Navigation – Plan du site
I. Construction de la science, construction de l'État

Sociologues et sociologies en Cisjordanie occupée : engagements et hétéronomies

Vincent Romani
p. 107-125

Résumés

L'étude des pratiques, représentations et institutions des sociologues et politologues palestiniens enseignant et/ou effectuant des recherches dans le nord de la Cisjordanie occupée permet de cerner les contours d'un espace académique éclaté mais selon plusieurs lignes de fracture. La césure entre dynamique universitaire et dynamique de recherche semble constituer la variable structurante du paysage académique palestinien avec laquelle se conjugue une logique de polarisation spatiale des capitaux académiques permettant de mieux comprendre l'enclavement des sociologues observés, et d'expliquer les différents régimes d'engagement des acteurs interviewés à partir de leurs trajectoires.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

Étude de cas

1L'exploration des rapports Savoir/Pouvoir, dans un espace social, permet d'informer sur un certain nombre de processus et de structures. Le cas de la sociologie est intéressant de ce point de vue, dans la mesure où elle constitue pour ses acteurs un « discours scientifique sur la société », et un enjeu potentiel de pouvoir. Si l'histoire des sciences sociales peut renvoyer en Europe à l'émergence de la question sociale et à l'essor industriel du XIXe siècle, en Méditerranée du Sud, leurs naissances et développements sont difficilement pensables en dehors du fait colonial. La Cisjordanie occupée, qui sera ici considérée dans les frontières de la ligne de cessez-le-feu de juin 1967 autrement appelée « ligne verte », diverge cependant des expériences coloniales nord-africaines.

  • 1  Des premiers enseignements de sociologie et de science politique furent cependant dispensés au Col (...)

2Tardivement par rapport à ces derniers cas - l'occupation israélienne fait suite aux emprises ottomane, puis britannique sur la Palestine Mandataire (1922-1948), puis jordano-égyptienne (administration égyptienne de Gaza et annexion jordanienne de la Cisjordanie jusqu'en 1967) -, des universités et des premiers enseignements en sciences sociales furent institués à partir de 1972, avant la création de centres de recherche dans ces disciplines une quinzaine d'années après1. L'émergence d'une communauté savante endogène autonome vis-à-vis d'une emprise coloniale persistante est remarquable.

3Cet article s'appuie sur une recherche de terrain effectuée en avril 1999, puis à partir d'août 2000, comprenant :

• Des entretiens compréhensifs avec 22 chercheurs, enseignants, étudiants et responsables administratifs de l'université nationale an-Najah (Naplouse) - dont l'intégralité des enseignants des départements de science politique et de sociologie -, de l'université arabo-américaine de Jénine, du Center of Palestinian Research and Survey (Naplouse), de l'antenne naplousienne de l'université ouverte de Jérusalem, du département de sociologie de l'université de Bir Zeit, des centres de recherche Muwatin et Shaml deRamallah, Passia à Jérusalem.

• Des pratiques d'observation participante auprès de ces acteurs, autant lors de leurs activités professionnelles qu'hors professionnelles.

• L'étude des programmes de cours et de recherche de ces institutions, ainsi que celle des curriculum vitae des sociologues et politologues dont il est question.

4Le constat dressé en 1996 par Salim Tamari, de la grande dépendance des sciences sociales palestiniennes vis-à-vis des pays du Nord, s'enrichit de celui d'engagements différenciés des connaissances produites et reproduites selon les différentes contraintes socio-politiques contemporaines qui enserrent l'espace palestinien (Tamari, 1996). Se pose la question de savoir comment s'articulent ces différentes contraintes pour façonner un espace disciplinaire qui semble autant dépendant qu'engagé, autant identifié qu'éclaté. La césure entre dynamique universitaire et dynamique de recherche semble constituer la variable structurante du paysage académique palestinien (I), avec laquelle se conjugue une logique de polarisation spatiale des capitaux académiques permettant de mieux comprendre l'enclavement des sociologues observés dans le nord de la Cisjordanie (II), et d'expliquer les pratiques, représentations et tensions des acteurs interviewés à partir de leurs trajectoires (III).

Lieux de production, lieux de reproduction de savoirs : double dynamique et capillarités

  • 2  Source : ministère de l'Education Supérieure, rapport 2000 sur l'éducation ; ce chiffre prend en c (...)

5Les deux dynamiques qui semblent animer et distinguer les lieux de production des lieux de reproduction de savoirs sur la société, selon que l'on observe les centres de recherche ou les universités, font du type d'activité une variable structurante. Les universités bénéficient, dans l'espace historique et social palestinien, d'une visibilité imposante. Quantitativement, elles forment en 2000 plus de 60 000 étudiants, ce qui, rapporté aux trois millions de Palestiniens de Cisjordanie et Gaza, constitue un des taux de scolarisation dans le supérieur les plus élevés de la région2. Mais c'est surtout dans la lutte anti-israélienne qu'elles se sont révélées des bastions du Mouvement National Palestinien. Toutes créées sous l'occupation israélienne depuis 1967 par des élites locales palestiniennes soucieuses de juguler la fuite des étudiants favorisée par la politique israélienne des « ponts ouverts » vers la Jordanie qui visait à maximiser les gains territoriaux en minimisant la présence palestinienne (Rod ; Oliva, 1986), les universités n'en sont pas moins devenues la caisse de résonance des tensions régionales, et leur rôle mobilisateur durant la première Intifada est établi (Robinson, 1997 : 57-126). Conjointement elles se révélèrent des lieux d'intégration de nouvelles élites politiques palestiniennes dès la fin de la décennie 1970, avec le développement notable des blocs islamistes et nationalistes sur les campus (Legrain, 1990). Les accords d'Oslo conduisent à la création d'institutions proto-étatiques dans une partie des Territoires nouvellement « autonomes », dont un ministère de l'Education Supérieure, en 1994. La loi numéro 11 de décembre 1998 sur les universités et l'enseignement supérieur a pour objectif de clarifier leur cadre juridique divisé en trois catégories : les universités gouvernementales, privées, et publiques ; le choix du statut fut principalement confié aux directions respectives de ces universités qui donnèrent leur avis les mois suivants.

  • 3  Le qualificatif « national » associé à l'université an-Najah de Naplouse répond à cette même volon (...)

6L'université ouverte de Jérusalem, dispensant un enseignement par correspondance et en alternance, devint gouvernementale (ainsi que 6 Colleges dispensant une formation professionnelle courte), c'est-à-dire que sa gestion (organisation et financement) revint intégralement à l'Autorité Nationale Palestinienne, via le ministère de l'Éducation Supérieure : c'est la nouveauté majeure introduite par cette loi, témoin d'une volonté de centralisation d'un secteur social marqué jusqu'alors par l'ancrage local autonome de chaque université depuis sa création. Toutes les autres choisirent le statut d'universités dites « publiques », conservant en fait leur autonomie financière et juridique ; cette qualification de « publiques » renvoyant alors à la volonté de leurs directions de montrer leur implication, leur souci plus ou moins formel de l'intérêt national3. Il faut enfin signaler qu'une nouvelle université a vu le jour en septembre 2000 : l'université arabo-américaine de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie ; elle est la seule à avoir opté pour le statut d'université privée, signalant alors juridiquement son but lucratif.

