Navigation – Plan du site
Première partie – Migrations Sud-Sud

Transits maghrébins à Istanbul. Trajectoires, profils et stratégies

Maghrebi Transit in Istanbul: Trajectories, Profiles and Strategies
Jean-François Pérouse
p. 115-138

Résumés

Istanbul est devenu depuis le début des années 1990 un foyer important, à la fois polarisateur et redistributeur, dans le système complexe des migrations internationales, dont les migrations de transit, des pays pauvres vers les pays riches, constituent une des dimensions les plus saillantes. Dans ce cadre, on s’efforce ici d’examiner le cas des Maghrébins qui, s’ils ne forment pas numériquement le “groupe” le plus en vue, n’en offrent pas moins une configuration intéressante, tant par les types de trajectoires qui les conduisent à Istanbul que par les stratégies de survie et de “faire communauté” dans la métropole, que par les modalités de sortie vers les horizons convoités. On insiste ici sur les diverses modalités de transit, la prégnance des identités nationales, l’efficace irremplaçable des liens familiaux, la faible insertion dans le marché du travail métropolitain et les redéfinitions des rapports de genre occasionnées.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un travail financé par le Migrations Center de l’Université Koç d’Istanbul ; travail auquel Jérémie Brissac a contribué dans la phase « entretiens ».

Texte intégral

Un matin tôt au “Département des Etrangers” d’Istanbul (novembre 2005)
Je suis dans une file d’attente inimaginable par sa taille et sa bigarrure, attendant de pouvoir obtenir le droit d’attendre, c’est-à-dire de me faire remettre un numéro d’attente, afin de pouvoir encore attendre aux guichets successifs. Certaines personnes sont arrivées à 5h du matin devant la Direction de la Sécurité (dont dépend le “Département des Etrangers”), si près d’Aksaray, pôle connu de tous les migrants. Les Irakiens paraissent, avec les Bulgares et les citoyens de la Fédération de Russie, les plus nombreux ; il est vrai que leur maîtrise de la langue turque, car il s’agit de Turkmènes irakiens pour la plupart, les rend plus identifiables. Bousculades, altercations, signes d’exaspération, mais aussi gestes d’entraide, sourires complices, patience, résignation... Deux jeunes au crâne rasé se présentent nonchalamment au “bureau des renseignements” dont le responsable généralement très absentéiste semble se contenter de renvoyer les solliciteurs à l’extrémité de la file d’attente. Il s’agit de deux Algériens ; l’un d’entre eux parle bien le turc ; il a des airs d’intermédiaire averti, voire d’organisateur (je devais d’ailleurs le revoir un mois plus tard à l’aéroport Atatürk, s’occupant des « touristes à la valise algériens » en partance). L’autre est là depuis peu de temps. Ils montrent au fonctionnaire le passeport de celui qui ne parle pas turc et demandent comment régulariser la situation de ce dernier. Apparemment, il a dépassé le nombre réglementaire de jours qui lui a été octroyé à la frontière. Le policier commence à s’énerver. Il répète à l’envi son refrain préféré : “Pour rester ici, il faut parler turc et avoir un vrai travail”. L’Algérien turcophone insiste cependant pour qu’une solution soit trouvée... Un Irakien s’en mêle et se propose en arabe de se faire l’intermédiaire. Après plusieurs minutes de discussions vives, le ton est monté, voyant qu’aucun accommodement n’est envisageable, les Algériens laissent tomber. Et le fonctionnaire de les inciter à dégager au plus vite.

  • 1 Puisque l’un des cinq jeunes est mort noyé.
  • 2 A la fin juin 2005 ; cf. Cumhuriyet, 27/06/2005, p.4.

1L’histoire terrible de cinq jeunes Marocains, arrêtés par les garde-côtes turcs en décembre 2001, a eu pour effet d’attirer l’attention sur le fait que les Maghrébins participaient eux aussi au « grand transit » vers l’Europe, via la Turquie. Arrivés en 2000 en Turquie en tant que touristes, ces cinq jeunes ont vite basculé dans la clandestinité après avoir tenté de trouver du travail à Istanbul (en tant que serveurs ou agents d’entretien). Déçus par leur expérience stambouliote, ils ont finalement pris la décision de gagner l’Europe, c’est-à-dire la Grèce. En relation avec des compatriotes déjà installés en Grèce, ils ont essayé de partir par eux-mêmes dans des embarcations de fortune vers l’île de Sakız, à partir de Çeşme (près d’Izmir). Et l’expédition a tourné au drame1, à l’image de celui survenu cinq années plus tard, toujours au large d’Izmir, où cette fois-ci deux Tunisiens sont morts noyés2.

  • 3 Qui représentent seulement 10 000 des 478 000 irréguliers arrêtés en Turquie entre le début 1995 et (...)

2À la périphérie occidentale de la Turquie, pays interface à l’échelle régionale et internationale, pays corridor ou plate-forme entre pays riches et pays pauvres, la fonction d’Istanbul comme pôle actif de transit et complexe d’opportunités pour les candidats à l’exil n’est plus à démontrer (İçduygu : 2003). Les arrestations quasi quotidiennes dont la presse turque se fait l’écho très fréquemment en sont un des indices les plus probants. Il nous a été donné ailleurs (Aslan et Pérouse : 2003 ; Pérouse : 2002, 2004) d’essayer de décrire les modes de présence étrangère à Istanbul et d’esquisser des figures types de territoire du transit (le comptoir, le hub, le sas et l’impasse). Dans le cadre de cet article, notre intention est de tester ces cadres généraux à travers le cas des Maghrébins3 dont l’étude a déjà été entreprise il y a quelques années sous l’angle des mouvements de “navetteurs” (Péraldi : 1998, 2001 ; Délos : 2004). L’extension géographique du qualificatif “maghrébin” retenue ici -que nous n’allons pas discuter – est celle du “Grand Maghreb”, qui va de la Libye au Maroc, et intègre la Mauritanie. Ceci dit, dans la définition de notre population d’étude, le critère de la nationalité n’est pas un critère strict. En d’autres termes, la pratique du terrain et les entretiens nous ont conduit à intégrer les citoyens européens d’origine maghrébine qui fréquentent aussi Istanbul.

3Dès lors, quel que soit le caractère numériquement modeste de leur présence constatée, on peut se demander si les Maghrébins en transit à Istanbul, au-delà des projets et trajectoires différents qui les animent, font ou non, d’une quelconque manière, « société » (Tarrius, 2001), voire « communauté », même éphémère ? Quelles sont leurs modes de socialisation en situation de passage et leurs stratégies d’adaptation à la métropole stambouliote, à l’épreuve de leurs transits toujours incertains ?

Une présence discrète à la chronologie variable selon les « groupes nationaux »

  • 4 Deux Canadiens d’origine tunisienne, suspectés d’avoir des liens avec El-Kaida, étaient alors inten (...)

4Si les attentats de Madrid (mars 2004) puis de Londres (juillet 2005) ont eu pour effet d’attirer l’attention de certains médias sur la présence maghrébine à Istanbul4, aboutissant à jeter le soupçon sur celle-ci et à la criminaliser, cette présence demeure des plus discrètes.

5À l’échelle de l’histoire de la République turque en tout cas (on se gardera ici de remonter à la période ottomane), les relations commerciales informelles entre Istanbul et le Maghreb, sous la forme de commerce à la valise, sont avérées depuis la fin des années 1970. Autour du Grand Bazar, à Mahmutpaşa, ou à Yenikapı (pour les pièces détachées de voiture), les années 1980 sont des années où les Maghrébins sont bien identifiés comme clients. Plusieurs commerçants interrogés à Laleli ont admis avoir des relations avec le Maghreb depuis plus de vingt ans. Ce laps de temps a donc permis de tisser des relations maintenant anciennes, qui rejouent sous des formes et à des fins multiples. Cependant, les mouvements de transit à proprement parler semblent plus récents. Ils sont liés à la relative fermeture de l’accès à l’Europe par les voies « naturelles », à savoir l’Espagne, l’Italie ou la France ; fermeture que l’on peut lier à la mise en place de l’espace Schengen (Délos : 2004). Les entretiens ont confirmé cette idée d’une présence maghrébine qui s’intensifie au début des années 1990. Ainsi, un Algérien de Laleli (qui se consacre au commerce), parfois décrit par ses compatriotes comme « le plus ancien Algérien de Laleli », est en Turquie depuis 1991. Et les Libyens s’inscrivent en définitive bien dans cette chronologie, dont la présence à Istanbul est en grande partie une présence d’ordre commercial qui remonte à la fin des années 1970, avec la normalisation relative du rapport de la Libye au monde extérieur et à la Turquie en particulier (le premier protocole commercial signé entre les deux pays date de 1975). Pour les Mauritaniens, à propos desquels nous ne disposons d’aucune donnée et avec qui nous n’avons pas effectué d’entretien, leur présence n’est attestée (par la chronique des arrestations) que depuis le début des années 2000.

