Navigation – Plan du site
II. Lectures

Botiveau Bernard et Signoles Aude (dir.), D’une intifâda l’autre. La Palestine au quotidien, Égypte-Monde Arabe, éditions Complexe / CEDEJ, 6, 2003, 226 p.

Hélène Sallon
p. 261-262

Texte intégral

1Consacré à la deuxième Intifâda palestinienne, ce sixième numéro de la revue du Centre d’Etudes et de Documentation Economique, Juridique et Sociale du Caire (CEDEJ) apporte un éclairage précieux sur ce conflit qui fait la une de l’actualité internationale depuis son déclenchement en septembre 2000. Face à l’abondance et à l’instantanéité de l’information délivrée par les médias, les auteurs de ce dossier ont voulu donner les outils nécessaires à la compréhension de ce soulèvement, tant dans ses causes que ses modalités, en s’attachant à l’expérience qu’en font ses acteurs au quotidien. Sont réunies, à cet effet, six contributions basées sur des travaux de doctorat initiés dans la période qui a suivi les accords d’Oslo en 1993 par une nouvelle génération de chercheurs français en Palestine. Ces études du quotidien palestinien sont complétées par des extraits du journal de deux chercheuses ayant vécu l’Intifâda de l’intérieur, ainsi que par la contribution très intéressante de Mustapha al-Ahnaf sur l’Intifâda vue d’Égypte (137-146). Celui-ci analyse, en écho, les répercussions du conflit palestinien sur le quotidien égyptien et notamment, une vague inédite de mobilisations populaires de soutien.

2Ces contributions poursuivent toutes un double objectif. Celui, d’une part, de battre en brèche le discours de rupture ayant dominé les lectures de cette deuxième Intifâda, et mettant l’accent sur l’exceptionnalité de la période de crise et l’avènement d’un temps nouveau, pour en replacer l’analyse dans le contexte des processus socio-politiques qui l’ont rendue « inévitable et possible ». Ce temps court de l’Intifâda al-Aqsa est ainsi appréhendé au prisme des nouvelles réalités sociales et politiques créées sur le terrain suite à la mise en œuvre des accords d’Oslo depuis 1993. La création de l’Autorité Palestinienne, l’institutionnalisation de la construction nationale, les recompositions politiques internes, le nouveau découpage territorial, la poursuite de l’occupation et de la domination économique israélienne et finalement, les espoirs déçus de cet après-Oslo forment le cadre dans lequel survient le soulèvement palestinien. Ces processus socio-politiques et les changements structurels qui en résultent sont très justement observés dans l’article de Pénélope Larzillière (19-36) sous l’angle de l’évolution de l’engagement politique des jeunes Palestiniens de la première à la deuxième Intifâda. De la figure du lanceur de pierre de la première Intifâda à celles, non moins médiatiques, des auteurs d’attentat-suicide ou des militants armés de la deuxième Intifâda, elle analyse l’évolution des modalités d’action et des référents d’une jeunesse palestinienne prise entre construction de soi et construction nationale.   

3À l’instar de cet article, le second objectif animant l’ensemble de ces contributions est d’appréhender cette société palestinienne en guerre par le biais du quotidien de ses différents acteurs et des expériences qu’ils en font. Ce dossier s’intéresse ainsi à la place, au rôle et aux stratégies d’adaptation d’institutions socio-politiques clés, souvent absentes des lectures de la réalité palestinienne. Retraçant la formation antérieure de toute construction étatique des « champs » municipaux, universitaires et associatifs, trois articles analysent l’économie des relations entre ces institutions, leur société et l’Autorité Palestinienne, au moment de son institutionnalisation puis dans le contexte d’urgence de la deuxième Intifâda. Aude Signoles (37-54) nous montre ainsi comment la gestion de l’urgence au quotidien a redonné aux municipalités un rôle central auprès de la population, auparavant perdu au profit de l’Autorité Palestinienne. Si les universités ont quant à elles toujours constitué un champ autonome, Vincent Romani (55-79) met en lumière une « routine de crise » qui n’a fait qu’accentuer leurs difficultés à structurer un espace académique autonome. Finalement, le champ associatif que décrit Caroline Abu Sada (81-93) a été marqué par de profonds changements. Jadis fer de lance de la construction nationale, son action a été placée sous le contrôle étroit de l’Autorité Palestinienne, dépolitisée sous l’influence des bailleurs de fonds internationaux puis définitivement entravée par les autorités israéliennes.

4On entre encore davantage dans cette « microsociologie de la société palestinienne » qu’offre ce dossier, avec deux contributions consacrées aux stratégies d’adaptation observées au niveau des pratiques individuelles. Ce sont tout d’abord les stratégies d’adaptation dans la carte et les flux de mobilités interurbaines qui sont évaluées par Hélène Seren-Ateya (95-109), au regard des restrictions issues du découpage territorial d’Oslo et de leur aggravation durant la deuxième Intifâda. Ces restrictions à la mobilité et la pauvreté de la population palestinienne ont considérablement affecté les pratiques liées au respect du ramadan, un rite religieux musulman qu’a observé Stéphanie David (111-121). Avec le regain de la ferveur religieuse en Palestine, le respect de ce rite a cependant davantage été altéré dans ses modalités que dans son ampleur.

5Ces contributions s’accordent finalement toutes à appréhender ces stratégies d’adaptation de la population palestinienne comme autant d’actes de résistance quotidienne. Cette résistance au quotidien, par le biais du maintien d’une certaine normalité, est l’un des enseignements de ce dossier, de ce qui anime les différents acteurs de la société palestinienne dans leur vécu du conflit. Au-delà, ce dossier nous fournit et ce, encore quelques années après sa publication, des clefs de lecture indispensables des événements sociaux et politiques traversant aujourd’hui cette société en guerre. On ne peut que se féliciter du travail de ces jeunes chercheurs, ayant su dépasser les difficultés d’accès à ce terrain « mouvant », pour nous fournir les outils nécessaires à la compréhension et à l’anticipation du positionnement et des stratégies des différents acteurs face aux recompositions internes et aux modalités de résolution de ce conflit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Sallon, « Botiveau Bernard et Signoles Aude (dir.), D’une intifâda l’autre. La Palestine au quotidien, Égypte-Monde Arabe, éditions Complexe / CEDEJ, 6, 2003, 226 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/4363

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page