Navigation – Plan du site
II. Lectures

Chatelard Géraldine, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie xixe-xxe siècle, Paris, CNRS Editions, 2004, 400 p. (collections Moyen Orient)

Catherine Miller
p. 263-266

Texte intégral

1En partant d’un cas qui peut sembler relativement atypique, celui des tribus chrétiennes de Madaba en Jordanie, G. Chatelard aborde des questions fondamentales pour la compréhension des sociétés du Moyen-Orient en déconstruisant notamment la catégorie de « minorité », en s’interrogeant sur la nature du lien social entre chrétiens et musulmans et en analysant avec finesse la construction des identités collectives. Tiré d’un travail de thèse, cet ouvrage apparaît exemplaire à plus d’un titre : par le croisement des sources historiques et anthropologiques, par l’articulation entre le local et le supra-local, par la rigueur de l’analyse qui allie érudition dans la meilleure tradition orientaliste et approche critique des sciences sociales, par la qualité de l’écriture.

2Tout au long de son ouvrage, G. Chatelard s’attelle à démystifier la représentation d’une société qui serait composée de communautés religieuses juxtaposées et antagonistes, communautés religieuses qui existeraient depuis des siècles car la religion serait l’un des fondements essentiels voir quasi exclusifs de l’identification collective. Comme le démontre brillamment G . Chatelard, l’affiliation religieuse et confessionnelle est une construction sociale et historique dont on peut étudier le développement, les méandres et les interactions avec d’autres types d’affiliation. S’inspirant de tous les travaux récents portant sur la construction des identités collectives, qu’il s’agisse de nations ou d’ethnies, G. Chatelard défend une conception plurielle et mouvante des identités décrites en termes de processus dynamiques et interactionnels. Elle s’interroge sur les temporalités et les facteurs de continuité/changement. Par rapport à une théorisation de l’ethnicité qui tend à poser la période coloniale comme période charnière de fixation des identités collectives (en particulier en ce qui concerne les travaux sur l’ethnicité en Afrique), le travail de G. Chatelard montre des continuités beaucoup plus longues et beaucoup plus subtiles, et c’est l’un des points forts de cet ouvrage.

3Comme souvent dans les sciences sociales, les phénomènes observés « à la marge » permettent de mieux illustrer ce qui se passe au centre. Ici, c’est la juxtaposition de deux identifications perçues au départ comme relativement antinomiques, chrétienne et bédouine, qui a interpellé l’auteur et l’a amenée à se demander qui étaient exactement ces bédouins chrétiens. G. Chatelard a eu la chance de disposer d’une documentation riche et variée, qui lui a permis de comparer ses propres observations avec une description ethnographique rédigée au début du xxe siècle par un jésuite basé en Jordanie, le père Jaussen. S’appuyant sur différentes sources dont les archives des différentes paroisses et sur des récits de vie, G. Chatelard retrace non seulement l’histoire de ces tribus chrétiennes qui ont migré de Kerak à Madaba mais plus largement l’histoire des communautés chrétiennes entre le xixe et le xxe siècle et l’histoire de la Transjordanie. Car si elle part d’un terrain local, G. Chatelard ne reste pas enfermée dans les limites d’un groupe circonscrit et s’attache à étudier les interactions entre des dynamiques plus supra-locales (internationales ou nationales) et des dynamiques plus régionales, voir extrêmement locales (compétition entre les différents clans et groupes).

