Navigation – Plan du site
II. Lectures

Glaß Dagmar, Der Muqtataf und seine Öffentlichkeit. Aufklärung, Räsonnement und Meinungsstreit in der frühen arabischen Zeitschriftenkommunikation (volume 1 : Analyse medialer und sozialer Strukturen ; volume 2 : Streitgesprächprotokolle), Würzburg, Ergon Verlag, 2004, 749 p.

Dyala Hamzah
p. 296-301

Texte intégral

1Voici un monument à la gloire d’un autre : en 750 pages de texte, illustrations et annexes, Dagmar Glaß célèbre « ein Monumentalwerk der Nahda » (p. 12) – al-Muqtataf, revue mensuelle fondée par Ya‘qûb Sarrûf, Fâris Nimr et Shâhîn Makâriyûs en 1876 à Beyrouth, et qui paraîtra ensuite au Caire, de 1885 à 1952. Par son ampleur et son objectif, la monographie est inédite. Couvrant les 50 premières années du périodique, soit un corpus de quelques 50 000 pages, elle ambitionne de donner à la revue un rôle de premier plan dans « la transformation structurelle de l’espace public » (syro-)égyptien. Pour ce faire, l’A. propose de compliquer les analyses philologico-historiques de l’« Arabistik », sa discipline, par des emprunts aux sciences de la communication et des médias (p. 49). Fort opportun – surtout outre-Rhin où l’« Orientalistik » a encore de beaux jours institutionnels devant elle  – ce travail n’en est pas moins tributaire d’une tendance. Depuis le début des années 1990, et peut-être sous l’aiguillon de l’histoire globale, la théorie habermassienne de l’agir communicationnel a pris d’assaut les champs disciplinaires s’intéressant à l’islam et au Moyen-Orient moderne, suscitant en Europe comme aux États-Unis, programmes de recherche, universités d’été et thèses de doctorat, dont une série témoigne d’un intérêt renouvelé pour la Nahda. Issu d’une thèse d’habilitation commencée en 1988, soutenue en 2000 et publiée en 2004, cet ouvrage est aussi le singulier rejeton d’une trajectoire personnelle et de contingences historiques : au moment où elle songe à renoncer à son sujet, faute d’accès aux sources (p. VII), le virage politique que symbolisent la chute du Mur de Berlin et ses suites (« die Wende ») propulsent l’A., citoyenne d’ex-RDA, aux premières loges d’un programme pionnier de recherche franco-allemand sur presse et espace public au Moyen-Orient1.

2Délaissant donc les idées pour les procédés délibératoires, l’A. se dit guidée par les représentations des acteurs eux-mêmes, qui tinrent la doyenne des revues arabes (shaykh al-majallât al-‘arabiyya, p. 12) pour le forum de discussion par excellence et le forum premier (al-maydân al-awwal, p. 14), ou encore, le forum des plumes arabes (maydân li-aqlâm katabat al-‘arab, p. 299). Sur les 17 rubriques que compte la période retenue, c’est donc la rubrique « Débats et correspondance » (bâb al-munâzara wa-l-murâsala), lancée en 1881, qui se prêtera par excellence à l’analyse. Consciente qu’en l’absence de sources (après l’arrivée de Nasser au pouvoir, la presse d’al-Muqtataf fut vendue et ses archives détruites), l’histoire de la revue ne peut s’écrire que du « dedans », l’A. se fait fort de recueillir la trace de la foule de contributeurs qui émargèrent à ce singulier courrier des lecteurs : quelques 3,500 « textes » (d’une demi-page à 8 pages), entendus comme « actes séquentiels » (p. 64) sont ainsi répertoriés, classés et analysés en fonction de leur séquençage (contexte, prétexte, « post-texte »), de leur auteur, de leur thème, de leur longueur, de leur « représentativité », de leur chronologie. En deux volumes fort distincts, l’A. fournit 1) un effort impressionnant de contextualisation historique, de refondation théorique et de reconstitution biographique, et 2) les « minutes » d’une sélection non moins impressionnante de débats.

3Vu la densité et l’hétérogénéité du volume 1, je me propose d’en donner une lecture descriptive, soucieuse de sa composition. C’est l’articulation des deux volumes qui me fournira ensuite l’occasion et d’une présentation plus analytique du volume 2, et d’une critique thématisée de l’ouvrage dans son ensemble.