Tableau indicatif des universités palestiniennes des territoires occupés

Agrandir

* créée juridiquement en 1996, l'université arabo-américaine inaugure en septembre 2000 sa première année universitaire bien compromise ; les effectifs ne sont que des évaluations.

** il s'agit ici des effectifs administratifs déclarés au ministère, sous-évalués afin d'afficher un ratio officiel enseignants/étudiants élevé, tout en maximisant officieusement les rentrées d'argent liées au paiement des droits d'inscription.

Source : ministère de l'Éducation supérieure, entretiens.

7Les observations conduites jusqu'ici montrent un découplement assez prégnant entre les activités de recherche et les activités d'enseignement en sciences sociales, qu'on peut mettre en relation avec l'absence relative de programmes ou centres de recherches dans les universités. Absence relative car des centres, programmes ou projets de recherche existent et fonctionnent dans certaines universités, comme à celle de Bir Zeit par exemple : 5 centres ou instituts de recherche en sciences sociales existent au sein de cette université, même si leur visibilité et leurs productions scientifiques sont faibles. Mais aucune ne propose un programme doctoral en sciences sociales ; le seul doctorat dispensé en Territoires occupés est en chimie, à l'université an-Najah de Naplouse. Si des enseignements de sociologie sont dispensés dans les 9 universités, il n'existe que trois départements de sociologie délivrant un diplôme de premier cycle dans cette spécialité, et un seul de science politique. Or, la plupart des centres de recherche, et toutes les universités, recrutent en sociologie des enseignants ayant obtenu une thèse de doctorat. Il n'y a donc aucun enseignant au-dessus du grade d'instructeur, c'est-à-dire la grande majorité, qui n'ait passé une partie de sa vie dans un pays étranger. L'accès à des études doctorales à l'étranger constitue dès lors une ressource-enjeu plus ou moins et différemment accessible, plus ou moins et différemment fructifiable, selon les ressources économiques et sociales dont disposent les demandeurs et les élus.

  • 4  Il convient cependant d'émettre une nuance concernant l'université de Bir Zeit, dont le nombre de (...)

8Cependant, les familles, quand elles sont aisées, préfèrent investir dans d'autres disciplines que les sciences sociales quand il est question d'envoyer un enfant à l'étranger : une logique relativement déterminante et déterministe assigne les places universitaires selon les résultats au baccalauréat (tawjiht), dans un esprit de concours où le choix des étudiants place les sciences sociales en bas de l'échelle des préférences. Autrement dit, la sociologie pâtit d'une perception sociale relativement négative, par rapport à d'autres disciplines perçues comme bien plus rétributrices, socialement et financièrement : médecine, pharmacie, ingénierie, informatique, voire commerce, comptabilité, droit, constituent dans cet ordre la hiérarchie décroissante des préférences des futurs étudiants4. La raison semble avant tout économique, et explicable par la situation d'insécurité sociale et physique croissante.

  • 5  Si le fait colonial contribue à façonner ainsi les univers scientifiques des colonisés, c'est peut (...)

9Cette préférence pour les « sciences dures » renvoie également à un phénomène caractéristique observé dans le monde arabe, où l'idée de refondation ou réforme sociale sur des bases scientifiques imprégna discours et politiques publiques autant pendant qu'après les colonisations, et en interaction avec elles (Siino, 1999 : 40-59)5 ; le positivisme réformateur d'un discours du Président de l'Autorité Nationale Palestinienne, Yasser Arafat, en 1996 n'est pas anodin de ce point de vue :

  • 6  Extraits du discours d'ouverture de la Conférence Internationale sur « le rôle de l'éducation supé (...)

« Nous avons fait deux révolutions : l'une, armée, aussi importante que l'autre et parallèle : la révolution scientifique. Cette dernière a permis au peuple palestinien d'atteindre le plus fort taux d'éducation dans la région. Nous en sommes fiers. (...) Nous espérons tous que le développement et l'amélioration scientifiques de nos institutions académiques d'enseignement supérieur seront à la mesure des besoins urgents du peuple palestinien, particulièrement en ce qui concerne la reconstruction de nos secteurs vitaux et l'édification des institutions de l'Autorité Nationale Palestinienne sur de profondes bases scientifiques. »6

10Plus encore, ce trait positiviste est également observable dans le quantitativisme très présent à l'intérieur des sciences sociales dans les études conduites par les institutions de recherche palestiniennes. Compter, dénombrer, ce « fétichisme du quantitatif » (Tamari, 1997 : 33) semble bien une préoccupation importante, qu'il s'agisse de sondages comme par exemple le Center for Palestine Research and Surveys (CPRS, créé à Naplouse en 1993), ou de statistiques : le Palestinian Central Bureau of Statistics qui joue un rôle central dans la production de travaux quantitatifs depuis sa création en 1994. Cette « obsession du nombre » (Colonna, 1991 : 8), liée et commune aux émergences de nouvelles communautés politiques postcoloniales dans le monde arabe, renvoie également à des enjeux plus immédiatement politiques, qu'il s'agisse de pourvoir des négociateurs en argumentaires ou d'asseoir le pouvoir d'un nouveau centre ; ce dernier enjeu ne distingue en rien les décolonisés de leurs anciens occupants. Mais on observe que dans le domaine de la recherche en sciences sociales, cette domination par les « sciences dures » ne se joue pas au sein des universités, mais dans les centres de recherches. L'engagement des savoirs dispensés au sein des universités se traduit autrement, par la centralité de la situation palestinienne et sa spécificité historique dans les programmes de cours. C'est à ce titre que l'on peut parler de savoirs « domestiques », ce qui renvoie autant à leur ancrage dans l'historicité locale, qu'aux tensions qui les façonnent, de l'émetteur au récepteur : volonté de combler la curiosité d'étudiants assoiffés de compréhension politique, et d'attirer aussi une clientèle dont les frais de scolarité pourvoient en moyenne 80 % du budget de fonctionnement des universités (avant l'Intifada), nécessité des enseignants de protéger leurs postes et départements en montrant leur rentabilité financière, octroi de postes d'enseignement à d'anciens élèves partis effectuer leur thèse à l'étranger grâce à une bourse. Implication « mondaine » (Favre, 1983) dans des problèmes d'actualité, mais aussi savoirs pratiques dispensés pour tenter de proposer des débouchés concrets aux étudiants (Master en développement politique de l'université de Naplouse, dernièrement créé, par exemple) autant que pour adapter l'offre intellectuelle à la demande sociale (spécialisation du département de sociologie de la même université dans le « travail social et l'aide au développement »).

