Navigation – Plan du site
II. Lectures

Provence Michael, The Great Syrian Revolt and the rise of Arab nationalism, University of Texas Press, Austin, USA, 2005, 209 p.

Nadine Méouchy
p. 282-285

Texte intégral

1La Grande révolte syrienne (al-thawra al-suriyya al-kubra), qui embrasa la Syrie méridionale de 1925 à 1927, constitue la phase majeure de la résistance armée à la tutelle mandataire française. C’est un événement fondateur non seulement dans la mémoire officielle du régime baassiste en Syrie mais aussi dans les mémoires locales des groupes et des villageois qui y furent impliqués. Plus généralement, la révolte appartient au registre emblématique du thème de « la résistance contre l’occupation (qui) demeure un thème fort » dans tout le Proche-Orient (p. 25).

2L’ouvrage de Michael Provence participe du renouvellement historiographique en cours, pour le Proche-Orient, qui interroge l’histoire sociale et les acteurs “subalternes” et reprend les questionnements, en sortant des voies de l’histoire nationaliste et de celles des élites citadines sociales et politiques. Il existe une historiographie de qualité sur la Grande révolte1, mais elle n’est pas en mesure de répondre à toutes les interrogations qui sont les nôtres aujourd’hui. Provence fonde ses travaux, entre autres sources, sur le dépouillement d’archives ouvertes récemment à la consultation2, sur les mémoires d’acteurs et surtout sur des enquêtes de terrain approfondies conduites durant ses deux ans de résidence en Syrie (pour l’essentiel à Suwayda, dans le Jabal Hauran ou Jabal druze).

3Tout d’abord, il met en lumière le caractère de région frontière3 du Hauran doté aussi d’une particularité socio-économique : les Druzes, émigrés surtout du Mont-Liban, y ont connu, pour des raisons historiques, une plus grande diffusion qu’ailleurs de la propriété des terres (p. 33), répartie entre aristocratie, et petite et moyenne paysannerie. Il en résulte un système social beaucoup moins rigide que celui du Mont-Liban, où le pouvoir est en principe exercé sur la base du consensus et où les paysans sont assez libres de changer de lieu de travail (p. 38)4 ; bref une société aux antipodes du “féodalisme” justifiant les “réformes éclairées” prônées par certains officiers français pour couvrir leur activisme colonial dans le Jabal (on pense surtout au notoire capitaine Carbillet, protégé du haut-commissaire, le général Sarrail).

4Ainsi, Provence place d’emblée le projecteur sur le Hauran druze – jabal et plaine – et de là, remonte jusqu’à la région de Damas en suivant le parcours des insurgés et en montrant comment la Grande révolte s’articule aux réseaux humains et marchands qui relient le Hauran druze à Damas depuis le xixe siècle, à travers le commerce du grain (p. 15, 19, 32-36, 46, 68, 111). Dans ce commerce, les bédouins hauranais fournissent le transport par chameau vers Damas et Haïfa. Ces bédouins s’allieront aux insurgés et les commerçants en grains du faubourg du Midan vont constituer la courroie de transmission de la révolte entre le Hauran et les nationalistes de la capitale. La Grande révolte est partie en juillet 1925 du Jabal druze sous l’impulsion de celui qui va en devenir le chef charismatique et historique : Sultan Pacha al-Atrache. Locale à l’origine, elle est devenue nationale dès la fin août 1925, en trouvant un second ancrage dans la Ghouta et les faubourgs de Damas, en particulier le Midan. Ses revendications se déploient sur le double registre local et national mais la griffe des nationalistes de Damas se retrouve bien dans le texte des tracts signés de Sultan Pacha.

5Tout en posant le milieu et surtout les réseaux qui portent les insurgés druzes du Hauran, ceux du Midan et de la Ghouta, Provence organise son analyse autour des questions relatives à la direction de la révolte :

