Navigation – Plan du site
II. Lectures

Lothaire Fanny, La Chine et ses minorités : Les Ouïghours entre incorporation et répression, Paris, L’Harmattan, 2006, 196 p.

Hugues Bissot
p. 288-292

Texte intégral

1Les Ouïghours, orthographe choisie par l’auteure parmi les nombreuses variantes pour désigner cette population musulmane turcophone de l’extrême occident chinois, constituent une des minorités les plus importantes parmi les cinquante cinq nationalités officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Ils le sont tant numériquement, vu qu’ils totalisent près de neuf millions d’habitants - ce qui représente plus de 47,5 % de la population à l’échelle de la province dite Région Autonome Ouïghoure du Xinjiang (RAOX), y dépassant ainsi les Chinois Han - que politiquement. En effet, ils sont apparentés aux ethnies centrasiatiques avec lesquelles ils partagent une culture, une religion, l’Islam sunnite de rite hanéfite et fortement teinté de soufisme, un passé… (ce que l’auteure résume par une déclaration qui a déjà coûté la vie à certains : « Historiquement, les Ouïghours ne sont pas Chinois, mais Turcs d’Asie centrale. » p.15). Et, à cet égard, leurs velléités indépendantistes à base nationaliste ou religieuse ou, à tout le moins, les revendications d’une autonomie véritable qui ne soit pas que de façade, ont acquis une acuité particulière depuis l’effondrement de l’Union soviétique et l’accession à l’indépendance des ethno-républiques turcophones d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan et Turkménistan) et, plus encore, depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New-York. Ces derniers événements ont d’ailleurs fait le jeu du gouvernement chinois, ce qui ne manque pas d’être souligné dans cet ouvrage.

2Vis-à-vis de cette minorité spécifique, il nous est donc proposé d’analyser la politique de Pékin telle qu’elle est actuellement prise entre deux impératifs, incorporer et réprimer. Privilégiant une approche chronologique, cette analyse se développe en trois temps qui sont aussi les trois parties du plan. Dans la première partie, l’accent est surtout mis sur les conditions d’incorporation du Xinjiang au reste du territoire chinois ainsi que sur la complexité des relations entre Ouïghours et Chinois Han. Ensuite, ce sont la reconfiguration géopolitique de la région suivant l’éclatement de l’URSS et le besoin des réajustements du gouvernement chinois, tant au niveau interne qu’à celui de sa politique étrangère, qui font l’objet de l’analyse. Enfin, une troisième et dernière partie nous présente les modalités de la répression de cette minorité par Pékin et son renforcement depuis les attentats perpétrés sur les tours jumelles du World Trade Centre.

3L’examen des conditions d’incorporation de ce territoire de près de 1,6 millions de km2, l’ancien Turkestan oriental ou chinois (pour le distinguer du russe) débute après l’avènement du communisme en Chine. S’inspirant des traditions pionnières visant à sécuriser les confins de l’Empire, le nouveau gouvernement chinois mit en place une organisation civilo-militaire en s’appuyant sur le cadre de l’Armée Populaire de Libération et cela dès le début des années 1950. C’est le Corps de Production et de Construction du Xinjiang (CPCX), dont les objectifs sont de relever le niveau culturel des Ouïghours et d’encourager le développement économique sur la voie du socialisme. Outre la volonté de s’assurer une forte présence de population chinoise Han susceptible de contrer efficacement l’influence soviétique dans la région – jugée également en partie responsable des éphémères créations étatiques en 1933-34 et en 1944-49 généralement connues sous le nom de républiques du Turkestan Oriental, cette politique de colonisation obéit à une logique de l’incorporation par assimilation qui a pour idéologie la croyance en la supériorité Han sur l’ensemble des autres nationalités. Attirés par de nombreux avantages, les populations de l’Est qui sont censées « faire devenir chinois » (hanhua), arrivent par vagues successives d’immigration massive et sont intégrées dans le CPCX.

4Contre cette attente et alors que, au début du xxe siècle, il n’existe pas de conscience nationale parmi des gens qui s’identifient essentiellement en fonction de leur oasis d’origine, ces mesures au caractère discriminant contribuent à marginaliser les populations musulmanes du Xinjiang, mais en même temps, à faire émerger une véritable identité ouïghoure dont un des vecteurs principaux est, sans conteste, l’Islam. À la faveur de la perte de repères créée par la chute du régime soviétique en 1991 et de la crainte que les Ouïghours du Xinjiang ne s’inspirent d’un tel précédent, comme un cercle vicieux, le nationalisme ouïghour s’est renforcé dans la mesure où se sont accentuées, de la part du gouvernement chinois, les répressions politiques et religieuses justifiées tant par la lutte contre le séparatisme et le terrorisme islamiste que la défense du dogme marxiste.