6Même s’ils ne présentent pour nous qu’un intérêt relatif ou indicatif, les chiffres officiels des entrées de touristes maghrébins ne sont pas spectaculaires, à l’instar de ceux des Bulgares, Russes, Iraniens ou Ukrainiens. Néanmoins, ils ne sont pas négligeables et enregistrent une augmentation sensible depuis le début des années 2000. Cette augmentation ne signifie pas nécessairement une augmentation du flux de “transitaires”, dont une partie entre illégalement en Turquie et n’est donc pas prise en compte par ces statistiques touristiques. Selon les autorités consulaires tunisiennes, en 2004, plus de 60 000 ressortissants tunisiens sont venus en Turquie, ce qui constitue un fort accroissement par rapport au début des années 2000 (tab. 1).

Tableau 1 : Les entrées officielles de Maghrébins en Turquie (2002-2005)

Pays

1990

2000

2001

2002

2003

2004

6 premiers mois de 2005

Libye

22 500

24 000

31 473

29 970

28 185

27 846

12 440

Tunisie

16 330

36 692

44 961

51 271

46 718

52 470

30 389

Algérie

9 737

33 421

39 904

41 473

42 140

44 124

20 941

Maroc

5 695

11 635

11 798

12 643

13 794

15 987

11 008

Source : Site Internet du Ministère Turc de la Culture et du Tourisme (www.kültür.gov.org)

Les voies d’acheminement et les modalités d’entrée en Turquie

7D’après les données fournies par le Ministère de la Culture et du Tourisme turc, en 2004, la grande majorité des Maghrébins entrés légalement en Turquie sont entrés par les airs. Cependant, on note que près du quart des Tunisiens répertoriés est entré par un poste frontière terrestre. Il y aurait donc là une singularité tunisienne qui reste à éclaircir. S’agit-il de Tunisiens d’Europe venus en bus ou en voiture ? S’agit-il de Tunisiens en route pour La Mecque ayant transité par la Turquie ? Sur la base des statistiques de 2004 des entrées aux différents postes frontière, on s’aperçoit en fait qu’il s’agit de la voie terrestre syrienne. En effet, en 2004 l’essentiel (plus des 9/10) des entrées terrestres tunisiennes ont été effectuées par le poste frontière turco-syrien du Hatay, Cilvegözü. Même si la part des entrées terrestres est moins importante pour eux – elle est quasi négligeable pour les Libyens –, plus des trois quarts des entrées terrestres marocaines et algériennes se font aussi de Syrie, le reste se faisant de Grèce (tab.2).

8Par ailleurs, les Algériens semblent se distinguer par une originalité, qui tient à la part des arrivées par mer, relativement plus importante que pour le reste des groupes nationaux. En outre, toujours en 2004, la quasi-totalité de ces arrivées par mer s’effectue en Thrace, dans le département de Tekirdağ (tab.2). En ce qui concerne la voie terrestre, on met à part évidemment d’autres voies terrestres illégales, d’Irak ou de Bulgarie, auxquelles il nous a été fait incidemment allusion mais sur lesquelles nous n’avons pas de données plus précises.

Tableau 2 : Les modes et points d‘accès en Turquie des Maghrébins en 2004

Pays origine

Par avion à Istanbul

Par terre par la frontière syrienne du Hatay

Par terre (route, train) à Edirne

Mer par TekirdaÏ

Antalya

Libye

27 185

161

11

4

41

Algérie

39 481

1 005

251

1 617

640

Tunisie

39 278

10 691

377

-

785

Maroc

9 484

2 031

169

-

1 820

Mauritanie

-

-

-

-

Source : www.kültür.gov.org

9Deux voies d’accès principales semblent donc se dégager : la voie aérienne, principalement, avec arrivée à Istanbul, d’une part, et la voie terrestre, avec entrée par la Syrie, d’autre part. En ce qui concerne la voie aérienne, plus facilement observable, la multiplication des liaisons est un des indices les plus évidents de l’intensification des flux entre Turquie et Maghreb. En 2005, par exemple, il y a dix vols réguliers par semaine entre la Tunisie et la Turquie, cinq assurés par la compagnie nationale turque et cinq autres par la compagnie nationale tunisienne. Il y a 7 vols hebdomadaires réguliers entre la Libye et la Turquie, assurés par les deux compagnies nationales respectives et par une compagnie privée. Et entre l’Algérie et la Turquie, il existe 3 vols hebdomadaires assurés par les deux compagnies nationales. Enfin, suite à la mise en place d’une nouvelle ligne Turkish Airlines entre Istanbul et Casablanca à partir du 27 mars 2005, les relations aériennes entre la Turquie et le Maroc se sont aussi intensifiées.

  • 5 Selon une déclaration du ministre turc  des Affaires étrangères en date de février 2005 ; Voir Radi (...)

10Pour l’instant, en vertu du principe de réciprocité dans le traitement des ressortissants, les Maghrébins n’ont pas besoin de visa pour entrer en Turquie, à l’exception des Libyens qui obtiennent cependant très aisément un visa d’un mois. Avec un passeport, les Maghrébins peuvent donc sans difficulté pénétrer sur le territoire turc pour une durée de trois mois. Mais les modalités d’acheminement et l’intensité de la fréquentation risquent d’être modifiées avec l’instauration annoncée, au début de l’année 2006, de visas pour les Tunisiens et les Marocains5, mesure imposée dans le cadre du rapprochement entre la Turquie et l’Union européenne. Seuls les Algériens, alors, pourront entrer sans visa en Turquie. On voit dans ce cas combien les cadres et opportunités juridiques établis au niveau des États conditionnent la dynamique et la morphologie des flux.

Profils des « transiteurs » et formes du transit

11Il va de soi que ces profils sont plutôt des facettes ou des rôles (plus que des statuts) qui peuvent co-exister, muter ou se succéder pour une même personne.

Le touriste

12C’est la facette initiale, pour tous ceux qui pénètrent légalement en Turquie. Qu’il s’agisse de tourisme « banal », de tourisme de shopping ou de tourisme religieux (et Istanbul est une place internationale importante à cet égard pour tout le monde sunnite), nombre des Maghrébins interrogés se sont présentés comme « touristes », avant tout ou accessoirement. Si au tourisme de visite s’ajoute fréquemment un tourisme commercial, l’articulation des deux est à prendre en compte et on ne saurait dénier a priori aux Maghrébins, en vertu d’une hiérarchie des touristes, calquée sur celle du pouvoir d’achat, souvent faite par nos interlocuteurs turcs, la possibilité d’endosser le rôle d’un touriste « normal ». Ainsi n’y a-t-il pas lieu de douter de la sincérité de ce Tunisien de 50 ans rencontré dans une échoppe qui, soucieux de se distinguer de ses compatriotes décrits comme des « profiteurs », nous a assuré avec insistance que son mobile premier était d’ordre touristique et non pas commercial (« hors de question de quitter Istanbul sans avoir visité Topkapı »).

Le navetteur et le commerçant

  • 6 Ainsi tel fonctionnaire tunisien, venant pendant ses vacances, et ne se livrant donc au commerce à (...)
  • 7 Ainsi cet homme de 33 ans rencontré dans un hôtel de Laleli, qui nous a assuré venir tous les mois (...)
  • 8 Cependant, l’interdiction des avions cargo édictée par le gouvernement libyen en juillet 2005 a ent (...)
  • 9 Entretien du 25/04/2005.

13Le navetteur est une personne qui opère dans l’espace d’une année des allers-retours réguliers entre son pays d’origine et Istanbul, où elle ne reste parfois que quelques jours, en moyenne une semaine, afin d’y acheter en quantité réduite des produits (qu’elle emportera avec elle) destinés à être revendus au noir ou dans une boutique de son pays. La fréquence de ces allers-retours est variable ; elle va d’un à trois dans l’année pour les navetteurs « amateurs », pour qui le commerce à la valise est une activité complémentaire6 souvent assimilable à une forme de tourisme commercial (et c’est le cas pour nombre de femmes tunisiennes rencontrées), à plus de 10 pour certains Tunisiens7, Algériens et Libyens8 de plus en plus enclins à verser dans des relations commerciales d’import/export plus formalisées. Il nous a même été donné de rencontrer à Osmanbey des Libyens9 assurant venir « deux à trois fois par mois » Le navettage revêt cependant un caractère saisonnier, soumis aux calendriers nationaux, religieux et commerciaux. L’activité de navettage est apparemment lucrative, avec forte marge bénéficiaire, un produit acheté en Turquie étant revendu 4 fois plus cher en Tunisie par exemple.

