Navigation – Plan du site
Première partie – Migrations Sud-Sud

Anciens et nouveaux parias. Des usages des migrations et du transit dans la politique libyenne

Ancient and New Pariah. Making Use of Migration: the Case of the Libyan Policy
Saïd Haddad
p. 23-38

Résumés

Point traditionnel d’arrivée de flux migratoires sud-sud, la Libye s’insère progressivement depuis une décennie dans les circuits migratoires nord-sud de l’espace méditerranéen. De pays d’immigration, elle est devenue un pays d’émigration. L’étude des migrations à destination et en provenance de Libye illustre la mise en relation de plusieurs espaces migratoires ainsi que l’interpénétration des espaces relationnels (l’espace euroméditerranéen et l’espace africain) dans lesquels se déploie ce pays. Elle illustre également les usages possibles par un État de la rive sud de la Méditerranée occidentale des questions migratoires. L’apparition dans l’agenda euromaghrébin des questions migratoires et de ces nouveaux parias que sont les migrants subsahariens, et l’émergence de la Libye, longtemps considérée comme État paria ou voyou (rogue state), comme nouvel espace étatique de transit sont contemporaines des mutations que connaissent la diplomatie et la société de ce pays. Si la nouvelle donne migratoire et ce nouveau statut de pays de transit peuvent être analysés comme autant de contraintes, ils sont également des opportunités offertes à Tripoli dans sa quête de respectabilité internationale et l’occasion pour le régime libyen de quitter les marges de l’espace euromaghrébin et de s’insérer à son avantage dans ce tissu de contraintes que constitue cet espace.

Haut de page

Texte intégral

1Point traditionnel d’arrivée de flux migratoires sud-sud, la Libye s’insère progressivement depuis une décennie dans les circuits migratoires nord-sud de l’aire méditerranéenne. De pays d’immigration, elle est devenue un pays d’émigration. L’étude des migrations à destination et en provenance de Libye illustre la mise en relation de plusieurs espaces migratoires ainsi que l’interpénétration des espaces relationnels (euroméditerranéen et africain) dans lesquels se déploie ce pays. Elle illustre également les usages possibles par un État de la rive sud de la Méditerranée occidentale des questions migratoires. L’apparition dans les agendas politiques libyen et européen (devrait-on dire euromaghrébin) des questions migratoires et de ces nouveaux parias que sont les migrants subsahariens, et l’émergence de la Libye, longtemps considérée comme État paria ou voyou (rogue state), comme nouvel espace étatique de transit sont contemporaines des mutations que connaissent la diplomatie et la société de ce pays. Si la nouvelle donne migratoire et ce nouveau statut de pays de transit peuvent être analysés comme autant de contraintes, ils sont également des opportunités offertes à Tripoli dans sa quête de respectabilité internationale et l’occasion pour le régime libyen de quitter les marges de l’espace euromaghrébin et de s’insérer à son avantage dans ce tissu de contraintes que constitue cet espace.

L’inscription de la Libye dans les circuits migratoires. Temps des migrations et temps politique

2L’observation des flux migratoires à destination ou en provenance de la Libye depuis le début des années 1970 soulève deux remarques. La première est l’étroite corrélation entre ces flux et la vie politique libyenne (tant dans sa dimension internationale que nationale). En effet, à chaque temps de la politique de Tripoli correspond une répartition régionale des flux des personnes vers la Libye. La deuxième est le changement du statut de ce pays dans les circulations migratoires. Tout au long de ces trente dernières années, la Libye passe ainsi du statut de simple pays d’accueil à celui de pays de transit, ces deux dimensions se juxtaposant. En d’autres termes, de terre d’immigration, ce pays devient également une terre d’émigration.

De l’immigration arabe à l’immigration subsaharienne

3Bien qu’il soit difficile d’accéder à des données officielles fiables concernant la présence étrangère en Libye, plusieurs tendances peuvent être néanmoins soulignées (Pliez, 2005). Essentiellement arabe, au début des années 1970, elle va devenir au cours des trois décennies à dominante subsaharienne.

4Durant la décennie 1970, la population étrangère est à 91% composée de ressortissants arabes provenant majoritairement des deux voisins que sont la Tunisie et l’Égypte. Cette période correspond à ce que nous pouvons qualifier de premier âge de la diplomatie libyenne sous l’ère du colonel Kadhafi arrivé au pouvoir le 1er septembre 1969. Un premier âge caractérisé essentiellement par un discours panarabe et des tentatives unionistes mortes nées avec des pays arabes. Il faut tout de même noter que l’orientation panarabe coexiste avec d’autres qu’elles soient panislamiste, anti-impérialiste, voire arabo-africaniste, la Libye se réservant l’opportunité de mobiliser tel ou tel registre discursif ou d’en articuler plusieurs, en fonction de ses impératifs et de ses objectifs politiques.

5Les années 1980 voient, quant à elles, l’émergence de nouvelles populations, asiatiques à 34 % mais également européennes (19 %) : la politique d’aménagement du territoire nécessite, en effet, la venue d’une main d’œuvre contractuelle, plus ou moins qualifiée. Le renversement du cours du pétrole, en 1986, qui touche de plein fouet cette économie hydrocarbure et l’embargo, à partir de 1992, vont ralentir les grands projets et par conséquent diminuer les flux des migrants originaires d’Asie et d’Europe.

6Modeste en 1973 (3 %), la proportion de ressortissants d’Afrique subsahariens connaît une progression continue : elle est de 34 % en 1995, date du dernier recensement officiel (contre 9 % en 1984). Pays d’immigration, la Libye a accueilli, après 1995 – selon les estimations - entre 1,5 et de 2,5 millions de ressortissants d’origine subsaharienne (2000). Leur nombre serait tombé à 600 000 depuis. La majorité des migrants subsahariens sont originaires de pays frontaliers (Soudanais, Nigériens et Tchadiens), de pays ayant de fortes relations avec Tripoli (Nigérians, Ghanéens, Burkinabés) ainsi que d’autres pays (Maliens). La communauté égyptienne est la communauté la plus importante : elle aurait compté entre 750 000 et 1 500 000 personnes en 2000-2001 (Pliez, 2005).

