. La recherche varie les échelles d’analyse. La famille est appréhendée tout à la fois comme une structure sociale sur laquelle ont agi l’État d’accueil et les organismes humanitaires, comme une entité transgénérationnelle dont l’histoire se déroule en un demi-siècle, et comme le lieu d’itinéraires féminins individuels. La variation des échelles d’analyse conduit à puiser dans des sources diverses. Le matériau empirique est constitué par des documents de l’État jordanien, de l’UNRWA et des ONG, ainsi que par un important corpus d’entretiens effectués auprès des employé-e-s de ces derniers, de femmes militantes et de femmes des camps.

2Dans le prologue, l’auteure montre comment, après s’être appuyé sur les structures traditionnelles de la société palestinienne, les hamula-s, pour distribuer l’aide humanitaire, et conforté par conséquent le pouvoir patriarcal, l’UNRWA tend à favoriser depuis 1966-1967 l’émergence de la famille nucléaire, au détriment de la famille élargie, et ce dans un souci de gestion plus efficace de l’assistance. L’adoption d’une définition conjugale de la famille ne s’est cependant pas accompagnée de la remise en cause du pouvoir patriarcal. Les organismes humanitaires ont au contraire institutionnalisé les hommes comme chefs de famille, les femmes ne pouvant être considérées comme responsables de la famille que par défaut, en l’absence d’hommes. A cela s’ajoute une transmission en ligne exclusivement paternelle du statut des réfugié-e-s. Toutefois, les conditions d’attribution de l’assistance permettent aussi aux femmes une indépendance à l’égard de leur famille et de celle de leur époux en cas de rupture du lien matrimonial.

3La première partie confronte les discours sur la fixité de l’institution familiale avec les changements réels qui ont traversé celle-ci : fragmentation et féminisation induites par les ruptures matrimoniales traduisent un affaiblissement d’une perte du contrôle du champ familial par les hommes. La négation des changements sociaux ayant affecté la famille depuis l’exode, explique l’auteure, a pour fonction de conjurer la rupture historique de 1948 et de faire contrepoids à l’Histoire. Parce qu’elle a été la seule institution pérenne de la société palestinienne jusqu’au renouveau du mouvement national dans les années 1960, la famille a fait l’objet d’un surinvestissement identitaire. Les femmes sont présentées comme les piliers d’une famille sans histoire. Ainsi en est-il de la construction dans les mémoires familiales de la préservation de l’honneur sexuel des femmes comme motif des départs, souvent invoqué par les femmes des camps, notamment celles de la première génération. Ce discours amoindrit la culpabilité des hommes dans la perte de la terre et constitue une légitimation historique devant les générations nées en exil. S’ils n’ont pas su garder la terre, qui dans la société villageoise et bédouine palestinienne constituait un élément de l’identité sociale, les hommes ne sont pas menacés de perte de leur honneur social parce qu’ils ont su protéger l’honneur sexuel des femmes. Cette reconstruction explique aussi la crispation dans les camps sur la valeur de l’honneur, et une surreprésentation des crimes d’honneur dans la société des camps, relativement à ceux se produisant dans (le reste de) la société jordanienne. Alors que c’est dans les familles situées en haut de la hiérarchie sociale que la question de l’honneur et de la virginité étaient tenus pour des valeurs centrales dans la Palestine d’avant 1948, les contraintes étant moindres sur les femmes des classes populaires, l’exil et les conditions de vie en Jordanie ont redistribué les valeurs. À partir des années 1960, le souci de se concilier la population des camps conduit le mouvement national à ne pas remettre en question le pouvoir familial. Mais le mouvement développe un discours accordant la priorité à la lutte nationale - la terre avant l’honneur - ce qui allège les contraintes sur les itinéraires et comportements féminins. Fortes de leurs capitaux culturels et symboliques accumulés dans le militantisme, un certain nombre de femmes ont pu imposer à leurs familles des pratiques matrimoniales novatrices. Avec la fin de la mobilisation massive pour la Palestine à partir des années 1970 et l’accentuation de la stigmatisation sociale dont les camps font l’objet après Septembre Noir, la crispation sur des valeurs identitaires familiales conduit à contraindre davantage les comportements féminins. L’auteure montre ensuite comment les militantes de l’Union des Femmes Jordaniennes ont depuis les années 1990 développé des campagnes pour l’abrogation des dispositions juridiques autorisant une faible sanction des crimes d’honneur et mènent un travail de proximité auprès des femmes et des familles des camps où elles s’instituent en protectrices des femmes en cas de violence conjugale ou du couple face à la famille élargie.