14La présence des navetteurs s’articule généralement autour d’un contact local, commerçant turc, avec lequel des liens de relative confiance se sont tissés au fil des allers-retours. Ce commerçant, arabophone, très fréquemment originaire du sud-est du pays (et en premier lieu du département de Mardin ; Deli : 2002) fait figure de contact principal pour le navetteur, dispensant des services allant bien au-delà de la simple prestation commerciale. En s’appuyant sur deux séries d’observations répétées et d’entretiens suivis, l’une dans une boutique d’Osmanbey et l’autre dans une boutique de Laleli, on peut préciser le rôle joué par le commerçant turc. Il associe les facilités d’acheminement, l’hébergement et le conseil tous azimuts. Il s’agit en fait d’une prise en charge complète, excédant très largement la relation commerciale. Un de ces commerçants nous a même donné accès à l’intégralité de son carnet d’adresses, comprenant à la fois des adresses de transporteurs, de restaurants, d’hôtels, de traducteurs, de grossistes et d’ateliers.

V. est patron d’une petite boutique à Laleli (le patron d’une boutique voisine a d’ailleurs épousé une Tunisienne), dans un des multiples complexes commerciaux de cette place emblématique du commerce à la valise. Il est né en 1971, est marié et père de deux enfants. Il est né à Mardin (“dans la ville même”, insiste-t-il) dans une famille arabophone ; il a neuf frères et soeurs. Il se dit aussi kurdophone et comprend un peu le français. Son père était porte-faix à Mardin, puis à Istanbul. V. est venu à Istanbul à 12 ans, où il a travaillé “à droite à gauche” jusqu’en 1988, notamment en tant que guide pour les Tunisiens ou les Libyens. En 1988, il se lance dans le commerce avec le Maghreb, et tout particulièrement la Tunisie. Il se rend en Tunisie pour vendre du textile en petite quantité et se construire un réseau de clients. Il a donc une expérience directe du Maghreb. Il se livre à cette activité lucrative, reconnaît-il, entre 1988 et 1994. Il fait faillite en 1999, à cause dit-il, de son associé tunisien, qui aurait trahi sa confiance (leurs relations étant non formalisées juridiquement, il s’est retrouvé sans aucun recours). Il en éprouve depuis du ressentiment envers les Tunisiens en général. Entre la fin 1999 et 2004, il se trouve obligé d’aller travailler comme vendeur dans le magasin d’un autre, à Osmanbey. Temps nécessaire pour se reprendre et accumuler l’argent nécessaire à la reconquête de son indépendance. Fin 2004, au prix de gros sacrifices, il parvient à remonter sa propre affaire. Il possède à nouveau sa boutique. Il va en Tunisie au moins une fois tous les trois mois, à la fois pour entretenir ses contacts, élargir son carnet d’adresses et faire du tourisme. Ses clients sont surtout des Tunisiens, “des femmes à 80 ou 85 %”. Il paie pour sa boutique un loyer de 500 dollars par mois et fait fabriquer ses produits à Merter et à Kagithane. V. a des idées assez arrêtées sur les Maghrébins ; il oppose des types nationaux qu’il considère comme très différents. Selon lui, les Tunisiens, contrairement aux Libyens, ne sont pas fiables en affaires…

  • 10 Des investigations anthropologiques dans les pays d’origine seraient nécessaires, que nous n’avons (...)

15C’est dans cette sphère qu’on note les oppositions nationales les plus visibles, quant au genre dominant se livrant à ce type d’activité. En effet, toutes les observations et tous les entretiens nous conduisent à différencier, pour les Libyens et les Algériens, un commerce à la valise pratiqué en grande majorité par de jeunes hommes, du commerce à la valise à dominante féminine, pour les Tunisiens et les Marocains. Nous n’avons pas été en mesure de trouver une explication satisfaisante à ce qu’on pourrait qualifier de redoublement par le genre des différences nationales. Cette caractéristique a en tout cas pour effet de rendre encore plus visibles les différences nationales et de faciliter les procédures d’identification à vue et à distance, inévitables dans toute initiation d’une relation commerciale10.

  • 11 Comme ce jeune Italo-tunisien croisé une nuit à Laleli.

16Socialement parlant, il apparaît que ceux qui se livrent à ce commerce appartiennent plutôt aux classes moyennes, relativement éduquées et disposant des capitaux indispensables à la mise en mobilité fréquente qu’exige cette activité. En outre, c’est dans cette “catégorie” que l’on trouve le plus de citoyens européens d’origine maghrébine, qu’ils soient de nationalité suisse, italienne11 ou française (pour citer ceux qui nous ont été le plus évoqués et ceux que nous avons pu rencontrer). Dans ce cas, le commerce à la valise peut prendre une forme très conviviale, familiale et touristique, les allers-retours étant moins nombreux, voire seulement épisodiques (durant les vacances en Europe). Enfin, quelques quartiers paraissent polariser la présence de ces navetteurs maghrébins : Osmanbey, Merter, Zeytinburnu et Laleli, pôles invariablement convoqués de l’image mentale qu’ont d’Istanbul ces derniers. En effet, les navetteurs ne connaissent parfois d’Istanbul que ces lieux, sortes d’îlots très circonscrits sein de la métropole, auxquels peuvent de fait se limiter leur pratique de la ville.

17Cependant la figure du navetteur maghrébin semble en déclin depuis le début des années 1990, parallèlement au mouvement général de diminution des revenus estimés de ce commerce (tab.3). En tout cas, tous les commerçants turcs avec lesquels nous avons parlé nous ont laissé entendre que les pays du Maghreb ne représentaient pas pour eux des marchés très intéressants, qu’ils constituaient des sortes de marchés par défaut, à l’exception peut-être du marché libyen, aussi décrit comme la « porte d’accès à l’ensemble du marché africain ». La Libye en effet est considérée comme une sorte de « ventre mou » douanier du continent africain par lequel entrent de plus en plus de produits destinés non pas au seul marché libyen, mais à toute l’Afrique. De même, comme il nous l’a été dit à plusieurs reprises, certains Tunisiens passent par la Libye pour faire entrer leurs marchandises, très sensiblement moins taxées par les douanes libyennes, qu’ils acheminent ensuite illégalement en Tunisie (dans le sud de la Tunisie, les voies de la contrebande transfrontalière sont multiples).

18Si des différences sont faites par les commerçants turcs, entre les “bons Maghrébins” (Libyens et Algériens) et les autres, l’émergence de clients arabophones à plus fort pouvoir d’achat (Irakiens, Égyptiens, ressortissants de pays de Golfe, Saoudiens... ) a entraîné une certaine marginalisation de la clientèle maghrébine, en tout cas dans l’imaginaire hiérarchisant des commerçants. De même, le passage à des formes plus organisées (import/export par cargo) de relations commerciales participe à ce déclin de la figure du navetteur maghrébin, décrit désormais non sans quelque mépris comme “torbacı” (porteur de sac), terme à connotations clairement péjoratives. De plus en plus donc, une opposition est faite par les commerçants turcs entre ces torbacı, considérés avec quelque mépris, et les grossistes (toptancı) qui ont de très loin leur préférence. On s’occupe encore du torbacı, mais en marge de l’activité plus noble que représente le commerce par cargo (effectué par les cargocu). Ou alors le commerce à la valise n’est plus considéré que comme un préalable, dans le cas d’un premier contact ou comme un complément d’activité, à la périphérie de l’activité de commerce de gros. Donc l’opposition entre torbacı et cargocu n’est en définitive pas aussi nette que l’on pourrait croire ; nombre de cargocu ne déclarent aux douanes qu’une partie de leur marchandise et réalisent donc une partie de leur commerce sur un mode informel.

Tableau 3 : Le déclin des revenus du commerce à la valise de Laleli

Année

Revenu estimé (en milliards de dollars)

1997

5,8

1998

3,7

1999

2,3

2000

2,9

2001

3

2002

4,1

2003

4,5

2004

2

Photo 1 : Paquets à destination de l’Algérie à l’aéroport Atatürk (JFP, 2005)

Agrandir

Le candidat à l’exil vers l’Europe

  • 12 Cf. Cumhuriyet, 12/08/2002.

19D’emblée, insistons sur le fait que les Maghrébins paraissent ne constituer qu’une part réduite du flux d’irréguliers en transit, si l’on s’en tient aux statistiques d’arrestations. Durant les 7 premiers mois de l’année 2002, par exemple, sur les 536 irréguliers arrêtés, ils n’étaient que 6 dont 4 Marocains et 2 Algériens (contre 265 Irakiens, 127 citoyens turcs, 59 Afghans, 47 Palestiniens et 21 Iraniens)12. Le tableau 4 offre un autre exemple des proportions « nationales » généralement rencontrées. 