7Dès 1995, le dirigeant libyen avait décidé d’alléger les conditions d’entrée des Africains subsahariens avant que la Communauté des États sahélo-sahariens (La CENSAD réunissant 21 États membres : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Gambie, Guinée Bissau, Libye, Mali, Maroc, Libéria, Niger, Nigeria, République centrafricaine, Sénégal, Somalie, Soudan, Tchad, Togo et Tunisie), instituée en 1998, n’adopte, la même année, la convention sur la libre circulation des biens et des personnes. L’ouverture des frontières s’inscrit dans la stratégie libyenne pour desserrer l’étau imposé par la communauté internationale en 1992 (Haddad, 2005). Elle est accentuée, par la suite, par la reconnaissance de Tripoli envers les États africains qui ont bravé la mise en quarantaine de la Libye de 1992 à 1999. Cela étant, si la croissance des migrations subsahariennes vers la Libye est le fruit du renouveau panafricain de la Jamahiriyya (Haddad, 2000), elle est également le reflet de la permanence et de la réactivation des liens transsahariens (Grégoire et Schmitz, 2000).

La Libye au miroir du transit

8Les émeutes à l’encontre de ressortissants d'Afrique subsaharienne, fin septembre 2000 (130 victimes, 6 reconnues par les autorités libyennes) et les expulsions massives (des dizaines de milliers, semble-t-il) qui les ont suivies ont illustré de manière dramatique l’inscription de la Libye comme espace de transit dans les routes africaines vers l’Europe de l’immigration clandestine d’une part et les contradictions entre le panafricanisme professé par les autorités de Tripoli et les stratégies des migrants d’autre part.

9Lieu de destination de 80 % des 65 à 80 000 migrants subsahariens accédant au Maghreb par les frontières sahariennes (Bensaad, 2002), la plupart d’entre eux tentant de rejoindre l’Italie, les 20 % restant allant en Algérie avant de tenter de rejoindre l’Espagne via le Maroc, la Libye s’inscrit ainsi dans les circuits Nord-Sud de l’espace méditerranéen. Cette double fonction migratoire de la Libye (immigration et transit) ne distingue pas, sur ce point, ce pays des États du Maghreb central (Algérie, Maroc, Tunisie). À l’instar de ses voisins maghrébins, Tripoli est confrontée à la complexité du phénomène migratoire dans cette aire régionale (Hamdouche, 2001) : c’est un phénomène multidimensionnel (aspects humains, familiaux, socioculturels, démographiques, économiques, financiers, sécuritaires et politiques) et une combinaison variable de plusieurs types de migrations (migration de main d’œuvre ; migration des cerveaux ; migration des familles ; migration clandestine ; réfugiés). Le phénomène migratoire qui affecte le Maghreb est également un phénomène en transformation. En effet, le profil des migrants change (migration permanente, en famille, de plus en plus féminine, instruite et qualifiée, mais comptant un nombre croissant de chômeurs et de travailleurs irréguliers) ainsi que leurs motivations : les facteurs d’attraction semblent être plus forts que les facteurs d’expulsion, l’imaginaire migratoire dont se nourrissent les migrants, tourné vers un mieux-être qui n’est pas seulement économique mais également social, culturel, politique, religieux, étant aussi déterminant que la pression démographique combinée avec la pauvreté (Withol de Wenden, 2004).

10Mais contrairement à ses voisins – et c’est ce qui distingue la Libye -, ce pays n’est pas une terre d’émigration de ses propres nationaux. En effet, peu de Libyens émigrant vers l’extérieur, notamment vers l’Europe (Kateb, 2005), l’imaginaire migratoire y est moins prégnant. Nous posons donc comme hypothèse que cette absence d’imaginaire migratoire, au sein de la société libyenne, structure les représentations de l’étranger ainsi que les réponses politiques apportées par les autorités libyennes. Des représentations et des réponses d’autant plus dépendantes à l’égard du système politique libyen qu’un espace public est encore à construire. Confrontée à une nouvelle altérité (Bensaad, 2005), la réponse libyenne combine à la fois l’instrumentalisation de ce dossier à des fins de politique intérieure et extérieure (Haddad, 2005) et le recours à un discours politique dominant, entendu ici sous son acception minimale, c’est-à-dire le discours produit par les autorités politiques (voir plus loin).

11L’instrumentalisation de ressortissants étrangers n’est cependant pas chose nouvelle. Les Tunisiens (1985), les Égyptiens, les Palestiniens (1995) ont déjà été victimes de tels agissements. Mais dans ces trois cas précités, Tripoli instrumentalisait l'expulsion de ressortissants étrangers à des fins de politique étrangère. Il s'agissait soit de déstabiliser des États dits modérés soit de protester contre les accords d'Oslo.

12La gestion de la question migratoire s’inscrit, pour la Libye, dans un contexte inédit. En effet, depuis 1999 – année de la levée de l’embargo - la Libye est engagée dans un processus de réinsertion internationale dirigée essentiellement vers l’Union européenne (l’UE) - qui représente près de 83% des exportations (et 90% de ses exportations pétrolières) et 63% des importations libyennes - et les États-Unis (Haddad, 2004) dont le soutien économique et financier est indispensable pour remédier aux difficultés économiques et aux transformations de la société libyenne, à l’œuvre avant l’embargo que les sanctions ont accélérées (Chedli, 2001). Le traitement du phénomène migratoire est ainsi subordonné à la mise en relation nouvelle de ces deux aspects.