11Enfin ce qui apparaît déterminant dans le fonctionnement des universités, à des degrés différents, est leur insertion dans un jeu de contraintes et de pouvoirs où elles constituent un enjeu de mobilisation politique en raison de la ressource que constituent leurs milliers d'étudiants. Hautement politisées, elles sont aujourd'hui au centre de convoitises, de la volonté de contrôle de plusieurs acteurs, ceux du Fatah, le parti dominant, ceux de l'opposition, dominée par le Hamas. Cependant leurs directions et administrations constituent également des acteurs aux intérêts propres, interdépendants d'élites locales que l'Autorité Nationale cherche à contrôler. L'université arabo-américaine de Jénine fait peut-être encore exception car elle est de création récente, privée, et son bassin de recrutement déterritorialisé concerne plus une clientèle riche, largement localisée parmi les Palestiniens d'Israël. Ses responsables se disent cependant bien avertis du danger d'une politisation partisane.

12La logique des interdépendances politiques revêt plusieurs dimensions incluant la relation entre une périphérie et un « centre symbolique ». Aller plus avant dans l'exploration de cette piste implique de quitter le plateau d'analyse centré sur la distinction des types d'activités académiques. Pour mieux rendre compte de l'absence de recherche en sociologie comme de la démotivation des universitaires à Naplouse, on proposera l'hypothèse suivante : les initiatives de recherche ont d'autant plus de difficultés à se développer que l'université concernée constitue un enjeu important dans cette tension centre/périphérie. La tension semble très forte à Naplouse, et, au pôle peut-être opposé, bien plus faible à l'université de Bir Zeit, jouissant d'une position centrale dans l'espace cisjordanien, et dont de nombreux acteurs sont également membres d'instances gouvernementales (Fay, 1995 : 140).

13Si de nombreux chercheurs palestiniens sont également universitaires comme on va le voir, l'inverse n'est pas vérifié : les chercheurs des centres observés sont dans leur majorité parallèlement responsables d'un enseignement en université, lorsque les universitaires rencontrés déclarent majoritairement ne pas travailler pour un centre de recherche. Ces capillarités entre recherche et enseignement sont individuelles, informelles et non institutionnalisées. La question de savoir quelles sont les logiques gouvernant le passage à la recherche des acteurs universitaires demeure, et sera explorée à partir du développement qui suit sur les centres de recherche.

14La recherche semble quasi-monopolisée par les nombreux centres nés à quelques exceptions près dans la décennie 1990 et « l'ère d'Oslo » ; la multiplication rapide de ces centres est à rapporter à l'afflux massif de fonds de provenance étrangère (gouvernementale ou privée), dans la période d'euphorie conjointe au « processus de paix ». Les quelques centres de recherche préexistant à cette situation n'eurent d'autre choix que de réorienter leurs agendas ou bien de fermer. Ces centres semblent monopoliser les activités de recherche ; trois logiques les caractérisent :

15— Leur distinction est difficile dans la mesure où les frontières de leurs attributions sont floues. Cinq types d'activités sont menées officiellement dans les 40 centres de recherche recensés en Territoires occupés : les études quantitatives (sondages, statistiques), la documentation générale, la défense des droits de l'Homme, la recherche appliquée et le développement (social, économique, politique). Le plus souvent ces activités sont cumulées, et il devient délicat d'apposer une définition de la « recherche » et d'élaborer des critères de qualification. Beaucoup de centres et sociologues préfèrent élaborer un discours scientifique sur la société à travers des questions et structures médianes, y compris au sein d'agences gouvernementales menant des recherches à l'intérieur de ministères comme ceux de l'Industrie ou de l'Agriculture par exemple. Tous sont impliqués, engagés, dans les enjeux immédiats de leur espace social : ils ont en commun de dispenser des Savoirs pratiques.

  • 7  Le CPRS, à Naplouse, était financé à 80 % par les fondations Ford et Rockfeller.

16— Leur création et leurs activités répondent à des problématiques imposées majoritairement par des instances extérieures et donc à une perception très spécifique des besoins palestiniens : la « paix » et le « développement » constituent par conséquent le socle cognitif principal de leurs activités : comment pacifier la région ? Résoudre le conflit ? Gérer le problème des réfugiés ? Démocratiser ? Améliorer les conditions économiques, sociales et sanitaires ? Permettre un « développement durable » ? (In)former les acteurs sociaux et politiques ? Construire l'État ? « Bien gouverner » ? (en référence à la notion politique de la « good governance » imposée et diffusée par les institutions financières internationales, cf. Campbell, 2001). Ces questionnements fondent une recherche tout à la fois appliquée et orientée vers les politiques publiques. Les politiques scientifiques sont souvent définies et imposées par la vision des divers donateurs étrangers, gouvernementaux ou non, au rang desquels de nombreuses institutions nord-américaines et européennes7. Ce qui n'empêche pas certains responsables de centres d'être très conscients de cette dépendance, d'en jouer en maîtrisant et utilisant les codes scientifiques imposés pour séduire les donateurs, et de mener des études de fond plus éloignées d'enjeux formels immédiats, mais ces études sont minoritaires.

17— Enfin, il convient de souligner la grande personnalisation de ces centres, avant tout situés, caractérisés dans l'univers académique palestinien, par le nom de leur directeur. Cette personnalisation des rapports institutionnels se révèle particulièrement prégnante à l'intérieur des centres observés, où les relations paraissent autant hiérarchiques que paternalistes. Il n'existe pas de procédures de dialogue scientifique régulier à l'intérieur des centres ni non plus entre différents centres, ce qui contribue à conférer davantage de visibilité et de pouvoir aux directeurs. Il ne s'agit pas ici de conclure à un quelconque particularisme culturel, car la notion de « patron » de laboratoire, d'institut, semble tout autant saillante en France par exemple. Ce trait s'impose en raison du point soulevé précédemment : l'absence relative d'autonomie scientifique, conjuguée à l'imposition d'un ensemble de problématiques et d'instruments d'analyse exogènes, rend difficile la différenciation, la distinction de ces centres du point de vue de leurs épistémès.

18L'absence d'instance nationale d'organisation de la recherche scientifique laisse alors conclure à un espace académique éclaté à l'intérieur, et paradoxalement organisé, polarisé, de l'extérieur. Les centres de recherche existant, fonctionnant, et recrutant essentiellement sur la base de projets ou programmes de recherche à court ou moyen terme, les chercheurs entrent dans une logique de chasse aux primes, où les mieux positionnés et pourvus en ressources cumulent dé nombreuses activités et salaires. Un effet d'entraînement s'observe : les sociologues ou politologues palestiniens souvent les mieux pourvus en ressources sociales et/ou économiques capitalisent leurs avantages par des études menées dans les plus prestigieuses universités étrangères pour, de retour en Palestine, être les mieux armés pour comprendre des problématiques importées et capter les ressources qui les accompagnent - directions de nouveaux centres de recherche, financements, prestige. Il n'est pas question dans l'évocation de systèmes « importés » de sacrifier à la défense d'une ontologie palestinienne, non plus que de nier la pertinence ou la qualité des recherches menées dans ces conditions, mais de souligner une logique déterminante dans la construction de l'espace académique des sciences sociales palestiniennes.