Tableau 4 : Un exemple d’arrestations fin juin 2002 à Edirne

Nationalité

Nombre de ressortissants arrêtés

Irakiens

52

Afghans

52

Pakistanais

42

Bengladechis

19

Palestiniens

18

Sierra-Léonnais

10

Algériens

8

Marocains

4

Tunisiens

2

Somaliens

2

Nigérians

1

Source : Radikal, 21/06/2002, p. 5

20D’un point de vue chronologique, ce mode de présence maghrébine à Istanbul n’est pas ancien. Il émerge à partir du début des années 1990, avec l’ouverture des voies terrestres dans les Balkans suite à la levée du Rideau de fer. En 2003, on enregistre une baisse des arrestations aux frontières terrestres (qui concernaient surtout Marocains et Algériens), en tout cas si l’on se fie aux données de la Direction de la Sécurité publiées par la presse. Cette diminution, qui concerne l’ensemble des groupes nationaux – bien au-delà des seuls Maghrébins – peut être interprétée différemment. Elle peut être considérée comme un signe du fait que les systèmes de contrôle et de répression mis en place commencent à porter leurs fruits, ou alors comme un indice d’une mutation dans les stratégies de transit, adaptation aux politiques développées par les États, et d’un redéploiement des itinéraires d’exil.

  • 13 Selon une source policière, en 2004, dans le seul département d’Edirne (qui fait frontière entre la (...)
  • 14 Ainsi ces irréguliers, dont un grand nombre d’Afghans, arrêtés dernièrement à Gebze (périphérie ori (...)

21Il ne s’agit pas non plus d’un type pur et exclusif des autres, ni d’un type animé d’intentions définitives ; il peut être combiné aux types suivants, les rôles étant en l’espèce extrêmement labiles. Venus par des voies multiples, illégales ou non, ils visent la Grèce, par la terre, ou l’Italie, par la mer. Mises à part quelques rencontres et allusions difficilement vérifiables, seules les arrestations qui surviennent régulièrement peuvent nous donner des indices concernant ce profil. Dans presque tous les cas, on constate que les irréguliers arrêtés sur les côtes de la mer Égée ou près de la frontière terrestre avec la Grèce13 ou la Bulgarie ont séjourné un temps à Istanbul, qui apparaît comme un véritable pôle de redistribution à partir duquel les filières d’émigration clandestine se redéploient14. Il ne semble pas que les Maghrébins disposent de leur propre filière de passage clandestin des frontières. D’après les entretiens en tout cas, et à en juger par les nationalités composant les groupes au sein desquels ils sont arrêtés, ils se greffent à des filières qui offrent leurs services à des ressortissants de pays variés, Pakistanais, Afghans, Egyptiens et Palestiniens, pour les plus fréquemment cités (tab.3). En revanche, beaucoup bénéficient de relais « nationaux » en Grèce.

  • 15 Cf. entretiens à Beyazıt/Laleli le 7/06/2005.

22Cependant, même s’il nous a été difficile d’en rencontrer s’affichant comme candidat à l’exil vers l’Europe, il s’agit en grande majorité d’hommes, souvent jeunes. Ainsi ce Tunisien rencontré un soir dans un hall d’hôtel de Laleli, qui a fini par nous avouer qu’il était en attente d’un bon « plan » pour filer par bateau sur la Grèce (800 euros). Un autre jeune Tunisien nous a ainsi dit revenir d’Izmir où il avait rencontré un compatriote installé là-bas, pour s’informer des conditions de passage dans une île grecque (1 500 euros). N’ayant pas la somme requise, il nous a expliqué que son intention était de retourner en Tunisie pour trouver l’argent nécessaire, puis de revenir et tenter l’aventure avec des amis qu’il ferait venir avec lui. On trouve aussi des personnes au niveau d’instruction parfois très élevé, animées par le projet de valoriser ce capital culturel dans un pays d’Europe où les rémunérations sont éminemment plus attractives. Dans beaucoup de cas, la Turquie est clairement reconnue – au cours des entretiens – comme « la voie la plus facile » pour accéder illégalement à l’UE. Nous reprenons l’expression d’un Algérien d’une quarantaine d’années rencontré à Beyazıt15 qui nous a dit transiter par la Turquie pour la septième fois depuis 1991, après avoir été expulsé six fois d’un pays européen qu’il avait réussi à gagner à partir de la Turquie (franchissant à chaque fois, après un passage à Istanbul, la frontière turco grecque à pied). Quinze ans après sa première tentative, il se montrait donc prêt à récidiver… avec pour objectif idéal les Pays-Bas.

23Ce qui frappe dans ce cas de figure, c’est l’extrême incertitude à laquelle sont condamnés les candidats au passage illégal en Grèce (en tout cas pour ceux qui n’ont pas les moyens de faire cela proprement, en y mettant le prix fort). Tout n’est que rumeurs, tâtonnements, imprécisions, improvisations, hésitations, hasards.

24Enfin, cette figure du « transiteur » n’existe pas sans son corrélat, le marchand d’exil et celui de faux papiers ; celui-ci peut être de diverses nationalités. On a pu en croiser un dans les rues de Laleli, une nuit. Il était Tunisien, vivant depuis plus de 4 ans à Istanbul, et rôdait près des hôtels où des clients potentiels pouvaient se trouver. À une autre occasion, il nous a été dit qu’une des personnes que nous venions de rencontrer, qui jouissait de la double nationalité (turque et italienne) était en fait un fournisseur de faux papiers.

La nounou

25À l’instar des Moldaves, qui opèrent sur un autre segment du marché (pas de concurrence donc), il existe sur le marché stambouliote une véritable filière des nounous maghrébines, en grande majorité marocaines à notre connaissance. Cette filière concerne des jeunes femmes non mariées, contrairement à ce que l’on constate, pour les mêmes métiers, chez les Moldaves, Arméniennes ou Géorgiennes. Cette filière s’est structurée autour du milieu des francophones installés à Istanbul, et semble avoir pris son essor il y a une dizaine d’années à partir du milieu des diplomates français. Désormais, elle s’auto-entretient par bouche-à-oreille et s’étend même avec l’arrivée de nouvelles candidates et la circulation des « candidates » par recommandation, d’une famille à l’autre. Jeunes et souvent sans capital scolaire, ces nounous sont dans un processus d’accumulation et d’autonomisation par rapport à leur famille d’origine.

L’employé(e) et le travailleur

  • 16 Voir à cet égard les études faites par la Chambre de Commerce d’Istambul sur les relations commerci (...)

26Nous ne parlerons pas ici des Maghrébins engagés dans des relations de travail déclarées s’inscrivant dans les relations commerciales entre la Turquie et le Maghreb en développement sensible16. Il existe en effet quelques sociétés d’import/export et de conseil dans lesquelles travaillent des Maghrébins.

27À Laleli, nous avons pu conduire un long entretien dans une société d’import/export travaillant avec le Maghreb où étaient employés un Libanais, un Français (converti à l’islam et marié à une Tunisienne) et un Marocain, tous de longue date en Turquie. Cependant, ces sociétés, à Laleli ou ailleurs, peuvent aussi jouer informellement comme lieux de ressources, dans le cas d’interconnaissances activées, pour les nouveaux venus. À plusieurs reprises, Nous avons été témoins de scènes de premier contact entre des installés et des nouveaux arrivés. En marge de ces structures légales peuvent donc évoluer des personnes non déclarées, au statut plus flou au regard des lois turques et maghrébines.

Photo 2 : « Recherche élément féminin parlant l’arabe » (Osmanbey, 2004)

Agrandir

28Mais dans les boutiques d’Osmanbey, de Merter et de Zeytinburnu on trouve des Maghrébins employés pour leurs compétences linguistiques de manière plus ou moins stable (photo 2). Il s’agit surtout de jeunes femmes, généralement “installées” depuis un certain temps à Istanbul – le temps de l’acquisition d’un niveau de turc suffisant pour les affaires. Ces jeunes femmes, à l’instar des Bulgares ou des Russes recrutées à destination de la clientèle russophone, servent à faire l’interface avec tous les clients arabophones, qu’ils soient maghrébins ou non. Il a été très difficile de réaliser des entretiens avec ces employées, leurs patrons protecteurs nous faisant comprendre clairement qu’ils voyaient d’un mauvais œil cette éventualité. Cependant, de plus en plus, les Maghrébins tendent à être remplacés par des Irakiens, jugés moins chers, pour assurer ce type d’interface linguistique dans les commerces. À Laleli on trouve néanmoins à certaines périodes de l’année des centres commerciaux avec parfois une Tunisienne par boutique et à l’entrée du han, un rabatteur tunisien.

  • 17 Loi intitulée : « Loi sur les autorisations de travail des étrangers » ; cf. Dünya, 02/09/2003, p. (...)
  • 18 Un numéro de téléphone destiné à dénoncer ce genre de pratique a même été mis en place. Voir Radika (...)
  • 19 A propos de l’arrestation de 11 travailleurs étrangers non déclarés à Laleli en octobre 2005, voir (...)