5Car cette région autonome ouïghoure du Xinjiang est essentielle à plus d’un titre pour Pékin. Elle constitue bien sûr la façade de la Chine sur l’Asie centrale dont, en termes de débouchés, les économies sont complémentaires, elle héberge un site d’essais nucléaires (Lop-Nor), mais aussi elle regorge des ressources en énergies et en matières premières indispensables à l’avenir du pays le plus peuplé au monde. Le credo du développement sous-tendu par l’idée de mission civilisatrice est toutefois un trompe-l’œil et, loin d’apporter la stabilité politique et la concorde sociale espérées, son caractère outrancier est ressenti comme une exploitation sauvage dont ne profitent, en aucune manière, les populations locales ; sans parler des désastres écologiques qu’un sur-développement le plus souvent anarchique fait peser sur cette région d’oasis au milieu naturel extrêmement fragile.

6Par la suite, l’ouvrage adopte le langage de la géostratégie et de la géopolitique pour nous parler du repositionnement de la Chine tant sur le plan régional, notamment au niveau des relations entretenues avec ses nouveaux voisins issus du démembrement de l’Union soviétique, que sur le plan mondial. L’auteure illustre clairement son propos en se penchant sur le rôle joué par un organisme de coopération régional auquel participent la Chine et la Russie et quatre républiques centrasiatiques nouvellement indépendantes, l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS-SCO). Elle nous montre comment, sous prétexte de sécurisation des frontières, amélioration des échanges économiques, lutte contre le terrorisme… Pékin utilise cette structure pour tenter d’anéantir le séparatisme ouïghour. Les pressions sont très fortes notamment sur le Kazakhstan et le Kirghizstan qui abriteraient les bases arrière de groupes séparatistes ouïghours. À plus grande échelle, nous nous permettons toutefois de douter de la pertinence de certaines de ses analyses, notamment en ce qui concerne le rôle de la Russie. « La Chine et les États-Unis amorcent une véritable bataille d’influence où la Russie joue le rôle de spectateur. La scène d’Asie centrale devient un véritable théâtre d’affrontements politiques et de tensions diplomatiques où les Ouïghours ne sont plus que les pions de stratégies géopolitiques qui les dépassent. » (p.91).

7La dernière partie de l’ouvrage porte sur la période qui va de l’après 11 septembre 2001 à 2004. L’objectif y est de mettre en relief les principaux changements intervenus par rapport à la période précédente, mais aussi les lignes de continuité, en s’attachant à décrire le profit que Pékin tente de tirer de la guerre contre la terreur  dans ses impératifs d’incorporation et de répression vis-à-vis de sa minorité probablement la plus remuante. Contrairement à ce que l’auteure prétend, on ne se représente pas les avantages que les Ouïghours pourraient tirer de cette « guerre mondiale contre le terrorisme ». Elle ne s’en explique d’ailleurs pas. On y trouve toutefois développé ce point essentiel relatif à l’amalgame et à l’opportunisme chinois : « Les autorités chinoises ont même très adroitement dévoyé le sens de cette solidarité à leur profit en assimilant la lutte contre le terrorisme à celle contre le séparatisme. » (p.108), entre autres, dans le cadre de l’OCS-SCO. En contrepartie de son soutien à l’engagement américain en Afghanistan, la Chine a même obtenu des États-Unis qu’ils inscrivent l’ETIM (Eastern Turkestan Islamic Movement) dans la liste des groupes terroristes internationaux liés à la nébuleuse Al Qaeda et aux Talibans et, sur pression des États-Unis, dans une liste similaire établie par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

8Cette nouvelle rhétorique anti-terroriste a également épousé la logique répressive du gouvernement qui s’est exprimée au cours des virulentes campagnes visant à éradiquer le crime à l’échelle nationale (strike hard campaigns) précédant de plusieurs années les attentats de New York et dénoncées par Amnesty International. Les Ouïghours auraient tout particulièrement fait les frais de cette justice d’exception conduisant, au terme de procès sommaires, à l’emprisonnement, l’envoi dans des camps de rééducation ou, dans un grand nombre de cas, à la peine de mort. Les données fournies à ce sujet sont toutefois toujours sujettes à caution, vu l’extrême sensibilité de la question. Accusés de fomenter des actions susceptibles de troubler l’ordre public, de séparatisme et, enfin, de terrorisme, on retrouve, pêle-mêle, leaders et membres d’organisations indépendantistes dont l’existence même est parfois sérieusement mise en doute ainsi que d’autres personnes en contact avec les représentations de la diaspora ouïghoure, sans qu’aucune distinction ne soit faite entre les différents mouvements en fonction des modalités de leur action ou de leur inspiration, islamiste radicale, nationaliste, humaniste…

9En conclusion, on se réjouira de la parution d’un tel ouvrage, le premier du genre dans le monde francophone, traitant exclusivement et ouvertement de la délicate « question ouïghoure », délicate car toujours partisane, combinaison complexe d’impératifs sécuritaires et de respect des droits de l’Homme. Il a cependant le défaut de ses qualités en ce sens qu’il manque d’une approche comparative qui eut permis un meilleur éclairage sur la spécificité du traitement réservé par Pékin à sa minorité ouïghoure. Ce programme ne figure-t-il pas, d’ailleurs, dans son titre : « La Chine et ses minorités » ? Certes, nous reconnaissons volontiers ici qu’il s’agit d’un ouvrage d’introduction. On regrette cependant les points suivants :  

