Navigation – Plan du site
I. Études Libres

Waqf et gestion des bains publics à Alger durant la période ottomane (xvie-xixe siècle)

Waqf and management of public baths in Algiers during the Ottoman period (XVI-XIXth century)
Nabila Cherif-Seffadj
p. 197-231

Résumés

En vertu de leur grande rentabilité économique, les bains d’Alger, durant la période ottomane, étaient le plus souvent constitués en biens waqf au profit d’institutions religieuses, caritatives ou d’utilité publique. Les archives de l’administration ottomane (registres du Baylîk et documents des tribunaux juridiques) renseignent sur de nombreux aspects qui touchent à leur gestion et à la pratique du waqf au sein des fondations auxquelles ils sont aliénés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Haëdo, 1871 : 384-87 et du même auteur, 1880 : 267.

1Nous sommes très peu renseignés par les sources écrites arabes ou occidentales sur les bains d’Alger durant la période ottomane. Pourtant, ces établissements étaient nombreux, une soixantaine selon les témoignages du moine espagnol Diégo De Haëdo qui séjourna dans la ville entre 1578 et 1580 et à qui l’on doit l’une des plus complètes descriptions de la ville de cette époque1.

2L’examen de la situation historique et topographique des bains montre que jusqu’au milieu du xvie siècle, la ville ne possédait que quelques vieux spécimens (4 ou 5) dont la construction était antérieure à l’arrivée des Turcs (Tableau 1). Ces derniers étaient implantés dans la ville basse, sur la voie reliant Bâb al-Jazîra à Dâr al-Sulṭân, siège du pouvoir de la ville berbère et près de Jâma‘ al-Kabîr (H10, H7, H5 et H6). Un seul seulement, Ḥammâm Sîdî Ramḍân (H27) se trouvait dans la ville haute, dans le quartier de la résidence royale des souverains berbères d’Al-Qaṣba al-Qadîma.

fig.1 : Plan général de situation des bains d’Alger

Agrandir

3La plupart des bains construits durant le xvie siècle sont situés dans la ville basse. Ils ont été élevés par les nouveaux maîtres de la ville autour de Dâr al-Sulṭân dans le quartier politico-administratif d’Al-Janîna-Katshâwa. Quatre d’entre eux sont l’œuvre des premiers et plus célèbres souverains de la Régence : Ḥasan Bâshâ fils de Khayr al-Dîn Barberousse en 1550 (H15), Muḥammad Bâshâ en 1567 (H16) et enfin Khiḍar Bâshâ entre 1589 et 1596 (H4 et H13). Dans la ville haute, seul un bain a été élevé durant le xvie siècle : il s’agit de Ḥammâm Ibn al-Az‘ar (H39) qui a été implanté vers 1576-77 sur la rue Porte-Neuve près de la nouvelle porte de Bâb al-Jadîd établie par les Turcs en même temps que l’extension des quartiers d’habitation dans le secteur ouest, en contrebas de la citadelle.

4Le xvie siècle apparaît comme la grande période d’édification des bains. La ville est en effet abondamment desservie en eau grâce à ses quatre aqueducs (du Telemly, de Birtraria, du Hamma et de Ayn Zeboudja) dont la construction est achevée dès 1620.

  • 2 Cresti, 1993 : 83-93 ; cf. aussi Raymond, 1974 : 183-193.

5À cette époque également, la ville connaît un accroissement de la population notamment après la venue des Morisques chassés d’Espagne. Avec une population estimée par les sources européennes à 100 000 habitants, Alger avait un niveau d’équipement de bains supérieur à celui d’une ville comme Istanbul2. C’est à cette période qu’ont été édifiés les bains des quartiers commerçants avoisinant la porte de Bâb ‘Azzûn reliant la ville aux plaines agricoles de la Mitidja : Ḥammâm al-Blâṭ (H37) puis Ḥammâm al-Sbû‘a (H21), Ḥammâm Ṭâq-Ṭâq (H23), Ḥammâm al-Fwîṭa (H36) au milieu du xviie siècle, Ḥammâm Ḥamzâ Khûjâ (H22) et en dernier lieu Ḥammâm Ḥasan Bâshâ Mitzû Murṭû (H20) en 1685.

6Les quartiers résidentiels de la ville haute ne sont pas restés en marge de cette floraison de bains puisque sept nouveaux édifices ont vu le jour : Ḥammâm Bâb al-Qaṣba al-Jadîda (H34) dans le quartier adossé à la nouvelle citadelle que venait d’établir les Turcs au sommet de la ville, Ḥammâm al-Qâyid Mûsâ (H30), Ḥammâm al-Fâr (H33), Ḥammâm Ban Gâwar ‘Alî (H28), Ḥammâm al-Qaṣba (H35), Ḥammâm Ban ‘Ashîr (H40) suivi de Ḥammâm al-Qâyid Qâsim (H38) dans les quartiers résidentiels, au cœur même de la ville haute.

Tableau 1 : situation historique et urbaine des bains

Nom (s) du bain

Situation urbaine

Fondation

Situation après 1830

Destinataire(s) du waqf

(H 1)-

Ḥ. Bâb al-Wâd

Ḥûmat Bâb al-Wâd

Rue Bab-el-Oued

Dernier quart du XVIe s.

Démoli entre 1830 et 1840

Jâma‘ al-Kabîr- Jâma‘ Mi

Murû- Fontaines.

(H 2)-

. Djallâbî

Ḥûmat Bâb al-Wâd

Rue Bab-el-Oued

Fin du XVIIIe-début du XIXe siècle.

Démoli entre 1830 et 1840

Aucun

(H 3)-

. Yaṭû

ûmat Djâma‘ ‘Alî Bitshnîn

Rues des Marseillais- Bab-el-Oued.

Début du XVIe siècle.

Démoli avant le milieu du XIXe siècle.

Mecque et Médine- Jâma‘ al-Kabîr- Fontaines.

(H 4)-

. Khīẓar Bâshâ/ al-Djanîna

ûmat al-Djanîna.

Rues Genina. Bab-el-Oued.

Entre 997H et 1004H/ 1589-96

Démoli peu avant 1838.

Jâma‘ Khīẓar Bâshâ- Jâma‘ Mitzû Murû- Jâma‘ ‘Abdî Bâshâ-- Jâma‘ ‘Alî Bâshâ

(H 5)-

Ḥ. al-Sakk

ûmat al-Djanîna.

rue Bab-el-Oued.

Début du XVIe siècle.

N’existait pas en 1830.

Aucun

(H 6)-

Ḥ. Al-Djâma‘ al-A‘am

ûmat al-Jâma‘ al-A‘ẓam.

Rue de la Marine.

En 490H/ 1096 avec al-Djâma‘ al-A‘ẓam ou durant la seconde moitié du XVIe siècle.

N’existait pas en 1830.

Aucun

(H 7)-

Ḥ. al-Ṣaghîr/ Sîdî ‘Abd al-Raḥmân al-Tha‘âlibî

ûmat al-Jâma‘ al-A‘ẓam.

Rues de la Chartre/ La Marine

Courant du XVe siècle et avant 1468 ou début du XVIe s.

Démoli durant la seconde moitié du XIXe siècle ou début du XXe siècle.

Jâma‘ al-Kabîr-Fontaines.

(H 8)-

Ḥ. al- Ḥ akûra

Ḥûmat al-Jâma‘ al-A‘ẓam.

Rue Duquesne.

Fin du XVIIe siècle.

Démoli durant la seconde moitié du XIXe siècle ou au début du XXe siècle.

Mecque et Médine.

(H 9)-

. ‘Alî Bitshnîn/ Tshalabî/ Kûshat al-Nsârâ

ûmat al-Jâma‘ al-A‘ẓam.

Rues Mahon-Duquesne.

Avant 1644 et probablement

vers 1031H/ 1621-22.

Démoli durant la seconde moitié du XIXe siècle ou au début du XXe siècle.

Mecque et Médine- Jâma‘ ‘Alî Bitshnîn- Fontaines.

(H 10)-

. contigu à Madrasat Mulây Abû ‘Inân.

ûmat al-Jâma‘ al-A‘ẓam.

Rue de la Marine.

Seconde moitié du XIVe siècle ou début du XVIe siècle.

N’existait pas en 1830.

Aucun.

(H 11)-

. Bâb al-Djazîra/al-Qashâsh

ûmat Bâb al-Djazîra

Rues du Rempart- Consuls.

Entre 1570 et 1579 ou durant la seconde moitié du XVIIe siècle.

Démoli durant la seconde moitié du XIXe ou au début du XXe siècle.

Aucun.

(H 12)-

Ḥ. al-Mâlaḥ

Ḥûmat Ḥammâm al-Mâlaḥ.

Rue Jean Bart.

Entre 1569 et le début du XVIIe s.

N’existait pas en 1830.

Mecque et Médine- Jâma‘ al-Kabîr -Zâwiyat Sîdî Mḥammad al-Sharîf.

(H 13)-

Ḥ. al-Khaḍḍârîn/ al-Diwân

ûmat al-Djanîna / Katshâwa.

Rues Genserie-Divan

Entre 997H et 1004H/ 1589-96.

N’existait pas en 1830.

Mecque et Médine- Jâma‘ al-Kabîr -Jâma‘ Khīẓar Bâshâ.

(H 14)-

Ḥ. Bâb al-Sûq

Ḥûmat Bâb al-Sûq

Rue du Soudan.

Seconde moitié du XVIIIe siècle.

Démoli entre 1840 et 1846 du Soudan.

Aucun.

(H 15)-

. asan Bâshâ/ Sîdnâ/ al-Diwân

ûmat al-Djanîna / Katshâwa.

1550

Vendu en 1843 par les Domaines à un particulier.

Aucun

(H 16)-

. Muḥammad Bâshâ/ Katshâwa

ûmat Katshâwa

Rue du Divan.

Vers 1567

Démoli en 1844.

Sbûl al-Khayrât-Jâma‘ Katshâwa- Fontaines

(H 17)-

Ḥ. al Qrûn/ al Kbâsh./Sûq al-Sman

ûmat Sûq al-Sman

Rue du Lézard.

Aux environs de 1093H/ 1682.

Démoli en 1837

Sbûl al-Khayrât- Fontaines.

(H 18)-

Ḥ. al Mrâyshî

Hûmat Msîd al-Dâlia

Rue du Lézard.

Début du XIXe siècle.

Démoli en 1850.

Aucun

(H 19)-

. Sirkâdjî

ûmat Katshâwa

Rue Boutin.

Vers le milieu du XVIIe siècle.

Aliéné en 1830 aux Domaines puis loué en 1843 à un particulier

Sbûl al-Khayrât.

(H 20)-

. Bâb ‘Azzûn/ asan Bâshâ Mizû Murû/ al-’Arsa.

Hûmat Bâb ‘Azzûn

Rue Bab Azzoun- Chartres.

1097H/ 1685-86

Démoli en 1836.

Mecque et Médine- Jâma‘asan Bâshâ Mizû Murû.

(H 21)-

. al-Sbû‘a

ûmat ammâm al-Sbû‘a

Rue de Chartres.

Première moitié du XVIIe siècle.

Démoli après 1865.

Jâma‘ al-Kabîr- Fontaines.

(H 22)-

. Ḥamzâ Khûjâ

ûmat Bâb ‘Azzûn.

Rue du Laurier.

Entre 1605 et 1671

Démoli en 1846.

Aucun

( H 23)-

. Ṭâq-Ṭâq

ûmat Bâb ‘Azzûn.

Rue de la Flèche.

Première moitié du XVIIe siècle.

Démoli en 1846.

Jâma‘ al-Kabîr- Mecque et Médine- Jâma‘. B Mitzû Murû- Jâma‘ ‘Abdî Bâshâ

( H 24)-

Ḥ. al-Bûza

Ḥ. al-Yahûd

ûmat al-Mallâḥ

Rue Boza

Aux environs de 1194H/ 1780

Englobé en 1846 dans les voûtes du Boulevard de l’Impératrice.

Fontaines.

( H 25)-

Ḥ. al-Shwîhad

Ḥârat al-Djnân

Rue du Scorpion.

Seconde moitié du XVIe siècle- début du XVIIe siècle.

Démoli en 1848.

Les Andalous.

(H 26)-

Ḥ. al-Ḥmiyar

Bîr al-Rummâna

Rue de la Casbah

Seconde moitié du XVIIIe siècle.

Démoli entre 1856 et 1861.