29À notre connaissance, contrairement à ce que l’on a observé pour les Afghans ou les Irakiens (voire les Roumains jusqu’à une certaine période), les Maghrébins ne semblent pas investir tous les créneaux du travail informel à Istanbul (dont on sait qu’il touche aussi massivement les citoyens turcs) au premier rang desquels se situe le bâtiment et la production textile, si ce n’est, et d’une manière très discrète, celui de la restauration et de la manutention (Lordoğlu, 2005). De plus, si le dispositif de lutte contre le travail non déclaré se renforce, comme une série de lois (notamment la loi n° 4817 entrée en vigueur le 6 septembre 200317) et de mesures récemment adoptées18 semblent l’indiquer, la figure du travailleur est appelée à perdre de l’importance19.

L’étudiant et l’apprenti

  • 20 Entretien publié par le quotidien Sabah, 05/12/2004.

30Le nombre d’étudiants maghrébins identifiés par leurs autorités consulaires, boursiers de l’Etat turc ou d’un État maghrébin, est très réduit. Pour la Tunisie durant l’année 2004-2005, il était de 9 selon le vice-consul interrogé (cinq en Histoire et Civilisation Ottomanes, deux en médecine, un en droit et un en aviation), pour sa circonscription en tout cas. À ce type d’étudiant s’ajoute une mouvance composée d’étudiants non enregistrés auprès de leurs autorités consulaires et d’anciens étudiants. Ainsi, quelques employées rencontrées dans des sociétés d’import/export et de conseil étaient ainsi inscrites, souvent en langue ou littérature. Pour les Libyens, la présence étudiante officielle est aussi restreinte ; selon le président de l’association des amitiés Turco-Libyennes20, un total de 180 étudiants libyens auraient été formés en Turquie, depuis que les deux pays ont des relations suivies (et ce jusqu’à la fin 2004).

31Parmi les anciens étudiants, on trouve aussi des Algériens ayant suivi des études en URSS ou dans la Fédération de Russie, et jamais rentrés dans leur pays. Il s’agit de personnes relativement ancrées, des « références » respectées pour leur capital social et culturel. Un de nos informateurs privilégiés en 2001-2002, un Algérien diplômé de littérature arabe de l’université de Damas, bon anglophone (parce que un temps marié à une Anglaise) et bon turcophone, jouissait de ce genre de crédit auprès de ses compatriotes, jusqu’à ce que l’impossibilité à obtenir un permis de séjour convenable ne le décide à retourner en Syrie. En outre, dans au moins deux domaines d’activité, l’orfèvrerie et le tourisme (ce dernier secteur concernant moins Istanbul), on trouve des apprentis d’origine maghrébine. Malheureusement, nous n’avons pas pu en savoir plus sur cette figure-la.

La prostituée

  • 21 La presse excelle à nourrir l’amalgame entre prostitution et présence étrangère ; pour un exemple r (...)
  • 22 Voir Cumhuriyet, 20/01/2005, p. 3, « Şişli’de fuhuş operasyonu ».

32Figure devenue inévitable et récurrente des représentations et du discours communs sur la présence étrangère à Istanbul21, la prostituée, qui ne correspond pas à un statut, existe aussi pour les Maghrébins, même si dans les chiffres publiés par la Direction de la Sécurité relatifs aux reconduites à la frontière pour fait de prostitution, nous n’avons jamais remarqué de Maghrébins. Néanmoins, au début janvier 2005, une opération policière a révélé l’existence de salons de massage paravents où travaillaient des Tunisiennes (devenues citoyennes turques par mariage22).

33Mais hormis quelques faits divers de ce type, parus dans la presse, on ne s’appuie ici que sur du discours rapporté. Mais d’un discours rapporté de manière tellement répétitive qu’on est tenté de lui accorder quelque crédit. Il s’agit essentiellement d’un discours de boutiquiers, d’Osmanbey ou de Laleli, qui opère d’ailleurs des différences entre nationalité et tend à stigmatiser surtout les Marocaines et accessoirement les Tunisiennes), accusées de se livrer en nombre à cette activité dans les hôtels de Taksim ou de Laleli.

34La prostitution peut être très temporairement pratiquée, histoire de s’assurer un revenu supplémentaire pour prolonger son séjour à Istanbul, comme il nous l’a été confié une nuit à Laleli par une jeune Tunisienne que nous avions croisée une semaine avant dans une échoppe à la recherche de vêtements ras affriolants. La pratique de la prostitution auprès des commerçants permet aussi à certaines Maghrébines de se procurer les marchandises qu’elles souhaitent, en payant en nature.

La personne en fuite

35Enfin, la Turquie fait office de havre de paix pour des personnes ayant des problèmes avec la justice de leur pays, suite à des affaires diverses dont nous ne connaissons pas le détail (faillite, chèque en blanc, histoires familiales, service militaire, opposition politique... ). Dans ce cas, il ne s’agit pas à proprement de “transiteur”, mais plutôt de personnes acculées en quête d’un refuge. Par exemple, nous avons pu rencontrer un Tunisien d’une trentaine d’années ayant vécu en Allemagne trois ans, puis en Suisse (où il s’est marié avec une Suisse d’origine slovène), puis ayant séjourné une année à Ankara, avant de se rendre à Istanbul où il vivait depuis 4 ans. Cet homme nous a dit avoir quelques problèmes et ne pouvoir retourner pour l’instant ni en Tunisie ni en Suisse. C’est donc contraint et forcé qu’il se trouvait à Istanbul, où il exerçait l’activité de rabatteur de clients maghrébins à l’entrée d’un des han les plus connus de Laleli. On apprit ultérieurement qu’il exerçait une autre activité, consistant à trouver des « filles » pour des hommes en recherche.

L’articulation entre les figures ou les risques de la classification

  • 23 Voir Evrensel, 10/04/1993, p. 3.

36Les figures dégagées, on l’a déjà dit, ne sont pas exclusives les unes des autres. Pas plus que chaque type ne correspondrait à un champ autonome d’activité, n’entretenant aucune relation avec les autres. Il s’agit d’états ou de rôles parfois successivement endossés, au gré des opportunités et des contraintes, comme au fil du temps. Un touriste devient vite transiteur ; une commerçante, prostituée ; une employée, mariée… De même, il peut y avoir une co-présence dans le temps et l’espace de figures différentes. Ainsi, il nous a été prétendu au cours d’un entretien que des navetteuses profiteraient de leurs allers-retours et de leur expérience du terrain turc, construite au fil du temps, pour prendre en charge de jeunes compatriotes et les mettre en relation à Istanbul avec des filières d’émigration clandestine vers l’Europe. Cette articulation entre commerce à la valise et émigration clandestine associe donc des figures distinctes au premier abord mais qui, sur la base de relations familiales, affectives ou vénales, peuvent converger un moment. De même, certains candidats à l’exil vers l’Europe peuvent être des demandeurs d’asile en puissance, à l’instar de ce Tunisien arrêté en 1993 au poste frontière terrestre de Dereköy alors qu’il tentait de passer clandestinement en Bulgarie23. Connu pour son opposition au régime tunisien, il souhaitait se rendre en France pour y demander l’asile politique. Mais présenté par les autorités tunisiennes contactées après son arrestation comme un criminel de droit commun, son extradition avait été envisagé, au terme de l’accord bilatéral entre la Turquie et la Tunisie de 1982.

Les stratégies mises en œuvre

L’inscription dans un dispositif plus ou moins préconstruit et stable

37Chaque migrant s’insère de facto dans un dispositif d’accueil informel qui lui sert de premier cadre “d’intégration” (le mot étant employé ici dans un sens minimal). Ce dispositif, toujours redéfinissable et complexifiable, peut-être considéré comme un ensemble plus ou moins dense, stable et intégré, de ressources, matérielles ou immatérielles (sociales), mobilisables au moment de l’arrivée et même avant l’arrivée (grâce au téléphone). L’accès à ce dispositif se paie toujours d’une manière ou d’une autre, directement par versement d’argent différé (ce qui signifie contraction d’une dette dès l’abord) ou non, par le travail, ou indirectement par formation d’une dette morale (exigeant un acquittement qui prendra des formes multiples, sur des temporalités très variables). L’accès à un dispositif efficace se paie ; et la construction d’un dispositif d’intégration ou de survie est toujours délicate et précaire.

38Dans tous les cas des dispositifs/réseaux sont donc mis en branle, qui mobilisent ceux qui sont “installés” depuis plus longtemps, d’une part, et ceux dont la situation relative est meilleure. Ces réseaux sont très clivés nationalement parlant, en dépit de l’intervention de personnes qui assurent des ponts ou passerelles, souvent turques d’ailleurs. Autrement dit, c’est d’abord en sollicitant le segment des Algériens d’Istanbul qu’un Algérien récemment arrivé, quel que soit son profil, entreprend d’investir Istanbul. Pour la filière des nounous marocaines par exemple, il nous a été possible de retracer toute la chaîne, à partir d’une véritable pionnière, originaire de Casablanca et mariée à un Marocain exerçant une activité déclarée dans le centre historique, qui fait venir du Maroc des proches dont elle s’occupe dans la première phase (pour l’hébergement et le travail), jusqu’à leur autonomisation relative. Ce rôle de pionnier peut se redistribuer dans le temps, les situations matérielles et juridiques évoluant, une nounou autonomisée pouvant au bout de quelques années jouer à son tour le rôle de “pionnière” protectrice. Aussi, dans chaque « groupe national », à l’image du jeune Algérien entrevu à la fois à la Direction des Etrangers et à l’aéroport Atatürk, émergent des petits leaders, plus débrouillards, parfois de véritables « entrepreneurs sociaux », qui savent s’imposer auprès de leurs compatriotes – clientèle « naturelle » –, comme contact utile, et savent monnayer leurs connaissances relatives du terrain et leur capital social accumulé dans la grande ville.

