Navigation – Plan du site
II. Lectures

Melhaoui Mohammed, Peste, contagion et martyre. Histoire du fléau en Occident médiéval, Paris, Publisud, 2005, 217 p.

Stéphane Barry
p. 302-304

Texte intégral

1En France, à l’exception des études du médecin, historien et démographe Jean-Noël Biraben (1975-1976), peu de travaux existent sur la Peste noire et ses conséquences dans l’Occident musulman médiéval. On comprendra alors tout l’intérêt de l’ouvrage de Mohammed Melhaoui sur ce thème qu’il connaît bien puisqu’il lui a consacré non seulement une thèse de doctorat d’histoire, mais aussi quelques études portant notamment sur la « perception de la peste en pays chrétiens byzantins et musulman » (Congourdeau, Melhaoui, 2001).

2Par cette synthèse d’un peu plus de 200 pages, accessibles à un large public, l’auteur, sans ouvrir pour autant un nouveau champ d’étude, s’inscrit dans ce vaste mouvement historique et scientifique qui participe actuellement à renouveler l’histoire de la peste, notamment par l’apport de sciences telles que l’archéologie funéraire, l’archéozoologie ou la paléobiologie.

3Le laboratoire que nous ouvre ici M. Melhaoui est celui des lettres, des auteurs musulmans, médecins et intellectuels témoins de la catastrophe. Il nous propose « un retour aux sources, une traduction partielle et une interprétation de ces dernières afin de voir […] l’histoire de la peste […] », (p. 201), dans les petites principautés musulmanes encore existantes dans la péninsule ibérique au xive siècle, ainsi que dans une vaste partie du Maghreb. Il nous donne accès à des sources jusque là difficilement consultables ou peu utilisées jusqu’à présent dans les travaux de synthèses sur la Peste noire en Occident.

4Pour le reste, pas ou peu de surprise, mais encore faut-il l’écrire. Dans une longue introduction l’auteur pose un des postulats de son travail : la Peste noire apparaît alors que les terres sous domination musulmane (mais cela est valable en fait pour tout l’Occident) sont déjà dans une phase de crise politique, sociale, économique, etc, relativement aigue et commencée pour partie, selon M. Melhaoui, avec la défaite de Las Navas de Tolosa en 1213. En cela la thèse de M. Melhaoui s’inscrit dans une veine historiographique classique plaçant la venue de la Peste noire dans une conjoncture « déjà profondément dégradée ». Pour de nombreuses contrées, elle ne va être que le paroxysme d’une longue série de calamités comme le souligne le médiéviste Alain Demurger (1990 :17).

5Dans un second temps, M. Melhaoui présente les sources sur lesquelles il fonde son étude, puis il brosse un succinct tableau de quelques-uns des maux qui affligent alors le Maghreb et Al Andalous avant la Peste noire. Enfin, il se consacre longuement à l’étude de l’épidémie. Globalement le lecteur apprendra alors que du coté de la prévention et du traitement de la peste, les analyses des médecins arabo-musulmans « restent fidèles à la théorie humorale d’Hippocrate ou de Galien », et qu’ils font preuve d’un sens aigu de l’observation comme permet de le constater l’andalous Ibn al Khatib au travers de deux fines descriptions de la peste sous ses formes bubonique et pulmonaire.

6Comme partout ailleurs, devant l’insuffisance des thérapies traditionnelles, le recours aux « remèdes spirituels » s’impose, par le biais d’une pastorale articulée notamment autour de processions, de prières. La question de la fuite devant la peste, vue comme un châtiment divin et pouvant, sous certaines conditions, conduire au martyre, est également largement abordée.

7Au travers de cette synthèse apparaissent donc des similitudes de comportements face à la maladie. Les recours aux remèdes spirituels, matériels, etc, envisagés dans les territoires musulmans et chrétiens sont globalement identiques. Tous sont surpris et impuissants face au mal. Là réside un des aspects fondamentaux de l’ « universalité » des conceptions que se font les hommes de la peste et des réactions qu’elle entraine.

8Quelques regrets toutefois, nous aurions aimé trouver une ou plusieurs cartes notamment sur les axes de pénétration de la peste. De même le plan utilisé par M. Melhaoui nous semble trop universitaire, plus méthodologique que littéraire. Tout cela n’enlève rien cependant à la qualité essentielle de cet ouvrage qui est de faire découvrir aux lecteurs des auteurs et des témoignages de première importance sur une des plus grandes catastrophes de l’histoire humaine.

Haut de page

Bibliographie

Biraben J.-N., Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, t. I, La peste dans l’histoire, t. II, Les hommes face à l’histoire, Paris/La Haye, Mouton/EHESS, 1975-1976, 455 et 416 p.

Biraben J.-N., « La peste noire en terre d’Islam », L’histoire, n° 11 : 30-40.

Congourdeau M.-H., Melhaoui M., « La perception de la peste en pays chrétien byzantin et musulman », Revue des Etudes Byzantines, 59, 2001 : 95-124.

Demurger A., Temps de crises, temps d’espoirs, xive-xve siècles, Paris, Seuil, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Barry, « Melhaoui Mohammed, Peste, contagion et martyre. Histoire du fléau en Occident médiéval, Paris, Publisud, 2005, 217 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4021

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page