4En dépit des discours de continuité sur la famille pré et post-exil, celle-ci a connu des mutations : substitution progressive de la famille nucléaire à la famille élargie, moins accentuée à Jérash qu’à Jabal Hussein, fragmentation et féminisation, un quart des familles étant dirigées par des femmes, les ruptures matrimoniales autrefois provoquées par le décès du conjoint étant de plus en plus dues aux divorces et séparations ; taux de célibat féminin plus élevé que dans la société jordanienne, même si ses significations elles-mêmes ont changé : d’un célibat choisi dans la génération ayant connu les années de militantisme nationaliste dans les camps et l’ouverture du champ des possibles pour les femmes ayant accédé à la scolarisation dans le contexte économique favorable des années 1970, il devient davantage subi à partir des années 1990. Ce chapitre s’achève par l’élaboration d’une typologie de familles où les itinéraires féminins et les rôles des femmes et des hommes sont réinscrits dans les valeurs, statuts et trajectoires familiales plus larges.

5Le second chapitre débute par la description des quatre générations historiques de femmes installées dans les camps et des mutations des pratiques et trajectoires matrimoniales : les plus de soixante ans, jeunes femmes au moment de l’exil, mariées avant quinze ans dans le cadre d’arrangements familiaux, en majorité analphabètes et pour qui l’exil a signifié, surtout pour les bédouines, une perte de leur rôle économique et une relégation dans la sphère privée, même si elles gardent un rôle symbolique de transmission de la mémoire de la Palestine ; « Les filles de la catastrophe », nées juste avant 1948, ont grandi pendant les années d’installation dans les camps. Les pratiques matrimoniales de la génération antérieure ont été reproduites pour elles. Participant à la survie économique de leur famille d’origine puis celle post-mariage, dans des emplois précaires, elles en retirent peu de pouvoir. La fréquence des veuvages précoces fait de beaucoup d’entre elles des chefs de famille ; La génération des 30-44 ans a bénéficié des opportunités économiques dans le Golfe, des systèmes éducatifs jordaniens et de l’UNRWA et grandit dans le contexte de renaissance du mouvement national. Mieux éduquée que la génération précédente - l’éducation ayant été investie d’un rôle politique de reconquête de la terre - elle accède à des emplois plus qualifiés et dont la durée est plus réduite, les hommes étant chargés de subvenir aux besoins du ménage. Cette génération se fixe des objectifs personnels comme la réussite scolaire et professionnelle qui doivent faire l’objet de négociations au sein des couples et des familles. Si on y observe une individuation du choix du conjoint, cela ne va pas sans affronter la famille patriarcale. D’où des résistances des femmes au mariage et une hausse des conflits conjugaux qui conduisent à une rupture du lien matrimonial. La génération des 15-29 ans est confrontée au rétrécissement des possibilités professionnelles et à la fragmentation politique des réfugié-e-s du fait des accords d’Oslo. La précarisation économique fragilise les hommes dans leur rôle de chef de famille. L’auteure montre comment on y observe à la fois la perte du contrôle par les familles sur les choix matrimoniaux et une crispation sur les valeurs de l’honneur.

6Au travers d’un exemple longuement développé, la gestion par les femmes de la famille Suleiman des démêlés conjugaux de leur sœur, l’auteure montre comment, dans le contexte de fragilisation des rôles masculins, les femmes des camps utilisent le langage et les valeurs traditionnels pour mieux contester le pouvoir masculin. La défaillance des hommes dans leur rôle de protection des itinéraires féminins et de défense de la famille permettrait aux femmes de se réapproprier les valeurs masculines comme une ressource qu’elles utiliseraient à leur profit. L’auteure parle en ce sens d’un « féminisme populaire’’. Il est peut-être regrettable que les difficultés d’interprétation n’aient pas été ici soulevées. L’acquiescement par les femmes de la famille Suleiman aux valeurs familiales traditionnelles est-il une stratégie consciente destinée à voiler sa contestation et donc à permettre celle-ci, ou bien faut-il y voir l’effet d’une intériorisation du caractère légitime de ces valeurs ? La réponse à une telle question conditionne en effet à plus long terme les possibilités de rupture dans l’ordre symbolique. Il est également regrettable que l’auteure n’ait pas intégré l’abondante production scientifique qui, depuis une dizaine d’années aux États-Unis et plus récemment en France, s’attache à penser le genre en articulation avec les autres dominations, nationales et de classe, en particulier, bien que les problématiques abordées s’y prêtaient tout particulièrement. Cet ouvrage a toutefois le mérite de déconstruire les représentations communes sur les rapports de genre dans les classes dominées palestiniennes, en replaçant la centralité de la question de l’honneur dans le contexte de l’exil, le tout en mobilisant et croisant des matériaux empiriques riches et variés.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abir Kréfa, « Latte-Abdallah Stéphanie, Femmes réfugiées palestiniennes. Paris, PUF/Le Monde, 2006, 236 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3971

Haut de page

Auteur

Abir Kréfa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page