61. D’où est venue la direction de la révolte ? De la ville, Damas en l’occurrence, ou de la campagne, ici le Jabal druze ? C’est bien la campagne qui prend l’initiative et la direction des opérations de guérilla anti-française. Provence rappelle que non seulement les villes ont manqué leur insurrection (Hama et Alep), mais que Damas a toujours hésité à se soulever prise dans l’influence de ses grands notables propriétaires fonciers, inquiets après le bombardement de Damas par les Français (18-20 octobre 1925). Les Druzes se sentent trahis par les Damascènes qui auraient promis aide et assistance militaire, pour les laisser finalement affronter seuls l’offensive française (p. 94-95). Ceci étant dit, il convient de différencier Damas et ses faubourgs, notamment le Midan mais aussi le Chaghur, qui ont servi de relais et qui ont fourni des hommes à la résistance. Les insurgés, chefs comme combattants anonymes, viennent des régions rurales et des quartiers populaires urbains (p. 22). Pourtant la campagne ne retire aucun bénéfice politique de sa mobilisation collective, les chefs militaires de la révolte sont ignorés à la fois par la puissance mandataire, par la nouvelle élite citadine nationaliste et par les nationalistes exilés du Congrès Syro-Palestinien (p. 145). Provence décrit de quelle façon ensuite Sultan al-Atrache, le chef historique de la révolte, est marginalisé dans son exil saoudien (affaire de la conférence de Wadi Sirhan, 1929) et signale le traitement différencié des chefs rebelles par les Français en matière d’amnistie.

72. La guerre des chefs, si l’on peut dire (entre exilés et combattants, entre militaires et civils, entre ruraux et citadins nationalistes), traduit évidemment de redoutables conflits internes d’intérêts que Provence illustre avec nuance et détail par le procès de Ramadan Shallash de décembre 1925. Shallash, chef de tribu et officier, est condamné, sous la pression d’un autre chef, Nasib al-Bakri, notable damascain et civil, à être exclu de la révolte, à la dégradation militaire en quelque sorte (p. 133-139).

8À partir de cette sourde rivalité ville-campagne et de celle, ouverte, des chefs, Provence s’intéresse à la concurrence entre les élites anciennes et nouvelles. Et nous apporte là, me semble-t-il, la dimension la plus innovante de son travail. Il insiste sur le double facteur de l’éducation et de l’armée dans la promotion d’une nouvelle élite. À l’époque ottomane, seules les écoles militaires ou bien l’Ecole des chefs de Tribus à Istanbul sont subventionnées et accessibles aux jeunes gens d’origine rurale et/ou modeste. J’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises, dans cette revue ou ailleurs, d’attirer l’attention sur la centralité de la Réforme militaire ottomane, sur le renouvellement d’élites qu’elle suscite et sur le rôle d’avant-garde politique des officiers sur une longue partie du xxe siècle5.

9Provence démontre que la Grande révolte fut portée par une alliance d’officiers et de marchands de céréales, associée à des membres de la petite notabilité rurale, tel Sultan Pacha al-Atrache. Ces officiers ont tissé entre eux des liens d’amitié à l’école et dans les armées ottomane et/ou arabe, pendant la Première guerre mondiale. Ceux qui sont originaires du Hauran ont leurs réseaux dans le Midan puisque nombre des commerçants en grains venaient passer des vacances en famille dans le Jabal. Dans le Hauran, la Grande guerre avec son passage d’officiers, de nationalistes en fuite, a de surcroît permis un brassage d’hommes et d’idées dont Provence montre avec raison qu’il contribua à l’introduction de nouvelles idées ou plutôt de nouvelles représentations politiques (ex : variations sur le contenu de watan, patrie).

10L’auteur s’attelle enfin à insérer l’histoire de la révolte dans celle du xxe siècle : il insiste sur la filiation, autre que discursive et idéologique, entre cette histoire et celle du nationalisme arabe en Syrie : ainsi le chrétien Michel Aflaq et le musulman Salah addin Bitar, fondateurs du parti Ba’th, appartiennent tous deux à des familles du Midan investies dans le commerce des céréales. Provence rattache aussi la révolte au long conflit pour le pouvoir en Syrie, entre les vieilles notabilités citadines et les nouvelles élites d’origine rurale (dont le procès fait à Ramadan Shallash est emblématique). À partir de 1927-1928, ce conflit se traduit par la rupture entre le leadership de la révolte et celui du Bloc National (al-kutla al-wataniyya) – ie les nationalistes citadins et anciens exilés mentionnés plus haut - qui va négocier la “politique d’entente” avec le haut-commissaire ; l’échec de la conférence du Wadi Sirhan est symbolique de cette rupture.

11Ainsi donc, cet ouvrage soulève de nouvelles questions. Mais il en est d’anciennes qu’il contourne. Celles-ci relèvent au moins de trois registres :

121) L’extension géographique de la révolte. On ne s’explique pas le peu de place accordé à Nebek, véritable pôle insurgé au Nord de Damas. On peut se demander en outre pourquoi l’auteur marginalise les combats de l’automne 1925 dans le Wadi al-Taym libanais (victoires puis défaites de Hasbaya et de Rachaya) ? L’auteur respecterait-il le récent tracé d’une frontière fixé par le mandataire et que la révolte a largement ignoré, tout comme elle a transformé la frontière syro-transjordanienne en passoire ?