4Concernant l’historicisation des affiliations religieuses, G. Chatelard souligne qu’avant la période ottomane (le pouvoir ottoman s’implantant dans le sud de la Syrie autour de 1850), les identifications sont essentiellement lignagières et tribales. Les confréries tribales de la Transjordanie regroupent des clans chrétiens et musulmans, très proches culturellement même s’ils ne s’intermarrient pas. Les pratiques cultuelles semblent relativement limitées comme l’indiquent les témoignages des voyageurs chrétiens et musulmans et les frontières entre chrétiens et musulmans apparaissent comme très floues. C’est pendant la période ottomane que l’ordre confessionnel va progressivement se surimposer à l’ordre tribal sous la convergence de l’organisation ottomane des « millet » et l’avancée des missions occidentales qui vont œuvrer à la rechristianisation de ces « chrétiens perdus ». L’une des thèses de G. Chatelard étant que dans une société tribale, l’appartenance religieuse n’est pas primordiale, alors qu’elle le devient quand cette société se retrouve contrôlée par un État, qu’il s’agisse de l’État ottoman supra national ou de l’État national.

5G. Chatelard retrace avec précision l’histoire et les mythes d’origine de ces tribus chrétiennes qui se considèrent comme des tribus autochtones qui auraient « accueilli » et aidé le prophète Mohamed et qui, de ce fait, ont été anoblies par lui. Elle décrit les relations entre les différents clans tribaux, les alliances, l’arrivée des premiers missionnaires latins, la conversion de certains clans au culte latin, la migration en 1850 de Kerak à Madaba suite à ces divisions, la construction progressive de 1880 à 1923 d’une identité communautaire à base confessionnelle. Les missionnaires qui ouvrent des écoles s’attachent à renforcer les frontières non seulement entre chrétiens et musulmans mais également entre orthodoxes et latins. Parallèlement l’accès à l’école et l’insertion dans l’église latine permet l’ouverture sur un monde plus vaste. Les chrétiens, qu’ils soient orthodoxes ou latins, vont également devoir se positionner vis-à-vis des transformations plus générales comme la montée du nationalisme arabe, l’influence croissante des ikhwân wahhabites qui, comme les missionnaires latins, veulent déraciner les bédouins de leur environnement nomade, les processus de sédentarisation et les conflits concernant l’accès à la terre et aux ressources. Comme dans de nombreux autres pays, la cristallisation des identités confessionnelles accompagnent les conflits et restructuration autour de la terre. L’implantation des églises participent du marquage du territoire par les chrétiens de Madaba. Mais si la période ottomane introduit des changements conséquents, du fait de l’organisation des groupes en millet, ce pouvoir ne se substitue jamais totalement à l’ordre tribal qui continue de structurer la société (cf. le maintien du droit coutumier par ex.). Insistant toujours sur l’historicisation des catégories, en particulier celles de minorités/majorités, G. Chatelard indique que le terme minorité a été plaqué par les Européens sur les millet ottomans. Il s’agit donc de catégories élaborées par les administrations françaises et britanniques qui perdureront à l’Indépendance. Ainsi alors que les grandes confédérations tribales regroupaient à la fois des sédentaires et des bédouins, des chrétiens et des musulmans, les catégories des recensements entreprises pendant la période du mandat vont distinguer les chrétiens des musulmans, et amèneront ensuite l’idée d’une représentation politique nationale proportionnelle au poids démographique de ces groupes. On retrouve, là encore, un phénomène très fréquent dans les processus de construction identitaire : l’impact des catégorisations, en particulier celles employées dans les recensements, qui participent au figement et à la cristallisation de ces identités.

6Avec la montée du nationalisme arabe, et l’accession à l’Indépendance, les chrétiens de Jordanie, et ceux de Madaba en particulier, vont devoir se positionner vis-à-vis du régime hachémites et G. Chatelard décrit les relations d’intérêt qui se développent entre le pouvoir hachémite et les chrétiens. Le régime jordanien entretient des relations étroites avec le Vatican, à cause de Jérusalem, et évite de dresser contre lui les hiérarchies chrétiennes, latines ou orthodoxes. Les chrétiens sont donc bien représentés dans les hautes sphères de la politiques, mais là encore, l’état jordanien ne transforme pas radicalement le socle lignagier et certains lignages chrétiens plus importants sont bien mieux représentés que d’autres.