13Quelles significations accorder, d’un point de vue interne, à la politique libyenne en ce domaine ? Nous avons, auparavant, souligné les contradictions entre le panafricanisme proclamé par les autorités de ce pays et les événements de septembre 2000. Ces derniers sont-ils le signe d’un rejet des migrants africains, symboles malgré eux de cet impensé collectif que constitue la part africaine des sociétés maghrébines, cette altérité de l’intérieur ou sont-ils l’expression d’une protestation contre les autorités alors que la population a connu une réelle dégradation de ses conditions de vie ? Dans ce cas, nous aurions assisté à une instrumentalisation des migrants par la population elle-même.

14Malgré une africanité revendiquée officiellement, les dénégations de racisme et la relative discrétion dont ont fait preuve les gouvernements des ressortissants assassinés allant jusqu’à relayer le discours officiel libyen, le doute persiste. Les restrictions à l’entrée du territoire libyen, le flou qui entoure le droit des étrangers (irréguliers et légaux), l’existence de centres de rétention, ainsi que la persistance de pratiques vexatoires à leur encontre (obligation de tests sanitaires, notamment du HIV ; simple tolérance dans l’accès à la location ; non perception de salaires dus etc.) (Perrin, 2004 ; Grégoire, 2004) sont révélatrices d’une part de l’absence de regard, voire de l’indifférence, porté pendant trop longtemps sur les frères africains dont la présence, tolérée, considérée comme conjoncturelle, est perçue comme le fruit de décisions politiques sur lesquelles la population libyenne n’a aucune prise et d’autre part d’une politique fondée, à l’instar des monarchies du Golfe, sur la non intégration des étrangers (Simon, 1995).

15En d’autres termes, si les migrations subsahariennes symbolisent, pour paraphraser Roger Bastide, le rapetissement brusque de l’univers, elles soulignent également la permanence d’une « mentalité façonnée par l’esprit de la demeure close » (Bastide, 2000-a) lors des contacts avec d’autres porteurs de culture.

Mise en relation des espaces et des discours

16L’instrumentalisation des migrants à des fins de politique extérieure n’est donc pas nouvelle. Les nombreuses expulsions de ressortissants arabes et subsahariens durant les décennies 1980 et 1990 en témoignent ainsi que la open door policy à l’égard des migrants subsahariens appliquée dès 1995 et officialisée en 1998. L’inscription de la Libye dans les circuits migratoires euro-africains a lieu, nous l’avons évoqué, alors que Tripoli opère depuis la levée des sanctions internationales un réajustement de sa politique extérieure, en faveur de l’Union européenne (l’UE). Si le dossier des migrations illustre l’interpénétration des deux espaces relationnels dans lesquels se meut la Libye, il acquiert une centralité nouvelle dans la structuration de ces mêmes relations de part et d’autre de la Méditerranée.

17La mise en relation de ces espaces migratoires a pour corollaire l’apparition d’un discours dominant sur les migrations et les migrants, révélateur de la mise en place de micro-espaces publics méditerranéens (tels que le 5+5) et du rapport asymétrique entre le nord (l’UE) et le sud méditerranéen où le dominant impose son discours et ses pratiques. Si ce discours commun est contemporain de la mise en place d’une politique migratoire commune européenne, qui semble de plus en plus marquée par une perspective utilitariste et par une vision sécuritaire des flux, l’inscription des migrations dans l’agenda libyen ne saurait être la seule résultante de pressions extérieures. En effet, le mérite de l’énonciation du déséquilibre des rapports de force en Méditerranée se limite à sa valeur descriptive. Elle tend à minorer l’autonomie, même relative, de Tripoli, à passer sous silence les continuités et les discontinuités de la politique libyenne. Et à l’exonérer non seulement de ses responsabilités dans le traitement des migrations mais aussi de l’absence de réflexion sur sa nouvelle identité de pays de transit.

De la mise en place d’un ordre migratoire européen à l’externalisation du contrôle des étrangers

18La mise en place d’une politique migratoire est récente dans l’Union européenne même si l’européanisation des politiques migratoires a connu plusieurs étapes et ce depuis la signature du traité de Rome (Withol de Wenden, 2004). Les accords de Schengen, entrés en vigueur en mars 1995, ont institué la liberté de circulation des personnes dans l’Espace Schengen tout en renforçant les contrôles à ses frontières et en harmonisant les procédures d’attribution des visas. Ce faisant, ces accords créent une différence entre la frontière extérieure de l’Europe dont le franchissement nécessite la possession d’un visa et la frontière intérieure dont le franchissement est libre grâce à ce visa même. Depuis le traité d’Amsterdam (1997), entré en vigueur en 1999 et le Conseil européen de Tampere (1999), les politiques migratoires et en matière d’asile sont du ressort de la Commission européenne. L’action des Européens est organisée autour de deux volets : l’accueil des immigrés légaux et la lutte contre l’immigration clandestine. Le sommet européen de Bruxelles (octobre 2003) a par ailleurs entériné une proposition de mise en place d’une agence chargée du contrôle des frontières, étape vers une difficile harmonisation des politiques migratoires des États membres (Commission des Communautés européennes, 2004). L’impératif de la lutte contre l’immigration clandestine place cette dernière au cœur du discours européen. Présentée sous l’angle de la sécurité, la lutte contre les migrations construit le migrant comme une alter menaçant compensant l’effacement ou la redéfinition de la notion de frontière (Rodier, 2004)  : grande criminalité, trafic de stupéfiants, menace terroriste depuis peu tendent à construire cette figure menaçante. Auquel on pourrait ajouter la question de « l’abus d’asile », l’incapacité d’accueillir « toute la misère du monde », la nécessité d’intégrer les populations dites étrangères régulièrement installées sur le sol européen et de façon sous jacente celui de la cohésion de la société d’accueil, etc. Ce discours s’accompagne d’un autre : celui d’avoir le droit de choisir ses immigrés. Cet utilitarisme migratoire qui se fait jour peut être défini comme l’appréhension des flux migratoires à travers le prisme de leur utilité, et plus particulièrement des besoins de l’économie du pays ou de la région d’accueil. L’ouverture des frontières qui peut en découler n’est envisagée que dans la mesure où la migration est utile. Il construit le migrant comme une variable d’ajustement (économique, démographique) devant permettre d’accroître la prospérité du pays d’accueil. Contrôle et choix de l’immigration vont ainsi de pair.