132) La question de l’organisation militaire et politique de la Grande révolte. À la lumière de sa riche documentation de terrain, on aurait aimé que Michael Provence se positionne par rapport à l’organisation militaire et politique de la révolte qui a suscité l’intérêt de plus d’un historien6 à cause de la vision nationale et nationaliste supposée sous-tendre cette organisation. Il l’évoque à diverses reprises (révolte organisée et coordonnée, p. 126, 132-133, officiers de police de Sultan Pacha, p. 125, Said al-As à la direction générale des combats, p. 137, les chefs insurgés qui décident de se coordonner en décembre 1925, etc.). Mais il ne traite pas la question. Pourtant l’organisation militaire et politique devient, me semble-t-il, une question incontournable tant pour analyser les rapports entre le politique et le militaire que pour interpréter les objectifs de la révolte. Les réussites comme les carences ou les manquements de cette organisation ont un sens. Enfin, son analyse donne des éléments de comparaison avec d’autre mouvements de guérilla arabes comme la guerre de libération algérienne, différence chronologique prise en compte bien sûr.

143) L’approche méthodologique des subalternes : cette question est une véritable préoccupation de l’auteur qui débusque leur présence dans ses documents et signale, à juste titre, le prix élevé payé par les anonymes à la répression (à cause des bombardements notamment). Mais il aurait pu aussi traquer leur vision du monde dans le vocabulaire et les fragments de mémoire laissés localement.

15Malgré ces quelques réserves, il reste que cet ouvrage renouvelle incontestablement l’histoire de la Grande révolte en apportant de nouvelles données sur les acteurs et les réseaux de ce qui fut la dernière grande manifestation du monde rural syrien au xxe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Firro Kais M.,1992, À History of the Druzes, Brill, Leiden-New-York-Köln.

Khoury Philip S., 1987, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945, I. B. Tauris, Londres.

Mizrahi Jean-David, 2003, Genèse de l’État mandataire. Service des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Publications de la Sorbonne, Paris.

Moreau Odile, L'Empire ottoman à l'âge des Réformes - Les hommes et les idées du "Nouvel Ordre" militaire, 1826-1914, Institut français d'études anatoliennes. Maisonneuve et Larose, Paris, 2007.

Moreau Odile et El Moudden Abderrahmane (édit.), 2004, « Réformes par le haut, réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaterni di Oriente Moderno, XXIII, n.s., 5-2004, Rome.

Philipp Thomas and Schumann Christoph (ed.), 2004, From the Syrian Land to the States of Syria and Lebanon, Orient-Institut der DMG Beirut, Ergon Verlag Würzburg in Kommission, Beirut.

Rabbath Edmond, 1982, « L’insurrection syrienne », Revue Historique, 106e année, Paris : 405-447.

Haut de page

Notes

1 Pour mémoire, quelques-uns des auteurs, historiens ou universitaires, qui ont traité de la Grande révolte : Dhuqan Qarqut (1975), Joyce L. Miller (1977), Edmond Rabbath (1982), Philip S. Khoury (1987), Lenka Bokova (1990), Kais M. Firro (1992), etc.
2 Il s’agit des archives du haut-commissariat de Beyrouth conservées au Centre des archives diplomatiques de Nantes, ouvert au public en 1986. Aucun des auteurs cités dans la note précédente n’a bénéficié de cette documentation, soit parce qu’elle n’était pas accessible à l’époque de la rédaction de leurs travaux soit pour toute autre raison.
3 Voir son chap. 2 : The Hawran Frontier. Sur l’usage du concept anglais de Frontier, utilisé par Provence et par Mizrahi pour caractériser le Hauran entre le milieu du xixe siècle et le début du xxe siècle, voir mon commentaire dans la recension du livre de Jean-David Mizrahi dans REMMM 103-104, p. 326.
4 Sur la société druze du Hauran, voir Kais M. Firro (1992), Part Three.
5  Voir en particulier ma recension du livre d’Odile Moreau et d’Abderrahmane El-Moudden dans REMMM, 2007 : http://remmm.revues.org/document3067.html
6  Voir, par exemple, Dhuqan Qarqut et Philip Khoury mais aussi mes travaux qui surinvestissent sans doute l’idée de l’armée nationale (Philipp and Schumann, 2004).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « Provence Michael, The Great Syrian Revolt and the rise of Arab nationalism, University of Texas Press, Austin, USA, 2005, 209 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4493

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page