Navigation – Plan du site
II. Lectures

Popenoe Rebecca, Feeding Desire. Fatness, Beauty and Sexuality among a Saharan People, London: Routledge, 2004, 230 p.

Saskia Walentowitz
p. 276-278

Texte intégral

1Dans ce livre, l’anthropologue Rebecca Popenoe interroge l’embonpoint comme idéal de beauté féminine chez les semi-nomades arabophones de l’Azawagh au Niger. Loin de réduire le phénomène du gavage à l’expression d’une domination des femmes par les hommes, elle démontre que cette pratique ainsi que les représentations féminines et masculines qui entourent ces corps énormes participent d’un système de valeur et d’un ordre social partagés. Du fait de son ancrage profond dans la culture d’une société donnée, la beauté n’est superficielle qu’en apparence et mérite donc une analyse approfondie. L’ouvrage présente quatre parties qui déploient une description ethnographique dense à travers laquelle l’auteure restitue les multiples épaisseurs de sens de l’opulence féminine, déjà remarquée par Ibn Battuta en 1352 dans un groupe berbère d’une région proche. Après une présentation du cadre ethnographique au sein d’une communauté maure peu connue, Popenoe décrit dans la première partie de son livre le processus d’engraissement que les fillettes subissent dès la perte de leurs premières dents de lait. Durant plusieurs années, les filles sont suralimentées au moyen de lait et de bouillies de mil, « chaudes » en nature. Suivent des préparations céréalières « froides » qu’elles avalent avec de grandes quantités d’eau dès lors que les transformations physiologiques commencent à réchauffer leurs corps à la puberté. Le gavage s’organise le plus souvent chez une tante paternelle, mais aussi chez la grand-mère maternelle, voire chez une belle-mère si la fille est déjà mariée. Il s’accompagne de contraintes physiques dont l’auteure rappelle le caractère universel dans toute initiation qui correspond ici à l’éducation des jeunes filles.

2Les trois parties qui suivent explorent moins la pratique du gavage elle-même que cet idéal féminin incarné par un corps façonné à l’image d’une femme digne de ce nom. La première partie est consacrée à l’univers religieux dans lequel évoluent les ‘Arab de l’Azawagh et qui agence les gestes quotidiens jusque dans l’intimité des corps gavés. Sans essentialiser l’Islam ou nier ses aspects en défaveur du féminin, Popenoe souligne que la religion musulmane met l’accent sur la différence irréductible entre les sexes que le gavage accentue à l’extrême, tout en préservant une approche positive de la sexualité. En ce sens, l’érotisation explicite du corps féminin par l’intermédiaire du gavage prendrait finalement racine dans l’« idéologie musulmane » (p. 70), en particulier dans son image du Paradis, même si le plaisir s’y conjugue avant tout au masculin. On peut se demander si cette référence aux valeurs de l’Islam ne participe pas d’une association plus générale entre la femme et le domaine du sacré, association que relève P. Bonte (2000) à partir de son analyse des relations de genre dans la société maure de Mauritanie et que l’on constate également dans la société touarègue voisine. Cette association offrirait d’emblée un autre éclairage sur le lien entre le gavage et le domaine de l’alliance et de la parenté qui est au centre du chapitre suivant. L’auteure ordonne son analyse sur l’opposition entre la consanguinité et l’affinité, sans toutefois opérer une différenciation suffisante entre le concept du « sang » dans les systèmes de parenté euro-américains et celui qui a trait dans la société étudiée. Son analyse n’intègre pas les avancées théoriques réalisées notamment par P. Bonte et E. Conte pour la parenté en contexte saharien et musulman, bien que l’auteur les cite en bibliographie. Ainsi, elle ne fait pas de lien entre l’immobilité de la femme gavée et l’impossibilité de l’échange des femmes (Bonte, 2000 ; Walentowitz, 2002). En revanche, son interprétation de la parenté, envisagée comme pratique sociale, rejoint les conclusions de ces travaux à propos de la nature fondamentalement cognatique de l’organisation sociale et de la complémentarité entre la parenté par les hommes et la parenté établie par les femmes, notamment par l’allaitement. L’alliance et la sexualité s’inscrivent, selon Popenoe, au cœur de la dynamique des solidarités agnatiques. L’opposition entre mariages « endogames » et « exogames » reflètent sur le registre social le topos de l’« ouverture » et de la « fermeture », central dans les représentations du corps féminin qui se doit opulent, blanc et voluptueux, « humide » et « fluide » à l’intérieur, « sec » et « clos » à l’extérieur. Par son contraste absolu avec le corps masculin, le corps féminin crée grâce au gavage la distance nécessaire pour faire naître le désir entre proches parents ; la femme apparaît ainsi comme le moteur de la régénération sociale grâce à son pouvoir d’attractivité. Ces topoi se retrouvent intégralement dans la société touarègue qui pratiquait, jusqu’aux grandes sécheresses, également le gavage féminin, et dont le système de parenté et d’alliance obéit à la même logique complémentaire des genres. On pourrait procéder à cet endroit à une série de comparaisons dans l’ensemble des domaines évoqués par l’auteur, notamment à propos de la « logique du voile » et de la continuité entre espace corporel et espace social, exposée dans la troisième partie, ou dans le domaine de la santé et de la maladie axée sur l’équilibre thermique, développée dans la dernière partie de l’ouvrage. Les points de rencontres entre ces deux visions du monde, appréhendées par l’expérience perceptive des corps féminin et masculin, sont nombreux entre ces deux communautés nomades (qui entretiennent pourtant des rapports asymétriques et conflictuels, surtout après que le gouvernement nigérien avait permis l’instauration d’une « milice arabe » dans la région au moment de la rébellion touarègue des années 1990).