19Mais dans le même temps cette omniprésence bruyante du migrant dans les discours officiels et le débat public européen contraste avec une des solutions préconisées : la mise à l’écart des étrangers. Mise à l’écart – géographique et symbolique - sur le territoire même de l’UE et externalisation des mesures de contrôle. L’adoption d’une politique migratoire plus offensive contre les clandestins se traduit ainsi par des restrictions et des contrôles renforcés sur le territoire européen. Les restrictions au droit d’asile (la lutte contre les sans papiers) a vu la mise en place ou la généralisation des centres de rétention des étrangers : centres ouverts ou fermés, publics ou privés, légaux ou informels : zones d’attentes pour étrangers en voie d’expulsion, en attente d’une décision, etc. Il peut s’agir de lieux frontières à proximité des aéroports ou de ports (zones d’attente françaises, Centri di permanenza temporanea e assistenza en Italie, Centers britanniques, Centros de Internamento Extranjeros en Espagne ou d’îles-sas au large de l’Europe) (Rodier, 2004).

Le Maghreb, zone de sous-traitance

20Les pressions européennes sur les pays du Maghreb visent à constituer une « zone tampon » entre l’UE et l’Afrique subsaharienne (Boubakri, 2004). À côté d’instruments classiques tels que l’instauration d’une politique de visas plus restrictive, l’UE a mis en place ce que l’on pourrait qualifier de relation de « sous-traitance » impliquant fortement les pays de départ. Il s’agit en quelque sorte de frapper à une des sources des flux migratoires (les pays du Maghreb, pays de départ et de transit) et de transposer, dans le cadre du partenariat euroméditerranéen « les politiques migratoires et les notions développées [en Europe] et d’aboutir à une harmonisation des pratiques administratives, juridiques et policières en la matière » (Perrin, 2005), même si les différents accords, pour l’instant, sont essentiellement conclus sur une base bilatérale. Parmi ces pratiques signalons par exemple la signature d’accords de réadmission (entre l’Italie et la Tunisie, entre l’Espagne et le Maroc, etc.) ou la responsabilisation d’une part des entreprises de transports et la sanction d’autre part des organisateurs. Ainsi, les pressions européennes ont amené, par exemple, les autorités marocaines à adopter, en mars 2003, des mesures visant à restreindre les arrivées des migrants par voie aérienne et à se doter d’un arsenal législatif restrictif à l’endroit de l’émigration clandestine (novembre 2003), l’UE contribuant financièrement à la mise en place d’un dispositif de contrôle frontalier. L’externalisation du contrôle des frontières se traduit également par la présence d’officiers de liaison contrôleurs d’immigration des États de l’UE, chargés de former leurs homologues dans les pays du Sud afin « de mieux protéger, en amont, les frontières de l’UE » (Rodier, 2004).

De la conditionnalité démocratique à la conditionnalité migratoire : l’Europe et sa périphérie méditerranéenne 

21Si l’externalisation des mesures de contrôle n’est pas une idée nouvelle (Rodier, 2004), la recrudescence de l’immigration clandestine en provenance d’Afrique, les pertes humaines aux larges des côtes espagnoles ou italiennes et... les coûts financiers engendrés par la lutte contre l’immigration clandestine ont été l’occasion de relancer l’offensive en ce domaine. Les dirigeants européens et notamment ceux du G5 – qui regroupe les ministres de l’intérieur allemand, britannique, italien, espagnol et français - ont ainsi défendu la création de centres d’accueil hors de l’UE pour les candidats à l’immigration. Si cette volonté d’associer les pays du sud à un plan de lutte contre l’immigration illégale fait l’objet de divergences internes au sein du G5 qui ont éclaté lors du sommet de Florence (17 et 18 octobre 2004), le gouvernement français arguant des atteintes aux droits de l’homme que porte ce projet, il convient de noter que cette proposition n’est que le prolongement et l’aboutissement de mesures, déjà adoptées, externalisant les contrôles. En effet, bien que l’externalisation des contrôles se traduise surtout par des accords bilatéraux, les ministres de l’Intérieur de l’UE, lors d’une réunion de « la coopération avec la Libye en matière de migrations » (3 juin 2005), ont repris en partie les dispositions des accords bilatéraux existant en ce domaine. La collaboration des services aux frontières maritimes, la formation des agents, les analyses conjointes, l’assistance au rapatriement, le renvoi des clandestins (en Libye) sont au programme d’une coopération entre les deux parties. Si les Européens ne mentionnent pas la création de camps permanents en Libye, ils prévoient cependant l’examen des « possibilités d’une coopération dans le domaine de l’éloignement des immigrants clandestins vers la Libye, en respectant pleinement les droits de l’homme et en garantissant le caractère durable de ces éloignements » (Conseil Justice et Affaires intérieures, 2005).

22Ce faisant, cette proposition ainsi que l’existence de camps informels au Maroc, en Algérie et en Libye témoignent du dévoiement du projet euroméditerranéen lancé en 1995. Un dévoiement qui se traduit non seulement par le divorce entre l’espace économique et humain (Henry et Naciri, 2003) mais également par la place centrale que prennent les migrations dans l’agenda euroméditerranéen. Alors qu’une des originalités du Partenariat consistait en la centralité de la conditionnalité démocratique dans le processus devant unir les deux rives, cette dernière cède – semble-t-il - le pas à une autre, migratoire. Ce glissement est contemporain du déplacement des frontières de l’UE au sud des pays maghrébins, conséquence du durcissement du contrôle des frontières au sud de l’espace européen.