7C. Chatelard poursuit sa description de l’évolution de la société de Madaba à la période contemporaine marquée par l’influence des différents courants politiques de l’époque et par le fait que les mobilités amènent l’installation de nombreux musulmans dans la ville et l’installation de camps de réfugiés palestiniens dans les environs de la ville. Ce renouveau de population favorisant la montée des Frères musulmans et la marginalisation des chrétiens qui représentaient jusque là les groupes dominants de Madaba. Se sentant menacés, les chrétiens s’organisent pour se regrouper spatialement dans la ville et former des blocs. C’est à cette période que les chrétiens de Madaba vont s’appliquer à construire leur mythe d’origine, faisant remonter leur présence à la haute antiquité et leur origine arabe chrétienne préexistante à l’arrivée des musulmans. Ils soulignent leur lien avec Byzance et établissent un parallèle métaphorique entre le déplacement de Kerak, la fondation de Madaba et l’exode biblique. G . Chatelard montre ici l’importance de la mise en écrit de ces mythes et traditions, mise en écrit considérée comme d’autant plus véridique si elle est le fait de témoins extérieurs à la communauté (archéologues, missionnaires, voyageurs, etc.).

8Face au poids croissant des Palestiniens et donc à une compétition accrue pour la terre, c’est toute la société jordanienne, de l’état aux individus, qui va mettre en avant un discours des origines, valorisant le ‘asl (pureté des origines), le lien généalogique et l’organisation tribale. Les chrétiens de Madaba, bien qu’urbanisés et ayant de nombreux parents en diaspora, mobiliseront leur origine tribale pour renforcer leur alliance avec les membres musulmans de leur confrérie tribale et pour affaiblir politiquement les frères musulmans. Dans un contexte général où se pose l’identification à la fois locale et nationale (qui est jordanien), le recours à la « patrimonialisation » des identités s’avère incontournable et les chrétiens de Madaba sont ici bien outillés. S’appuyant à la fois sur leur antériorité mais également sur leur appartenance tribale, le recours à l’histoire leur permet de sortir du statut de minoritaire, de surmonter le clivage religieux et de se poser en Jordaniens authentiques face aux Palestiniens. À partir de 1989 et de la restauration de la vie parlementaire jordanienne, on assiste à une réactivation du clan et de la tribu qui serviront de nouveaux cadres pour l’action politique. Les travaux de G. Chatelard s’inscrivent donc dans la lignée des travaux qui depuis une quinzaine d’année soulignent que les tribus sont des constructions politiques modernes et non pas des avatars d’un passé révolu.

9Tout au long de son ouvrage, G. Chatelard insiste sur le rôle central que joue la parenté comme vecteur essentiel de l’identification des groupes, que ceux ci soient dans un espace rural ou urbain. Elle souligne que les chrétiens de Madaba mobilisent les mêmes ressources symboliques que les autres groupes avec lesquels ils sont en contact. Comme l’ensemble de la société, les chrétiens participent à une multitude d’échanges et d’interactions et se positionnent en fonction de ces interactions. On est donc bien loin d’une conception essentialiste des identités. À travers deux siècles et demi d’histoire, le lecteur prend pleinement conscience de ces reconstructions successives et de leur interaction avec l’ensemble de la société.

10Pour conclure, je ne peux qu’inciter à la lecture de cet ouvrage qui reste passionnant de bout en bout malgré sa densité, son sens méticuleux du détail mêlant analyse historique plus classique et récits ethnographiques ou itinéraires de vie. À l’heure où se propagent les clichés et les stéréotypes les plus réducteurs dès qu’il s’agit d’aborder les questions « communautaires » au Moyen-Orient, on aimerait que des ouvrages comme celui-ci soient traduits rapidement en anglais et largement diffusés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Chatelard Géraldine, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie xixe-xxe siècle, Paris, CNRS Editions, 2004, 400 p. (collections Moyen Orient) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4383

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page