Aucun

( H 27)-

. Sîdî Ramḍân

Hûmat Sîdî Ramḍân

Rue Sidi Ramdane

Entre le Xe et XIe siècle.

Fonctionnait durant la période française.

Jâma‘ Sîdî Ramḍân- Fontaines.

(H 28)-

. Tshalabî Ban ‘Alî Bitshnîn/ Ban Gâwar ‘Alî

ûmat Ban Gâwar ‘Alî.

Rue du Vinaigre.

Entre 1645 et 1696

Englobé dans la maison des Lazaristes vers 1847.

Non défini.

( H 29)-

. Sîdî ‘Abd Allâh

ûmat Sîdî ‘Abd Allâh

Rue Sidi Abdellah.

Vers la fin du XVIIIe siècle.

Fonctionnait durant la période française.

Aucun

( H 30)-

Ḥ. Al-Qâyid Mûsâ/ al-Dhab.

Ḥûmat Ḥammâm al-Qâyid Mûsâ

Rue des Pyramides.

Aux environs de 1662.

N’existe pas en 1830.

Zâwiyat Sîdî al-Jûdî.

( H 31)-

. Sîdî Mḥammad al-Sharîf

ûmat al-Hammâmât.

Rues Porte-Neuve/ Abderahmes.

Aux environs de 1192H/ 1778-79

Disparu après 1870.

Jâma‘ Safîr- Sbûl al-Khayrât.

( H 32)-

Ḥ. Jâma‘ Safîr

ûmat Jâma‘ Safîr

Vers 1242H/ 1826-27

Existait probablement en 1830.

Jâma‘ Safîr- Sbûl al-Khayrât

(H 33)-

Ḥ. al-Fâr

ûmat Bîr Djabbâḥ

Rue de la Gazelle.

Seconde moitié du XVIIe siècle

Démoli en 1817-18

Aucun.

( H 34)-

Ḥ. Al- Ḥ âdj ‘Alî al-Djaqlâḥ/ Al-Qaṣba al-Djadîda

Ḥûmat al-Qaṣba al-Djadîda.

Rue de la Baleine.

Entre 1619 et 1622.

Démoli entre 1833 et 1860.

Djâma‘ ‘Abdî Bâshâ- Sbûl al-Khayrât.

( H 35)-

Ḥ. al-Qasba

Ḥûmat al-Qaṣba al-Djadîda

Rue de la Gazelle.

Seconde moitié du XVIIe siècle.

Démoli entre 1833 et 1860.

Mecque et Médine- Jâma‘Ḥ.B Mitzû Murû-Fontaines.

( H 36)-

Ḥ. al-Ma‘abdî/ al-Fwîṭa.

Ḥûmat Ḥammâm al-Fwîa.

Rue du Chêne.

Vers le milieu du XVIIe siècle.

Fonctionnait durant la période française.

Mecque et Médine- Jâma‘ al-Kabîr.

( H 37)-

Ḥ. al-Blâ

ûmat Jâma‘ al-Blât.

Entre les rues du Chêne et Nemours.

Vers 999H/ 1590-91 ou seconde moitié du XVIIe siècle.

Démoli en 1850.

Aucun

(H 38)-

. Al-Qâyid Qâsim

ûmat Bâb al-Jadîd

Rues Sabat/ Rempart Médée.

Aux environs de 1109H/ 1697-98.

A l’état de ruine.

Aucun

(H 39)-

Ḥ. Ibn al-Az‘ar/ Al-Ḥammâmât.

ûmat al-ammâmât.

Rues Porte-Neuve/ Damfreville

984H/ 1576-77.

Démoli à la fin du XVIIIe siècle.

Jâma‘ al-Sayyida-Jâma‘ Khīẓar Bâshâ- Sbûl al-Khayrât.

(H 40)-

. Ban ‘Ashîr

. Al-ammâmât.

ûmat al-ammâmât.

Rue Porte- Neuve

Aux environs de 1085H/ 1674-75

Vendu en 1843 par les Domaines à un particulier

Aucun

7Durant tout le xviiie siècle et jusqu’au début du xixe siècle, la construction des bains connaît un net ralentissement, seuls six nouveaux ont été bâtis : trois dans la ville basse (Ḥammâm Bâb al-Sûq (H14) dans le quartier d’Al-Janîna, Ḥammâm al-Bûza (H24) dans le quartier juif au sud d’Al-Qayṣariya et Ḥammâm Jallâbî (H2) sur la rue Bab-el-Oued) et trois autres dans les quartiers résidentiels de la ville haute, Ḥammâm Sîdî Mḥammad al-Sharîf (H31) dans le quartier d’Al-Ḥammâmât au-dessous de Bâb al-Jadîd, Ḥammâm al-Ḥmiyar (H26) sur la rue de la Casbah au-dessous de l’ancienne Qaṣba berbère et en dernier lieu Ḥammâm Sîdî ‘Abd Allâh (H29) sur la voie commerçante la plus importante de la ville haute.

  • 3 Idem.

8Le nombre de bains était à la fin du xviiie siècle au plus haut de sa valeur (trente trois environ). Alger jouissait à cette période et comparativement à plusieurs villes musulmanes comme le Caire, Damas, Baghdad ou Tunis, d’un relatif suréquipement en bains3.

9Dans les dernières années qui ont précédé l’arrivée des Français, deux derniers bains ont été construits, Ḥammâm al-Mrâyshî (H18) au début du xixe siècle dans le quartier d’Al-Janîna et Ḥammâm Jâma‘ Safîr (H32) vers 1826 qui est l’œuvre du dernier Dey d’Alger Ḥusayn, à côté la mosquée du même nom dans la ville haute. Ces établissements ont progressivement disparu au cours des siècles. Les sources historiques ne renseignent pas toujours sur les conditions de disparition de ces édifices mais le fait observé en général est leur remplacement par des constructions toutes initiées par des personnalités de Dâr al-Sulṭân ou au service de l’administration ottomane en quête de terrain dans les quartiers prestigieux et stratégiques de vocation politico-militaire.

  • 4 Pour les principaux projets d’aménagement de la ville, cf. à Lespès, 1930 : 198-299 et K. Mahrour, (...)

10Sur les trente et un bains encore en place en 1830, vingt-quatre (soit près des trois quarts) ont été démolis durant les premières décennies de la période française, le plus souvent en raison des grands travaux d’aménagement de la ville engagés par les autorités françaises4. Ces destructions ont été la conséquence des opérations d’élargissement et d’alignement des rues Bab-el-Oued, Bab Azzoun et de Chartres ( pour H1, H2, H4, H17, H20 H18, H37, H25), de la création en 1840 des places publiques jusque là inexistantes dans le tissu de la ville ottomane (pour H14), de la construction du Boulevard de l’Impératrice sur le front de mer (pour H22, H23, H24) et du Boulevard de la Victoire dans la ville haute (pour H34 et H35) ou enfin de la construction de grands édifices tels que la cathédrale Louis Philippe à Katshâwa (pour H16), le grand Bazar Salomon sur la rue de la Lyre ( pour H17) ou la maison des pères Lazaristes sur la rue Saint-Vincent-de-Paul (pour H28).

11Durant la seconde moitié du xixe siècle et jusqu’au début du xxe ont enfin disparu huit autres bains dont quatre lors de la démolition du quartier de la Marine (H7, H8, H9 et H11).

12Aujourd’hui, il ne reste dans la ville que huit bains de valeur historique attestée dont trois sont à l’état de ruine. Quatre autres fonctionnent encore, ce sont les bains de Ḥasan Bâshâ (H15), de Sirkâjî (H19), d’Al-Fwîṭa (H36) et de Sîdî ‘Abd Allâh (H29). Le dernier, Ḥammâm Sîdî Ramḍân (H27) qui a été restauré ne chauffe plus. Ces cinq bains qui subsistent auxquels nous pouvons ajouter le bain des juifs dit Ḥammâm al-Bûza (H24) dont les relevés se trouvent dans les archives du Génie Militaire français de Vincennes constituent les seuls témoignages architecturaux qui nous soient parvenus.

  • 5 Colin, 1901 : 35-42.
  • 6 Seffadj, 1996 : 24-34,113-14 et 142-43.

13Sur le plan de l’aménagement architectural intérieur, se distinguent deux types d’organisation dans lesquels se manifestent les deux sources culturelles ottomane et andalouse qui caractérisent l’histoire urbaine de la ville et que rapportent les sources épigraphiques algéroises5. Le premier qui s’observe dans les bains construits entre le xvie et xviiie siècle semble être le type dominant. Il reflète l’impact des modèles ottomans avec son étuve à plan central et à coupole entourée de cabinets périphériques alternés parfois de niches. Le second, présente, à l’instar des bains andalous médiévaux et de quelques spécimens algériens de la même période (xie- xive siècles), un plan rectiligne à pièces allongées, parallèles, recouvertes de voûtes en berceau et présentant une division tripartite avec alcôves latérales6.

14Le caractère spécifique des bains d’Alger se matérialise dans l’architecture du vestibule d’entrée (sqîfa) et de la salle de repos et du vestiaire. Celle-ci est à l’image des modèles des patios (wast al-dâr) des habitations de la ville qui se distingue par un espace central à double hauteur entouré de galeries surélevées.

15La restitution de l’histoire et de la topographie des bains d’Alger a recours à un travail approfondi sur les sources historiques traditionnellement exploitées pour tout sujet qui traite de l’histoire urbaine de la ville. Cependant force est de constater que ces sources qu’elles soient textuelles ou émanant des archives françaises de la colonisation, ne livrent sur ces édifices que des informations fragmentaires et lacunaires notamment pour les questions relatives à leur fondation waqf et à leur gestion qui constituent l’objet de cet article. En revanche, les archives ottomanes, dont l’importance en tant que source de première main n’est plus à démontrer, apportent à travers les documents officiels de nature administrative et juridique qu’elles contiennent un éclairage nouveau sur le sujet.

  • 7 Le CNA renferme les archives restituées par la France à Algérie et dont une copie conservée au CAOM (...)

16Les deux fonds du Baylîk et du Bayt al-Mâl (B/BM) et celui des Maḥâkim al-Shar‘iyya (tribunaux juridiques) conservés au Centre National des Archives d’Alger (CNA) rassemblent des documents qui touchent à la gestion des immeubles de la ville et fournissent de nombreux renseignements sur ses bains7. Ces derniers, dont les revenus étaient considérables, faisaient dans la grande majorité des cas, l’objet d’une fondation waqf destinée à assurer une dotation rentable à des personnes privées ou à des institutions religieuses ou d’utilité publique.

Présentation de la documentation

17Près de 300 registres du Baylîk et du Bayt al-Mâl (B/BM), réunissant les deux fonds de 1981 et de 1991 du CNA et couvrant très largement toute la période ottomane (de 1005H/ 1596-1597 à 1272H/ 1855-56), contiennent des renseignements sur le waqf des bains. Ces derniers se trouvent aussi bien dans les actes de fondation waqf proprement dit que dans les documents de comptabilité, d’inventaires et de diverses transactions. Un dépouillement systématique, pour les registres d’actes de waqf et de transactions, et périodique (tous les 10 ans) pour les registres de comptabilité et d’inventaire s’est avéré incontournable et indispensable afin de réunir les matériaux nécessaires pour une étude sur le waqf et la gestion des bains. Les données que nous avons réunies sont regroupées dans 70 registres répartis sur toute la période ottomane comme suit : 33 registres de comptabilité, 25 d’inventaire, 11 de résumé d’actes de waqf et 1 registre de transaction (acte d’achat et de vente).

  • 8 L’inventaire général du fonds des documents des tribunaux juridiques ne mentionne pas la nature ni (...)

18Par ailleurs, en ce qui concerne le fonds des Maḥâkim al-Shar‘iyya, nos investigations ne l’on abordé que partiellement en raison du nombre important de pièces qu’il contient et des carences de son inventaire général qui ne précise pas la nature des immeubles objets des documents en question. Seules quatre pièces relatives à des bains de la ville et désignées en tant que telles ont pu être analysées8. Il s’agit des actes originaux de fondation waqf de quatre des plus importants bains de la ville.

Remarques préliminaires 

19Etant données les caractéristiques spécifiques des deux groupes de documents (registres du fonds B/BM et documents des Maḥâkim al-Shar‘iyya) et surtout leur inégale importance numérique, les méthodes d’investigation et d’exploitation des informations qu’ils contiennent sont différentes.