Le double usage libyen des migrations subsahariennes

23Si à l’instar des autres pays du Maghreb, les préoccupations migratoires de l’Union européenne ont reçu un écho favorable de la part des responsables libyens, c’est bien sur la question des camps de rétention que Tripoli se distingue de ses voisins. Contrairement à ces derniers, la Libye n’est pas réticente à l’établissement de centres d’accueil sur son territoire, ce qui entérinerait officiellement les huit zones de camps déjà existants qu’une mission technique sur l’immigration illégale envoyée par l’UE – dont le rapport n’a pas été rendu public - a pu visiter du 28 novembre au 6 décembre 2004. Cet accueil favorable à une proposition défendue notamment par l’Italie et l’Allemagne fait suite à la décision libyenne d’accepter, en octobre 2004, le retour sur son sol de clandestins partis de ses côtes et expulsés d’Italie, principal lieu de destination des migrants. Cette attitude conciliante doit être rapprochée de la reprise en 2004 des expulsions et de rapatriements forcés de clandestins d’Afrique subsaharienne : essentiellement des Nigériens, Tchadiens, Maliens, Sénégalais et Burkinabé, ressortissants d’États membres du CEN-SAD. La Libye aurait ainsi expulsé près de 54 000 personnes en 2004, contre 43 000 en 2003 (Le Monde du 5-6 juin 2005). L’actualité en ce domaine est rythmée ainsi par l’arrestation et l’expulsion de ressortissants africains candidats à l’émigration vers l’Europe : les chiffres collectés ici et là dans la presse, se fondant sur les déclarations d’officiels libyens, permettent seulement de conclure à la poursuite de cette politique : 386 en octobre 2005, 462 entre le 1er et 15 janvier 2006 (Panapress du 20 octobre 2005 et 19 janvier 2006).

24Si la Libye semble être l’État maghrébin le plus réceptif aux discours et préoccupations européens, il convient tout de même de signaler le rôle de l’Italie ainsi que celle de la relation italo-libyenne en ce domaine. En effet, les propositions européennes, notamment celles du Conseil Justice et Affaires intérieures du 3 juin 2005, s’inspirent en grande partie des « avancées » de la coopération entre Rome et Tripoli. Principal lieu de destination des migrants transitant par la Libye, via l’île de Lampedusa, distante de 6 heures seulement des côtes libyennes, Rome est non seulement à la pointe de la lutte, mais joue un rôle essentiel dans la stratégie de réinsertion internationale qu’applique la Libye. L’accord du 26 septembre 2004 entre les capitales - qui fait suite à un premier accord conclu en juillet 2003 - prévoit des patrouilles communes à partir du 15 novembre de la même année. Le contrôle des frontières internationales mené conjointement par les polices et les marines des deux pays, la participation de l’Italie à la construction de trois centres d’accueil (1 000 places) destinés aux clandestins d’Afrique centrale (Parlement européen, 2005) ainsi que l’accueil des expulsés de Lampedusa témoignent d’une coopération qui peut être qualifiée d’exemplaire.

25Ce faisant, les gages de bonne conduite donnés par la Libye doivent être analysés comme la reconnaissance d’une nouvelle donne instituant le Maghreb comme double espace de transit et de destination et comme la perception fine du caractère crucial de ce dossier pour l’Union européenne et pour certains de ses membres, sans occulter l’attrait que constitue le marché libyen. En jouant sur le double registre du marchandage et de la victimisation, les autorités libyennes ont pu ainsi accélérer la levée totale de l’embargo, aidées en cela par leur renoncement en décembre 2003 aux armes de destruction massive, à la résolution de l’affaire de Lockerbie et de celle du DC-10 de l’UTA (Haddad, 2004).

26En déclarant, en 2002, que « aucun État nord-africain n’est volontaire pour garder gratuitement les portes de l’Europe, car la région est elle-même envahie par les migrants subsahariens » (Reuters, 24 juin 2002), le dirigeant libyen lie les deux dimensions des migrations subsahariennes (préoccupations européennes et objectifs de la diplomatie libyenne). Dans le même temps, pour paraphraser Abdelmalek Sayad (Sayad, 1999), il subordonne son discours « au langage dominant sur l’immigration », appréhendée en terme de coûts (la « gratuité ») et de menace (« l’invasion »). Compréhension et marchandage semblent ainsi guider la démarche libyenne. Ils se traduisent dans le discours libyen qui fait étrangement écho à celui tenu du côté européen. L’instrumentalisation libyenne serait en quelque sorte le versant diplomatique de l’utilitarisme migratoire européen. Il pourrait être ainsi défini comme l’appréhension des flux migratoires à travers le prisme de leur utilité, et plus particulièrement de la stratégie diplomatique de Tripoli. La politique migratoire et l’ouverture des frontières qui peuvent en découler ne sont envisagées que dans la mesure où la migration permet de mener à bien une stratégie : celle de la réinsertion dans le concert des Nations. Outil de négociation, variable d’ajustement, le dossier migratoire permet ainsi de déployer un discours et des pratiques, et de manière simultanée, à destination de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

27Les dirigeants libyens – ici le ministre libyen de la Justice et de la Sécurité - ont ainsi argué de leur déficit en moyens matériels pour lutter contre l’immigration clandestine : hélicoptères, jumelles, radars (Jeune Afrique/L’intelligent du 7 novembre 2003), autant d’équipements soumis à l’embargo militaire pesant sur la Libye. Malgré les réticences de Berlin, Tripoli a bénéficié du soutien de Rome. En obtenant la levée de l’embargo, le 12 octobre 2004, grâce au soutien de l’Italie, Tripoli a non seulement engrangé les dividendes de sa normalisation politique mais également su tirer profit de son statut d’État pivot dans ce dossier.

