Navigation – Plan du site
II. Lectures

Latte-Abdallah Stéphanie, Images aux frontières, Représentations et constructions sociales et politiques, Palestine, Jordanie 1948-2000, Publications de l’IFPO, 2005, 369 p.

Véronique BONTEMPS
p. 266-269

Texte intégral

1Le traitement médiatique du 11 septembre 2001, et les images, diffusées en boucle sur les chaînes de télévision, des avions s’écrasant sur les Twin Towers ont tragiquement confirmé l’immense pouvoir des images sur notre appréhension de la réalité sociale. L’ouvrage Images aux frontières s’inscrit dans cette interrogation. Il regroupe des articles de sociologues, anthropologues, historiens et politologues autour de la notion « d’image » dans la construction des identités collectives en Palestine et en Jordanie, de 1948 au début de la deuxième Intifada (septembre 2000).

2L’image, c’est avant tout l’image photographique : chaque auteur a choisi une photographie, assortie d’un commentaire et placée en regard de son texte. Ce parti pris de présentation met la photographie à l’honneur, et instaure de prime abord l’idée d’un partage entre la photo, du côté du sensible, et les articles du côté du discours (l’avant-propos parle d’un « cahier photo qui scande les textes des articles d’une trouée sensible », p. 8). Cependant , au-delà d’une partition franche entre image (sensible) et articles (discours), le propos général s’intéresse bien plus  à l’acte même de re-présenter. En Palestine et en Jordanie, espaces nationaux aux frontières controversées, les acteurs sont confrontés de manière aiguë à l’imposition de représentations exogènes, que ce soit par des média, des bailleurs de fond internationaux, ou encore une industrie touristique globalisée. Les auteurs ont choisi d’étudier ces représentations, qui regroupent images et discours, à partir de « lieux-frontières » et « lieux-carrefours » où elles sont immédiatement en conflit. À travers cette étude, c’est la question de l’identité nationale et de ses multiples négociations qui constitue le cœur de l’ouvrage, depuis la question réfugiée (Partie I), le rapport au territoire (Partie II), la renégociation constante des rapports sociaux (Partie III), jusqu’à la réinscription d’une cohésion nationale incertaine dans la famille et les corps (Partie IV).

3La notion de représentation (un type de discours ou d’image performative, produit par une idéologie particulière) reste ici volontairement d’acception très large. Face à l’éventail d’objets qu’elle permet de rassembler (« les films, les photographies, les discours et les symboles de l’humanitaire, le paysage, la carte et le plan, le développement, la muséographie, l’usage de l’espace et des objets dans les maisons, la rencontre touristique, la fonction familiale et maternelle » p. 14), le lecteur pourra avoir un sentiment d’éparpillement. Cependant l’unité du recueil repose sans doute plus sur une démarche, celle d’aborder le politique par ses marges, pour faire apparaître la dimension politique dans des objets qui ne la révèlent pas dès l’abord.  La plupart des auteurs font apparaître, derrière des objets de statut divers définis par la même catégorie d’« images », des types d’idéologies à l’œuvre, et les modalités de leur construction1.

4La première partie sur les réfugiés, « Construire une invisibilité et une visibilité historique », montre la connivence entre une représentation produite par des instances officielles, et celles portées communément par les média. Les films produits par l’UNRWA (J-P Colleyn) véhiculent une représentation stéréotypée du « réfugié palestinien » comme une catégorie homogène et dépourvue d’histoire. Cette représentation a été l’objet d’une instrumentalisation en fonction des différentes pressions auxquelles l’Office a été soumis tout au long de son mandat, notamment de la part de bailleurs de fonds américains et donateurs potentiels (J. al-Husseini). L’image que pouvait s’en faire le public américain, cible privilégiée du discours de l’UNRWA, est éclairée par une recension d’articles du National Geographic Magazine. A. Moors y fournit une analyse particulièrement intéressante, dans le cadre de la problématique générale, de la mise en regard des images (photos) et des sous-titres,  pour orienter le regard du lecteur et produire un sens nouveau. S. Latte-Abdallah analyse brillamment, à travers les films et photographies du CICR, comment la construction d’un « humanitaire dépolitisé » s’appuie sur une vision nourrie de préjugés sur la culture du « peuple arabe », et comment les réfugiés eux-mêmes perçoivent ces représentations.

5La deuxième partie « Marquer le paysage » s’articule autour de l’interaction profonde entre représentation de l’espace et politique de contrôle. S. Bulle montre comment les cartes produites par l’administration israélienne sur les Territoires occupés ou sur Jérusalem sont, par l’occultation de certaines régions et la modification de la toponymie, des instruments idéologiques plus que de connaissance. La notion même de paysage (landscape) devient un appareil idéologique, à la fois grille de lecture de la réalité et objet d’intervention. C’est un paysage chrétien réinventé et imposé au territoire qui invite à l’assimilation de la Jordanie à la Terre Sainte, phénomène que K. Katz analyse à travers la différence entre les deux pèlerinages papaux (de 1964 et de 2000) en « Terre sainte », dans des contextes (géo) politiques totalement différents. La construction comme landscape peut aussi servir un objectif économique : dans le cas de la vallée du Jourdain, le mythe d’une Terre Sainte, vide, à rendre productive, y sert pour le gouvernement et des agences internationales de développement à légitimer un processus de planification visant la « modernisation » et le « développement », tout en évacuant de ce paysage les acteurs réels du travail de production (M. Van Aken).