  • 24 Comme l’association des Cœurs Affectueux (Şevkatli Kalpler Derneği), l’Association des Droits de l’ (...)
  • 25 Voir par exemple le quotidien Zaman, 4/06/2005, p. 16 (Taner Kılıç : « Türkiye’deki mülteci hukuku (...)

39Par ailleurs, et c’est pour l’instant une constante en Turquie, quelques prises de position, déclarations et services ponctuels mis à part24, l’implication des associations dans les dispositifs d’accueil et d’intégration demeure extrêmement limitée, voire inexistante, excepté dans le cas d’événements extrêmes. En définitive, seule l’antenne turque d’Amnesty International développe une politique en la matière, attirant régulièrement l’attention des pouvoirs publics sur le dossier des candidats au transit25.

40Parallèlement, nous n’avons pas noté d’utilisation/d’investissement des réseaux religieux de Turquie, dont on sait qu’ils irriguent toute la société turque, milieux des affaires et milieux politiques confondus, comme composante des stratégies d’intégration. En d’autres termes, au-delà des affirmations parfois entendues relatives à une appartenance commune à la « communauté des croyants », la pratique de la religion semble rester affaire privée et « nationale » à la fois. S’il y a bien inscription des pratiques privées dans le calendrier commun de l’islam sunnite, les intersections entre ces pratiques et les pratiques du pays d’accueil demeurent très limitées, à l’exception de la fréquentation d’une mosquée « turque » à quelques occasions. De même, nous n’avons pas entendu parler de recours par les Maghrébins à des associations caritatives à références religieuses marquées, du type Deniz Feneri ou IHH (İnsani Yardım Vakfi : http://www.ihh.org.tr/cgi-bin/index.pl ).

41Enfin, ce l’on peut dénommer l’infrastructure communautaire, visible, qui serait composée d’associations et de lieux de rencontre ayant pignon sur rue, est pour les Maghrébins réduit à la portion congrue. À notre connaissance, et nous ne comptons pas les restaurants tunisiens ou marocains de standing, il n’existe que le Restaurant « Algeria » à Beyazıt, au premier étage d’un immeuble assez sordide d’une rue descendant sur la mer de Marmara. C’est le seul lieu d’accroche, connu des Algériens, mais aussi des Marocains et de certains Tunisiens, à l’adresse des nouveaux arrivants. Mais il nous a été très difficile d’y faire des entretiens, la patronne à l’époque (puisque la responsabilité de la gérance tourne à un rythme soutenu) s’étant montrée à chacune de nos apparitions/intrusions extrêmement réticente.

Les composantes du dispositif

Précieuse famille

42Entendue au sens large, il s’agit d’une des ressources principales, pourvoyeuses des services indispensables dans les premiers temps et même longtemps après l’arrivée, les dettes contractées devant être remboursées. Ainsi qu’en cas de problème grave (accident, maladie). Prenons l’exemple de A.. Originaire des périphéries démunies de Casablanca, elle est arrivée en 2000 en Turquie, pour s’installer chez sa grande sœur. Cette dernière, mariée à un capitaine de la marine marchande turque rencontrée à Valence (Espagne), dans des conditions que nous ignorons, a donc très vite régularisé sa situation et s’est trouvée en mesure de faire venir sa cadette. Pendant trois ans, A. a habité chez sa sœur, qui lui a fait rencontrer L., exerçant l’activité de nounou et mariée à un Marocain implanté de longue date en Turquie. L., amie de la sœur d’A. a rapidement assuré l’intégration d’A. dans la filière des nounous marocaines pour francophones ; un pourcentage important de l’argent gagné étant envoyé au Maroc. La sœur d’A. s’est par ailleurs occupée du mariage blanc de sa cadette, qui, à partir de 2003, a commencé à s’autonomiser, notamment en prenant un logement pour elle seule. Ayant remboursé ses dettes vis-à-vis de sa soeur, A. a fait à son tour venir des amies de Casablanca ; certaines ont un temps vécu à ses côtés. Depuis le printemps 2005, A., devenue citoyenne turque, est mariée à un Turc, cousin de la mère d’un enfant qu’elle gardait.

43Donc quand la famille n’existe pas, on la fabrique, par le recours au mariage qui apparaît surtout pour les femmes comme un élément important dans les stratégies d’intégration. On la fabrique encore en s’appuyant sur des amis.

Le patron/protecteur

44L’inscription dans le marché du travail non déclaré est la première phase dans le processus d’insertion locale. Elle suppose des relais informels et la possession d’informations minimales sur l’état des opportunités. On a vu plus haut dans quels secteurs d’activité on trouvait le plus de Maghrébins (en fait surtout des Maghrébines). Figure centrale, le patron/protecteur est le pourvoyeur en emplois et dispose de ce fait d’un pouvoir considérable sur ses obligés. Deux cas de figure existent : dans le cas d’un emploi non déclaré, et c’est la plupart du temps le cas, au moins dans les premiers temps, la dépendance est forte ; dans le cas d’un emploi déclaré, les relations sont plus claires et moins soumises à l’arbitraire du patron. Celui-ci est tantôt un citoyen turc, tantôt un Maghrébin implanté depuis un certain temps, parvenu à un statut lui conférant une relative visibilité dans le champ des ressortissants du pays d’origine. Aucune philanthropie dans les relations entre patron et « sujet ». Le patron est souvent en même temps le logeur, ce qui renforce la relation de dépendance. Dans ce cas, le logement se fait à l’étage supérieur de la boutique ou de l’atelier, dans des conditions souvent très sommaires.

Le logement

  • 26 Sur les meublés sordides de la ville historique, voir Evrensel, 13/09/2003, p. 12.

45À l’exception de ceux qui sont attendus, par un ami, un ami d’un ami, un parent ou l’employé d’un hôtel – ce qui est de plus en plus fréquent pour les commerçants -, le logement demeure l’inconnue principale et le premier problème à résoudre. Pour les migrants sans réseau familial préexistant, il s’est fait principalement, jusqu’à récemment, dans les petites pensions et autres « meublés » tenus par des marchands de sommeil, nombreux dans la péninsule historique (arrondissements de Fatih et d’Eminönü) mais aussi dans certains quartiers de Beyoğlu. Pour les Maghrébins en transit, nous avons repéré quelques hôtels et pensions souvent cités dans les entretiens, situés dans le bas de Laleli et du côté de Kadırga, Nişanca, ou Cankurtaran. Ces hébergements sont des lieux de mise en contact avec des pourvoyeurs d’emplois, comme avec les passeurs vers la Grèce. Ils constituent aussi un des espaces privilégiés de contact entre Maghrébins et citoyens turcs, certains de ces derniers, immigrés dans leur propre pays, partageant les mêmes conditions de vie26 et de travail.

46Il y a une hiérarchie des hôtels en termes de standing et de prestations offertes. Il est fort probable que la fonction de certains hôtels dépasse le seul hébergement. Si l’on peut parler d’une offre hôtelière scindée par nationalité, les hôtels sont néanmoins des lieux d’articulation entre les différentes figures distinguées plus haut.

  • 27 A l’instar de l’arrondissement de Fatih où, fin mai 2005, 38 irréguliers entassés dans une maison a (...)
  • 28 Où par exemple, suite à une dénonciation, 30 Pakistanais ont été arrêtés au début du mois de juille (...)
  • 29 Voir Sabah, 31/05/2005.
  • 30 Voir Zaman, 16/04/2005, p. 19.