19Depuis le début de la deuxième Intifada, les donateurs étrangers ne semblent pas avoir supprimé ou réorienté leurs financements des programmes en cours. Cependant, le CPRS, à Naplouse, un des plus importants centres dans la décennie 1990, est actuellement en « veille », autant par désaffection des donateurs qu'en raison de la crise qui l'a secoué avant le soulèvement, qui renvoie pour l'essentiel à la polarisation spatiale du monde académique palestinien. Cette dernière logique de polarisation articulée à l'enclavement académique observé dans le nord de la Cisjordanie, permet d'enrichir la compréhension du paysage disciplinaire qui se dessine.

Châteaux faibles en Cisjordanie septentrionale : sociologies et sociologues en marge

20Les formes que prennent les activités académiques au nord de la Cisjordanie renvoient pour une part essentielle à leur positionnement enclavé, et aux logiques qui sous-tendent cette périphérisation. Le paysage scruté laisse apparaître avant tout la motivation résiduelle des acteurs d'an-Najah, la mise en veille du centre de recherches, un enseignement embryonnaire à Jénine, résiduel et pratique à l'antenne de l'université ouverte de Jérusalem.

  • 8  La notion d'autonomie renvoie ici à la capacité d'un groupe d'acteurs à se doter de ses propres rè (...)

21Les départements de sociologie et de science politique d'an-Najah regroupent 200 étudiants (120 en sociologie) et 14 enseignants (8 en sociologie). Ils se différencient au sein de l'université par leur place institutionnelle : le premier fait partie de la faculté de Lettres - comme tous les départements de sociologie des universités palestiniennes et souvent de France -, et le deuxième fait partie de la faculté de Commerce, de Droit et d'Économie, où est aussi enseigné le journalisme. Mais d'autres éléments les distinguent fortement, comme le nombre d'étudiants, la localisation spatiale dans l'université, les pays où furent formés chacun des enseignants, la cohérence des programmes disciplinaires : l'observation de ces éléments montre une bien plus grande cohérence, une cristallisation du département de sociologie en tant qu'institution, alors que celui de science politique semble plus dilué, hétérogène, moins autonome, dans son fonctionnement comme dans sa perception par les acteurs8. La composition du corps professoral, en sociologie, obéit à une logique de reproduction interne, où de plus en plus d'enseignants sont recrutés après une thèse en Grande-Bretagne ; cette tendance montre un degré relatif d'autonomie institutionnelle, où les acteurs ont la volonté et le pouvoir de procéder à une cooptation homogène qu'ils expliquent diversement : nécessité d'un minimum de cohérence intellectuelle assurée par des expériences académiques réunies par le même univers culturel - ce processus de reproduction n'est d'ailleurs pas spécifique à la Palestine ; mais aussi nécessité de la maîtrise de la culture européenne, et de la langue anglaise, tout en rejetant ce que peut représenter le modèle américain. Ces éléments contribuent à expliquer l'autonomie disciplinaire relativement forte dont jouit le département de sociologie à an-Najah, où dominent trois grandes thématiques enseignées : sociologie de la famille, aide sociale, relations interethniques et intercommunautaires. Mais cela renvoie également à l'histoire plus ancienne et à la plus forte identité dont jouit la sociologie en Europe, relativement à la science politique, jeune discipline en mal d'unité (Favre, 1983). Le programme d'enseignement en science politique est bien plus éclaté, en un ensemble de sujets à tonalité mondaine, économique, juridique, diplomatique.

  • 9  Le programme de ce Master s'inscrit dans une double problématique : préparer des fonctionnaires au (...)

22Cependant, plusieurs caractéristiques réunissent ces deux départements, créés il y a vingt ans, et qui délivrent tous deux un diplôme de premier cycle, Bachelor of Arts (BA), en quatre ans, sur le mode des credits-hours payantes, comme dans toutes les universités palestiniennes, qui ont en commun l'usage de ce système anglo-saxon. Tous deux témoignent d'une volonté commune autant de proposer des débouchés professionnels à leurs étudiants que de répondre à une demande sociale urgente : ce qui explique en partie la création cette année d'un Master en développement politique au département de science politique9, et l'orientation du département de sociologie vers la formation au travail d'aide sociale. Au départ intitulé « département de sociologie », celui-ci fut renommé il y a cinq ans « département de sociologie et d'aide sociale », pour se transformer en 2002 en « département d'aide sociale » seulement ; ce qui s'explique par les études en Grande-Bretagne que firent la majorité des enseignants en sociologie, où ils étudièrent tous ces problématiques communautaires. Alors que l'Intifada semble remettre en cause le choix opéré par les politologues (fondé sur le pari de la pacification régionale à long terme) de créer un Master présupposant la création d'un État palestinien, les tragédies familiales causées par la répression israélienne confortent l'urgence de la spécialisation actuelle du département de sociologie. Cette orientation vers des savoirs pratiques, appliqués, renvoie également à une absence de recherche scientifique et de formation des étudiants à une pensée critique ; les programmes, les méthodes d'enseignement centrées autour d'un manuel étranger (traduit ou non en arabe, souvent ancien, et présenté en cours par l'enseignant) et du « par cœur », la composition courte sur un thème restreint reprenant un intitulé de cours et l'usage de faibles fonds disciplinaires à la bibliothèque d'an-Najah, ne font pas de place à la créativité et à la recherche.

23Mais la similitude la plus saisissante entre les départements de sociologie et de science politique, ainsi que bien d'autres départements en dehors des « disciplines royales » que constituent les sciences « exactes », semble être l'extrême démotivation de leurs acteurs : auto-relégation en situation d'échec pour les étudiants, démobilisation professorale pour des enseignants tout autant critiques envers leurs élèves et eux-mêmes que plus largement envers l'université, à qui il est reproché son encouragement à l'immobilisme et à la paresse. À quelques exceptions notables, ce sentiment critique d'impuissance est décelable surtout chez les enseignants les plus jeunes, c'est-à-dire revenus le plus récemment de leur cursus à l'étranger. C'est ici qu'une clef de lecture s'impose, centrée sur des logiques dépassant les départements et leurs acteurs, et mettant en jeu une double tension : l'interaction entre espaces politique et universitaire d'une part, et l'interaction entre les espaces politiques national et local d'autre part. Dans ce cadre, l'université de Naplouse semble surinvestie par des enjeux sociétaux plus larges qui mettent quelque peu hors-jeu les logiques académiques : les départements sont structurés par des logiques faisant barrière à toute ambition d'initiative scientifique, dans une université lieu-enjeu de pouvoir car lieu-enjeu de mobilisation politique.

  • 10  À cette époque, le régime jordanien a chassé l'OLP dont les organisations sont mises à mal au Liba (...)