20En effet, les documents des registres du B/BM ont une structure interne organisée selon un même modèle (que ce soit pour les registres d’actes de waqf ou pour ceux de comptabilité ou d’inventaire) et ont permis une analyse systématique voire sérielle d’un certain nombre d’aspects liés à la fondation waqf des bains et à leur mode de gestion.

  • 9 Dans le fonds des registres du Baylîk se trouvent, à côté des registres arabes et turcs d’époque, d (...)

21En revanche, les documents des Maḥâkim al-Shar‘iyya ont été examinés au cas par cas et les renseignements recueillis ont apporté quelques éclairages sur la pratique du waqf à Alger durant la période ottomane. Signalons par ailleurs que les actes de waqf du fonds B/BM que nous avons analysés sont des textes résumés (ujaj al-awqâf) dont on trouve plusieurs copies en arabe mais également en français9. Certaines informations ont été supprimées, d’autres abrégées, dénaturant parfois le texte de la fondation waqf d’origine.

  • 10 Pour rappel, une grande partie des documents d’archives arabes et turcs réunis pour le compte de l’ (...)

22Ces remarques préliminaires invitent à une plus large réflexion sur le fonctionnement administratif des institutions chargées de la gestion des biens waqf de la ville ; en particulier sur les procédures de validation et d’enregistrement des actes de fondation dans les différents organes de l’institution judiciaire (les tribunaux des Maḥâkim al-Shar‘iyya) et dans les structures administratives et urbaines de la ville (le Baylîk et ses propres services ainsi que les diverses administrations des institutions religieuses ou de bienfaisance). Une telle étude qui aurait pour principale source le fonds des Archives ottomanes d’Alger n’est pas sans difficulté au regard de l’histoire complexe de ces archives10.

Les fondations waqf

  • 11 Cherif-Seffadj, 2005.
  • 12 Ḥammâm al-Sakk et Ḥammâm Madrasat Abû ‘Inân figurent dans la topographie de Devoulx. Cf. Devoulx, « (...)

23Nos travaux de recherche sur les bains d’Alger durant la période ottomane ont permis d’établir une liste de 40 édifices dont les dates de fondation s’échelonnent de la période qui précède l’arrivée des Turcs (fin du xve siècle) jusqu’au début du xixe siècle11. Sur les quarante bains recensés dans la ville, deux appartenaient au Baylîk qui en assurait la gestion au titre de biens de l’État (Ḥammâm Ḥamzâ Khûjâ et Ḥammâm al-Bûza dit d’Al-Yahûd et deux autres dont la fondation est antérieure à l’arrivée des Turcs sont de statut inconnu (Ḥammâm al-Sakk et Ḥammâm Madrasat Abû ‘Inân)12(tableau 2). Sur les trente-six bains restant, vingt-cinq ont fait l’objet de fondations waqf et onze seulement sont restés des propriétés privées.

24Le fait à relever ici est que les bains qui n’ont pas été constitués en biens waqf sont pour la plupart situés dans les quartiers résidentiels de la ville haute, loin des zones à caractère économique et commercial qui correspondent aux zones de grande concentration de population et qui regroupent le quartier des sûq de Bâb ‘Azzûn, celui des juifs dit Al-Mallâḥ et celui des deux grandes mosquées, Jâma‘ al-Kabîr et Jâma‘ al-Jadîd près du marché d’Al-Qayṣariyya.

25L’examen simultané de la date de fondations waqf des bains lorsque cette dernière est établie et celle de leur édification ou à défaut de celle de leur première mention dans les documents d’archives permettent de soulever quelques observations.

Tableau 2 : Données sur les waqfs des bains

Nom du bain

Mecque et Médine

Grande Mosquée

Sbûl al-Khayrât

Edifices religieux

Fontaines

Divers

Total waqf

Institution (s) de gestion

Ḥ. Bâb al-Wâd

(H1)

Portion  non définie

pour Djâma ‘ Mitzû Murṭû

‘Anâ de 1,5 Bûdjû par mois.

1/6 pour le pèlerinage à La Mecque

Indéfinie

Mecque-Médine

Grande Mosquée

. Yaṭû

(H3)

Totalité après échange (2e acte)

3/4 en destination finale (1er acte)

‘Anâ de 1 Bûdjû par mois

3/4 pour les héritiers (1er acte)

Totalité après échange (2eme acte)

Mecque- Médine

. Khîdhar Bâshâ (H4)

1/2 Djâma‘ Khîdhar Bâshâ

1/6 Djâma‘ Mitzû Murṭû

1/6 Djâma‘ ‘Abdî Bâshâ

1/6 Djâma‘ ‘Alî Bâshâ

‘Anâ de 1 Bûdjû par mois

Totalité

Mecque- Médine

Sbûl al-Khayrât

Ḥ. al-Ṣaghîr

(H7)

Totalité

‘Anâ de valeur inconnue

Totalité

Grande Mosquée

Ḥ. al-Ḥakûra

(H8)

1/2

La moitié

Mecque- Médine

Ḥ. ‘Alî Bitshnîn

(H9)

1/4

1/4 Djâma‘ Alî Bitshnîn

‘Anâ de 1 Bûdjû par mois

La moitié

Mecque- Médine

Djâma‘ Alî Bitshnîn

Ḥ. al-Mâlaḥ

(H12)

Portion non définie

Portion non définie

1/4 pour Zâwiyat Sîdî Mḥammad al-Sharîf

Indéfinie

Zâwiyat Sîdî Mhḥammad al-Sharîf

Mecque- Médine

Grande Mosquée

Ḥ. al-Khaḍḍârîn

(H13)

2/3 après échange

1/3 après échange

1/2 Djâma‘ Khîdhar Bâshâ

Totalité après échange

Mecque- Médine

Grande mosquée après échange.

. Katshâwa

(H16)

Djâma‘ Katshâwa

‘Anâ de 1,5 Bûdjû par mois

Totalité

Sbûl al-Khayrât

Ḥ. al-Qrûn

(H17)

Totalité

‘Anâ de 1,5 Bûdjû par mois

Totalité

Sbûl al-Khayrât

. Sirkâdjî

(H19)

Totalité

Totalité

Sbûl al-Khayrât

. Hasan Bâshâ Mitzû Murṭû

(H20)

Le surplus

Djâma‘ Ḥ. B. Mitzû Murṭû

Totalité

Mecque- Médine

Ḥ. al-Sbû‘â

(H21)

Totalité

‘Anâ de 1 Bûdjû par mois

Totalité

Grande Mosquée

. Ṭâq-Ṭâq

(H23)

1/ 10

1/10

1/10 Djâma‘

. B Mitzû Murṭû

1/10 Djâma‘ ‘Abdî Bâshâ

4/10

Mecque- Médine

Grande Mosquée

Ḥ. al-Shwîhad

(H25)

Totalité aux Andalous

Totalité

Les Andalous

. Sîdî Ramḍân

(H27)

Djâma‘ Sîdî Ramḍân

‘Anâ de 1,3 Bûdjû par mois

Totalité

Djâma‘ Sîdî Ramḍân

. Ban Gâwar ‘Alî ( H28)

Le quart

Inconnue

Ḥ. Al-Qâyid Mûsâ (H30)

1/2 Zawiyat Sîdî al-Djûdî

La moitié

Zâwiyat Sîdî al-Djûdî

. Sîdî Mḥammad al-Sharîf (H31)

Djâma‘ Safîr

Totalité

Sbûl al-Khayrât

. Djâma‘ Safîr

(H32)

Djâma‘ Safîr

Totalité

Sbûl al-Khayrât

Ḥ. Al-Qaṣba al-Djadîda

(H34)

Djâma‘ ‘Abdî Bâshâ

Totalité

Sbûl al-Khayrât

Ḥ. Al-Qaṣba

(H35)

Djâma‘Ḥ.B Mitzû Murṭû

‘Anâ de 1,5 Bûdjû par mois

Totalité

Mecque- Médine

Ḥ. al-Fwîṭa

(H36)

1/ 10

1/10

2/ 10

Mecque- Médine

Grande Mosquée

Ḥ. Ibn al-Az‘ar

(H39)

1/6

Djâma‘ al-Sayyida

Portion non définie à Djâma‘ Khîdhar Bâshâ

Portion non définie

Sbûl al-Khayrât

  • 13 A. Devoulx, 1869 : 22 (Mosquée Khīẓar Bâshâ) ; 1864, p.33 (Mosquée ‘Alî Bitshnîn) et 1869, p. 28 (M (...)

26En premier lieu, il ressort que la constitution d’un bain en bien waqf au profit d’une institution ne coïncide pas toujours avec la date de sa construction. En effet, on constate qu’il existe des bains fondés en waqf au moment ou immédiatement après leur édification et des bains légués à une ou plusieurs institutions longtemps après leur construction. Dans la première catégorie, se trouvent en général des bains construits en même temps que les mosquées pour lesquelles ils ont été constitués par la suite en bien waqf et par un même personnage connu (un souverain de la Régence ou un haut dignitaire). Leur aliénation à la mosquée en question dont il porte en général le nom est établie dans la waqfiyya même de cette dernière. C’est le cas par exemple du bain de Khīẓar Bâshâ, du bain de ‘Alî Bitshnîn et de Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû13.

  • 14 Pour la mosquée Katshwa, voir Devoulx, « Alger », Ms. 3213, f° 31 et du même auteur, 1868 : 107-12. (...)

27Dans ce groupe également se trouvent les bains dont la fondation waqf a été établie non pas au moment de la première édification de la mosquée, mais lors de sa restauration ou reconstruction seconde, laquelle a eu lieu en général longtemps après. C’est le cas de Ḥammâm Katshâwa légué au profit de la mosquée du même nom lors de la reconstruction de cette dernière par Ḥasan Bâshâ en 1210H/ 1796 et de Ḥammâm Jâma‘ Safîr édifié en même temps que la reconstruction de la mosquée Safîr en 1242H/ 1826-27 par le dernier souverain d’Alger, Ḥusayn Dey14.

  • 15 Les bains dont il n’est pas précisé la portion destinée à la fondation waqf sont Ḥammâm Bâb al-Wâd (...)

28D’autres aspects ressortent de l’examen du waqf des bains. Le premier concerne la part des bains ayant fait l’objet d’une fondation waqf. De ce point de vue et hormis trois cas pour lesquels les portions de bains destinées aux fondations waqf ne sont pas précisées dans les documents, on distingue deux groupes : les bains qui ont été entièrement fondés en bien waqf qui sont les plus nombreux (15 bains sur 22) et ceux qui ne l’ont été que partiellement (7 sur 22)15.

  • 16 Pour Ḥammâm Yaṭû voir Série Maḥâkim al-Shar‘iyya ; Boite 39, Doc. 59/ 38. Pour Ḥammâm ‘Alî Bitshnîn (...)

29Le second constat concerne les bénéficiaires du waqf. Là aussi, on observe l’existence de deux catégories de bains : ceux dont les revenus du waqf sont au profit d’une seule institution (11 bains sur 25) et ceux qui partagent leurs revenus entre plusieurs institutions (14 bains sur 25). Deux questions se posent au regard de ces constats. La première est de savoir si les institutions bénéficiaires étaient les seules à jouir du waqf des bains ou s’il existait des bénéficiaires intermédiaires comme les héritiers ou les descendants du fondateur du waqf. L’examen des actes waqf intégraux de deux bains (cas de Ḥammâm Yaṭû et de Ḥammâm ‘Alî Bitshnîn) montre que les fondateurs du waqf avaient d’abord attribué les revenus de l’établissement à leur enfants et héritiers puis, après leur disparition, au profit d’institutions religieuses16.

  • 17 Dulout, 1938 : 118. Sur les avantages de la pratique du waqf selon le rite hanafite, cf. également (...)

30Ces deux exemples mettent en évidence les lacunes de la version résumée des actes waqf du fonds du Baylîk et les fausses interprétations que l’on pourrait en faire si l’on n’étudie pas l’intégralité des documents des Maḥâkim al-Shar‘iyya. Ces derniers apporteraient un éclairage sur la pratique du waqf ahlî qui était d’usage dans le rite hanafite et qui semble avoir eu la préférence des Algérois rattachés majoritairement au malékisme17. La seconde question qui sera examinée plus loin concerne les modalités pratiques de la gestion des édifices dont les revenus étaient partagés entre plusieurs institutions.

31Plusieurs institutions ont bénéficié du waqf des bains. En premier lieu se distinguent les mosquées de la ville, puis vient l’institution des Fontaines, puis celle de la Mecque et Médine, puis celle des Sbûl al-Khayrât et enfin celle des Andalous.

