Navigation – Plan du site
II. Lectures

Philipp Thomas et Schumann Christoph (sous la direction de), From the Syrian Land to the States of Syria and Lebanon (Beiruter Texte und Studien 96). Würzburg et Beirut: Ergon Verlag in Kommission, 2004, 7 p. + 366 p.

Frank Peter
p. 287-290

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Thomas Philipp et Christoph Schumann, réunit 21 contributions portant sur l'émergence de nouvelles identités et idéologies, entre les années 1841 et 1940, dans le Bilâd al-Shâm, la région comprise entre les montagnes du Taurus, le désert syrien, le Sinaï et la Méditerranée. Philipp et Schumann considèrent que peu de recherches ont abordé cette région en tant qu’une unité (as integrated region) fondée sur des caractéristiques sociales, culturelles et historiques communes. La plupart des travaux effectués auraient en fait pris comme point de départ les territoires définis par les limites des États actuels, en s’intéressant seulement à établir leurs antécédents et le fondement historique de leur légitimité. À partir de cette évaluation de l'état de la recherche, qui nous paraît trop catégorique, Philipp et Schumann proposent d’examiner les idéologies et les identités qui étaient communes aux populations de cette région. Les auteurs cherchent ainsi à montrer dans quelle mesure les divisions spatiales initiées au moment du démantèlement de l'empire ottoman n’ont pas tenu compte de ces traits communs et, par conséquent, combien elles ont créé de nouveaux problèmes dans cette région du monde

2Les articles, rédigés par des chercheurs reconnus, sont regroupés dans cinq sections, offrant ainsi un survol d'une richesse tout à fait unique sur l'état actuel de la recherche dans ce domaine : « L'héritage de l'empire ottoman », « Religion et changements culturels », « La société et la construction de l'État » , « Le cas du Liban » et « De la résistance précoce au nationalisme radical en Syrie » . L'ouvrage est complété par un index assez concis ; il ne contient pas de bibliographie.

3Dans le premier chapitre de la partie concernant l’héritage ottoman, Thomas Philipp propose d’appréhender l'espace de cette région au cours du xviiie siècle en termes de « locally integrated regions » et d’analyser l'histoire complexe de la nomenclature du Bilâd al-Shâm (p. 9-26). Dans le chapitre suivant, Fruma Zachs (p. 27-39) examine le concept d'identité syrienne, tel qu'il était déjà façonné avant 1860 dans les écrits de Khalîl al-Khûrî. L'étude tout à fait novatrice de Ussama Makdisi sur Burus al-Bustânî, contemporain de Khûrî et également défenseur d'un patriotisme syrien, bouleverse un certain nombre de connaissances déjà acquises sur l'influence des missionnaires au Proche-Orient (p. 209-224). L'étude de Stefan Weber (p. 41-58) nous présente un cas de modernisation urbaine avec l’exemple de la ville de Damas qui va à l'encontre des cas comme Beyrouth ou Smyrne ; à Damas, la restructuration de l'espace urbain est prise en charge par la population et l'administration ottomane. Jens Hanssen (p. 59-76) contribue avec une étude prosopographique de la municipalité de Beyrouth, institution qui solidifie l'influence des élites locales – les notables et l'élite littéraire – et qui les intègre en même temps dans « l'orbite politique et culturel de l'État ». Ce chapitre est clos par une contribution d'Eugène Rogan (p. 77-94) qui nous offre une étude de cas sur la vie d'un élève à l’école Maktab ‘Anbar qui contredit les thèses habituelles sur le rôle de cette institution dans l'émergence du nationalisme arabe.

4Dans la partie suivante portant sur le thème de « Religion et changements culturels », Stefan Winter (p. 97-112) examine la politique de la Porte envers les NuÒayrîs avant la période des Tanzimat et propose de considérer l'expérience accumulée des politiques flexibles menées envers cette population comme une source de la « pensée sociale » qui conduit aux Tanzimat. Itzchak Weismann se penche dans sa contribution sur les mouvements réformistes dans le soufisme à travers une étude de Damas, Alep et Tripoli (p. 113-125). Il conclut à un manque de relations entre ces trois centres et met en parallèle l'orientation vers « l'extérieur » qu'il observe dans ces mouvements, avec les différentes tentatives, durant la Première Guerre mondiale et dans les décennies suivantes, de recentrer l'identité nationale sur l'espace au-delà de la « Syrie » (Hedjaz, Transjordanie, Irak…). Le chapitre de James Gelvin s'interroge sur la généalogie du nationalisme dans le Bilâd al-Shâm et offre une remarquable réinterprétation de la Salafiyya et de ses détracteurs à partir d'une réflexion sur leur origine commune dans les changements bouleversants qui se déroulent au cours du xixe siècle (p. 127-142).

5  La partie consacrée à « La société et la construction de l'État » commence par un historique de la frontière syro-libanaise (p. 145-162) au cours duquel Stefan Wild élabore une lecture de l'histoire du « Liban » et de la « Syrie », jusqu’à l’établissement de la frontière actuelle. Le chapitre de Najwa al-Qattan traite de la mémoire du Safarbarlik, de la Première Guerre Mondiale, sa conflation avec d'autres expériences violentes et son oubli jusqu'au temps présent (p. 163-173). Birgit Schaebler (p. 175-198) examine les discours sur les « nobles arabes » du désert, point de rencontre entre la Nahda et la Salafiyya, comme la construction « d'un domaine d'intériorité et de pureté » de la nation, au début du xxe siècle. Cette partie se conclut avec un chapitre d’Abdallah Hannah qui dresse un tableau de l'histoire syrienne depuis le mandat français jusqu'en 1958 en se concentrant sur l'émergence d'une société civile au lendemain de l'indépendance (p. 199-205).