47Cependant, il est à noter qu’un mouvement de redéploiement des “caches”, pour les plus précaires d’entre elles, est actuellement en cours, les quartiers dégradés des arrondissements centraux27 cessant d’être les principaux pôles d’hébergement. Ce redéploiement est dû à la fois à un changement de stratégie des logeurs de clandestins (aspirant à une plus grande invisibilité) et à la politique de “nettoyage” du centre historique lancée par les pouvoirs locaux. Le quartier de Küçükpazar28, dans la péninsule historique (arrondissement d’Eminönü), est ainsi l’objet d’une reconquête, qui passe par la fermeture des pensions et autres meublés (dénommées « chambres pour célibataires ») où logeaient les étrangers, comme les migrants de l’intérieur d’ailleurs. Cette reconquête est accompagnée d’une campagne de stigmatisation des étrangers accusés d’être à l’origine de l’insécurité dans les quartiers concernés, campagne orchestrée par les quotidiens à grand tirage29. Ainsi en avril 2005, des équipes spéciales de la mairie d’Eminönü, appuyées par les forces d’intervention rapide (çevik kuvvetler) du ministère de l’Intérieur, ont ainsi procédé à des descentes musclées30 et scellé des dizaines de pensions et meublés jugés suspects (tant au niveau sanitaire, sécuritaire que fiscal), initiant par là un véritable nettoyage des poches de présence en centre ville des irréguliers (qu’ils soient citoyens turcs ou étrangers). Et après l’arrestation de 37 irréguliers à Güngören, arrondissement de la périphérie européenne, le 19 novembre 2005, l’arrestation, le 29 novembre 2005, de 81 clandestins, Pakistanais et Mauritaniens, dans un quartier sans qualité de la périphérie asiatique – à Aydınevler, arrondissement de Maltepe – irait dans le sens de cette hypothèse, outre des allusions faites lors d’entretiens (concernant par exemple les arrondissements périphériques de Küçükçekmece ou de Gaziosmanpaşa). La solution adoptée dans ce cas est celle d’un appartement loué dans un des innombrables immeubles sous occupés de l’aire urbaine d’Istanbul.

Ecole, santé et la question du « rapport avec les Turcs »

48Nous disposons de peu d’informations relatives à ces chapitres de la vie au quotidien, pourtant importants. En ce qui concerne l’éducation, à partir de deux entretiens effectués avec des Maghrébins installés à Istanbul, on remarque que la préférence semble aller pour des écoles privées et, à l’adresse des filles, pour les cours coraniques qui peuvent constituer la seule forme d’éducation donnée. Dans les deux cas connus en effet, la Turquie est perçue comme plus tolérante que les pays d’origine en matière d’éducation religieuse. Quant aux discours tenus sur « les Turcs », ils oscillent selon nos interlocuteurs entre le discours du rejet et celui de la proximité. Il est donc impossible de généraliser, tant les jugements sont conditionnés par l’expérience de chacun et des discours ambiants plus ou moins appropriés et relayés. D’un côté donc, et les mariages effectués en sont l’indice, les Turcs sont vus comme des personnes proches, ne serait-ce que par la religion et par le passé partagés, d’un autre, ils peuvent être présentés comme un peuple radicalement différent, aux origines plus asiatiques que méditerranéennes. Mais l’expérience d’une noce turco-marocaine nous a montré que les clivages, même dans ce cas, pouvaient demeurer assez forts, pas seulement pour des raisons de langue, les deux « camps » en présence s’étant très peu mêlés au cours de la fête, avec même par moments une crispation sur les différences respectives.

Stratégies

La sortie régulière du territoire et la mobilité intra-urbaine

  • 31 Entretien du 12/04/2005 avec V.

49Pour les Maghrébins qui ne disposent que d’une entrée « touriste », la solution – et c’est la même pour les autres étrangers, Européens compris – est de sortir du territoire turc tous les trois mois, pour, en quelque sorte, se refaire une virginité statutaire vis-à-vis des autorités turques. Il ressort de nos observations qu’une des destinations les plus privilégiées pour procéder à ces démarches demeure Chypre-Nord. Nombre de nos informateurs se rendent donc régulièrement à Chypre, par avion le plus souvent – mais aussi par bateau, afin d’effectuer ces formalités. Le plus souvent, ils ne font qu’un aller-retour, les douaniers turcs et chypriotes acceptant, moyennant quelque dessous-de-table, de fermer les yeux sur ces sorties/rentrées réitérées. Pour les plus démunis, Marocains et Algériens, la Syrie31 constitue aussi une solution pour ce type de démarche.

Les voies de la sortie du transit

50Outre le retour pur et simple, mais qui n’est pas toujours possible, on a noté deux voies principales de sortie du transit : le mariage, d’une part, et le travail déclaré, d’autre part. Les deux voies, qui concernent surtout les femmes, sont d’ailleurs très fréquemment liées l’une à l’autre. Dans la filière des nounous, suivie depuis la fin 1999, nous avons assisté déjà à plusieurs mariages ; une même femme pouvant se marier deux fois, la première fois sur le mode “blanc”, avec un Turc et la complicité d’un agent de l’état civil, la seconde sur un mode plus sérieux, avec un Turc ou non d’ailleurs. Le premier mariage permettait jusqu’au début de l’année 2003 d’acquérir la nationalité turque au bout d’un an. Désormais, trois années sont requises.

51Dans une société de conseil et d’import/export turco-marocaine, nous avons ainsi rencontré une femme mariée à un Turc depuis 5 ans, qui travaillait dans la société de son frère. Diplômée de l’Université de Marrakech en géologie, elle souhaitait, au moment de l’entretien, poursuivre ses études à l’Université d’Istanbul. Pour survivre elle donnait des cours d’arabe et de français.

Conclusion : le règne de la contingence et de la subversion des codes

52Même si les Maghrébins ne constituent pas les « populations » les plus représentatives des formes de transit à Istanbul, leur cas, qui offre de sensibles différences selon le pays d’origine considéré, permet une fois de plus de mesurer l’attractivité de la place d’Istanbul, gigantesque pôle et commutateur dans le système des circulations et mobilités internationales. Dans tous les cas, le terme de « transit » pour qualifier certaines formes de présence étrangère doit être utilisé avec une grande prudence, tant les trajectoires sont incertaines et tant les échelles de temps et d’espace de ce transit sont variables. On se gardera donc bien de tirer des conclusions à portée généralisante.

  • 32 Par exemple, l’accident survenu à la fin juin 2005 en mer Egée, à l’issue duquel deux Tunisiens son (...)

53L’expérience du transit à Istanbul reste une expérience, à la fois individuelle et collective, frappée du sceau de la précarité, pleine d’aléas et difficilement communicable, mise à part peut-être celle des navetteurs. Le caractère perpétuellement contingent de l’expérience de transit dans le complexe d’opportunités multiples qu’offre l’environnement métropolitain stambouliote prédomine. Pour ceux qui veulent filer clandestinement vers l’Union européenne, le transit est affaire de chacun pour soi, les solidarités mobilisées se limitant à celles des compagnons d’aventure les plus proches, dans un univers où les informations circulent mal32, sont cloisonnées et toujours suspectes.

54De même, les changements d’ordre juridique qui se profilent pour les Marocains et les Tunisiens risquent ainsi de modifier les conditions de la présence de ces ressortissants en Turquie et de pousser à un infléchissement des stratégies, vers d’autres territoires de transit…, tout comme les perspectives de taxation plus importantes des marchandises des navetteurs aux frontières. L’aboutissement probable des négociations bilatérales en cours entre la Turquie et chacun des pays du Maghreb (Kirişçi, 2004 : 19-20) sur les procédures de réadmission peuvent aussi avoir des conséquences sur les pratiques de mobilité.

55Ce qui frappe c’est d’une part la reproduction, voire le renforcement, des différences nationales en situation de transit ; différences dont, au premier abord, on aurait pu croire qu’elles ne constituent pas un facteur déterminant. Or, la nationalité semble, sinon déterminer, du moins largement conditionner les modes de présence des Maghrébins à Istanbul (qui ne constituent en rien une « communauté » structurée par des intérêts communs et des pratiques de solidarité). En d’autres termes, loin des les effacer et transcender, les circulations internationales semblent même exacerber les critères de nationalité. D’autre part, le transit et la circulation en métropole étrangère ont pour effet de redistribuer les rôles entre genres, en bouleversant le partage dominant des tâches, responsabilités et initiatives et en procédant de fait à une émancipation (momentanée ?) des femmes.

56Et finalement, pour tenter de répondre à la question posée au début, la construction de « sociétés de transit » reste très limitée, et en tout cas fonction du temps et des conditions de transit, les candidats à l’exil apparaissant les moins concernés par les formes encore à explorer de « l’intégration autre » (Tarrius, 2001 : 47).

Haut de page

Bibliographie

Apap J. et al., 2005, « Turkey in the European Area of Freedom, Security and Justice », EU-Turkey Working Papers. N° 3/August 2004. Center for European Policy Studies.

Aslan M. et Perouse J.-F., 2003, « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse. Fonctions dans le système migratoire international », Revue Européenne des Migrations Internationales 19 : 173-204.

Deli F. , 2002, « La maîtrise du commerce international du textile par les patrons arabes de Mardin à Laleli », in Peraldi M. (dir.), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose : 287-307.

Delos H., 2004, "Entre Maghreb et Turquie : mobilités et recompositions territoriales", Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI), vol. 19, 2 : 47-67. Accessible en ligne à l'URL : http://remi.revues.org/document449.html

Erder S. et Kaska S., 2003, Irregular Migration and Trafficking in Women : The Case of Turkey, IOM, 86 p.