4Intitulé « Analyse medialer und sozialer Strukturen », le volume 1 représente un constant va-et-vient entre théorie, histoire et analyse. Il se subdivise en 9 parties dont une introduction (p. 1-17), un chapitre historiographique (p. 19-48), un chapitre théorique et méthodologique (p. 49-68), deux chapitres consacrés aux histoires distinctes du journal et de la revue arabes (p. 69-118 et p. 118-180), une histoire et une présentation d’al-Muqtataf (p. 181-208 ; p. 209-258), une généalogie du débat de presse et ses avatars dans al-Muqtataf (p. 259-314), enfin, un portrait social et public des lecteurs, auteurs et  « débatteurs » d’al-Muqtataf (p. 315-373). Ponctuant pertinemment son texte de reproductions de unes ou de couvertures de revues et journaux contemporains (33 illustrations dont aussi portraits photographiques et encarts publicitaires), comme de tableaux fort divers (27, dont les rubriques d’al-Muqtataf, p. 235 ; les manuels en arabe du Syrian Protestant College, p. 202 ; les plumes socialistes dans al-Muqtataf, p. 560 ; les mots clé du darwinisme en arabe, p. 426-427), l’A. permet ainsi à tout moment la comparaison graphique et générique comme les appréciations quantifiées.

5Posant la Nahda comme triple mutation (au plan de la communication, du média et de la lecture), l’A. s’attaque d’emblée dans son introduction à l’épineuse question statistique du lectorat : sur la base des recensements de 1897, 1907 et 1917, elle conclut que le taux de la population égyptienne sachant lire et écrire varie fort médiocrement pendant cet intervalle (5,8-7%), un taux qu’il faut corriger à la baisse – certains des recensés n’ayant de la lecture qu’une maîtrise toute relative. Quant aux autres, trop pauvres pour s’acheter un journal ou illettrés, possédaient-ils le capital culturel nécessaire pour comprendre une presse lue collectivement dans les cafés ou autres ghuraf al-qirâ’a (p. 11) ? Rapporté à une population de dix millions, le nombre d’abonnés toute presse confondue (estimation basse : 20 000 ; haute :  100 000), le taux de lecteurs de presse au tournant du siècle est donc infime. Si l’information n’est pas absolument neuve, elle a l’immense mérite d’être corrélée, pour la première fois à une analyse en terme d’espace public. La Nahda est un phénomène d’élite, rappelle l’auteur, il n’y a point lieu d’éprouver une « Presseeuphorie » (p. 11). L’intérêt qu’il y a tout de même à étudier al-Muqtataf réside dans son extraordinaire longévité dans ces conditions adverses, à sa mutation d’un modèle encyclopédique nourri des matériaux didactiques en usage au Syrian Protestant College (SPC, ancêtre de l’actuelle American University of Beirut) en un forum de débats public. Passant ensuite méticuleusement en revue la littérature sur la presse arabe (ch. 2), l’A. juxtapose les innombrables monographies et histoires générales de la presse produites de manière ininterrompue en arabe depuis Tarrâzî (mais aussi, l’inestimable index en 3 volumes du Muqtataf, publié en 1967 par F. Sarrûf et L. Sadaqa à Beyrouth) aux travaux plus instrumentaux produits en langues européennes, notamment depuis 1945. Dans l’immédiat après-guerre, on y considère la presse arabe comme : simple source pour l’histoire contemporaine ; instrument du réformisme islamique ; ou véhicule de la littérature moderne – rarement comme facteur constitutif de l’opinion publique (p. 25). Malgré la publication, en 1965, de l’article « jarîda » dans l’Encyclopédie de l’islam, les tenants d’une presse « pur réservoir d’idées » garderont la haute main jusqu’au tournant paradigmatique des années 1990 (archétype d’une histoire des idées souverainement indifférente au médium, l’indéboulonnable Arabic Thought in the Liberal Age (1962) est inexplicablement absent ici). Véritable plaidoyer méthodologique, le chapitre 3 appelle à une union de ces « partenaires inégaux » (p. 50) que sont l’« Arabistik » et la « Kommunikationswissenschaft », puis définit ses concepts (médium, revue, public, espace public, raisonnement) avant de jeter les bases d’une analyse du courrier des lecteurs en termes de communication. Grande perdante de cette « (re)fondation théorique » (« theoretische Grundlagen »), la sociologie étonne par son absence, ce alors que l’étude invoque constamment les pratiques sociales et recourt explicitement à Niklas Luhmann. Est-ce ce déni qui explique l’absence de référence à A. Roussillon dans la recension, au ch. précédent, des titres français depuis Laoust  ? Les ch. 4 et 5, qui, en principe, constituent l’épine dorsale de l’argumentaire, restent très descriptifs, et, bien que très informés, peinent à dépasser un schéma discutable pour l’époque : au journal (jarîda), le rôle de transmission de l’information ; à la revue (majalla), celui de formation de l’opinion publique. Discutables également, le statut analytique des « tendances » à l’œuvre dans l’un et l’autre genre : politisation des journaux à partir de 1900 (p. 112) ; « islamisation » (p. 151) et « littérarisation » (p. 165) des revues à compter de 1870. Descriptifs également, mais cette fois-ci à bon droit, les ch. 6 et 7, qui profilent, de manière fouillée, la personnalité des fondateurs ainsi que le genre de la revue. Rejetés en toute fin de volume, les ch. 8 et 9, représentent pourtant le cœur de ce tome 1, et c’est donc avec quelque incrédulité que l’on découvre, pages 299-307, ce joyau qu’on n’attendait plus : l’analyse de la rubrique « Débats et correspondance », de sa charte et de ses amendements – une rubrique fondée sur les principes du raisonnement (non au sens réflexif hégélien, ni au sens de la « nörgelnde Vernünftelei », la ratiocination ergoteuse, mais au sens de la critique : p. 61) et de l’égalité (« munâziruka nazîruka » !). Précédée d’ultimes prolégomènes historiques, l’analyse échoue cependant à ériger la dispute médiévale en modèle effectif de la délibération périodique. Quant au chapitre final, dont on se demande pourquoi il n’ouvre pas le volume 2, il constitue, par son recensement systématique et biographique des acteurs partie prenante des débats, un inestimable registre dont on ne saurait être trop gré à l’A. C’est, pour la première fois, une reconstruction au plus près du visage et des voix de cet espace public, entendre : une reconstitution des inégalités d’accès à cet espace, selon le statut, le genre, la confession, etc. Mais si l’on se réjouit de voir se côtoyer anonymes et célébrités, femmes et hommes, chrétiens et musulmans, on peine à comprendre le sens analytique accordé aux catégories confessionnelles et du genre ; comme on peine à s’orienter entre les bornes chronologiques de la participation chrétienne/musulmane (jusqu’en 1885/après 1900) et les coupes diachroniques de l’étude, (annoncées p. 66) : 1) phase beyrouthine (1876-1885) ; 1ère phase d’expansion cairote (1885-1900) ; 3) Révolution Jeunes-Turcs (1906-1910) ; début de l’indépendance égyptienne (1919-années 1920).