32Dix-neuf bains ont fait l’objet d’une fondation waqf au profit des édifices religieux de la ville dont onze entièrement et huit partiellement. Parmi ces mosquées, six qui étaient des mosquées de premier ordre et à khutba ont bénéficié des revenus provenant de plusieurs bains à la fois.

  • 18 Pour la Grande Mosquée, cf. Devoulx, 1866 : 221 ; pour la mosquée Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murtû, 1869 : 2 (...)

33La première est Jâma‘ al-Kabîr, plus grande mosquée malékite de la ville, qui recevait à elle seule les revenus de huit bains dont deux intégralement destinés à son profit (Ḥammâm al-Ṣaghîr et Ḥammâm al-Sbû‘a). La seconde, Jâma‘ Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû recevait le produit de cinq bains dont deux entièrement (Ḥammâm Ḥasan Bâshâ et Ḥammâm al-Qaṣba). La troisième, Jâma‘ ‘Abdî Bâshâ bénéficiait des revenus de trois bains dont un entièrement (Ḥammâm al-Qaṣba al-Jadîda). La quatrième, Jâma‘ ‘Alî Bâshâ, profitait des revenus partiels de deux bains. La cinquième, Jâma‘ Khīẓar Bâshâ a bénéficié du produit partiel de trois bains. La dernière, Jâma‘ Safîr, comptait dans sa dotation deux bains, Ḥammâm Sîdî Mḥammad al-Sharîf et Ḥammâm Jâma‘ Safîr18.

Plan de localisation des bains et mosquées à Khutba

Agrandir

34Le fait à noter est que les bains qui sont fondés en waqf au profit des mosquées ne se trouvent pas toujours situés à côté de ces dernières (fig.2). Sur les vingt et un bains, seuls quatre étaient implantés dans le voisinage immédiat des mosquées auxquelles ils appartenaient. Deux se trouvaient respectivement en face et dans la même rue que les mosquées en question (Ḥammâm Sîdî Ramdân et Ḥammâm al-Ṣaghîr). Un troisième était construit dans le sous-sol même de la mosquée (Ḥammâm Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû). Le quatrième était mitoyen à la mosquée (Ḥammâm Katshâwa).

35Un autre aspect qui est à noter est celui de la relative prédominance des institutions bénéficiaires de rite hanafite sur celle de rite malékite. En effet, nous n’avons relevé que quatre établissements religieux malékites ayant profité du waqf des bains parmi lesquels Al-Jâma‘ al-Kabîr qui se distingue très nettement, Jâma‘ et Zâwiyat Sîdî Mḥammad al-Sharîf, Jâma‘ Sîdî Ramdân et Zâwiyat Sîdî al-Jûdî. Les mosquées de rite hanafite bénéficiaires du waqf des bains sont plus nombreuses.

  • 19 Devoulx, 1861 : 389-90. La liste des principales mosquées affectées au rite hanafite donnée par Dev (...)
  • 20 Pour l’institution des Sbûl al-Khayrât, cf. Devoulx, 1861 : 389-90.
  • 21 Série B ; Boite 292 à 309 ; Registre 308-RC-Arabe ; 1242H/ 1826-27.

36Cinq ont été clairement identifiées dans les actes waqf ; il s’agit des mosquées de Khîḍar Bâshâ, de Katshâwa, de Safîr, de ‘Alî Bitshnîn et d’Al-Sayyida19. Cependant, d’autres mosquées du même rite bénéficiaient également mais indirectement des revenus partiels de certains bains dont la destination du waqf était l’institution hanafite des Sbûl al-Khayrât. Cette dernière partageait ses ressources entre les mosquées de rite hanafite et diverses propriétés appartenant à sa dotation ainsi qu’à l’aide et à l’aumône envers les indigents adhérents au rite en question20. C’est le cas de Ḥammâm al-Qrûn et Ḥammâm Sirkâjî légués entièrement et sans disposition particulière à cette institution21.

  • 22 Série B/ BM ; Boite 9; Registre 49/148-RC- Arabe/ Français; 1241H/ 1825-26.
  • 23 Mercier, 1899 : 96-98. Cf. également à Hoexter, 1984 : 243-263.
  • 24 Sur les attributions et le fonctionnement de cette corporation, voir Devoulx, Notes, 1862 : 204. Vo (...)

37La seconde institution qui bénéficiait des revenus des bains de la ville était celle des Fontaines (Al-‘ayûn). Nos recherches dans les archives du Baylîk ont permis de retrouver plusieurs registres de comptabilité de cette institution dont un particulièrement détaillé établi en 1241H/ 1825-2622. Le registre en question comporte des annotations en français indiquant l’adresse des immeubles appartenant à la dotation des Fontaines. Il comprend la mention de treize bains dont une partie des revenus était affectée à l’institution des Fontaines selon un contrat dit de « ‘anâ’ », c’est-à-dire sous forme de bail à longue durée avec pour particularité la possibilité de sa transmission aux héritiers du locataire23. Ces contributions qui relevaient de fondations waqf étaient indépendantes des charges payées par les bains pour leur consommation mensuelle d’eau, laquelle était versée à un autre service de l’administration municipale fonctionnant au sein de l’institution des Fontaines. Il y avait en effet dans cette institution deux services bien distincts : une branche de l’administration municipale qui collectait les contributions de la consommation d’eau des bains lesquelles servaient à l’entretien, l’aménagement et la construction des fontaines, des aqueducs et du réseau des conduites, et une autre branche destinée à la gestion des fondations pieuses24.

  • 25 D’après L. Merouche, le Bûjû (ou Riyâl Bûjû) du turc Butchuk (demi) est une unité monétaire dont l’ (...)

38Les montants des ‘anâ’ qui étaient alloués mensuellement aux Fontaines par les bains en question variaient pour la plupart entre 1 et 2,1 Bûjû25. Cette contribution concernait aussi bien les bains qui appartenaient à la dotation waqf d’autres institutions que des bains qui n’avaient fait l’objet d’aucune autre fondation waqf hormis celle des Fontaines (c’est le cas des deux bains d’Al-Ḥmiyar et de Ban ‘Ashîr dit d’Al-Ḥammâmât). Même un bain comme celui d’Al-Bûza destiné aux juifs et appartenant au Baylîk était lié aux Fontaines par un contrat de ‘anâ’ dont le montant était, dans son cas précis, évalué au plus fort (2,1 Bûjû). Cette contribution à la gestion de l’administration des eaux était sans doute généralisée à tous les bains de la ville car d’elle dépendait l’aménagement, la construction et l’entretien des infrastructures hydrauliques permettant le fonctionnement de ces édifices.

  • 26 Sur cette institution, cf. Devoulx, 1860 : 469-471.
  • 27 L’histoire de ce bain révèle que la première fondation waqf établi était destinée à la Grande Mosqu (...)
  • 28 Devoulx, 1859-60 : 471.

39La troisième institution qui bénéficiait du waqf des bains était celle de la Mecque et Médine (Al-Ḥaramayn al-Sharîfayn) qui possédait près des trois-quart des biens waqf de la ville et dont les revenus étaient destinés aux pauvres des deux villes saintes26. Cette institution profitait des revenus de sept bains dont un entièrement, Ḥammâm Yaṭû27. Signalons que ce résultat corrige celui avancé par Devoulx qui, dans un registre tenu immédiatement avant la conquête, a relevé la présence dans la dotation de cette institution de trois étuves seulement28.

40La quatrième institution, celle des Sbûl al-Khayrât bénéficiait des revenus de deux bains, Ḥammâm al-Qrûn et Ḥammâm Sirkâjî. Ces ressources servaient entre autre, comme nous l’avons déjà signalé, à l’entretien des mosquées de rite hanafite.

  • 29 Sur la corporation des andalous, Devoulx, 1861 : 391-93 ; Cf. aussi Aumérat, 1898 : 171 ; également (...)
  • 30 Sur l’ascension des Shwîhad et leur rôle dans la vie économique d’Alger, cf. Khiar, 1993 : 119-132 (...)

41Un seul bain, Ḥammâm al-Shwîhad, a été légué par son propriétaire à l’institution des Andalous. Administrée par un wakîl, la corporation des Andalous réunissait les biens waqf destinés aux pauvres de cette communauté qui vivaient à Alger et ceux qui y dédiaient l’usufruit de leurs biens29. Le donateur en question, Sulaymân Ban Sa‘îd al-Shwîhad, est l’un des plus importants et influents membres de la communauté andalouse d’Alger qui est présenté dans les documents d’archives comme un commerçant (tâjir) reconnu mais également comme un expert en biens immobiliers. Sa réussite économique et sociale le porta en 1652 à la tête de l’assemblée des marchands de la cité30.

Gestion des bains

42Une des principales questions qui se pose au regard des données recueillies sur le waqf des bains concerne en premier lieu la gestion de quatorze d’entre eux dont les revenus sont partagés entre plusieurs institutions et mosquées et parfois également avec les propriétaires des portions de l’établissement qui sont restées biens milk. Les registres de comptabilité des institutions concernées par les différentes fondations waqf de ces bains ne permettent pas d’identifier les tâches assignées à chacune des parties dans la gestion quotidienne de l’établissement (paiement des salaires du personnel, charges de fonctionnement, dépenses relatives aux achats et à l’entretien) et dans la gestion des travaux occasionnels de restauration ou de reconstruction.

  • 31 Cette organisation des institutions chargées de la gestion des biens waqf a été décrite dans la pub (...)
  • 32 Série B/BM ; Boite 19 ; Registre 120/13-RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Série B/BM; Boite 1 (...)

43Le problème à la base de ces questionnements est de savoir s’il existait, dans l’administration des awqâf de la ville, des structures administratives de coordination entre les différentes institutions bénéficiaires du waqf des bains. Nos recherches dans les archives ottomanes ont permis de mettre en évidence des structures de regroupement de gestion entre les biens waqf communs à plusieurs institutions. En premier lieu, il est apparu que certaines mosquées comme celle de Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murtû, de ‘Alî Bâshâ et de ‘Abdî Bâshâ étaient administrées non pas par des institutions autonomes, comme c’était le cas pour la plupart des mosquées malékites, mais par la Mecque et Médine31. Les bains dont les revenus étaient partagés entre ces mosquées étaient donc gérés par cette même institution. D’autre part, les biens waqf communs entre la Grande Mosquée et la Mecque et Médine, étaient réunis au sein d’une structure administrative commune désignée par le nom de « Sharikat Al-Jâma‘ al-A‘am wa Al-aramayni » (littéralement, association de la Grande Mosquée et des Lieux Saints)32.

44Finalement, des bains comme Ḥammâm Bâb al-Wâd, Ḥammâm al-Khaḍḍârīn, Ḥammâm Ṭâq-Ṭâq et Ḥammâm al-Fwîṭa dont les revenus étaient partagés entre la Grande Mosquée, la Mecque et Médine et ou avec les trois mosquées de Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû, de ‘Abdî Bâshâ et de ‘Alî Bâshâ étaient en réalité sous le contrôle de la même administration de Sharikat Al-Jâma‘ al-A‘ẓam wa Al-aramayni. Une structure équivalente à cette dernière, celle de Sbûl al-Khayrât, jouait un rôle équivalent en regroupant la gestion des bains dont les revenus étaient affectés aux mosquées de rite hanafite.

  • 33 Pour Ḥammâm Khîḍar Bâshâ voir Série B ; Boite 165 à 183 ; Registre 269/ 179- RI- Arabe ; 1106H/ 169 (...)
  • 34 Devoulx, 1864 : 34. Cf. également à Série B/BM ; Boite 19 ; Registre 120/13- RW- Arabe ; 1055H/ 164 (...)
  • 35 Série B ; Boite 246 à 279 ; Registre 353/257- RC- Arabe ; 1131H/ 1718-19 à 1163H/ 1749-50 et Série (...)

45Cependant, la gestion d’autres bains comme Ḥammâm Khīẓar Bâshâ, Ḥammâm ‘Alî Bitshnîn et Ḥammâm al-Mâlah reste problématique car leur revenus étaient partagés entre des institutions totalement indépendantes, de rite religieux différent et ayant chacune son propre administrateur (wakîl). Le premier était destiné au profit partagé à part égale de la Mecque et Médine et de l’institution hanafite de Sbûl al-Khayrât33. Le second était partagé à part égale entre d’une part la Mecque et Médine et la Mosquée ‘Alî Bitshnîn de rite hanafite qui avait sa propre administration (à raison d’un quart pour chaque partie) et d’autre part la famille du propriétaire34. Le troisième était partagé entre la Zâwiya de Sîdî Mḥammad al-Sharîf (à raison d’un quart des revenus) et l’association de la Grande Mosquée et Al-Ḥaramaynî (portions de valeurs non définies)35.