28Dernier pays du pourtour méditerranéen à ne pas entretenir des relations formelles avec l’Union européenne, la Libye – qui a un statut d’observateur - poursuit ainsi sa politique de rapprochement avec Bruxelles tout en maintenant un discours prudent, voire ambigu sur son intégration au processus de Barcelone initié en 1995. Tout en confirmant sa volonté de le rejoindre, le dirigeant libyen ne cesse de clamer son incompréhension : s’agit-il

« de coopération économique, de développement, d’environnement, de faire de la Méditerranée un lac de paix ou bien [s’agit-il] d’un nouveau plan de colonisation pacifique. Les pays européens veulent-ils récupérer leurs colonies à travers ce processus de Barcelone ? » (Le Figaro du 24 novembre 2004).

29Au-delà de ces interrogations, somme toute classiques, du dirigeant libyen, ce dernier souligne le fait que la mise en place de l’Union africaine a créé « une nouvelle donne » et qu’elle « n’acceptera jamais que l’on découpe l’Afrique du Nord pour l’adjoindre à L’Europe ». Ce faisant, le Guide souligne involontairement les tensions potentielles entre les deux pôles majeurs de sa politique extérieure.

30L’explication de la politique libyenne par la seule instrumentalisation de la question migratoire, pour opératoire qu’elle soit, ne saurait cependant expliquer parfaitement le recours au langage dominant qui traduirait l’asymétrie des relations entre le nord et le sud de la Méditerranée. Cet écho dans le discours reflète non seulement la permanence de « l’esprit de la demeure close » mais est, semble-t-il, à la mesure des multiples chocs culturels que provoquent les migrants subsahariens dans les sociétés maghrébines, tant ils sont porteurs, parfois chez les mêmes individus, d’une altérité multiple (nationale, religieuse, ethnique, sexuelle) et que leur traitement est le reflet ambigu d’une société d’accueil soumise aux difficultés économiques et sociales, aux multiples plans de désajustement structurel et à une sombre situation des droits humains malgré quelques frémissements en la matière (Amnesty International, 2004).

31Si l’on revient aux événements de l’année 2000, ces derniers s'apparentent aux expulsions massives qui ont eu lieu en octobre et en novembre 1995 et qui ont touché plus d'un million de ressortissants africains dont 300 000 Soudanais. Cette année là, le Congrès général du peuple avait accusé l’immigration (clandestine) d’être à la source du crime organisé. La violence des réactions et des propos tenus, en 2000, à l'encontre des Africains considérés comme responsables de la drogue, de la propagation du sida et d'autres maladies ainsi que de la prostitution, en d’autres termes la criminalisation de l’étranger (ici l’Africain subsaharien), ont été autant de motifs avancés pour justifier les expulsions. Aussi, dans son compte-rendu de la mission en Libye, effectuée par une délégation de la Sous-commission des droits de l’Homme du Parlement européen du 17 au 20 avril 2005, Hélène Flautre, présidente de cette même sous-commission, souligne que « de nombreux officiels nous ont répété, à longueur de réunion, que 80% des crimes étaient commis par des immigrés » et que ces personnes « étaient généralement présentées comme étant responsables de l’apparition de certaines maladies en Libye dont notamment le SIDA ».

32L’étranger est également accusé implicitement d’être à la source du fort taux de chômage libyen (30 %). « La réorganisation de la main-d’œuvre étrangère », pour reprendre les termes de l’actuel Premier ministre libyen, Chokri Ghanem - lorsqu’il était Secrétaire du Comité Populaire Général (ministre) de l’Économie et du Commerce - (Al Shams, 6 et 8 mars 2003), devant y remédier. Pour appuyer son propos, le discours officiel n’hésite pas à emprunter, à nouveau, au registre victimaire : le ministre libyen des Affaires étrangères n’hésite pas à qualifier la présence de migrants africains « d’invasion » risquant de « modifier le tissu social » du pays (La Stampa du 9 août 2004).

Quelques réflexions autour de la notion de paria, d’intrus et de stigmatisé. De la difficulté de nommer

33À travers le dossier des migrations, Tripoli se place à l’intérieur du système contrôlé par l’UE. Ce faisant, les autorités libyennes rompent avec leur stratégie antérieure d’extériorité au système dont le but était de « contraindre ces puissances à reconnaître l’exclu comme un interlocuteur valable » (Otayek, 1986). En s’insérant dans un système de normes et de contraintes internationales, la Libye s’oblige à aller au-delà des gages de bonne volonté déjà consentis. Tout à ses priorités euroméditerranéennes, Tripoli est confrontée d’une part au défi que constitue l’équilibre de sa politique extérieure, notamment en direction de l’Afrique subsaharienne qui craint de faire les frais du nouveau parti pris occidental libyen et d’autre part à la gestion de ce miroir ambigu que constitue la présence sur son sol de ces étrangers si proches et si lointains.

34La stigmatisation des migrants subsahariens a ceci de paradoxale qu’elle va à l’encontre – et ce depuis 2000 - de l’activisme africaniste libyen déployé depuis près d’une décennie. La mise à l’écart des étrangers a lieu alors que Tripoli se défait peu à peu de son statut de marginal afin de s’insérer, à son avantage, dans l’espace euromaghrébin.

35Cependant, ainsi que nous l’avons évoqué, l’explication de cette contradiction et de cette relation entre les changements de statut par le seul « cynisme » inhérent aux relations internationales ne saurait être satisfaisant. Elle trouve son origine dans les divers chocs culturels et s’inscrit dans un contexte social déterminé, celui d’une société libyenne post-embargo, en transition. En d’autres termes, l’instrumentalisation de la question migratoire se confond et s’alimente de ce que l’on pourrait qualifier d’une réactivation des préjugés à l’égard des migrants subsahariens, les reléguant dans un statut d’exclus, « le préjugé [apparaissant] donc toujours comme un acte de défense d’un groupe dominant contre le dominé ou de justification d’une exploitation » (Bastide, 2000-b).