6Ces « diachronische Schnitten » fournissent une clé d’entrée critique au second volume, dont l’archivisme constitue par ailleurs une mine inépuisable d’informations, une aubaine pour l’historien. Outre la nature hétérogène des phases (deux sont dictées par des facteurs internes, deux par des facteurs externes), leur diachronie est neutralisée dans le volume 2 par l’exposition thématique. Divisé en 3 grandes sections d’inégale importance – suivies d’un résumé général (p. 629-644), d’une bibliographie et de trois index (noms de personnes, notions, revues et journaux)  – le volume 2 (intitulé : « Streitgesprächsprotokolle ») s’imbrique difficilement en effet dans la division quaternaire du cadre diachronique, et, si certains débats sont immédiatement datables, d’autres ne le sont pas. La section A  (Muqtataf et science), consigne les débats sur « science et religion »  (p. 389-414), et le célébrissime débat sur le darwinisme (p. 415-434). La section B (Muqtataf et langue) répertorie les débats suivants : arabe classique vs arabe dialectal (p. 437-452) ; arabisation des termes étrangers (p. 453-478) ; latinisation vs réforme de l’alphabet (p. 479- 496) ; enfin, arabisation vs turquification. La section C (Muqtataf et société), la plus longue et la plus fourre-tout, dresse les procès-verbaux des débats relatifs aux droits et devoirs de la femme (p. 505-556); au socialisme et à l’individualisme (p. 557-576) ; au développement économique en Égypte (p. 577-590) ; à la religion musulmane dans la culture et en politique (p. 591-612) ; enfin, à l’école et à la nation (p. 613-628).