24Créée en tant qu'école primaire en 1918 par des notables de Naplouse, an-Najah est transformée en université en 1977, pendant l'occupation israélienne. L'administration militaire de l'époque permet cette transformation dans le cadre d'une stratégie visant à jouer la carte des élites cisjordaniennes liées au régime jordanien, contre la menace de l'installation de l'OLP10. Celle-ci est alors confrontée au défi de l'émergence d'une élite locale dont le potentiel de mobilisation collective est précieux, à un moment ou l'OLP et son parti majoritaire, le Fatah, cherchent à s'implanter clandestinement dans les territoires occupés ; mais dans le même temps, l'OLP refuse l'idée d'une organisation institutionnelle trop forte des territoires occupés qui pourrait la concurrencer. Un jeu d'équilibre de forces est repérable, entre les dirigeants jordaniens, les élites cisjordaniennes, et l'OLP qui veut s'engager à l'intérieur, contrer les ambitions jordaniennes, tout en évitant une trop forte organisation de « l'intérieur ». La convergence d'intérêts entre les dirigeants israéliens, jordaniens et de l'OLP est remarquable, du point de vue de leur refus d'une autonomie politique institutionnelle des territoires occupés. Le refus israélien se radicalise à la mesure de la réussite de l'OLP à se territorialiser en Cisjordanie, à travers des institutions qui seront canalisées dans la seule fonction de mobilisation collective diffuse, et non centralisée.

25An-Najah se fait connaître à partir de 1978 à la suite de troubles internes à l'université, sans rapport direct avec l'occupation ; les premières grèves et violences qui s'y déroulent pendant les cinq premières années de son existence ont pour enjeu la lutte pour la définition de la place de l'université dans l'espace national. L'issue de ces crises se traduit par l'échec des visées institutionnelles réformistes des partis « de gauche ». Et an-Najah, d'université « nationale », devient un instrument de mobilisation politique progressivement au service de l'OLP et de ses objectifs directs de lutte anti-israélienne (Frish, 1998 : 30-45). Après 1993, l'université devient, pour la nouvelle Autorité Nationale, un enjeu de pacification, de démobilisation politique, à travers la mise en œuvre d'instruments de contrôle anciens ou nouveaux : nominations doubles pour fragmenter des pouvoirs qui se surveillent, ou bien nominations de figures à envergure limitée et donc peu menaçantes, intéressements financiers occultes, informateurs infiltrés, clientélisme (Eid, 1999). Ce qui ne signifie pas une neutralisation des acteurs locaux, mais la configuration d'un jeu où ils ont tout au contraire intérêt à conserver des marges de manœuvre visibles. Car l'université et la ville de Naplouse sont alors les plus larges centres académique et urbain de Cisjordanie, liés par un réseau nota biliaire local efficace, où les mêmes noms se retrouvent souvent dans des systèmes de gestion et de contrôle croisés : Chaqa'a, al-Masri, Abdel Hadi, Hamdallah, Tuqan, entre autres familles, présentes à la municipalité comme au conseil d'administration de l'université. Les membres de l'administration de l'université, souvent confrontés à un conseil étudiant élu chaque année, fréquemment dirigé par l'opposition islamiste depuis 1990, jouissent de marges de manœuvre certaines pour se poser comme intermédiaires incontournables : en faisant jouer leur ancrage local, les dirigeants de l'université se positionnent en protecteurs des islamistes contre la répression policière (par exemple en négociant la libération d'étudiants membres du Hamas emprisonnés par la police de l'Autorité), ce qui permet en retour à l'administration d'exiger des étudiants islamistes un minimum de modération politique sut le campus. Un enseignant sans ressources familiales peut ainsi mettre deux semaines à négocier un entretien avec l'administration, alors que le libre accès aux bureaux de la direction est garanti aux dirigeants des syndicats étudiants. Inversement, les dirigeants de l'université, en se posant comme fidèles alliés du Fatah et de l'Autorité pour le contrôle de l'opposition étudiante et la garantie que l'université ne permettra pas de débordements oppositionnels, obtiennent régulièrement des aides financières directes de l'Autorité.

26De ce jeu de contraintes résulte un surinvestissement politique de l'université où les interdépendances clientélaires passent par des registres politiques partisans et/ou claniques toujours personnalisés (Briquet, 1999 : 7-19), et faisant que l'économie générale du fonctionnement de l'université demeure analogue depuis vingt ans, suite à la crise fondatrice qui détermina son visage actuel. Les logiques, procédures et critères académiques ne sont pas dissous, mais encadrés. La survie du département de science politique doit beaucoup à la volonté du président, M. Rami Hamdallah qui souhaite qu'an-Najah soitla seule université palestinienne à héberger un département dans cette discipline, en relation de concurrence avec les autres universités : ce qui illustre le dépassement autant que la détermination des logiques académiques par des enjeux plus larges et d'une nature différente. La nomination de Rami Hamdallah - professeur d'anglais à an-Najah, relativement jeune (50 ans), sans passé politique imposant, et membre du Fatah - à la présidence de l'université en 1996 relève d'une négociation ardue entre notables de Naplouse et Autorité Palestinienne : il s'agissait de contenter un clan important dans la région (les Hamdallah, de Anabta), sans pour autant prendre le risque de placer à la direction de l'université un personnage trop charismatique et prestigieux qui aurait pu se révéler difficilement contrôlable. Inversement, la nomination du précédent président de l'université, Munzer Salah, à la tête du ministère de l'Education Supérieure en 1997 répondait à une logique de contrôle d'un personnage d'envergure aux idées réformatrices affichées, dont la cooptation au centre politique aboutit à l'éloigner de Naplouse tout en le clientélisant. Ces tendances lourdes permettent d'expliquer que la deuxième Intifada a peu changé l'ordre des choses à an-Najah, les mêmes logiques et enjeux étant repérables, à travers des discours inversés ; les premiers responsables de l'université à avoir lancé la normalisation avec l'État israélien après 1993 furent les premiers à se livrer à une chasse aux collaborateurs après le déclenchement du soulèvement, en octobre 2000 ; laquelle chasse visait, outre le rachat d'une virginité patriotique, à régler des inimitiés personnelles. Les élections étudiantes ont été gelées au nom de l'unité nationale, pour éviter une victoire islamiste attendue. Mais les activités académiques continuent, protégées en raison de leur subordination aux conflits qui les façonnent, mais demeurent distincts : elles sont hors-enjeu car mises hors-jeu ; c'est ce cadre qui sert de référence d'action aux enseignants et étudiants. Le registre académique n'est qu'un canal parmi d'autres d'accès à un bien académique ou/et matériel : un étudiant recalé fait jouer ses ressources clientélaires partisanes et/ou familiales pour négocier directement la note qu'il désire ; ou bien le président ou un directeur de service pourra être sollicité pour une intervention ou une médiation extra-académique. Les initiatives sont régulées par un jeu de pouvoirs et contre pouvoirs personnalisés empruntant tous les registres. Ainsi, le centre de recherches sur les réfugiés créé en 1997 à l'université est maintenant inactif car il fut surinvesti comme enjeu de pouvoir, l'enjeu scientifique qu'il représentait étant alors étouffé.