36La mise en accusation des étrangers dans les déclarations officielles, le flou juridique entourant leur statut, l’instrumentalisation des clandestins dans la politique extérieure tendent à définir les Subsahariens de telle manière que ces derniers sont différenciés du reste de la société et infériorisés. Ce processus de stigmatisation discrédite tous ceux atteints par « ces stigmates tribaux que sont la race, la nationalité et la religion, qui peuvent se transmettre de génération en génération et contaminer tous les membres d’une famille » (Goffman, 1976). Différenciés et infériorisés, les migrants subsahariens peuvent être ainsi communément qualifiés de parias. En effet, Le petit Larousse nous apprend que le mot paria provient du tamoul et définit un « individu hors caste, considéré comme au plus bas de l’échelle sociale, en Inde ». Par extension ce terme désigne une « personne tenue à l’écart, méprisée de tous ». Cette « disgrâce collective », pour reprendre les termes de Norbert Elias (1997) se traduit par le reproche systématiquement adressé aux groupes marginaux, celui d’être anomiques, incapables de se constituer en acteurs et que « les occasions ne manquent pas de constater que le groupe installé les juge peu dignes de confiance, indisciplinés, sans loi ». Mais ainsi que le constate Elias dans le texte précité en prenant pour exemple les Burakumin au Japon ou dans l’étude sur Winston Parva (Elias et Scotson, 1997), l’exclusion des intrus (outsiders) a lieu alors que ces derniers sont de « même souche » que les dominants, et que la différenciation subjective s’inscrit dans un rapport de force défavorable aux marginaux. Dans un autre texte, Norbert Elias analysant la position des Juifs dans l’Allemagne hitlérienne explique la réaction de rejet des dominants lorsque :

«  un groupe marginal socialement inférieur, méprisé et stigmatisé, est sur le point d’exiger l’égalité, non seulement légale, mais aussi sociale […] quand ils [ses membres] commencent à entrer directement en concurrence avec les membres de la majorité en tant qu’individus socialement égaux, et peut-être même quand ils occupent des positions qui confèrent aux groupes méprisés un statut plus élevé et plus de possibilités de pouvoir qu’aux groupes établis dont le statut social est inférieur et qui ne se sentent pas en sécurité » (Elias, 1991).

37L’apport de l’ouvrage Logiques de l’exclusion est qu’il nous permet d’adopter une grille d’interprétation des processus de différenciation et d’exclusion de certains groupes dont la présence est perçue comme illégitime. Toutefois, l’exportation de cette grille dans le cas libyen soulève quelques problèmes. Au-delà de la difficulté que constitue l’absence d’enquêtes empiriques sur le rapport entre dominants et exclus en Libye, que nous pouvons contourner partiellement par l’analyse des discours produits autour de la préoccupation qui nous anime, la notion de paria ou de marginal, s’inscrit dans un contexte bien déterminé mettant aux prises des nationaux et débouchant sur un racisme sans race. De même, les tensions apparaissent quand les dominés dépassent leur condition d’anomiques afin de revendiquer une égalité de statut et de traitement et se constituent en acteurs. Le cas libyen ne semble pas correspondre à cette situation même si, les enseignements de Norbert Elias nous sont grandement utiles à l’analyse et comme il le souligne lui-même « ce n’est pas un hasard si l’on découvre des traits similaires dans toutes sortes de relations installés-marginaux, qu’elles soient associées ou non à des différences ethniques ou raciales » (Elias, 1997).

38La même difficulté nous attend lorsque nous tentons de transposer la notion de paria développée par Hannah Arendt. Ainsi qu’elle le souligne :

« Durant les cent cinquante années où les Juifs vécurent vraiment parmi les populations d’Europe occidentale et non pas seulement dans leur voisinage, leur succès social fut toujours acquis au prix de la détresse politique, et leur succès politique, au prix d’un affront social » (Arendt, 2002).

39En outre, toujours chez le même auteur, la tradition du paria « conscient » est minoritaire : elle repose sur un choix de statut, celui de paria conscient revendiquant la particularité juive et le droit à l’existence dans la vie européenne et débouche sur la tradition de rébellion, propre au « Juif des apologistes ». S’offre au Juif dans l’Europe du xixe siècle soit le personnage du « paria totalement exclu de la société », soit celui du « parvenu qui s’adapte à la société au prix d’une condition démoralisante […], le paria et le parvenu étant également voués à une extrême solitude » (Arendt, ibid). Anomique, ne s’appartenant plus, le paria et le parvenu sont des êtres amputés (de leur participation à la vie sociale, de leur singularité). À ce stade de notre réflexion, pouvons-nous aussi transposer cette notion telle qu’elle a été abordée par Hannah Arendt, pensée dans un contexte historique particulier (L’Europe des États-Nations du xixe et xxe siècle) et concernant un groupe précis (les Juifs), sans se limiter au sens commun du terme paria ?

40À défaut de pouvoir y répondre dans cette contribution, l’analyse de la présence noire au Maghreb, et particulièrement lors de la période de l’esclavage, pourrait nous fournir sinon des réponses, tout au moins des pistes de réflexion, sur la construction des hiérarchies sociales et les comportements conscients et inconscients (Dresch, 1991) qui interviennent dans la configuration des relations entre marginaux et établis.

Haut de page

Bibliographie

Amnesty International, 2004,  « Libye. Il est temps que les droits humains deviennent réalité » (MDE 19/002/2004), avril, 65 p.