10Ainsi, si l’auteure rend parfaitement compte de l’enjeu médiatique en nous montrant la bataille que se livrent les agences (officielles) d’informations chinoises et les organisations de la diaspora ouïghoure à l’étranger, principalement l’Uyghur American Association (UAA) et l’Eastern Turkestan Information Center (ETIC), en insistant sur le caractère contestable et l’instrumentalisation des données, ainsi que par sa propre utilisation des ressources disponibles sur Internet, c’est probablement le seul enjeu dont elle rend compte. Car son analyse se fait manifestement au détriment d’une enquête de terrain dont les trois malheureux entretiens en annexe de l’ouvrage témoignent de la pauvreté.  l’évidence, elle ne parle, ni ne comprend le chinois, le ouïghour ou encore une autre langue parlée par les Ouïghours vivant en Asie centrale ex-soviétique comme le russe. Internet est un formidable outil de travail y compris, voire surtout, pour le chercheur et cet ouvrage est certainement l’indice d’une nouvelle manière de faire de la recherche, à condition toutefois de recadrer son thème en fonction des sources disponibles et de ne pas prétendre à l’exhaustivité. Par moments, on douterait même du séjour d’un mois effectué par l’auteure en 2004, notamment lorsqu’elle prétend n’avoir observé aucune trace d’architecture ouïghoure dans la ville de Khotan (p.152). À moins qu’il ne s’agisse là de souligner une inquiétude légitime face à l’état de délabrement du patrimoine architectural ouïghour au Xinjiang, tombant littéralement en ruine et remplacé par des immeubles aux façades en carrelage blanc si cher aux Chinois. Signalons tout de même la présence, à Khotan, de nombreuses mosquées et, notamment, la grande mosquée de  Jamai ou Jiaman (certes, récemment rénovée par le gouvernement chinois), monuments assez peu représentatifs de l’architecture chinoise, ou les habitations si caractéristiques de la vieille ville aux murs en briques enduits de terre, ainsi que les demeures plus cossues de marchands et artisans ouïghours aux balcons en bois peints.

11Dans sa conclusion, l’auteure souligne adéquatement le refus obstiné de tout dialogue de la part de Pékin. Mais on s’étonnera d’une proposition aussi absurde qu’incompréhensible devant permettre de se défendre contre les

« (…) forces de type Al Qaida, qui tentent de faire leur lit parmi les activistes ouïghours, (qui) est le renforcement de l’identité ouïghoure. Cela pourrait permettre à certains Ouïghours d’être beaucoup plus hermétiques et moins facilement recrutés par les mouvements islamiques. » (p.150).

12En effet, que peut bien vouloir signifier un tel renforcement et par quels moyens le réaliser ? Peut-on sérieusement envisager l’hermétisme et le repli sur soi comme solution contre le radicalisme, ne serait-ce pas plutôt le contraire ? Au surplus, tout au long de l’ouvrage, l’auteure nous a très clairement montré que pour achever de développer le nationalisme ouïghour, la répression chinoise s’est avérée un instrument extrêmement efficace.

13Enfin, nous avons exprimé notre réserve par rapport aux analyses relatives à la position de la Russie, dans le cadre de la guerre d’influence que se livrent la Chine et les États-Unis en Asie centrale. En réalité, il s’agit plutôt du problème d’une indispensable mise à jour. En effet, depuis 2004, un événement majeur est venu perturber les anciennes alliances, les massacres de près d’un millier de personnes perpétrés par le gouvernement ouzbek dans la ville d’Andijan en mai 2005.

14Quant à la forme, malgré la splendide photo de couverture, l’ouvrage laisse terriblement à désirer. Il frôle le plagiat à la page  47 en reprenant à son compte des passages entiers d’un article de Gülzade Tanridigladi (« Le roman historique, véhicule du nationalisme ouïghour », Cemoti, 25, jan.-juin 1998, pp.115-124, p.120), certains auteurs cités le sont incorrectement, Alain Fourniau au lieu de Vincent Fourniau (p.45, 59). L’auteure nous offre également un florilège de curiosités orthographiques et lexicales : « sécularisation des frontières » (p.89), « des tentions diplomatiques » (p.91), « les États-Unis ne quotionneraient pas » (p.137, note 1), « la plaie de tous leurs meaux » (p.137), « le projet (…) fait se lever un tôlé de critiques » (p.143)… En ce qui concerne les cartes, enfin, originellement en couleurs, la légende devient illisible dès lors qu’elles sont reproduites en noir et blanc (p.11) ou à une autre échelle (p.180).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Bissot, « Lothaire Fanny, La Chine et ses minorités : Les Ouïghours entre incorporation et répression, Paris, L’Harmattan, 2006, 196 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 22 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/4001

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page