27Une autre dimension peut éclairer ce phénomène d'inertie ; Naplouse est la plus grande ville de Cisjordanie, et an-Najah la plus grande université, avec plus de 8 000 étudiants. Initialement grand centre urbain prospère, fort de ses liens avec la Jordanie, Naplouse s'est vue de plus en plus périphérisée depuis l'installation de l'Autorité Nationale ; Ramallah, petite bourgade géographiquement plus centrale, plus proche de Jérusalem devint, une fois investie par le nouveau pouvoir, la destination de flux massifs de fonds. Elle a acquis une dimension internationale du fait de l'installation de nombreuses institutions étrangères d'aide et de coopération, et par le retour de nombreux hommes d'affaires palestiniens qui y ont établi des sièges sociaux. En s'imposant comme la nouvelle plaque tournante économique et politique, carrefour d'accès à toutes les ressources, elle a contribué à marginaliser plus encore Naplouse. La logique de démembrement du territoire et d'enclavement des villes palestiniennes consacrée par le processus d'Oslo et la domination israélienne contribuent fortement depuis 1994 à isoler Naplouse et à pérenniser ainsi l'autonomie relative de ses acteurs (Fouet, 1998 ; Legrain, 1996) ; ce qui contribue à expliquer l'isolement académique relatif d'an-Najah, ainsi exemptée d'une confrontation scientifique stimulante en ce qui concerne les sciences sociales, tant vis-à-vis des autres universités palestiniennes que vis-à-vis d'universités étrangères. De ce point de vue, la répression actuelle du soulèvement continue de transformer les villes palestiniennes assiégées en « châteaux faibles » et renforce encore la logique d'enfermement académique et le fonctionnement en circuit fermé des départements étudiés.

28Cette même logique a gravement entravé la première rentrée académique de l'université arabo-américaine de Jénine, à la frontière nord de la Cisjordanie, près de la ligne verte, positionnée sur un double pari : celui de la paix, et donc la possibilité de voir la majeure partie de ses étudiants venir du nord d'Israël, où se trouve localisée la majorité des Palestiniens d'Israël. La cérémonie d'ouverture eut lieu le 28 septembre 2000, date de visite d'Ariel Sharon à la Grande Mosquée de Jérusalem qui constitua le déclencheur du soulèvement. Moins de la moitié des mille étudiants attendus pour cette première année sont inscrits à Jénine ; ils suivent un enseignement obligatoire et général de sociologie dispensé par un jeune enseignant dont l'ambition d'y développer institutionnellement la discipline se heurte à l'orientation prioritairement médicale des projets de l'université, ainsi qu'aux incertitudes politiques et économiques du moment.

29La première victime de ce processus tout à la fois endogène et exogène d'enfermement est la recherche scientifique : la centralité de Ramallah dans l'espace cisjordanien, l'enclavement des grandes concentrations urbaines, le blocage des flux humains par l'armée israélienne se conjuguent pour entraver la construction et le fonctionnement de réseaux et activités académiques, empêchant qu'un visage plus ouvert soit donné à cette autonomie des enclaves palestiniennes. Les voyages et rencontres scientifiques ne sont plus possibles à l'intérieur de l'espace palestinien tout comme vers l'extérieur. Seul le pôle Ramallah-Jérusalem conserve une vie académique conséquente, avec ses dizaines de centres, ses activités académiques, rencontres et réunions, accès aux ressources internationales, dont la résilience s'explique aussi par l'hyper-médiatisation du conflit. Le processus inverse semble prévaloir pour toutes les autres villes en voie de marginalisation. L'Intifada ne fait qu'accélérer cette polarisation d'un espace scientifique autour de Ramallah.

30À Naplouse, l'année 2000 a vu la mise en sommeil du seul centre de recherches en sciences sociales de l'Université dont la visibilité était faible, le départ pour Ramallah d'un des chercheurs les plus actifs du CPRS, où il a créé son propre centre (ce qui a déclenché une crise dont le CPRS est toujours prisonnier), la création à Ramallah d'un centre de recherche axé sur les Droits de l'Homme par un professeur du département de sociologie d'an-Najah. Ce qui renvoie aux nombreux phénomènes observés : pas de recherche en sociologie perçue comme possible dans une université périphérique à l'inertie propre et puissante, sans compter que la recherche est de moins en moins perçue comme possible en dehors de l'université dans une ville provincialisée. Ces logiques de construction d'un espace académique sont anciennes, et esquissent le visage d'une communauté de savants qui peine à définir elle-même ses propres normes de régulation et de reproduction, ce à quoi renvoie l'idée d'hétéronomie. Il est révélateur que la seule tentative, aujourd'hui en sommeil, de création d'une association des social scientists palestiniens vienne de l'université de Bir Zeit, où bien plus d'enseignants participent à des activités de recherche : on retrouve ici cette logique de polarisation d'une communauté de savants faiblement perçue socialement.

31Cependant, un autre phénomène, ancien, mais mis en lumière au long de l'Intifada, peut être observé : la structuration d'un champ de concurrence parmi les sociologues et politologues palestiniens les mieux positionnés, pour l'accès à la prise de parole publique. Ils sont généralement localisés à Ramallah ou Jérusalem, et dirigent souvent un centre de recherche, ce qui illustre la césure observable entre l'université et la recherche. Dans le nord de la Cisjordanie cependant, l'engagement des sociologues rencontrés se fait dans le cadre d'une marginalisation différemment ressentie selon leurs trajectoires.

Savants et pluralité des régimes d'engagement

32Les acteurs académiques rencontrés principalement en Cisjordanie septentrionale montrent certaines similitudes : l'ensemble des enseignants témoigne d'une démobilisation professorale, qu'elle s'énonce par la critique de l'université, celle des élèves, d'eux-mêmes, ou de la situation socio-politique délétère : démotivation et auto-dépréciation de leur métier sont prégnantes. Tous fondent leurs critiques sur leurs expériences académiques à l'étranger. Tous cependant sont capables, formellement, de mettre en œuvre une pluralité de dispositions, i.e. de schèmes d'action acquis au cours de leurs expériences distinctes à l'étranger et en Palestine, mais tous ne le font pas.

33La moitié des enseignants de Naplouse est engagée, investie dans des activités extra-professorales publiques : engagement politique oppositionnel actif pour l'un d'entre eux, qui lui valu d'être arrêté et emprisonné par la police de l'Autorité en fin 1999, après avoir été victime d'un grave attentat en 1997. Engagement scientifique pour deux d'entre eux, qui sont impliqués dans des activités multiples, actifs au sein de programmes de recherche, souvent dans des centres créés par eux à Ramallah, ou bien encore enseignants à la fois à an-Najah et à Bir Zeit. Engagement social pour quatre d'entre eux, membres du département de sociologie, au sein d'associations locales d'entraide, en corrélation avec leur spécialisation. Engagement privé, c'est-à-dire familial et/ou dans un second métier lucratif (commerçant par exemple), pour les autres. Enfin, on relèvera le multi-positionnement scientifique des chercheurs du CPRS, souvent membres d'institutions académiques étrangères ou palestiniennes situées à Ramallah. Ce qui apparaît central à ce point est le mode d'appropriation du séjour académique à l'étranger, qui constitue, au retour, une ressource supplémentaire distinctive mais que les acteurs investissent différemment. D'une description des formes des engagements repérés, on peut alors passer à une ambition plus compréhensive en termes de régimes d'engagement.