6La troisième partie « Représenter les liens » s’interroge sur les perceptions et manipulations du couple tradition / modernité. A. Signoles, à propos du discours des nouveaux cadres des municipalités locales dans la Palestine post-Oslo, montre que l’image stéréotypée de la « modernité » perçue comme rupture avec un avant « traditionnel » est bien souvent une rhétorique masquant des enjeux internes. Cette rhétorique traduit aussi la nécessité de coller à la demande d’organismes financiers internationaux, qui présentent le modèle occidental de la « modernité » comme l’objectif à atteindre. Mais la question centrale du chapitre est surtout celle des identités en reformulation pour les différentes communautés composant la société jordanienne d’aujourd’hui : Bédouins confrontés  au développement de l’industrie touristique dans le Wadi Ramm au sud du pays (G. Chatelard), Palestiniens en quête d’une image de leur passé (I. Maffi), Minorité chrétienne à Kérak (C. Jungen).

7G. Chatelard montre habilement comment les projections de l’imaginaire touristique (le désert vide de toute civilisation, les traditions bédouines, etc.) sont réutilisées par les Bédouins afin de produire une image qui corresponde aux attentes des touristes. Ce faisant, elle montre la « culture bédouine » non comme un monde fermé, mais comme un champ en transformation. Pour les Palestiniens vivant en Jordanie, coupés de leur terre d’origine, c’est la construction d’une image du passé et de leur culture, de la Palestine, qui permet la création d’une identité vivante. Chez les collectionneurs jordaniens d’origine palestinienne s’érigeant en gardiens d’un peuple, la collection d’objet est comme l’exemple poussé à l’extrême de ce processus de « fabrique de l’identité » (I. Maffi). C. Jungen s’intéresse aux représentations du couple tradition / modernité dans la société kérakie, notamment à travers la mise en scène de l’espace domestique.

8La dernière partie « Inscrire l’appartenance : l’ordre des corps » aborde frontalement la question de la naturalisation des liens sociaux, à travers les rapports entre corps (familial, social, biologique, politique) et représentation. Il s’agit de comprendre comment, à travers des représentations de la famille et de la femme, s’expriment des idéologies politiques, et se légitiment des processus de construction nationale. F. de Bel-Air montre que la représentation de la famille comme patriarcale en Jordanie est liée à la disparition de la rente pétrolière. Cette inscription du lien social dans le corps naturel et familial est, de plus, liée à la crainte d’une dépossession territoriale dans le contexte du conflit israélo-arabe.

9Les représentations sont en conflit ; elles construisent et induisent des liens et dynamiques sociales. Mais elles sont aussi des contraintes. V. Pouzol aborde les représentations de la femme comme mère dans les contextes nationalistes palestiniens et israéliens ; l’aspect le plus frappant de son analyse est la contrainte imposée par les représentations sur ces femmes, les images de mères étant « autant d’instruments chargés de fabriquer du respect et de la soumission, les femmes des deux sociétés étant censées les intérioriser » (p. 360).

10On regrettera, sans doute, un certain manque d’unité de l’ouvrage, dû au caractère très englobant et polysémique des termes de représentation et d’image, comme du reste de celui de frontière. On retiendra cependant, au-delà de ce sentiment de dispersion, la définition donnée in fine par V. Pouzol de la représentation comme «instrument qui produit de la contrainte » (p. 346). L’un des aspects majeurs mis en évidence par l’ensemble des contributions est en effet une exigence, pour les pays, régimes, populations étudiés de composer avec des représentations qu’on leur impose de l’extérieur, selon des jeux d’échelles qui révèlent des processus de dépendance économique ou de domination politique. En mettant ainsi l’accent sur le pouvoir social de contrainte des images, comme projections symboliques d’un imaginaire collectif, on pointe du doigt ce qui constitue sans doute une unité plus profonde de la notion de représentation, et, partant de l’ouvrage lui-même : l’effet que celle-ci produit dans la réalité sociale, induisant des politiques de négociations de la part des acteurs locaux pour se les réapproprier, et/ou les contester.

Haut de page

Notes

1 Leur démarche s’apparenterait ainsi à celle d’Edward Saïd dans L’Orientalisme, telle que Todorov la définit dans sa préface à l’édition française de cet ouvrage. Pour lui, chez Saïd « l’étude de la production du discours par le dispositif idéologique permet d’établir la parenté entre textes que sépare par ailleurs leur forme » (Saïd, 2005, L’Orientalisme, Paris, Seuil préface, p. 7).  Il y définit par ailleurs l’idéologie comme « (…) un ensemble de positions, d’attitudes et d’idées partagées par la collectivité à un moment de son histoire ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique BONTEMPS, « Latte-Abdallah Stéphanie, Images aux frontières, Représentations et constructions sociales et politiques, Palestine, Jordanie 1948-2000, Publications de l’IFPO, 2005, 369 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 07 janvier 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/3991

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page