  • 36 D’après H. Touati qui s’appuie sur l’étude d’un manuscrit du xviie-xviiie siècle conservé à la BN d (...)

46D’autres aspects liés à la gestion des bains ḥabûs ressortent de l’examen de quelques registres d’inventaires et de comptabilité. D’après ces documents, il semble que ces bains n’étaient généralement pas gérés par les propriétaires eux-mêmes, mais qu’ils aient été donnés en gérance à des entrepreneurs qui les exploitaient moyennant le paiement d’un loyer. Le gérant du bain qui est désigné par le nom de « mallam » ou « ḥmâmjî » avait la charge de la gestion du bain au nom de l’institution au profit de laquelle ce dernier avait été constitué en waqf36. En général, il n’était pas le propriétaire du bain mais il avait en main la gestion de l’établissement (littéralement, Ḥammâm bi yad al-mallam).

  • 37 Série B/BM ; Boite 11 ; Registre 57-RC-Arabe ; 1231H/1815-16.

47Le Mallam du bain apparaît à travers certains documents comme un fonctionnaire de l’administration du waqf. Il percevait un salaire indépendant des bénéfices de l’établissement qu’il gérait y compris en cas de fermeture de l’établissement. C’est le cas de Ḥammâm al-Sbû‘a qui appartenait à la dotation de la Grande Mosquée d’Alger et qui a continué à verser le salaire à son mallam durant la période de peste qui a sévit à Alger en 1816, laquelle a nécessité l’arrêt du fonctionnement du bain37.

  • 38 Ḥammâm Bâb al-Wâd : Série B/BM ; Boite 3 ; Registre 10/13- RC- Arabe ; 1145H/1732-33.

48L’identité des mallam de nombreux bains (Ḥammâm Bâb al-Wâd, Ḥammâm Ibn al-Az‘ar, Ḥammâm Ṭâq-Ṭâq...) est reconnaissable à travers leur nom. La plupart étaient des membres de la communauté mozabite. Cette filiation est indiquée par le patronyme de « Al-Mzâbî » ou « Al-Ghardâwî » (originaire de la vallée du Mzab ou de la ville de Ghardaïa)38.

  • 39 Venture de Paradis, 1898 : 14.
  • 40 Shaler, 1830 : 115.
  • 41 Lespès, 1925 : 198.

49Les sources européennes du xviie et xviiie siècle ainsi que les archives administratives des premières décennies de l’occupation française mentionnent le rôle important de la communauté mozabite dans la vie économique à Alger durant la période ottomane. Parmi les « barrâni » c’est-à-dire les habitants d’Alger originaires de l’intérieur du pays, se distinguait en effet le groupe des Mozabites. Vers 1789, Venture de Paradis signalait qu’ils jouissaient « de plus de privilèges que les Maures » et qu’ils avaient notamment le monopole des moulins à farine, des boulangeries, des boucheries et surtout des bains39. En 1826, le consul américain W. Shaler affirmait à son tour que leurs privilèges et leurs commerces étaient « protégés par des contrats écrits consentis par la Régence »40. Une tradition consignée dans les premiers rapports français sur cette communauté, voulait que la faveur toute particulière dont ils étaient gratifiés remontât à l’époque de Ḥasan Bâshâ (fils de Khayr al-Dîn Barberousse) ; elle aurait été la récompense des services rendus par eux, lors de l’attaque de Charles Quint en 154141. L’auteur reproduit dans son article une lettre rédigée en 1835 par les membres les plus influents de cette communauté et destinée au commandement militaire qui prenait en main les affaires de la ville. Le document en question contient un exposé historique sur le rôle des Mozabites dans l’histoire de la Régence ainsi que les privilèges reconnus par tous, notamment par les anciens souverains.

  • 42 Idem. : 202.
  • 43 Idem. : 201.

50En contre partie des « privilèges » accordés, l’amîn des ḥammâmjiyya (désigné parfois par le nom de Ḥmâymî qui signifie littéralement dans le dialecte algérien « celui qui chauffe ») qui est le chef de la corporation des tenanciers de bains, rendait de nombreux services à l’administration ottomane, comme la fourniture gratuite de la viande aux janissaires et le prêt gracieux des bêtes de somme nécessaires pour les travaux du gouvernement42. Indépendamment de toutes ces prestations, l’amîn des ḥammâjiyya versait régulièrement au Baylîk deux sortes de redevances : l’« ijâra », somme fixe de 400 Bûjû versée par ses administrés à l’occasion du mois sacré de Ramadhân, et le « ḥaq al-sabbât », produit de contribution sur les boutiques, les moulins et les bains. Ce dernier s’élevait à 50 Bûjû par Ḥammâm43.

  • 44 Touati, 1987 : 281.

51Notons aussi que d’après H. Touati qui se base sur les informations du manuscrit de la BN d’Alger (Ms. 1798) qui traite des corporations de métiers, la corporation des ḥammâmjiyya s’acquittait aussi d’une troisième taxe. En effet, sur ordre du dey Sha‘bân ( 1691-1695), l’amîn al-umanâ’ (chef suprême des chefs des corporations de métiers), le dénommé Al-Ḥâj Yûsuf al-Shwîhad s’était mis d’accord avec les ḥammâmjiyya pour le paiement d’une indemnité pour droit d’exploitation des bains appelée « al-ghrâma » qui était évaluée à une part pour le tenancier dit « qawî » (puissant) et à une demi-part pour le faible « ḍa‘îf »44.

52Pour ce qui est du contrat de location, il ne figure pas en général dans les ḥujaj al-awqâf. Cependant, sa durée semble indéterminée au regard de la transmission père-fils de la fonction de gérant observée dans certains bains gérés par les mozabites (Ḥammâm Bâb al-Wâd, Ḥammâm Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû et Ḥammâm Ṭâq-Ṭâq).

53Un autre aspect important ressort de l’examen de certains registres de comptabilité relatifs aux dépenses des institutions. En effet, les documents font apparaître un principe de réciprocité dans l’entretien et la conservation du patrimoine bâti entre le bain et les immeubles qui composent l’institution bénéficiaire du waqf ou qui en dépendent.

  • 45 Série B ; Boite 280 à 291; Registre 383/287-RC- Arabe ; 1199H/ 1784 à 1212/ 1798 (Dépenses enregist (...)
  • 46 Série B/BM ; Boite 12 ; Registre 67-RC-Arabe ; 1207H/ 1792 à 1217H/ 1803 réparation entreprise par (...)

54Ainsi si les revenus d’un bain servaient à entretenir la mosquée ou les immeubles de l’institution dont il constituait la dotation, celui-ci bénéficiait en retour d’un entretien qui avait pour but de le maintenir en état de productivité45. Ce principe est valable pour les rapports existant entre les bains de la ville et l’institution des Fontaines. Les sommes versées mensuellement par les bains aux Fontaines dans le cadre du contrat de ‘anâ’ qui les liait servaient en retour à leur rénovation et conservation (voir à titre d’exemple les cas de Ḥammâm al-Sbû‘a et Ḥammâm d’Ibn Al-Az‘ar)46.

  • 47 Voir Devoulx, 1852 : 23 et Touati, 1987 : 275 et 281.
  • 48 Série B/BM ; Boite 12 ; Registre 67-RC-Arabe ; Date : 1207H/ 1792 à 1217H/ 1803.

55Cependant, l’administration des Fontaines n’était pas la seule instance à intervenir pour l’aide à la réparation ou la rénovation des bains. Il existait en effet une autre institution, la corporation dite des ammâjiyya qui regroupait les tenanciers des bains de la ville et qui réglait les problèmes qui se posaient aux professionnels du métier47. Son rôle de pourvoyeur de fonds lors de situations difficiles et exceptionnelles dans la gestion de certains établissements est illustré par le cas de Ḥammâm al-Sbû‘a. Le document qui relate les faits en question provient d’un registre de comptes établi entre 1207 et 1217H/ 1792- 1803 et concerne les biens waqf de la Grande Mosquée d’Alger à laquelle il était aliéné48. Durant ladite période, le bain était à l’arrêt pour raison de dégradation de ses infrastructures aggravée par l’endettement de son tenancier, le Mallam ‘Umar. Le document fait état d’un contrat passé entre ce dernier et les tenanciers de trois autres bains, Ḥammâm Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû, Ḥammâm Bâb al-Sûq et Ḥammâm Sûq al-Sman. L’accord en question porte sur plusieurs emprunts accordés par les tenanciers cités au gérant du bain d’Al-Sbû‘a pour l’assainissement de la situation financière de son établissement, l’acquittement des loyers impayés à la Grande Mosquée d’Alger ainsi que pour la réparation du bain et autres dépenses liées à ses équipements. Les modalités de remboursement de la dette sont également précisées : un échelonnement sur dix années est proposé.

  • 49 Série BB ; Boite 246 à 279 ; Registre 353/ 257- RC- Arabe; Dates : 1131H/ 1718 à 1163H/ 1750.
  • 50 Voir note 20.

56Cet exemple qui n’apparaît pas comme un cas particulier met en évidence plusieurs aspects liés à la gestion des bains. L’intervention des tenanciers de trois bains différents dans le règlement de la situation de Ḥammâm al-Sbû‘a atteste à l’évidence de l’existence de la corporation des Ḥammâmjiya. Ce qui lie ces trois acteurs est leur métier commun et non pas leur employeur respectif. Les bains dont ils avaient la charge de la gestion au titre de locataire, appartenaient en effet à des institutions différentes. Le premier, Ḥammâm Ḥasan Bâshâ, qui était un bien waqf de la mosquée du même nom était géré par l’institution de la Meque et Médine49. Le second, Ḥammâm Bâb al-Sûq était un bien privé et le troisième, Ḥammâm al-Qrûn appartenait à l’institution de bienfaisance hanafite de Sbûl al-Khayrât50.

57Les différents tenanciers, emprunteurs et endettés, apparaissent à travers ce document comme les propriétaires effectifs des bains qu’ils tenaient. L’action d’aide que les trois tenanciers ont entrepris envers un de leurs confrères semble ne relever que de leur propre responsabilité. Le document en question ne signale en effet aucune intervention des institutions de la Mecque et Médine et de Sbûl al-Khayrât ni même celle de la Grande Mosquée dans le règlement de cette affaire. La question qui reste posée concerne la provenance des fonds engagés dans cette opération et à travers elle tout le mécanisme de fonctionnement même de la corporation des Ḥammâmjiyya sur laquelle nous sommes très peu renseignés.

  • 51 Devoul, 1852 : 23.

58D’après Devoulx qui s’appuie sur les informations contenues dans le registre dit « Daftar Tashrîfât » qui est consacré au fonctionnement de l’administration ottomane, cette corporation était la plus riche des corporations de métiers de la ville et, selon ce même document, faisait souvent des prêts au Pacha51. Cette information confirme à l’évidence l’existence d’un fonds qui lui était propre et dont elle avait la liberté d’usage.

Pratique de la Mu‘âwaḍa à travers trois exemples de bains

59Parmi les bains de la ville, trois ont fait l’objet d’échange de waqf, ce sont les bains de Yatû, de Kûshat al-Nṣârâ dit de ‘Alî Bitshnîn et d’Al-Khaḍḍârîn. Les documents qui retracent ces transactions et qui sont examinés à la lumière de l’histoire reconstituée de chaque édifice permettent d’analyser la pratique de l’échange du waqf « mu‘âwaḍat al-waqf » et de mettre en évidence les problèmes qu’elle pose.

Cas de Ḥammâm Yatû (H3)

60Ce bain s’élevait sur l’une des voies de la ville basse les plus importantes, appelée dès 1830 rue Bab El-Oued et près de la porte du même nom (Bâb al-Wâd) qui reliait les faubourgs nord au centre politico- administratif d’Al-Janîna.

  • 52 Série Maḥâkim al-Shar‘iyya ; Boite 39, n° 59/ 368.

61Le fonds des Maḥâkim al-Shar‘iyya renferme un document très importante et riche en informations sur son l’histoire et la gestion de ce bain52. Le document comprend trois textes regroupant plusieurs titres (actes originaux de propriété, de waqf, d’association et d’échange de waqf) établis à différentes dates et qui couvrent une période de 145 ans (de 954H/ 1547-48 à 1099H/ 1685-86).