34Un premier trait commun peut servir à caractériser ceux des enseignants aux ressources sociales, économiques, symboliques, relativement faibles initialement, dont le départ à l'étranger a constitué l'occasion d'une promotion sociale ; généralement issus de familles modestes, et/ou de milieux ruraux, ils ont souvent pu partir étudier grâce à une bourse de l'université, qui leur impose en retour d'y enseigner pour une durée exactement équivalente au nombre d'années que l'université a financées. Ils sont en outre tous originaires de Naplouse ou sa région. Ils exposent leur situation sur le mode du contentement, et sont peu impliqués dans d'autres engagements publics, sans que cela signifie de leur part une attente déçue, à l'exception des plus jeunes dont le souvenir de l'expérience à l'étranger est plus vivace, mais qui plaident alors l'inévitable adaptation. On peut parler dans leur cas d'un régime d'engagement dans des contraintes objectivées, où les ressources et dispositions plurielles acquises semblent exploitées au maximum : pour signaler la faible tension qui semble caractériser leur auto-perception situationnelle, on parlera de pluralité interne assouvie (Lahire, 1999 : 121-152). Leur espace d'espérances semble mieux comblé que celui de leurs collègues.

35Un autre ensemble d'enseignants peut être saisi à partir de la tension interne dont ils témoignent tous. Leurs trajectoires et ressources sociales sont saillantes, relativement à leurs collègues du premier groupe, soit qu'ils appartiennent à de grandes familles notabiliaires, soit qu'ils aient été engagés politiquement antérieurement à leurs séjours à l'étranger, et en font autant un devoir qu'un mode de vie : certains jouissent en particulier d'une légitimité acquise en raison de leurs séjours dans les prisons israéliennes. D'autres enfin demeurent très investis de leur séjour étranger, y ayant gardé des liens qui peuvent prendre la forme d'un mariage avec une étrangère, tout comme de contacts académiques. Il résulte de ces saillances une tension déterminée principalement par l'ambition, l'exigence envers eux-mêmes, une opinion relativement haute de leurs ressources et devoirs. Cette tension s'actualise en relation avec une perception relativement dépréciative de leur environnement social et professionnel immédiat, dont ils se sentent prisonniers sans qu'il soit rendu justice de leurs compétences. Elle a pour effet un investissement public concordant avec leurs ressources : tel membre d'une grande famille naplousienne, par ailleurs seule femme sociologue rencontrée en Cisjordanie-Nord, s'implique fortement dans l'association de défense des droits de la femme. Elle ressent son implication comme un devoir impérieux, au point de rencontrer de fortes résistances à l'université comme à l'extérieur, face auxquelles son nom la protège relativement. Tel autre, originaire de Ramallah, d'une famille notoirement « de gauche », a créé un centre de défense des droits de l'Homme à Ramallah, et écrit des essais : il exploite ses ressources sociales à Ramallah, tout en se plaçant dans des contraintes fortes, écartelé qu'il est entre ses investissements exigeants en temps et en affects, en plusieurs lieux distants. Ou bien ce professeur, opposant notoire, hyperactif politiquement, souvent malmené par les partisans du parti dominant, Fatah, jonglant entre la politique et la science politique, qui se sent habité du devoir de contrer Y. Arafat. Enfin, ce groupe de jeunes enseignants rongeant leur frein à Naplouse, aspirant à un engagement scientifique exigeant, recherchant avec plus ou moins de succès à investir les ressources académiques centrales de la région de Ramallah-Jérusalem. Leurs ambitions renvoient également à des saillances biographiques (séjours en prison), et des origines socio-géographiques autres que Naplouse.

36La variable générationnelle ne semble pas jouer indépendamment d'autres facteurs biographiques et sociaux : un jeune enseignant revenant de l'étranger et en poste à Naplouse n'aspire à d'autres investissements et ambitions que dans la mesure où ses ressources sociales limitent ses chances à an-Najah. Une logique locale s'impose là encore à l'interprétation, qui peut se résumer en la conjonction entre une pluralité d'investissements problématiques (tensions induites par des investissements antagoniques) et une pluralité interne de dispositions inassouvies (tensions induites par l'impossibilité d'une actualisation sociale des ressources acquises). On peut alors émettre l'hypothèse inverse qu'au centre académico-géographique en cristallisation autour de Ramallah, ce qui jouera le plus dans la détermination des pratiques et de l'avenir des acteurs académiques ayant étudié à l'étranger sera moins la ressource locale que la ressource académique. Restera alors à déterminer les mécanismes d'accès à ce centre pour ceux qui n'en sont pas originaires : l'importance des institutions académiques et para-académiques internationales apparaît déterminante, que ce soit par l'usage de réseaux pénétrés ou créés lors du séjour à l'étranger, ou bien par la capacité acquise à capter les ressources internationales qui irriguent ce centre. À ressources sociales initiales équivalentes, le séjour académique à l'étranger pourrait fonder la différence d'aspirations et de pratiques entre des chercheurs et enseignants issus des milieux les plus modestes.

37L'étude de ce qui se révèle une périphérie académique en sociologie permet ainsi de percevoir et spécifier en creux, en négatif, la construction d'un centre scientifique en Palestine, entre Ramallah et Jérusalem. Processus de polarisation non singulier dans l'histoire des sciences sociales et de leurs insertions socio-politiques (Etienne, Mabillon-Bonfils, 1997 : 50-119), mais dont l'agencement chronologique demeure spécifique en raison de son antériorité par rapport à une construction nationale-étatique en crise in-existentielle. D'autres expériences coloniales dans le monde arabe témoignent de l'importation directe par le colonisateur des sciences sociales et de leurs structures universitaires, ensuite réappropriées par le colonisé. En Palestine, ces structures sont nées en dehors de l'administration israélienne, et contre elle. Les pratiques sociologiques y demeurent dépendantes, mais pas directement vis-à-vis d'Israël. La dépendance prend plusieurs visages : dépendance financière à l'égard d'instances étrangères qui imposent souvent leurs propres agendas et déterminent fortement des politiques scientifiques peu autonomes. Cette dynamique est renforcée par une faible demande sociale, qui contribue à interdire que les universités se dotent à moyen terme des structures et instruments de formation des chercheurs sur place. Europe et États-Unis proposent des « savoirs sur étagère » que de nombreux Palestiniens mobilisent une fois de retour dans leur pays, ceux-là même qui sont les mieux positionnés pour capter ensuite les financements venant des mêmes pays, contribuant à reproduire ainsi l'hétéronomie. Ils investissent alors et construisent un nouveau centre académique lié à l'international, mais isolé du reste du pays, marginalisé. Si ce processus était déjà important avant le soulèvement de septembre 2000, la répression israélienne le fortifie en isolant davantage encore les enclaves qu'elle avait créées. Les praticiens des sciences sociales se trouvent engagés dans des contraintes politiques, locales, internationales interdépendantes, qui rendent d'autant plus difficile la construction d'une communauté scientifique autonome sur l'ensemble de l'espace palestinien. Les sociologues palestiniens jouent alors d'une division de l'espace des savoirs entre un Local sclérosé et un Global asservi, autant qu'ils contribuent à sa construction.

