Navigation – Plan du site
II. Lectures

Gaultier-Kurhan Caroline, Méhémet Ali et la France 1805-1849. Histoire singulière du Napoléon de l’Orient, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005, 267 p.

Pascale Ghazaleh
p. 302-303

Texte intégral

1Parmi les épisodes saisissants, curieux ou anodins recensés dans l’ouvrage de C. Gaultier-Kurhan est celui intitulé « affaire girafe ». Il concerne l’envoi par Muhammad ‘Alî Pacha, alors vice-roi d’Égypte, d’une girafe qui devait orner la Ménagerie au Jardin des Plantes si cher au cœur du roi Charles X. Des soldats expédiés au Soudan pour capturer la bête y trouvèrent deux girafons dont ils tuèrent la mère avant de les conduire jusqu’au Caire. Le pacha « décide d’envoyer une girafe en France et l’autre en Angleterre » ; Drovetti, consul de France, se vante alors que « notre girafe est ... solide et vigoureuse », tandis que celle qui a échu au roi d’Angleterre « est malade et ne vivra pas longtemps ».

2L’histoire réunit certains des éléments caractéristiques de l’historiographie concernant l’Égypte pendant la première moitié du xixe siècle : l’élément exotique, évidemment, assuré par les captives ; l’aspect pathétique, résultat d’une cruauté gratuite et incompréhensible ; le concours acharné pour des enjeux dérisoires que poursuivent les Puissances européennes ; l’habileté du pacha, enfin, passé maître dans l’art de manipuler ceux qui cherchent à le dominer. C. Gaultier-Kurhan cite pourtant l’incident sans préambule, l’insérant entre un chapitre sur les missions scolaires et un autre sur la guerre de Morée, et laisse passer sans commentaire une histoire riche en significations. Sans contexte, l’ « affaire girafe » paraît saugrenue – comme il se doit – mais dénuée de sens et confinant à l’absurde. Sa seule fonction est alors d’illustrer les relations entre l’Égypte et la France pendant un demi-siècle (l’auteur dépasse de fait ce cadre chronologique), à la suite d’autres événements apportés comme autant de preuves d’une relation animée voire parfois orageuse entre la France et l’Égypte.

3C. Gaultier-Kurhan cherche en effet, par cet ouvrage, à nuancer le portrait idéal que certains historiens ont voulu dresser des liens qui ont uni la France à l’Égypte au xixe siècle : version « exemplaire », « exempte d’aspérités ». Elle a surtout voulu démontrer que, si « l’apport des Français dans la formation de l’Égypte de Méhémet Ali est fondamental », il est également vrai que « la plupart dépendent de lui car ils sont des agents de l’État égyptien » (p. 97). Elle semble pourtant guidée par la conviction que les relations entre les deux pays sont sujets à une destinée particulière : la dédicace, au beau-père de l’auteur, « digne arrière petit-fils du grand pacha », ainsi que le tire de l’ouvrage nous l’indiquent.

4C. Gaultier-Kurhan retrace ainsi plusieurs décennies d’interdépendance, jetant un regard en arrière dans le premier chapitre (« Les relations entre la France et l’Égypte du xvie siècle à l’expédition d’Égypte ») pour passer ensuite en revue les principales figures et événements de l’époque : des consuls Drovetti et de Lesseps à Muhammad Alî et Napoléon ; des missions scolaires envoyées en France aux accomplissements scientifiques, militaires et architecturaux de Clot Bey, Sulaymân Pacha ou Pascal Coste – personnages d’envergure, talentueux et volontaires, qui se trouvent cependant guidés par les visées du pacha et soumis aux desseins particuliers qu’il a conçus pour l’Égypte. Viennent alors quelques croquis des parents de Muhammad Alî, du pacha « dans son intérieur » ; le récit des découvertes de Champollion ; des notes sur l’épopée des Saint-Simoniens.

5C’est un projet ambitieux que celui entrepris par C. Gaultier-Kurhan, dont le cadre chronologique suit assez fidèlement l’idée principale (du moins pour ce qui est des dates de départ et d’arrivée du récit ; le lecteur sera parfois amené à effectuer des bonds en avant et en arrière au sein d’un même chapitre, qui ne brouillent la narration que parce que celle-ci est conçue de manière linéaire) : projet de retracer un demi-siècle d’intrigues, de conflit et de coopération dont les mobiles ne s’accordent que rarement, mais dont l’achèvement dépend à la fois des Français et du pacha : des ambitions de gloire personnelle ou nationale couvées par les uns et la volonté rusée de l’autre.

6On aura compris que l’ouvrage de C. Gaultier-Kurhan appartient, dans ses lignes générales, au genre historiographique dit « des grands hommes » : les conclusions des contemporains quant au caractère et aux faits des principaux personnages sont rapportés pour expliquer leurs prises de position, décisives pour le cours des événements (Ibrâhîm, par exemple, est « très irritable et fort emporté ») ; on a parfois du mal à comprendre pourquoi Gaultier-Kurhan donne raison ou tort à ses sources, car elle passe aussi souvent leurs jugements sous silence : on apprend ainsi, sans pour autant obtenir davantage d’éclaircissement, que « les diplomates ne se trompent pas en écrivant dans leurs rapports : « Venu en Égypte très jeune, il se regarde comme de ce pays »).

7Le lecteur découvre pourtant bien des anecdotes dignes d’intérêt et ne peut qu’applaudir à l’utilisation de sources diverses, puisées aussi bien dans les fonds archivistiques que dans les « souvenirs, correspondances, témoignages, documents et mémoires contemporains » (l’on constatera cependant l’absence, sans doute surprenante, de documentation en langue arabe). Sans vouloir nous attarder sur la forme et la mise en page de l’ouvrage, il convient également de noter que sa lecture est rendue moins aisée par une ponctuation bohème et par la mise en exergue et en italiques de toute citation, même de quelques mots : le texte en revêt une aspérité visuelle que d’autres choix éditoriaux auraient su corriger. Les historiens loueront C. Gaultier-Kurhan pour son exposition d’un riche ensemble de réflexions, dont on regrettera toutefois la présentation quelque peu décousue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Ghazaleh, « Gaultier-Kurhan Caroline, Méhémet Ali et la France 1805-1849. Histoire singulière du Napoléon de l’Orient, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005, 267 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/4413

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page