62Le premier texte comprend un acte daté de 954H/ 1547-48 qui signale que le bain qui avait été reconstruit par le dénommé Al-Qâyid Abû Muḥammad Muṣṭafâ Ban Al-Liâs Al-Turkî dit Qâyid Bûna a été constitué en waqf par ce dernier au profit de ses enfants et des enfants de ces derniers (la part d’un garçon valant la part de deux filles), puis après leur disparition, le waqf devant revenir à la Grande Mosquée d’Alger.

63Le second texte rédigé en 1040H/ 1630-31 fait état de deux contrats de partage et d’association du bain entre le propriétaire Al-Qâyid Bûna et deux associés (shurakâ’). Il rappelle qu’en 960H/ 1552-53, le propriétaire avait pris pour premier associé le dénommé Muḥammad Ban Slîmân auquel il avait cédé le quart de l’établissement et qu’en 975H/ 1567-68, un second associé Muḥammad Ban Farnûq avait acquis une autre portion du bain équivalente à son quart. Ces deux opérations d’associations ont eu pour conséquence de modifier les dispositions de l’acte waqf d’origine de 954H/ 1547-48. Les revenus de l’établissement étaient désormais partagés entre héritiers des différents associés dans les mêmes conditions énoncées par le fondateur du waqf y compris en ce qui concerne l’aliénation finale du bain à la dotation de la Grande Mosquée.

64Le troisième texte qui est le plus long concerne l’échange du bain effectué en 1097H/ 1685-86. En introduction, il rappelle l’existence d’un acte établi par Al-Qâyid Bûna en 975H/1567-68 après partage du bain avec ses deux associés qui fait état de la constitution en waqf au profit de ses enfants et de leurs enfants, de la moitié du bain lui revenant ainsi que la moitié du ‘ulwî et de la moitié de la boutique qui en dépendaient.

65L’initiative de l’échange a été prise par la suite par les petits enfants du Qâyid Bûna, les dénommés Muḥammad Al-Injishârî et sa sœur ‘Ayshûsha détenteurs de la moitié du bain de Yaṭû avec les dépendances suscitées. Les raisons évoquées pour l’échange étaient l’écroulement du bain et la cessation de ses revenus d’une part et l’incapacité des deux héritiers à en assumer financièrement la reconstruction. La contrepartie de cette transaction était un ‘ulwî situé dans le quartier de Ban Gâwar ‘Alî et appartenant à l’un des plus grands propriétaires de bains de la ville, le puissant Sa‘îd Al-Sharîf Al-Ya‘lâwî dit Sa‘îd Al-Ḥmâymî.

66Le fait à noter ici est que l’échange a été demandé par une partie des ayants droits sur le bain, en l’occurrence les deux héritiers directs d’Al-Qâyid Bûna. Il ne porte que sur la portion de l’établissement qui leur appartenait. Notre document de référence ne fait pas allusion à une quelconque intervention des autres associés dans cette opération ni au sort réservé à leur part du bain dans l’échange. Mais certains documents, trouvés dans les registres du Baylîk, qui retracent la suite de l’histoire du bain de Yatû, laissent supposer l’établissement de procédures d’échange des autres parts du bain entre Sa‘îd Al-Ḥmâymî et les autres associées (qui sont représentés par les héritiers de Muḥammad Slîmân et Muḥammad Ban Farnûq).

67Le nouveau propriétaire du bain devenu alors bien milk ne pouvait en effet engager la réparation de l’édifice et sa remise en productivité que s’il en avait l’entière propriété.

  • 53 Série B/BM; Boite 18 ; Registre 113/6 et 116- RW- Arabe/ Français ; 1115H/ 1703-04.

68Après avoir joui des revenus du bain pendant dix-huit ans, Sa‘îd Al-Ḥmâymî a entrepris à son tour en 1115H/ 1703-04 de le constituer en bien waqf au profit des lieux saints de la Mecque et Médine53.

Cas de Ḥammâm ‘Alî Bitshnîn dit Ḥammâm Kûshat al-Nsârâ (H9)

69Situé dans le quartier résidentiel des Râyis appelé quartier de la Marine par les Français, ce bain s’élevait sur la rue Mahon qui unissait la rue Bab El-Oued à la rue de la Marine ou Ṭrîq Bâb al-Jazîra. Cette dernière qui comme son nom l’indique reliait la « porte de l’Ile » donnant accès au port à la Janîna.

  • 54 Devoulx, 1864 : 37. Voir également du même auteur, Alger, MS 3213, f°164.

70Un premier acte waqf de 1031H/ 1622, établi par le célèbre corsaire et chef de la ṭâifa des râyis de la mer, ‘Alî Bitshnîn lui même, indique que le bain en question avait été constitué en bien waqf au profit de ses héritiers puis, après extinction du dernier d’entre eux, au profit de la Mecque et Médine et de la mosquée qu’il avait fait construire la même année et qui portait son nom et cela à raison de la moitié du waqf pour chaque partie54.

  • 55 Série B/BM ; Boite 19 ; Registre 120/13- RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Acte de 1115H/ 170 (...)

71Deux autres actes waqf établis en 1115H/ 1703 indiquent que le bain qui avait été acquis par voie d’échange par Sa‘îd Al-Ḥmâymî avait été constitué en waqf par ce dernier au profit de la mosquée de ‘Alî Bitshnîn et des lieux saints de la Mecque et Médine, à raison du quart (1/4) du bain pour chaque institution55. Les raisons de l’échange ne sont pas connues car nos informations proviennent d’actes résumés (ujaj al-waqf). Le recours à cette solution et le choix de Sa‘îd Al-Ḥmâymî comme repreneur du bain étaient sans doute motivés par les mêmes raisons que celles observées dans le cas de Ḥammâm Yaṭû à savoir : la dégradation du bain et la cessation de ses activités et l’expérience reconnue de Sa‘îd Al-Ḥmâymî dans la reconstruction ou rénovation de ce genre d’édifice.

72Deux remarques s’imposent au regard de cette nouvelle situation. La première est que les deux nouveaux actes waqf ne portent que sur la moitié du bain. Cependant il est probable que Sa‘îd Al-Ḥmâymî avait acquis des héritiers de ‘Alî Bitshnîn la totalité de l’établissement comme ce fut le cas pour Ḥammâm Yaṭû afin d’en disposer pleinement et d’en assurer la rénovation et la remise en productivité. La seconde remarque concerne les bénéficiaires de ces deux dernières fondations waqf (la Mecque et Médine et la mosquée de ‘Alî Bitshnîn). Le repreneur du bain a entrepris à son tour de constituer en waqf la moitié du bain au profit des mêmes bénéficiaires que ceux de la première fondation et dans les mêmes proportions (soit à part équivalente).

73Si l’hypothèse de la coïncidence est écartée, alors une telle disposition pourrait s’expliquer, par exemple, par le fait d’une compensation de l’écart entre les valeurs des biens échangés. Sa‘îd Al-Ḥmâymî aurait acquis le bain à un prix « avantageux » en échange duquel il se serait engagé à perpétuer le waqf fondé à l’origine par ‘Alî Bitshnîn. Une telle solution aurait eu pour avantage pour les héritiers de faire bénéficier la mosquée de leur ancêtre d’un revenu supplémentaire qui aurait servi à son entretien et à sa conservation.

Cas de Ḥammâm al-Kaḍḍârîn (H13)

74Ce bain s’élevait au cœur du quartier d’Al-Janîna, sur une petite rue appelée par les Français rue Genserie qui s’étendait à l’Est et au-dessous du palais du dey.

  • 56 Série B/BM ; Boite 16 ; Registre 100-RW- Arabe; 1005H/ 1596 à 1249H/ 1834 ; Acte de 1005H/ 1596-97.
  • 57 De nombreuses copies résumées de cet acte waqf existent dans les archives du Baylîk (en arabe et en (...)

75La première fondation waqf de ce bain porte sur la moitié de l’établissement. Elle a été établi par Khîḍar Bâshâ qui en était le propriétaire au profit de la mosquée qui portait son nom et qu’il avait fait construire en 1005H/ 1596-9756. La deuxième fondation waqf a eu lieu 110 ans plus tard et se trouve consignée dans un acte daté de 1115H/ 1703-04 qui indique que la totalité du bain en question avait été léguée par Sa‘îd Al-Ḥmâymî au profit de la Mecque et Médine et de la Grande Mosquée à raison d’un tiers pour chaque partie57.

  • 58 Sur l’histoire de ce pacha et des richesses qu’il avait accumulées durant son règne, voir De Grammo (...)

76Cette deuxième fondation waqf qui porte sur la totalité de l’établissement soulève plusieurs questions qui concernent les raisons et les modalités d’acquisition du bain par Sa‘îd Al-Ḥmâymî. Les actes waqf résumés que nous avons examinés ne comportent en effet aucune information sur ces aspects. Cependant l’histoire reconstituée de ce bain révèle qu’à la mort de Khîḍar Bâshâ, la moitié du bain qui était restée propriété privée avait été confisquée, comme la plupart de ses biens, et aliénée au domaine de l’État (Bayt al-Mâl), tandis que l’autre moitié faisait partie de la dotation de sa mosquée58.

  • 59 L’échange ou la vente avec remploi de biens waqf sont en effet autorisés par les docteurs des diffé (...)

77La vétusté du bain et la cessation de sa productivité étaient à l’origine de l’intervention de Sa‘îd Al-Ḥmâymî. Afin de disposer de l’ensemble du bain d’Al-Khaḍḍârîn, ce dernier a acheté la moitié du bain aliéné au Bayt al-Mâl. En ce qui concerne l’autre moitié qui appartenait à la dotation de Jâma‘ Khîḍar Bâshâ, elle aurait été acquise par Sa‘îd al-Ḥmâymî par voie d’échange avec un autre bien de même nature et de valeur égale ou supérieure ou au moyen de la vente avec affectation du prix à un achat à titre de remploi59.

  • 60 Série BB/BM; Boite 19 ; Registre 120/13-RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Acte 1 de 1115H/ 17 (...)
  • 61 Un exemple similaire de changement de statut d’une maison algéroise située à Sîdî Musbâḥ et sur une (...)

78Par la suite, un acte daté de 1205H/ 1790-91, signale que les héritiers de Sa‘îd al-Ḥmâymî ont échangé le waqf de la totalité du bain d’Al-Khaḍḍârîn contre une maison appartenant à Ḥasan Bâshâ et se trouvant à Ḥûmat Bâb al-Sûq. La dite maison a été jugée plus bénéfique pour le waqf associé de la Mecque et Médine et de la Grande Mosquée60. Cette dernière opération a finalement rendu au bain son statut d’origine de bien milk61.

79Les constats et les réflexions que nous avons pu établir à l’issu de l’examen des registres du fonds du Baylîk et de quelques pièces des Maḥâkim al-Shar‘iyya permettent finalement et en dépit des lacunes constatées de cerner plusieurs aspects liés à l’histoire socio-économique des bains d’Alger. En dehors des raisons purement religieuses, les fondations waqf de ces édifices semblent répondre aussi à des préoccupations spéculatives et économiques. Ce fait apparaît nettement dans le nombre des bains waqf qui est plus élevé que celui des bains milk ainsi que dans leur implantation géographique qui correspond aux zones de grande concentration économique et à forte densité de population. Ce dernier paramètre leur assurait des revenus importants.

80Le souci des propriétaires de profiter le plus longtemps des revenus des bains qu’ils possédaient est un aspect qui ressort également de l’examen les documents. Il se traduit dans le fait que de nombreux bains n’ont été fondés en bien waqf que des années après leur construction et après une période plus ou moins longue d’exploitation par leur propriétaire. De même, pour les bains fondés en waqf au moment de leur construction ou peu après, le propriétaire a eu recours au waqf ahlî précédant l’aliénation finale à une institution religieuse ou d’utilité publique et cela afin de jouir le plus longtemps de son bain et retarder sa sortie définitive du patrimoine familiale. Cette pratique du waqf ahlî en usage dans le rite hanafite semble avoir eu la faveur de nombreux propriétaires de bains algérois.