Haut de page

Bibliographie

AWARTANI H., The Compatibility of the Higher Education System with the Domestic Labor Market, Naplouse, éd. CPRS, Research (Reports Series, n° 9, octobre 1998).

BRIQUET J.-L., 1999, « Des amitiés paradoxales. Échanges intéressés et morale du désintéressement dans les relations de clientèle », Politix, n° 45, 7-19.

CAMPBELL B., 2000, « La gouvernance : un concept apolitique ? », communication, Séminaire d'été du Haut conseil de la coopération internationale, Dourdan (29/08/2000).

CERMOC, 1994, Guide des centres de recherche palestiniens en Cisjordanie et à Gaza, Beyrouth, Cahiers du CERMOC, n° 10.

COLONNA F., 1991, « Sciences sociales, sociétés arabes », Peuples méditerranéens, n° 54-55, 5-14.

ElD B., « Academic Freedom at Palestinian Universities », PHRMG Monitor, 10 août 1999.

ETIENNE B., MABILLON-BONFILS B., 1997, La science politique est-elle une science ?, Paris, éd. Flammarion, coll. Dominos, n° 158.

FAVRE P., 1983, « La constitution d'une science du politique, le déplacement de ses objets, et “l'irruption de l'histoire réelle” », RFSP, vol 33, n° 2, 181-219, et n° 3, juin 1983, 365-401.

FAY G., 1995, « Les universités, cœur battant du peuple palestinien », Cahiers du GREMAMO, n° 13, 137-144.

FOUET S., 1998, « Le contrôle des mouvements comme enjeu de pouvoir », Maghreb-Machrek, n° 161,28-42.

FRISH H., 1998, Countdown to Statehood. Palestinian State Formation in the West Bank and Gaza, New-York, ed. State University of New-York.

KADRI A., 1991, « De l'université coloniale à l'université nationale. Instrumentalisation et « idéologisation » de l'institution », Peuples méditerranéens, n° 54-55, 151-184.

LAHIRE B., 1999, Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, éd. La Découverte, coll. textes à l'appui.

LEGRAIN J.-F., 1996, « Une analyse des politiques israéliennes du territoire ; judaïsation et démembrement : politique israélienne en Cisjordanie et à Gaza (1967-1995) », Maghreb-Machrek, n° 152,70-83.

LEGRAIN J.-F., 1992, « Les élections étudiantes en Cisjordanie », in Démocratie et démocratisations dans le monde arabe, Le Caire, Dossier du CEDEJ, 183-206.

LEPENNIES W., 1990 (trad.), Les trois cultures. Entre science et littérature l'avènement de la sociologie, Paris, éd. Maison des sciences de l'homme.

MINISTRY OF HIGHER EDUCATION, 2000, Statistical Yearbook of Palestinian Higher Education Institutions, Ramallah, éd. Ministry of Higher Education, Palestinian National Authority.

OLIVA D., ROD M., 1986, « Les rôles des universités palestiniennes en Territoires occupés (Cisjordanie et Gaza) », Itinéraires, Notes et Travaux, Genève, n° 35, éd. Institut universitaire d'études du développement.

ROBINSON G. H., 1997, Building a Palestinian State, Indiana, Indiana University Press.

SIINO F., 1999, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, thèse de doctorat, Université Aix-Marseille III, Institut d'Études Politiques.

TAMARI S., 1997, « Social Science Research in Palestine: a Review of Trends and Issues », in R. BOCCO, B. DESTREMEAU, J. HANNOYER, (dir.), Palestine, Palestiniens. Territoire national espaces communautaires, Beyrouth, Cahiers du CERMOC, n° 17, 17-40.

Haut de page

Notes

1  Des premiers enseignements de sociologie et de science politique furent cependant dispensés au College de Bir Zeit dès 1960 avant sa transformation en université (1972). Créée en tant qu'école primaire en 1924, l'institution fut agrandie en lycée (1930) puis en College (filière post secondaire courte) à partir de 1953.

2  Source : ministère de l'Education Supérieure, rapport 2000 sur l'éducation ; ce chiffre prend en compte les 6 universités de Cisjordanie et les deux de Gaza ; en outre, plus de 10 000 étudiants suivent des études dans 10 Colleges ou instituts à cycle court et à vocation plus immédiatement professionnelle.

3  Le qualificatif « national » associé à l'université an-Najah de Naplouse répond à cette même volonté. De fait, toutes les universités proposent des aides et bourses aux étudiants victimes de la répression israélienne (emprisonnement, assassinat d'un proche). L'administration A'an-Najah fait valoir qu'elle est la plus ouverte à l'inscription d'étudiants anciennement emprisonnés, quel que soit leur niveau. L'université de Bir Zeit fut la première à intégrer et maintenir dans ses cursus l'obligation d'un travail d'utilité collective par les étudiants au profit des municipalités, paysans, et personnes démunies (récoltes, défrichage, constructions de chemins, déblaiements, alphabétisation par exemple).

4  Il convient cependant d'émettre une nuance concernant l'université de Bir Zeit, dont le nombre de candidats au département de sociologie et d'anthropologie ne cesse d'augmenter depuis 1994, en raison de sa centralité dans l'espace académique et de la forte concentration de chercheurs et enseignants renommés qui font miroiter aux étudiants un poste dans le tissu épais des diverses équipes privées ou ministérielles d'expertises présentes à Ramallah.

5  Si le fait colonial contribue à façonner ainsi les univers scientifiques des colonisés, c'est peut-être que cette tension dynamique entre sciences dures, littérature et sciences sociales anime l'émergence de ces dernières en Europe (Lepennies, 1990 : 1-45).

6  Extraits du discours d'ouverture de la Conférence Internationale sur « le rôle de l'éducation supérieure dans le contexte d'un État palestinien indépendant », tenue du 7 au 9 novembre 1996 à l'université nationale d'an-Najah, Naplouse, Palestine in Actes de la conférence, publiés par l'Université d'an-Najah, 1997 : 9, traduction de l'auteur.

7  Le CPRS, à Naplouse, était financé à 80 % par les fondations Ford et Rockfeller.

8  La notion d'autonomie renvoie ici à la capacité d'un groupe d'acteurs à se doter de ses propres règles de fonctionnement et de reproduction, et à se faire percevoir comme une institution indépendamment des individus qui la composent.

9  Le programme de ce Master s'inscrit dans une double problématique : préparer des fonctionnaires au service d'un futur État, et favoriser l'émergence d'une démocratie selon le modèle des trajectoires historiques européennes. Edinocentrisme importé qui prend sa source autant dans les filières suivies en Grande-Bretagne par les enseignants que dans les présupposés développementalistes constitutifs des agendas scientifiques et politiques diffusés en Palestine par le canal d'institutions financières internationales et de donateurs.

10  À cette époque, le régime jordanien a chassé l'OLP dont les organisations sont mises à mal au Liban.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Romani, « Sociologues et sociologies en Cisjordanie occupée : engagements et hétéronomies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/45

Haut de page

Auteur

Vincent Romani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page