7Si chacun de ces débats est thématiquement classé, daté, contextualisé et ses animateurs identifiés et individualisés, il n’en reste pas moins que les incursions incessantes dans les publications concurrentes (al-Manâr, al-Hilâl et autre al-‘Irfân) sont le signe qu’un débat public n’est « vectorisable » que dans un espace  pluriel – qu’il est donc illusoire, si ce n’est sur le mode volontariste (l’ouvrage s’intitule Der Muqtataf und seine Öffentlichkeit, et non und sein Publikum) de vouloir le contenir dans les limites d’une seule revue. Signe, aussi, qu’une analyse synchronique d’un nombre beaucoup plus restreint de débats eut été préférable à une colossale entreprise diachronique ? Menée de manière bancale (c’est-à-dire : sur la base de sources secondaires), l’analyse comparée, des contenus comme des structures, aboutit à de préjudiciables approximations  : vis-à-vis d’al-Manâr, par exemple, on regrettera sa limitation du débat sur l’arabisation à sa seule publication de la position médiane du Nâdî Dâr al-‘Ulûm (p. 463-64); ou bien, sa grossière réduction des procédés délibératoires à la rubrique « Fatâwâ » (p. 297-98) ; ou encore, son omission de la liste des thèmes-rubriques (p. 162), des compte-rendus d’ouvrages de Ridâ, dont Laoust disait que leur analyse permettrait un jour de combler les lacunes de Brockelmann en matière de Nahda ! L’absence d’une véritable analyse comparée était pourtant identifiée dès le volume 1 comme le problème méthodologique fondamental de l’ouvrage (p. 16). Couplée à une modélisation de la revue nahdaouite d’après l’archétype européen (la revue des Lumières : p. 8 ; p. 119-122), la comparaison finit par produire un certain malaise : malgré ses emprunts, l’insistance de l’A. sur une « spécificité » moyen-orientale semble exclure ici le modèle intégral. Mais si nous sommes alors face à un modèle référentiel, quelle société sert donc au juste de référent ? La question se pose d’autant plus, que le paradigme du déficit qui enserre l’historiographie de la Nahda – et que le recours salutaire à la théorie critique était censé évincer – prévaut (p. 1 : « Hier fehlte bis zum Ende des 18. Jahrhunderts… » ; p. 8 : « …da eine moderne Nachrichtenübertragungstechnik fehlte...“; c’est moi qui souligne).

8En justifiant l’absence d’un véritable comparatisme par la difficulté d’accéder à des collections in extenso (d’al-Manâr au moins, il en existe pourtant plusieurs en Allemagne même, sans parler de sa digitalisation récente), mais surtout par la masse qu’un tel travail représenterait (p. 16), l’A. problématise involontairement le gigantisme de sa démarche, à l’œuvre dans la sélection de son corpus, comme dans le florilège de ses emprunts théoriques. C’est par ces derniers que je terminerai. Mangeurs d’espace, ils contraignent  paradoxalement l’A. à sous-analyser ou à considérer comme allant de soi ces notions centrales et si problématiques de Verwestlichung, (p. 2), Modernisierung, (p. 2-3), Säkularisierung, (p. 160), et Überfremdung (p. 163). Arbitraires (si « le média est le message », comment expliquer l’absence de Marshall McLuhan ?), ils interdisent à l’A. la conciliation d’une conception du texte comme « schème d’action », « forum », « opinion », « relation dialogique » – comme séquence discrète, donc (ch. 3), avec celle qui l’encode dans une chaîne généalogique (ch. 8). Superficiels, ils aboutissent, et c’est là mon principal grief, à de désolants contresens. Passons sur le mariage contre-nature des frères ennemis Luhmann et Habermas, sur l’incohérence qu’il y a à plaquer  une conception fonctionnaliste, institutionnelle, de la communication sur une éthique de l’individu et du débat (p. 59-63). Attardons-nous, en revanche, sur la discussion du concept central dont se réclame l’ouvrage. Présenté au travers de la lecture problématique qu’en donne Reinhard Schulze, l’espace public habermassien est translaté, sans autre forme de procès, (c’est-à-dire : sans aucun égard à l’objection exprès d’Habermas à telle translation) des xviie-xviiie siècles européens aux xixe-xxe siècles égyptiens. Pire, il est divisé (en quatre sphères : celle des oulémas, des soufis, des intellectuels modernes, du pouvoir colonial), sans que l’on comprenne le sens qu’il y a à parler de publicité là où des considérations de statut, de hiérarchie, d’appartenance confrérique prévalent. En reconnaissant l’existence de « sous-espaces », dans l’un de ses étonnants retours sur son œuvre de jeunesse, Habermas n’accordait nullement à ces sous-divisions, cette clôture – et ce pouvoir !  – à l’œuvre dans la typologie schulzienne. Par suite, l’identification de l’espace « publiciste-littéraire » du Muqtataf (confondu avec la sphère schulzienne des « intellectuels modernes) à ce que Habermas décrit comme le prodrome (« Vorform » : p. 60) de l’espace public politique (l’espace public littéraire), précipite l’A. dans une fâcheuse confusion : là où Habermas entend par « transformations structurelles », celles par lesquelles l'espace public se démocratise, se corrompt dans une intrumentalisation totale du principe de publicité, l’A. y voit le passage de la forme littéraire de l’espace public à sa forme politique… Or la Nahda n’est le site d’aucune « transformation structurelle » au sens habermassien (pour qu’il y ait transformation encore faut-il qu’il y ait espace ; et pour qu’il y ait démocratisation, encore faut-il qu’il y ait eu alphabétisation de masse), mais bien plutôt le lieu d’une émergence. Comparée à la longue durée européenne, c’est, en effet, dans la quasi simultanéité d’un demi siècle que l’Égypte voit apparaître presse d’imprimerie, presse périodique, littéraire et politique, salons et associations, clubs et partis. C’est faute de n’avoir pas reconnu la radicalité de cette émergence, et la rupture épistémologique qu’elle entraîna, que l’A. s’empêtre pour finir dans une évaluation rétrospective des plus discutables. Citant le constat d’un journaliste de la chaîne satellite Al Jazeera, sur « le manque de dialogue parmi les Arabes », l’A. en conclut que les acteurs de la Nahda étaient décidément en avance sur leur temps (p. 15) ! N’eût-il pas fallut, au lieu de cette appréciation somme toute paternaliste, exhumer les raisons de l’histoire contrariée de l’espace public égyptien au xxe siècle dans les faillites de l’État, la confiscation du politique, mais aussi, dans le fait que cet espace public ne parvint jamais à enrayer les considérations de statut ?