81En dehors des bains qui ont été entièrement fondés en waqf et au profit d’une même et unique institution, les bains dont les revenus sont partagés entre plusieurs parties (institutions religieuses de rite différents ou d’utilité publiques et personnes privées) posent le problème de leur gestion. Les mécanismes tant administratifs que pratiques de cette dernière restent entièrement à définir. Les informations que nous avons pu réunir sur cette question sont trop fragmentaires et trop vagues pour pouvoir en tirer des conclusions précises. Les documents consultés attestent cependant l’existence de deux structures de regroupement d’institutions principales qui sont celles de la Mecque et Médine et de la Grande Mosquée d’une part et celle de Sbûl al-Khayrât d’autre part. La première gérait les biens waqf communs de la Mecque et Médine, de la Grande Mosquée malékite de la ville, des mosquées de Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murtû, de ‘Abdî Bâshâ et de ‘Alî Bâshâ. La seconde se chargeait de la gestion des biens appartenant à la dotation waqf des mosquées de rite hanafite.

82Nos recherches ont montré par ailleurs que le waqf des bains a surtout profité aux grandes mosquées à khutba de la ville et plus précisément celles de rite ḥanafite. Ce fait n’est certainement pas sans rapport avec le choix même du type de waqf ahlî largement diffusé par les institutions hanafite de la ville.

83Le waqf des bains a également profité aux Fontaines de la ville. Cette institution avait pour tâche d’entretenir et de rénover le système hydraulique dont dépendait le fonctionnement des bains. La dialectique bain- mosquée- fontaine établie par le biais des mécanismes de gestion des fondations waqf dont font l’objet ces trois édifices traduit la logique même du fonctionnement du bain dans ses rapports avec la mosquée dont il constitue le complément naturel et avec la fontaine dont il puise sa principale source d’énergie.

84Nos documents mettent en évidence l’existence d’un principe de réciprocité dans l’entretien et la conservation du patrimoine bâti entre le bain et les immeubles qui composent l’institution bénéficiaire du waqf ou qui en dépendent. Ce fait est valable pour ce qui est de la relation entre les bains et les ouvrages hydrauliques qui sont à la charge de l’institution des Fontaines. Il semble d’autre part que les bains fondés en biens waqf aient été gérés non pas par leur propriétaire mais par des tenanciers (mallam) qui s’acquittaient du paiement du loyer à l’administration du waqf dont le bain dépendait. Ces tenanciers en général originaire de la région du Mzab étaient regroupés en corporation (Ḥammâmjiya) dont l’organisation reste encore à définir mais dont le rôle dans le règlement des problèmes de tout ordre (endettement et reconstruction) rencontrés par les gens du métier a été mis en évidence pour quelques bains.

85La pratique de l’échange du waqf examinée d’après nos trois exemples met en évidence deux aspects importants. Le premier apparaît comme une conséquence directe de la multiplicité des tutelles pour les bains dont les revenus sont partagés entre plusieurs institutions bénéficiaires. Le problème posé par ces édifices survient lorsqu’ils sont en état de dégradation et de cessation d’activité et qu’ils doivent faire l’objet de reconstruction et de remise en fonctionnement. Dans ce cas, la solution de l’échange du waqf du bain est le plus souvent adoptée car la rénovation et parfois la reconstruction d’un bain étaient une entreprise difficile et onéreuse. Mais afin de disposer pleinement de l’établissement et le remettre en état de productivité, le repreneur n’avait d’autre choix que d’acquérir toutes les parts de l’édifice y compris celles qui étaient affectées au waqf d’autres institutions et cela moyennant d’autres échanges de biens comme nous l’avons constaté dans certains exemples.

  • 62 Le phénomène de la mobilité des biens waqf a été confirmé par de nombreuses études récentes, voir à (...)

86Le dernier aspect qui ressort de notre étude est celui de la mobilité du statut des bains62. En effet, au cours de leur longue histoire, certains de ces édifices font l’objet de plusieurs fondations waqf établies par leurs propriétaires successifs et entrecoupées par des périodes durant lesquelles ils redeviennent des biens privés. Aussi la constitution en bien waqf d’un bain n’apparaît pas comme un fait irréversible. Sa réintégration dans le patrimoine des biens milk peut être momentanée ou définitive comme le montrent nos exemples. La dégradation de ces édifices et l’usure inévitable de leurs équipements et infrastructures techniques qui surviennent au cours de leur longue existence et qui se soldent par leur cessation d’activité sont souvent à l’origine des opérations d’échange et donc de changement de statut qu’ils subissent conjoncturellement.

  • 63 Henia, 1995 : 97- 98.
  • 64 Van Leewen, 1999 : 197-98.

87La rénovation et la reconstruction des bains qui entraînent à chaque fois leur réinsertion dans les circuits économiques de la ville sont également une conséquence de la pratique de l’échange dans le waqf de type ahlî. Toutes ces remarques sur le waqf des bains et la pratique de l’échange qui s’en suit alimentent les thèses soutenues par des études récentes sur l’impact du waqf en général dans la structure urbaine des villes ottomanes. Selon des auteurs comme A. Henia qui s’appuie sur l’exemple de Tunis (1995)63 et R. Van Leewen (1999)64 qui examine le cas de Damas, les fondations waqf constituent des facteurs de grande mobilité foncière, de dynamisme économique et de surtout de préservation et d’entretien du cadre bâti architectural.

Haut de page

Bibliographie

Cherif-Seffadj N., 2001, « L’apport des documents waqf dans la restitution de l’histoire urbaine et socio-économique des bains d’Alger de la période ottomane », Le waqf en Algérie (xviiie et xixe siècles) : sources, problématiques et thématiques, Dirassat Insania, n° spécial, Université des Sciences humaines et sociales d’Alger : 118-142.

— 1996, « Les bains algériens de la période musulmane, origine et filiation », Thèse de magister, non publiée, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger, Alger.

— 2005, « Les bains d’Alger durant la période ottomane (xvie-xixe siècles)- Histoire, topographie et étude urbaine », Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris IV Sorbonne, Paris, (en voie de publication, à paraître en 2007 aux édition PUPS, Série Islam).

Colin G., 1901, Corpus des inscriptions arabes et turques de l’Algérie, Paris, Colin.

Cresti F., 1993, « Quelques réflexions sur la population et la structure sociale d’Alger à la période turque (xvie- xixe siècles) », in Contributions à l’histoire d’Alger, Collection du Centro Analisi Sociale Progetti, Rome : 83-93.

Deguilhem R., 2001, « Mobilité et immobilité des biens waqfs au xviiie et xixe siècle : contrat de ‘anâ’ d’Alger et de Mursad de Damas », Le waqf en Algérie (xviiie et xixe siècles) : sources, problématiques et thématiques, Dirassat Insania, n° spécial, Université des Sciences humaines et sociales d’Alger.

Devoulx A, Alger, Manuscrit de la Bibliothèque nationale d’Alger, Ms. 3213.

— 1852, Tachrifat. Recueil de notes historiques sur l’administration de l’ancienne régence d’Alger, Alger.

— 1859-60,1861,1862, « Notes historiques sur les mosquées et autres édifices religieux d’Alger », RA, vol.4 à 6.

— 1863-70 « Les édifices religieux de l’ancien Alger », RA, vol.7 à vol. 14.

Dulout F., 1938, Le habous dans le droit musulman et la législation nord-africaine. Doctrine, jurisprudence et procédure, Alger.

Grammont H. D., 1887, Histoire de l’Algérie sous la domination turque (1515- 1830), Paris.

Haëdo F. D., 1870-1871, « Topographie et histoire générale d’Alger », trad. de l’espagnol par MM. Dr Monnereau et A. Berbrugger, RA, vol. 14, 1870, p. 364-375, 414-433, 490-519 ; vol. 15, 1871, p. 41-69, 90-111, 202-237, 307-319, 375-395, 458-473.

Henia A., 1995, « Pratique habous, mobilité sociale et conjoncture à Tunis à l’époque moderne », Le waqf dans l’espace islamique : outil de pouvoir socio-économique, IFEAD, Damas : 71-98.

Hoexter M., 1984, « Le contrat de quasi-aliénation des awqāfs à Alger à la fin de la domination turque : étude de deux documents de ‘an nâ’ », BSOAS, T. XLVII, part. 2 : 243-263.

Khiari F., 1993, « Une communauté résurgente : les Andalous en Alger de 1570 à 1670 », RHM : 119-132.

Lespès R., 1925, « Quelques remarques sur la corporation des Mozabites d’Alger dans les premires temps de la conquête (1830-1838) » RA, vol. 66 : 198-99.

— 1930, Alger. Etude de géographie et d’histoire urbaine, Paris.

Mercier E., 1899, Le code du hobous ou ouakf selon la législation musulman, Constantine.

Merouche L., 2002, Recherche sur l’Algérie ottomane. I- Monnaies, prix et revenus, 1520-1830, Paris.

Missoum S., 2003, Alger à l’époque ottomane. La médina et la maison traditionnelle, Alger.

Raymond A., 1974, « Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l’époque ottomane », BEO, t. 27 : 183-193.

Shaler W., 1830, Esquisse de l’État d’Alger considérée sous les rapports politiques, historiques et civils, trad. De l’anglais et enrichi de notes par M. X. Bianchi, Paris.

Shuval T., 1996, « La pratique de la mu‘âwada ( échange de biens habūs contre propriétés privées) à Alger au xviiie siècle », Biens collectifs et gestion communautaire dans les mondes musulmans, REMMM 79-80, 1996 : 55-72.

— 1998, La ville d’Alger vers la fin du xviiie siècle. Population et cadre urbain, Paris.

Touati H., 1987, « Les corporations de métiers à Alger à l’époque ottomane », RHM 47-48, Tunis : 267-92.

Van Leewen R., 1999, « Waqfs and urban structures. The Case of Ottoman Damascus », Studies in Islamic law and society, vol. 11 Leiden. Boston. Köln.

Yerasimos S., 1994, « Le waqf dans l’aménagement urbain d’Istanbul au xixe siècle », in Le waqf dans le monde musulman contemporain (xixe- xxe siècles), fonctions sociales, économique et politiques, Actes de la table ronde d’Istanbul, 13-14 nov. 1992, Varia Turcica, XXVI, Istanbul : 43-49.

Haut de page

Notes

1 Haëdo, 1871 : 384-87 et du même auteur, 1880 : 267.

2 Cresti, 1993 : 83-93 ; cf. aussi Raymond, 1974 : 183-193.

3 Idem.

4 Pour les principaux projets d’aménagement de la ville, cf. à Lespès, 1930 : 198-299 et K. Mahrour, 1985 : 30-38.

5 Colin, 1901 : 35-42.

6 Seffadj, 1996 : 24-34,113-14 et 142-43.

7 Le CNA renferme les archives restituées par la France à Algérie et dont une copie conservée au CAOM (Centre des archives d’Outre-mer) d’Aix-en Provence est désignée sous le nom de Série Z.

8 L’inventaire général du fonds des documents des tribunaux juridiques ne mentionne pas la nature ni l’identité des biens figurant dans les textes. Ces derniers sont désignés par le terme général de « milk ». Seul un dépouillement systématique des quatre mille pièces que ce fonds contient permettrait de retrouver des documents qui concernent les bains de la ville.

9 Dans le fonds des registres du Baylîk se trouvent, à côté des registres arabes et turcs d’époque, des registres arabes et français qui sont des copies résumées des registres originaux établis durant les premières décennies de l’occupation française par les fonctionnaires de l’administration des Domaines.

10 Pour rappel, une grande partie des documents d’archives arabes et turcs réunis pour le compte de l’administration des Domaines français dès 1840 avaient déjà subi des destructions et pertes partielles durant les premières années qui ont suivi l’arrivée des Français. Après l’indépendance de l’Algérie, le fonds ottoman a été transféré en France (au CAOM d’Aix-en-Provence) non sans avoir subi d’autres pertes. Enfin, en 1981, et lors du retour de ces archives en Algérie, ces derniers devaient encore souffrir d’une réorganisation qui s’est accompagnée de nouvelles pertes de documents.

11 Cherif-Seffadj, 2005.

12 Ḥammâm al-Sakk et Ḥammâm Madrasat Abû ‘Inân figurent dans la topographie de Devoulx. Cf. Devoulx, « Alger » Manuscrit de la BN d’Alger n° 3213.

13 A. Devoulx, 1869 : 22 (Mosquée Khīẓar Bâshâ) ; 1864, p.33 (Mosquée ‘Alî Bitshnîn) et 1869, p. 28 (Mosquée Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû).

14 Pour la mosquée Katshwa, voir Devoulx, « Alger », Ms. 3213, f° 31 et du même auteur, 1868 : 107-12. Pour la mosquée Safîr, Idem., 1870 : 190-91. Egalement Série B ; Film 34 ; Boite 292 à 309 ; Registre 308- RC- Arabe; 1242H/ 1826-27.