Arendt H., 2005, Sur l’antisémitisme : Les origines du totalitarisme, Paris, Le Seuil, collec. Points/Essais, 272 p.

Bastide R., 2000-a, « Introduction » in Le prochain et le lointain, Paris, l’Harmattan : 9-12.

— 2000-b, « Le préjugé racial » in Le prochain et le lointain, Paris, l’Harmattan : 15-33.

Bensaad A., 2002, « La grande migration africaine à travers le Sahara », Méditerranée 3-4, Aix-en-Provence, Université de Provence : 41-52. 

— 2005, « Les migrations transsahariennes. Une mondialisation par la marge », Maghreb Machrek 185, Paris, Choiseul éditions : 13-36.

Boubakri H., 2004, « Migrations de transit entre la Tunisie, la Libye et l’Afrique subsaharienne : Étude à partir du cas du Grand Tunis ». Communication présentée lors de la Conférence régionale sur « les migrants dans les pays de transit : partage des responsabilités en matière de gestion et de protection », Istanbul, 30 septembre-1er octobre 2004, 27 p.

Texte disponible sur : http://venus.unive.it/migrante/pboubakri.pdf

Chedli N., 2001, « Les jeunes en Libye », Monde arabe Maghreb Machrek 171-172, Paris, la Documentation française : 90-99.

Commission des communautes europeennes, Livre vert sur une approche communautaire de la gestion des migrations économiques, COM (2004) 811 final, 11 janvier 2005, 14 p.

Conseil justice et affaires interieures, Coopération avec la Libye en matière de migration. Conclusions du Conseil, Luxembourg, 3 juin 2005. Texte disponible sur

http://www.eu.2005.lu/en/actualites/conseil/2005/06/02jai/jaijai.pdf

Dresch J., 1991, « Les Noirs du Nord de l’Afrique » in Lacoste C. et Y. (dir.), L’État du Maghreb, Paris, La Découverte : 31.

Elias N., 1991, « Notes sur les juifs en tant que participant à une relation établis-marginaux », Norbert Elias par lui-même, Paris, Fayard : 150-160.

— 1997, « Introduction. Les relations entre marginaux et établis. Essai théorique » in N. Elias et J. L Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Pocket : 33-87.

Elias N. et Scotson J. L, 1997, Logiques de l’exclusion, Paris, Pocket, 342 p.

Flautre H. (Présidente de la Sous-commission des droits de l’Homme), 2 juin 2005, Compte rendu de mission. Libye. 17-20 avril 2005, 16 pages.

Gregoire E. et Schmitz J, 2000, « Monde arabe et Afrique noire : permanences et nouveaux liens » in E. Gregoire et J. Schmitz (dir.), Afrique noire et monde arabe : Continuités et ruptures, Cahier des sciences humaines 16, IRD/Editions de l’Aube : 5-20.

Gregoire E., 2004, « Les migrations ouest-africaines en Libye » in L. Marfaing et S.Wippel (dir.), Les relations transsahariennes à l’époque contemporaines. Un espace en constante mutation, Paris-Berlin, Karthala-ZMO : 73-191.

Goffman E., 1976, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, les Editions de Minuit, 180 p.

Haddad S., 2000, « La politique africaine de la Libye. De la tentation impériale à la stratégie unitaire », Monde arabe Maghreb Machrek 170, Paris, la Documentation française : 29-39.

— 2004, « La Libye et l’Occident depuis 1999 : entre tropisme américain et ancrage euroméditerranéen », Afrique contemporaine 209, Paris, Agence française pour le Développement : 179-196.

— 2005, « Les migrations africaines, enjeu géopolitique libyen », Maghreb Machrek 185, Paris, Choiseul éditions : 81-94.

Henry J-R et Naciri M., 2003, « Vers une Europe sans rivage ? », Esprit, décembre 2003, Paris, Éditions Esprit : 151-158.

Kateb K., 2005, « Maghreb : émigration, immigration, migration de transit ? », Communication présentée lors du 25ème Congrès International de la Population, Tours, juillet 2005, 13 p. Texte disponible sur : http://iussp2005.princeton.edu/download.aspx?submissionId=50042

Hamdouche B., 2001, « La migration dans le partenariat euroméditerranéen », in B.Khader (dir.), Le partenariat euroméditerranéen vu du Sud, Paris, L’Harmattan.

Otayek R., 1986, La politique africaine de la Libye, Paris, Karthala, 224 p.

Parlement europeen (Direction générale Politiques externes de l’Union), La Libye. Note, 17 février 2005, texte disponible sur : http://www.europarl.eu.int/meetdocs/2004_2009/documents/nt/558/558842/558842fr.pdf

Pliez O., 2005, « La Libye sommée de définir une politique migratoire », Annuaire de l’Afrique du Nord 2003, Paris, CNRS : 195-202.

Perrin D., 2004, « Ballets diplomatiques et droit des étrangers en Libye », Maghreb-Machrek 181, Choiseul éditions : 9-24.

— 2005, « Le Maghreb sous influence : le nouveau cadre juridique des migrations transahariennes », Maghreb Machrek 185, Choiseul éditions : 59-80.

Rodier C., 2004, « Les camps d’étrangers, dispositif clé de la politique d’immigration et d’asile de l’Union européenne », in P-A Perrouty, La mise à l’écart de l’étranger, centre fermés et expulsions, Labor. Texte disponible sur : http : //pajol.eu.org

Sayad, A., 1999, « Une relation de domination » in La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil : 173-198.

Simon G., 1995, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF : 370-371.

Withol de wenden C., 2004, « L’Union européenne face aux migrations », Migrations Société, volume 16/91, Paris, Centre d’information et d’études sur les migrations internationales : 57-93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saïd Haddad, « Anciens et nouveaux parias. Des usages des migrations et du transit dans la politique libyenne », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/4093

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

CREC Saint-Cyr, chercheur associé à l’IREMAM/CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page