3Contrairement aux « Figures du féminin dans la société maure » qu’Aline Tauzin  dépeint comme des femmes soumises au désir masculin (Claudot-Hawad, 2004) celles que dessinent Popenoe chez les Arabes de l’Azawagh ne se situent pas aux antipodes des femmes touarègues. L’auteur remarque cette proximité culturelle entre Touaregs et Arabes tout en soulignant que les relations égalitaires entre les sexes chez les premiers empêchent d’attribuer au gavage  féminin un sens univoque (p. 39). Reste à savoir comment une même pratique peut se conjuguer à une valence divergente des sexes. La clé de cette énigme réside à mon avis dans la nature et la fonction de la richesse alimentaire faite femme. D’après Popenoe, les hommes investissent leurs richesses pastorales en valeurs par l’intermédiaire de ce que les femmes appellent elles-mêmes du stomach work:

« Women’s bodies have the power to actually collapse the divide between material value – the product’s of men’s labour – and social value – the ultimate « good ». Thus do food, bodies, men, children, and women become inextricably linked to a set of aesthetic values and sexual imaginings that are more real than food and bodies themselves. As nature (milk and grain as of the physical world) is turned into culture (the achieved aesthetic of fleshy immobility), so is culture (milk and grain as products of men’s labor) turned into nature (the given form’s of women’s bodies) » (p. 131).

4Cette dialectique vitale est rendue par le joli titre du livre, Feeding desire, entendu dans le sens d’une sexualité régénérative des rapports sociaux. Si cette définition large de la sexualité paraît heureuse, je regrette que l’auteur n’évoque nullement la force procréative des femmes. En effet, d’après Popenoe, il n’y a pas de lien entre gavage et fécondité. Or, il me semble que c’est justement cette apparente absence de lien qui fait sens dans les sociétés sahariennes. Chez les Touaregs, la période post-partum représente le moment privilégié pour réactualiser l’embonpoint par l’intermédiaire d’un régime alimentaire proche de celui du gavage. En séparant scrupuleusement l’ingestion du mil, aliment masculin, et le lait, aliment féminin, les Touaregs procèdent à une disjonction entre la sexualité associée à la conjugalité et la procréation, transférée ainsi symboliquement, mais aussi rituellement à l’occasion de la nomination d’un enfant, sur la relation frère-sœur (Walentowitz, 2003). L’embonpoint n’est pas obtenu au moyen de n’importe quels aliments, mais grâce à des animaux et à la nourriture qui proviennent de la parenté de la femme. Le corps immobile de la femme gavée place d’emblée les fruits de la sexualité-alliance avec l’Autre (enfants, mais aussi relations sociales, politiques, etc.) chez Soi, au sein d’une société structurellement basée sur la germanité comme matrice des relations complémentaires entre les sexes. Or, Popenoe n’envisage les relations hommes-femmes que dans la perspective conjugale, tandis que les aliments du gavage sont indistinctement attribués aux « hommes ». Une analyse plus fine des relations de genre et de parenté permettrait peut-être de découvrir que derrière le silence qui entoure la fécondité, se dissimule une autre façon de gérer la prohibition de l’inceste et par conséquent l’alliance, au plus proche de la relation de germanité. La similitude entre Arabes et Touaregs me paraît ainsi fondée dans cette même place structurelle qu’occupe la germanité, mais qui donne lieu à différents agencements des relations entre le masculin et le féminin. Ces quelques remarques n’enlèvent rien à la qualité de l’analyse de Rebecca Popenoe, car elles se placent justement dans une perspective comparative que ce livre remarquable enrichit dans une écriture très agréable et toujours nuancée.

Haut de page

Bibliographie

Bonte P., 2000, « L’échange est-il universel », L’Homme, 154-155 : 39-66.

Claudot-Hawad H., 2004,  Compte-rendu de l’ouvrage d’Aline Tauzin : Figures du féminin dans la société maure (Mauritanie). Désir nomade, in Annuaire de l'Afrique du Nord, t.XXXIX, 2001-2002, CNRS, Paris.

Walentowitz S., 2002, « Partir sans quitter : rites et gestes autour des déplacements féminins chez les Inesleman de l’Azawagh », in H. Claudot-Hawad (dir.), Voyager d’un point de vue nomade. Paris, Éditions Paris-Méditerrannée : 37-52.

- 2003, Enfants de l’Autre, enfants de Soi. La construction symbolique et sociale des identités à travers une anthropologie de la naissance chez les Touaregs (Kel Eghlal et Ayttawari Seslem de l’Azawagh, Niger), thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saskia Walentowitz, « Popenoe Rebecca, Feeding Desire. Fatness, Beauty and Sexuality among a Saharan People, London: Routledge, 2004, 230 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 19 novembre 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/4473

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page