Gresh G., 2005, « Acquiescing to the Acquis : Combating Irregular Migration in Turkey », Insight Turkey, April-June, vol. 7, 2 : 8-27.

İçduygu A., 2003, « Irregular Migration in Turkey », International Organization for Migration (IOM), 99 p.

Kirişçi 2004, “Reconciling Refugee Protection With Combating Irregular Migration : Turkey and the EU”, Perceptions, Summer 2004, vol. IX, Number 2 : 5-20.

Lordoğlu K., 2005, « Turkiye’de Yabanaların Kaçak Çalişması ve Bu Çalışmaya ilişkin bir Araştırma » (le travail clandestin des étrangers en Turquie : une recherche sur ce travail), Toplum ve Bilim, n° 102 : 103-127.

Peraldi M., juin 1998, « Le cycle algérien dans Lâleli morose », Lettre d’Information de l’OUI 14 : 19-22.

— 2001, “L’esprit du bazar. Mobilités transnationales maghrébines et sociétés métropolitaines. Les routes d’Istanbul”, in Peraldi M. (dir.), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers : 329-361.

Perouse J.-F., 1999, “Irruption et éclipse des navetteurs ‘russes’ à Istanbul (1988-1999). Remous et rumeurs dans la mégapole”, Slavica occitania 8, Toulouse : 273-312.

— et GANGLOFF S., octobre 2001, « La présence roumaine à Istanbul. Une chronique de l’éphémère et de l’invisible », Les Dossiers de l’IFEA, série : la Turquie aujourd’hui 8, 47 p.

2002, « Laleli, giga-bazar d’Istanbul ? Appréhender les caractéristiques et les mutations d’une place commerciale internationale », in M. Peraldi (dir.), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose : 307-333.

— 2002, « Istanbul est-elle une métropole méditerranéenne ? Critique d’un lieu commun tenace », in R. Escallier R. (dir.), Cahiers de la Méditerranée, Actes du Colloque « Les enjeux de la nouvelle métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen, Grasse 22-24 novembre 2000 », Nice, CMMC 64 : 167-198.

— décembre 2002, « Migrations, circulations et mobilités internationales à Istanbul », in P. Dumont et al., Migrations et mobilités internationales : la plate-forme turque, les dossiers de l’IFEÀ 13, 2002, Istanbul, IFEÀ : 9-29.

— 2004, « Nouvelles configurations migratoires et problèmes des immigrants en Turquie » (en collaboration avec M. ASLAN), in : Altay A. Manco (dir.), Turquie : vers de nouveaux horizons migratoires ? Paris, l’Harmattan, Coll. « Compétences Interculturelles » : 119-149.

Tarrius A., 2001, « Au-delà des Etats-nations : des sociétés de migrants », Revue Européenne des Migrations Internationales 17/2 : 37-61.

Yenal D., 1999, « Informel Ekonominin Uluslararasılağması : Bavul Ticareti ve Laleli Örneği » (Internationalisation de l’économie informelle : le commerce à la valise et l’exemple de Laleli), Defter, Kış : 48-72.

Haut de page

Notes

1 Puisque l’un des cinq jeunes est mort noyé.

2 A la fin juin 2005 ; cf. Cumhuriyet, 27/06/2005, p.4.

3 Qui représentent seulement 10 000 des 478 000 irréguliers arrêtés en Turquie entre le début 1995 et juin 2004, soit autour de 2% ; cf. Apap et al., 2004 (cités par Gresh, 2005, p.14).

4 Deux Canadiens d’origine tunisienne, suspectés d’avoir des liens avec El-Kaida, étaient alors intensément recherchés. En octobre 2000, déjà, la police avait procédé à l’arrestation à Fatih de 3 ressortissants marocains et d’un ressortissant anglais suspectés d’avoir des liens avec des organisations terroristes. Après l’attentat de Madrid (2004), il est apparu que ces Marocains, expulsés en 2000, avaient joué un rôle dans la préparation du dit attentat.

5 Selon une déclaration du ministre turc  des Affaires étrangères en date de février 2005 ; Voir Radikal, 11/02/2005, p.5.

6 Ainsi tel fonctionnaire tunisien, venant pendant ses vacances, et ne se livrant donc au commerce à la valise qu’une seule fois par an, pour améliorer ses revenus.

7 Ainsi cet homme de 33 ans rencontré dans un hôtel de Laleli, qui nous a assuré venir tous les mois au rythme de 2 fois par mois ; et ce depuis 1991.

8 Cependant, l’interdiction des avions cargo édictée par le gouvernement libyen en juillet 2005 a entraîné un frein aux échanges entre Istanbul et la Libye, le commerce devant se faire par les lignes « voyageurs » normales ; ce qui provoque des engorgements préjudiciables ; cf. Radikal, 23/08/2005, p. 3.

9 Entretien du 25/04/2005.

10 Des investigations anthropologiques dans les pays d’origine seraient nécessaires, que nous n’avons pas été en mesure de mener.

11 Comme ce jeune Italo-tunisien croisé une nuit à Laleli.

12 Cf. Cumhuriyet, 12/08/2002.

13 Selon une source policière, en 2004, dans le seul département d’Edirne (qui fait frontière entre la Turquie et la Grèce), près de 1 000 Maghrébins auraient été arrêtés alors qu’ils tentaient de franchir la frontière (sur un total de 11 500 arrestations).

14 Ainsi ces irréguliers, dont un grand nombre d’Afghans, arrêtés dernièrement à Gebze (périphérie orientale de l’aire urbaine d’Istanbul) alors qu’ils s’apprêtaient à se rendre vers la côte égéenne ; cf. Radikal, 14/09/2005, p. 3.

15 Cf. entretiens à Beyazıt/Laleli le 7/06/2005.

16 Voir à cet égard les études faites par la Chambre de Commerce d’Istambul sur les relations commerciales avec chaque pays du Maghreb ou celles faites par KOSGEB (Küçük ve Örta Ölçeklİ sanayİ GELİŞTİRME VE DESTEKLEME, İDARESİ BAŞKANLIŞİ, CEZAYİR).

17 Loi intitulée : « Loi sur les autorisations de travail des étrangers » ; cf. Dünya, 02/09/2003, p. 4.

18 Un numéro de téléphone destiné à dénoncer ce genre de pratique a même été mis en place. Voir Radikal, 12/02/2005 et Cumhuriyet, 7/12/2005, p. 13.

19 A propos de l’arrestation de 11 travailleurs étrangers non déclarés à Laleli en octobre 2005, voir Vatan 34, 19/10/2005, p. 2.

20 Entretien publié par le quotidien Sabah, 05/12/2004.

21 La presse excelle à nourrir l’amalgame entre prostitution et présence étrangère ; pour un exemple récent d’information tendancieuse voir le magazine Haftalık, n°140, 2005, p. 22-24.

22 Voir Cumhuriyet, 20/01/2005, p. 3, « Şişli’de fuhuş operasyonu ».

23 Voir Evrensel, 10/04/1993, p. 3.

24 Comme l’association des Cœurs Affectueux (Şevkatli Kalpler Derneği), l’Association des Droits de l’Homme (İHD) ou Mazlumder.

25 Voir par exemple le quotidien Zaman, 4/06/2005, p. 16 (Taner Kılıç : « Türkiye’deki mülteci hukuku yeni bir yol ayrımında »/ «Le droit des réfugiés en Turquie à la recherche d’une nouvelle voie »). Et Zaman, 9/08/2005, p. 1, à propos du changement de la réglementation sur l’octroi du statut de réfugié (depuis mars 2005, la Turquie est en effet dans l’obligation de prendre en compte les demandes de statut de réfugié émanant de ressortissants de pays d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient). Ce changement va sans doute avoir des effets sur les stratégies migratoires.

26 Sur les meublés sordides de la ville historique, voir Evrensel, 13/09/2003, p. 12.

27 A l’instar de l’arrondissement de Fatih où, fin mai 2005, 38 irréguliers entassés dans une maison abandonnée par des marchands d’exil en fuite (qui leur avaient soutiré de 2 à 3 000 dollars chacun, leur promettant de les conduire en Europe) ont été délogés par la police ; cf. Vatan-34, 29/05/2005.

28 Où par exemple, suite à une dénonciation, 30 Pakistanais ont été arrêtés au début du mois de juillet 2002.

29 Voir Sabah, 31/05/2005.

30 Voir Zaman, 16/04/2005, p. 19.

31 Entretien du 12/04/2005 avec V.

32 Par exemple, l’accident survenu à la fin juin 2005 en mer Egée, à l’issue duquel deux Tunisiens sont morts noyés, ne semblait pas être connu des personnes enquêtées au même moment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Pérouse, « Transits maghrébins à Istanbul. Trajectoires, profils et stratégies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/4183

Haut de page

Auteur

Jean-François Pérouse

Université de Toulouse II-Le Mirail et Université de Galatasaray (Istanbul).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page