6Dans la partie consacrée au Liban, Maurus Reinkowski conclut que la politique confessionnelle des Ottomans ne suffit pas pour expliquer la persistance du confessionnalisme au Liban et plaide en faveur d'une approche comparative dans le cadre de l'empire (p. 225-237). Carol Hakim, quant à elle, se met à déconstruire la lecture « exceptionnaliste » du cas de l'histoire libanaise, et met en évidence que l'option du « Grand Liban » n'est devenue pour les Maronites ainsi que pour la majorité de la population, l'option dominante qu'en 1920 (p. 239-253).

7La dernière partie s'ouvre sur une étude faite par Fred Lawson sur les révoltes qui ont eu lieu entre 1919 et 1921 dans la région d'Alep. L'auteur suggère que ces révoltes seraient plutôt à considérer dans le contexte régional de l'Anatolie du sud où des mouvements similaires peuvent être observés des deux côtés de la future frontière. Le chapitre de Nadine Méouchy (p. 275-289) traite de la transformation des mouvements de résistance rurale (iÒâbât) en Syrie entre 1919 et 1926. Méouchy considère les iÒâbât comme une tentative de défense d'un « mode de vie et d'un ensemble de valeurs culturelles » mis en danger par les changements économiques et l'occupation française. Dans une étude centrée sur la région de Damas, Michael Provence élabore une nouvelle lecture de la révolte syrienne de 1925-1927. Selon l'auteur, il s'agit d'une véritable révolte nationaliste et populaire que dirige un groupe de personnes parmi lesquels on note un nombre significatif d'anciens officiers ottomans et qui en exclut les notables (p. 291-306).

8Les trois derniers chapitres traitent de différents aspects des mouvements nationalistes qui émergent au cours des années 1930. Dalal Arsuzi-Elamir se penche sur le mouvement nationaliste dans le Sandjak d'Alexandrette, notamment sur la uÒbat al-Amal al-Qaumî (Ligue d'Action Nationale) et son leader Arsuzi (p. 307-327). Khairia Kasmieh offre une analyse plus historique de la Ligue en Syrie qui constituerait une tentative de réconciliation entre le « nationalisme populiste » des « nouvelles classes moyennes » avec le nationalisme des anciennes élites (p. 320-341). Finalement, Christoph Schumann analyse les mémoires de jeunes nationalistes membres de mouvements radicaux entre 1930 et 1958. L'auteur met en valeur l'influence des écoles et universités sur ces jeunes qui permettent de rapprocher les nationalistes qui sont issus des différentes classes sociales, à travers la modification de « leur habitus social».

9Ce livre apporte indéniablement une contribution importante aux recherches portant sur le Levant moderne. Néanmoins, on regrette fortement qu’il ne contienne pas de synthèse fournissant une lecture d’ensemble des différentes contributions tout en tenant compte des divergences entre les différents chapitres, divergences qui ne sont malheureusement guère abordées par les auteurs eux-mêmes. En effet, en lisant les contributions, le lecteur ne peut s’empêcher de dresser le constat de divergences importantes entre certaines analyses qui, en absence d’une synthèse, continuent à poser problème au lecteur après l’achèvement de la lecture du livre. Les points de vue opposés de Wild et Hakim sur la position des Maronites vis-à-vis la création d'un État libanais, les divergences entre Méouchy et Provence à propos de l'évaluation du rôle des nationalistes damascains dans la Révolte Syrienne ou bien la contradiction implicite entre les analyses de Rogan et Weismann concernant l'émergence d'une élite arabiste à la fin de l'empire pourraient être mentionnés à titre d'exemple.

10Ces divergences sont significatives. Elles renvoient en effet à des différences conceptuelles et d’approches qu’il faut clairement signaler afin de pouvoir prendre la mesure des révisions et des critiques énoncées dans ce livre et, surtout, afin de faire entrer ses auteurs dans un véritable dialogue. Prenons à titre d’exemple le cas du sentiment communautaire (« a new sense of community ») que le système ottoman a forgé, selon Rogan, parmi les étudiants de Maktab Anbar à Damas. Quelle est l’importance de l’émergence de ce sentiment quand on parle, comme Weismann, des évolutions politiques plus larges dans l'empire ? Et comment ce sentiment est-il lié (ou non ?) à d’autres types d’identité et liens sociaux aux niveaux local ou régional qui sont étudiés ailleurs dans ce livre ? Ce sont des interrogations semblables à celles-ci qui prennent forme au cours de la lecture de ce livre. Si le livre n’y fournit pas de réponse, il a le grand mérite de les faire émerger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Peter, « Philipp Thomas et Schumann Christoph (sous la direction de), From the Syrian Land to the States of Syria and Lebanon (Beiruter Texte und Studien 96). Würzburg et Beirut: Ergon Verlag in Kommission, 2004, 7 p. + 366 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/4453

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page