9Reste qu’au delà de ces sérieuses réserves eu égard aux retombées historiques d’ambitions théoriques louables par ailleurs ; au delà, aussi, d’un style extrêmement scolaire et par moment rébarbatif (166 sous-divisions qui se terminent en récapitulatif en lieu et place d’une véritable conclusion ! apparat critique illisible sans le recours permanent à la bibliographie en tome 2) mais dont il faut probablement rendre les institutions responsables (produit d’une « collusion » de l’université et des maisons d’édition, les thèses allemandes sont généralement publiées « en l’état ») ; au delà, enfin, des coquilles de la bibliographie, dont le lecteur français surtout s’agacera (dans un titre sur deux, et jusqu’à trois coquilles dans un même titre), on souhaite à l’ouvrage de connaître la postérité qu’il mérite : celle  d’un manuel de référence.

Haut de page

Notes

1 Groupe de recherche composé des Ottomanistes M. Ursinus, A. Pistor-Hatam, R. Motika, Ch. Herzog, P. Dumont et A. Popovic, dont les diverses contributions  émaneront des journées d’études de Heidelberg  (« Presse und Öffentlichkeit im Nahen Osten », 1994) et d’Aix-en-Provence (« Querelles privées et contestations publiques. Le rôle de la presse dans la formation de l’opinion publique au Proche Orient », 1996). D’autres projets d’envergure internationale suivront. Citons : l’institut d’été germano-américain « Public Spheres and Muslim Identities » (2001, Berlin ; 2002, Dartmouth College), co-dirigé par le sociologue italien A. Salvatore et l’anthropologue américain Dale Eickelman et qui aboutit à leur publication en 2004 de Public Islam and the Common Good (Leide : Brill) ; la co-direction par le même Salvatore d’un autre ouvrage, issu d’un atelier intitulé « Islamic Movements and Discourses within Local, National, and Transnational Public Spheres », (3rd Mediterranean Social and Political Research Meeting, EUI, Florence, mars 2002) et qui donnera, en 2005, Religion, Social Practice, and Contested Hegemonies: Reconstructing the Public Sphere in Muslim Majority Societies (New York: Palgrave Macmillan) ; enfin, mais la liste est loin d’être exhaustive, le vaste programme de recherche sur l’espace public au Moyen-Orient, financé par le Social Science Research Council américain, et couronné par The Beirut Conference on Public Spheres (Beyrouth, Octobre 2004).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dyala Hamzah, « Glaß Dagmar, Der Muqtataf und seine Öffentlichkeit. Aufklärung, Räsonnement und Meinungsstreit in der frühen arabischen Zeitschriftenkommunikation (volume 1 : Analyse medialer und sozialer Strukturen ; volume 2 : Streitgesprächprotokolle), Würzburg, Ergon Verlag, 2004, 749 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4423

Haut de page

Auteur

Dyala Hamzah

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page