15 Les bains dont il n’est pas précisé la portion destinée à la fondation waqf sont Ḥammâm Bâb al-Wâd ( part de la Grande Mosquée), voir Série B/BM ; Boite 14 ; Registre 85/ 2- RC- Arabe ; 1179H/ 1765-66 ; Ḥammâm al-Mâlaḥ (part de la Mecque et Médine), voir Série BB; Boite 246 à 279; Registre 353/257- RC- Arabe; 1131H/ 1718 à 1163H/ 1750 et Ḥammâm Ibn al-Az‘ar ( part de la mosquée de Khīẓar Bâshâ), voir Série BM/BB; Boite16; Registre 100-RW-Arabe; 1005H/ 1596-97 à 1249H/ 1833-34; Acte de 1182H/ 1768-69.

16 Pour Ḥammâm Yaṭû voir Série Maḥâkim al-Shar‘iyya ; Boite 39, Doc. 59/ 38. Pour Ḥammâm ‘Alî Bitshnîn, cf. Devoulx, 1864 : 34.

17 Dulout, 1938 : 118. Sur les avantages de la pratique du waqf selon le rite hanafite, cf. également Henia, 1995 : 76-77.

18 Pour la Grande Mosquée, cf. Devoulx, 1866 : 221 ; pour la mosquée Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murtû, 1869 : 28 ; pour la mosquée ‘Abdî Bâshâ, 1865 : 452 ; pour la mosquée ‘Alî Bâshâ, 1870 : 170 ; pour la mosquée Khîḍar Bâshâ, 1869 : 24 ; pour la mosquée Safîr, 1870 : 186. Le statut de mosquée à khutba de ces édifices est confirmé par les recherches de T. Shuval qui s’appuie sur les données de plusieurs auteurs, Shuval, 1998 : 193-94.

19 Devoulx, 1861 : 389-90. La liste des principales mosquées affectées au rite hanafite donnée par Devoulx comprend huit mosquées qui sont : Jâma‘ al-Jadîd, Jâma‘ Safîr, Jâma‘ al-Qâdî, Jâma’ al-Shabarliyya, Jâma‘ al-Qaṣba, Jâma‘ al-Qaṣba, Jâma‘ Sha‘bân Khûjâ et Jâma‘Katshâwa. À cela, il faut ajouter la mosquée Al-Sayyida et celle de ‘Alî Bitshnîn mentionnées dans le journal « Le Moniteur Algérien » du 7 décembre 1836, p.3. En ce qui concerne la mosquée de ‘Alî Bitshnîn, elle était également affectée au rite hanafite mais elle était gérée par un wakîl indépendant de celui de Sbûl al-Khayrât. Cf. Devoulx, 1864 : 37.

20 Pour l’institution des Sbûl al-Khayrât, cf. Devoulx, 1861 : 389-90.

21 Série B ; Boite 292 à 309 ; Registre 308-RC-Arabe ; 1242H/ 1826-27.

22 Série B/ BM ; Boite 9; Registre 49/148-RC- Arabe/ Français; 1241H/ 1825-26.

23 Mercier, 1899 : 96-98. Cf. également à Hoexter, 1984 : 243-263.

24 Sur les attributions et le fonctionnement de cette corporation, voir Devoulx, Notes, 1862 : 204. Voir Série B/BM; Boite 60 à 67 ; Registre 149/ 66-RC-Arabe ; Sans date et Série B ; Boite 370 à 386 ; Registre 152/ 385- RC- Arabe ; 1118H/ 1609 à 1126H/ 1715.

25 D’après L. Merouche, le Bûjû (ou Riyâl Bûjû) du turc Butchuk (demi) est une unité monétaire dont l’origine reste obscure. La première mention remonte à 1735 et ne devient fréquente qu’à partir du xixe siècle. La valeur d’un Bûdjû était de 3 Pataques (ou Pataques-chiche) soit 3 Riyâl Drâham Ṣighâr. Cf. Merouche, 2002 : 44-45. Par ailleurs, 1 Bûjû valait 1,80 fr. (Devoulx, 1852 : 23).

26 Sur cette institution, cf. Devoulx, 1860 : 469-471.

27 L’histoire de ce bain révèle que la première fondation waqf établi était destinée à la Grande Mosquée puis après échange, à la Mecque et Médine.Voir Maḥâkim al-Shar‘iyya ; Boite 39, n° 59/ 368 (pour la première fondation waqf) puis Série B/BM; Boite 18; Registre 113/6 et 116- RW- Arabe/ Français; 1115H/ 1703-04 (pour la seconde fondation).

28 Devoulx, 1859-60 : 471.

29 Sur la corporation des andalous, Devoulx, 1861 : 391-93 ; Cf. aussi Aumérat, 1898 : 171 ; également Série B ; Boite 128 à 145 ; Registre 225/ 138- RI- Arabe ; 1193H/ 1779 à 1197H/ 1783.

30 Sur l’ascension des Shwîhad et leur rôle dans la vie économique d’Alger, cf. Khiar, 1993 : 119-132 et Merouche, 2002 : 239.

31 Cette organisation des institutions chargées de la gestion des biens waqf a été décrite dans la publication sur les édifices religieux d’Alger du Journal « Le Moniteur Algérien » du 7 décembre 1836 : 3.

32 Série B/BM ; Boite 19 ; Registre 120/13-RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Série B/BM; Boite 12 ; Registre 67- RC Arabe ; 1182H/ 1768 à 1188H/ 1775 et Série B/BM ; Boite 18 ; Registre 116- RW- Français/Arabe ; 1107H/ 1695-96 à 1157H/ 1744-45.

33 Pour Ḥammâm Khîḍar Bâshâ voir Série B ; Boite 165 à 183 ; Registre 269/ 179- RI- Arabe ; 1106H/ 1694-95 ; Série B/ BM ; Boite 14 ; Registre 86- RI- Arabe ; 1142H/ 1729-30 ; Série B ; Boite 165 à 183 ; Registre 265/ 175-RI- Arabe ; Dates : 1175H/ 1761 à 1178H/ 1765) et Série B/BM ; Boite 18 ; Registre 112- RI- Français ; Sans date.

34 Devoulx, 1864 : 34. Cf. également à Série B/BM ; Boite 19 ; Registre 120/13- RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Acte de 1115H/ 1703-04 et Boite 16 ; Registre 98- RW- Arabe ; 1062H/ 1651-52 à 1194H/ 1780, copie d’acte de 1115H/ 703-04.

35 Série B ; Boite 246 à 279 ; Registre 353/257- RC- Arabe ; 1131H/ 1718-19 à 1163H/ 1749-50 et Série B/BM ; Boite 18 ; Registre 112 RI- Français ; Sans date.

36 D’après H. Touati qui s’appuie sur l’étude d’un manuscrit du xviie-xviiie siècle conservé à la BN d’Alger (Ms. n° 1798) et qui traite des corporations de métier, le gérant du bain était aussi appelé Ḥmâymî. Cf. Touati, 1987 : 283.

37 Série B/BM ; Boite 11 ; Registre 57-RC-Arabe ; 1231H/1815-16.

38 Ḥammâm Bâb al-Wâd : Série B/BM ; Boite 3 ; Registre 10/13- RC- Arabe ; 1145H/1732-33.

Ḥammâm Ibn al-Az‘ar : Série B/ BM ; Boite 12; Registre 67- RC Arabe; 1182H/ 1768 à 1188H/ 1775. Ḥammâm Ṭâq-Ṭâq : Série B/ BM ; Boite 13 ; Registre 77/ 3- RC- Arabe ; 1160H/ 1747 à 1169H/ 1756.

39 Venture de Paradis, 1898 : 14.

40 Shaler, 1830 : 115.

41 Lespès, 1925 : 198.

42 Idem. : 202.

43 Idem. : 201.

44 Touati, 1987 : 281.

45 Série B ; Boite 280 à 291; Registre 383/287-RC- Arabe ; 1199H/ 1784 à 1212/ 1798 (Dépenses enregistrées par Al-Jâma‘ al-Kabîr pour Ḥammâm Bâb al-Wâd) ; Série B; Boite 246 à 279 ; Registre 353/ 257- RC- Arabe ; 1131H/ 1718 à 1163H/ 1750 (dépenses de la Mecque et Médine pour travaux de réparation sur la conduite d’eau de Ḥammâm Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû) ; Série B ; Boite 329 à 347 ; Registre 438/340- RC- Arabe ; 1251H/1835 à 1252H/ 1837 (dépense de Sbûl al-Khayrât pour travaux de rénovation à Ḥammâm Katshâwa) ; Série B/ BM; Boite 3; Registre 10/13- RC- Arabe ; 1145H/ 1732-33 (dépense de la mosquée de Ḥasan Bâshâ Miṭzû Murṭû pour travaux de réparation à Ḥammâm al-Qaṣba).

46 Série B/BM ; Boite 12 ; Registre 67-RC-Arabe ; 1207H/ 1792 à 1217H/ 1803 réparation entreprise par les Fontaines à Ḥammâm al-Sbû‘a) ; Série B/ BM; Boite 12; Registre 67- RC Arabe; 1182H/ 1768 à 1188H/ 1775 (réparation entreprise par les Fontaines à Ḥammâm al-Sbû‘a).

47 Voir Devoulx, 1852 : 23 et Touati, 1987 : 275 et 281.

48 Série B/BM ; Boite 12 ; Registre 67-RC-Arabe ; Date : 1207H/ 1792 à 1217H/ 1803.

49 Série BB ; Boite 246 à 279 ; Registre 353/ 257- RC- Arabe; Dates : 1131H/ 1718 à 1163H/ 1750.

50 Voir note 20.

51 Devoul, 1852 : 23.

52 Série Maḥâkim al-Shar‘iyya ; Boite 39, n° 59/ 368.

53 Série B/BM; Boite 18 ; Registre 113/6 et 116- RW- Arabe/ Français ; 1115H/ 1703-04.

54 Devoulx, 1864 : 37. Voir également du même auteur, Alger, MS 3213, f°164.

55 Série B/BM ; Boite 19 ; Registre 120/13- RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Acte de 1115H/ 1703-04 et Série B/BM ; Boite 16 ; Registre 98- RW- Arabe ; 1062H/ 1651-52 à 1194H/ 1780, copie d’acte de 1115H/ 703-04.

56 Série B/BM ; Boite 16 ; Registre 100-RW- Arabe; 1005H/ 1596 à 1249H/ 1834 ; Acte de 1005H/ 1596-97.

57 De nombreuses copies résumées de cet acte waqf existent dans les archives du Baylîk (en arabe et en français), mais le document d’origine ne s’y trouve pas. Cf. Série BB/BM ; Boite 16; Registre 98-RW- Arabe ; 1062H/ 1651 à 1194H/ 1780; Acte de 1115H/ 1703-04 ; Série BB/BM ; Boite 18 ; Registre 116-RW-Francais; 1107H/1695 à 1157H/ 1745; Acte de 1115H/ 1703-04. 

58 Sur l’histoire de ce pacha et des richesses qu’il avait accumulées durant son règne, voir De Grammont, 1887 : 145 ; Cf. également Mercier, 1891 : 180.

59 L’échange ou la vente avec remploi de biens waqf sont en effet autorisés par les docteurs des différentes écoles théologiques. Ils sont cependant rigoureusement réglementés et dans tous les cas conditionnés par le fait que les biens proposés à l’échange soient devenus totalement improductifs. Cf. Mercier, 1899 : 108-11.

60 Série BB/BM; Boite 19 ; Registre 120/13-RW- Arabe ; 1055H/ 1645 à 1272H/ 1856 ; Acte 1 de 1115H/ 1703-04, Acte 2 de 1205H/ 1790-91.

61 Un exemple similaire de changement de statut d’une maison algéroise située à Sîdî Musbâḥ et sur une période de 19 ans a été présenté par Shuval, 1996/ 1-2 : 70-71.

62 Le phénomène de la mobilité des biens waqf a été confirmé par de nombreuses études récentes, voir à titre d’exemple, Deguilhem, 2001 : 30-50 ; Henia, 1995 : 71-100 ; Yerasimos, 1994 : 43-49.

63 Henia, 1995 : 97- 98.

64 Van Leewen, 1999 : 197-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nabila Cherif-Seffadj, « Waqf et gestion des bains publics à Alger durant la période ottomane (xvie-xixe siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 06 mars 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/4273

Haut de page

Auteur

Nabila Cherif-Seffadj

Chercheur associé, UMRIslam médiéval, Paris IV. Enseignante à l’École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme, Alger.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page